droits des femmes

 

  • ‘In response to anti-right narratives, we need to support one another in all of our diversity’

    Sahar MoazamiAs part of our 2019thematic report, we are interviewing civil society activists and leaders about their experiences of backlash from anti-rights groups and their strategies to strengthen progressive narratives and civil society responses. CIVICUS speaks to Sahar Moazami, OutRight Action International’s United Nations Program Officer. Sahar is trained as a lawyer specialising in international human rights law. Primarily based in the USA, OutRight has staff in six countries and works alongside LGBTQI people across four continents to defend and advance the human rights of LGBTQI people around the world. Founded in 1990 as the International Gay and Lesbian Human Rights Commission, it changed its name in 2015 to reflect its commitment to advancing the human rights of all LGBTQI people. It is the only LGBTQI civil society organisation with a permanent advocacy presence at the United Nations Headquarters in New York.

    OutRight is unique in that it has a permanent presence at the United Nations (UN). Can you tell us what kind of work you do at the UN, and how this work helps advance the human rights of LGBTQI people around the world?

    OutRight is indeed uniquely placed. We are the only LGBTQI-focused and LGBTQI-led organisation with UN ECOSOC (Economic and Social Council accreditation) status focusing on the UN in New York. Prior to 2015, when we formalised the programme as it exists today, we would do UN work, but with a focus on human rights mechanisms in Geneva and a more ad-hoc participation in New York, such as making submissions on LGBTQI issues to human rights treaty bodies with civil society partners in specific countries or bringing speakers to sessions and interactive dialogues.

    In 2015 we reviewed our strategic plan and realised that we were uniquely placed: we are based in New York, we are the only LGBTQI organisation here with ECOSOC status, there are a number of UN bodies here in New York, and there is a bit of a gap in LGTBQI presence. So we decided to shift our focus, also taking into consideration that we work with a lot of great colleagues overseas, like ILGA (the International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association), which is permanently based and has staff in Geneva, or COC Netherlands, which has easier access than us to Geneva mechanisms. So it made sense, given that we had great colleagues working in Geneva and we were the only ones based here, to try and make sure we were using our resources constructively and thus covering all spaces. As a result, we now focus specifically on the UN in New York, which is quite an interesting landscape.

    While there are 47 states at a time that are actively engaged with the Human Rights Council in Geneva, all states that are UN members have a permanent presence in New York, throughout the year. This creates an opportunity for continuous engagement. We are part of an informal working group, the UN LGBTI Core Group, which includes 28 UN member states, the Office of the High Commissioner for Human Rights, and Human Rights Watch, alongside OutRight Action International. This group provides the space to do LGBTQI advocacy throughout the year and gives us direct access to the 28 member states involved. We work in the UN LGBTI Core Group to identity and take advantage of opportunities for promoting LGBTQI inclusivity and convene events to increase visibility. While we also engage with other states, the Core Group provides a specific space for the work that we do.

    In addition to year-round engagement with member states, there are a number of sessions that are of particular interest: the UN General Assembly, the Commission on the Status of Women (CSW) in March and the High-Level Political Forum on the Sustainable Developments Goals in July. In all of these forums we provide technical guidance to UN member states on using inclusive language in resolutions and outcome documents and we host events with Core Group and non-Core Group member states relevant to topics and themes discussed in these forums, with the aim of increasing LGBTQI visibility and inclusion. Throughout the year we also work on the Security Council, as members of the NGO Working Group on Women, Peace and Security.

    Every December we hold our own flagship programme, in which we support between 30 and 40 activists from all around the world to come and undergo training on UN mechanisms in New York, and take part in numerous meetings with UN officials and bodies, and member states.

    The impact that our work has on people’s lives depends on our ability to leverage the status that we have to open doors. We use the access we have via our ECOSOC status to get our partners into spaces otherwise not available to them and to support them in their advocacy once they are there. So many things happen at the UN that have an impact on our lives, yet it is a system that is difficult to explain. It is easier to show activists the various UN mechanisms, how they work and how activists can use them to further their work.

    Being able to open spaces, bringing information and perspectives into the conversation and then getting the information that we are able to gather back to our partners on the ground so they can use it in their advocacy – that is what I am most proud of in terms of the real impact of our work on people’s lives.

    Over the past decade there have been sizeable advances in recognition of the human rights of LGBTQI people. Have you experienced backlash from anti-rights groups that oppose these gains?

    I think we are seeing significant progress. Over the past year, a number of countries passed or began to implement laws that recognise diverse gender identities and expand the rights of transgender people, remove bans against same-sex relations and recognise equal marriage rights to all people regardless of gender or sexual orientation. At the same time, and maybe in reaction to these gains, we are experiencing backlash. We are witnessing the rise of right-wing nationalism and anti-gender movements targeting gender equality and advocating for the exclusion of LGBTQI people and extreme restrictions on sexual and reproductive health and rights. This has led to a rise in queerphobic, and especially transphobic, rhetoric coming from political actors and, in some cases, attempts to roll back progress made to recognise the diversity of gender identities.

    The CSW is a good example of a space that has undergone regression, particularly regarding the rights of LGBTQI people. What we saw during its latest session, in March 2019, was a very vocal and targeted attack against trans individuals. The anti-gender narrative was present in side events that were hosted by states and civil society groups both at the UN and outside the UN.

    Do you think these groups are part of a new, more aggressive generation of anti-rights groups? Are they different in any way from the conservative groups of the past?

    I wouldn’t say they are so new, and they certainly did not come out of nowhere. Such narratives have been around in national discourse for quite a while. What seems new is the degree to which the right-wing groups promoting them have become emboldened. What has emboldened them the most is that powerful states are using their arguments. This anti-gender narrative has penetrated deeply and is reflected in negotiations and official statements. During the 73rd Session of the UN General Assembly, for example, representatives of the USA attempted to remove the word ‘gender’ from numerous draft resolutions, requesting to replace it with the term ‘woman’. And at the 63rd Session of the CSW, a number of delegations negotiating the official outcome document, including from Bahrain, Malaysia, Russia, Saudi Arabia and the USA, attempted to remove or limit references to gender throughout the document, proposing instead narrow terms reinforcing a gender binary, excluding LGBTQI – and especially trans persons – from the CSW's guidance to states on their gender equality efforts.

    So clearly the anti-rights discourse is not coming from fringe right-wing CSOs or individuals anymore, but from heads of state, government officials and national media platforms, which give it not just airtime, but also credibility. As a result, anti-rights groups feel increasingly free to be more upfront and upright. I don’t know if they are really increasing in popularity or if people who have always held these views are also emboldened by leaders of nations who are using the same rhetoric. Maybe these right-wing populist leaders just opened the door to something that was always there.

    But I think there is one change underway in terms of the kind of groups that promote anti-rights narratives. In the past it was clear that these were all religion-based organisations, but now we are seeing secular and non-secular groups coming together around the narrative of biology. Some of them even identify as feminists and as human rights defenders but are particularly hostile toward trans individuals. Of course, there are some groups that are clearly hijacking feminist concepts and language, attaching them to new interpretations that are clearly forced, but there are also groups that actually consider themselves to be feminists and believe that trans individuals should be expelled from feminist spaces.

    Either hypocritically or out of some sort of conviction, these groups are using feminist language to further their goals. And they are using the same rhetoric against abortion rights and the rights of LGBTQI people. They are well-funded. They have plenty of resources and supporters. Of course, plenty of people stand vocally in support of abortion rights, sexual health and education, and the human rights of LGBTQI people, but what I am trying to emphasise is that the anti-rights forces are mobilising people differently and are able to amplify their message in a way that makes them very dangerous.

    From our perspective, they are mobilising against the rights of certain people – but that is not the way they frame it. They are not explicit in using the human rights framework against certain categories of people. Rather they claim to be upholding principles around, say, the freedom of religion, the rights of children, or women’s rights. They depict the situation as though the rights of some groups would necessarily be sacrificed when the rights of other groups are realised; but this is a false dichotomy. Human rights are universal as well as indivisible.

    How can progressive rights-oriented civil society respond to help resist these advances?

    I think there are different tactics that we could use, and we are already using. There is an argument to be made against responding to things that are said by anti-gender and anti-rights groups. Faced with this challenge, different people would have different responses, and I can only speak from my personal background and for my organisation. I think that these are false narratives and we shouldn’t engage with them. We need to be more proactive. Rather than engaging, we should focus on ensuring that all the work we do is truly collaborative and intersectional, and that we acknowledge each other and support one another in all of our diversity.

    People who really uphold feminist values agree that the root of gender inequality is the social construction of gender roles and norms, and that these constructions produce personal and systemic experiences of stigma, discrimination and violence. Those of us who believe this need to continue mobilising our narratives to fight against structural barriers to equality. The fact that some anti-rights groups are using a bogus feminist rhetoric is no reason to abandon feminism, but rather the opposite – we need to embody the version of feminism that is most inclusive, the one that is truer to its principles. We cannot accept their claim that they speak for all of us. We need to reclaim feminism as our own space and reject the terms of the debate as they are presented to us.

    Get in touch with OutRight Action International through its website and Facebook page, or follow @OutRightIntl on Twitter.

     

  • ‘People have power, even if they don’t usually feel like they do’

    Ahead of the publication of the 2018 State of Civil Society Report on the theme of ‘Reimagining Democracy’, we are interviewing civil society activists and leaders about their work to promote democratic practices and principles, the challenges they encounter and the victories they score in doing so. CIVICUS speaks to Linda Kavanagh, spokesperson of the Abortion Rights Campaign, in the aftermath of the historic vote that repealed the eighth amendment of Ireland’s Constitution. Passed in 1983, this constitutional amendment recognised equal rights to life to an ‘unborn’ and a pregnant woman, banning abortion under any circumstances.

    See also our interview with Ivana Bacik, Irish Senator and campaigner for abortion rights.

    1. The vote in favour of repealing the eighth amendment of the Irish Constitution exceeded 66 per cent. Did you see it coming?

    We had lots of surprises – we certainly never saw 66 per cent coming. We thought it would be hard win, slightly over 50, 55 per cent at the most. We also thought that the people who were not really engaged would just stay home and not make what they surely considered a tough choice. But with close to 70 per cent, turnout was the third highest ever for a referendum.

    Just so it is clear, it wasn’t our choice to go to a referendum, and I would never recommend it if it can be avoided. It is really tough, and while we won, it was a hard win, as people had to expose themselves and their stories. It was also expensive. But it was the only way to do this, as the amendment was in the Constitution.

    2. What was the state of public opinion when the process started?

    It is not easy to put a date to the beginning of the process. For my organisation, the Abortion Rights Campaign, it began in 2012. We started work in reaction to two major incidents around abortion rights that took place in Ireland in 2012. In the summer of that year, Youth Defence, a very militant anti-choice organisation, put up billboards all around Dublin, saying that abortion hurt women, stigmatising women who had had abortions, and saying lots of things that weren’t true. The protests that took place in reaction to this campaign were the biggest pro-choice demonstrations in a long time. This time, we were also organising online, on Facebook and Twitter, and this made it easier to get information out, so the protests were quite large. The first March for Choice, held in September 2012, gathered a couple of thousand people, which was no small feat at the time. It was the biggest in about a decade.

    A month later, Savita Halappanavar died. Savita was pregnant and died because she was refused an abortion. She had been told she was going to have a miscarriage and there was a risk of infection but, according to the law, doctors were not allowed to intervene until her life was at imminent risk. This was a real wake-up call and put us under the global spotlight. Soon afterwards, in January 2013, the Abortion Rights Campaign began its work.

    But none of this happened out of the blue; it was the result of decades of activism. And of course, the Abortion Rights Campaign was just one among many groups rallying for repeal. But Savita’s death was a turning point: many young people started their journey when it happened. From then on, the Marches for Choice got bigger and bigger every year and at some point, we figured out that we had to call a referendum to repeal the eighth amendment and push for political change. We had been agitating for a while, marching in the streets and getting bigger and stronger, and in the meantime, other terrible things that happened strengthened the view that change was necessary, including a horrific court case involving a young brain-dead woman kept on life support against her family’s wishes because she was 16 weeks pregnant.

    3. How did you manage to shift public opinion towards repeal?

    In early 2016 Amnesty International commissioned a poll that showed overwhelming support for change, with a breakdown of where people stood regarding different causes for legal abortion, including incest, rape, risk to the woman’s health and foetal abnormality. A little under 40 per cent were in favour of allowing women to access abortion as they choose, while about 40 per cent were in favour of allowing it only under very restrictive circumstances. Going in, we estimated we were looking at a maximum of 45 per cent of support.

    So we started with a strong, solid base of 40-plus per cent, and we knew the other side had a solid 10 to 20 per cent. There were lots of people, another 40 per cent, who were in doubt, unsure of where they stood. These were the people who could tip the scale, so we had to go talk to them. The common thinking is that people who are unsure will stick to the status quo because that’s what they know. But we knew that when people get the facts, when they get to listen to the evidence, they tend to come to a more pro-choice position. We knew this because that is exactly what happened to each of us, personally: we heard about the issue, thought about it, said ‘well, actually that’s really unfair, let’s work on it’. That’s also what we saw happen at the Citizen’s Assembly and again at the Joint Parliamentary Committee. We saw this time and again and knew it was just a matter of letting people have these conversations. We knew there was a big swathe of people that needed to be persuaded one way or the other, so this was a big part of our strategy: to encourage conversation and bring the tools so they could take place.

    As activism grew and marches got bigger, we figured out a couple of things. One was that there was an increasing sentiment for change: no matter how you felt about abortion, there was a growing sense that the status quo was not helping women. Our abortion policies had drawn criticism from international human rights bodies. This just couldn’t go on – so at some point we needed to start talking to politicians to make sure they understood that they couldn’t brush the issue under the carpet anymore.

    So we decided to make abortion a red-line issue in the 2016 general elections – that is, a key issue that politicians would be asked about daily as they knocked on our doors to ask for our votes. And we gave people the language to talk to their politicians about the issue. We knew that if they encountered the issue once and again when they were canvassing, they would pay attention. We did this in a number of ways: we had civic engagement training sessions where we would give people information about how referendums work, how the law works, what it says about the issue, what we can do and what our position regarding free, safe and legal abortion is. And it worked! We succeeded in forcing the issue into the agenda.

    The other thing we realised is that, if and when this came to a referendum, it couldn’t just be a Dublin-based campaign – we had to go national. So we worked very hard to set up regional groups in every county around Ireland. By the time the referendum came, there was a pro-choice group in every county. And those groups went on to form canvassing groups that would hold their own events and talk to their politicians.

    4. What role did the media play in the process? How did you work with both traditional and social media?

    From my perspective, a key takeaway from the process is that it is vital to use social media to create a space so people can have a nuanced discussion about these issues.

    With traditional media, our hands were tied, because when it comes to controversial issues, they are required to provide ‘balanced coverage’. According to a 1995 Supreme Court ruling, it is unconstitutional for the government to spend taxpayers’ money to provide arguments for only one side in a referendum. As a result, any broadcaster that receives state funding must allocate equal airtime to both sides. So, if you talk on TV about how you had an abortion, or you say you are pro-choice, the opposite view has to be given space as well. Even if someone was telling their actual story of needing an abortion and having to travel to the UK, saying exactly what had happened to them, rather than preaching about right or wrong, there would be someone who would be called in to ‘balance’ that. And the rule was interpreted very broadly, so it applied not just during the referendum campaign but also for years before that. It was very stifling.

    In other words, traditional media were a massive block to people’s education. You normally look to the media to educate yourself on an issue, but it is not educational to constantly pitch ideas against each other, especially on an issue as complex and nuanced as abortion can be. So we had to bypass the mainstream media to get to the people. Fortunately, we exist in the time of social media, and we put a lot of effort into it and gave people the language and the nuance to talk about these things. We were used to hearing discussions about the morality of abortion where it was either right or wrong: there was no middle ground for people who were not that comfortable with it but thought the status quo was bad, and there was no room to talk about it.

    We advocate for free, safe and legal abortion for anyone who wants or needs one, no questions asked, because we know it’s the gold standard and believe that women having choice and control over their own lives is a good thing. But we didn’t want to impose this on people. Rather we wanted to give people the language to talk about it, allowing them to ask more questions, to find out what they were ready to accept and how far they were ready to go. This really worked. There has been so much discussion about the dark web, bots, trolls and possible interference with the campaign – but there were hundreds of pro-choice Twitter accounts and Facebook profiles set by hundreds of pro-choice individuals, and we had tools to protect the space we had created where these discussions were taking place. For instance, a group of volunteers created Repeal Shield, which was basically a public list of bots and troll accounts. When a user flagged an account by messaging @repeal_shield, a volunteer would investigate, and if the account met the criteria of being a bot or troll, it would be added to the list. As a result, people could keep having a conversation without interference.

    One big takeaway from this is that people have power. They usually don’t feel like they do, but what they do matters. Someone clicking ‘like’ on your page because they really like it means so much more than paid advertising. People don’t realise that, but when it comes to something that needs to be shared by many people or otherwise won’t be visible at all, this gives everyone a bit of power. Of course, there’s a lot more to activism than clicking ‘like’ on a Facebook post, but every little thing adds up.

    We are always told that there we are an echo chamber, that we only talk with people who already think alike, but it turned out that we weren’t doing this at all. We got 66 per cent of the vote. That was not an echo chamber. That was reality.

    Traditional media and politicians were slower to catch up to this, so we carved our own way. I am not saying this is the way to go for every activist group around the world. For one, Ireland has very good internet coverage, most people have access to it, and we have high user rates of Twitter and Instagram. This is not the case everywhere. But we used the tools we had, and it worked for us.

    5. What other tactics did you use?

    We gave people the language and an understanding of the political process, and that didn’t happen on social media; it happened on the ground. We would talk to people and they would bring the issue to their doorsteps. The Abortion Rights Campaign is a grassroots organisation, and what we did best was give people those tools so that they could then use them themselves. For years we had stalls every second week so people would come, have a chat, get information, take a leaflet. We had monthly meetings so people would learn about the organisation and how they could join, and sometimes we had somebody bring in a different perspective, such as a migrant or somebody from Direct Provision, a terrible institution for asylum seekers. We also developed training activities for marginalised groups about abortion in a wider reproductive context.

    Other groups would lobby politicians. We are now probably going to do so, but at the time the grassroots campaign was our main concern. We also did advocacy at both the national and international levels, including submissions to various United Nations bodies. And we maintained links with Irish groups in other countries, because the Irish diaspora is very focused on this issue. We also had connections with other organisations that didn’t have a direct pro-choice mandate but might support a repeal stance, such as migrants’ rights groups, disability groups and others.

    Beyond women’s rights organisations, we got the support of international human rights organisations, including Amnesty International, which meant a lot because everyone knows who they are, as well as some migrants’ rights organisations. An awful lot of the charity organisations in Ireland would have a nun or a priest on their board, so they would not take a stand on this issue. But a lot did, and we got a lot of support. More than a hundred organisations eventually signed up.

    And of course, we sold t-shirts, repeal jumpers, so we gave people visibility. People became visibly pro-choice. You knew somebody was on your side when you saw them. You felt supported on a decision that maybe once you took and never told anybody about. Now you knew there was a visible crowd of people who supported you.

    6. What was the tone of the debate?

    A lot of it was about the moralities of abortion. Many people would say ‘I believe that life begins at conception; I believe you are taking a human life’ – and that’s okay, it’s people’s beliefs. But there were also lots of arguments that were brought in that were disprovable, greatly exaggerated, or not responding to the reality of what people were going through. Abortion is a contentious issue and there are indeed conversations to be had around disabilities and the like. But people were saying things like: ‘99 per cent of the people who get a diagnosis of Down’s Syndrome will abort’. And may be true in certain contexts, but not necessarily here. And in any case, that says more about our attitudes towards people with disabilities than it does about abortion.

    While some of it was about people’s deeply held beliefs, there were also lies, exaggerations and a deliberate misuse of stats. Some really nasty stuff happened: a huge amount of graphic images were used and are still out there. I absolutely do not think that every ‘no’ voter is a terrible person - people have their beliefs and their struggles - but I do think the anti-choice campaign made it quite nasty. It never got as bad as we had expected, but it was still hard.

    7. For things to happen, changing the Constitution seems to be just a first - big - step. What work remains to be done, and what will be the role of the Abortion Rights Campaign?

    When the eighth amendment was repealed, legislation about abortion had already been put on the table. It wasn’t fully spelled out, but it provided broad strokes of legislation coming from the recommendations of the Citizens’ Assembly and the Joint Parliamentary Committee. As a result, people knew going in what they were voting for: 12-week access with no restrictions as to reason, and longer if a woman’s life or health is in danger or in case of severe foetal abnormalities. There are discussions about mandatory wait periods and this kind of thing, and we are not that happy about those, but part of our work is to have discussions about that.

    The legislation will be debated in the autumn and we expect it to be brought forward at the beginning of 2019. In the meantime, our job is to keep the pressure on to make sure that the legislation includes the right language and that people who continue to travel or take pills are taken care of. The Abortion Rights Campaign has a broader mandate. We have a mandate to seek the establishment of free, safe and legal abortion, but we also have a longer-term mandate aimed at de-stigmatising abortion. We’ve taken huge steps towards that because we’ve had this national conversation and it’s not possible to avoid the issue any more, but we still have a long way to go.

    It’s been more than a month since the referendum, and we are already strategising about what we want and how we see our role moving forward, in forcing legislation through and making sure people don’t fall through the cracks. Are people still having to travel to the UK? What improvements can be made? We need to make sure our legislation is good enough, that it allows people to get access. All along, part of the ban on abortion was also a ban on information about abortion, and most of all about how to get one. You were basically left to your own devices to go sort yourself out in the UK, and there were rogue pregnancy agencies giving terrible advice and purposefully delaying women seeking abortions. So a big part of what will come in the future will be making sure that doctors can actually take care of their patients. We take it that conscientious objection is going to come into play and need to make sure that it does not undo any of the good that we have achieved.

    Civic space in Ireland is rated as ‘open’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with the Abortion Rights Campaign through itswebsite orFacebook page, or follow@freesafelegal on Twitter.

     

  • ‘Threats to women’s and LGBTI rights are threats to democracy; any retrogression is unacceptable’

    Recent years have seen an apparently growing tendency for anti-rights groups to seek to claim the space for civil society, including at the intergovernmental level. CIVICUS speaks about it with Gillian Kane,asenior policy advisor for Ipas, a global women’s reproductive health and rights organisation.Founded in 1973, Ipas is dedicated to ending preventable deaths and disabilities from unsafe abortion. Through local, national and international partnerships, Ipas works to ensure that women can obtain safe, respectful and comprehensive abortion care, including counselling and contraception to prevent future unintended pregnancies.

    1. Do you observe any progress on sexual and reproductive rights in the Americas? What are the main challenges looking ahead?

    Ipas has robust programmes in Latin America, and we have definitely seen progress on legislation that increases women’s and girls’ access to safe and legal abortions, including in Argentina, Bolivia, Chile, Colombia, Uruguay and Mexico City. Still, according to the Guttmacher Institute, a research and policy organisation, more than 97 per cent of women of childbearing age in the region live in countries where abortion is restricted or completely banned. A woman who lives in restrictive settings and wants an abortion will have to do so under illegal conditions and at great risk to not just her health, but also her security. Women who have abortions are vulnerable to harassment, intimidation, arrest, prosecution and even jail time.

    We also see that restrictive abortion laws are damaging the provider-patient confidentiality relationship. A study by Ipas and the Georgetown Law School’s O’Neill Institute found that an alarming number of medical staff across Latin America are reporting women and girls to the police for having abortions. Many countries now require, protect or encourage medical providers to breach their confidentiality duties when they treat women seeking post-abortion care.

    1. Are we facing a democratic regression at the global level? Do you think women are being targeted?

    We are indeed facing a democratic regression, and I do think women are being targeted, both which are incredibly alarming. With the United States leading, we’re seeing the rapid degradation of the political and legal infrastructure that is designed to promote and protect the interests of citizens. For example, you see this in attacks against the Istanbul Convention, which is intended combat violence against women. You would think this would be uncontroversial. Yet, there are right-wing groups like the Alliance Defending Freedom (ADF) objecting to the Convention, claiming that it takes away parental rights and that it promotes gender as social construct, and not as a binary biological truth, as they see it. This is also happening in international spaces. This year at the United Nations’ Commission on the Status of Women, the US State Departmentappointed two extremists to represent it. One was an executive leader of a known LGBTI-hate group, and the other was from an organisation that has advocated for the repeal of legislation that prevents violence against women. And at the country level, for example in Brazil, conservative leaders are downgrading the power of ministries that promote equal rights for women and black communities.

    But it’s not all doom and gloom. Women are responding forcefully. Poland provides an amazing example of women organising and effecting change. In late 2016 thousands of women and men crowded the major cities of Warsaw and Gdansk to join the ‘Black Monday’ march, to protest against a proposed law banning abortions. The full ban wasn’t enacted, which was a huge victory. And of course, the women’s marches and the #MeToo movement are incredible, and global.

    1. Not many people in Latin America have ever heard of the Alliance Defending Freedom. How is this organisation surreptitiously changing the political conversation in the region?

    ADF is a legal organisation. It was founded in 1994 by a group of white, male, hard-right conservative evangelical Christians. It was designed to be the conservative counterpoint to the American Civil Liberties Union (ACLU), which they saw as out to squash their religious liberties. They are huge, and have a global reach, which they say is dedicated to transforming the legal system through Christian witness. To that end they litigate and legislate on issues linked to the freedoms of expression and religion.

    I wouldn’t say that their actions are surreptitious; they’re not deliberately trying to fly under the radar. They are intervening in spaces that don’t necessarily get a lot of news coverage, such as the Organization of American States (OAS). But in recent years they have definitely increased their activism both at the regional and country level in Latin America. In terms of the conversation, what they are doing is reframing rights issues to use religion as a sword, rather than a shield. Right now they are litigating, in the United States Supreme Court, the case of a baker who refused to make a wedding cake for a gay couple. As my colleague Cole Parke has explained, they are corrupting religious freedom. They are claiming it is legal to discriminate against a gay couple because of religious beliefs: that religion trumps all other rights. They are doing the same with conscientious objection: they have supported a midwife in Sweden who has refused to provide abortion as required by law. The list goes on.

    1. What strategies have anti-rights groups used, and what accounts for their success in international forums?

    As I have explained in a recent op-ed, in international forums these groups express concern for the wellbeing of children, who they claim are being indoctrinated by permissive governments in the immoral principles of ‘gender ideology’. Of course there is no such thing as a gender ideology, and much less governments forcing children to learn inappropriate material. The wellbeing of children is being used as a cover to disable efforts to enforce rights and protections for girls, women and LGBTI people.

    The 2013 General Assembly of the OAS, held in Guatemala, witnessed the first coordinated movement agitating against reproductive and LGBTI rights. This was, not coincidentally, also the year when the OAS approved the Inter-American Convention against all forms of discrimination and intolerance, which included protections for LGBTI people.

    At the 2014 OAS General Assembly in Paraguay, these groups advanced further and instead of only being reactive, began proposing human rights resolutions in an attempt to create new policies that they claimed were rights-based, but were in fact an attempt to take rights away from specific groups. For instance, they proposed a ‘family policy’ that would protect life from conception, in order to prevent access to abortion.

    From then on, their profile increased with each subsequent assembly, in the same measure that their civility declined. At the 2016 General Assembly in the Dominican Republic, they even harassed and intimidated trans women attending the event as they entered women’s restrooms. As a result, the annual assembly of the OAS, the regional body responsible for promoting and protecting human rights and democracy in the western hemisphere, turned into a vulgar display of transphobic hate.

    1. Should progressive civil society be concerned with the advances made by these groups in global and regional forums? What should we be doing about it?

    Progressive civil society should definitely be concerned. Constant vigilance is needed. There are many ways to respond, but being informed, sharing information and building coalitions is key. I would also recommend that progressive movements think broadly about their issues. Consider how groups like ADF have managed to attack several rights, including abortion, LGBTI and youth rights, using one frame, religion. We need to be equally broad, but anchored, I would argue, in secularism, science and human rights. We started the conversation talking about democracy, and this is where we should end. We need to show how threats to specific rights for women and LGBTI people are threats to democracy. Any retrogression is unacceptable.

    Get in touch with Ipas through theirwebsite or theirFacebook page, or follow @IpasLatina and @IpasOrg on Twitter.

     

  • " Les gens ne peuvent pas rester sur la touche lorsque leurs droits leur sont retirés "

    Uma Mishra Newbery1Dans le cadre de notre rapport thématique de 2019, nous interrogeons des militants et des dirigeants de la société civile sur la manière dont ils sont confrontés aux réactions hostiles de la part des groupes anti-droits et sur leurs stratégies pour renforcer les approches progressistes et réponses de la société civile. CIVICUS s'entretient avec Uma Mishra-Newbery, directrice exécutive par intérim de Women's March Global, un réseau de sections et de membres qui se mobilisent pour promouvoir les droits des femmes dans le monde. Womens' March Global a été créée pour donner une continuité à la dynamique des mobilisations dejanvier 2017, lorsque des millions de femmes et de militants aux Etats-Unis et dans le monde sont descendus dans la rue pour se faire voir et entendre. Sa vision est celle d'une communauté mondiale au sein de laquelle toutes les femmes - y compris les femmes noires, les femmes autochtones, les femmes pauvres, les femmes migrantes, les femmes handicapées, les lesbiennes, les transgenres et les femmes de toutes religions, et non religieuses - sont libres et peuvent exercer leurs droits et réaliser pleinement leur potentiel.

    Vous avez récemment été témoin de groupes anti-droits en action à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies. Sommes-nous en train de voir apparaître une nouvelle génération de groupes anti-droits plus agressifs et actifs au niveau mondial ?

    Je ne pense pas que cela soit nouveau. Ces groupes ont toujours été là, toujours en toile de fond. Mais il y a une résurgence massive de groupes anti-droits en cours. À la suite de changements dans la direction politique de certains pays, dont les États-Unis, ils se sont fait entendre et se sont impliqués plus profondément. Et ils sont devenus beaucoup plus stratégiques et mieux coordonnés. Si nous regardons le financement de ces groupes, nous constatons qu'il provient de fondations familiales très bien établies qui travaillent délibérément à bafouer les droits des femmes. Mais ils le font sous couvert de l'égalité des sexes.

    Lors de la 63ème session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (ONU), tenue en mars 2019, le Saint-Siège a organisé une manifestation parallèle (en anglais) intitulée " Égalité des sexes et idéologie du genre " : Protéger les femmes et les filles ". À première vue, cela pourrait sembler très progressiste - ils essaient de donner l'impression qu'ils font la promotion des droits des femmes. Mais vous entrez dans l'événement et c'est extrêmement transphobe, car ils rejettent catégoriquement le concept d'identité sexuelle et insistent sur le sexe biologique, refusant ainsi de considérer les femmes transgenres comme des femmes. Ces personnes prétendent mieux savoir ce que signifie être une femme et ce que toutes les femmes ressentent et dont elles ont besoin, ce qui les amène à tolérer la violence contre les transgenres et à rejeter les droits sexuels et reproductifs.

    La façon dont ces groupes se sont transformés et ont évolué, je pense qu'ils sont devenus mieux préparés dans la façon dont ils se montrent en public. Ils sont également devenus plus sophistiqués et utilisent les technologies de l'information et de la communication, comme les mouvements de résistance l'ont toujours fait, afin d'organiser et de diffuser leurs opinions.

    Pourquoi pensez-vous qu'ils essaient de paraître progressistes et qui tentent-ils de tromper ?

    On pourrait espérer qu'ils essayaient de tromper l'ONU, qui devrait filtrer les groupes haineux, mais en vérité, l'ONU laisse toujours la National Rifle Association (en anglais) (NRA) conserver son statut ECOSOC (Conseil économique et social des Nations Unies), et la NRA fait activement pression (en anglais) contre tout traité commercial régissant les armes - des armes qui tuent les gens aux États-Unis à un rythme étonnant. L'ONU devrait comprendre que ces groupes existent pour miner la démocratie et les droits humains - mais plus que jamais, l'ONU est devenue partiale sur cette question. Dans le même temps, un nombre sans précédent d'organisations de base se voient refuser l'accréditation - et ce sont toutes des organisations qui travaillent sur des questions que les États puissants ne veulent pas voir mises au premier plan.

    Je ne pense donc pas qu'ils essaient de tromper qui que ce soit - à ce stade, ils n'en ont pas vraiment besoin.

    Vous avez mentionné les fondations qui soutiennent ces groupes anti-droits. Pourquoi toutes ces fondations apportent-elles du financement ? Qu'est-ce qu'elles y gagnent ?

    Nous devons examiner les réseaux d'intérêts qui maintiennent ces groupes actifs dans ces espaces, car il y a beaucoup d'intérêts politiques et financiers qui les maintiennent à l'ONU et au sein de la Commission de la condition de la femme (CSW).

    Si nous regardons, par exemple, la Heritage Foundation dans un espace comme la CSW, qui s'élève contre ce qu'elle appelle l'idéologie du genre, à quoi sert-elle ? En creusant davantage, nous constatons que la Heritage Foundation a été financée par la Dick and Betsy DeVos Family Foundation. Et Betsy DeVos est actuellement la secrétaire à l'éducation de l'administration Trump. Elle et sa famille sont très profondément attachées au gouvernement américain, et elles ont leurs propres intérêts politiques au Michigan, d'où elles sont originaires. Ce que Betsy DeVos a fait au Michigan, détruisant pour ainsi dire le cadre de l'éducation publique, est profondément troublant. Nous devons examiner toutes ces couches pour comprendre pourquoi ces groupes existent, à quel point ils sont sophistiqués et pourquoi il est si difficile de les éliminer.

    Comment ces groupes influent-ils sur la société civile progressiste, en général, et plus particulièrement dans des forums comme la CSW ? Comment provoquent-ils des perturbations ?

    Nous assistons actuellement au phénomène de la collaboration des gouvernements pour nier les droits des femmes, alors qu'il y a quelques décennies, la collaboration entre divers acteurs du développement, y compris les États et leurs agences d'aide, les organisations de la société civile (OSC) et les groupes de base, a conduit à un élargissement de ces droits.

    Ces nouveaux partenariats régressifs sont très clairs à l'ONU. Alors que certains États continuent de s'opposer à la violence sexuelle dans les conflits, par exemple, d'autres États membres - y compris le gouvernement américain - ont changé et menacent maintenant de rejeter les mesures anti viol parce que le libellé des documents contient des termes et des considérations relatifs à la santé sexuelle et reproductive. Ces États travaillent ensemble pour priver les femmes - et pas seulement les femmes - de leurs droits.

    Dans ce contexte, les OSC progressistes sont désignées comme étant celles qui s'élèvent contre les gouvernements régressifs et sont dépeintes comme étant celles qui essaient de saper la démocratie. Ces attaques délégitimisantes contre les OSC ouvrent la voie à d'autres attaques. Elles sont un signal pour les groupes anti-droits, qui sont de plus en plus enhardis par ce que font leurs gouvernements. Quand votre gouvernement dit littéralement " nous nous moquons des droits sexuels et reproductifs des femmes, nous nous moquons de ce que les femmes vivent à la suite des conflits - des conflits que nous finançons ", les groupes anti-droits qui entendent cela savent qu'on leur donne carte blanche pour exister et agir librement dans ces espaces. C'est exactement la même chose avec les partisans de la suprématie blanche, aux États-Unis et dans d'autres pays du monde. Ces groupes sont encouragés par un discours public qui donne le feu vert aux fascistes, aux racistes et aux partisans de la suprématie blanche pour avancer. Et c'est exactement ce qu'ils font en entrant dans l'espace de la société civile.

    En plus d'être encouragés par les gouvernements qui font la promotion de leurs idées, pensez-vous que les groupes anti-droits le sont aussi parce qu'ils sont de plus en plus populaires auprès du public ? Si c'est le cas, pourquoi pensez-vous que leurs récits font écho auprès des citoyens ?

    Il est possible qu'ils deviennent aussi plus populaires - ce qui paraissait autrefois des idées marginales, ou des positions trop politiquement incorrectes pour être exprimées à haute voix, sont maintenant en train de devenir un courant dominant.

    Quant à savoir pourquoi cela se produit, au risque de dire un cliché ridicule, je pense que c'est parce qu'il est plus facile pour les gens de haïr que d'aimer. Lorsque nous parlons des droits de la personne, ce que nous disons, c'est que, à un niveau très fondamental, chaque personne sur cette planète devrait avoir les mêmes droits. C'est un message que tout le monde devrait pouvoir suivre. Mais, bien sûr, beaucoup de ceux qui détiennent le pouvoir depuis des centaines d'années et qui ont bénéficié du patriarcat et de la suprématie blanche vont essayer de défendre ce qu'ils considèrent comme leur droit de continuer à exercer ce pouvoir. Cela inclut les gouvernements ainsi que les groupes anti-droits non étatiques.

    C'est ce qui est ressorti du panel organisé par le Saint-Siège à la CSW. Le Saint-Siège est un État actif et très actif à l'ONU. Nous avons fait un reportage en direct sur leur événement sur Twitter, et vous ne pouvez pas imaginer la façon dont nous avons été traqués en ligne. Les groupes anti-droits nous ont accusés de promouvoir les droits des transgenres plutôt que les droits des femmes. Mais nous sommes une organisation intersectionnelle : nous comprenons que les formes d'oppression sont interconnectées et qu'en luttant pour les droits des femmes trans, nous luttons pour tous les droits des femmes, tout comme nous luttons pour les droits des femmes et pour les droits des personnes en général. Parce que la lutte pour les plus marginalisés est une lutte pour nous tous. Mais comment pouvez-vous expliquer cela à des gens qui ont vu leurs droits si protégés, qui ont vécu dans un tel privilège pendant si longtemps ?

    Y a-t-il quelque chose que la société civile progressiste pourrait apprendre de la façon dont les groupes anti-droits promeuvent leurs positions ?

    Nous devons absolument être capables de travailler ensemble vers un but commun, comme ils le font, et d'utiliser les réseaux sociaux à des fins progressistes aussi intelligemment qu'ils les utilisent pour bafouer les droits humains. Dans de nombreux pays, Facebook fragilise la démocratie. Au Myanmar, le génocide du peuple Rohingya a été incité sur Facebook (en anglais), et combien de temps a-t-il fallu à Facebook pour interdire les militaires du Myanmar ? En Nouvelle-Zélande, le tireur de Christchurch a essayé de diffuser des images de la fusillade en direct sur Facebook, et combien de temps cela a-t-il pris pour que Facebook le retire ?

    En tant que société civile, nous savons que si nous n'utilisons pas activement les outils utilisés par d'autres groupes et gouvernements pour faire reculer les droits humains, nous sommes sur la voie de l'échec. Nous devons travailler de manière coordonnée, en coalitions. Par le passé, les OSC ont eu tendance à se faire concurrence pour obtenir du financement - nous devons vraiment nous améliorer dans le partage des ressources, la collaboration et la mise à profit de nos forces.

    Nous essayons d'aller dans cette direction. Récemment, nous avons travaillé au Cameroun avec l'un de nos partenaires stratégiques, la Women’s International League for Peace and Freedom, sur la formation aux réseaux sociaux pour la paix. Dans ce cas, nous nous sommes concentrés sur l'organisation de campagnes sur les réseaux sociaux pour promouvoir le vote pour les politiciens qui soutiennent les droits des femmes et les droits humains.

    Pour notre campagne Free Saudi Women, nous avons des partenariats avec six autres OSC, dont CIVICUS, et nous travaillons activement en tant que coalition. Les victoires que nous avons obtenues sont le résultat d'un travail d'équipe. Par exemple, à la mi-2018, le gouvernement islandais (en anglais) a obtenu, pour la toute première fois, un siège au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies et a dirigé une initiative conjointe (en anglais) qui appelait publiquement l'Arabie saoudite à améliorer sa situation en matière de droits humains. La déclaration commune que l'Islande a faite au nom de 36 États est le résultat direct du plaidoyer mené en coulisse par une coalition de la société civile.

    Selon vous, de quoi la société civile progressiste a-t-elle besoin pour poursuivre la lutte ?

    Je pense que les gens doivent comprendre que les OSC ont toujours été sur le terrain, qu'elles ont toujours travaillé au niveau local pour demander des comptes aux gouvernements et faire avancer les programmes des droits humains. Les gens doivent savoir que 90 pour cent du temps, il y a un haut niveau de coordination qui se fait en coulisse et que les OSC travaillent d'arrache-pied pour faire avancer les choses. Mais beaucoup de gens ne voient pas tout le travail en coulisses. Et dans beaucoup d'endroits, nous ne pouvons pas être très explicites et fournir trop de détails sur notre travail de plaidoyer, parce que pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons pas révéler les noms des activistes ou des journalistes.

    Les gens doivent comprendre que, dans la lutte pour les droits humains, les militants et les organisations de base, ainsi que les plus grandes OSC, font un travail vraiment important et nécessaire et ont plus que jamais besoin d'un soutien réel de leur part. Nous avons besoin que les gens s'investissent à la base. Les gens ne peuvent pas rester sur la touche lorsque leurs droits leur sont retirés. Si votre gouvernement vous prive de vos droits, vous devez intervenir avant qu'il ne soit trop tard. Si vous vivez dans une démocratie libre et stable, vous avez le devoir de faire entendre votre voix et de dénoncer les violations des droits de la personne dans le monde. Ce travail a besoin de la présence de chacun de nous.

    Contactez Womens' March Global par le biais de son site web et de sa page Facebook, ou suivez @WM_Global et @umajmishra sur Twitter.

     

  • #BEIJING25 : « Nous sommes indignées par la discrimination et nous transformons nos demandes en actions »

    À l’occasion du 25ème anniversaire duProgramme d’Action de Beijing, qui aura lieu en septembre 2020, CIVICUS s’entretient avec des activistes, des dirigeants et des experts de la société civile pour évaluer les progrès accomplis et les défis qui restent à surmonter. Adopté en 1995 lors de la quatrièmeConférence mondiale des Nations Unies (ONU) sur les femmes, le Programme d’Action de Beijing poursuit les objectifs d’éliminer la violence contre les femmes, de garantir l’accès au planning familial et à la santé reproductive, d’éliminer les obstacles à la participation des femmes à la prise de décision et de fournir un emploi décent et un salaire égal pour un travail égal. Vingt-cinq ans plus tard, des progrès importants mais inégaux ont été faits, en grande partie grâce aux efforts incessants de la société civile, mais aucun pays n’a encore atteint l’égalité des genres.

    CIVICUS s’entretient avec Viviana Krsticevic, directrice exécutive du Center for Justice and International Law (CEJIL) et membre du secrétariat de la campagne Gqual, une initiative mondiale qui promeut la parité des sexes dans la composition des organisations internationales.

     

  • #BEIJING25 : « Plus de femmes dans la fonction publique signifie un meilleur gouvernement et une démocratie plus forte »

    À l'occasion du 25e anniversaire duProgramme d'Action de Beijing, CIVICUS s'entretient avec des activistes, des dirigeants et des experts de la société civile pour évaluer les progrès accomplis et les défis qui restent à surmonter. Adopté en 1995 lors de la quatrièmeConférence mondiale des Nations Unies (ONU) sur les femmes, le Programme d'Action de Beijing poursuit les objectifs d'éliminer la violence contre les femmes, de garantir l'accès au planning familial et à la santé reproductive, d'éliminer les obstacles à la participation des femmes à la prise de décision et de fournir un emploi décent et un salaire égal pour un travail égal. Vingt-cinq ans plus tard, des progrès importants mais inégaux ont été faits, en grande partie grâce aux efforts incessants de la société civile, mais aucun pays n'a encore atteint l'égalité des genres.

    CIVICUS s'entretient avec Pakou Hang, directrice des programmes pour Vote Run Lead (Vote Candidate Dirige), une organisation dédiée à la formation de femmes afin qu’elles puissent se présenter aux élections et les remporter, augmentant ainsi la représentation des femmes à tous les niveaux de gouvernement. Créée en 2014, elle a déjà touché plus de 36 000 femmes aux États-Unis, dont près de 60% sont des femmes noires et 20% proviennent de zones rurales. De nombreuses formées à Vote Run Lead siègent désormais dans des conseils municipaux, des conseils de comté, des chambres d'État, des cours suprêmes et au Congrès des États-Unis.

    Pakou Hang

    Un quart de siècle plus tard, dans quelle mesure la promesse contenue dans le Programme d’Action de Beijing s’est traduite par des changements concrets ?

    Beaucoup de progrès ont été réalisés depuis 1995, mais il reste encore beaucoup à faire et nous sommes encore loin de l’égalité. En termes de représentation politique, il y a eu des progrès, mais cela a aussi été lent : globalement, au début de 2019, 24,3% des membres des parlements nationaux étaient des femmes, contre 11,3% seulement en 1995. Seuls trois pays dans le monde ont atteint ou dépassé la parité dans leurs chambres basses ou législatures monocamérales, mais beaucoup d'autres ont atteint ou dépassé le seuil de 30%. Jusqu'à l'année dernière, il y avait également 11 femmes chefs d'État et 12 chefs de gouvernement ; et les femmes occupaient près de 21% des postes ministériels, souvent dans les domaines les plus associés aux problématiques des femmes, tels que l'action sociale et les portefeuilles liés à la famille, à l'enfance, à la jeunesse, et aux personnes âgées et handicapées. Les résultats sont donc mitigés - beaucoup de progrès ont été accomplis, mais les progrès ont été lents et sont loin d'être suffisants.

    Il y a également eu de grandes variations entre les régions et les pays, d'environ 16% de femmes parlementaires dans la région du Pacifique à plus de 40% dans les pays nordiques. La moyenne pour les Amériques est de 30%, mais les États-Unis sont en dessous de la moyenne. Le Congrès reste dominé de manière disproportionnée par les hommes. Bien que les femmes représentent plus de la moitié de la population, elles n'occupent que 24% des sièges. Le Congrès est également moins diversifié sur le plan racial que la population dans son ensemble, 78% de ses membres s'identifiant comme blancs, une proportion nettement supérieure au 60% de la population américaine composée de personnes blanches.

    Selon le Centre pour les Femmes et la Politique Américaine (Center for American Women and Politics), la situation n'est pas très différente au niveau des états : 29,2% des sièges législatifs des états et 18% des postes des gouvernants sont occupés par des femmes. Il y a moins de données sur les pouvoirs exécutifs locaux et l'essentiel des informations disponibles se réfère aux plus grandes villes, dont 60% des maires sont des hommes blancs, alors que les hommes blancs ne représentent que 20% de la population de ces villes. Bien que davantage de femmes aient accédé à la fonction publique locale en 2018, les conseils municipaux et les commissions de comté ont continué à n'inclure qu'une seule femme ou pas de femmes.

    D’autre part, malgré le nombre relativement restreint de femmes parlementaires, et en particulier de femmes noires, le Congrès actuel est le plus diversifié de l'histoire. Ainsi, le bassin de candidats pour des mandats législatifs en 2020 était également le plus diversifié de l’histoire. Bien entendu, ces candidats ont reçu de violentes attaques de la part des médias et de l'opposition politique. Mais je pense que nous devons changer notre perspective pour comprendre l'ampleur du changement qui s'est produit. J'ai certainement été déçue que nous nous retrouvions avec deux hommes blancs d’un certain âge à la tête des deux principales formules présidentielles, mais il en demeure que maintenant nous avons également une femme noire d'origine indienne comme vice-présidente élue, ce qui constitue sans doute un progrès.

    Je me souviens que lorsque le triomphe de Joe Biden et Kamala Harris à l'élection présidentielle de 2020 a été annoncé, j'ai appelé ma nièce de neuf ans avec la nouvelle. Elle était extatique. Cela m'a rappelé qu'elle appartient à une nouvelle génération d'Américains née sous la présidence de Barack Hussein Obama. Quand elle grandira elle saura que Donald Trump a été président, mais elle saura également que Trump a été vaincu par une femme noire d'origine indienne. Pendant que nous parlions, ma nièce m'a dit : "Nous avons presque réussi, ma tante." Et j'ai pris conscience qu'elle avait raison : oui, nous y sommes presque.

    Pourquoi est-il important d'atteindre la parité homme-femme dans la représentation politique ? S'agit-il uniquement des droits des femmes et de l'égalité des chances, ou aura-t-elle également des effets positifs sur les institutions démocratiques et les politiques publiques ?

    L'une des principales raisons pour lesquelles nous avons besoin d'un plus grand nombre de femmes aux postes gouvernementaux est qu'elles ne gouvernent pas comme les hommes. Les femmes au gouvernement sont plus collaboratives, plus civiles, plus communicatives. Elles sont plus susceptibles de travailler avec des membres d'autres partis pour résoudre des problèmes. Elles obtiennent plus d'argent pour leurs localités, elles votent plus de lois et leurs projets sont davantage axés sur les populations les plus vulnérables telles que les enfants, les personnes âgées et les malades. Les femmes élargissent l'agenda politique, au-delà des questions qui concernent traditionnellement les femmes. Et cela produit de meilleures politiques pour tous, c'est-à-dire non seulement pour les femmes et les filles, mais aussi pour les hommes et les garçons. Enfin, dans la mesure où elles apportent un nouvel ensemble de perspectives et d'expériences de vie au processus d'élaboration des politiques, leur présence garantit que les perspectives des femmes ne soient pas négligées et que des questions telles que la violence sexiste ou les soins aux enfants ne soient pas ignorées. En bref, les femmes occupant des postes gouvernementaux ont tendance à être plus efficaces que les hommes. Et étant donnée la situation actuelle de stagnation politique et d'hyper-partisanerie, nous devons changer la façon de faire. Plus de femmes dans la fonction publique signifie un meilleur gouvernement et une démocratie plus forte.

    De plus, la nécessité de femmes au pouvoir et en politique est devenue d’autant plus essentielle dans le contexte de la pandémie COVID-19. Lors du dernier cycle électoral, les bailleurs de fonds voulaient plus que jamais contribuer aux campagnes électorales des femmes candidates, étant donné que la pandémie les a sensibilisés non seulement aux nombreuses inégalités qui affectent notre société et le système de santé, mais aussi du travail remarquable que les femmes, et en particulier les femmes noires, entreprennent dans leurs communautés pour répondre aux besoins urgents, combler les lacunes des politiques inadéquates du gouvernement et résoudre les problèmes des communautés exclues qui ont été affectées de manière disproportionnée par la COVID-19 et la crise économique. Au cours de cette crise, les femmes ont joué un rôle essentiel en soutenant la connexion des communautés, en collectant et en distribuant de la nourriture et d'autres produits de base aux familles en difficulté, en trouvant des moyens de soutenir l'activité économique locale et en fournissant des services communautaires ad hoc, entre autres.

    Les recherches sur la manière dont divers pays ont répondu à la pandémie suggèrent que les pays avec des femmes au pouvoir ont tendance à avoir moins de cas et moins de décès dus à la COVID-19. Il semble que les femmes au pouvoir ont adopté un style de leadership transformateur qui peut être plus approprié pour la gestion des crises. Ce type de leadership se concentre sur les relations humaines profondes, l'investissement dans l'équipe de travail et l'échange de connaissances, l'action exemplaire et la motivation des autres. Cela représente des qualités très utiles dans notre contexte actuel.

    Pourquoi pensez-vous que la représentation politique des femmes aux États-Unis est encore si faible ?

    Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles nous n'avons pas de parité entre les sexes dans la représentation politique. Tout d'abord, il y a encore trop de raisons structurelles pour lesquelles les femmes ne se présentent pas et ne sont pas élues. Les femmes effectuent encore une quantité disproportionnée de travaux ménagers et d'éducation des enfants, et la couverture médiatique reste sexiste, se concentrant sur les apparences et les personnalités des femmes plutôt que sur leurs positions politiques. En outre, les personnes qui occupent les structures des partis et qui ont des connaissances politiques, des réseaux et de l’argent sont encore des hommes, et ce sont souvent eux qui déterminent qui est politiquement viable. Par exemple, un jeune homme qui a étudié le développement communautaire à Harvard est considéré comme plus viable qu'une femme d'âge moyen qui exerce de l'organisation communautaire depuis 20 ans.

    Paradoxalement, les femmes candidates remportent les élections dans environ les mêmes proportions que leurs homologues masculins et, selon les sondages, les électeurs sont enthousiastes face à la possibilité d'élire des femmes. Mais la deuxième raison pour laquelle les femmes ne sont pas élues est tout simplement qu'elles ne se candidatent pas autant que les hommes, et évidemment, dès lors que vous ne concourez pas, vous ne pourrez pas gagner.

    Pourquoi les femmes ne présentent-elles pas leurs candidatures à des fonctions publiques ? La raison peut-être la plus répandue est que les femmes doutent d'elles-mêmes. Elles ne sont pas considérées comme qualifiées. Elles ne voient pas d'autres femmes qui leur ressemblent ou qui pensent comme elles dans ces positions de pouvoir, et c'est donc un cercle vicieux. Et non seulement les femmes doutent d'elles-mêmes, mais les observateurs extérieurs aussi. De ce fait, si une position de pouvoir particulière n'a jamais été occupée par une femme, la question qui se pose encore de façon répétée dans les médias, sur un ton de doute, est : une femme pourrait-elle être élue ? C'est une question que l'on entend beaucoup dans le cadre des primaires présidentielles démocrates de 2020.

    Il y a aussi le fait que certaines qualités considérées comme positives chez les hommes, comme l'assurance ou l'ambition, prennent une connotation négative lorsqu'elles sont appliquées aux femmes. Alors qu'il y a sans aucun doute eu des hommes en colère et vengeurs qui ont été élus président, les femmes qui sont perçues comme « en colère » ou « vengeuses » sont considérées comme désagréables et donc disqualifiées. Les femmes candidates sont soumises à des attentes beaucoup plus élevées, parfois par elles-mêmes, mais plus souvent par des autres, et par conséquent nous manquons de parité entre les sexes dans notre représentation politique.

    Quand avez-vous réalisé que, contrairement aux hommes, les femmes avaient besoin d'une formation pour se présenter à des fonctions publiques ?

    Bien que j'aie étudié les sciences politiques à l'université, je sentais que la politique américaine était sale et corrompue et je ne me suis jamais impliquée dans la politique électorale. Mais en 2001 ma cousine aînée, Mee Moua, a décidé de se porter candidate pour un siège au Sénat pour le district de East Saint Paul lors d'une élection spéciale. Le district oriental de Saint-Paul devenait rapidement un district où les minorités étaient majoritaires, mais tous ses élus, de l'état au comté et au niveau de la ville, étaient des hommes blancs conservateurs. Ma cousine était diplômée d'une université prestigieuse, avait exercé la profession d'avocate, avait été présidente de la Chambre de Commerce Hmong, et avait décidé de se présenter après avoir fait du bénévolat pendant des années dans de nombreuses campagnes politiques. Cependant, comme c'est souvent le cas pour les femmes candidates, on lui a dit qu'elle devait attendre son tour. Et bien, elle a décidé de ne pas le faire, et comme aucun acteur politique pertinent ne l'a aidée, elle a rassemblé nos 71 cousins germains pour devenir son armée de volontaires et m'a recrutée comme directrice de campagne, car j'étais la seule à avoir étudié les sciences politiques. Contre toute attente, sans expérience politique et au milieu de l'hiver du Minnesota, nous avons frappé aux portes, passé des appels téléphoniques, mobilisé les électeurs à l'aide des radios communautaires, amené les gens aux urnes, et gagné. Nous avons marqué l'histoire en élisant le premier législateur d'état Hmong de l'histoire américaine et de l'histoire des Hmong.

    Rétrospectivement, je me rends compte que j'ai mené la campagne uniquement par instinct, alimentée par l'expérience de mon enfance d'aider mes parents non anglophones à se déplacer dans le monde extérieur. Et même si nous avons gagné, on aurait pu affronter un adversaire mieux organisé et perdu. Ce n'est que des années plus tard, après avoir suivi une formation politique au Camp Wellstone, que j'ai constaté que les femmes candidates avions besoin de quelque chose conçu spécialement pour nous, quelque chose qui nous interpellerait directement et nous préparerait aux vrais défis auxquels nous serions confrontées en tant que femmes candidates.

    Quel type de formation propose Vote Run Lead et comment contribue-t-elle à briser les barrières qui empêchent les femmes d'accéder au pouvoir ?

    Vote Run Lead est le programme de leadership des femmes le plus vaste et le plus diversifié aux États-Unis. Nous avons formé plus de 38 000 femmes pour se présenter à des fonctions publiques, y compris des femmes rurales, des femmes transgenre, des jeunes femmes et des femmes noires, autochtones et de couleur. Plus de 55% de nos diplômées qui ont participé à l'élection générale de 2020 ont gagné, et 71% de nos diplômées qui sont des femmes de couleur ont également été élues.

    Les femmes que nous formons décident généralement de se présenter aux fonctions publiques parce qu'elles identifient quelque chose de négatif dans leurs communautés et veulent y remédier. Mais elles ne voient pas beaucoup de personnes comme elles dans des positions de pouvoir. Vote Run Lead propose plusieurs modules de formation qui apprennent aux femmes tout ce qu'elles doivent savoir sur la campagne électorale, qu'il s'agisse de prononcer un discours, de constituer une équipe de campagne ou de rédiger un message, de collecter des fonds ou de motiver les gens à voter. Mais ce qui distingue notre programme de formation, c'est que nous formons les femmes pour qu’elles se postulent telles qu'elles sont. Les femmes ont souvent besoin de soutien pour se considérer des candidates qualifiées, capables et dignes. Nous leur montrons qu'elles n'ont pas besoin de rechercher une autre promotion ou d'obtenir un autre titre puisque, en fait, leur histoire personnelle est leur plus grand atout. Notre programme de formation, Run As You Are, rappelle aux femmes qu'elles suffisent et qu'elles sont le genre de leaders que nous devons élire pour bâtir la démocratie juste que nous méritons.

    Quel est le profil « typique » de la femme que vous aidez à postuler ? Soutenez-vous une femme qui souhaite concourir quelle que soit son orientation politique ?

    Il n'y a pas de formée typique de Vote Run Lead. Nous sommes une organisation non partisane, nous formons donc des femmes des milieux les plus divers, de toutes les professions, de tous les partis politiques et quel que soit leur niveau de développement politique. Nos valeurs sont profondément liées à la promotion de femmes intersectionnelles et antiracistes engagées à construire une démocratie plus juste et équitable.

    Compte tenu du phénomène généralisé de suppression des électeurs aux États-Unis, le programme vise-t-il également à motiver la participation électorale ?

    Traditionnellement, Vote Run Lead n'utilise pas son propre programme pour motiver la participation électorale (GOTV, pour son acronyme en anglais) étant donné que la plupart de nos diplômées dirigent une élection ou travaillent sur une campagne. Mais en 2020, lorsque les niveaux déjà élevés de suppression des électeurs ont été alimentés par des campagnes de désinformation et des préoccupations en matière de sécurité sanitaire, Vote Run Lead a lancé un solide programme GOTV qui a mobilisé les femmes formées chez nous. Ce programme GOTV comprenait huit modules de formation spécifiques pour motiver la participation électorale, allant de la manière de répondre à l'apathie et au cynisme autour de l'élection, aux plateformes numériques et aux outils de communication à utiliser pour promouvoir la participation. Nous avons également contacté plus de 200 bénévoles, eu 3 000 conversations, effectué 30 000 appels téléphoniques et envoyé plus de 33 000 messages texte pour que nos diplômés et leurs réseaux votent.

    Avant l'été, nous avons également lancé une série intitulée « Votre armoire de cuisine », avec laquelle nous formons les femmes à la collecte de fonds, au contact direct avec les électeurs et même au lancement d'un plan numérique tout en maintenant une distanciation sociale. Ces guides et webinaires sont disponibles sur notre site Web et sur notre chaîne YouTube et offrent des conseils en temps réel et des informations factuelles.

    L'espace civique aux États-Unis est classé « obstrué » par leCIVICUS Monitor.
    Entrez en contact avec Vote Run Lead via sonsite Web ou sa pageFacebook, et suivez @VoteRunLead sur Twitter.

     

  • #BEIJING25 : « Tous les efforts en faveur de l'égalité des genres doivent être fondés sur l'intersectionnalité et l’émancipation »

    À l'occasion du 25e anniversaire duProgramme d'Action de Beijing, CIVICUS s'entretient avec des activistes, des dirigeants et des experts de la société civile pour évaluer les progrès accomplis et les défis qui restent à surmonter. Adopté en 1995 lors de la quatrièmeConférence mondiale des Nations Unies (ONU) sur les femmes, le Programme d'Action de Beijing poursuit les objectifs d'éliminer la violence contre les femmes, de garantir l'accès au planning familial et à la santé reproductive, d'éliminer les obstacles à la participation des femmes à la prise de décision et de fournir un emploi décent et un salaire égal pour un travail égal. Vingt-cinq ans plus tard, des progrès importants mais inégaux ont été faits, en grande partie grâce aux efforts incessants de la société civile, mais aucun pays n'a encore atteint l'égalité des genres.

    CIVICUS s'entretient avecLyric Thompson, directrice des politiques et du plaidoyer au Centre international de recherche sur les femmes (ICRW), un institut de recherche mondial avec des bureaux situés aux États-Unis, en Inde, au Kenya et en Ouganda. La recherche de l'ICRW cherche à identifier les contributions des femmes, ainsi que les obstacles qui les empêchent de participer pleinement à l'économie et à la société, traduisant leurs conclusions en une stratégie d'action qui honore les droits humains des femmes, garantit l'égalité des genres et crée les conditions pour que toutes les femmes puissent s’épanouir.

    LyricThompson

    Dans quelle mesure la promesse contenue dans le Programme d’action de Beijing s’est-elle traduite par des améliorations concrètes ?

    La Déclaration de Beijing a marqué un grand pas historique vers l'égalité des genres, car elle a positionné les droits des femmes en tant que droits humains et renforcé le rôle de la société civile en tant qu'acteur clé. Elle a également contribué à mettre en évidence les réalités des femmes et des filles du monde entier.

    Des progrès tangibles ont été réalisés dans les domaines de l’éducation, de la santé maternelle et, de plus en plus, de l’abrogation des lois discriminatoires. Mais les progrès ont été lents et irréguliers, et il y a eu des revers importants. Cela se voit clairement aux États-Unis, qui ont adopté une position générale anti-avortement qui a eu un impact mondial en raison de sa règle du bâillon mondial. Cette règle interdit aux organisations de la société civile (OSC) étrangères qui reçoivent des fonds des États-Unis pour fournir des services de santé de fournir des services d'avortement légal ou même de faire des références envers d’autres services d’avortement, et leur interdit de plaider en faveur d'une réforme de la loi sur l'avortement, même si cela est fait avec les fonds propres des OSC, et non pas des États-Unis. Cette politique est en place depuis les années 1980, mais elle a été renforcée à maintes reprises et ne permet actuellement l'accès à l'avortement que dans des cas extrêmes : viol, inceste ou lorsque la vie d'une femme est en danger.

    Comme si cela ne suffisait pas, un certain nombre de défis nouveaux et dynamiques, de l'aggravation de la fracture numérique et de la crise climatique à la pandémie en cours, ont également un impact genré. Par conséquent, les promesses non tenues abondent, notamment en ce qui concerne l'accès à la santé, les droits sexuels et reproductifs et la prévalence de la violence basée sur le genre (VBG).

    Le manque de mise en œuvre des politiques et des lois, ainsi que le manque de ressources pour financer le mouvement des droits des femmes, rendent compte actuellement de la stagnation des efforts en faveur de l'égalité des genres. Mais même si toutes les lois étaient appliquées et toutes les politiques étaient mises en œuvre, il n'en demeure pas moins que la plupart des progrès réalisés jusqu'à présent ont été partiels. Bien qu’ils aient été importants et aient fait des progrès significatifs, ils se heurtent également à des limites, car peu d’efforts ont été consacrés à la lutte contre la nature multidimensionnelle et intersectionnelle des formes de discrimination qui affectent les femmes. Pour l'avenir, tous les efforts en faveur de l'égalité des genres et du changement social doivent être fondés sur une compréhension de l'intersectionnalité, de la transformation et de l’émancipation.

    La coordination et la collaboration entre des partenaires et des secteurs, y compris les gouvernements, la société civile et le secteur privé, seront également essentielles pour parvenir à un changement transformateur. Il sera également crucial de centrer la prise de décision sur les besoins et les priorités du mouvement des droits des femmes, des leaders féministes, des organisations de base et des jeunes femmes, telles qu'elles les perçoivent elles-mêmes.

    Quels sont les principaux domaines d'action sur lesquels il faut mettre l'accent pour que l'objectif de développement durable (ODD) 5 sur l'égalité des genre et l’émancipation des femmes soit atteint d'ici 2030 ?

    En nous appuyant sur les priorités énoncées par ONU Femmes, on pense que deux domaines d'action clés sont l'établissement d'un cadre de responsabilisation solide pour les ODD et l'intégration et la priorisation du genre dans tous les ODD, et pas seulement l’ODD 5, étant donné que l'inégalité des genres est un obstacle fondamental à la réalisation de tout objectif de développement mondial. Et en plus d'inclure un objectif spécifique pour atteindre l'égalité des genres, les ODD reconnaissent cette égalité comme un moteur pour obtenir des résultats dans d'autres domaines, notamment la santé, l'éducation et le développement économique.

    Étant donné que la mise en œuvre des ODD est principalement dirigée par les États membres, le Secrétaire général des Nations Unies (SGNU) devrait prioriser la participation de la société civile, en mettant un accent particulier sur les organisations féministes, de défense des droits des femmes et de base qui stimulent le changement aux niveaux local et régional.

     

    Comment la pandémie de la COVID-19 a-t-elle affecté les femmes et comment les organisations de défense des droits des femmes ont-elles réagi ?

    La pandémie, comme d’autres crises et bouleversements sociaux tout au long de l’histoire, aggrave à tous les niveaux et dans tous les domaines les inégalités contre lesquelles le mouvement pour l’égalité des genres lutte depuis des décennies. Les femmes sont aux premières lignes de la lutte contre la pandémie ; en effet, environ 70% des travailleurs de la santé et des services sociaux dans le monde sont des femmes. Au même temps, l'accès des femmes aux services de santé non liés à la COVID-19 est susceptible de décliner ; si les impacts de la COVID-19 ressemblent à ceux de l'épidémie d'Ebola de 2014-2015, nous pourrions voir des réductions des naissances à l'hôpital, des visites de soins prénatals et du planning familial. Dans le cadre de la pandémie, les femmes supportent également des fardeaux supplémentaires liés aux tâches ménagères et à la garde et à l'éducation des enfants, ce qui peut avoir des répercussions négatives sur le marché du travail, où l'on pourrait voir des revers dans les progrès réalisés à travers les décennies. De même, les confinements imposés pour répondre au COVID-19 ont entraîné un risque accru de VBG.

    La société civile a travaillé sur ces questions à tous les niveaux, du local au mondial, pour répondre aux impacts négatifs de la pandémie sur les femmes. De nombreuses organisations de défense des droits des femmes ont saisi la pandémie comme une occasion de renforcer les liens de solidarité et de promouvoir le leadership des femmes dans les plans et politiques de relance. Par exemple, plus de 1 600 personnes et OSC de pays du sud et des communautés mal desservies du nord ont signé une déclaration exigeant une réponse féministe au COVID-19. La proposition identifie une série de politiques globales dans neuf domaines clés : sécurité alimentaire, santé, éducation, inégalités sociales, eau et assainissement, VBG, accès à l'information et abus de pouvoir.

    Au niveau régional, des mouvements allant dans le même sens peuvent être observés. En Afrique, par exemple, les OSC et les personnalités féministes ont envoyé une lettre ouverte à l'Union africaine pour exiger une reprise économique féministe coordonnée post-COVID-19. La société civile a également formé des coalitions nationales pour exiger des approches similaires dans chaque pays. Aux États-Unis, une Coalition pour une politique étrangère féministe a été formée pour promouvoir une politique étrangère qui promeut l'égalité des genres, les droits humains, la paix et l'intégrité environnementale. ICRW est membre du Comité directeur de la Coalition et, à ce titre, a contribué à cette innovation politique qui vise à introduire une approche transformatrice avec une perspective de droits dans la politique étrangère de notre pays, qui n'inclut pas les femmes comme un agrégat ex post, mais en intégrant le genre dans chaque politique et chaque initiative. Il existe des précédents pour l'adoption de cette approche dans plusieurs pays, dont la Suède en 2014, le Canada en 2017, la France et le Luxembourg en 2019 et le Mexique au début de 2020. Nous considérons qu’il est temps que les États-Unis la mettent également en œuvre.

    Afin de souligner à quel point cette politique est innovatrice il suffit de remarquer que depuis plusieurs décennies, les gouvernements ont traité l'inégalité de genre comme distincte et déconnectée de questions « dures » et importantes, telles que le commerce ou la sécurité nationale ; les questions de genre étaient considérées comme faisant partie de la diplomatie « douce ». Ce n'est qu'au milieu des années 1990 que l'ONU a publié une déclaration établissant officiellement l'égalité de genre comme une priorité mondiale et élargissant la perspective afin de la traiter comme faisant partie de systèmes inégaux plus larges, et la suite est Histoire. Une politique étrangère féministe n'est que la dernière version de cette approche évolutive, basée sur un nombre croissant de recherches académiques suggérant qu'une participation économique, politique et sociale accrue des femmes peut aboutir à un monde plus riche et plus pacifique, en établissant un lien direct entre l'égalité de genre et la sécurité nationale.

    Pourriez-vous nous parler de la Campagne pour une ONU féministe, dont l'ICRW fait partie ?

    On pense qu’un coup de pouce mondial est nécessaire : les gouvernements doivent prendre des engagements internationaux plus forts pour promouvoir l’égalité de genre. Cela signifie adopter une approche féministe dans l'élaboration des politiques, s'assurer que ce programme est financé de manière adéquate et créer des mécanismes de responsabilisation.

    La Campagne pour une ONU féministe, lancée en 2016, est un effort pour créer une proposition collective afin d’apporter un changement réel et significatif dans les droits des femmes et l'égalité de genre aux Nations Unies - dans toutes ses politiques et programmes - et évaluer chaque année les progrès dans cette optique. La campagne rassemble des penseuses et activistes féministes de premier plan de la société civile, de la philanthropie et du monde universitaire, ainsi que d'anciens responsables de l'ONU autour d'un programme commun. Cet agenda requiert non seulement du leadership visible et proactif du SGNU, mais aussi une réforme de l'ensemble du système pour surmonter les obstacles internes de l'organisation.

    Début 2017, la campagne a élaboré un « bulletin scolaire » en réponse aux déclarations du SGNU, António Guterres, lors de sa prise de fonction, dans lesquelles il s'est identifié comme féministe. Ce bulletin évalue la performance du SGNU dans six domaines :

    • Élaboration et mise en œuvre d'un programme féministe pendant le mandat du SGNU;
    • Mise en œuvre et responsabilité solides pour les ODD, liées aux instruments et forums sur les droits des femmes;
    • Financement transparent et responsable pour l'égalité de genre;
    • Le leadership des femmes au sein du système des Nations Unies et la protection des droits des femmes en son sein;
    • Institutions et forums des droits des femmes plus forts et plus féministes au sein des Nations Unies;
    • Une plus grande liberté d'information dans le système des Nations Unies.

    Pour évaluer les progrès et préparer des bulletins, la Campagne mène des entretiens avec des experts de l'ONU et des acteurs de la société civile, administre une enquête mondiale de la société civile et analyse des discours clés, des publications sur les réseaux sociaux, des rendez-vous, des voyages et d'autres initiatives. Les bulletins ont été publiés chaque année pendant ce mandat du SGNU et la campagne prépare actuellement sa quatrième édition.

    Le troisième bulletin publié par la Campagne a attribué au Secrétaire général une note médiocre. Pouvez-vous nous en dire plus sur les résultats et leurs implications ?

    Les réstultats du troisième bulletin ne sont pas aussi solides que nous le souhaiterions. Alors que le SGNU Guterres a bien performé dans quelques domaines - comme le plaidoyer pour la parité, par exemple, qui est devenu son thème privilégié - les progrès ont été moins prononcés dans d'autres domaines, tels que l’augmentation du financement des droits des femmes ou de la liberté d'information au sein du système.

    Selon le bulletin, les messages publics de Guterres sur les droits des femmes et l'égalité des genres ont en fait augmenté en 2019 : ses discours sur l'égalité des genres ont triplé et il a continué d'afficher des références « féministes ».

    Les progrès dans le sens de la parité entre les sexes au sein de l'ONU se sont poursuivis à un rythme ininterrompu, même si les réactions négatives à son encontre ont également augmenté. Les progrès ont été bloqués par l'inertie bureaucratique, les fonds limités et l'opposition interne.

    Il y a cinq domaines spécifiques dans lesquels nous aimerions voir plus de progrès. Premièrement, dans la prioriisation de l'implication de la société civile et du féminisme dans tous les processus mondiaux et dans les processus des Nations Unies. Deuxièmement, dans la favorisation d’une plus grande transparence dans les activités et les engagements financiers de l'ONU. Troisièmement, sur la politique de tolérance zéro pour le harcèlement sexuel dans tout le système des Nations Unies et la fin de l'exploitation et des abus sexuels dans tous les domaines, y compris les opérations de maintien de la paix des Nations Unies. Quatrièmement, la pleine mise en œuvre de l'ODD 5, c'est-à-dire la mise en œuvre de toutes ses composantes - y compris celles que les États membres sont les plus susceptibles de remettre en question, comme la santé et les droits sexuels et reproductifs - et l'intégration du genre dans tous les ODD. Et cinquièmement, dans l’établissement d’une plus grande responsabilité sur les questions liées à l'égalité de genre, au leadership intergénérationnel, à la solidarité, à la collaboration et à l'intersectionnalité, au financement de programmes, mouvements et initiatives sur les droits des femmes, au changement des relations de pouvoir et à la plus grande inclusivité et l’élargissement de la prise de décisions.

    Entrez en contact avec le Centre international de recherche sur les femmes via sonsite Web ou sa pageFacebook, et suivez@ICRW et@lyricthompson sur Twitter. 

     

  • 16 jours d'activisme : Les femmes unies par la solidarité pendant la COVID-19

    Les 16 jours d'activisme, qui se déroulent chaque année du 25 novembre au 10 décembre, clôturent une année marquée par une pandémie mondiale qui a touché des familles, des économies et tous les aspects de la société dans le monde entier. Partout dans le monde, les femmes se sont mobilisées lorsque les gouvernements et les entreprises n'ont pas su agir. Après cette année difficile, pendant ces 16 jours, l'alliance mondiale de la société civile, CIVICUS, célèbre les histoires inspirantes de femmes, y compris celles des activistes qui protestent, des femmes défenseures des droits humains derrière les barreaux et des organisations de femmes du monde entier qui travaillent à atténuer la hausse des niveaux de violence à l'égard des femmes pendant la pandémie COVID-19.

     

  • Advocating for women’s sexual and reproductive rights in Peru, a risky fight against powerful enemies

    Spanish

    CIVICUS speaks to María Ysabel Cedano, Director of DEMUS –Study for the Defense of Women’s Rights, a Peruvian feminist organisation that since 1987 defends human rights, and particularly women’s sexual and reproductive rights, by promoting their free exercise and questioning the hegemonic cultural paradigm on women and their sexuality. DEMUS carries out public opinion campaigns and advocacy work with the three branches of government; it conducts strategic litigation and promotes mobilisation on issues related to the promotion of equality and non-discrimination, a life free from gender-based violence, access to justice, and sexual and reproductive rights.

    1. How would you describe the context for the exercise of feminist activism in Peru?
    Generally speaking, conditions for activism greatly depend on the ideology, programme and nature of the organisation and movement in question - on its stance regarding the state and the incumbent government, and on its relationship with political forces and the powers that be.

    Due to our agenda, we feminists are antagonists of Fujimorism, the political movement founded by Alberto Fujimori, who ruled Peru between 1990 and 2000. Our organisation has criticised and opposed them since the 1990s, as we have fought for justice and reparations for the thousands of victims of the Fujimori administration’s policy of systematic forced sterilisation. Its victims were mostly peasant, indigenous and poor women who underwent irreversible surgical contraception without being able to give their free and informed consent, in a context of widespread violence.

    On this issue, in 2003 we reached a Friendly Settlement Agreement (FSA) in the Mamérita Mestanza case. As a result, the Peruvian state acknowledged its responsibility for human rights violations in the context of the forced sterilisation policy and committed to providing justice and reparation to victims. We also obtained favourable statements by the Inter-American Commission on Human Rights that have boosted our work to defend the right to access justice and to promote a policy of integral reparations. That made us a target of Fujimorist attacks, in the form of defamation in the national media as well as in social media. We have in fact sued former congressman Alejandro Aguinaga, under investigation in the preliminary examination of forced sterilisations as a crime against humanity and other serious violations of human rights, which the Public Ministry opened in 2004 in compliance with the already mentioned FSA. The case still remains in its preliminary stages due to political interference, which we have publically denounced. For more than fourteen years, the Public Ministry has failed to accuse former President Fujimori and his former Health Ministers, including Aguinaga, and no prosecution has taken place. In the meantime, Fujimorism has not undergone any renovation whatsoever: it still does not believe in human rights and cannot fathom the right of women to decide on their own. In fact they all remain very convinced that it is the state that has to decide for them.

    The other antagonists we have as a result of our feminist agenda are the Catholic and Evangelical ecclesial hierarchies, as well as other conservative and fundamentalist religious groups such as Opus Dei, Sodalitium and Bethel. These are the leaders of an anti- sexual and reproductive rights agenda and seek to legislate and implement public policies to strengthen the institutions that guarantee their political, economic, social and cultural dominance, thereby ignoring the secular character of the state that the authorities in turn fail to enforce. For decades they have run a strong campaign against what they call “gender ideology”, not just in Peru but throughout Latin America and the Caribbean, and beyond. These are multimillion-dollar campaigns that maintain that “gender ideology” attacks life, marriage and family. The funding they poured into the fear campaign against the peace accords in Colombia is a good example of this. They have also promoted a campaign called "Don't mess with my children" in several countries in the region.

    While these actors have questioned the scientific and legal validity of the gender perspective, the concept of gender has been adopted in the Beijing Platform for Action (1995) and in standards such as CEDAW, the Rome Statute of the International Criminal Court and the Convention of Belém do Pará. In Peru it was included into several laws, public policies and institutions, as a result of which conservative sectors are currently trying, for instance, to eliminate the gender perspective from the school curriculum, including all allusions to sexual orientation and gender identity. They have done so by means of both street actions and lawsuits. These however have not yielded the desired results: the overwhelming response from the Ministry of Justice’s Attorney General even covered them in ridicule. As a result, they had no alternative left other than using their power in Congress, where there are currently two bills that have been submitted by Fujimorism towards that aim.

    Lastly, in addition to harassing us through their press, as they have always done, these sectors now also attack us for our funding sources. They say we are the instruments of great powers seeking to impose Western models of family and sexuality in our country.

    Thanks to a journalistic investigation that then became a criminal investigation, we currently know of child sexual abuse perpetrated by members of the Sodalitium, one of the most conservative and powerful groups within the Catholic Church. The scandal contributed to weakening the attacks coming from the ecclesial hierarchy. We are also beginning to know about the unholy business the Church does with education, health and even cemeteries within the framework of the Concordat between the Peruvian state and the Vatican. The very same priests who have spent years fighting us on the decriminalisation of abortion for rape cases, and who have said the worst things about us because they consider themselves to be the “defenders of life”, have allegedly covered for rapists of children and adolescents in their congregations and communities. This has helped people overcome their fear of denouncing the Catholic Church’s hypocrisy and double standards, and has limited the church’s ability to demand the government implement specific policies. For instance, the government has recently obeyed a court order to resume the distribution of emergency oral contraception despite pressures from Cardinal Cipriani.

    Given that our struggles for transitional justice have led us to seek justice and integral reparations for the victims of sexual violence during the internal armed conflict (1980-2000), we face not only Fujimorism but also APRA, a traditional party that ruled during a part of this period. They both seek to divide Peruvians between terrorists and non-terrorists and associate the left and human rights with terrorism. They never get tired of asserting that those who attack the military are terrorists - or ungrateful to say the least, for persecuting those who freed us from terrorism. If we strive for the legalisation of abortion we are abortionists, and if we defend human rights we are terrorists.

    2. How does DEMUS work to overcome these obstacles?
    We combine organisational and mobilisation strategies to strengthen the feminist and women’s diversity movement, public and political advocacy for legislation, public policies and access to justice measures, and strategic litigation. Among the latter were for instance the Manta y Vilca trial on rape during the internal armed conflict, which established that this was a crime against humanity; the case of forced sterilisations during the Fujimori administration; and other cases that have allowed us to move forward in terms of the recognition and guarantee of the human right to therapeutic abortion, among other sexual and reproductive rights.

    Ours is not just a lawyers’ struggle: we work in multidisciplinary teams and in alliances and within networks including other feminist, women’s, LGBTIQ and human rights NGOs, groups and platforms. Experience has taught us that it is not enough to obtain jurisprudence, standards, laws and public policies if there are no social movements and citizens defending them, that is, if there is no social base accompanying and empathising with the victims. Strategic litigation, legal defence and psycho-legal and therapeutic help are therefore always to be accompanied with mobilisation and campaigning.

    3. Is the Peruvian women’s movement integrated into regional or global networks, so as to face an adversary that is?
    There are indeed very important global and regional networks. In Latin America, the level of articulation reached by indigenous, peasant and environmental women human rights defenders is astonishing in contrast with the weakening of some feminist networks. New technologies have revolutionised communications, and we now have various alternative means to organise ourselves in networks.

    We must think about how to strengthen our thematic networks, for instance in the field of sexual and reproductive rights, in order to resist together. This is facilitated by a number of conceptual convergences, but complicated by the scarcity of resources reaching Latin America, competition around which affects alliances and articulations. Neoliberalism has also had an impact on inter-subjective relations: conflicts and rivalries arise due to scarce funding. It is impossible to understand the degree of difficulties we face without analysing the changes in and the new rules of international cooperation and funding mechanisms.
    On the other hand, we must not forget that Peru’s is a post-conflict society, with open wounds and an abundance of distrust, which has not yet learned to resolve differences without violence. We need to be aware of these limitations, so as not to reproduce what we criticise. But we are certainly still very strong: with much greater organisation and resources than we have, Catholics and evangelicals have not yet managed to create enough pressure in the streets and on public opinion to remove sex education from the school curriculum. Their only hope is now placed on authoritarian conservative forces in Congress.

    4. What progress or setbacks do you perceive in the struggle for women’s rights in Peru?
    Taking stock of the forty years of contemporary feminism in Peru, there has been net progress in terms of the legal-institutional framework. Advances have been the result of constant struggle and permanent dispute, and are neither ideal nor stable: they need to be continuously defended and perfected.

    For instance, in late 2015 a substantial amendment to Law No. 26260 (1993) on domestic violence was finally passed. The new legislation, Law No. 30394, is a law against gender-based violence. Shortly after, in July 2016, the Third National Plan against Gender Violence (2016-2021) was passed. In both cases there was a dispute over the diversity of the women to be protected. There was much resistance against the possibility that legislation would also protect lesbian, bisexual and transgender women. In fact, recognition of the variety of forms that gender violence can take was not as resisted as the extension and recognition of the objects of protection. The women’s movement succeeded in getting some previously unacknowledged forms of gender violence recognised as such, including gender-based violence in the context of social conflicts. We wanted the new law to protect women human rights defenders of land, the environment, and natural resources, that is, indigenous and peasant women who are currently criminalised and on whom conflicts have a differential impact on the basis of gender. This we achieved. We had also proposed that the violation of sexual and reproductive rights be recognised as gender violence. And while we achieved recognition of forced sterilisation, rape in the context of internal armed conflict, violence due to sexual orientation, and obstetric violence as forms of gender-based violence, such recognition was not expressed in the language of sexual and reproductive rights. In additional, sexual orientation-based violence was recognised but gender identity-based violence was not.

    Fifteen years after the First National Plan was launched, and more than twenty after the first law against then-called “domestic” or “intra-family” violence was passed, tension between women’s rights and family protection persists. Although Law No. 30364 has in many respects aligned legislation with the Belém do Pará Convention, violence based on gender identity discrimination has not yet been recognised. Public debate continues to focus on nature as a determinant of sexuality, reproduction and family.

    Why is it that feminists and LGBT people perceive “family protection” as contrary to our rights? First, because not all families are protected. Family rights of the LGBT population are not recognised. Secondly, because why protect the existing family – a traditional, hierarchical, violent family based on sexual division of labour and the exclusive recognition of heterosexual sexuality? A family organisation free of discrimination and gender-based violence should be promoted instead. In other words, measures should be taken to dismantle the patriarchal family, which functions as the very first place of normalisation and control, particularly for women and LGBT persons. The family has become a space in which physical, psychological and sexual violence remain unpunished: in fact, Peru has the second highest rate of denunciation of sexual offences against girls and adolescents in the region, and these are in many cases perpetrated by family members. Finally, a person’s (and in this case a woman’s) rights can never be subordinated, conditioned or reduced to a by-product of family welfare, in the same way as the rights of an actual person cannot be subordinated to the rights of being yet to be born.

    In sum, in historical perspective there has been progress in the recognition and guarantee of rights, but these have been the product of constant struggle. We face strong resistance, and if we had not permanently defended our conquests, we would certainly have seen them retreat long ago.

    5. In this context, how has DEMUS’ agenda changed since its beginnings in 1987?
    DEMUS is an organisation well known for its work for the right to a life free of gender-based violence. We specialise in prevention, care, denunciation, therapeutic and psycho-legal accompaniment, litigation, advocacy with legislative, policymaking and justice administration bodies, and campaigning and mobilisation on gender-based violence. For instance, we developed the “Not one more death” campaign, which placed femicide on the public agenda, and the “A man doesn't rape” campaign, which contributed to call attention on the problem of sexual violence, impunity and the culture of rape.

    In the beginning we had to dispute about the very concept of what was then called “intra-family violence”, which we designated as “violence against women” and today we call “gender-based violence”. We saw violence against women as a problem of power inequality, sexual discrimination and impunity, so we advocated for equality and access to justice. However, as years passed and the first laws and policies on the issue were passed, we realised that we were not obtaining the results we expected.

    The fight against violence against women had gained consensus as part of the state agenda and had occupied a space in the institutional structure of the state (commissions, ministries, etc.), and even ultraconservatives had begun to accept equal opportunities between men and women (which was enshrined in Law No. 28983 of 2007) all the while resisting the recognition of other sexual orientations and gender identities. So we began a conceptual revision and concluded that if we wanted to combat gender-based violence, our central strategic battle had to revolve around women’s autonomy and self-determination in the field of sexuality and reproduction, the recognition of and the provision of guarantees for sexual and reproductive rights understood as fundamental human rights, and access to justice in cases where these were violated. The perspective of sexual and reproductive rights came to enrich the equality and non-discrimination approach in addressing the problems of gender-based violence and impunity.

    Thus, although the defence of LGBT rights and the legalisation of abortion were already in DEMUS’ agenda, they have since become more central to it. And our strategies became richer in the process, because besides strategic litigation and therapeutic and psycho-legal accompaniment we started to focus as well on organisation and mobilisation, public advocacy and communication. We have used the whole toolbox in our search for justice and reparations for the victims of forced sterilisations, and also in our campaigns for emergency oral contraception and the legalisation of abortion (first of all for reasons of rape, foetal malformations incompatible with extra-uterine life, and unconsented artificial insemination and egg transfers, and eventually on the basis of women’s dignity and right to decide).

    Most recently, in our work to defend victims of sexual violence and impunity, we have learned from the indigenous and peasant women defenders of land and water that women human rights defenders are being differently affected by the extractivist economy due to their gender, and are being specifically criminalised by corporations such as the Yanacocha mining company and by the state itself. In their struggle to defend lakes and resist mining projects such as Conga, women are having a hard time, since gender-based violence is being used against them. In the actions of the police and the Armed Forces we are currently seeing a criminalisation of social protest, threats and violations of women’s rights echoing those that took place during armed conflict. In order to avoid the repetition of serious violations of human rights and crimes against humanity, we are using the new legislation, which now enables it, to denounce Yanacocha and make it clear that there is gender-based violence behind situations of harassment like that suffered by women human rights defenders such as Máxima Acuña.

    The other agenda that we increasingly adopted as central is the defence against discrimination based on sexual orientation and gender identity, in order to achieve recognition of and guarantees for the right to gender identity and lesbians’ right to maternity. We choose the issues we fight for on the basis of several criteria. One of them is that of revolutionising whatever the system resists the most, so that if we win, we will not only have obtained a law, public policy or jurisprudence, but we will also have conquered people’s common sense. And what the system most resists today is transgender identity and the right of LGBT persons to love and family. The system condemns us to civil death, poverty, marginalisation, murder, harassment and rape.

    6. In Peru, there have recently been major mobilisations with the motto #NiUnaMenos. How was the issue placed on the public agenda in such a way that mobilisation turned out to be so massive? What roles did regional networks play in the process?

    The marches in Argentina, Mexico and other countries inspired many of us: we wanted to do something similarly massive in our own country. But mobilisation did not occur in Peru as a response to a regional call, or as a result of prior coordination within a regional network.

    A year prior to this mobilisation there was a high profile case in Peru, in which a woman was savagely attacked in a hotel in Ayacucho, dragged by the hair and almost raped and murdered. The episode had been recorded on video, and everyone followed the case in the media and expected the attacker to be convicted. The ruling came out a few months before the demonstration, and it acquitted the accused. It denied that an attempted rape and femicide had taken place, and it even ruled that the injuries on the victim had been minor. This generated a social phenomenon of indignation that spread throughout the national territory and in social media. Women who were in the ideological and social antipodes from one another agreed that something had to be done, and feminists started talking about a mobilisation meant to make it clear that “if they touch one of us, they are touching us all”. The #NiUnaMenos (#NotOneLess) slogan was adopted out of the belief that the time had finally come and that this would be a mobilisation of a magnitude similar to those that had taken place in other countries.

    In Peru, the idea persists that if you do not obtain justice it is because you cannot prove what has happened to you. You only have your word and that is not enough for justice administrators. Now, if even in a case where there is a video like that, the aggressor is eventually absolved, what kind of security and justice is left for the rest of us? This created an unprecedented feeling of helplessness. Fear quickly turned into indignation, and this in turn into mobilisation. I was invited to join a Facebook chat a few hours after the video was made public. There were ten of us to start with, and a little while later we were over sixty, and the next day we were meeting at a comrade’s place. Within a few hours, the closed group formed in Facebook went from a few women testifying to the various forms of violence in their daily lives to 20 thousand, 40 thousand women reporting on their own stories of violence: at home, in the streets, at work, in school. Terrible stories, and everybody was telling them and keeping each other company.

    Thus, in Peru citizens went out into the streets to reject impunity and defend the right to justice. People began to wonder why violence against women persists despite all the laws and policies to combat it. The media started talking about patriarchy and machismo as its causes. There was some recognition of the importance of the feminist struggle, at least in that particular context. Much of the leadership and organisational work towards mobilisation was done by various organised and unorganised female citizens, leaders of feminist groups in neighbourhoods, universities, trade unions, NGOs. Women of a wide diversity of movements, colours, desires, education, professions and talents, in alliance and dialogue with the survivors whose emblematic cases united diverse sectors of society. Conservative sectors have still not managed to obtain similar success in defence of their agenda.

    7. Did the mobilisation have any positive effect in terms of public policy?
    The mobilisation resulted in some concrete measures, although these were too narrowly focused and involved little public investment. A Circle of Protection program was created, thereby extending attention to 24/7 in five out of over 200 Emergency Women’s Centres (EWC). Coverage of the emergency line Línea 600 was extended to all days of the week. This contributed to an increase in addressed complaints. Also, cases of femicide and rape were subsequently included into the rewards programme to stop offenders.

    Additionally, there were announcements regarding the expansion of temporary shelters, the provision of gender training to justice operators, and in particular to the National Police, and the creation of at least 50 new EWCs in various police stations across the country. The Public Ministry adapted its guidelines to Law No. 30364 and announced the creation of prosecution offices specialised in femicide. The Judiciary established a National Gender Commission.

    Nonetheless, femicidal violence persists as a savage daily occurrence; there is in fact a patriarchal and male chauvinist counteroffensive underway. They continue to kill us and rape us, and the femicide and rape culture keeps blaming us for it. And the measures adopted by the state in defence of the gender approach and gender equality fall short: they are basically reactions and responses to public pressure. We women do the reporting and monitoring job that the state should be doing. The state and the government always give in when it comes to the sexual and reproductive rights of women and LGBTIQ people. Which makes it clear that unless it becomes feminist, public policy will yield no results. If public policy priorities do not change, women will continue to die.

    The most important changes have occurred in the realms of common sense. #NiUnaMenos has shown that there is widespread rejection of violence against women, and that women have become empowered to talk about sexual violence in the same way that we first learned to talk about partner and domestic violence. There is no longer shame in having been a victim: it is clear that the other party is the one at fault. Women now know that there are things that are not right, and that if they happen to them it is not their fault, or God’s will, or the work of nature: it is a violation of rights and a matter of justice, and those responsible have to be punished.

    Civic space in Peru is rated as ‘obstructed’ in the CIVICUS Monitor.
    Get in touch with DEMUS through their website, visit their Facebook page, or follow ‪@DEMUS_f‬ and ‪@MYCfeminista‬ on Twitter.‬‬‬‬

    Image ©Peru21

     

  • ANTI-RIGHTS GROUPS: ‘Their true objective is to eliminate all government policies related to gender’

    Diana CariboniAs part of our 2019thematic report, we are interviewing civil society activists, leaders and experts about their experiences of backlash from anti-rights groups and their strategies to strengthen progressive narratives and civil society responses. CIVICUS speaks to Diana Cariboni, an Argentine journalist and writer based in Uruguay, winner of the 2018 National Written Press Award and author of several pieces of investigative journalism on anti-rights groups in Latin America. 

     

    Would you tell us about your experience at the Ibero-American Congress for Life and Family?

    In 2018 I covered the conference of this regional group – actually an Ibero-American one, since it has members throughout Latin America and also in Spain. It is a large group that seeks to become a movement. It is one of many, because there are several others, which also overlap, since members of the Ibero-American Congress are also part of other movements, interact with each other within these movements and serve on the boards of various organisations.

    I started investigating this group because it was going to meet here in Punta del Este, Uruguay, in late 2018, and its arrival was preceded by some incidents that caught my attention. The most important actors that I managed to identify within this movement were, in the first place, a huge number of representatives of evangelical churches and, within evangelism, of neo-Pentecostalism, although there were Baptist churches and non-Pentecostal evangelical churches as well.

    In addition to these churches, the Don’t Mess with My Kids platform was also represented. This network emerged in Peru in 2016 and includes a series of evangelical Christian personalities. Some of them are church preachers and some are also political actors; for example, there are a large number of representatives with seats in the Peruvian Congress. In fact, legislators make up an important segment of the Ibero-American Congress. In many countries, there are congresspeople who are church pastors or members of religious congregations: that is the case in Argentina, Bolivia, Brazil, Colombia, Costa Rica, Guatemala, Paraguay, Peru and Uruguay. These people are trying to coordinate a regional legislative movement. The Ibero-American Congress has been active in the legislative arena and has coordinated and issued statements on certain issues for some time now.

    Mexico is an important focus because the founder of the Ibero-American Congress, Aaron Lara Sánchez, is Mexican. The movement has established communications media such as Evangélico Digital, which is part of a group of digital media that originated in Spain. It has also created or seeks to create some sort of think tank, because they want to coat all of it with a scientific varnish, so doctors, lawyers and biology and genetics experts take part in their conferences. They all promote the religious perspective that a family can only be made up of a man and a woman, that only two sexes, male and female, exist, and that the human person emerges at the time of conception; hence their opposition to abortion. They are putting together a pseudo-scientific discourse to substantiate these arguments despite the fact that scientific research indicates otherwise. Their objective is to put forward a discourse that is not viewed as belonging to the Middle Ages; that is why they seek some convergence with the common sense of the 21st century and speak of science and the secular state, even if only as a very superficial varnish. On the other hand, the Don’t Mess with My Kids discourse fits well with prevailing common sense, because it contains a very strong appeal to families and tells parents that they have the right to decide what education their children receive in school.

    Would you characterise these groups as anti-rights?

    Indeed, because their true objective is to eliminate all government policies related to gender. In fact, I interviewed the founder of the Don’t Mess with My Kids platform, Cristian Rosas, who told me: “We started with sex education because it was what mobilised people the most, because it refers to their children, but what we really want is to eliminate gender, the word ‘gender’, altogether, in Peru and all over the world.” The thing is, behind that word, gender, is the crucial issue of the recognition of identities and the search for equality: women’s struggles to end discrimination and subordination, and the struggles of LGBTQI communities to enjoy the same rights and guarantees accorded to the rest of the population. They say that these struggles are unnecessary because our constitutions already state that we are all equal before the law, so why establish special laws or statutes for LGBTQI people? What they are overlooking is that LGBTQI people, and particularly people such as trans individuals, cannot effectively access those rights or even the conditions for a dignified existence. They insist on ignoring this, and instead argue that what LGBTQI people are striving for is for the state to fund their lifestyles.

    Uruguay offers a recent example of an anti-rights policy promoted by these sectors. Three Uruguayan members of the Ibero-American Congress for Life and Family – an alternate Catholic legislator of the National Party, an evangelical neo-Pentecostal representative, also of the National Party, and the leader of the biggest evangelical church in Uruguay, which is also neo-Pentecostal – carried forward a campaign to repeal the Integral Law for Trans People. The signature collection campaign was announced during the congress in Punta del Este that I attended.

    Who were the participants in that conference? From your description, it sounds more a reunion of movement leaders than a mass meeting.

    It was not the parishioners at large who gathered on this occasion, but rather pastors, preachers, politicians, opinion leaders and influencers seeking to take advantage of the language and codes used by a large section of the population, and especially by young people, to communicate. But still, it was a meeting of about 400 people.

    This event was closed; the press was not allowed in. So I signed up as a participant, paid the US$150 registration fee and went in without letting the organisers know that I was covering the event as a journalist. In addition to paying the fee, I had to remain in Punta del Este for three days, stay in a hotel and be in the company of these people all day long. At times it became a bit suffocating because the way they carry out their activities is not the same as in a regular congress or conference, where you listen to panel presentations, take notes and sit in an auditorium next to other people who are doing more or less the same things. In this case, every session, including panels, integrated religious prayers – evangelical-style. This is nothing like Catholic mass, which is highly choreographed, and where the priest takes the lead, everyone knows more or less what he is going to say and parishioners respond with certain phrases at pre-established times, sit, stand and little else. The evangelical experience is very different: people talk, scream, raise their arms, move, touch. The pastor gives them instructions, but still, it is all way more participatory. I found it difficult to remain unnoticed, but I made it through.

    I also managed to get a good record of what was happening, which was not really allowed. There was a lot of surveillance and I would have been thrown out had I been noticed. They realised close to the end: at the last minute they decided to organise a press conference and there was practically no media other than their own. I didn't know whether I should attend, but in the end I decided to, because I had already attended all the sessions after all. There was also a journalist from the weekly Búsqueda who attended the press conference. I was allowed to conduct interviews and was told that I could only publish anything related to the press conference, but not anything I had heard during the congress. Of course, there was nothing they could do to stop me from publishing anything, and my article ‘Gender is the new demon’ (‘El género es el nuevo demonio’) was published in Noticias shortly thereafter.

    Being there helped me understand a few things. There are certainly very powerful religious and political interests behind anti-rights campaigns. But there are also genuine religious expressions, different approaches to life: some ultraconservative sectors genuinely reject 21st century life. What I observed during this congress is the extreme estrangement that some people experience regarding our contemporary world, a reality that can hardly be reversed, but that they experience as completely alien to them: the reality of equal marriage, diverse interpersonal and sexual relationships, sexual education, pleasure and drugs, free choice and abortion. We need to recognise this: there are segments of our societies that do not feel part of this 21st century world and thus react to these advances, which they interpret as degradation and corruption.

    These groups have a nationalist discourse identifying nation-states and peoples as subject to foreign dictates that are considered to be evil – and are even seen as messages from the devil. Evil is embodied in a series of institutions that they describe as imperialistic: the United Nations, the Organization of American States, the inter-American human rights system, international financial organisations, the World Health Organization.

    Isn't it strange for these groups to appeal to nationalism when they organise themselves in transnational networks and are active in the international arena?

    Within the framework of this cultural battle that is being fought at the international level, what these groups do not see is that they themselves are actors in the international arena, even if only to weaken the scope of international law. They aim at the bodies that oversee treaties and conventions, such as the American Convention on Human Rights or the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination against Women. They say that these are just expert committees whose recommendations do not need to be taken into account by states when they contravene domestic laws.

    A recent discussion about this arose around the opinion issued by the Inter-American Court of Human Rights in response to a consultation from Costa Rica regarding gender identity and equal marriage. Costa Rica asked the Court if it was obliged under the American Convention on Human Rights to recognise the gender identity of individuals and the economic rights of same-sex couples. In response, the Inter-American Court told Costa Rica, and therefore the entire continent, that these rights are protected by the Convention. A very strong discussion ensued, because for anti-rights groups this was a case of an international body acting above states, constitutions and national laws.

    You mentioned that many politicians from different countries participated in the Ibero-American Congress. Do you think that these groups want to rule and are they getting ready to get to power? If so, what is their strategy to achieve it?

    Above all, I do believe that they have the will to rule, which has a lot to do with the way the neo-Pentecostal movement that emerged in the USA and then expanded throughout the continent eventually evolved. The argument is simple: if they are the light of the world and the salt of the earth, they are being called to have an impact, so they have to seek power because they are the ones chosen to exercise it.

    As for strategies, they vary. Pragmatism prevails, so the strategy depends a lot on context. In some cases, they create their own parties – religious, evangelical or ultraconservative – by which they feel represented. In other cases, they prefer to insert their candidates into various party tickets. Currently in Argentina, for example, there are candidates of this sort in practically all parties, except for the most radical left. They are present in both the ruling party and the main opposition coalition. In addition, there is a recently formed small party, the NOS Front, founded on the explicit rejection of ‘gender ideology’ in the context of the legislative debate over legal abortion – but it didn’t get many votes in the recent primaries, and I don’t think it will achieve too much in the upcoming elections. On the other hand, many candidates that are running on various lists will be successful, both at the federal and provincial levels.

    Another complementary strategy is to enter governments at lower levels, especially in countries with federal structures, where they can access management positions in the areas of health, education or justice; hence their strategy of training experts – lawyers, jurists, bioethics experts – who can take positions in various areas of public administration. I am seeing that a lot in Argentina.

    In the case of Uruguay, these sectors are quite concentrated within a segment of the National Party, which already has some evangelical and neo-Pentecostal legislators; it is highly likely that there will be more after the next elections. I think an evangelical caucus will very likely emerge out of the October 2019 elections in Uruguay. There are some similar candidates in the other parties, although they are much less visible.

    Additionally, a new phenomenon has emerged in Uruguay, in the form of the Cabildo Abierto party, led by a former army chief, which is the first to declare itself an anti-gender ideology party. This is a new phenomenon because the leaders and main figures of the National Party, the one that has so far given space to most of these candidates, do not support these positions. Although it is a new and small party, polls are forecasting that Cabildo Abierto will get between seven and 10 per cent of vote, which means it will possibly get some legislators elected, who will go on to vote as a block.

    Do you find these developments worrying in a country such as Uruguay, often described as the most secular in Latin America?

    What happens is that confessional vote is not automatic. In Argentina, evangelical parishioners are an important percentage of the population, which is also growing, but for the time being there is hardly any evangelical legislator in the National Congress. Something similar could be said about most countries: people who declare they belong to a certain religious group do not necessarily vote for candidates of the same religion. In other words, the faith-based vote, which is what these sectors intend to promote, is not necessarily succeeding in every country. It has made substantial progress in Brazil, but this progress has taken decades, in addition to being related to peculiarities in the Brazilian open-list electoral system, which allows for such candidacies to spread among various parties, including the Workers’ Party when it was in power. This growth was reflected in the substantial support provided by evangelical sectors to President Jair Bolsonaro’s candidacy, whose victory also nurtured the evangelical caucus.

    A number of factors affect how people vote at any given time; when voting, people are not necessarily guided by candidates’ religious creed. But this could change in the upcoming elections. Both Argentina and Uruguay hold elections in October, on the same day; in Bolivia elections will be held a week earlier; and also in October there will be regional elections in Colombia, with many such candidates in various parties. We will soon get a better idea of how the faith-based vote evolves in each country. We need to watch it closely in order to find out if it is a linear phenomenon on the rise, a process including progress and reversals, or a phenomenon that is finding its limits.

    Get in touch with Diana Cariboni through herFacebook page and follow@diana_cariboni on Twitter.  

     

  • ARGENTINA: ‘Change is inevitable. It is just a matter of time’

     

    Twitter: Edurne Cárdenas

    In 2018, after years of civil society efforts, Argentina’s congress discussed an initiative to legalise abortion for the first time. While the ban on abortion in most cases remains, those campaigning for reform believe the debate has progressed. CIVICUS speaks about the campaign to Edurne Cárdenas, a lawyer with the international team of the Centre for Legal and Social Studies (CELS),an Argentine human rights organisation. CELS was founded in 1979, during Argentina’s military dictatorship, to promote human rights, justice and social inclusion. In its early years, CELS fought for truth and justice for the crimes committed under state terrorism, before expanding its agenda to include human rights violations committed under democracy, their structural causes and their relationship to social inequality. CELS advances its agenda through research, campaigning, alliances with others in civil society, public policy advocacy and strategic litigation in both national and international forums.

    When did CELS, a classic human rights organisation, start working on sexual and reproductive rights, and why?

    CELS has had great capacity to work in tune with the times and therefore to enrich its agenda progressively, always in alliance with social movements and other organisations. The idea of women’s rights as human rights was explicitly articulated at the 1993 Vienna Conference on Human Rights. In the mid-1990s, and more precisely in 1996 I believe, the CELS annual report included contributions by women’s rights activists on reproductive rights. Over the following years, often in partnership with other organisations, CELS took part in submissions to human rights bodies: for instance, in 2004 we contributed to a shadow report submitted to the United Nations’ Committee on the Elimination of Discrimination against Women (CEDAW). The National Campaign for the Right to Legal, Safe and Free Abortion was formed in 2005 and CELS joined in 2012. Shortly after those first articles were published in our annual report, our concerns about human rights violations gradually widened to encompass access to non-punishable abortions, as they are referred to in the Criminal Code - abortions that can be performed legally when the woman’s life or health are in danger or if the pregnancy in question is the product of rape. The issue was also incorporated as a result of the sustained work of feminist activists within our organisation.

    In sum, CELS works on this issue because we understand that the criminalisation of abortion has a negative impact on the enjoyment of human rights by women. CELS’ key contribution was to place the abortion debate within the human rights sphere and to put into circulation human rights arguments to feed debate around the issue. CELS does not specialise in health issues, but we work in partnership with other organisations that examine the problem from that angle. From our point of view, this is an issue in which freedom and equality are at stake, and that is cross-cut by another theme - institutional violence - that was historically central to our work.

    In 2018 the debate over legal abortion progressed in Argentina more than ever before, but not far enough for legal change to happen. What lessons do you draw from this experience?

    In 2018, for the first time ever, an initiative to legalise abortion was debated in Congress. It was the seventh time that an initiative of this nature was introduced, and it was drafted and promoted by the National Campaign for the Right to Legal, Safe and Free Abortion. This is a network bringing together more than 500 organisations that form the women’s movement; it is well coordinated, horizontal and has 13 years of experience in this struggle. Before 2018, initiatives had not progressed, even within the congressional committees that had to issue an opinion to allow for debate to proceed to the full house. Argentina has a tradition of highly mobilised feminism and, since 2015, the campaign has had a lot of street presence and has made a clear demand for legal abortion. 2018 began with a novelty: in his opening speech of that year’s legislative session, the president raised the issue, which alongside feminist pressure enabled parliamentary debate. This was absolutely unprecedented. Regrettably, after being passed by the House of Representatives - the lower house - in June 2018, the initiative to legalise abortion was rejected by the Senate in August.

    The whole process was led by the women's movement. All other movements and organisations aligned behind their leadership. In the House, the initiative succeeded because the strategy was multi-partisan and diverse, there was strong social movement participation and street pressure made itself heard. In the Senate, a more conservative chamber, additional work was required. Our alliances failed us, as we couldn’t make them as cross-cutting as they were in the House. A question that remains on the table, then, is how to reach out to the most conservative chamber of Congress with a demand that must necessarily be processed through it.

    In addition, the defeat in the Senate made it clear that we need to work more to understand and counter the ‘post-truth’ discourse of our opponents. We are seeing conservative advances that put institutional quality, and ultimately democratic institutions, at risk. What was interesting in the process was that all citizens were able to find out and take note of what their representatives think and how they vote.

    The results of this particular struggle could be called bittersweet. How much of a defeat, and how much of a victory were they, and why?

    The pictures of disappointment on 9 August 2018, when the Senate rejected the initiative, do not tell the whole story. When we take stock, the list of what we won is much longer than the list of what we lost. Losses of course include a missed opportunity - but we only missed one opportunity, that of 2018, because I really believe that change is inevitable, and it is just a matter of time. I do not know if it will happen in 2019, but it will eventually. But one thing does need to happen in 2019: with elections due, all the issues that were put on the table during this process have to be part of the presidential campaign agenda.

    We undoubtedly gained in terms of mass participation and public presence - both in the streets and in public opinion. In 2018 abortion was discussed like never before, so silences and taboos broke. But the process also had a negative side effect: because the issue that was placed on the agenda was so divisive, and mobilisation became so massive and acquired such centrality on the political scene, a strong reaction from the most conservative sectors ensued. These sectors gained a level of organisation and visibility that they did not have in the past.

    As these conservative voices emerged, the debate on abortion rights also brought back into the discussion some things that we thought were long settled and part of a basic, untouchable consensus. These sectors began to say out loud certain things that they wouldn’t have dared say only a few years ago. Such was the case with the campaign ‘Do not mess with my children’ (Con mis hijos no te metas), against the implementation of the law mandating comprehensive sex education, which called into question the role of the state in education.

    What role did CELS play in the legalisation campaign?

    Throughout the process, the women’s movement’s leadership, and that of the National Campaign for the Right to Legal, Safe and Free Abortion, was undisputable. As a member of the Campaign, and alongside other human rights organisations, CELS made an important contribution in terms of organisation, coordination and argumentation.

    Our history and experience give CELS much legitimacy. The fact that CELS speaks about abortion can make a difference when it comes to reaching broader audiences. Starting in 2014, when it seemed likely that the legalisation initiative would eventually be discussed in congressional committees, CELS began putting together input for the legislative debate, by revising jurisprudence and current standards and providing a justification as to why the debate on abortion had to be carried out from a human rights perspective.

    At the same time, CELS participated as amicus curiae - friend of the court - in various court cases. Although we think that our ultimate goal, and the only one compatible with the recognition of women’s autonomy as full subjects of rights, is the legalisation of abortion, we have deemed it necessary to ensure in the meantime that the abortions that are already legal can be performed effectively, along the lines established for non-punishable abortions. In 2012, in its ruling in the F.A.L. case, the Supreme Court made very clear the conditions under which legal abortions can be performed and the obligations that this confers on the state. This ruling reflected the great work done by women’s rights and human rights movements on the streets, in hospitals, in academia and in the courts. But nonetheless, access remains very uneven, and even in more ‘advanced’ provinces barriers to legal abortions still exist. To a large extent, this reflects the structural limitations of a system that establishes a restrictive set of grounds allowing abortions, which inevitably fails because it depends on someone certifying the presence of those grounds. In addition, the current system ignores the most important among all possible grounds for abortion: the pregnant person’s will. This is precisely what the bill that was passed by the House put in the spotlight.

    During the 2018 debate, CELS made several presentations in support of the initiative at public hearings in both houses of Congress. Our executive director and I presented at the House of Representatives - significantly, both at the opening and the closing of the debate - and our litigation director spoke at the Senate. At the beginning of the debate, we issued a publication that was endorsed by a large part of the women’s movement, feminists and organisations alike, with arguments, legislation and jurisprudence, to bring clear information to legislators.

    We were also present on the streets, not only sharing the vigils that were held during the voting sessions, but also in organising, providing support and coordinating with the women's movement, with the other organisations within the Campaign for Legal Abortion and with high school students, health professionals and other mobilised groups. This coordination and the sustained presence of the movement on the streets were what made the difference during 2018. Finally, we defended the freedom of expression and the right to peaceful assembly, since throughout this process the groups mobilised against legal abortion perpetrated various acts of violence against legalisation activists.

    You have repeatedly mentioned the existence of anti-rights groups. Do you think these groups are on the rise? If so, what can progressive civil society do to protect the rights already conquered and keep moving forward?

    Anti-rights groups have indeed grown and are organised under a common umbrella, against what they call ‘gender ideology’. They saw this debate as an opportunity to organise like never before. Now they are more numerous: there used to be groups linked to the Catholic Church, but now there are also numerous groups with links to evangelical churches, well-organised and well-funded, alongside other groups that are not necessarily faith-based. Their presence demands our attention because their goals run against the rights of a large part of the population, as they seek to limit access to rights by children, women, lesbians, gays, transvestites and trans people. They are appearing throughout Latin America and their existence also raises questions about their alliances and goals: how and when did they arrive in Argentina? What are their demands? How far are they willing to go? We have seen that behind their ‘no to abortion’ they bring along a broader agenda that is linked to their rejection of so-called ‘gender ideology’, sexual education in schools, even vaccination, and who knows what else.

    The progressive movement needs to think of a strategy to face them. The strength of the human rights movement is our use of creativity and the strategy of reason. On the other hand, what anti-rights movements do is mirror the strategies of the human rights movement. Now, although creativity and innovation give us an advantage, the anti-rights movement is making us waste our time discussing things we thought were long settled. To top it all, what we get into is not even an honest discussion, since the statements they make and even the data they use do not withstand the slightest fact check. The result is not actual debate - that is, a genuine exchange of arguments and reasons. Still, we have no alternative but to respond. So, when we engage in such ‘debate’, we do not really discuss with them or try to convince them, but we share our reasoning before an audience, in order to try and convince that audience. We take advantage of that simulation of a debate to make our point before public opinion. For this task, social media are key, although they have clearly been a double-edged sword. In fact, it was during this debate that we were able to see first-hand the way so-called ‘fake news’ operates, particularly when they find an echo in influential voices outside social media, who disseminate them elsewhere. It so happened, for instance, that totally fake data found on social media were quoted by legislators during the congressional debate. In that area, there is a lot of work for us to do.

    Leading the debate agenda is one of the challenges that our movements face. To do this, we need to always be a step ahead in the discussion. We should not ‘debate’ with the anti-rights groups but speak to larger audiences and engage in discussion with elected representatives, whose obligation it is to pass laws for our common good and to ensure the state’s compliance with its obligation to enforce human rights. The debate over the legalisation of abortion was a spearhead to think about other issues. The system of limited grounds for legal abortion, similar to the one that has just been adopted in Chile, has been in place in Argentina since 1921. The transition from a system of grounds to a system of deadlines requires a simple legislative decision to amend the Criminal Code. Why such big fuss then? Because this debate puts other discussions on the table, including what we think the role of women is, what the role of the state should be, to what extent and regarding what issues the state should get involved - and this is where conservative sectors exhibit their contradictions: they want the state to get inside your bed to criminalise your behaviour, but when it comes to education or vaccination, they want it not to interfere.

    We cannot stay on the defensive. We need to go on the offensive and place secularism and the role of the state on the agenda. And we are forced to do so in a very regressive sub-regional context. Brazil, our biggest neighbour and partner, has just elected a president who is committed to advancing the agenda of its powerful evangelical caucus and who has just appointed to lead the Ministry of Human Rights an evangelic minister who says that women are born to be mothers.

    Civic space in Argentina is rated as ‘narrowed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with CELS through theirwebsite andFacebook page, or follow@CELS_Argentina and@EdurneC on Twitter.

     

  • BANGLADESH : « Pour lutter contre le viol, nous avons besoin d’une réforme profonde du système juridique »

    CIVICUS s’entretient avec Aparajita Sangita, activiste des droits humains bangladeshi et cinéaste indépendante primée au niveau international. Aparajita a travaillé à travers plusieurs films sur la discrimination sexuelle et les droits des femmes, et a été impliqué dans diverses actions sociales, telles que des projets d’éducation pour les enfants des rues et des banques alimentaires. En réponse à son activisme, elle a été harcelée par la police. Pour son activisme sur les réseaux sociaux, elle a également été poursuivie pour harcèlement en vertu de la draconienne loi sur la sécurité numérique. Les charges retenues contre elle ont été abandonnées en réaction aux manifestations qui ont eu lieu dans la rue et sur internet.

    Aparajita Sangita

    Quels éléments ont déclenché les récentes manifestations contre le viol au Bangladesh ?

    Dans la nuit du 5 janvier 2020, une étudiante de l’université de Dhaka (UD) a été violée après être descendue d’un bus universitaire dans le quartier de Kurmitola de la capitale, Dhaka. Les étudiants de l’UD ont été perturbés par cet incident, qui a donné lieu à des manifestations et à l’organisation de plusieurs événements.

    Malgré les manifestations généralisées contre le viol, la violence sexuelle à l’égard des femmes a persisté et même augmenté pendant la pandémie de COVID-19.

    Le 25 septembre, une femme en visite au MC College de Sylhet avec son mari a été violée dans un foyer du campus par des activistes politiques liés au parti au pouvoir. Au même temps où éclataient des manifestations en réaction à cet incident, une vidéo montrant une femme en train d’être maltraitée à Begumganj, dans le Noakhali, est devenue virale sur les réseaux sociaux le 4 octobre. La vidéo montre un groupe d’hommes entrant dans la maison de la femme, la déshabillant et l’agressant physiquement, tout en laissant tout cela enregistré dans une vidéo.

    Ces incidents ne sont que quelques-uns des nombreux cas de viols et de violences sexuelles contre les femmes qui ont circulé sur les réseaux sociaux au Bangladesh. Les auteurs de ces violences sont des parents, des hommes proches, des forces de l’ordre, des fonctionnaires, des dirigeants politiques et des acteurs religieux.

    Tout cela a déclenché les manifestations de masse contre le viol qui ont eu lieu en octobre 2020, où des gens de tout le pays se sont rassemblés pour protester contre la violence à l’égard des femmes. Le mouvement contre le viol a commencé à Shahbag, connu sous le nom de « Bangladesh’s Movement Square », mais s’est rapidement étendu à toutes les villes, et même aux villages, à travers le Bangladesh. Il s’agit de Bogra, Brahminbaria, Champainabganj, Chandpur, Dhamirhat (Nowgaon), Faridpur, Gafargaon (Mymensingh), Gopalganj, Jaipurhat, Kurigram, Manikganj, Noakhali, Panchgarh, Rajshahi, Satkhira et Syedpur (Nilphamari).

    Le mouvement de protestation contre le viol a rassemblé des personnes de différents horizons, notamment des membres de partis politiques, des écrivains, des militants culturels, des activistes des réseaux sociaux, des joueurs de l’équipe nationale de cricket, des activistes des droits des femmes et des journalistes. Pour la première fois au Bangladesh, des femmes ont manifesté contre le viol au milieu de la nuit. À Dhaka, ils ont marché de Shahbag au Parlement, portant des torches et criant des slogans.

    Quelles étaient les principales revendications des manifestants ?

    Le mouvement de protestation anti-viol a formulé neuf demandes pour mettre fin aux viols et aux violences sexuelles. Il s’agit notamment de l’introduction de sanctions exemplaires pour les personnes impliquées dans des viols et des violences contre les femmes dans tout le Bangladesh et du licenciement immédiat du ministre de l’intérieur, qui n’a pas rempli son rôle de rendre la justice.

    Les manifestants ont également exigé la fin de tous les abus sexuels et sociaux à l’encontre des femmes tribales, la création d’un comité pour prévenir le harcèlement sexuel à l’encontre des femmes dans toutes les organisations gouvernementales et dans le secteur privé, ainsi que dans les établissements d’enseignement, conformément aux décisions de la Haute Cour, et la pleine application de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW). Ils ont également appelé à l’abolition des lois et des pratiques qui perpétuent les inégalités entre les sexes.

    Il a également été demandé de mettre fin au harcèlement mental des victimes pendant les enquêtes et de garantir leur sécurité juridique et sociale, d’inclure des experts en matière de criminalité et de genre dans les tribunaux de prévention de la répression des femmes et des enfants, et de créer davantage de tribunaux pour assurer un traitement rapide des affaires.

    Enfin, les manifestants ont demandé la modification de la section 155(4) et d’autres sections pertinentes de la loi sur les preuves afin de mettre fin à la recevabilité des preuves de la moralité des plaignants dans les procès pour viol et au retrait des manuels scolaires de tout matériel jugé diffamatoire envers les femmes ou les présentant comme inférieures.

    Comment les autorités ont-elles répondu aux manifestations ?

    Le 6 octobre, les manifestants ont marché de Shahbag jusqu’au bureau du Premier ministre avec des drapeaux noirs, mais ont été arrêtés par la police près de l’hôtel Intercontinental. Plusieurs dirigeants et activistes d’un corps étudiant de gauche ont été blessés par la police.

    En outre, le communiqué publié par la direction de la police le 10 octobre contenait des éléments de diffamation des manifestants. Il a déclaré que certains secteurs essayaient d’utiliser la manifestation « pour servir leurs intérêts », en sapant l’ordre public et en « créant du chaos social ». La police a averti les manifestants d’éviter toute « activité anti-étatique » et a annoncé que la police s’engageait à assurer la paix et l’ordre interne à tout prix. Cette déclaration a provoqué la panique des manifestants, qui craignaient la répression.

    En plus de faire face à la répression policière, plusieurs femmes activistes, dont la dirigeante de l’Association des étudiants de gauche, qui ont participé au mouvement anti-viol, ont été menacées par téléphone et par Facebook Messenger. Certains des activistes ont également été menacés de poursuites pénales.

    Qu’est-il arrivé au mouvement depuis lors, la campagne s’est-elle arrêtée ?

    Après que les manifestations contre les viols et les agressions sexuelles se soient répandues dans tout le pays, la loi sur la prévention de la répression des femmes et des enfants a été modifiée. La peine de mort a été imposée comme la punition la plus sévère pour le viol. Auparavant, la peine maximale pour viol au Bangladesh était la prison à vie. La peine de mort n’était appliquée que dans les cas de viols collectifs ou de viols ayant entraîné la mort de la victime.

    En conséquence, les manifestations ont cessé, car beaucoup de gens pensaient que la peine de mort réduirait les crimes de viol. Cependant, de nombreuses défenseures des droits des femmes insistent sur le fait que la peine de mort n’est pas la solution et demandent une réforme approfondie du système juridique et davantage d’éducation pour lutter contre ce qu’elles considèrent comme une épidémie de violence à l’égard des femmes au Bangladesh.

    Que peut faire la communauté internationale pour soutenir le mouvement ?

    Suite aux différents cas de violences sexuelles et de viols commis contre les femmes, nous avons vu un important mouvement de protestation émerger dans le pays. Cependant, certains manifestants et activistes ont reçu des menaces pour avoir élevé la voix. La solidarité de la communauté internationale est essentielle pour ceux qui protestent contre les violations des droits humains et formulent des demandes justes.

    La société bangladaise est extrêmement patriarcale, et il y a eu de nombreuses tentatives au fil des années pour restreindre la vie et la voix des femmes. Le viol est une expression de ce contexte. Vivre en sécurité est un droit fondamental de chaque femme, et il est de la responsabilité de chaque citoyen, ainsi que de la communauté internationale, de garantir ce droit.

    L’espace civique au Bangladesh est classé « reprimé » par leCIVICUS Monitor. 

     

  • COVID-19 : « Nous avons besoin de politiques publiques qui réduisent et redistribuent le travail de soins non rémunéré »

    CIVICUS s’entretient des impacts de la pandémie de COVID-19 sur les inégalités de genre et des réponses formulées par la société civile avec Gala Díaz Langou, directrice du programme de protection sociale du Centre pour la mise en œuvre des politiques publiques d’équité et de croissance (Centro de Implementación de Políticas Públicas para la Equidad y el Crecimiento, CIPPEC). CIPPEC est une organisation de la société civile argentine qui se consacre à la production de connaissances et de recommandations pour l’élaboration de politiques publiques visant le développement, l’équité, l’inclusion, l’égalité des chances, l’efficacité et la force des institutions.

     

  • El Salvador es uno de los pocos países que aún no han decidido que la vida de las mujeres importa

    English

    CIVICUS conversa con Sara García Gross, Coordinadora Ejecutiva de la Agrupación Ciudadana por la Despenalización del Aborto Terapéutico, Ético y Eugenésico de El Salvador e integrante de la Red Salvadoreña de Defensoras de Derechos Humanos. Fundada en 2009, Agrupación Ciudadana es una organización de la sociedad civil multidisciplinaria que busca generar conciencia para cambiar la legislación sobre la interrupción del embarazo en el país; defender legalmente a las mujeres que han sido acusadas o condenadas o por abortos o delitos relacionados; y promover la educación en materia de salud sexual y reproductiva.

     

  • Les défenseures des droits des femmes doivent être libérées immédiatement et sans condition !

    Arabe

    Dr. Awwad bin Saleh Al Awwad

    President of the Human Rights Commission in Saudi Arabia

    Monsieur,

    Nos organisations restent très préoccupées par le maintien en détention arbitraire depuis 2018 de défenseures des droits des femmes, notamment Loujain Al Hathloul, Nassima al Saddah, Samar Badawi, Nouf Abdelaziz et Miyaa al Zahrani. Plusieurs de ces femmes ont été victimes d’actes de torture, de violences sexuelles et d’autres mauvais traitements et n’ont bénéficié d’aucun recours effectif.

    Nos inquiétudes sont largement partagées par la communauté internationale. La haute-commissaire aux droits de l’homme des Nations unies a demandé à plusieurs reprises la libération des défenseures des droits des femmes depuis leur arrestation en 2018[1]. Au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, plus de 40 États du monde entier ont demandé à maintes reprises à l’Arabie saoudite de libérer immédiatement toutes les personnes détenues pour avoir simplement exercé leurs droits humains, et en particulier les défenseures des droits des femmes[2].

    Le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes a contacté à plusieurs reprises les autorités saoudiennes pour demander la libération de Loujain Al Hathloul et de toutes les défenseures des droits des femmes et faire part de ses vives préoccupations quant aux conditions de détention de Loujain Al Hathloul. Loujain Al Hathloul mène une grève de la faim pour protester contre le refus des autorités de la laisser communiquer régulièrement avec sa famille. Le secrétaire général des Nations unies a également évoqué la détention de Loujain Al Hathloul et de Samar Badawi dans ses rapports annuels sur la Coopération avec l’Organisation des Nations Unies, ses représentants et ses mécanismes dans le domaine des droits de l’homme[3].

    Des procédures spéciales des Nations unies ont appelé à plusieurs reprises l’Arabie saoudite à libérer les militantes, dans des communications et des communiqués de presse[4]. Tout en saluant certaines réformes du système de tutelle masculine, elles ont toutefois signalé que « ces avancées positives sont le résultat de plusieurs années de plaidoyer sans relâche et du travail de nombreux défenseur·e·s des droits humains et des droits des femmes en Arabie saoudite. Nombre de ces personnes sont toujours en détention et nous demandons leur libération immédiate. »

    Lors de l’Examen période universel (EPU) de l’Arabie saoudite en novembre 2018, le pays a reçu au moins 22 recommandations demandant la libération de défenseur·e·s des droits humains, notamment des défenseures des droits des femmes, et la garantie de l’instauration d’un environnement sûr et favorable leur permettant de mener leur travail.

    La Commission saoudienne des droits humains a déclaré dans son rapport de mars 2020 que « le Royaume d’Arabie saoudite a fait des progrès constants en termes de réformes et d’examens consécutifs des lois et réglementations en vue de l’autonomisation des femmes ». La libération immédiate et sans condition de toutes des défenseures des droits des femmes serait un gage de la volonté du gouvernement saoudien d’améliorer la situation en matière de droits humains.

    Des informations fournies aux médias par des représentants saoudiens évoquant la possibilité d’une « grâce » pour les défenseures des droits des femmes laissent entendre qu’elles ont commis une infraction, cependant nous rappelons qu’elles sont détenues arbitrairement en raison de leur militantisme pacifique. Les autorités saoudiennes doivent libérer immédiatement et sans condition les défenseures des droits des femmes, abandonner toutes les charges retenues contre elles et mettre un terme au harcèlement, à l’intimidation et aux interdictions de voyager dont font l’objet les membres de leur famille.

    Bien cordialement,

    1. ACAT-France
    2. ALQST for Human Rights
    3. Americans for Democracy & Human Rights in Bahrain
    4. Amnesty International
    5. Bahrain Institute for Rights and Democracy (BIRD)
    6. CIVICUS
    7. Coalition Tunisienne Contre la Peine de Mort
    8. CODEPINK
    9. Democracy for the Arab World Now (DAWN)
    10. English PEN
    11. Equality Now
    12. European Saudi Organisation for Human Rights
    13. FIDH, in the framework of the Observatory for the Protection of Human Rights Defenders
    14. Freedom Initiative
    15. Gulf Centre for Human Rights
    16. Human Rights Watch
    17. Humanists International
    18. International Service for Human Rights (ISHR)
    19. MENA Rights Group
    20. Nachaz Dissonances
    21. No Peace Without Justice
    22. Organisation against Torture in Tunisia
    23. PEN International
    24. Project on Middle East Democracy (POMED)
    25. Renewal Forum for Citizenship and Progressive Thought- Tunisia
    26. Saudi American Justice Project
    27. Scholars at Risk
    28. The B Team
    29. The Lebanese Council to Resist Violence Against Woman (LECORVAW)
    30. The Tunisian League for Human Rights Defence
    31. Urgent Action Fund for Women's Human Rights
    32. Vigilance for Democracy and the Civic State
    33. Women's March Global
    34. World Organisation Against Torture (OMCT), in the framework of the Observatory for the Protection of Human Rights Defenders

     

    [1] En mai 2018, juillet 2018, septembre 2018, mars 2019, février 2020, septembre 2020.

    [2] En mars 2019 à l’initiative de l’Islande, en septembre 2019 à l’initiative de l’Australie, en septembre 2020 à l’initiative du Danemark, et en juin 2020 à l’initiative des Pays-Bas au nom des pays du Benelux.

    [3] En septembre 2019 et septembre 2020.

    [4] Communiqué de presse et communication de juin 2018, communiqués de presse et communications d’octobre 2018, de février 2019, d’août 2019, de septembre 2019, et de juin 2020.

     

  • LES GROUPES ANTI-DROITS DE L'HOMME: "Ils ne pensent pas que les droits de l'homme sont universels ou ils ne considèrent pas toutes les personnes comme des êtres humains égaux "

    gordan bosanacDans le cadre de notre rapport thématique de 2019, nous interrogeons des militants de la société civile, des dirigeants et des experts sur leur expérience des réactions hostiles de la part des groupes anti-droits humains. CIVICUS parle de la montée de l'extrémisme des groupes d'extrême droite et du fondamentalisme religieux en Europe de l'Est avec Gordan Bosanac, co-auteur d'une étude de cas sur l'Europe de l'Est pour le rapport du Global Philanthropy Project: « Conservatisme religieux sur la scène mondiale : Menaces et défis pour les droits LGBTI ».

     

    Vous avez travaillé sur diverses questions, du racisme et de la xénophobie au conservatisme religieux et aux droits LGBTQI. Pensez-vous que la montée du nationalisme et attaques contre les droits des migrants et les droits sexuels et reproductifs font tous partie de la même tendance ?

    Tout cela fait indéniablement partie du même phénomène. La grande majorité des organisations qui se mobilisent contre les droits des femmes rejettent également les personnes LGBTQI et les migrants et réfugiés. Ils font tous partie du même mouvement mondial qui rejette les idées démocratiques libérales, et ils se mobilisent tous contre les minorités ou les groupes vulnérables.

    Il s'agit d'un ensemble très hétérogène de groupes et d'organisations. Leur dénominateur commun est ce contre quoi ils luttent : la démocratie libérale. Les groupes néonazis, misogynes, anti-LGBTQI et anti-migrants ont des objectifs différents, mais ils partagent le même programme et y collaborent. Beaucoup de ces groupes se réunissent au Congrès mondial des familles, où vous trouverez beaucoup de discours de haine contre la communauté LGBTQI, contre les femmes et contre les migrants. Ils partagent la même philosophie.

    Pour moi, ces groupes sont exactement l'inverse du mouvement des droits de l'homme, où certaines organisations se concentrent sur les droits des femmes, d'autres sur les droits des LGBTQI, d'autres encore sur les migrants ou les peuples indigènes, ou sur les droits sociaux, culturels ou environnementaux, mais nous avons tous une philosophie fondée sur une vision positive des droits humains. Nous faisons tous partie du mouvement des droits de la personne. C'est exactement le contraire pour eux : ils partagent tous une vision négative des droits de l'homme, ils ne pensent pas qu'ils sont universels, ou ils ne considèrent pas tous les gens comme des êtres humains égaux. Quoi qu'il en soit, ils se mobilisent contre les droits de l'homme.

    Quand et pourquoi des groupes fondamentalistes chrétiens sont-ils apparus en Europe de l'Est ?

    L'une de mes collègues dit que ces groupes existent depuis longtemps. Elle enquête actuellement sur la troisième génération de ces groupes et affirme qu'ils ont vu le jour dans les années 1970, lorsqu'ils se sont mobilisés pour la première fois autour des idées néonazies et contre les droits des femmes. Le tournant le plus récent en Europe de l'Est s'est produit au début des années 2010. Dans de nombreux cas, il s'agit d'une réaction contre les débats politiques nationaux sur les LGBTQI et les droits reproductifs. La Croatie, d'où je viens, était l'une des exceptions en ce sens que ces groupes ne se sont pas mobilisés en réaction aux avancées politiques des groupes de défense des droits des femmes et des LGBTQI, mais plutôt par anticipation et à titre de mesure préventive contre les processus qui progressaient au niveau international, et en particulier contre le mariage homosexuel.

    L'expérience croate s'est déroulée en trois phases. A partir des années 1990, un mouvement anti-avortement s'est développé, dirigé par des prêtres catholiques charismatiques. Après la chute du communisme, l'avortement a été présenté comme étant contraire à la foi religieuse, aux valeurs familiales et à l'identité nationale. L'Église catholique a créé des " centres familiaux " qui offrent des services de soutien aux familles. Depuis le début des années 2000, des organisations indépendantes de la société civile (OSC) formées par des citoyens religieux " concernés " sont apparues. Leur naissance est liée à l'introduction de l'éducation sexuelle dans les programmes scolaires publics. Une troisième phase a commencé vers 2010, avec la montée en puissance d'OSC fondamentalistes liées au niveau national et international, indépendantes de la structure de l'Eglise. Par exemple, les nouveaux groupes avaient des liens avec les mouvements polonais ultraconservateurs "Tradition, Famille, Propriété" et "Ordo Iuris". L'Église catholique est restée à l'arrière-plan et le rôle des porte-paroles anti-droits a été relégué aux citoyens religieux " concernés ".

    En Croatie, les fondamentalistes ont fait bon usage des référendums nationaux organisés à l'initiative des citoyens. En 2013, ils ont rejeté l'égalité en matière de mariage, en grande partie grâce à des lois électorales qui n'exigent pas une participation électorale minimale aux référendums nationaux; la faible participation d'environ 38 %, suffisant à permettre un changement constitutionnel. En revanche, des référendums similaires ont échoué en Roumanie et en Slovaquie grâce à l'exigence d'une participation minimale de 50 %.

    Les groupes de défense des droits de l'homme semblent avoir fait beaucoup de progrès en Europe de l'Est depuis le début des années 2010. Pourquoi ?

    Nous avons commencé à suivre de près ces groupes en Croatie au moment du référendum, et ce que nous avons vu, c'est que leur progression a été liée à la redéfinition de leurs stratégies. Ils étaient démodés, peu attrayants pour leurs publics potentiels et peu habiles dans l'utilisation des instruments de la démocratie directe. A partir de 2010, ils ont changé de stratégie. Le mouvement de lutte contre les droits de l'homme a connu un renouveau rapide, et ses nouveaux dirigeants étaient très jeunes, éloquents et conscients du potentiel des instruments démocratiques. Dans leurs apparitions publiques, ils ont commencé à minimiser la religion, passant du symbolisme religieux à des visuels contemporains, colorés et joyeux. Ils ont commencé à organiser des mobilisations de masse telles que les marches contre l'avortement "Walk for Life", ainsi que des actions de rue à petite échelle, comme la prière contre l'avortement devant les hôpitaux ou la mise en scène de performances. Ironiquement, ils ont appris en observant de près ce que les OSC progressistes en matière de droits de la personne avaient fait : tout ce qu'elles faisaient avec succès, ils l'ont copié. Ils ont également relancé et amélioré les méthodes traditionnelles de pétition, en allant en ligne avec des plateformes telles que CitizenGo.

    Sur le plan international, les groupes de lutte contre les droits ont commencé à prendre forme au milieu des années 1990 en réaction à la quatrième Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes, tenue en 1995 à Beijing. C'est alors qu'un consensus s'est formé autour des droits des femmes en tant que droits humains, et que le genre est apparu à l'ordre du jour. Les groupes religieux se sont sentis vaincus à Pékin. Beaucoup d'universitaires qui ont étudié ce processus ont conclu que l'Église catholique était alors irritée parce qu'elle avait perdu une grande bataille. Ils ont subi plusieurs défaites dans les années qui ont suivi, ce qui les a rendus encore plus furieux. En 2004, la candidature de Rocco Buttiglione, candidat italien à la Commission européenne, a été retirée sous la pression du Parlement européen en raison de ses positions sexistes et homophobes. Les fondamentalistes chrétiens ont également été furieux lorsque des discussions animées ont eu lieu sur la possibilité que les "racines chrétiennes" de l'Europe soient mentionnées dans la Constitution européenne. Tout cela a mis le Vatican très en colère. Il y a eu quelques moments symboliques qui les ont rendus furieux et les ont poussés à lutter plus fermement contre les idées libérales.

    En réaction à cela, ils se sont modernisés, ce qui leur a permis d'avoir des liens de plus en plus étroits avec des groupes évangéliques fondamentalistes basés aux États-Unis, ayant une longue expérience dans l'élaboration de politiques à l'intérieur et en dehors des États-Unis.

    Pensez-vous qu'il s'agit surtout d'un processus du sommet vers la base, ou ces groupes ont-ils véritablement atteint la base ?

    En Europe de l'Est, il s'agit surtout d'un processus descendant, peut-être lié au fait que la plupart de ces groupes sont catholiques chrétiens, et non évangéliques. Ces idées viennent de très haut. Elles sont produites et diffusées par le Vatican depuis des décennies. Ces groupes ne sont pas spontanés et sont très bien organisés. Leurs stratégies ne se sont pas répandues par imitation, mais plutôt parce qu'elles sont toutes dictées par le sommet.

    Cela ne veut pas dire qu'ils n'ont pas pu faire appel aux citoyens ; au contraire, ils l'ont fait avec beaucoup de succès, encore plus que les groupes anti-droits humains. C'est parce qu'ils utilisent un langage très simple et jouent sur les peurs et les insécurités des gens. Ils construisent leur popularité sur les préjugés et les craintes des autres qui sont différents. La peur semble être un moyen facile de mobiliser les gens, mais les gens de gauche ne veulent pas l'utiliser parce qu'ils estiment qu'il n'est pas juste de manipuler les gens. Les groupes de défense des droits, par contre, n'ont aucun problème à faire peur aux gens. Lorsqu'ils sont apparus pour la première fois en Croatie, ces groupes ont obtenu un énorme soutien parce qu'ils ont suscité la peur et se sont ensuite présentés comme les protecteurs et les sauveurs des citoyens contre ce monstre fictif qu'ils avaient créé.

    Quelles sont les principales stratégies que ces groupes ont utilisées pour se développer ?

    Premièrement, ils partagent un discours unifié qui s'articule autour du rejet de ce qu'ils appellent "l'idéologie du genre", qui n'est qu'un signifiant vide pour désigner toute menace qu'ils perçoivent dans un contexte particulier. Ils se déclarent les protecteurs de la famille et de l'ordre naturel et utilisent des stratégies de diffamation et un discours pseudo-scientifique contre les droits des femmes et des personnes LGBTQI. Une rhétorique nationaliste est également omniprésente dans les pays d'Europe de l'Est.

    Deuxièmement, ils ont coopté le discours sur les droits de l'homme et adopté les pratiques d'organisation civique du mouvement des droits de l'homme. Ils profitent non seulement de l'accès direct aux citoyens qui vont à l'église, mais ils mobilisent aussi la base à travers des conférences, des formations, des camps de jeunes et les réseaux sociaux. Ils bénéficient également d'un financement suffisant pour emmener les gens en bus aux rassemblements importants comme les marches « Walk for Life », payer les dépenses de nombreux bénévoles et couvrir le coût de la publicité dispendieuse.

    Troisièmement, ils ont utilisé avec succès des mécanismes référendaires à l'initiative des citoyens. En Croatie et en Slovénie, ils ont recueilli le nombre requis de signatures pour lancer des référendums nationaux contre le mariage homosexuel, qu'ils ont remportés. En Roumanie et en Slovaquie, à leur tour, ils ont réussi à recueillir les signatures mais n'ont pas réussi à satisfaire à l'exigence minimale de participation. Le taux de participation à tous ces référendums a varié de 20 % en Roumanie à 38 % en Croatie, ce qui montre que les fondamentalistes ne bénéficient d'aucun soutien majoritaire, mais qu'ils utilisent toujours intelligemment les mécanismes démocratiques pour faire avancer leur programme.

    Quatrièmement, ils ont recours aux poursuites judiciaires à la fois pour influencer et modifier la législation et pour arrêter les militants des droits humains et les journalistes qui critiquent leur travail. Afin de les faire taire, ils les poursuivent en justice pour diffamation et 'discours de haine contre les chrétiens'. Bien que ces affaires soient généralement rejetées, elles les aident à se positionner en tant que victimes en raison de leurs croyances religieuses.

    Cinquièmement, ils bénéficient non seulement d'une bonne couverture de leurs événements dans les médias grand public, mais ils ont aussi leurs propres médias, principalement des portails d'information en ligne, dans lesquels ils publient de fausses nouvelles qui diffament leurs adversaires, qu'ils diffusent ensuite sur les réseaux sociaux. Ils accueillent et couvrent également des événements conservateurs mettant en vedette des " experts internationaux " qui sont présentés comme les plus hautes autorités sur des questions telles que la sexualité et les droits de l'enfant.

    Sixièmement, ils s'appuient sur une collaboration transnationale à travers l'Europe et avec des groupes basés aux États-Unis.

    Septièmement, ils ciblent le système scolaire, par exemple avec des programmes extrascolaires destinés à influencer les enfants âgés de 4 à 14 ans, lorsqu'ils sont les plus vulnérables et les plus facilement convertibles.

    Enfin, ils travaillent non seulement par l'intermédiaire d'OSC, mais aussi de partis politiques. De cette façon, ils sont également présents aux élections et, dans certains cas, ils acquièrent un pouvoir significatif. C'est le cas du parti d'extrême droite polonais Droit et Justice, qui a pleinement intégré ces groupes dans ses activités. Dans d'autres cas, ils créent leur propre parti politique. C'est ce qui s'est passé en Croatie, où la principale OSC fondamentaliste, "Au nom de la famille", a créé un parti politique appelé "Project Homeland". Le cas de la Roumanie est particulièrement préoccupant à cet égard, car il montre comment les positions fondamentalistes chrétiennes sur les droits LGBTQI peuvent être intégrées dans l'ensemble du spectre politique et religieux.

    En d'autres termes, ces groupes sont présents dans divers espaces, pas seulement au sein de la société civile. Et ils ciblent les principaux partis conservateurs, notamment ceux qui sont membres du Parti populaire européen, le groupe de centre-droit du Parlement européen. Ils essaient de déplacer les partis de centre-droit et conservateurs vers l'extrême droite. C'est leur combat crucial parce que cela peut les mener au pouvoir. Il est de la responsabilité des partis conservateurs du monde entier de résister à ces attaques, et il est dans l'intérêt des groupes progressistes de les protéger également, car s'ils perdent, nous perdons tous.

    Pensez-vous qu'il y a quelque chose que la société civile progressiste puisse faire pour arrêter les groupes anti-droits ?

    Je ne suis pas très optimiste parce que nous les combattons depuis plusieurs années et c'est très difficile, d'autant plus que la mouvance mondiale est aussi en train de changer : il y a une tendance générale à droite qui semble très difficile à contrer.

    Cependant, il y a encore plusieurs choses à faire. La première chose à faire serait de faire la lumière sur ces groupes, de dire aux gens qui ils sont vraiment. Nous devons les exposer pour ce qu'ils sont- les fondamentalistes religieux, les néonazis et ainsi de suite - parce qu'ils cachent leur vrai visage. Selon le contexte local, ils ne sont parfois même pas fiers d'admettre qu'ils sont liés à l'Église. Une fois que ces liens sont mis en évidence, de nombreuses personnes deviennent méfiantes à leur égard. Il faudrait aussi espérer qu'il y ait du bon sens, que les circuits d'argent sale soient dévoilés et que les gens réagissent, ce qui arrive parfois, mais pas toujours.

    Le rôle principal devrait être joué par les croyants qui refusent d'accepter l'utilisation abusive de la religion à des fins extrémistes. Les croyants sont les porte-paroles les plus authentiques contre le fondamentalisme et leur voix peut être beaucoup plus forte que celle des laïcs mobilisés ou de l'opposition politique. Toutefois, l'absence de tels groupes au niveau local, en raison des pressions exercées par les autorités religieuses locales, peut être un problème. Le pape François a sérieusement affaibli les groupes fondamentalistes et il est un excellent exemple de la manière dont les chefs religieux peuvent combattre l'extrémisme religieux et le fondamentalisme.

    Il est également productif d'utiliser l'humour contre eux. Ils ne savent pas vraiment plaisanter ; les situations sarcastiques et humoristiques les déconcertent. Cela peut susciter des soupçons chez de nombreuses personnes. Mais nous devons veiller à ne pas en faire des victimes, car ce sont des experts en matière d'auto-victimisation et ils sauront comment s'en servir contre nous.

    Enfin, permettez-moi de le redire parce que c'est fondamental. Cela peut sembler contre-intuitif, mais il est très important de donner aux partis conservateurs du monde entier les moyens de tenir bon et de résister aux tentatives de détournement d'extrême droite. Les progressistes doivent protéger les partis conservateurs contre les attaques d'extrémistes, sinon ils deviendront des véhicules de l'extrême droite pour accéder au pouvoir, et il sera alors trop tard.

    L'espace civique en Croatie est classé comme " rétréci " par le Monitor CIVICUS.

    Suivez @GordanBosanac sur Twitter.

     

  • LIBAN : « Cette crise doit être gérée avec une vision féministe »

    CIVICUS s'entretient avec Lina Abou Habib, une activiste féministe basée à Beyrouth, au Liban, sur la réponse de la société civile face à l'urgence provoquée par l’explosion du 4 août 2020. Lina enseigne les Féminismes Mondiaux à l'Université Américaine de Beyrouth, où elle est membre de l'Institut Asfari, et préside le Collectif pour la Recherche et la Formation sur l’Action pour le Développement, une organisation féministe régionale qui travaille au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle siège également au conseil d'administration de Gender at Work et en tant que conseillère stratégique du Fonds Mondial pour les Femmes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

    Lina Abou Habib

    Pourriez-vous nous parler du moment où l’explosion s’est produite ?

    L’explosion de Beyrouth s’est produite le 4 août 2020, vers 18 h 10, heure de Beyrouth. J'étais chez moi et je savais depuis une heure qu’il y avait eu un grand incendie dans le port de Beyrouth. Lorsque le feu a commencé à se propager, le ciel s’est assombri de fumée. Je regardais dehors, et la première chose que j’ai ressentie a été une sensation terrifiante, semblable à un tremblement de terre, et juste une fraction de seconde plus tard, une énorme explosion s’est produite. Les vitres autour de moi se sont brisées. Il m’a fallu quelques minutes pour comprendre ce qui venait de se passer. La première chose que nous avons tous faite a été de téléphoner à nos familles et à nos amis proches pour nous assurer qu’ils allaient bien. Tout le monde était dans un état d’incrédulité totale. L’explosion a été si puissante que chacun de nous a ressenti que cela se passait juste à côté de nous.

    Quelle a été la réponse immédiate de la société civile ?

    Il est important de souligner qu’en plus de la réponse de la société civile, il y a eu aussi une réponse individuelle. Les gens sont descendus dans la rue pour essayer d’aider les autres. Personne ne faisait confiance à l’État pour qu’il aide de quelque manière que ce soit ; en fait, l’État était responsable de ce qui s’était passé. Les gens ont pris la responsabilité de s’entraider, ce qui signifiait s’attaquer aux problèmes immédiats, comme nettoyer les rues des débris et parler à d’autres personnes pour savoir ce dont elles avaient besoin, comme de l’abri et de la nourriture. Environ 300 000 personnes se sont retrouvées sans abri et ont tout perdu en une fraction de seconde. Il y a eu une réaction extraordinaire de la part des gens ordinaires qui se sont mis à aider : des gens avec des balais et des pelles ont commencé à enlever les débris et d’autres ont distribué de la nourriture et de l’eau. L'indignation s'est transformée en solidarité.

    Ce fut un moment de grande autonomisation, qui continue toujours. En ce moment même, il y a des volontaires et des organisations de la société civile (OSC) qui prennent essentiellement en charge la situation et non seulement apportent de l’aide immédiate, mais offrent également toutes sortes de soutien aux personnes en difficulté.

    Cependant, ces actes de solidarité et de bienveillance ont aussi été critiqués. La principale critique a été de dire qu’ils sont contre-productifs car dispensent l’État de s’acquitter de ses obligations et de ses devoirs. Je comprends cette critique, mais je ne suis pas d’accord avec elle. Pour moi, les actes de solidarité menés par la société civile et les gens ordinaires ont été nos principales réussites, des histoires de pouvoir et de résistance dont il est bon de parler. Il faut souligner la réponse immédiate apportée individuellement par les mêmes personnes qui avaient subi des blessures ou avaient beaucoup perdu. Les communautés de travailleurs migrants elles-mêmes, vivant dans des conditions extrêmes d’exploitation, de racisme et d’abus, sont sorties pour nettoyer les décombres et aider les autres. Je ne pense pas qu’il faille ignorer le sens de ces actes de solidarité.

    Le Liban subissait déjà une crise économique profonde, qui a été encore exacerbée par la pandémie du COVID-19 et l’explosion. Quels ont été les groupes les plus touchés ?

    Les pires effets ont été ressentis par ceux qui se trouvaient déjà dans les situations les plus vulnérables. Un exemple clair de multiples formes de discrimination qui se chevauchent et se renforcent réciproquement est la situation des travailleuses migrantes au Liban. Ce n’est pas une situation nouvelle, cela fait déjà des décennies. Premièrement, les femmes migrantes travaillent dans la sphère privée, ce qui les rend encore plus invisibles et vulnérables. Deuxièmement, il n'y a absolument aucune règle à suivre pour les embaucher, alors elles sont essentiellement à la merci de leurs employeurs. Elles sont maintenues dans des conditions de quasi-esclavage sur la base des soi-disant « contrats de parrainage ». Même l’air qu’elles respirent dépend de la volonté de leurs employeurs, donc elles sont complètement liées à eux. En bref, c’est une population de femmes des pays pauvres du sud global qui sont employées comme travailleuses domestiques et soignantes, des postes qui les rendent incroyablement vulnérables aux abus. Il n’y a pas de lois que les protègent, et il en a toujours été ainsi. Par conséquent, ce sont elles qui sont laissées pour compte en cas de crise sécuritaire ou politique.

    Trois événements consécutifs ont affecté leur situation. Le premier a été la révolution commencée le 17 octobre 2019, un moment incroyablement important qui a été le point culminant d’années d’activisme, et auquel ont également participé des travailleuses migrantes, qui ont été appuyées, soutenues et guidées par de jeunes féministes libanaises. En conséquence, il y a eu des travailleuses migrantes au sein de la révolution, qui se sont rebellées contre le système de parrainage qui les prive de leur humanité et les expose à des conditions de travail équivalentes à l'esclavage, et ont exigé un travail décent et une vie digne.

    À cela s’ajoute l’effondrement économique et la pandémie du COVID-19, qui se sont produits alors que les manifestations se poursuivaient. En raison de la crise économique, certaines personnes ont choisi de ne pas payer les salaires des travailleuses domestiques et des travailleurs migrants, ou pire, ces personnes se sont simplement débarrassées d’eux en les laissant dans la rue pendant la pandémie.

    Et puis l’explosion du port de Beyrouth s’est produite, frappant à nouveau particulièrement durement les travailleurs migrants. Il a eu une succession de crises qui ont touché avant tout les travailleurs migrants, et les femmes en particulier, car ils se trouvaient déjà dans des conditions précaires dans lesquelles ils subissaient des abus, leur travail était tenu pour acquis et ils ont ensuite été jetés dans la rue, oubliés par leurs ambassades et ignorés par le gouvernement libanais.

    En tant qu’activiste et féministe, comment évaluez-vous la réponse du gouvernement à l'explosion ?

    Il n’y a pas eu de réponse responsable du gouvernement. Je n’appellerais même pas ce que nous avons « gouvernement », mais plutôt « régime ». C'est une dictature corrompue, un régime autoritaire qui continue de se faire passer pour démocratique et même progressiste. Le régime dit qu’il incarne les réformes, mais ne les met jamais en œuvre. Par exemple, dix jours après la révolution, en octobre 2019, le président s’est adressé à la nation et nous a promis une loi civile égalitaire sur la famille, ce que les activistes féministes réclament depuis des décennies. C’était assez surprenant, mais il s’est avéré que ce n’était pas vrai, car rien n’a été fait à ce sujet. Les autorités disent simplement ce qu’elles pensent que les gens veulent entendre et elles semblent convaincues que le public est trop ignorant pour le remarquer.

    Il faut donc replacer la réponse à l’explosion dans le contexte du récent soulèvement. La réponse du gouvernement à la révolution a été de ne pas reconnaître les problèmes que les gens signalaient : qu’il avait vidé les coffres publics, qu’il continuait à exercer le népotisme et la corruption et, pire que tout, qu’il démantelait les institutions publiques. La seule réponse du gouvernement a été de fermer l’espace de la société civile et d’attaquer les libertés d’association et d’expression et le droit de réunion. J’ai habité dans ce pays la plupart de ma vie, j’ai donc traversé une guerre civile et je crois que nous n’avons jamais connu une répression des libertés de l’ampleur que nous constatons actuellement sous ce régime. Nous n’avions jamais vu des personnes citées par la police ou les institutions de sécurité pour ce qu’elles ont dit ou publié sur les réseaux sociaux. C’est exactement ce que ce régime fait et continue de faire. Le président agit comme si nous avions une loi de lèse-majesté et n’accepte aucune critique ; ceux qui le critiquent le paient de leur liberté. C’est la première fois que nous voyons des activistes arrêtés pour cette cause.

    Bref, le régime n’a rien fait de significatif en réponse à l’explosion. Le fait qu’il ait envoyé l’armée pour distribuer des colis d’aide alimentaire n’a pas une grande importance. En fait, ils ont refusé de livrer des articles d’aide alimentaire aux personnes non libanaises qui étaient touchées. Cela met en évidence la manière dont les couches successives de corruption, d’intolérance et de mauvaise gestion interagissent dans ce processus.

    Après l'explosion, les gens sont descendus dans la rue à nouveau pour protester. Pensez-vous que les manifestations ont eu un impact ?

    Le samedi après l’explosion, des gens manifestaient dans les rues. J’étais là-bas et j’ai eu peur du déploiement de la violence par les forces de sécurité.

    Face à tant de calamités, la seule raison pour laquelle les gens ne sont pas descendus en masse dans la rue est la pandémie de COVID-19. En ce sens, la pandémie a été une aubaine pour le régime. Il a imposé un couvre-feu, détruit les tentes que les révolutionnaires avaient installées sur la Place des Martyrs et procédé à des arrestations et des détentions, le tout sous prétexte de protéger les gens du virus. Mais, bien sûr, cela ne trompe personne. Les niveaux de contagion augmentent plutôt qu’ils ne diminuent. Le fait que le régime soit tellement corrompu que nous n’avons fondamentalement pas de service de santé vraiment fonctionnel n’aide pas.

    Les limites créées par la pandémie et les craintes des gens pour leur propre santé limitent sérieusement les actions contre le régime ; cependant, je ne pense pas que cela arrêtera la révolution. Les gens en ont assez. Beaucoup de gens ont tout perdu. Et quand ils vous mettent contre le mur, vous n’avez nulle part où aller d’autre que de l’avant. Le régime continuera à utiliser la force brutale, il continuera à mentir et à mal gérer les fonds et les ressources, mais cela devient totalement inacceptable pour une partie croissante de la population.

    Je pense que la mobilisation de rue a été un succès à plusieurs niveaux. On peut ne pas être d'accord et faire remarquer que le régime est toujours au pouvoir, et il est vrai qu’il faudra encore beaucoup de temps pour qu’il tombe. Mais le succès immédiat des manifestations a été de briser un tabou. Il y avait une sorte de halo ou de sainteté autour de certains dirigeants considérés comme intouchables. Maintenant, il est évident qu’ils ne bénéficient plus de cette protection. Bien que le régime ne soit pas disposé à céder, il ne fait que gagner du temps.

    À mon avis, une réalisation importante a été le rôle de leadership joué par les groupes féministes lorsqu’il s’agit de réfléchir au pays que nous voulons, aux droits et prérogatives que nous exigeons et à la forme de gouvernement que nous voulons. Avec 40 organisations féministes, nous avons lancé une liste de revendications. Nous avons réfléchi ensemble et établi à quoi devrait ressembler une reconstruction humanitaire dans une perspective féministe et nous l’utilisons comme un outil de plaidoyer devant la communauté internationale. La manière dont nous intervenons indique que cette crise doit être gérée avec une vision féministe.

    De plus, pour la première fois, la communauté LGBTQI+ a joué un rôle essentiel dans le façonnement du processus de réforme, du processus de transition et du façonnement du pays que nous voulons, à la fois en termes de forme de l'État et en termes de relations humaines. La voix de la communauté des migrants a également été amplifiée. Pour moi, ces réalisations sont irréversibles.

    De quel soutien de la part de la communauté internationale a besoin la société civile de Beyrouth et du Liban ?

    Il y a plusieurs choses à faire. Tout d'abord, nous avons besoin de formes tangibles de solidarité dans le domaine des communications, pour amplifier notre voix. Deuxièmement, nous devons faire pression sur la communauté internationale, au nom du mouvement féministe libanais, pour qu’elle tienne le régime libanais responsable de chaque centime qu’il reçoit. Pour donner un exemple : nous avons reçu environ 1,700 kilos de thé du Sri Lanka, mais le thé a disparu ; il semble que le président l’ait distribué aux gardes présidentiels. Nous avons besoin de l’influence et de la pression de la communauté internationale pour demander des comptes à ce régime. Troisièmement, il faut que les principaux médias internationaux amplifient ces voix.

    Je tiens à souligner le fait que l’aide internationale ne doit pas être sans conditions, car le régime en place n’opère pas avec transparence et responsabilité. Bien entendu, il n’appartient pas à la société civile de reconstruire ce qui a été endommagé ou de remettre l’infrastructure sur pied. Mais chaque centime qui va au régime pour ces tâches doit être livré dans des conditions de transparence, de responsabilité et de diligence raisonnable. La société civile doit être habilitée à exercer des fonctions de contrôle. Cela signifie que les OSC doivent avoir la voix et les outils pour surveiller. Sinon, rien ne changera. L’aide internationale s’évanouira ; cela ne fera qu’aider le régime à prolonger son règne tant que la ville reste en ruine.

    L’espace civique au Liban est classé comme « obstrué » par leCIVICUS Monitor.
    Entrez en contact avec le Collectif pour la Recherche et la Formation sur l’Action pour le Développement à travers sonsite Web et suivez@LinaAH1 sur Twitter.

     

  • NAMIBIE : « Les manifestations contre la violence de genre ont été alimentées par l’espoir collectif »

    CIVICUS s’entretien avec Bertha Tobias sur les récentes manifestations contre le féminicide et la violence basée sur le genre (VG) en Namibie. Bertha est une jeune activiste qui a reçu des prix internationaux pour sa participation à des concours de débat. Elle est diplômée du United World College à Changshu, en Chine, et poursuit actuellement des études supérieures au Claremont McKenna College en Californie. Elle a reçu le prix « Go Make A Difference », qui soutient la mise en œuvre de projets de développement communautaire, et a participé activement aux manifestations pour les droits des femmes en Namibie.

    Bertha Tobias

    Pourriez-vous raconter comment ont commencé les manifestations #ShutItAllDown contre la VG et comment vous y avez participé ?

    J’ai commencé à m’impliquer dans la lutte contre la VG après l’annonce de la découverte de restes humains dans une ville côtière de Namibie. Les restes étaient soupçonnés être ceux de Shannon Wasserfall, une jeune fille de 20 ans qui avait disparu en avril 2020. Cet incident spécifique a provoqué des réactions massives. La publication du titre de l’article sur le compte Twitter de l’un des principaux médias nationaux a galvanisé de nombreux jeunes à l’action, les a poussés à s’organiser et à descendre dans la rue pour manifester. Elle a donné un caractère d’urgence à la conversation sur la VG et le féminicide en Namibie.

    Le cas de Shannon n’est pas un cas isolé, car des jeunes femmes disparaissent tout le temps en Namibie. Mais lorsque cette affaire a été révélée, elle a relancé la conversation nationale sur la question. Quelqu’un sur Twitter a déclaré à juste titre que quelque chose devait se passer, que quelque chose devait changer, et j’ai répondu à leur commentaire et je me suis impliquée très tôt, car c’est une question qui me tient profondément à cœur, car je suis fermement convaincue que la vie des femmes a une valeur intrinsèque et elle vaut tout autant que celle des hommes.

    Avec d’autres jeunes, nous avons envoyé des courriels, obtenu le soutien nécessaire et nous nous sommes organisés en moins de 24 heures, principalement et surtout par le biais des réseaux sociaux. Nous avons fait un tract qui a été largement diffusé et de nombreuses personnes sont venues manifester. Nous, les jeunes, nous avons pris en main l’initiative et c’est ainsi que tout a commencé : c’était un exemple du pouvoir d’internet et du pouvoir des jeunes.

    Si je me souviens bien, le premier jour de manifestations, un journal a rapporté qu’un peu plus de 800 personnes s’étaient rassemblées, et lors de toutes les manifestations ultérieures, il y avait des centaines de personnes. Des jeunes femmes et des jeunes hommes y ont participé : les manifestations étaient principalement dirigées par des femmes, mais des jeunes hommes étaient présents en nombre considérable. Ce qu’il est important de noter à propos de la démographie des manifestations, c’est que les participants étaient pour la plupart des jeunes. Ce sont des jeunes qui ont participé à des réunions avec des fonctionnaires, rédigé des pétitions et parlé aux médias. Et ce sont les jeunes femmes qui étaient à l’avant-garde, tandis que les jeunes hommes leur ont apporté leur soutien.

    On pense que si les jeunes femmes en Namibie ne peuvent pas aller acheter un carton de lait sans craindre pour leurs vies, alors il y a quelque chose qui ne va pas du tout chez nous en tant que pays. La philosophie de #ShutItAllDown est assez radicale : elle consiste à tout arrêter jusqu’à ce qu’on comprenne ce qui ne fonctionne pas pour les femmes namibiennes en termes de sécurité. Tant qu’on n’aura pas de réponses à cette question, on ne pense pas que ce soit juste, sain ou dans l’intérêt de quiconque de continuer à faire comme si de rien n’était. On ne veut pas que l’activité économique continue comme si de rien n’était alors que les jeunes femmes ne se sentent pas en sécurité.

    En quoi pensez-vous que #ShutItAllDown est différent des manifestations précédentes pour les droits des femmes en Namibie ?

    D’autres manifestations en faveur des droits des femmes ont eu lieu dans le passé. En fait, au début de 2020, on a eu une manifestation pro-choix qui portait spécifiquement sur les droits des femmes en matière de santé sexuelle et reproductive et qui plaidait pour la légalisation de l’avortement et la reconnaissance de l’intégrité et de l’autonomie corporelle des femmes. Selon la loi sur l’avortement et la stérilisation de 1975, l’avortement est illégal en Namibie, sauf en cas d’inceste, de viol ou lorsque la vie de la mère ou de l’enfant est en danger.

    Il y a des mouvements féministes en Namibie qui sont actifs et qui travaillent de façon régulière ; cependant, un fait de la réalité que nous avons dû reconnaître est que de nombreux mouvements féministes sont dirigés par des jeunes qui ont également d’autres obligations, comme des emplois à temps plein. Les organisations de la société civile sont également confrontées à des défis, notamment en termes de ressources et de soutien institutionnel.

    La manifestation précédente, qui a eu lieu au début 2020, a été significative dans le sens où elle a ouvert la voie et posé des bases importantes pour que #ShutItAllDown puisse gagner la confiance collective nécessaire pour pouvoir avancer. Des organisatrices féministes étaient présentes et actives pour amplifier la voix de #ShutItAllDown. Elles ont été très actives dans la diffusion de l’information et ont joué un rôle crucial dans la mobilisation des gens pour venir aux manifestations et les rendre vivantes. Les organisatrices féministes de Namibie font un excellent travail en coulisses, mais leur travail est limité car elles manquent de ressources. Par conséquent, nombre de nos demandes s’adressent au gouvernement et à d'autres institutions qui disposent des ressources nécessaires pour mettre en place les changements que nous recherchons.

    La différence entre #ShutItAllDown et les manifestations précédentes c’est que les jeunes en Namibie participent maintenant de plus en plus aux affaires publiques et s’expriment pour que le gouvernement et d’autres institutions rendent compte de leurs actions et remplissent leurs mandats et obligations envers les citoyens.

    En outre, le mouvement a pu se développer plus ou moins organiquement car les médias sociaux sont de plus en plus utilisés comme un outil pour avoir des conversations et pousser à la responsabilisation. La Namibie a une population assez jeune avec d’énormes capacités numériques. La flexibilité et la capacité d’auto-organisation des jeunes ont fini par nous pousser tous à faire quelque chose.

    Quelles étaient les exigences de #ShutItAllDown, et quelle réponse avez-vous obtenue ?

    La principale demande que nous adressions au gouvernement namibien était la déclaration de l’état d'urgence en ce qui concerne le féminicide et la violence sexuelle et de genre (VSG), simplement parce que nous pensions que le problème auquel nous étions confrontés justifiait ce genre d’action. Nous voulions faire passer le message que le féminicide est une crise de dimension nationale et qu’au-delà de la pandémie de la COVID-19, les femmes toujours, chaque jour, craignent pour leur vie. Nous avons également exigé une consultation immédiate avec des experts en matière de violence sexuelle et que le ministère de la justice mette en place un registre des délinquants sexuels et des tribunaux pour les crimes sexuels.

    Plusieurs demandes portaient sur le renforcement des méthodes existantes pour mettre fin à la VSG. De nouvelles demandes ont également été adressées à divers ministères et d’autres parties prenantes, telles que la mise en place de patrouilles de voisinage 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, de services virtuels et à distance de lutte contre la violence sexuelle, et de programmes scolaires et universitaires visant à sensibiliser les jeunes à ce problème.

    Notre pétition reconnaît que la VSG existe à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du foyer. Mais nous comprenons qu’il est plus difficile de mettre fin à la violence au sein du foyer en raison des années ou des décennies de travail de base nécessaires pour inverser la normalisation de la VSG. Il se peut que nous ne soyons pas en vie pour voir les fruits de cet effort en raison du temps qu’il faut pour transformer une société et sa culture, pour interroger et briser collectivement les principes traditionnels dans lesquels les normes abusives sont ancrées.

    Malheureusement, on n’a pas obtenu la déclaration de l’état d’urgence qu’on demandait. Mais d’autres demandes, telles que le renforcement de la sécurité par des patrouilles, la modification du programme d’enseignement et la création de groupes de travail ou de comités pour intensifier les efforts visant à endiguer la VSG, ont reçu un accueil favorable. Une autre demande importante qui a reçu une réponse positive a été la formation des officiers de police pour qu’ils soient plus sympathiques et empathiques dans le traitement des cas et la réception des plaintes de VSG. On sait que l’accueil que les survivantes d’abus reçoivent dans les commissariats de police et le manque d’attention et d’urgence avec lequel leurs cas sont traités sont parmi les principales raisons pour lesquelles de nombreuses femmes ne dénoncent pas la VG.

    Le mouvement #ShutItAllDown a-t-il mis en lumière d’autres questions pertinentes ?

    Oui, les activistes LGBTQI+ et les membres de ce collectif ont joué un rôle de premier plan dans la mobilisation des gens pour protester et ont amplifié les voix du mouvement #ShutItAllDown. Pour moi, il a été important de voir des femmes queer et d’autres personnes LGBTQI+ qui luttent pour naviguer dans une société violemment homophobe et transphobe protester et souligner l’importance de l’intersectionnalité et de la défense collective. Out-Right Namibia, l’une des principales organisations de défense des droits humains LGBTQI+ de Namibie, a mis à profit sa position pour pousser #ShutItAllDown et créer un réseau solide et bien connecté pour défendre nos droits collectifs en tant que femmes noires et/ou queer.

    Les manifestations de #ShutItAllDown ont également mis en lumière l’illégalité de l’avortement en Namibie et plus généralement la précarité de notre droit à la santé reproductive. C’est dans ce contexte qu’on a intensifié nos conversations sur la question des droits des femmes en matière de santé reproductive. Celles-ci sont quelques-unes des questions essentielles que #ShutItAllDown a mises en lumière, soulignant combien de choses il reste à faire pour que les droits de toutes les femmes soient reconnus et respectés.

    Y a-t-il de l’espace pour l’activisme intergénérationnel au sein du mouvement #ShutItAllDown ?

    L’activisme intergénérationnel s’est révélé comme un terrain intéressant, notamment en raison de la nature ardente et passionnée de la jeunesse. L’impact de l’activisme incarné par les manifestations de #ShutItAllDown était en grande partie basé sur la création de perturbations et d’un malaise général pour inciter les gens, même les plus indifférents, à agir. Je crois que la perturbation engage des conversations importantes. Nous espérons que nos actions amèneront ceux qui ne sont pas familiers avec ce que nous faisons à se demander pourquoi nous nous soucions de la sécurité des femmes au point d’aller nous asseoir au milieu de la rue ou de bloquer et faire fermer un centre commercial, et à essayer de comprendre ce qui se passe et ce que nous faisons. Ces questions lanceraient une conversation et alimenteraient d’importants débats sur un mal national urgent qui coûte la vie à de nombreuses femmes.

    Mais beaucoup d’adultes ont tendance à remettre en question les tactiques perturbatrices utilisées par les jeunes. Une autre limite qu’on a rencontrée, c’est que les tactiques de perturbation impliquent une prise de risque personnelle. Les jeunes ont beaucoup moins d’enjeux en termes d’employabilité et de perte de respectabilité. De nombreuses personnes plus âgées sont d’accord avec les causes qui nous mobilisent, mais elles ne prennent généralement pas le risque de prendre notre parti, ou du moins elles ne le font pas explicitement. Il y a des facteurs politiques et pratiques qui limitent même la mesure dans laquelle elles peuvent exprimer publiquement leur soutien.

    Comment voyez-vous l’avenir de #ShutItAllDown ?

    L’avantage des mouvements organiques et spontanés, ainsi que des mouvements qui n’ont pas de leader, c’est que n’importe qui peut se réveiller un jour et décider de lancer #ShutItAllDown dans sa propre localité, parce que le mouvement n’a pas de leader unique ou de visage visible. Depuis octobre 2020, on n’a pas eu de nouvelles manifestations, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas d’autres dans l’avenir. La VS est un problème permanent et malheureusement, à tout moment et en tout lieu, un cas nouveau peut se présenter qui relance les manifestations.

    L’espace civique en Namibie est classé « rétréci » par leCIVICUS Monitor.
    Suivez@BerthaJTobias sur Twitter etbertha_tobias sur Instagram. 

     

  • PERU: ‘The ultra-conservative tide is affecting democratic life and fundamental rights’

    Eliana CanoAs part of our 2019 thematic report, we are interviewing civil society activists and leaders about their experiences of backlash from anti-rights groups and their strategies to strengthen progressive narratives and civil society responses. CIVICUS speaks toEliana Cano, founder of Católicas por el Derecho a Decidir – Peru (Catholics for the Right to Decide – CDD-Peru), a Catholic and feminist movement committed to the pursuit of social justice and the change of cultural patterns that limit women's autonomy and their sexual and reproductive rights. CCD-Peru has recently been sued by the Tomás Moro Legal Centre, which wants to strip it of its legal status on the basis that, within the framework of an agreement between the Vatican State and Peru, it should not be using the term ‘Catholics’.

    CDD-Peru is being sued to have its legal personality withdrawn and prevented from calling itself 'Catholic'. Who is suing you, what do they have against you, and what are they trying to achieve?

    About a month and a half ago we were notified that the Santo Tomás Moro Legal Centre, which is a self-appointed representative of the Catholic Church, had brought a lawsuit against us. According to the lawyers who are advising us, this group began to look into the work done by our organisation about a year ago. They decided to sue us in the civil courts because they want to make this a long, tedious, tiring process, one of permanent appeal. The whole thing can take up to three or four years. Basically, their strategy is to drain us of energy in the process.

    They want us to cease to exist as a registered organisation, recognised by the National Superintendency of Public Registries. In other words, they want us to lose our legal status and not be able to continue operating in Peru. They argue that, by calling ourselves what we do, we are disrespecting the Catholic Church and its parishioners. They say that, in light of the existing agreement between the Vatican State and Peru – which recognises the role of the Catholic Church – we are using the term 'Catholic', which represents an institution and a historical identity, in bad faith. They do not accept the interpretation we make of biblical texts on the basis of feminist theology in order to question dogma, imposed conscience and control of people in the name of God. It is important to note that our organisation is not registered with the Catholic Church as a faith group, and therefore is not subject to the internal mandate of the Church.

    You have been around for a few years. Is this the first time you have faced such reaction?

    Indeed, the project of Catholics for the Right to Decide is quite old in Latin America. It began in Uruguay and then spread to the USA, and from there it passed on to Mexico and other countries of Latin America. In Peru the organisation has had a legal existence since 2009. We organised ourselves because we identify as feminists with a Catholic identity. We see ourselves as Catholic women of faith, but we have a critical view of dogma, of static and closed thought, especially where issues related to sexual and reproductive rights are concerned, as body and sexuality are a terrain where political battles are fought. In Peru there has always been a very homogenous public voice around the Gospels and the right to command over the bodies and lives of women, and we, by questioning this from the position of our Catholic identity, have received a rather aggressive response by the hierarchy of the local Catholic Church and groups linked to it.

    The first public attack happened on the occasion of the debate around the definition of a protocol for therapeutic abortion: abortion that is justified for medical reasons, when there are serious risks to the woman’s health or life. It was an attack tinged with the same resources these groups always use, based on defamation, vilification and lies. But in this case attacks basically took the form of verbal and written attacks on social media.

    Conservative groups know how to manage social media and constantly attack us publicly for everything we do that deviates from dogma or homogeneous discourse. However, this is the first time we have faced a lawsuit, and we were not expecting an attack so direct and of such magnitude. Maybe we should have foreseen it, since in Latin America, and in Peru specifically, ultra-conservative groups have penetrated deeply into the political structure of the country and are affecting democratic life.

    It would seem that these ultra-conservative groups are now larger and more emboldened than they used to be. Why is that?

    When looking back you realise that for several decades a global and regional response has developed to discourage and weaken the liberation theology discourse, which put the emphasis mostly on poverty. With a questioning discourse within the Church that extended to other areas of life, liberation theology made the most hardcore conservative elements of the Church very uncomfortable. The reaction against it has been sustained. It has made a lot of progress, to the point that today a highly organic network has become visible, which has bases in various Latin American countries and its own publications, conferences and considerable economic resources. Its presence began to make itself felt strongly in 2005, when the Center for Family Promotion and Regulation of Birth (Ceprofarena) organised the Second International Pro-Life Congress in the capital, Lima. This congress produced a document known as the Lima Declaration, an expression of the agreement reached by conservative groups.

    Ceprofarena has existed since the early eighties. It maintains close links to Human Life International, a powerful international conservative organisation, and among its members are renowned physicians and senior state officials, including former health ministers. The organisation acts within numerous medical and health organisations, both public and private. These actors put conservative ‘scientific’ discourse at the service of abuses such as the denial of emergency oral contraception, an issue on which they successfully took on the Ministry of Health. They sued the Ministry, bringing to court the right to information and choice of thousands of women, and succeeded in achieving the prohibition of the distribution of emergency contraception by all health services nationwide. Now they are campaigning to dismantle the therapeutic abortion protocol established during the 2011 to2016 period.

    The network of conservative organisations in Peru also includes the Office for Latin America of the Population Research Institute, based in Lima; the Peruvian headquarters of the Latin American Alliance for the Family, which promotes classic family formats and produces and disseminates school books; of course older organisations such as Opus Dei, which does local development and support work and is deeply embedded in educational spaces, as well as within the bureaucracy of the Church; and the Sodalicio de la Vida Cristiana, an organisation of lay people.

    These groups have a lot of money that comes from the conservative business sector and have appropriated effective strategies and discourses. This lawsuit is a practical strategy that denotes a change in their way of organising. They no longer speak the language of the divine and the clerical because they know that it attracts fewer and fewer people; instead they have appropriated the discourse of democracy and human rights.

    Are you thinking of new strategies to face this growing challenge?

    In the present scenario we view ourselves as in need of strengthening our communication strategies. We also need to strengthen our resourcing, since we do not have funds to face a lawsuit of this magnitude. International funders do not necessarily provide support that can be used to develop institutional defence plans. But at present, this is a profound need of human rights organisations. In our case, fortunately the Legal Defence Institute, which had already taken on similar cases affecting journalists, became interested and decided to sponsor the case as part of its institutional priorities. They consider that this is an "ideological fight" and that questioning our name is a "pretext" to make us disappear as influential actors. Theirs has been a gesture that we are infinitely thankful for.

    As far as discourse is concerned, however, we should not move from our positions, but rather show that the appropriation of the discourse of human rights and democracy by ultra-conservative groups is as superficial as disrespectful of democratic principles. As happened recently with the ‘Do not mess with my children’ campaign – against education about gender equality and respect for sexual identities – their discourse tends to become very aggressive every time they feel cornered. They seem to be desperate, because deep down they do nothing but react in the face of newly acquired rights.

    And the situation has indeed progressed, because this is not just us – new generations are mobilised and lots of people who are respectful of freedom and diversity and who uphold guarantees for rights are gaining ground. It is not just three or four old-time feminist organisations that are active in Lima; there are also the voices and faces of young people organised in universities, people in communities in various regions of Peru who think critically, do not accept dogmas, even react in a sarcastic tone to that type of discourse and perspective.

    Of course there is always a Catholic youth following that responds to the Pope and has decided to stay within the ultra-conservative field, but there is also youth social mobilisation around many issues, and with their help many aspects of the sexual and reproductive rights agenda are permeating the public debate. I think this is causing ultra-conservative groups to despair, and that is why they are reacting with such anger, frustration and, I would even dare say, hate. That is, they react with attitudes that are nowhere close to mercy, kindness, humility, understanding and non-judgement.

    Why does the fact that you define yourselves as both Catholics and feminists cause this type of reaction?

    We are women of faith and religion is part of our identity. We have been raised Catholic, and in that context the message that was instilled in us was one of obedience, prohibition and oppression. As we grew up, we rebelled against this and other aspects related to the control of our lives and their sexual dimension. We identify ourselves as Catholic on the basis of a renewed interpretation, but we do not renounce our faith. We are aware that Catholicism is not only a matter of faith, but it also operates within or materialises in an institution, and as such it includes both positive and negative practices that have an impact on the lives of many people, and specifically on its members.

    At the same time, we all come from organisations with a feminist identity. We are feminists and we question patriarchy as a system of asymmetric power relations, but we do not renounce our faith. We always ask ourselves these questions: why should our religion have to have one single voice, uniform and unquestionable? Why obey in silence and validate sacrifice and suffering in our own lives and bodies? We find a foothold in feminist theology, which offers a deconstruction and reconstruction of the Gospel. These conceptual and political tools strengthen our conviction and our public struggle for sexual and reproductive rights.

    High Church officials tell us: ‘you are not Catholic, who are you to speak in the name of Catholicism?’ We respond: ‘what makes you a Catholic, what allows you to trample rights in the name of God?’ We have claimed ownership of the language of the Gospel that focuses on the right of people to deliberate in conscience, to discern and to decide, and this bothers them. I am a Catholic, I was baptised and I am guided by feminist theology. You cannot question my faith, just as I cannot question yours. This is a very hard fight, because it is easy to fall in the face of a mass telling you that you are not one of them. From the beginning we knew that we would face disqualification, defamation and lies; we did not, however, think that the attacks would become as violent as those we are currently experiencing on social media, as well as in the form of a lawsuit.

    Given that the experience of faith cannot be taken away from us, what they are trying to do is take away our legal status, make us disappear. We represent a danger because we are not just a few. In fact, more and more people are increasingly getting to know us and identify with us. We represent the position of many people who do not necessarily have the opportunity to articulate this strand of thought publicly, but who feel it and live by it. There is a wide and diverse congregation that does not think the same way as the Church hierarchy and considers that the ultra-conservative response to public policy is more suitable to Inquisition times than today. According to polls, most Catholics disagree with the Church hierarchy on many important issues, such as homosexuality, which they do not consider to be an illness or a divine punishment, or same-sex marriage. Choosing an abortion in specific life circumstances is a highly ethical and responsible decision, and it does not make you a bad woman, a lesser Catholic, or a bad mother. Using contraceptives to regulate motherhood and fatherhood or enjoying a sexual relationship without procreating is not prohibited by the Gospels. The state of virginity is losing its divine quality and this is freeing women from feelings of guilt, even in societies such as Latin America’s, where governments and the Catholic Church have always worked in concert to regulate people’s lives. Still today they support one another every time one of them loses credibility.

    How else are you trying to encourage a distinction between private faith and public policy?

    Ours is also a struggle for a secular state, a state that is separated from all churches. This is very difficult to achieve in practice, since the Catholic Church and the Peruvian state maintain strong institutional ties. However, short of achieving constitutional and legal separation between Church and state, there is another fight to be had in the sphere of collective attitudes. Many people – politicians, public officials, civil servants – reach the public sphere without giving a thought to the importance of separating religious beliefs from public function. As a result, many lawmakers and public officials make decisions based on their religious beliefs. It is very common to find crucifixes, chapels and religious images in ministry buildings. In our everyday lives religion surrounds us and limits us; there are no clear boundaries between religious practice and public functions.

    Ultra-conservative groups set themselves on this ground and seek to further expand the dictates of a religion that presents itself as homogeneous, with the intention of forcing all citizens to live according to their own beliefs and mandates. The problem is not religion in itself; the difficulty lies with the political use of religion within the political-public sphere, where there is a duty to guarantee human rights.

     

    Civic space in Peru is rated as ‘obstructed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with Católicas por el Derecho a Decidir-Perú through their webpage and Facebook

     

  • POLOGNE : « Nous avons inventé de nouvelles formes de protestation parce que nous n’avions pas d’autre choix »

    CIVICUS s’entretient avec Klementyna Suchanow, activiste, auteure et chercheuse basée à Varsovie, en Pologne, au sujet de l‘annonce récente du gouvernement polonais d’entamer le processus de retrait de la Convention d’Istanbul sur la violence contre les femmes. Klementyna est l’une des fondatrices de laGrève des femmes polonaises et de la Grève internationale des femmes. La grève des femmes polonaises est un mouvement féministe de base fondé en 2016 pour défendre les droits des femmes contre l’initiative du gouvernement visant à interdire et à criminaliser l’avortement. Pendant la pandémie de la COVID-19, le mouvement est resté uni et actif grâce à un groupe Facebook et continue de se mobiliser pour les droits des femmes polonaises.

     

Page 1 sur 2