Pologne

 

  • ‘We are increasingly seeing the dark side of civil society’

     

    Ahead of the publication of the 2018 report on the theme of ‘Reimagining Democracy’, we are interviewing civil society activists and leaders about their work to promote democratic practices and principles, the challenges they encounter and the victories they score in doing so. CIVICUS speaks to Martyna Bogaczyk, president of the board of the Education for Democracy Foundation, a Polish civil society organisation that has promoted democracy since 1989, with a focus on three areas: democracy education in schools, civic duty and activism, and global solidarity.

    1. What would you say are the most pressing challenges that democracy faces in Poland?

    As you know, in Poland as in much of Central Europe space for civil society is shrinking. In Hungary, in particular, the government is introducing legal changes that are making things harder and harder for civil society. So indeed, some actions by other actors, notably governments, are having a negative effect on civil society. But right now, I would rather focus on the challenge that stems from developments that are taking place within society, and civil society, itself.

    I would place the origins of the current division that affects Polish society mainly in two historical points: the introduction of economic reform in the early nineties, which had dramatically unequal effects on society, and the Smolensk catastrophe: the 2010 plane crash that killed the President of Poland along with many government officials, members of parliament, senior military officers, figures of culture and civic activists. In my opinion, it was this catastrophe, and the different ways it was processed by either side of society, that showed us how different from one another we are, and how different our perceptions of reality and visions of Poland are. I believe this was the beginning of a process that resulted in more radical political movements reaching parliament, and politics becoming a lot more polarised. The division within Polish society was exacerbated.

    I would say we are currently divided into two ‘clans’, each with its own history, historical memory, values, assessments and political positions. This is the biggest democratic challenge for us, because we have reached a situation in which we find it difficult to talk to each other. As a result, a civilised and meaningful political conversation cannot take place. Families cannot talk normally around the Christmas table anymore. People who are on either side of this cultural and political divide are not talking to each other.

    2. How has this division affected organised civil society?

    Polish civil society is wide and diverse: it includes not just formal non-governmental organisations (NGOs) working on democratic governance issues, but a whole range of organisations, from trade unions to student organisations, and from religious associations to grassroots movements to service providers. There is a sector of civil society organisations (CSOs) working on the rule of law, education for democracy, anti-discrimination and human rights, which has a very critical view of what is going on and is working to bridge the gaps. But let’s not forget that civil society also includes countless organisations that provide social services, such as education and healthcare. I believe that some of them may have other opinions about these developments. Some of them don’t care or don’t think that these developments affect them, and still others are not speaking about them for fear of losing public funding, which can be one of main sources of income for them.

    3. Are you witnessing rise of so-called ‘un-civil society’, as it is happening elsewhere?

    Indeed. ‘Un-civil society’: I think that’s a good way to put it. Because civil society also includes a number of organisations that are waging a cultural war and deepening the divide. They are occupying spaces meant for civil society and they are even grabbing the human rights language for their own purposes, using it against the advancement of rights.

    In fact, I would say in this respect we have three distinct problems. First of all, there’s the phenomenon of GONGOs (government-organised NGOs). We call them ‘mirror NGOs’, because they mimic the structure of existing, legitimate ones. And when the government is pushing for a specific reform, these organisations support the government’s initiative, and the government can say that it consulted with civil society and that civil society is in its favour.

    Second, there is the fact that both fake CSOs and other groups that may be ‘legitimate’ civil society - in the sense that they are not government-organised - but that do not promote rights and democracy, are also borrowing the language of democracy and human rights. This is a completely new experience for us, because after the fall of communism and the transition to democracy in 1989, we believed we were past all of this: that we had a functioning democracy, we were part of the European Union, so these were our shared values. And now we are realising that these values are in fact the object of a dispute, that they don’t mean the same thing for everybody, and that for some, they are just a means to a different end.

    Third, we are increasingly seeing the dark side of civil society, in the form of an anti-rights discourse that is anti-Semitic, anti-migrants, anti-refugees. This discourse is becoming normalised to the point that to a growing sector of the population, it is perfectly acceptable. Rights have become something that can be traded. Rather than being recognised as universal, they can be denied to ‘them’ if that means more benefits can be distributed among ‘us’. So many Polish citizens are voting for right-wing parties that promise them social benefits that won’t be ‘snatched’ by foreigners, because they are going to keep them out.

    4. How is progressive civil society reacting to this situation?

    Many organisations are working to bring dialogue back into local communities. The change that we need will not happen as a result of a more liberal and human-rights oriented political party winning the elections, but through a change in the political conversation. We need to sit people on opposing sides at the same table and teach them how to hold a dialogue and discuss issues that are close to them. We are not trying to have them agree on everything; in fact, what we want is for people to understand that it would be impossible for all of us to agree on everything, and what we need to do instead is accept plurality and diversity. But we do want to hold a conversation aimed at achieving consensus on core values: those that make it possible to have a conversation in the first place.

    Civic space in Poland is rated as ‘narrowed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with the Education for Democracy Foundation through itswebsite orFacebook page.

     

  • POLOGNE : « La crise de la démocratie et des droits humains va s'aggraver »

    CIVICUS parle à Małgorzata Szuleka à propos de la récente élection présidentielle en Pologne, qui s'est tenue pendant la pandémie COVID-19, et sur l'utilisation par le parti au pouvoir de la rhétorique anti-LGBTQI+ pour mobiliser son électorat. Małgorzata est avocate à la Fondation Helsinki pour les droits humains (HFHR) - Pologne, l'une des plus grandes et des plus anciennes organisations de défense des droits humains en Pologne et dans la région. La HFHR Pologne représente les victimes de violations des droits humains dans les procédures judiciaires, mène des enquêtes et surveille les violations des droits humains. Depuis 2015, elle surveille activement les violations croissantes de l'État de droit en Pologne. Elle travaille avec des organisations partenaires en Europe de l'Est, en Asie centrale, dans l'Union européenne (UE) et aux États-Unis.

    Małgorzata Szuleka

    Après avoir été reprogrammées, les élections polonaises ont eu lieu en juin et juillet 2020. Quelle était la position de la société civile sur la tenue d'élections pendant la pandémie de la COVID-19 ?

    Les élections étaient initialement prévues pour mai 2020 et leur organisation posait un gros problème juridique car il n'y avait pas de mécanisme légal pour les reporter. La seule façon de les reporter était de déclarer l'état d'urgence, comme le prévoit la Constitution. Les élections ne peuvent pas être organisées pendant l'état d'urgence ou dans les 90 jours suivant sa fin. D'un point de vue constitutionnel, une déclaration officielle reconnaissant que le pays subissait une épidémie aurait donné au gouvernement la prérogative d'imposer l'état d'urgence. Cela aurait automatiquement prolongé le mandat du président jusqu'à ce que des élections régulières puissent être programmées, une fois l'épidémie terminée. Cependant, le gouvernement n'a pas suivi cette procédure. Les élections ont été reprogrammées et le second tour entre les deux principaux candidats a été reporté au 12 juillet 2020 sur la base d'arguments juridiques très douteux. Cependant, cela n'a été contesté ni par la majorité gouvernementale ni par l'opposition.

    Les organisations de la société civile (OSC) ont d'abord fait pression sur le gouvernement pour que les élections se déroulent correctement, l'exhortant à déclarer l'état d'urgence. Lorsque cela ne s'est pas produit, les OSC ont essayé de soulever la question du contrôle international, principalement en termes d'équité et de financement des campagnes. Le problème était qu’on s’attendait à ce que les élections soient libres mais non justes. Les médias publics ont fait preuve de partialité à l'égard du président Andrzej Duda, le candidat soutenu par le parti au pouvoir Droit et Justice (PiS), et se sont montrés extrêmement critiques et plutôt peu professionnels à l'égard de tout candidat de l'opposition. Bien que l'état d'urgence n'ait pas été déclaré, de nombreux droits fondamentaux, tels que la liberté de réunion et l'accès à l'information, se sont vus limités. Telles étaient les principales préoccupations.

    Il y avait aussi le problème de la Cour suprême qui confirmait la validité des élections. Le 12 juillet, le président Duda a été réélu pour un second mandat avec une faible marge. Il a obtenu 51 % des voix, tandis que son adversaire de l'opposition, la Coalition civique, en a obtenu 49 %. Le taux de participation a été légèrement supérieur à 68 % et plus de 5 800 plaintes pour irrégularités ont été déposées. La Cour suprême a jugé que 92 de ces plaintes étaient justifiées mais n'avaient aucune influence sur le résultat final, elle a donc déclaré les résultats valables. Malheureusement, cette décision a complètement négligé le problème des bases constitutionnelles et juridiques sur lesquelles ces élections avaient été convoquées.

    Des mesures ont-elles été prises pour protéger les gens pendant la campagne et le processus de vote ? La pandémie a-t-elle eu un impact sur la participation électorale ?

    L'organisation de la campagne a impliqué des mesures sanitaires en termes de distanciation sociale et d'utilisation de masques. Mais ces dispositions n'ont pas été pleinement respectées par les deux parties. Pour les besoins de la campagne, le gouvernement a assoupli certaines restrictions ; par exemple, bien que le port du masque facial soit obligatoire, des photographies ont été publiées dans lesquelles le premier ministre n'en portait pas en public. Le fait que de nombreux fonctionnaires aient participé à la campagne électorale aux côtés du président Duda est également préoccupant. Les institutions publiques ont été instrumentalisées par les hommes politiques du parti au pouvoir. Le centre de sécurité du gouvernement, responsable de la coordination et de l'information en cas d'urgence ou de catastrophe naturelle, a envoyé des SMS de masse le jour des élections. Chaque électeur a reçu un message disant que les personnes de plus de 60 ans, les femmes enceintes et les personnes handicapées pouvaient voter sans faire la queue. Cela aurait pu être utilisé pour mobiliser l'électorat du parti au pouvoir. Ce n'est qu'un exemple, mais il pourrait être révélateur du rôle joué par les institutions de l'État pour faire pencher la balance en faveur du parti PiS.

     

    La couverture médiatique pendant les élections a-t-elle été équitable ?

    La couverture médiatique publique était absolument injuste. Le reste de la couverture, principalement par les médias privés, a été assez bon ; il n'a certainement pas été aussi mauvais que les médias publics, qui ont été utilisés à des fins de propagande et ont renforcé la campagne du président Duda.

     

    L'une des plaintes électorales déposées auprès de la Cour suprême portait spécifiquement sur la couverture médiatique. Elle a déclaré que la télévision publique soutenait le président tout en discréditant systématiquement son rival, et que les institutions et les fonctionnaires publics ont violé à plusieurs reprises le code de conduite en soutenant un seul des candidats. Mais le problème avec le mécanisme de plaintes électorales est qu'il exige la preuve non seulement que l'irrégularité alléguée a eu lieu, mais aussi qu'elle a eu un impact sur les résultats des élections. Lors d'élections présidentielles comme celle-ci, c'est une chose très difficile à prouver. De plus, le code électoral ne réglemente pas le travail des médias, il est donc difficile de soutenir juridiquement que les médias devraient fonctionner différemment. Et si on y parvient, il est également difficile de prouver que la couverture (ou l'absence de couverture) reçue d'un média par un candidat particulier a abouti à un résultat électoral particulier. C'est une chose que nous pouvons intuitivement supposer, en particulier face à des résultats aussi serrés, mais il est très difficile de créer un argument juridique solide.

    Quelles sont les implications de la réélection du président Duda pour la démocratie et les droits humains en Pologne ?

    Elle représente la poursuite d'une tendance très inquiétante. Parmi tous les objets de campagne possibles, le président Duda a choisi d'alimenter l'homophobie. La campagne s'est déroulée dans le contexte d'un processus de longue date de recul de l'État de droit, au milieu d'une crise dans les relations entre la Pologne et l'UE, au cours d'un énorme défi sanitaire et au bord d'une crise économique qui touchera tous les Polonais. Mais aucune de ces questions n'a été au centre de la campagne électorale et du débat public. Le président Duda a surtout parlé des personnes LGBTQI+ qui représentent une menace pour notre héritage chrétien traditionnel, assimilant l'homosexualité à la pédophilie. La question s'est distillée dans le récit diviseur, scandaleux et déshumanisant du parti PiS. C'était un geste très pragmatique des astucieux propagandistes du PiS car il a mobilisé le noyau même de l'électorat. Soudain, les groupes et communautés LGBTQI+ sont devenus le bouc émissaire de tout ce qui ne va pas en Pologne. Il est scandaleux de constater à quel point cette question a été politisée et comment elle a été utilisée pour déshumaniser cette minorité. Ce fut un spectacle douloureux et déchirant.

    Et cela ne s'est pas terminé avec la campagne. Le président Duda n'est qu'un représentant du parti PiS, il dira donc tout ce qu'il faut pour le maintenir aligné. Ce n'est rien d'autre qu'une question de calcul et de lutte de pouvoir interne. En juin, le parti PiS a ciblé la population LGBTQI+. En juillet, elle a ciblé les victimes de violence domestique en lançant un débat sur le retrait de la Convention d'Istanbul. En août, il a proposé un système de registre pour les OSC qui reçoivent des fonds de l'étranger. Maintenant, je ne sais pas qui sera son prochain ennemi. Ce n'est pas seulement que la majorité actuelle au pouvoir est homophobe, mais aussi qu'elle a tout le temps besoin d'avoir un ennemi à affronter ou à blâmer.

    Nous venons d'entrer dans une phase où il n'y aura pas d'élections pendant trois ans, alors attendez-vous à une consolidation majeure du pouvoir qui permettra au gouvernement de faire ce qu'il veut : exercer plus de pression sur les OSC, polariser davantage les médias, attaquer les groupes minoritaires et intensifier le conflit avec l'UE, entre autres choses. On peut s'attendre à ce que tout cela se produise au cours des trois prochaines années. La seule chose qui pourrait les arrêter est l'évaluation pragmatique de la question de savoir si c'est quelque chose qui répond au besoin du moment ou s'il pourrait y avoir autre chose de plus important. Mais je crois que la crise de la démocratie et les droits humains en Pologne va s'aggraver.

    L'espace civique en Pologne est classé« rétréci »par leCIVICUS Monitor.
    Contactez la Fondation Helsinki pour les droits humains - Pologne via sonsite web ou sa pageFacebook, et suivez@hfhrpl et@m_szuleka sur Twitter. 

     

  • POLOGNE : « Nous avons inventé de nouvelles formes de protestation parce que nous n’avions pas d’autre choix »

    CIVICUS s’entretient avec Klementyna Suchanow, activiste, auteure et chercheuse basée à Varsovie, en Pologne, au sujet de l‘annonce récente du gouvernement polonais d’entamer le processus de retrait de la Convention d’Istanbul sur la violence contre les femmes. Klementyna est l’une des fondatrices de laGrève des femmes polonaises et de la Grève internationale des femmes. La grève des femmes polonaises est un mouvement féministe de base fondé en 2016 pour défendre les droits des femmes contre l’initiative du gouvernement visant à interdire et à criminaliser l’avortement. Pendant la pandémie de la COVID-19, le mouvement est resté uni et actif grâce à un groupe Facebook et continue de se mobiliser pour les droits des femmes polonaises.