racisme

 

  • COP26 : « Les communautés marginalisées doivent être au cœur de l’action climatique »

    À la veille de la 26ème Conférence des parties des Nations unies sur le changement climatique (COP26), qui se tiendra à Glasgow, au Royaume-Uni, du 31 octobre au 12 novembre 2021, CIVICUS a interrogé des militants, des dirigeants et des experts de la société civile sur les défis environnementaux auxquels ils sont confrontés dans leur contexte, les actions qu’ils entreprennent pour y faire face et leurs attentes pour le sommet à venir.

    CIVICUS s’entretient avec Jessica Dercontée, co-organisatrice du Collectif contre le racisme environnemental (CAER), un groupe de la société civile au Danemark qui s’efforce d’introduire la question de la discrimination et de l’injustice raciale dans le débat danois sur le climat en attirant l’attention du public sur le racisme environnemental.

    Le militantisme et le travail universitaire de Jessica se concentrent sur la gouvernance climatique et explore les injustices sociales et climatiques profondément enracinées liées à la classe, au genre et à la race. Jessica est coordinatrice de projets de développement international à l’Union des étudiants danois et au Conseil danois de la jeunesse pour les réfugiés, et assistante de recherche au cabinet de conseil In Futurum.

    Jessica Dercontee

    Quels sont les objectifs du CAER ?

    Nous sommes un collectif de femmes et de personnes de couleur non binaires travaillant à la croisée de l’environnementalisme, de l’antiracisme et de la justice climatique. Le CAER cherche à mobiliser et à amplifier les voix des personnes les plus touchées par le racisme environnemental, y compris les Noirs, les autochtones et les personnes de couleur dans le Sud et le Nord du monde. Notre collectif a été formé pour apporter une visibilité et un regard critique sur les débats et les conceptualisations actuels, en mettant en évidence les effets différenciés de la crise climatique et environnementale.

    Quel est le principal problème climatique ou environnemental sur lequel vous travaillez ?

    Le CAER se concentre sur l’écologie politique et le néocolonialisme des débats danois sur l’environnement et le climat. Les principaux débats publics sur la crise climatique au Danemark se concentrent sur les effets néfastes de notre culture de consommation et de nos modes de vie sur les biosystèmes de la planète, et accordent moins d’attention aux personnes touchées par ces effets, et à l’éternel désir des grandes entreprises de faire des profits et de maximiser leurs bénéfices. Si nous sommes d’accord sur l’urgence de ces questions, notre collectif estime que le débat au Danemark doit aller au-delà de l’affirmation de la nécessité pour les gouvernements et les autres parties prenantes de trouver des solutions technologiques grandioses pour atténuer la crise climatique. Le débat public actuel est trop simpliste, apolitique et technique, axé sur la recherche de solutions vertes. 

    Le CAER met en lumière les différentes dynamiques de pouvoir qui caractérisent nos systèmes actuels, ainsi que la manière dont les pratiques et les modes de pensée actuels perpétuent le colonialisme et l’oppression mondiale, qui sont également fortement ancrés dans le capitalisme. Pour ce faire, nous organisons des ateliers, rédigeons des articles, diffusons des informations sur les médias sociaux et collaborons avec des personnes ou des groupes marginalisés dans le Sud. 

    Un exemple de notre façon d’apporter une perspective différente à la question de la transition verte est notre analyse de la manière dont les grandes entreprises danoises causent la dégradation de l’environnement et favorisent l’accaparement des terres dans le Sud du monde. La société danoise d’énergie éolienne Vestas fait actuellement l’objet d’une action en justice intentée par des communautés autochtones du Mexique, qui l’accusent d’avoir des répercussions négatives sur les moyens de subsistance des populations autochtones, et l’associent à de graves violations des droits humains à l’encontre de manifestants locaux et de militants de la société civile, qui ont fait l’objet d’actes d’intimidation et de menaces de mort pour avoir dénoncé ces abus. Les gouvernements des deux pays ont conclu des accords qui, selon eux, étaient mutuellement bénéfiques, car ils étaient censés apporter croissance et développement économiques au Mexique, tout en aidant le Danemark à rendre son économie plus verte. Cependant, les accaparements de terres qui ont suivi ont privé les communautés du Sud de leurs droits, perpétuant le cycle de la dépendance à l’aide et faisant ressurgir les formes néocoloniales de contrôle et d’exploitation des terres et des populations autochtones.

    Un autre exemple beaucoup plus proche du Danemark est le racisme environnemental qui imprègne les relations du Danemark avec le Groenland, ancienne colonie et actuelle nation du Commonwealth danois. En raison du contrôle exercé par le Danemark sur les ressources naturelles du Groenland, la population groenlandaise est exclue des décisions importantes concernant l’avenir de l’Arctique, ce qui peut être considéré comme ayant un impact racial majeur dans le domaine de la conservation, de la politique environnementale et du consumérisme.

    L’objectif principal du CAER a été de fournir un espace sûr pour les Noirs, les autochtones et les personnes de couleur, y compris les personnes homosexuelles et transsexuelles, qui souhaitent se mobiliser dans les espaces de l’environnementalisme et de l’antiracisme au Danemark. Le mouvement climatique danois est souvent perçu comme ayant été excluant et discriminatoire envers ces personnes. Nous espérons que le discours public danois ne se contentera pas d’utiliser et de présenter les communautés marginalisées comme des études de cas, mais qu’il les placera au centre de l’action climatique en tant que fournisseurs légitimes de solutions, et participants actifs à la prise de décision.

    Avez-vous été confronté à des réactions négatives face au travail que vous faites ?

    Nous avons rencontré un véritable enthousiasme de la part d’autres organisations et acteurs désireux de changer leurs structures organisationnelles et de les rendre plus inclusives et capables de trouver des solutions à la crise que nous traversons. Bien que nous n’ayons pas eu de réactions négatives directes en raison de notre travail ou de l’accent que nous mettons sur la race et la nature discriminatoire de la politique environnementale, il nous semble que la société n’est pas prête à faire face aux diverses réalités vécues par les gens sur le terrain, qui sont différentes du récit extrêmement homogénéisé de l’expérience danoise. Au Danemark, les lois et les politiques ont été considérées comme inclusives sur la base de l’image progressiste de notre modèle d’État-providence qui protège toutes les personnes. Ainsi, les institutions et les individus ont plus de mal à comprendre que leur propre position privilégiée repose sur l’exploitation et l’oppression d’autres groupes sociaux, non seulement dans le passé mais encore aujourd’hui.

    Quel lien entretenez-vous avec le mouvement international pour le climat ?

    Nous nous engageons dans le mouvement climatique international sur la base de notre objectif de décolonisation des structures de l’activisme climatique. Nous cherchons aussi activement à nous engager dans des partenariats, ce qui se reflète dans les exemples que nous sélectionnons comme la face visible de nos projets et les voix que nous cherchons à amplifier. Nous cherchons à redonner du pouvoir et à créer des espaces où les personnes marginalisées peuvent raconter leur propre histoire et apporter leurs connaissances et leurs solutions à la crise climatique. De plus, en construisant et en partageant des connaissances à partir d’une diversité de perspectives et avec la contribution d’autant de chercheurs du Sud que possible, nous cherchons à faire contrepoids à l’ethnocentrisme qui imprègne l’échange de connaissances dans la gouvernance climatique, l’action climatique et l’environnementalisme.

    Dans quelle mesure espérez-vous que la COP26 permettra de progresser sur les questions climatiques ?

    Au CAER, nous espérons que, même si le scénario actuel de la COP26 présente l’inconvénient important de manquer de représentation diversifiée, il y aura un espace pour l’expression des connaissances vitales du Sud de la planète, et pour l’engagement d’un ensemble diversifié de voix dans l’élaboration des politiques, afin que le prochain cycle d’objectifs soit aussi nuancé et intersectionnel que possible.

    Quel changement souhaiteriez-vous voir se produire pour contribuer à résoudre la crise climatique ?

    Nous espérons que, dans un avenir proche, notre mouvement contre le racisme environnemental se développera et que cela nous permettra de jeter des ponts entre le mouvement climatique dominant et le mouvement antiraciste danois, afin d’atténuer la crise climatique d’une manière beaucoup plus inclusive et ouverte à la diversité et à la pluralité des connaissances, en englobant différents secteurs et institutions au Danemark, ainsi que dans le reste du monde.

    L’espace civique au Danemark est classé « ouvert » par leCIVICUS Monitor.
    Contactez le Collectif contre le racisme environnemental via son compteInstagram ou en envoyant un courriel à.

     

  • ÉTATS-UNIS : « L'élection de 2020 est un mandat politique et moral contre le fascisme »

    CIVICUS discute de la suppression d’électeurs et de ses implications pour la démocratie aux États-Unis avec Yael Bromberg, conseillère principale dans le domaine du droit de vote à la Fondation Andrew Goodman, une organisation qui travaille pour rendre la voix des jeunes - l'un des groupes d'électeurs les plus sous-représentés aux États-Unis – une force puissante pour la démocratie. La Fondation a été créée en 1966 pour perpétuer l'esprit et la mission d'Andy Goodman, qui en 1964 a rejoint Freedom Summer, un projet pour inscrire au vote les Afro-américains afin de démanteler la ségrégation et l'oppression, et a été assassiné par le Ku Klux Klan lors de son premier jour au Mississippi. La Fondation soutient le développement du leadership des jeunes, l'accessibilité au vote et des initiatives de justice sociale dans près d'une centaine d'établissements d'enseignement supérieur à travers le pays.

     

    Yael Bromberg

    Pour un observateur extérieur, il est déroutant qu'un pays qui se présente comme le paradigme de la démocratie érige des barrières qui limitent le droit de vote de millions de ses citoyens. Pouvez-vous nous parler un peu plus sur le phénomène de suppression des électeurs aux États-Unis ?

    Il est vrai que les États-Unis se sont présentés comme un modèle de démocratie. En tant que citoyenne immigrée naturalisée dont les grands-parents ont survécu à l'Holocauste et aux goulags soviétiques, j'apprécie le caractère unique de certaines des libertés dont bénéficie ce pays. Par exemple, alors même que notre système judiciaire est actuellement gravement menacé par la politisation et la polarisation des juges, il a généralement résisté au type de corruption enraciné dans d'autres pays. Bien que notre système juridique soit sous tension et qu'il existe certaines pratiques bien ancrées, telles que l'impunité policière extrême, qui doivent être corrigées, notre système législatif peut, s'il le souhaite, combler les lacunes du système judiciaire. Même si l'injection de grosses sommes d'argent, y compris de l'argent provenant de sources obscures, a étouffé notre politique, les plus sérieux défenseurs de la démocratie, qui ont résisté à bien pire, nous apprennent que la démocratie est un chemin long et persistant plus qu'une destination. Certes, dans ce pays, nous avons des problèmes systémiques qui nécessitent une réforme profonde, et les vies de personnes en chair et en os sont sous péril à cause des dysfonctionnements de la tyrannie d'une minorité. Mais nous avons aussi les principes fondateurs des Etats-Unis - la liberté et l'égalité - et la capacité d’atteindre notre idéal.

    A l’époque fondatrice de cette nation, seuls les hommes blancs qui possédaient des biens avaient le droit de vote. Grâce au processus de ratification constitutionnelle, l'esclavage a été aboli et le droit de vote a été accordé aux hommes libres. Des lois injustes ont persisté, tels que les tests d'alphabétisation et les taxes électorales, utilisés pour empêcher les minorités raciales de voter. Cela a été combiné avec d'autres lois de l'ère Jim Crow qui offraient des raisons arbitraires pour emprisonner les esclaves libérés et les forcer à retourner dans les camps de travail, les privant du droit de vote une fois libres. La résistance populaire s'est accrue au fur et à mesure que la violence physique et politique du système de ségrégation devenait apparente dans les années 1960, entraînant des lois plus fortes et de nouveaux amendements constitutionnels.

    Aujourd’hui, le système de suppression d’électeurs revient à « confier au renard la garde du poulailler » : ceux qui ont le privilège de définir les lois déterminent l’inclusion ou l’exclusion d’électeurs. Par exemple, après l’élection d’Obama à la présidence, une quantité considérable de lois strictes d’identification des électeurs exigeant plus qu’une preuve d’identité classique pour pouvoir voter se sont répandues dans l’ensemble du pays. L’Alabama, après avoir adopté de telles lois, a fermé les bureaux de délivrance des permis de conduire, où les preuves d’identité en question pouvaient être obtenues, dans les grandes zones rurales où réside la population afro-américaine.

    Les politiciens dessinent les limites de leurs districts pour assurer l'avenir de leur propre parti et leurs opportunités personnelles futures d’accès au poste. Il n'y a pas de bureaux de vote sur les campus universitaires, où les jeunes sont concentrés. Même pendant une pandémie mondiale, voter par correspondance n'est toujours pas un droit universel. Alors qu'un État, le New Jersey, établit au moins dix bureaux de vote par ville pour recueillir les bulletins de vote envoyés par la poste, un autre, le Texas, a fait recours aux tribunaux afin d’en limiter la quantité à un par comté, et a obtenu gain de cause. Ainsi, lorsque ces lois sont portées devant les tribunaux, ceux-ci ne se prononcent pas toujours en faveur des électeurs, ce qui est d’autant plus grave.

    La saison électorale de 2020 a été particulièrement surprenante. La magistrature fédérale semble obsédée par l'idée que les modifications de dernière minute des règles électorales conduisent à la suppression des électeurs, et ce même lorsqu'il s'agit de lois qui élargissent l'accès au vote. Cela défie la logique. Si une loi y limite l'accès, c'est compréhensible. Mais si une loi élargit simplement l'accès, le préjudice porté aux électeurs est difficilement identifiable.

    La question qui découle naturellement de notre paradigme est la suivante : si l'Amérique est vraiment un exemple de démocratie, alors pourquoi avons-nous peur d'embrasser les trois premiers mots de notre Constitution : « Nous, le peuple » ?

    Considérez-vous que la suppression des électeurs constitue une problématique cruciale dans le contexte des élections présidentielles de 2020 ?

    Absolument. L'élection présidentielle de 2020 engendre au moins cinq conclusions importantes : 1) Les gouvernements étatiques peuvent facilement élargir l'accès aux urnes en toute sécurité, notamment en prolongeant les périodes de vote anticipé et les possibilités de voter par correspondance; 2) Les électeurs de tous les partis profitent de ces mécanismes et en bénéficient, comme en témoigne le taux de participation électorale de cette année; 3) L'expansion et la modernisation électorales ne conduisent pas à la fraude électorale; 4) Cette année, les électeurs ont été motivés à voter malgré les obstacles discriminatoires et arbitraires qui se dressaient sur leur chemin; 5) Le mythe de la fraude électorale, plus que la preuve réelle et systémique de fraude, est apparu comme une menace importante à la fois pour protéger l'accès aux urnes et pour maintenir la confiance du public dans notre système électoral.

    En 2013, la Cour Suprême a supprimé une disposition clé (également appelée « disposition sunshine » dans le système américain) de la loi de 1965 sur les droits de vote. Cette mesure de sauvegarde exigeait que les États qui ont supprimé des électeurs dans le passé obtiennent une autorisation avant de modifier leurs lois électorales. L’annulation de la mesure de sauvegarde a considérablement favorisé la suppression d’électeurs. Le nombre de bureaux de vote a été réduit : 1 700 bureaux de vote ont été fermés entre 2012 et 2018, dont 1 100 entre les élections de mi-mandat de 2014 et 2018. Des lois strictes d’identification des électeurs ont été adoptées, ce qui rend difficile l’accès au vote pour les pauvres, les personnes de couleur et les jeunes. D’autres mesures, telles que l’épuration des listes électorales des États et la re-délimitation des circonscriptions électorales, ont encore dilué le pouvoir électoral. Il est important de garder à l’esprit que toutes ces initiatives sont prises au détriment des contribuables, qui devront composer avec un système judiciaire engorgé et assumer les frais de contentieux de la partie obtenant gain de cause ; et aux dépens des électeurs, qui sont contraints d’accepter les résultats d’un système électoral truqué, bien que la loi sur la suppression des électeurs puisse être abrogée dans le futur.

    Le chant mensonger de la fraude électorale a provoqué une régression des droits dans tous les domaines. Il n'y a aucune raison pour que, en particulier en pleine pandémie, l'accès au vote par correspondance ne soit pas universel. Cependant, huit États n'autorisaient que les électeurs de plus d'un certain âge à voter par correspondance, mais pas les plus jeunes. La pandémie ne discrimine pas et notre système électoral ne devrait pas le faire non plus. De même, le service postal des États-Unis s'est soudainement politisé car il devenait de plus en plus évident que les gens voteraient par la poste en nombre sans précédent. Les discussions sur sa privatisation ont repris et des ordres de démantèlement de machines coûteuses de tri du courrier ont été donnés ayant pour seul objectif de supprimer des votes. Après l'élection, la campagne électorale de Trump a beaucoup nuit dans sa tentative de délégitimer les résultats, malgré le fait qu'aucune preuve de fraude électorale n'ait été trouvée dans les plus de 50 poursuites qui ont contesté le résultat des élections. Or il a rendu un mauvais service au pays, car il a convaincu une proportion substantielle de la base de l'un des grands partis politiques de remettre en question le résultat d'une élection que l'Agence pour les Infrastructures et la Cybersécurité avait déclarée « la plus sûre dans l’histoire des États-Unis ».

    Pendant que tout cela se déroulait, la pandémie a également entraîné une extension de l'accès dans des domaines essentiels. Même certains États dirigés par les républicains ont mené l'élargissement de la période de vote anticipé et l'accès aux systèmes de vote par correspondance. Nous devons saisir cela comme une opportunité d'apprentissage pour conduire une modernisation électorale sensée, de sorte qu'il ne s'agisse pas d'un événement ponctuel associé à la pandémie. Le COVID-19 a normalisé la modernisation électorale, qui est passée d'une question marginale du progressisme à une question inscrite à l'ordre du jour partagé, accroissant le domaine d’action et le pouvoir des électeurs de tous les horizons politiques. De plus, si les poursuites sans fin et sans fondement intentées par la campagne de Trump peuvent imprégner un certain segment des électeurs, on se demande si elles finiront par convaincre le pouvoir judiciaire qu'il n'y a pas de fraude électorale généralisée. Ceci est important car de nouvelles lois étatiques de suppression des électeurs seront sans doute introduites à la suite de ces élections, comme après l'élection d'Obama en 2008, et celles-ci seront certainement contestées devant les tribunaux. Peut-être que cette fois-ci le pouvoir judiciaire répondra différemment à ces défis, à la lumière de l'examen du processus électoral de 2020.

    Pour faire face aux efforts visant à supprimer des électeurs, des initiatives ont été prises pour accroître au maximum la participation des électeurs. Comme attendu, la participation électorale a atteint des niveaux sans précédent. Selon les premières estimations, la participation des jeunes à ce cycle électoral était encore plus élevée qu’en 1971 (année au cours de laquelle l’âge de voter a été abaissée à 18 ans), et le nombre d’électeurs admissibles potentiels a soudainement augmenté. Nous ne pouvons tout simplement pas tolérer le niveau d’apathie électorale que nous avons connu dans le passé. En 2016, il y a eu des victoires de marge très faibles dans trois États clés : le Michigan, de 0,2 %, la Pennsylvanie, de 0,7 % et le Wisconsin, de 0,8 %. La suppression d’électeurs peut très certainement faire la différence dans les affrontements avec des marges aussi étroites. Il faut également prendre en compte que certains citoyens n’exercent pas leur droit de vote. En effet, environ 43 % des électeurs admissibles n’ont pas voté en 2016. Selon les estimations les plus récentes, environ 34 % des électeurs éligibles, soit environ un sur trois, n’ont pas voté en 2020. Comment maintenir ce nouveau taux de participation record, voire l’améliorer, alors que le fascisme n’est plus une option de vote ?

    Pouvez-vous nous parler du travail de la Fondation Andrew Goodman dans l'intersection entre deux grands enjeux : le droit de vote et le racisme systémique ?

    La mission de la Fondation Andrew Goodman est de transformer les voix et les votes des jeunes en une force puissante pour la démocratie. Notre programme Vote Everywhere est un mouvement national non partisan dirigé par des jeunes pour l'engagement civique et la justice sociale, présent sur des campus partout dans le pays. Le programme offre une formation, des ressources et un accès à un réseau de pairs. Nos ambassadeurs Andrew Goodman enregistrent les jeunes électeurs, éliminent les obstacles au vote et abordent d'importantes questions de justice sociale. Nous sommes présents dans près de 100 campus à travers le pays et avons une présence sur un large éventail de campus, y compris des institutions visant principalement des personnes noires, comme les collèges et universités historiquement afro-américains.

    Ce qui est puissant dans l'organisation et le vote des jeunes, c'est que cela transcende tous les clivages : sexe, race, origine nationale et même appartenance à un parti. Cette situation est née dans l'histoire de l'expansion du vote des jeunes en 1971, lorsque le 26e amendement à la Constitution a été ratifié, abaissant l'âge de vote à 18 ans et interdisant la discrimination fondée sur l'âge dans l'accès au droit de vote. Il s'agit de l'amendement le plus rapidement ratifié de l'histoire américaine, en grande partie parce qu'il a reçu un soutien quasi unanime à travers les divisions partisanes. Il a été reconnu que les jeunes électeurs aident à maintenir la boussole morale du pays, comme l'a déclaré le président de l'époque, Richard Nixon, lors de la cérémonie de signature de l'amendement.

    L'héritage d'Andrew Goodman est directement lié aux luttes de solidarité entre les communautés pour le bien de l'ensemble. Tout au long des années 1960, des étudiants noirs du sud se sont courageusement assis face aux comptoirs de salles appartenant aux Blancs lors d'un acte politique de désobéissance dans le but de protester pour atteindre l'intégration et l'égalité. En mai 1964, de jeunes Américains de tout le pays se sont rendus dans le sud à l’occasion du Freedom Summer pour inscrire des électeurs noirs et abolir le système de ségrégation de Jim Crow. Trois jeunes activistes des droits civiques ont été tués par le Ku Klux Klan avec le soutien du bureau du shérif du comté : Andy Goodman et Mickey Schwerner, deux hommes juifs de New York, ayant tout juste 20 et 24 ans, et James Chaney, un homme noir du Mississippi, de seulement 21 ans. Leurs histoires ont touché une corde sensible qui a contribué à galvaniser le soutien à l'adoption de la loi sur les droits civils de 1964 et de la loi sur les droits de vote de 1965. C'est une histoire sur le pouvoir de jeunes visionnaires qui luttent pour leur avenir, sur la solidarité et le pouvoir qui peuvent être construits à partir de la confluence et du travail conjoint d'Américains d'origines différentes.

    Les jeunes activistes ont dirigé divers mouvements de justice sociale des années 60, tout comme ils le font encore aujourd'hui. Lorsque ce pays a répondu en adoptant des réformes critiques, les jeunes ont utilisé leur propre droit de vote lorsqu'ils ont été envoyés à la mort au début de la guerre interminable du Vietnam. Aujourd'hui, les jeunes mènent l'appel pour la justice climatique, le contrôle des armes à feu, la dignité humaine pour nos communautés noires et immigrées et l'accès à l'enseignement supérieur. Ce sont eux qui ont le plus à gagner ou à perdre aux élections, car ce sont eux qui hériteront l’avenir. Ils reconnaissent, en particulier à la lumière des changements démographiques que le pays a connus, que la question du droit de vote des jeunes est une question de justice raciale. Dans la mesure où nous pouvons voir le vote des jeunes comme un facteur unificateur, puisque tous les électeurs ont autrefois été jeunes, nous espérons insuffler un peu de bon sens dans un système controversé et polarisé.

    L'espace civique aux États-Unis est classé « obstrué » par leCIVICUS Monitor.
    Entrez en contact avec la Fondation Andrew Goodman via sonsite Web ou sa pageFacebook, et suivez@AndrewGoodmanF et@YaelBromberg sur Twitter.

     

     

  • HAÏTI : « Il est possible de passer de l’ingérence étrangère à un véritable leadership du peuple haïtien »

    Ellie Happel

    CIVICUS s’entretient avec Ellie Happel, professeur de la Global Justice Clinic et directrice du Haiti Project à la New York University School of Law. Ellie a vécu et travaillé en Haïti pendant plusieurs années, et son travail se concentre sur la solidarité avec les mouvements sociaux en Haïti et la justice raciale et environnementale

    Quels ont été les principaux développements politiques depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021 ?

    En tant qu’Américaine, je voudrais commencer par souligner le rôle que le gouvernement américain a joué dans la création de la situation actuelle. L’histoire des interventions étrangères improductives et oppressives est longue.

    Pour comprendre le contexte de la présidence de Moïse, il faut toutefois remonter au moins à 2010. Après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti en janvier 2010, les États-Unis et d’autres acteurs extérieurs ont appelé à la tenue d’élections. Les gens n’avaient pas leur carte de vote ; plus de deux millions de personnes avaient perdu leur maison. Mais les élections ont eu lieu. Le gouvernement américain est intervenu au second tour des élections présidentielles haïtiennes, en appelant le candidat et fondateur du parti PHTK, Michel Martelly, à se présenter au second tour. Martelly a été élu par la suite.

    Pendant la présidence de Martelly, nous avons assisté à un déclin des conditions politiques, économiques et sociales. La corruption était bien documentée et endémique. Martelly n’a pas organisé d’élections et a fini par gouverner par décret. Il a choisi lui-même Moïse pour successeur. Le gouvernement américain a fortement soutenu les administrations de Martelly et de Moïse malgré l’augmentation de la violence, la destruction des institutions gouvernementales haïtiennes, la corruption et l’impunité qui ont eu lieu sous leur règne.

    La mort de Moïse n’est pas le plus gros problème auquel Haïti est confronté. Pendant son mandat, Moïse a effectivement détruit les institutions haïtiennes. Le peuple haïtien s’est soulevé contre le régime du PHTK en signe de protestation, et il a été accueilli par la violence et la répression. Il existe des preuves de l’implication du gouvernement dans des massacres de masse de personnes dans des régions connues pour leur opposition au PHTK.

    Deux semaines avant l’assassinat de Moïse, un militant de premier plan et une journaliste très connue ont été assassinés en Haïti. Diego Charles et Antoinette Duclair demandaient des comptes. Ils étaient actifs dans le mouvement visant à construire un Haïti meilleur. Ils ont été tués en toute impunité.

    Il est clair que la crise actuelle n’a pas pour origine l’assassinat de Moïse. Elle est le résultat de l’échec des politiques étrangères et de la façon dont le gouvernement haïtien a réprimé et stoppé les manifestations de l’opposition qui demandait des comptes pour la corruption et la violence, et qui exigeait le changement.

    Ce qui me donne actuellement de l’espoir, c’est le travail de la Commission pour une solution haïtienne à la crise, qui a été créée avant l’assassinat de Moïse. La Commission est un large groupe de partis politiques et d’organisations de la société civile (OSC) qui se sont réunis pour travailler collectivement à la reconstruction du gouvernement. C’est l’occasion de passer de l’ingérence étrangère à un véritable leadership du peuple haïtien.

    Quel est votre point de vue sur le report des élections et du référendum constitutionnel, et quelles sont les chances que des votes démocratiques aient lieu ?

    Dans le climat actuel, les élections ne sont pas la prochaine étape pour résoudre la crise politique d’Haïti. Les élections ne devraient pas avoir lieu tant que les conditions d’un vote équitable, libre et légitime ne sont pas réunies. Les élections de ces 11 dernières années démontrent qu’elles ne sont pas un moyen automatique de parvenir à une démocratie représentative.

    Aujourd’hui, la tenue d’élections se heurte à de nombreux obstacles. Le premier est celui de la gouvernance : les élections doivent être supervisées par un organe de gouvernance légitime et respecté par le peuple haïtien. Il serait impossible pour le gouvernement de facto d’organiser des élections. Le deuxième problème est la violence des gangs. On estime que plus de la moitié de Port-au-Prince est sous le contrôle des gangs. Lorsque le conseil électoral provisoire a préparé les élections il y a quelques mois, son personnel n’a pas pu accéder à un certain nombre de centres de vote en raison du contrôle exercé par les gangs. Troisièmement, les électeurs haïtiens éligibles devraient avoir des cartes d’identité d’électeur.

    Le gouvernement américain et d’autres acteurs doivent affirmer le droit du peuple haïtien à l’autodétermination. Les États-Unis ne devraient ni insister ni soutenir des élections sans preuve de mesures concrètes pour garantir qu’elles soient libres, équitables, inclusives et perçues comme légitimes. Les OSC haïtiennes et la Commission indiqueront quand les conditions sont réunies pour des élections libres, équitables et légitimes.

    Y a-t-il une crise migratoire causée par la situation en Haïti ? Comment peut-on relever les défis auxquels sont confrontés les migrants haïtiens ?

    Ce que nous appelons la « crise migratoire » est un exemple frappant de la manière dont la politique étrangère et la politique d’immigration des États-Unis à l’égard d’Haïti ont longtemps été affectées par le racisme anti-Noir.

    De nombreux Haïtiens qui ont quitté le pays après le tremblement de terre de 2010 se sont d’abord installés en Amérique du Sud. Beaucoup sont repartis par la suite. Les économies du Brésil et du Chili se sont détériorées, et les migrants haïtiens se sont heurtés au racisme et au manque d’opportunités économiques. Des familles et des individus ont voyagé vers le nord, à pied, en bateau et en bus, en direction de la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

    Depuis de nombreuses années, le gouvernement américain ne permet pas aux migrants haïtiens et aux autres migrants d’entrer aux États-Unis. Il expulse des personnes sans entretien de demande d’asile - un entretien de « crainte fondée », qui est requis par le droit international - vers Haïti.

    Le gouvernement américain doit cesser d’utiliser le titre 42, une disposition de santé publique, comme prétexte pour expulser des migrants. Le gouvernement américain doit au contraire offrir une aide humanitaire et soutenir le regroupement familial et la relocalisation des Haïtiens aux États-Unis.

    Il est impossible de justifier une expulsion vers Haïti à l’heure actuelle, pour les mêmes raisons que le gouvernement américain a déconseillé aux citoyens américains de s’y rendre. On estime à près de 1 000 le nombre de cas documentés d’enlèvement en 2021. Des amis expliquent que tout le monde est en danger. Les enlèvements ne sont plus ciblés, mais des écoliers, des marchands de rue et des piétons sont pris en otage pour exiger de l’argent. Le gouvernement américain a non seulement déclaré qu’Haïti n’était pas un pays sûr pour les voyages, mais en mai 2021, le ministère américain de la sécurité intérieure a désigné Haïti comme bénéficiaire du statut de protection temporaire, permettant aux ressortissants haïtiens admissibles résidant aux États-Unis de demander à y rester parce qu’Haïti ne peut pas rapatrier ses ressortissants en toute sécurité.

    Les États-Unis doivent mettre fin aux déportations vers Haïti. Les États-Unis et d’autres pays d’Amérique doivent commencer à reconnaître, traiter et réparer la discrimination anti-Noir qui caractérise leurs politiques d’immigration.

    Que devrait faire la communauté internationale, et en particulier les États-Unis, pour améliorer la situation ?

    Premièrement, la communauté internationale devrait suivre l’exemple des OSC haïtiennes et s’engager de manière sérieuse et solidaire avec la Commission pour une solution haïtienne à la crise. Daniel Foote, l’envoyé spécial des États-Unis pour Haïti, a démissionné en signe de protestation huit semaines après son entrée en fonction ; il a déclaré que ses collègues du département d’État n’étaient pas intéressés par le soutien de solutions dirigées par les Haïtiens. Les États-Unis devraient jouer le rôle d’encourager la recherche d’un consensus et de faciliter les conversations pour faire avancer les choses sans interférer.

    Deuxièmement, toutes les déportations vers Haïti doivent cesser. Elles ne sont pas seulement des violations du droit international. Elles sont aussi hautement immorales et injustes.

    Les étrangers, y compris moi-même, ne sont pas les mieux placés pour prescrire des solutions en Haïti : nous devons plutôt soutenir celles créées par le peuple haïtien et les organisations haïtiennes. Il est temps pour le peuple haïtien de décider de la voie à suivre, et nous devons le soutenir activement, et le suivre.

    L’espace civique en Haïti est classé « réprimé » par leCIVICUS Monitor.

    Suivez@elliehappelsur Twitter.

     

  • RÉPUBLIQUE DOMINICAINE : « Nous faisons partie d’un mouvement antiraciste global »

    CIVICUS s’entretient avec Elena Lorac, coordinatrice de Reconoci.do, un réseau civique indépendant et pluraliste composé principalement de jeunes Dominicains d’origine haïtienne. Reconoci.do défend les droits humains et promeut l’intégration réelle, pleine et effective des Dominicains d’origine haïtienne dans la société dominicaine. Présent sur tout le territoire de la République dominicaine, Reconoci.do défend la vision d’un pays multiculturel où les personnes de toutes origines vivent ensemble avec dignité, sans stigmatisation ni discrimination, et où leurs droits fondamentaux sont respectés par la société et protégés par l’État.