#UN75 : « La société civile doit être la conscience de la communauté mondiale »

En commémoration du 75e anniversaire de la fondation des Nations Unies (ONU), CIVICUS organise des discussions avec des activistes, des avocats et des professionnels de la société civile sur les rôles que l'ONU a joués jusqu'à présent, ses succès et les défis qu'elle doit relever pour l'avenir. CIVICUS s'entretient avec Keith Best, directeur exécutif par intérim du Mouvement fédéraliste mondial - Institut de politique mondiale (WFM/IGP), une organisation non partisane à but non lucratif qui s'engage à réaliser la paix et la justice dans le monde par le développement d'institutions démocratiques et l'application du droit international. Fondé en 1947, le WFM/IGP s'emploie à protéger les civils des menaces de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, à faciliter la transparence de la gouvernance, à améliorer l'accès à la justice et à promouvoir l'État de droit.

Keith best

Quel type de relation la société civile a-t-elle entretenu avec l'ONU tout au long de ses 75 ans d'histoire ?

La relation de la société civile avec l'ONU tout au long de son histoire a été principalement celle d'un ami critique, et l'expérience du WFM/IGP en témoigne. Ce sentiment a souvent été réciproque. Je me souviens très bien que lorsqu'il était Secrétaire général des Nations Unies (SGNU), lors d'une réunion avec des organisations de la société civile (OSC), Boutros Boutros-Ghali nous a demandé de l'aider à obtenir des États-Unis qu'ils paient leurs arriérés - ce qu'ils ont fait dès qu'ils ont eu besoin de soutien pour la guerre du Golfe ! L'ancien directeur exécutif du WFM/IGP, Bill Pace, a également écrit que « Kofi Annan était un secrétaire général très important, avec lequel j'ai eu la chance de développer une relation à la fois professionnelle et personnelle. Bien que son héritage soit toujours débattu, je crois qu'il s'est engagé à faire face aux grandes puissances et à s'opposer à la corruption des principes énoncés dans la charte ». C'est grâce à Kofi Annan que la doctrine de la responsabilité de protéger a été adoptée à l'unanimité.

En quoi le travail de l'ONU a-t-il fait une différence positive ?

On a tendance à ne considérer l'ONU que sous l'angle de son rôle de maintien de la paix et de ses efforts plus visibles pour tenter de maintenir la paix mondiale, en négligeant le travail moins célèbre mais parfois plus efficace accompli par ses agences. Je n'en mentionnerai que trois. Malgré la récente controverse concernant la COVID-19, où les principaux problèmes semblent avoir été ses pouvoirs limités et son manque de coordination, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a obtenu un succès durable. Elle a été officiellement créée le 7 avril 1948 dans le but « d'atteindre pour tous les peuples le niveau de santé le plus élevé possible », la santé étant entendue non seulement comme l'absence de maladie ou d'infirmité, mais aussi comme le plein bien-être physique, mental et social de chaque individu. Son plus grand triomphe a été l'éradication de la variole en 1977 ; de même, ses efforts mondiaux pour mettre fin à la polio sont maintenant dans leur phase finale. Ces dernières années, l'OMS a également coordonné les luttes contre les épidémies virales d'Ebola en République démocratique du Congo et de Zika au Brésil. Ce serait une catastrophe si les États-Unis se retirent de l'organisation au lieu de l'aider à mettre en place un mécanisme d'alerte plus efficace et à coordonner la distribution de médicaments dans le sillage d'une pandémie qui sera certainement suivie par d'autres.

Un autre héros méconnu est l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, qui a travaillé dur pour améliorer la situation des petits agriculteurs, la préservation et l'amélioration des méthodes agricoles et la connaissance des biotechnologies, entre autres choses. En outre, le Programme des Nations Unies pour le développement, fondé en 1965, encourage la coopération technique et la coopération en matière d'investissement entre les nations et plaide en faveur du changement en mettant les pays en contact avec les connaissances, l'expérience et les ressources nécessaires pour aider les gens à se construire une vie meilleure ; il fournit des conseils d'experts, des formations et des subventions aux pays en développement, en mettant de plus en plus l'accent sur l'aide aux pays les moins avancés. Certaines de ces agences ont été critiquées non pas tant pour le travail qu'elles font mais plutôt pour la conduite et les actions de certains de leurs employés. Le mode de sélection de certains d'entre eux est une question en suspens pour le WFM/IGP.

En grande partie grâce au travail des Nations Unies, des développements importants ont eu lieu, tels que la création de la Cour pénale internationale (CPI) et la responsabilité de protéger. Sur la base des recommandations de la Commission du droit international et des tribunaux de Nuremberg, Tokyo, Rwanda et Yougoslavie, la CPI a consacré pour la première fois dans l'histoire la responsabilité individuelle des chefs d'État et autres personnes en position d'autorité pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et de génocide et, plus récemment, crimes d'agression. Avec le recul, on peut considérer qu'il s'agit là d'une évolution importante du concept de responsabilité internationale qui, jusqu'à présent, n'était attribuée qu'aux États, et non aux individus. Le concept de responsabilité de protéger, approuvé à une écrasante majorité en 2005 lors du sommet mondial des Nations Unies, le plus grand rassemblement de chefs de l'État et de gouvernement de l'histoire, a fait basculer des siècles d'obligations du citoyen envers l'État - une obligation non seulement de payer des impôts, mais aussi, en fin de compte, de donner sa vie - sur la responsabilité de l'État de protéger ses citoyens, pour souligner son contraire. Elle pourrait mettre fin à 400 ans d'inviolabilité de l'État pour répondre à ses pairs, consacrée par le traité de Westphalie, dans la mesure où le concept de non-intervention n'a pas survécu au siècle dernier.

Quelles sont les choses qui ne fonctionnent pas actuellement et qui devraient changer, et comment la société civile travaille-t-elle pour que cela se produise ?

Ce qui a été décevant, bien sûr, c'est l'incapacité de l'ONU à se réformer de l'intérieur de manière efficace et, principalement en raison de l'intérêt des grandes puissances à maintenir le statu quo, le fait qu'elle soit devenue inadéquate pour remplir sa mission dans le monde moderne. Le meilleur exemple en est l'utilisation ou la menace d'utilisation du veto au Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU). Le P5, c'est-à-dire ses cinq membres permanents, est encore constitué par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, sauf qu'en 1971, la République populaire de Chine a remplacé le Taïwan/République de Chine. Jusqu'au Brexit, deux sièges étaient occupés par des États qui faisaient partie de l'Union européenne. Ni la plus grande démocratie du monde, l'Inde, ni sa troisième économie, le Japon, ne sont représentées. Ces dernières années, l'utilisation ou la menace d'utilisation du veto a rendu l'ONU incapable de prévenir les conflits dans un certain nombre de situations. Dans un livre récent, Existing Legal Limits to Security Council Veto Power in the Face of Atrocity Crimes (Les limites juridiques actuelles du pouvoir de veto du Conseil de sécurité face aux crimes d'atrocité), Jennifer Trahan explique que cet abus de pouvoir est en fait contraire à l'esprit et à la lettre de la Charte des Nations Unies. D'autres États exercent une pression croissante pour réduire ces abus, et nous espérons que les campagnes de la société civile à cet effet apporteront des changements.

Une autre chose qui doit changer est la manière dont le Secrétaire général des Nations Unies est nommé, qui dans le passé a été en coulisse, ce qui n'a peut-être pas permis de prendre en compte tous les candidats compétents. Mais grâce à la Campagne 1 pour 7 milliards, à laquelle le WFM/IGP a activement participé avec de nombreux autres acteurs, y compris des gouvernements, le processus de sélection du SGNU a peut-être changé à jamais, car l'espace où il se déroulait, et qui permettait des accords entre les grandes puissances, s’est déplacé du CSNU à l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU). L'actuel Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a souvent fait l'éloge et soutenu le nouveau processus par lequel il a été sélectionné. Ce processus est le résultat du travail conjoint de nombreuses organisations dirigées par un comité directeur informel composé d'Avaaz, de la Fondation Friedrich Ebert-New York, de l'Association des Nations Unies-Royaume-Uni et du WFM/IGP, et a été soutenu par plus de 750 OSC, avec une portée estimée à plus de 170 millions de personnes. Nombre d'entre eux espèrent donner un nouveau souffle à une campagne visant à consolider et à améliorer les résultats obtenus jusqu'à présent. L'un des points sensibles est que la campagne initiale favorisait un mandat unique et plus long pour le SGNU plutôt que deux mandats potentiels ; cet objectif restera en place et, espérons-le, le titulaire actuel ne le considérera pas comme une menace pour sa propre position.

De nombreuses organisations demandent maintenant une conférence de révision en vertu de l'article 109 de la Charte des Nations Unies, mais nous devons faire attention à ce que nous souhaitons. Dans le climat actuel, dominé par un nationalisme et un populisme à courte vue, nous pourrions bien nous retrouver avec une version édulcorée de la Charte actuelle. Il vaudrait beaucoup mieux encourager un changement évolutif et progressif, qui sera probablement plus durable.

Pensez-vous qu'il est nécessaire et possible de démocratiser l'ONU ?

Oui, tout à fait. Les principales faiblesses du système des Nations Unies appellent non seulement à une réforme du Conseil de sécurité de l'ONU afin que ses membres permanents - et beaucoup soutiennent qu'il ne devrait pas y en avoir, ou du moins qu'aucun nouveau membre ne devrait être ajouté - reflètent plus fidèlement la puissance économique et diplomatique dans le monde actuel, mais aussi à remédier à son manque fréquent de transparence et de responsabilité et à l'absence d'éléments démocratiques ; d'où la campagne « 1 pour 7 milliards ».

Dans un avenir prévisible, l'ONU continuera probablement à s'appuyer sur les États-nations, dont l'égalité au sein de l'AGNU est l'une des caractéristiques les plus intéressantes. Cependant, il existe un appel croissant en faveur d'une plus grande démocratie pour réaliser le principe « nous, peuples des Nations Unies », par opposition à la simple représentation gouvernementale. D'où l'appel à la création d'une assemblée parlementaire de l'ONU, peut-être créée en vertu de l'article 22, qui débuterait non pas comme un organe législatif mais comme un organe de contrôle de l'ONU et de ses agences, puisque toute attribution de pouvoirs législatifs garantirait son échec en faisant en sorte que les États s'y opposent dès le départ. Lorsqu’autant d'organisations et de traités internationaux comprennent des assemblées parlementaires avec divers pouvoirs, il ne devrait y avoir aucune raison, au-delà de la mécanique électorale, pour que cela ne se produise pas également au niveau mondial.

Quels enseignements peut-on tirer de la pandémie de la COVID-19 pour la coopération internationale ? Qu’est-ce qui devrait changer suite à la crise ? 

La pandémie de la COVID-19 a certainement focalisé notre attention, mais il reste à voir si elle sera finalement assez cataclysmique pour devenir un moteur du type de changement qui a été stimulé par les guerres mondiales dans le passé. La pandémie a souligné que nous sommes « tous dans le même bateau », qu'un croisement entre l'animal et l'homme ou le développement d'un nouveau virus dans une région éloignée de la planète peut très rapidement produire des effets partout, sans frontière pour l'arrêter. Elle a clairement mis en évidence que les sociétés les plus touchées sont celles qui étaient déjà les plus vulnérables, les plus pauvres, les moins préparées et les moins équipées d'un point de vue sanitaire. Il est révélateur que les compagnies pharmaceutiques enseignent actuellement l'éthique en matière de distribution équitable des médicaments aux politiciens, afin de s'assurer que ce n'est pas la richesse qui en détermine l'accès. C'est une leçon qui a une applicabilité plus large. Elle a mis en évidence la nécessité de décisions mondiales exécutoires dans l'intérêt de l'humanité tout entière. Il s'agit là encore d'un message d'une plus grande pertinence dans le contexte du changement climatique et de la crise environnementale.

Une grande partie de l'idéalisme des années 1960 et 1970, qui ont été des périodes passionnantes pour ceux d'entre nous qui les ont vécues, a été traduite dans le réalisme de l'époque actuelle. Cela n’a rien de mauvais, car ces questions doivent résister à un examen minutieux. La technologie a mis en évidence le fait que les guerres sont désormais menées contre des civils plutôt que contre des soldats en uniforme, et que les cyber-attaques contre l'approvisionnement en énergie et en eau sont plus susceptibles de neutraliser l'ennemi que les armements, qui sont maintenant si coûteux qu'ils sont confrontés à des contraintes de durabilité et ne sont utiles qu'aux États qui peuvent se les permettre. Le monde est devenu plus petit, au point que nous sommes plus susceptibles de savoir ce qui se passe à l'autre bout du monde que chez notre voisin. Grâce aux médias numériques, les voix des gens sont de plus en plus présentes et mieux articulées ; les gens veulent que leur voix soit entendue. La technologie des satellites permet non seulement l'extraction précise des individus, mais aussi l'observation de leurs actions jusqu'au niveau le plus élémentaire : il n'y a plus d'endroit où se cacher. Si elle est utilisée de manière responsable pour promouvoir la justice internationale selon des normes universellement acceptées, cette technologie moderne peut constituer un acteur du bien, mais si elle est mal utilisée, elle peut aussi nous conduire à la destruction.

Le défi du multilatéralisme aujourd'hui est de diffuser ces messages d'interdépendance et de faire comprendre que, de plus en plus, pour atteindre leurs objectifs et répondre aux aspirations de leurs citoyens, les États doivent travailler ensemble, en partenariat et sur la base d'une compréhension mutuelle. En soi, cette compréhension conduira inévitablement à la nécessité de mettre en place des mécanismes permettant de gérer notre climat et notre comportement, sachant que l'action de chacun provoquera une réaction ailleurs susceptible de nous affecter. Qu'il s'agisse de la destruction de la forêt amazonienne ou de l'appauvrissement d'un peuple par le pillage et l'autoritarisme, le reste de l'humanité sera touché. La pauvreté détruit les marchés des nations industrialisées, ce qui produit ensuite l'instabilité, qui à son tour entraîne une augmentation des dépenses pour la prévention ou la résolution des conflits. La réponse aux flux migratoires ne consiste pas en la clôture et le renforcement des frontières, mais à s'attaquer aux causes profondes de la migration.

Nous vivons l'époque la plus rapide de l'histoire, où même les certitudes récentes sont remises en question et mises de côté. Cela est perturbateur, mais cela peut aussi nous ouvrir de nouvelles possibilités et à de nouvelles façons de faire les choses. Dans un tel climat politique, la capacité du WFM/IGP et de la société civile à être la conscience de la communauté mondiale et à viser une meilleure forme de gouvernance, qui soit fédéraliste et permette à la voix du peuple d'être entendue, est plus importante que jamais.

Contactez le World Federalist Movement-Global Policy Institute via son site web ou sa page Facebook, et suivez @worldfederalist sur Twitter.