racisme

 

  • ÉTATS-UNIS : « L'élection de 2020 est un mandat politique et moral contre le fascisme »

    CIVICUS discute de la suppression d’électeurs et de ses implications pour la démocratie aux États-Unis avec Yael Bromberg, conseillère principale dans le domaine du droit de vote à la Fondation Andrew Goodman, une organisation qui travaille pour rendre la voix des jeunes - l'un des groupes d'électeurs les plus sous-représentés aux États-Unis – une force puissante pour la démocratie. La Fondation a été créée en 1966 pour perpétuer l'esprit et la mission d'Andy Goodman, qui en 1964 a rejoint Freedom Summer, un projet pour inscrire au vote les Afro-américains afin de démanteler la ségrégation et l'oppression, et a été assassiné par le Ku Klux Klan lors de son premier jour au Mississippi. La Fondation soutient le développement du leadership des jeunes, l'accessibilité au vote et des initiatives de justice sociale dans près d'une centaine d'établissements d'enseignement supérieur à travers le pays.

    Yael Bromberg

    Pour un observateur extérieur, il est déroutant qu'un pays qui se présente comme le paradigme de la démocratie érige des barrières qui limitent le droit de vote de millions de ses citoyens. Pouvez-vous nous parler un peu plus sur le phénomène de suppression des électeurs aux États-Unis ?

    Il est vrai que les États-Unis se sont présentés comme un modèle de démocratie. En tant que citoyenne immigrée naturalisée dont les grands-parents ont survécu à l'Holocauste et aux goulags soviétiques, j'apprécie le caractère unique de certaines des libertés dont bénéficie ce pays. Par exemple, alors même que notre système judiciaire est actuellement gravement menacé par la politisation et la polarisation des juges, il a généralement résisté au type de corruption enraciné dans d'autres pays. Bien que notre système juridique soit sous tension et qu'il existe certaines pratiques bien ancrées, telles que l'impunité policière extrême, qui doivent être corrigées, notre système législatif peut, s'il le souhaite, combler les lacunes du système judiciaire. Même si l'injection de grosses sommes d'argent, y compris de l'argent provenant de sources obscures, a étouffé notre politique, les plus sérieux défenseurs de la démocratie, qui ont résisté à bien pire, nous apprennent que la démocratie est un chemin long et persistant plus qu'une destination. Certes, dans ce pays, nous avons des problèmes systémiques qui nécessitent une réforme profonde, et les vies de personnes en chair et en os sont sous péril à cause des dysfonctionnements de la tyrannie d'une minorité. Mais nous avons aussi les principes fondateurs des Etats-Unis - la liberté et l'égalité - et la capacité d’atteindre notre idéal.

    A l’époque fondatrice de cette nation, seuls les hommes blancs qui possédaient des biens avaient le droit de vote. Grâce au processus de ratification constitutionnelle, l'esclavage a été aboli et le droit de vote a été accordé aux hommes libres. Des lois injustes ont persisté, tels que les tests d'alphabétisation et les taxes électorales, utilisés pour empêcher les minorités raciales de voter. Cela a été combiné avec d'autres lois de l'ère Jim Crow qui offraient des raisons arbitraires pour emprisonner les esclaves libérés et les forcer à retourner dans les camps de travail, les privant du droit de vote une fois libres. La résistance populaire s'est accrue au fur et à mesure que la violence physique et politique du système de ségrégation devenait apparente dans les années 1960, entraînant des lois plus fortes et de nouveaux amendements constitutionnels.

    Aujourd'hui, la suppression d’électeurs équivaut à la situation du renard gardant le poulailler. Ceux qui ont le privilège de définir les lois déterminent l’inclusion des uns et l’exclusion des autres. Par exemple, des lois strictes d'identification des électeurs qui vont au-delà de l'exigence d'une preuve d'identité standard se sont répandues partout dans le pays après l'élection d'Obama à la présidence. L'Alabama a établi des règles strictes d'identification des électeurs et a par la suite fermé les bureaux de délivrance des permis de conduire, où de telles identifications pouvaient être obtenues, dans les grandes zones rurales de l'état où réside la population noire. Les politiciens dessinent les limites de leurs districts pour assurer l'avenir de leur propre parti et leurs opportunités personnelles futures d’accès au poste. Il n'y a pas de bureaux de vote sur les campus universitaires, où les jeunes sont concentrés. Même pendant une pandémie mondiale, voter par correspondance n'est toujours pas un droit universel. Alors qu'un état, le New Jersey, établit au moins dix bureaux de vote par ville pour recueillir les bulletins de vote envoyés par la poste, un autre, le Texas, a fait recours aux tribunaux afin d’en limiter la quantité à un par comté, et a obtenu gain de cause. Ainsi, lorsque ces lois sont portées devant les tribunaux, ceux-ci ne se prononcent pas toujours en faveur des électeurs, ce qui est d’autant plus grave.

    La saison électorale de 2020 a été particulièrement surprenante. La magistrature fédérale semble obsédée par l'idée que les modifications de dernière minute des règles électorales conduisent à la suppression des électeurs, et ce même lorsqu'il s'agit de lois qui élargissent l'accès au vote. Cela défie la logique. Si une loi y limite l'accès, c'est compréhensible. Mais si une loi élargit simplement l'accès, le préjudice porté aux électeurs est difficilement identifiable.

    La question qui découle naturellement de notre paradigme est la suivante : si l'Amérique est vraiment un exemple de démocratie, alors pourquoi avons-nous peur d'embrasser les trois premiers mots de notre Constitution : « Nous, le peuple » ?

    Considérez-vous que la suppression des électeurs constitue une problématique cruciale dans le contexte des élections présidentielles de 2020 ?

    Absolument. L'élection présidentielle de 2020 engendre au moins cinq conclusions importantes : 1) Les gouvernements étatiques peuvent facilement élargir l'accès aux urnes en toute sécurité, notamment en prolongeant les périodes de vote anticipé et les possibilités de voter par correspondance; 2) Les électeurs de tous les partis profitent de ces mécanismes et en bénéficient, comme en témoigne le taux de participation électorale de cette année; 3) L'expansion et la modernisation électorales ne conduisent pas à la fraude électorale; 4) Cette année, les électeurs ont été motivés à voter malgré les obstacles discriminatoires et arbitraires qui se dressaient sur leur chemin; 5) Le mythe de la fraude électorale, plus que la preuve réelle et systémique de fraude, est apparu comme une menace importante à la fois pour protéger l'accès aux urnes et pour maintenir la confiance du public dans notre système électoral.

    En 2013, la Cour Suprême a supprimé une disposition clé de la loi de 1965 sur les droits de vote. Ce garde-fou exigeait que les états présentant une trajectoire historique de suppression des électeurs obtiennent une approbation avant de modifier leurs lois électorales. Une fois la sauvegarde supprimée, les portes vers la suppression d’électeurs se sont ouvertes. Le nombre de bureaux de vote a été réduit : 1 700 bureaux de vote ont été fermés entre 2012 et 2018, dont 1 100 entre les élections de mi-mandat de 2014 et 2018. Des lois strictes d'identification des électeurs ont été adoptées, ce qui rend difficile l'accès au vote pour les pauvres, les personnes de couleur et les jeunes. D'autres mesures, telles que la purge des listes électorales des états et la re-délimitation des circonscriptions électorales, ont encore dilué le pouvoir du vote. Il est important de garder à l'esprit que tout cela se fait au détriment des contribuables, qui paient la facture d'un système judiciaire engorgé par des dossiers accumulés et des frais de justice du parti au pouvoir ; et aux dépens des électeurs, qui sont contraints d'accepter les résultats d'un système électoral truqué, bien que dans le futur une législation qui supprime les électeurs puisse être abrogée.

    Le chant mensonger de la fraude électorale a provoqué une régression des droits dans tous les domaines. Il n'y a aucune raison pour que, en particulier en pleine pandémie, l'accès au vote par correspondance ne soit pas universel. Cependant, huit états n'autorisaient que les électeurs de plus d'un certain âge à voter par correspondance, mais pas les plus jeunes. La pandémie ne discrimine pas et notre système électoral ne devrait pas le faire non plus. De même, le service postal des États-Unis s'est soudainement politisé car il devenait de plus en plus évident que les gens voteraient par la poste en nombre sans précédent. Les discussions sur sa privatisation ont repris et des ordres de démantèlement de machines coûteuses de tri du courrier ont été donnés ayant pour seul objectif de supprimer des votes. Après l'élection, la campagne électorale de Trump a beaucoup nuit dans sa tentative de délégitimer les résultats, malgré le fait qu'aucune preuve de fraude électorale n'ait été trouvée dans les plus de 50 poursuites qui ont contesté le résultat des élections. Or il a rendu un mauvais service au pays, car il a convaincu une proportion substantielle de la base de l'un des grands partis politiques de remettre en question le résultat d'une élection que l'Agence pour les Infrastructures et la Cybersécurité avait déclarée « la plus sûre dans l’histoire des États-Unis ».

    Pendant que tout cela se déroulait, la pandémie a également entraîné une extension de l'accès dans des domaines essentiels. Même certains états dirigés par les républicains ont mené l'élargissement de la période de vote anticipé et l'accès aux systèmes de vote par correspondance. Nous devons saisir cela comme une opportunité d'apprentissage pour conduire une modernisation électorale sensée, de sorte qu'il ne s'agisse pas d'un événement ponctuel associé à la pandémie. Le COVID-19 a normalisé la modernisation électorale, qui est passée d'une question marginale du progressisme à une question inscrite à l'ordre du jour partagé, accroissant le domaine d’action et le pouvoir des électeurs de tous les horizons politiques. De plus, si les poursuites sans fin et sans fondement intentées par la campagne de Trump peuvent imprégner un certain segment des électeurs, on se demande si elles finiront par convaincre le pouvoir judiciaire qu'il n'y a pas de fraude électorale généralisée. Ceci est important car de nouvelles lois étatiques de suppression des électeurs seront sans doute introduites à la suite de ces élections, comme après l'élection d'Obama en 2008, et celles-ci seront certainement contestées devant les tribunaux. Peut-être que cette fois-ci le pouvoir judiciaire répondra différemment à ces défis, à la lumière de l'examen du processus électoral de 2020.

    Aussi persistants que soient les efforts de suppression des électeurs, la réponse lors de ce cycle a été de submerger le système dans l’accroissement de participation électorale. Comme prévu, la participation électorale a atteint des niveaux sans précédent. Les premières estimations indiquent que la participation des jeunes à ce cycle était encore plus élevée qu'en 1971, quand l'âge de voter a été abaissée à 18 ans et que l'inscription des électeurs potentiels a été soudainement élargie. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre le niveau d’apathie électorale que nous avons connu dans le passé. En 2016, il y a eu des victoires de marge très faibles dans trois états clés : le Michigan, de 0,2%, la Pennsylvanie, de 0,7% et le Wisconsin, de 0,8%. La suppression d’électeurs peut très certainement faire la différence dans les affrontements avec des marges aussi étroites. Cependant, il ne faut pas oublier le pouvoir de vote : environ 43% des personnes habiles à voter n'ont pas voté en 2016. Les estimations les plus récentes indiquent qu'environ 34% des personnes qui peuvent voter, soit environ un sur trois, n'ont pas voté en 2020. Comment maintenir ce nouveau taux de participation record, voire l'améliorer, alors que l'option du fascisme n'est plus en jeu dans les urnes ?

    Pouvez-vous nous parler du travail de la Fondation Andrew Goodman dans l'intersection entre deux grands enjeux : le droit de vote et le racisme systémique ?

    La mission de la Fondation Andrew Goodman est de transformer les voix et les votes des jeunes en une force puissante pour la démocratie. Notre programme Vote Everywhere est un mouvement national non partisan dirigé par des jeunes pour l'engagement civique et la justice sociale, présent sur des campus partout dans le pays. Le programme offre une formation, des ressources et un accès à un réseau de pairs. Nos ambassadeurs Andrew Goodman enregistrent les jeunes électeurs, éliminent les obstacles au vote et abordent d'importantes questions de justice sociale. Nous sommes présents dans près de 100 campus à travers le pays et avons une présence sur un large éventail de campus, y compris des institutions visant principalement des personnes noires, comme les collèges et universités historiquement afro-américains.

    Ce qui est puissant dans l'organisation et le vote des jeunes, c'est que cela transcende tous les clivages : sexe, race, origine nationale et même appartenance à un parti. Cette situation est née dans l'histoire de l'expansion du vote des jeunes en 1971, lorsque le 26e amendement à la Constitution a été ratifié, abaissant l'âge de vote à 18 ans et interdisant la discrimination fondée sur l'âge dans l'accès au droit de vote. Il s'agit de l'amendement le plus rapidement ratifié de l'histoire américaine, en grande partie parce qu'il a reçu un soutien quasi unanime à travers les divisions partisanes. Il a été reconnu que les jeunes électeurs aident à maintenir la boussole morale du pays, comme l'a déclaré le président de l'époque, Richard Nixon, lors de la cérémonie de signature de l'amendement.

    L'héritage d'Andrew Goodman est directement lié aux luttes de solidarité entre les communautés pour le bien de l'ensemble. Tout au long des années 1960, des étudiants noirs du sud se sont courageusement assis face aux comptoirs de salles appartenant aux Blancs lors d'un acte politique de désobéissance dans le but de protester pour atteindre l'intégration et l'égalité. En mai 1964, de jeunes Américains de tout le pays se sont rendus dans le sud à l’occasion du Freedom Summer pour inscrire des électeurs noirs et abolir le système de ségrégation de Jim Crow. Trois jeunes activistes des droits civiques ont été tués par le Ku Klux Klan avec le soutien du bureau du shérif du comté : Andy Goodman et Mickey Schwerner, deux hommes juifs de New York, ayant tout juste 20 et 24 ans, et James Chaney, un homme noir du Mississippi, de seulement 21 ans. Leurs histoires ont touché une corde sensible qui a contribué à galvaniser le soutien à l'adoption de la loi sur les droits civils de 1964 et de la loi sur les droits de vote de 1965. C'est une histoire sur le pouvoir de jeunes visionnaires qui luttent pour leur avenir, sur la solidarité et le pouvoir qui peuvent être construits à partir de la confluence et du travail conjoint d'Américains d'origines différentes.

    Les jeunes activistes ont dirigé divers mouvements de justice sociale des années 60, tout comme ils le font encore aujourd'hui. Lorsque ce pays a répondu en adoptant des réformes critiques, les jeunes ont utilisé leur propre droit de vote lorsqu'ils ont été envoyés à la mort au début de la guerre interminable du Vietnam. Aujourd'hui, les jeunes mènent l'appel pour la justice climatique, le contrôle des armes à feu, la dignité humaine pour nos communautés noires et immigrées et l'accès à l'enseignement supérieur. Ce sont eux qui ont le plus à gagner ou à perdre aux élections, car ce sont eux qui hériteront l’avenir. Ils reconnaissent, en particulier à la lumière des changements démographiques que le pays a connus, que la question du droit de vote des jeunes est une question de justice raciale. Dans la mesure où nous pouvons voir le vote des jeunes comme un facteur unificateur, puisque tous les électeurs ont autrefois été jeunes, nous espérons insuffler un peu de bon sens dans un système controversé et polarisé.

    L'espace civique aux États-Unis est classé « obstrué » par leCIVICUS Monitor.
    Entrez en contact avec la Fondation Andrew Goodman via sonsite Web ou sa pageFacebook, et suivez@AndrewGoodmanF et@YaelBromberg sur Twitter.

     

  • RÉPUBLIQUE DOMINICAINE : « Nous faisons partie d’un mouvement antiraciste global »

    CIVICUS s’entretient avec Elena Lorac, coordinatrice de Reconoci.do, un réseau civique indépendant et pluraliste composé principalement de jeunes Dominicains d’origine haïtienne. Reconoci.do défend les droits humains et promeut l’intégration réelle, pleine et effective des Dominicains d’origine haïtienne dans la société dominicaine. Présent sur tout le territoire de la République dominicaine, Reconoci.do défend la vision d’un pays multiculturel où les personnes de toutes origines vivent ensemble avec dignité, sans stigmatisation ni discrimination, et où leurs droits fondamentaux sont respectés par la société et protégés par l’État.