participation

 

  • #UN75 : « La pandémie de la COVID-19 a montré que les institutions multilatérales sont essentielles »

    Pour marquer le 75ème anniversaire de la création de l'Organisation des Nations Unies (ONU), CIVICUS s'entretient avec des activistes, des avocats et des professionnels de la société civile sur les rôles que l’ONU a joués jusqu’à présent, les succès qu’elle a obtenus et les défis à venir. CIVICUS s’entretient avec un membre anonyme d’une organisation internationale de la société civile (OSC) responsable du plaidoyer au sein des Nations Unies sur les opportunités et les défis rencontrés par les OSC qui s’engagent auprès de divers organes des Nations Unies.

     

  • #UN75: ‘The COVID-19 pandemic showed that multilateral institutions are essential’

    To mark the 75th anniversary of the founding of the United Nations (UN), CIVICUS is having conversations with civil society activists, advocates and practitioners about the roles the UN has played so far, the successes it has achieved and the challenges ahead. CIVICUS speaks to the UN advocacy lead of an international civil society organisation (CSO), who responded on conditionof anonymity, about the opportunities and challenges faced by CSOs engaging with various UN bodies.

    UN photo

    In which ways do you think the UN has made a positive difference?

    The UN has made many positive differences over its 75 years, and it’s making a difference now. From my perspective, a significant recent reaffirmation of the UN’s importance, which is a kind of inverse reflection of recent failures or shortcomings, is that the UN Secretary-General (UNSG) has quickly responded to the human security aspects of the COVID-19 pandemic.

    One of my longstanding critiques of the UN has been its lack of public leadership at the top. It’s been the approach of the current UNSG, who’s chosen backdoor diplomacy over outspoken advocacy. I won’t deny he’s in a difficult situation, but nonetheless he hasn't been forthright enough in holding major states to account for human rights violations.

    I think the pandemic changed things in a way we hadn’t seen in a long time. The UNSG finally did what he should have been doing as a general rule, which is to say that this is not about politics or having to tiptoe around the sensitivities of certain member states – this is about telling the world that the only way we will overcome this crisis is by coming together, and that this requires an immediate suspension of hostilities globally. That is aspirational and idealistic, but it’s also technically correct. 

    Also the World Health Organization (WHO), despite obvious challenges, essentially showed what it’s there for and its relevance to the general public. Of course the UN Security Council (UNSC) let the UNSG down as a political body, but still the pandemic showed that UN agencies and multilateral institutions more generally are essential and that we need them, both in the context of a public health crisis and to organise a global response to any global crisis.

    The obvious long-term success of the UN has been to build multilateralism and establish an international rules-based framework for human rights, sustainable development and the protection of civilians. The framework is there, and the challenge is its implementation. Not only are we currently not seeing implementation, but we are also seeing a steady erosion of these international norms and standards, which has taken place over the past few years. China and Russia are becoming more active in conflicts around the world, either directly or indirectly, and have become emboldened in eviscerating the UN or remoulding institutions to serve their visions, while those states that would traditionally protect and even champion these norms are either less willing or less empowered to do so. The UN made much progress over six or seven decades in building this framework, but now it’s under severe stress.

    How have you engaged with the UN, and what challenges have you encountered?

    Our work focuses on protecting civilians in armed conflicts, so our UN engagement is almost entirely in relation to the UNSC, and UN agencies with a focus on security and peacebuilding. We tend to engage with the Human Rights Council (UNHRC) and the General Assembly (UNGA), mostly when we identify that the UNSC is completely paralysed, which unfortunately is happening increasingly often. But in previous roles I have worked across a wide range of UN agencies, including the UNHRC, the UNGA and other agencies that work on climate change and education, so I’m aware of the comparative opportunities available for civil society engagement.

    The means of civil society engagement with the UNSC are much more informal than those with the UNHRC. And I think there are quite a few advantages to not having formal processes for civil society engagement, because the absence of a formal process can result in more effective engagement. At the UNHRC, there is an agenda item and 500 CSOs queue up to give a two-minute statement, which no policy-maker listens to, and you end up with this process of artificial participation that is not very productive. With the UNSC, many CSOs don’t see where the opportunities lie; they think it’s not for them. This means there are fewer CSOs looking for an entry point, so it’s a less crowded field.

    Working at the UNSC requires you to build direct relationships with the states that are on the UNSC. You don’t maintain a high public profile. You build relations with the missions, and through that process you often end up having more direct and meaningful influence. So the absence of a formal process can often result in more effective CSO engagement. True, it may also be more difficult, although it varies depending on the composition of the UNSC when it comes to the elected members. Some of them don’t have a long history of engagement with civil society, are not very interested in listening, or have very little capacity. But there’s always some states that prioritise civil society engagement and recognise that the only way the UNSC has legitimacy is by reflecting the experiences and perspectives of those directly affected. I would emphasise that one of the successes of the UNSC in the past 20 years has been to open up space for civil society briefers, particularly on women, peace and security issues. Fewer speakers means they tend to have more weight: you get the 15 UNSC members to listen to this one person whose time is unlimited and who is very focused on the protection of civilians or other issues. In terms of public participation, that is a sign of progress.

    Of course, there’s also the fact that we have to engage with the five permanent UNSC members whether we like it or not, because they are there to stay and they have the veto. And in that respect the situation is currently very bad. From our perspective, the current US administration is not on the right side of things and is not consistently championing accountability for war crimes. France and the UK are inconsistent across countries, and China and Russia are at least consistent in their positions, but for all the wrong reasons. China is opening up to international engagement with civil society, which I think is part of a wider strategy. Five or six years ago, China wouldn’t think it needed to engage with civil society and appeared not to recognise the legitimacy of international human rights CSOs, but now its ambassadors have started agreeing to meet with civil society groups collectively. It may be a public relations exercise, or China may have gained enough confidence to confront international CSOs directly. It’s a clear shift in its foreign policy. Russia, to its credit, has long done the same, and sees value in engagement to some extent, although the dynamic can be a difficult, adversarial one.

    How have you managed these challenges?

    Collective advocacy often works best with the UNSC. When civil society can form quick coalitions of humanitarian organisations, human rights organisations, local partners, faith leaders and youth representatives and present a few key asks that are consistent across these groups, it builds credibility with UNSC members and increases the chances that it will act promptly. There are about 30 CSOs that work consistently on the UNSC. They have different priorities and a variety of messages, so they certainly engage individually as well. But the message is more powerful when it’s expressed collectively. For instance, if something goes wrong in Yemen and the UK is the penholder it is way more powerful when 12 organisations engage the UK on the same points collectively than the 12 organisations complaining individually. 

    What things are currently not working and would need to change?

    The one thing that needs to be reformed fundamentally, which is the very core of the UN and has been a problem since day one, is the veto. The UNSC is clearly not fit for purpose in this regard; its composition and balance of power doesn’t reflect the world we now live in. There is no reason why France or the UK should have a veto – or any state for that matter. The inherent problem of the UN is that it was built as part of an agreement amongst the winning powers after the Second World War that they would hold the reins of power, and there is no way to dismantle that without their collective agreement. That is not going to happen with China, Russia, the USA or even the UK. France, to its credit, is at least openly supportive of voluntary processes to check misuse of the veto.

    I don’t want to sound too pessimistic, and I wouldn’t if I were speaking about other things, such as progress towards the Sustainable Development Goals. But the UNSC is power politics in its purest form and no amount of citizen participation will change it. The only way to circumvent the veto would be to dismantle the UN and start from scratch – unless somehow we found ourselves in a parallel world in which these five countries were led by enlightened leaders who at the same time realised they should give up that power for the sake of humanity. But that couldn’t be farther from our current reality, when the veto power is actually being misused, by China, Russia and the USA, as a weapon to discredit the UN.

    Apart from this unsurmountable problem, other things have been changing for good. For instance, we are now seeing climate change and security on the UNSC agenda. While China, Russia and the USA seek to block use of the very words ‘climate change’, Germany, Niger and a number of other states went on to create an informal working group on climate change, although to place the issue on the UNSC agenda, they agreed to call it ‘environmental degradation’ instead. This obviously should have happened decades ago, but at least it’s happening now and it’s progress.

    What lessons for international cooperation can be drawn from the COVID-19 pandemic? What should change so we will be better prepared when the next crisis strikes?

    During the pandemic, civil society supported and coordinated engagement towards an unprecedented call for a global ceasefire. The initial statement by the UNSG was highly ambitious to the point of being unrealistic, but he was absolutely right both in terms of what should happen in the world and in taking that leadership and not consulting first with Donald Trump, Xi Jinping, or anybody else. It was courageous and correct. It momentarily reinvigorated the role of the UNSG and the UN as a whole.

    While the UN institutional response from the top down was good, the UNSC was an absolute failure. China and the USA and engaged in hostile and juvenile behaviour at a time when the world’s future rested on the UN being effective.

    On the other hand, the UNGA responded reasonably well, taking the initiative despite not being able to meet physically. In early April it passed a resolution calling for international cooperation and multilateralism in the fight against COVID-19. Mexico was also very strategic in pushing a resolution on international cooperation to ensure global access to medicines, vaccines and medical equipment to face COVID-19, adopted by consensus in late April. In view of the challenges that the UNGA experienced, however, I think one procedural lesson learned was the need for the UN be better prepared to work virtually in the event of another crisis.

    An assessment of the performance of other multilateral institutions like the WHO lies outside my area of expertise, but we all read about the allegations that it wasn’t sufficiently aggressive with China early on. This is currently under independent review, which suggests as least that basic checks and balances are in place.

     

  • BIODIVERSITÉ : « Les gouvernements ne feront pas preuve de volonté politique sans pression de la base »

    Gadir LavadenzCIVICUS s’entretient avec Gadir Lavadenz, coordinateur mondial de l’Alliance de la Convention sur la diversité biologique (Alliance CDB), au sujet du processus en cours visant à rédiger un cadre mondial pour la biodiversité post-2020 avec la pleine participation des communautés concernées et de la société civile dans son ensemble.

    L’Alliance CDB est un réseau d’organisations de la société civile (OSC) ayant un intérêt commun pour la Convention sur la diversité biologique. Elle s’efforce de mieux faire comprendre au public les questions qu’elle aborde, d’améliorer la coopération entre les organisations qui souhaitent avoir une influence positive sur la CDB et de combler le fossé entre les participants aux sessions de la CDB et ceux qui œuvrent pour la biodiversité sur le terrain, tout en respectant l’indépendance et l’autonomie des peuples autochtones, une partie prenante essentielle.

    Qu’est-ce que l’Alliance CDB, que fait-elle et comment s’est-elle développée ?

    Les origines de l’Alliance CDB, il y a une vingtaine d’années, sont organiques : elle a émergé naturellement lorsque les participants au processus de la CDB ont reconnu la nécessité d’agir ensemble et d’amplifier les voix de la société civile dans les négociations. Dès le début, le rôle de l’Alliance CDB n’était pas de parler au nom des gens, mais de soutenir du mieux qu’elle pouvait tous les efforts de plaidoyer qui étaient faits de manière autonome.

    Malgré nos limites, nous sommes bien conscients que les groupes défavorisés ont besoin d’un soutien spécifique. En outre, bien que notre réseau soit diversifié, nous respectons le rôle des autres grands groupes impliqués dans le processus et assurons une bonne coordination avec eux, notamment le Forum international autochtone sur la biodiversité (FIAB), le Réseau mondial des jeunes pour la biodiversité (GYBN) et l’Assemblée générale des femmes.

    L’Alliance CDB est une vaste communauté : elle comprend à la fois les peuples autochtones et les communautés locales (IPLC), et les OSC qui les soutiennent. Nous respectons pleinement les structures de gouvernance et les processus décisionnels de chacun de ces groupes. Nous maintenons une communication et une coordination fluides avec le FIAB, qui représente le plus grand groupe de peuples et de communautés autochtones engagés dans la CDB. Nous appuyons leurs déclarations lors des réunions officielles, soutenons la participation des peuples autochtones et des communautés locales aux réunions internationales chaque fois que cela est possible, et amplifions toutes leurs publications et campagnes.

    Pourquoi un nouveau cadre mondial pour la biodiversité est-il nécessaire ?

    Historiquement, la mise en œuvre de la CDB s’est concentrée sur son premier objectif, la conservation de la diversité biologique, et relativement peu d’attention a été accordée à ses deuxième et troisième objectifs, qui sont l’utilisation durable des éléments constitutifs de la diversité biologique et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques. C’est l’une des raisons pour lesquelles la CBD n’a pas été en mesure de fournir les résultats escomptés. Au cours de la dernière décennie, le manque de volonté politique des parties à la CDB a conduit à l’échec de la réalisation des objectifs d’Aichi, et une abondante littérature montre que la destruction de la biodiversité se poursuit à un rythme galopant.

    Un nouveau cadre devrait être une occasion unique de corriger les erreurs du passé. La CDB couvre un large éventail de questions, mais n’a pas réussi à s’attaquer aux causes profondes de la perte de biodiversité, et sa focalisation excessive sur des objectifs tels que les zones protégées, axés sur la quantité plutôt que sur la qualité, a masqué d’énormes incohérences dans notre approche de la perte de biodiversité.

    Par exemple, le Forest Peoples Programme, membre de l’Alliance CDB, a indiqué que le financement mondial de la biodiversité a augmenté de manière significative au cours de la dernière décennie, et est désormais estimé entre 78 et 147 milliards de dollars par an. Cependant, il est largement dépassé par les subventions publiques et les flux financiers qui entraînent la perte de biodiversité, estimés entre 500 milliards et plusieurs milliers de milliards de dollars par an.

    En outre, bien que la contribution des peuples autochtones et des communautés locales soit largement reconnue comme vitale pour la protection de la biodiversité, ceux-ci sont souvent affectés négativement par le financement de la biodiversité, et leurs efforts reçoivent peu de soutien direct.

    Un autre membre de l’Alliance CDB, le Third World Network, a indiqué qu’en 2019, 50 des plus grandes banques du monde ont soutenu avec plus de 2 600 milliards de dollars des industries reconnues comme étant à l’origine de la perte de biodiversité. Une étude récente a conclu que « le secteur financier finance la crise d’extinction massive tout en sapant les droits humains et la souveraineté des autochtones ».

    Selon la Coalition mondiale des forêts, également membre de l’Alliance CDB, le financement du climat et la production subventionnée d’énergies renouvelables constituent une forme de subvention directe qui nuit souvent aux forêts et ne réduit pas les émissions. L’exemple le plus marquant est la centrale de Drax, au Royaume-Uni, qui reçoit 2 millions de livres sterling (environ 2,8 millions de dollars) par jour pour produire de l’électricité très polluante à partir de bois récolté, entre autres, dans des forêts humides riches en biodiversité du sud-est des États-Unis. Parmi les autres exemples, citons la subvention accordée par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) aux entreprises sidérurgiques pour qu’elles produisent du charbon de bois à partir de plantations d’eucalyptus au Brésil, et les nombreuses subventions nationales et européennes accordées à l’industrie de la pâte et du papier au Portugal.

    Récemment, lors d’un événement organisé par le secrétariat de la CDB, plusieurs soi-disant leaders mondiaux ont promis d’importantes sommes d’argent pour la biodiversité. Cependant, les pays du Nord ont renoncé à leurs engagements internationaux en matière de fonds nouveaux et supplémentaires. Ce qu’ils promettent pour la nature est mélangé à toutes sortes de dispositifs qui ne s’attaquent pas aux causes réelles de la perte de biodiversité. Et les montants promis pour protéger la biodiversité sont clairement dépassés par tout l’argent dépensé pour sa destruction.

    Outre ces contradictions et incohérences inquiétantes, les groupes puissants et les nations développées tentent constamment et par tous les moyens d’échapper à leurs responsabilités. Nous pensons que la volonté d’intégrer des termes tels que « solutions fondées sur la nature » dans la CDB n’est qu’une nouvelle astuce de la part des grands pollueurs pour se soustraire à leurs obligations et une nouvelle forme de « blanchiment écologique » et d’accaparement des terres par les entreprises.

    Pourquoi tout cela n’est-il pas relayé par les médias ? C’est ce qui se produit lorsque les principaux acteurs concentrent toute leur attention sur certaines politiques et activités, comme l’augmentation des zones protégées. Les zones protégées ne sont pas mauvaises en soi, mais elles sont loin d’être une véritable solution, tout comme la modification de nos modes de production et de consommation. Le discours sur la CDB doit être recentré sur les causes profondes de la perte de biodiversité, qui sont plus structurelles et liées à la justice et à l’équité. De la même manière que le changement climatique n’est plus considéré comme un problème purement environnemental, nous devons comprendre le tableau d’ensemble de la destruction de la biodiversité en relation avec les droits des peuples autochtones et tribaux, des paysans, des femmes, des générations futures et de la nature elle-même. Il faut mettre un terme à la marchandisation de la nature, car celle-ci n’appartient ni à nous ni à quelques privilégiés parmi nous. La nature n’a pas besoin d’artifices et de gros sous pour se développer, elle a besoin que nous cessions de la détruire. Ce récit devrait nous inciter à vouloir et à travailler réellement à un profond changement individuel et collectif.

    Quels changements le Cadre mondial pour la biodiversité post-2020 devrait-il apporter ?

    La CDB est un accord juridiquement contraignant et, si elle est pleinement mise en œuvre, elle offre un grand potentiel. Le Cadre mondial pour la biodiversité pour l’après 2020 devrait être l’instrument permettant de faire respecter les obligations juridiques des parties à la CDB grâce à des mécanismes de responsabilisation qui sanctionnent l’inaction. C’est également l’occasion d’adopter une approche fondée sur les droits qui place les droits des peuples autochtones et tribaux, des femmes et des paysans, ainsi que les droits de la nature, au centre du débat, en reliant la CDB à l’architecture internationale des droits humains.

    Plusieurs rapports ont montré que des violations des droits humains ont été commises au nom de la promotion des zones protégées. Bien qu’il soit possible et inévitable de s’attaquer à la crise de la biodiversité et au changement climatique, divers intérêts font pression pour que ce lien se concentre sur les soi-disant « solutions fondées sur la nature », qui ne sont rien d’autre qu’une couverture pour des systèmes tels que les compensations, qui ne profitent pas à la nature mais au statu quo et n’apportent pas de véritables solutions à nos problèmes structurels.

    Un autre défi majeur réside dans le fait que la mise en œuvre des normes environnementales est souvent entre les mains des ministères de l’environnement, qui sont souvent complètement impuissants face aux autres acteurs qui sont les véritables moteurs de la perte de biodiversité. Avec le nouveau cadre mondial pour la biodiversité, cela doit changer.

    La Conférence des Nations unies sur la biodiversité a été reportée à deux reprises en raison de la pandémie de COVID-19. Quels défis cette situation a-t-elle posés ?

    Le premier défi auquel nous avons été confrontés est que les pays du Nord ont exercé une forte pression pour poursuivre les négociations par des moyens virtuels, sans tenir compte des diverses difficultés rencontrées non seulement par leurs pairs du Sud mais aussi par la société civile. L’Alliance CDB a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude quant aux inégalités et aux injustices des négociations virtuelles, et a soutenu la proposition des parties du sud de la planète de reporter les négociations. Ce n’est que lorsque les États africains et certains États d’Amérique latine ont exprimé leur profonde inquiétude face à cette situation que les nations riches ont fait marche arrière. Les réunions en ligne ont été maintenues afin que les discussions puissent se poursuivre, mais il a été établi que les décisions ne seraient prises que lors de réunions en face à face.

    Comment la société civile internationale peut-elle soutenir au mieux le travail que vous réalisez autour du Cadre mondial pour la biodiversité pour l’après 2020 ?

    Certains de nos objectifs sont de veiller à ce que le Cadre mondial pour la diversité pour l’après 2020 se concentre sur une déclaration de principes forte, telle que l’équité et les responsabilités communes mais différenciées (CBDR) ; un mécanisme pour traiter le non-respect, y compris des sanctions et bien intégré au principe CBDR ; un objectif axé sur les défenseurs des droits humains, les défenseurs de l’environnement et les femmes, car ce sont elles qui défendent la biodiversité dans le monde réel ; et un objectif sur l’interdiction des altérations majeures de la nature.

    Une fois le cadre approuvé, notre mission sera de coordonner avec les régions, les réseaux et les organisations qui ont un lien direct avec ceux qui travaillent sur le terrain et en première ligne. Cette coordination devrait inclure une diffusion massive et intense du cadre, mais en mettant l’accent sur la manière dont il peut renforcer les personnes dans leurs résistances, leurs luttes et leurs projets.

    Même s’ils sont confrontés à des obligations juridiquement contraignantes, les gouvernements ne feront pas preuve de volonté politique s’ils ne subissent pas une pression suffisante de la base. Une telle pression ne peut avoir lieu en l’absence d’autonomisation et d’information sur les décisions prises au niveau international.

    Contactez l’Alliance CDB via sonsite web, sa pageFacebooket son compteTwitter. 

     

  • BIODIVERSITY: ‘Governments will not show political will unless people on the ground put enough pressure’

    Gadir LavadenzCIVICUS speaks with Gadir Lavadenz, global coordinator of the Convention on Biological Diversity Alliance (CBD Alliance), about the ongoing process to draft a post-2020 Global Biodiversity Framework with the full participation of affected communities and wider civil society.

    The CBD Alliance is a network of civil society organisations (CSOs) with a common interest in the Convention on Biological Diversity. It works to increase public understanding of relevant issues, enhance cooperation among organisations wishing to have a positive influence in the CBD and bridge the gap between those who participate in CBD sessions and those involved in biodiversity-related work on the ground, while respecting the independence and autonomy of Indigenous peoples, a key stakeholder.

    What is the CBD Alliance, what does it do and how did it develop?

    The origins of the CBD Alliance, about two decades ago, were organic – it came naturally as those participating in the CBD process saw the need to act together and amplify the voices of civil society in the negotiations. Since the beginning, the CBD Alliance’s role was not to speak on behalf of people, but rather to support all advocacy efforts being undertaken autonomously in the best way possible.

    Despite our limitations, it is very clear to us that the less privileged groups require specific support. Also, while our network is diverse, we respect the role and have fluent coordination with the other major groups involved in the process, particularly the International Indigenous Forum on Biodiversity (IIFB), the Global Youth Biodiversity Network and the Women Caucus.

    The CBD Alliance is a broad community: in includes both Indigenous peoples and local communities (IPLCs) and CSOs that support them closely. We fully respect each of these groups’ governance structures and decision-making processes and decisions. We maintain fluent communications and coordination with the IIFB, which represents the biggest group of IPLCs engaged with the CBD. We support their statements during official meetings, we support the participation of IPLCs at international meetings whenever possible and we amplify all their publications and campaigns.

    Why is there a need for a new Global Biodiversity Framework? 

    Historically, the implementation of the CBD focused around its first objective, the conservation of biological diversity, and comparatively little attention was put on its second and third objectives, which are the sustainable use of the components of biological diversity, and the fair and equitable sharing of the benefits arising out of the use of genetic resources. This is one of the reasons why the CBD has not been able to deliver the results required. The past decade saw lack of political will from parties to the CBD leading to failure in achieving the Aichi targets, and there is abundant literature demonstrating how the destruction of biodiversity continues rampant.

    A new framework should be a unique opportunity to correct past mistakes. The CBD covers a broad range of issues but has failed to address the root causes of biodiversity loss, and its hyper attention to targets such as the one on protected areas, focusing on quantity rather than quality, has hidden huge inconsistencies in our approach to biodiversity loss.

    For instance, the Forest Peoples Programme, a member of the CBD Alliance, reported that global funding of biodiversity has grown significantly over the past decade, and is now estimated at between US$78 billion and US$147 billion per year. However, it is greatly outweighed by public subsidies and broader financial flows that drive biodiversity loss, which are estimated at between US$500 billion and several trillion dollars per year.

    Furthermore, while the contributions of Indigenous peoples and local communities are widely recognised as critically important for protecting biodiversity, they are often negatively impacted on by biodiversity finance, and receive little direct support for their efforts.

    Another CBD Alliance member, the Third World Network, reported that in 2019, 50 of the world’s largest banks underwrote more than US$2.6 trillion in industries known to be the drivers of biodiversity loss. A recent study concluded that ‘the financial sector is bankrolling the mass extinction crisis, while undermining human rights and indigenous sovereignty’.

    According to the Global Forest Coalition, also a member of the CBD Alliance, climate finance and subsidised renewable energy generation are a form of direct subsidy that often harms forests while failing to reduce emissions. The most prominent example of this is the Drax power station in the UK, which receives UK£2 million (approx. US$2.8 million) per day to produce highly polluting electricity from wood clear-felled from highly biodiverse wetland forests in the south-eastern USA, among other places. Other examples include the Global Environment Facility’s subsidy to iron and steel companies to produce charcoal from eucalyptus plantations in Brazil, and numerous national and European Union-level subsidies available to the pulp and paper industry in Portugal.

    Recently, in an event organised by the CBD Secretariat, several so-called world leaders pledged great amounts of money for biodiversity. However, countries from the global north have failed to fulfil their international commitments in relation to new and additional funds. What they pledge for nature is mixed with all sorts of schemes that do not address the real causes of biodiversity loss. And the amounts pledged to protect biodiversity are clearly outweighed by all the money invested in destroying biodiversity.

    In addition to these troubling contradictions and inconsistencies, powerful groups and developed nations constantly try to avoid their responsibilities by all means. We see the push to incorporate terms such as nature-based solutions in the CBD simply as another trick from big polluters to offset their obligations and a new form of corporate land-grabbing and greenwashing.

    Why isn’t this all over the mainstream media? This is what happens when ‘big’ players focus all their attention on certain policies and activities, such as the increase in protected areas. Protected areas are not bad, but they are far from being a real solution to the much-needed change in our production and consumption patterns. The narrative around the CBD must shift towards the root causes of biodiversity loss, which are more structural and related to justice and equity. Just like climate change is no longer a purely environmental problem, we need to see the big picture of the destruction of biodiversity that relates to the rights of IPLCs, peasants, women, future generations and nature herself. We need to put an end to the commodification of nature, since nature does not belong to us, or to those few privileged among us. Nature does not need fancy schemes and lots of money to thrive, it needs us to stop destroying it. This narrative should make us all desire and truly work for profound individual and collective change.

     

    What change should the post-2020 Global Biodiversity Framework bring?

    The CBD is a legally binding agreement and, if fully implemented, has great potential. The post-2020 Global Biodiversity Framework should be the instrument to implement the legal obligations of the parties to the CBD through accountability mechanisms that sanction any lack of action. It is also an opportunity to adopt a rights-based approach that puts the rights of IPLCs, women and peasants, and the rights of nature, at the centre of the debate, connecting the CBD to the international human rights architecture. 

    Several reports have shown that violations of human rights have been committed for the sake of protected areas. While tackling the biodiversity and climate change crisis is both possible and unavoidable, various interests are pushing for this connection to be centred around ‘nature-based solutions’, a cover for schemes such as offsets, which do not benefit nature but the status quo and do not bring real solutions to our structural problems.

    Another great challenge is the fact that the implementation of environmental norms is usually in the hands of environmental ministries, which tend to be completely powerless in comparison to others that are the actual drivers of biodiversity loss. This needs to change in relation to the new Global Biodiversity Framework.

     

    The UN Biodiversity Conference has been twice postponed due to the COVID-19 pandemic. What challenges has this created?

    The first challenge we faced was that global north countries pushed strongly to continue with the negotiations through virtual means without any consideration of the variety of difficulties experienced not only by their counterparts in the global south but also by civil society. The CBD Alliance expressed concerns around the inequalities and inequities of virtual negotiations on several occasions and supported the proposal by global south parties to postpone the negotiations. It was only when African and some Latin American parties expressed deep concerns about this situation that rich nations backed down and online meetings were maintained so the conversations could continue, but it was established that decisions would only be adopted in face-to-face meetings.

    How can international civil society best support the work you are doing around the post-2000 Global Biodiversity Framework?

    Some of our goals are to ensure that the post-2020 Global Diversity Framework centres around a strong statement of principles, such as equity and common but differentiated responsibilities (CBDR); a mechanism for dealing with noncompliance, including penalties, which should be well embedded under the principle of CBDR; a target focused on human rights and environmental defenders and on women, as they are the ones who are defending biodiversity in the real world; and a target on outlawing major disturbances of nature.

    Once the Framework is approved, our mission will be to coordinate with regions, networks and organisations that have a direct connection with those working on the ground and on the frontlines. This coordination should include massive and intense dissemination of the Framework, but with a focus on how it can empower people in their resistance, struggles and projects.

    Even if faced with legally binding obligations, governments will not show political will unless people on the ground put enough pressure on them. Such pressure cannot happen without meaningful empowerment and information of the decisions adopted at the international level.

    Get in touch with CBD Alliance through itswebsite,Facebook page andTwitter account. 

     

  • CHILE: ‘This historic constituent moment was achieved by citizens’

    CIVICUS speaks with Marcela Guillibrand De la Jara, Executive Director of the Chilean Volunteer Network (Red de Voluntarios de Chile) and General Coordinator of Now It’s Our Time to Participate (Ahora Nos Toca Participar). The Volunteer Network is a national platform that brings together Chilean civil society organisations (CSOs) that promote voluntary action. Now It's Our Time to Participate is an initiative of social organisations gathered in the New Social Pact (NPS-Chile) that seeks to contribute to strengthening democracy and social cohesion by promoting citizen participation in the plebiscite on a new constitution scheduled for October 2020 and in the constituent process that the plebiscite is expected to trigger. The campaign focuses on citizen training, the creation of spaces for dialogue and the generation of proposals to feed into the constituent process.

    Marcela Guillibrand

    In late 2019, a referendum was called in order to trigger a constituent process. To what extent was this the victory of a mobilised society?

    In October 2019, Chile reactivated its political and social life, collectively and throughout its territory. Citizens took to the streets to meet, to speak and take part in politics, as they had not done for a long time. This is how specific and unconventional participatory experiences emerged, locally rooted and with a local identity, mixed with expressions of discontent and frustration towards the structural inequality that had developed and manifested in our country for a long time.

    All this was initially motivated by young people’s dissatisfaction with an increase of 30 pesos (approx. US$0.33) on the price of the ticket used in the Chilean capital’s transportation system, the Metro. In reaction to the increase, demonstrations took place, initially in the form of fare evasion but eventually embracing slogans such as ‘It's not 30 pesos, it's 30 years’, a reference to the time that we have been living in a democracy – since our democratic transition took place in 1990 – and the feeling, shared by a large part of the population, that we have not been included in the decision-making process. This was fuelled by high levels of mistrust in institutions, great political disaffection and the reaction against a model that pushed our country towards more individualistic views and forms of participation in all areas.

    Faced with a level of mobilisation that did not relent, on 15 November 2019 political parties across the spectrum signed the ‘Agreement for Social Peace and a New Constitution’. As a result, citizens were given the opportunity to decide if they want a new constitution through a plebiscite that will be held on 25 October 2020. In the plebiscite, citizens must also select the mechanism that would be used to draft a new constitution: a constitutional convention, a body fully elected for the purpose of drafting the constitution; or a mixed constitutional convention, which would include both current Congress members, who would make up 50 per cent of the body, and representatives elected exclusively for this task, who would make up the other 50 per cent. A large part of society views this process as opening up a unique opportunity for us to choose freely the Chile we want. Although technically what gave rise to this opportunity was an agreement between various political groupings, this historic constituent moment was achieved by citizens.

    Within this process, civil society has also made historic progress on gender issues. Various social organisations that have long worked very hard to promote and defend women’s rights pushed the demand for gender parity in the constituent process, and managed to impose it thanks to the echo they found among various political groups represented in Congress. If the option in favour of drafting a new constitution wins in the plebiscite, the gender parity rule will apply in the election of constitutional delegates. The rule, however, will only be fully operational if the constitutional convention alternative prevails, since in that case all members of the constituent body would be elected in a single election. If the mixed constitutional convention alternative is chosen, the parity rule would apply to the half of the body that will be elected, but not to the half that will be made up of legislators who already occupy congressional seats.

    What stance has Chilean civil society taken regarding the prospect of a constitutional reform process?

    As the plebiscite date approaches, interest on the subject has increased. We have had localised quarantines for more than five months due to the COVID-19 pandemic, and the organisations with which we interact have had their attention focused mainly on the survival of their programmes and supporting their target populations, since economically the pandemic has hit them very hard. Even so, little by little they have shown growing interest in constitutional issues. For our part, we have stayed connected with them and we have worked together to offer them a platform that contains citizenship training materials that they can use and to coordinate various spaces to conduct training through digital platforms and other mechanisms suited to reach a variety of territories, such as radio and text messaging.

    It is in this context that we launched Now It’s Our Time to Participate, an initiative of the New Social Pact (Nuevo Pacto Social) network, which brings together just over 700 CSOs. The initiative seeks to guarantee the training of citizens and citizen participation in the context of the constituent process that will likely take place. Our focus is on activating citizens, providing them with training tools and jointly generating spaces for participation and dialogue to regain prominence in decision-making in our country. For this, in the run-up to the plebiscite, we have organised a range of key content in several sections – citizen participation, constitution and constituent process – that we have made available to citizens and CSOs through our web platform, www.ahoranostocaparticipar.cl, as well as on social media and through other means. On the basis of this content we have developed a range of training options that include accessible materials in various languages, such as Aymara, Mapudungun and Rapa Nui, as well as in Creole. The idea is that all the people who wish to can find answers in these materials about the constitution and the likely constituent process, in order to be able to take part in the plebiscite in a free and informed manner and thus contribute to achieving the most massive vote in Chilean history.

    The plebiscite had originally been planned for April before being postponed to October due to the pandemic. Have there been any conflicts or disagreements regarding the postponement and the new date?

    The health scenario created by the pandemic forced the relevant institutions to move the date of the plebiscite to October. The section of civil society with which we interact understood that this change was necessary based on a higher common good, people’s health. At the moment we take for granted that the plebiscite will take place in October, since the institutions that could make the decision to change the date have not yet done so, so we continue to work based on that date. Currently, issues related to the implementation of the plebiscite are being discussed. They focus firstly on health safeguards, but also on how to promote citizen participation in this process, which will undoubtedly have very different characteristics from what we are used to. Intersectoral working groups have been set up to work on the issue. First, the Senate set up a forum to receive recommendations and analyse the comparative experiences of other countries that have been in the same situation. Then the Electoral Service kept the forum to continue working along the lines of guaranteeing a safe and participatory plebiscite. Various CSOs have been invited to participate, including Now It's Our Time to Participate. Jointly with these organisations, we have produced a document with recommendations that range from health issues to campaign regulations, and also includes issues such as access to information and citizen capacity development, which is what we work on. This space continues in operation.

    Are measures being taken so that people’s participation in the campaign and vote is not undermined by the effects of the pandemic?

    The current pandemic scenario is naturally forcing us to adopt safeguards. The electoral advertising phase kicked off on 26 August, so now it is possible to disseminate campaign materials in public places that are expressly authorised by the Electoral Service, as well as on the media. Debate is taking place with great force on social media, which given the need to take precautions, avoid crowds and physical contact and respect sanitary restrictions decreed by the authorities, is currently the main space to gain visibility.

    What to do to guarantee everyone’s right to participate on the day of the plebiscite is something that has been under discussion. As a consequence of the COVID-19 pandemic, some places in our country remain under confinement, multiple sectors are quarantined due to the presence of active cases, and there are municipalities that had initiated a deconfinement plan but then had to back off due to new outbreaks of the virus.

    How do we guarantee the right to participation of those people who are infected with COVID-19? What alternatives do we have? These are the kind of questions that are being debated by both the public and the relevant authorities who are in a position to respond to these demands.

    Along these lines, alongside various CSOs we are promoting a series of recommendations that address not only the sanitary aspect – so that COVID-19 patients can vote – but also issues such as ensuring access to timely information and citizen capacity development to all those people who have historically been excluded from participation for multiple reasons, including due to not having adequate information channels to receive content, or content not being available in a variety of languages. In this sense, it is important that every effort be made to guarantee the right to participation, not only to those who at this particular time might not be in a position to exercise it for health reasons, but also to those who have historically found themselves in a more vulnerable situation, such as older adults, Indigenous peoples, rural populations, women, LGBTQI+ people and migrants.

    Civic space in Chile is rated as ‘narrowed’ by theCIVICUS Monitor.
    Get in touch with Now It’s Our Time to Participate through itswebsite,Instagram or itsFacebook page, and follow@ahrnostoca and@marbrandd on Twitter.

     

     

  • CHILI : « Ce moment historique est un accomplissement de la part des citoyens »

    CIVICUS s’entretient avec Marcela Guillibrand De la Jara, directrice exécutive du Réseau chilien de volontaires et coordinatrice générale de Ahora Nos Toca Participar. Le Réseau de volontaires est une plateforme nationale qui rassemble des organisations de la société civile (OSC) chilienne promouvant le volontariat. Ahora Nos Toca Participar est une initiative d’organisations sociales regroupées dans le Nouveau Pacte Social (NPS-Chili) qui cherche à contribuer au renforcement de la démocratie et de la cohésion sociale en promouvant la participation des citoyens au référendum sur la réforme constitutionnelle prévu pour octobre 2020 et au processus constituant qui devrait commencer avec lui. La campagne se concentre sur l’éducation des citoyens, la création d’espaces de dialogue et la génération de propositions pour alimenter le processus constituant.

     

  • COP26 : « Les jeunes font des propositions, ils ne se contentent pas de réclamer des changements en brandissant une pancarte »

    À la veille de la 26ème Conférence des parties des Nations unies sur le changement climatique (COP26), qui se tiendra à Glasgow, au Royaume-Uni, du 31 octobre au 12 novembre 2021, CIVICUS a interrogé des militants, des dirigeants et des experts de la société civile sur les défis environnementaux auxquels ils sont confrontés dans leur contexte, les actions qu’ils entreprennent pour y faire face et leurs attentes pour le sommet à venir.

    CIVICUS s’entretient avec Antonella Regular et Joaquín Salinas, respectivement coordinatrice de la communication et coordinateur de la formation de Juventudes COP Chile, une plateforme indépendante de jeunes axée sur l’action climatique. Le groupe cherche à générer des espaces de plaidoyer pour la population jeune et constitue un espace intersectionnel et intergénérationnel pour l’apprentissage mutuel.

    Antonella Regular y Joaquin Salinas

    Quels sont les principaux problèmes environnementaux au Chili ?

    Un problème central est directement lié aux zones de sacrifice environnemental, c’est-à-dire les zones qui concentrent un grand nombre d’industries polluantes ayant un impact direct sur les communautés. Un autre problème est l’exploitation minière et la manière dont les droits d’extraction prennent le pas sur les droits des communautés et de l’environnement, avec des opérations telles que le projet controversé de Dominga dans la région de Coquimbo, sur la côte nord et du centre du Chili. Et dans le sud, la question de la déforestation.

    Ces questions environnementales sont notre point d’entrée dans les communautés : elles nous permettent de connaître les défis et les objectifs afin de pouvoir influencer et agir, et pas seulement exiger. A partir de cette plateforme, nous cherchons à générer des solutions aux problèmes.

    Le fait que les jeunes ne trouvent pas d’espaces où ils sont entendus et peuvent participer activement à la prise de décision est également un problème. Le Chili traverse actuellement un processus constituant : nous avons une Assemblée constituante très diverse et plurielle, directement élue par les citoyens, qui rédige une nouvelle Constitution. Pour la première fois, il est possible que certaines demandes historiques, longtemps ignorées, soient satisfaites. En ce moment décisif, il est important que les jeunes soient inclus dans le processus décisionnel et qu’ils puissent influencer la conception de politiques publiques progressistes.

    Comment vos actions s’inscrivent-elles dans le cadre du mouvement mondial pour le climat ?

    La plateforme Juventudes COP Chile se veut un pont entre la société civile et les espaces de plaidoyer internationaux tels que les conférences sur le climat. Notre objectif est de donner à la société civile dans son ensemble les moyens d’émettre des opinions et des demandes pour influencer ces espaces. Nous avons ouvert des espaces de participation et généré des alliances, et toutes les propositions qui ont émergé dans ces espaces seront délivrées à la COP26. 

    Juventudes COP Chile promeut la participation des jeunes et les encourage à prendre une position active. Nous faisons des propositions, nous ne nous contentons pas d’exiger des changements en brandissant une pancarte.

    Quels progrès attendez-vous de la COP26 ? Plus généralement, quelle est, selon vous, l’utilité de ces processus internationaux ?

    Il y a beaucoup de travail resté inachevé depuis la COP25. Par exemple, finaliser le livre des règles en ce qui concerne l’article 6 de l’Accord de Paris, relatif aux marchés du carbone, pour que les États et les entreprises puissent échanger des unités d’émission de gaz à effet de serre. Nous espérons que lors de cette COP, les pays se mettront d’accord immédiatement et qu’il y aura une percée à cet égard. Ils devraient également cesser de reporter les contributions déterminées au niveau national (CDN) à 2050. Et les CDN ne devraient plus être volontaires. Cela semble presque une moquerie étant donné l’état de la crise climatique.

    Il est urgent de progresser car nous constatons que le changement climatique est réel et qu’il se produit. Certains changements sont déjà irréversibles : nous les vivons au quotidien dans notre relation avec l’environnement et il se peut que nous soyons déjà à peine capables d’adopter des règles d’adaptation.

    Les parties à la COP26 devraient en prendre conscience et mettre leurs intérêts de côté pour penser à la survie de l’espèce humaine. Ils doivent écouter la science et les jeunes. La participation des jeunes à ces processus ne peut être un simple protocole : elle doit être réelle, active et significative.

    Quels changements voudriez-vous voir se produire dans le monde ou dans votre communauté, qui pourraient aider à résoudre la crise climatique ?

    Dans nos communautés, nous attendons une plus grande participation et un meilleur accès à l’information. Au Chili, il y a une grande centralisation : tout se passe dans la capitale, Santiago, et cela génère un déficit de participation des citoyens à la prise de décision et à la diffusion de l’information dans les communautés. Nous espérons que des progrès seront réalisés sur les questions de décentralisation et de redistribution du pouvoir de décision effectif.

    L’un des principes de Juventudes COP Chile est précisément la décentralisation, et c’est pourquoi nous travaillons avec des personnes de différentes régions du pays. Nous aimerions voir une adoption plus massive de certaines des pratiques que nous intégrons dans Juventudes COP Chile, comme l’artivisme, la culture régénératrice, l’horizontalité et le travail communautaire.

    Au niveau national, nous attendons des hommes politiques qu’ils commencent à prendre ce problème au sérieux. Ils doivent œuvrer à la réduction de la pollution et à l’atténuation de la crise climatique. Ils doivent partir de la reconnaissance du fait que la crise climatique est une crise des droits humains, qui affecte radicalement la qualité de vie des personnes et des communautés les plus vulnérables. Il est important que l’on reconnaisse que cela se produit et que c’est un problème sérieux.

    Une étape importante pour faire avancer les choses serait que le Chili signe enfin l’accord régional sur l’accès à l’information, la participation du public et l’accès à la justice en matière d’environnement en Amérique latine et dans les Caraïbes, plus connu sous le nom d’accord d’Escazú. Il s’agit du premier accord régional sur l’environnement en Amérique latine et dans les Caraïbes et du premier au monde à contenir des dispositions spécifiques sur les défenseurs des droits humains et les défenseurs de l’environnement. Pendant des années, le Chili a fait pression pour que les négociations aboutissent à cet accord, mais a ensuite décidé de ne pas le signer. Elle doit le faire sans délai.

    L’espace civique au Chili est classé « obstrué » par leCIVICUS Monitor.
    Contactez Juventudes COP Chile via sonsite web ou ses pagesFacebook etInstagram.

     

  • COP26: ‘Young people are making proposals rather than just demanding change by holding up a sign’

    In the run-up to the 26th United Nations Climate Change Conference of the Parties (COP26), which will take place in Glasgow, UK between 31 October and 12 November 2021, CIVICUS is interviewing civil society activists, leaders and experts about the environmental challenges they face in their contexts, the actions they are undertaking to tackle them and their expectations for the upcoming summit.

    CIVICUS speaks with Antonella Regular and Joaquín Salinas, Communications Coordinator and Training Coordinator of Juventudes COP Chile (COP Chile Youth), an independent youth platform focused on climate action. The group seeks to create advocacy spaces for young people and be an intergenerational and intersectional space for mutual learning.

    Antonella Regular y Joaquin Salinas

    What are the key environmental problems you encounter in Chile?

    One key problem is that of environmental sacrifice zones or areas with a high level of environmental impact, that is, areas that concentrate a large number of polluting industries that have a direct impact on communities. Another problem is mining and the way in which extractive rights are positioned above the rights of communities and the environment, with operations such as the controversial Dominga project in the Coquimbo region on Chile’s north-central coast. And in the south, the issue of deforestation.

    These environmental issues are our entry point into the communities: they allow us to know what their challenges and goals are so that we can exert influence and act, and not just make demands. Our platform seeks to create solutions to address the problems.

    The fact that young people do not find spaces where they can be heard and actively participate in decision-making is also a problem. Chile is currently going through a constituent process: there is a very diverse and plural Constituent Assembly, which was directly elected by citizens, and which is drafting a new Constitution. For the first time there is the possibility that some historical demands that have been ignored for the longest time will be met. At this decisive moment it is important for young people to be included in decision-making and to be able to influence the design of progressive public policies.

    How do your actions connect with the global climate movement?

    The Juventudes COP Chile platform tries to function as a bridge between civil society and international advocacy spaces such as climate conferences. Our goal is for civil society as a whole to be empowered with opinions and demands to exert influence within these spaces. We have opened spaces for participation and established alliances, and all the proposals that have emerged from these spaces will be delivered to COP26. 

    Juventudes COP Chile promotes the participation of young people and encourages them to take an active position. We are making proposals rather than just demanding change by holding up a sign.

    What progress do you expect from COP26, and more generally, how useful do you find such international processes?

    There are many issues left pending from COP25. For instance, there is a need to finalise the rulebook in relation to article 6 of the Paris Agreement, regarding carbon markets, for states and companies to trade greenhouse gas emissions units. We hope that at COP26, states will finally reach an agreement and there will be a breakthrough in this regard. They should also stop postponing Nationally Determined Contributions (NDCs) until 2050. And NDCs should no longer be voluntary. The fact that they are almost feels like mockery given the state of the climate crisis.

    Progress is urgently needed because we are seeing that climate change is real and it is happening. Some changes are already irreversible: we are experiencing them on a daily basis in our relationship with the environment and we may hardly be able merely to adopt adaptation rules anymore.

    Parties at COP26 should realise this and put their own interests aside to think about the survival of the human species. They must listen to science and to young people. The participation of young people in these processes cannot be a mere protocol: it must be real, active and meaningful.

    What changes would you like to see in the world or in your community that could help solve the climate crisis?

    In our communities we hope for more participation and access to information. In Chile there is a great deal of centralisation: everything happens in the capital, Santiago de Chile, and that creates a deficit of citizen participation in decision-making and information delivery at the community level. We hope that progress will be made on issues of decentralisation and redistribution of effective decision-making power.

    One of the principles upheld by Juventudes COP Chile is precisely that of decentralisation, and that is why we work with people from different parts of the country. We would like to see a much bigger adoption of some of the practices that we have adopted at Juventudes COP Chile, such as artivism, regenerative culture, horizontal relations and community work.

    At the national level, we hope that politicians will start to take this problem seriously. They must work to reduce pollution and alleviate the climate crisis. They must start by recognising that the climate crisis is a human rights crisis, drastically affecting the quality of life of the most vulnerable people and communities. It is important that there is a recognition that this is happening and that it is a serious problem.

    An important step to start moving forward would be for Chile to finally sign the Regional Agreement on Access to Information, Public Participation and Access to Justice in Environmental Matters in Latin America and the Caribbean, better known as the Escazú Agreement. This is the first regional environmental agreement in Latin America and the Caribbean and the first in the world with specific provisions on human rights and environmental defenders. For years the state of Chile pushed forward the negotiations that resulted in this agreement, but then decided not to sign it. It should do so without delay.

    Civic space in Chile is rated ‘obstructed’ by theCIVICUS Monitor.
    Contact Juventudes COP Chile through theirwebsite or theirFacebook orInstagram pages. 

     

     

  • ECUADOR: ‘Civil society must highlight the added value of its participation’

    CIVICUS speaks with Estefanía Terán, advocacy director of Grupo FARO, about the role of organised civil society in Ecuador's presidential elections and the challenges civil society faces today. Grupo FARO is an independent research and action centre in Ecuador that produces evidence to influence public policy and promotes social transformation and innovation.

    Estefanía Terán

    What roles does Ecuadorian civil society play during electoral processes?

    Political parties do not reach out much to civil society organisations (CSOs) to take on board their proposals. While some turn to CSOs for information, others hire private consultants. This happens because very few political organisations have within their structures a team or the necessary tools to develop quality government plans, with clear content, and which respond to the needs of the population or their voters, and are rooted in a diagnosis based on rigorous and objective technical research.

    During elections, CSOs develop initiatives to promote informed voting. They build web platforms and other communication tools to give visibility from a citizen perspective, to the proposals of the various contenders. Through this work, in the latest elections, initiatives were organised according to ideological criteria and in terms of their response to the Sustainable Development Goals. Likewise, with the aim of highlighting the ‘how’ of the proposals, which in general only focus on the ‘what’, forums and debates are held among the candidates.

    Grupo FARO is part of a group of CSOs that promotes informed voting; within this framework we developed the Ecuador Decide initiative. This initiative, which has been activated at elections since 2017 – which means it has been implemented on four occasions – aims to encourage voting based on the programmatic proposals of the different candidates and the political organisations that support them. To this end, it compiles, disseminates and analyses the contents of all their government plans.

    In the 2021 elections, Grupo FARO analysed the government plans of all the presidential candidates. We found that, of the 1,500 proposals identified in 16 areas of national relevance, only 55.5 per cent contained information on how they would be implemented, and only 26.7 per cent made clear who their target audience was.

    In addition, based on our experience organising debates among candidates during local elections, we assisted the National Electoral Council in regulating presidential debates, which became mandatory after the Democracy Code was reformed in February 2020.

    What are the causes and consequences of the low quality of political plans?

    The low quality of plans for government, which makes them inadequate instruments to inform the population about the positions of the various candidates and political organisations, is due to the lack of enforcement and regulation by the governing body, which does not require that these documents meet minimum standards and be comparable with each other. In fact, we have analysed some plans that were three pages long and others of more than a hundred pages. Moreover, in many cases they differ from the candidate’s discourse or include proposals outside the candidate’s field of competence.

    It is not common for voters to access these documents to get informed, and therefore, they serve no other purpose than to fulfil a formal requirement to register a candidacy. This contradicts the fact that one of the grounds for requesting the revocation of the mandate of popularly elected authorities is their non-compliance with their plans.

    The high degree of generality of the proposals contained in government plans means that the candidates’ campaign discourse is aimed at the median voter, and that strategically the candidates do not differentiate themselves. This fragments voter preferences, creating complications, as seen in the very narrow margin between the candidates placing second and third in the latest elections, Guillermo Lasso, of Movimiento Creando Oportunidades, and Yaku Pérez, of Movimiento de Unidad Plurinacional Pachakutik. This meant that the winner in the second electoral round was someone who in the first round had not even reached 20 per cent of the total vote: he came to power as a result of a compulsory vote, with very low legitimacy, and a high risk of facing governance problems in the medium term.

    What challenges does Ecuadorian civil society face under the new government?

    Although no specific proposals were identified regarding the promotion of civil society participation, President Lasso has sought to send a friendly and collaborative message. However, due to its business background, the government tends to equate civil society with the private sector. This results in two challenges for civil society. The first is to differentiate itself from the private sector and the second is to work harmoniously with the private sector. To this end, it must promote an exercise of reflection on the current role of civil society and highlight the value that its involvement adds to public management. Furthermore, it must insist that this participation is not limited to a few organisations that are close to the government, but that it is open and inclusive, plural and diverse.

    This implies, on the one hand, pushing forward a process of organisational strengthening of civil society for collaborative work among itself and with others. And, on the other hand, it implies initiating a process of learning and trust building with the private sector. There is a great opportunity for organised civil society to contribute so that companies’ support for social causes is done with transparency and public oversight and based on international principles for the effective functioning of public-private partnerships, guaranteeing quality projects and actions going beyond corporate profit.

    The prelude to developing such alliances should be the passing of a minimum CSO law to give us legal security and protect us from the discretion of the incumbent government. At the moment we are regulated by an executive decree and under a logic of concession and control, rather than registration and co-responsibility. Ensuring the enactment of a law that contributes to building an enabling environment and promoting participation is therefore another challenge we face as a sector during this presidential term. In partnership with the Ecuadorian Confederation of Civil Society Organisations and other allied organisations, Grupo FARO is pushing a proposal for a minimum law, which in the previous National Assembly reached the stage of developing a report for second debate.

     

    Civic space in Ecuador rated ‘obstructed’ by the CIVICUS Monitor.

    Contact Grupo Faro through its website or its Facebook and Instagram pages, and follow@grupofaro and@eteranv on Twitter.

     

  • ÉTATS-UNIS : « L'élection de 2020 est un mandat politique et moral contre le fascisme »

    CIVICUS discute de la suppression d’électeurs et de ses implications pour la démocratie aux États-Unis avec Yael Bromberg, conseillère principale dans le domaine du droit de vote à la Fondation Andrew Goodman, une organisation qui travaille pour rendre la voix des jeunes - l'un des groupes d'électeurs les plus sous-représentés aux États-Unis – une force puissante pour la démocratie. La Fondation a été créée en 1966 pour perpétuer l'esprit et la mission d'Andy Goodman, qui en 1964 a rejoint Freedom Summer, un projet pour inscrire au vote les Afro-américains afin de démanteler la ségrégation et l'oppression, et a été assassiné par le Ku Klux Klan lors de son premier jour au Mississippi. La Fondation soutient le développement du leadership des jeunes, l'accessibilité au vote et des initiatives de justice sociale dans près d'une centaine d'établissements d'enseignement supérieur à travers le pays.

     

    Yael Bromberg

    Pour un observateur extérieur, il est déroutant qu'un pays qui se présente comme le paradigme de la démocratie érige des barrières qui limitent le droit de vote de millions de ses citoyens. Pouvez-vous nous parler un peu plus sur le phénomène de suppression des électeurs aux États-Unis ?

    Il est vrai que les États-Unis se sont présentés comme un modèle de démocratie. En tant que citoyenne immigrée naturalisée dont les grands-parents ont survécu à l'Holocauste et aux goulags soviétiques, j'apprécie le caractère unique de certaines des libertés dont bénéficie ce pays. Par exemple, alors même que notre système judiciaire est actuellement gravement menacé par la politisation et la polarisation des juges, il a généralement résisté au type de corruption enraciné dans d'autres pays. Bien que notre système juridique soit sous tension et qu'il existe certaines pratiques bien ancrées, telles que l'impunité policière extrême, qui doivent être corrigées, notre système législatif peut, s'il le souhaite, combler les lacunes du système judiciaire. Même si l'injection de grosses sommes d'argent, y compris de l'argent provenant de sources obscures, a étouffé notre politique, les plus sérieux défenseurs de la démocratie, qui ont résisté à bien pire, nous apprennent que la démocratie est un chemin long et persistant plus qu'une destination. Certes, dans ce pays, nous avons des problèmes systémiques qui nécessitent une réforme profonde, et les vies de personnes en chair et en os sont sous péril à cause des dysfonctionnements de la tyrannie d'une minorité. Mais nous avons aussi les principes fondateurs des Etats-Unis - la liberté et l'égalité - et la capacité d’atteindre notre idéal.

    A l’époque fondatrice de cette nation, seuls les hommes blancs qui possédaient des biens avaient le droit de vote. Grâce au processus de ratification constitutionnelle, l'esclavage a été aboli et le droit de vote a été accordé aux hommes libres. Des lois injustes ont persisté, tels que les tests d'alphabétisation et les taxes électorales, utilisés pour empêcher les minorités raciales de voter. Cela a été combiné avec d'autres lois de l'ère Jim Crow qui offraient des raisons arbitraires pour emprisonner les esclaves libérés et les forcer à retourner dans les camps de travail, les privant du droit de vote une fois libres. La résistance populaire s'est accrue au fur et à mesure que la violence physique et politique du système de ségrégation devenait apparente dans les années 1960, entraînant des lois plus fortes et de nouveaux amendements constitutionnels.

    Aujourd’hui, le système de suppression d’électeurs revient à « confier au renard la garde du poulailler » : ceux qui ont le privilège de définir les lois déterminent l’inclusion ou l’exclusion d’électeurs. Par exemple, après l’élection d’Obama à la présidence, une quantité considérable de lois strictes d’identification des électeurs exigeant plus qu’une preuve d’identité classique pour pouvoir voter se sont répandues dans l’ensemble du pays. L’Alabama, après avoir adopté de telles lois, a fermé les bureaux de délivrance des permis de conduire, où les preuves d’identité en question pouvaient être obtenues, dans les grandes zones rurales où réside la population afro-américaine.

    Les politiciens dessinent les limites de leurs districts pour assurer l'avenir de leur propre parti et leurs opportunités personnelles futures d’accès au poste. Il n'y a pas de bureaux de vote sur les campus universitaires, où les jeunes sont concentrés. Même pendant une pandémie mondiale, voter par correspondance n'est toujours pas un droit universel. Alors qu'un État, le New Jersey, établit au moins dix bureaux de vote par ville pour recueillir les bulletins de vote envoyés par la poste, un autre, le Texas, a fait recours aux tribunaux afin d’en limiter la quantité à un par comté, et a obtenu gain de cause. Ainsi, lorsque ces lois sont portées devant les tribunaux, ceux-ci ne se prononcent pas toujours en faveur des électeurs, ce qui est d’autant plus grave.

    La saison électorale de 2020 a été particulièrement surprenante. La magistrature fédérale semble obsédée par l'idée que les modifications de dernière minute des règles électorales conduisent à la suppression des électeurs, et ce même lorsqu'il s'agit de lois qui élargissent l'accès au vote. Cela défie la logique. Si une loi y limite l'accès, c'est compréhensible. Mais si une loi élargit simplement l'accès, le préjudice porté aux électeurs est difficilement identifiable.

    La question qui découle naturellement de notre paradigme est la suivante : si l'Amérique est vraiment un exemple de démocratie, alors pourquoi avons-nous peur d'embrasser les trois premiers mots de notre Constitution : « Nous, le peuple » ?

    Considérez-vous que la suppression des électeurs constitue une problématique cruciale dans le contexte des élections présidentielles de 2020 ?

    Absolument. L'élection présidentielle de 2020 engendre au moins cinq conclusions importantes : 1) Les gouvernements étatiques peuvent facilement élargir l'accès aux urnes en toute sécurité, notamment en prolongeant les périodes de vote anticipé et les possibilités de voter par correspondance; 2) Les électeurs de tous les partis profitent de ces mécanismes et en bénéficient, comme en témoigne le taux de participation électorale de cette année; 3) L'expansion et la modernisation électorales ne conduisent pas à la fraude électorale; 4) Cette année, les électeurs ont été motivés à voter malgré les obstacles discriminatoires et arbitraires qui se dressaient sur leur chemin; 5) Le mythe de la fraude électorale, plus que la preuve réelle et systémique de fraude, est apparu comme une menace importante à la fois pour protéger l'accès aux urnes et pour maintenir la confiance du public dans notre système électoral.

    En 2013, la Cour Suprême a supprimé une disposition clé (également appelée « disposition sunshine » dans le système américain) de la loi de 1965 sur les droits de vote. Cette mesure de sauvegarde exigeait que les États qui ont supprimé des électeurs dans le passé obtiennent une autorisation avant de modifier leurs lois électorales. L’annulation de la mesure de sauvegarde a considérablement favorisé la suppression d’électeurs. Le nombre de bureaux de vote a été réduit : 1 700 bureaux de vote ont été fermés entre 2012 et 2018, dont 1 100 entre les élections de mi-mandat de 2014 et 2018. Des lois strictes d’identification des électeurs ont été adoptées, ce qui rend difficile l’accès au vote pour les pauvres, les personnes de couleur et les jeunes. D’autres mesures, telles que l’épuration des listes électorales des États et la re-délimitation des circonscriptions électorales, ont encore dilué le pouvoir électoral. Il est important de garder à l’esprit que toutes ces initiatives sont prises au détriment des contribuables, qui devront composer avec un système judiciaire engorgé et assumer les frais de contentieux de la partie obtenant gain de cause ; et aux dépens des électeurs, qui sont contraints d’accepter les résultats d’un système électoral truqué, bien que la loi sur la suppression des électeurs puisse être abrogée dans le futur.

    Le chant mensonger de la fraude électorale a provoqué une régression des droits dans tous les domaines. Il n'y a aucune raison pour que, en particulier en pleine pandémie, l'accès au vote par correspondance ne soit pas universel. Cependant, huit États n'autorisaient que les électeurs de plus d'un certain âge à voter par correspondance, mais pas les plus jeunes. La pandémie ne discrimine pas et notre système électoral ne devrait pas le faire non plus. De même, le service postal des États-Unis s'est soudainement politisé car il devenait de plus en plus évident que les gens voteraient par la poste en nombre sans précédent. Les discussions sur sa privatisation ont repris et des ordres de démantèlement de machines coûteuses de tri du courrier ont été donnés ayant pour seul objectif de supprimer des votes. Après l'élection, la campagne électorale de Trump a beaucoup nuit dans sa tentative de délégitimer les résultats, malgré le fait qu'aucune preuve de fraude électorale n'ait été trouvée dans les plus de 50 poursuites qui ont contesté le résultat des élections. Or il a rendu un mauvais service au pays, car il a convaincu une proportion substantielle de la base de l'un des grands partis politiques de remettre en question le résultat d'une élection que l'Agence pour les Infrastructures et la Cybersécurité avait déclarée « la plus sûre dans l’histoire des États-Unis ».

    Pendant que tout cela se déroulait, la pandémie a également entraîné une extension de l'accès dans des domaines essentiels. Même certains États dirigés par les républicains ont mené l'élargissement de la période de vote anticipé et l'accès aux systèmes de vote par correspondance. Nous devons saisir cela comme une opportunité d'apprentissage pour conduire une modernisation électorale sensée, de sorte qu'il ne s'agisse pas d'un événement ponctuel associé à la pandémie. Le COVID-19 a normalisé la modernisation électorale, qui est passée d'une question marginale du progressisme à une question inscrite à l'ordre du jour partagé, accroissant le domaine d’action et le pouvoir des électeurs de tous les horizons politiques. De plus, si les poursuites sans fin et sans fondement intentées par la campagne de Trump peuvent imprégner un certain segment des électeurs, on se demande si elles finiront par convaincre le pouvoir judiciaire qu'il n'y a pas de fraude électorale généralisée. Ceci est important car de nouvelles lois étatiques de suppression des électeurs seront sans doute introduites à la suite de ces élections, comme après l'élection d'Obama en 2008, et celles-ci seront certainement contestées devant les tribunaux. Peut-être que cette fois-ci le pouvoir judiciaire répondra différemment à ces défis, à la lumière de l'examen du processus électoral de 2020.

    Pour faire face aux efforts visant à supprimer des électeurs, des initiatives ont été prises pour accroître au maximum la participation des électeurs. Comme attendu, la participation électorale a atteint des niveaux sans précédent. Selon les premières estimations, la participation des jeunes à ce cycle électoral était encore plus élevée qu’en 1971 (année au cours de laquelle l’âge de voter a été abaissée à 18 ans), et le nombre d’électeurs admissibles potentiels a soudainement augmenté. Nous ne pouvons tout simplement pas tolérer le niveau d’apathie électorale que nous avons connu dans le passé. En 2016, il y a eu des victoires de marge très faibles dans trois États clés : le Michigan, de 0,2 %, la Pennsylvanie, de 0,7 % et le Wisconsin, de 0,8 %. La suppression d’électeurs peut très certainement faire la différence dans les affrontements avec des marges aussi étroites. Il faut également prendre en compte que certains citoyens n’exercent pas leur droit de vote. En effet, environ 43 % des électeurs admissibles n’ont pas voté en 2016. Selon les estimations les plus récentes, environ 34 % des électeurs éligibles, soit environ un sur trois, n’ont pas voté en 2020. Comment maintenir ce nouveau taux de participation record, voire l’améliorer, alors que le fascisme n’est plus une option de vote ?

    Pouvez-vous nous parler du travail de la Fondation Andrew Goodman dans l'intersection entre deux grands enjeux : le droit de vote et le racisme systémique ?

    La mission de la Fondation Andrew Goodman est de transformer les voix et les votes des jeunes en une force puissante pour la démocratie. Notre programme Vote Everywhere est un mouvement national non partisan dirigé par des jeunes pour l'engagement civique et la justice sociale, présent sur des campus partout dans le pays. Le programme offre une formation, des ressources et un accès à un réseau de pairs. Nos ambassadeurs Andrew Goodman enregistrent les jeunes électeurs, éliminent les obstacles au vote et abordent d'importantes questions de justice sociale. Nous sommes présents dans près de 100 campus à travers le pays et avons une présence sur un large éventail de campus, y compris des institutions visant principalement des personnes noires, comme les collèges et universités historiquement afro-américains.

    Ce qui est puissant dans l'organisation et le vote des jeunes, c'est que cela transcende tous les clivages : sexe, race, origine nationale et même appartenance à un parti. Cette situation est née dans l'histoire de l'expansion du vote des jeunes en 1971, lorsque le 26e amendement à la Constitution a été ratifié, abaissant l'âge de vote à 18 ans et interdisant la discrimination fondée sur l'âge dans l'accès au droit de vote. Il s'agit de l'amendement le plus rapidement ratifié de l'histoire américaine, en grande partie parce qu'il a reçu un soutien quasi unanime à travers les divisions partisanes. Il a été reconnu que les jeunes électeurs aident à maintenir la boussole morale du pays, comme l'a déclaré le président de l'époque, Richard Nixon, lors de la cérémonie de signature de l'amendement.

    L'héritage d'Andrew Goodman est directement lié aux luttes de solidarité entre les communautés pour le bien de l'ensemble. Tout au long des années 1960, des étudiants noirs du sud se sont courageusement assis face aux comptoirs de salles appartenant aux Blancs lors d'un acte politique de désobéissance dans le but de protester pour atteindre l'intégration et l'égalité. En mai 1964, de jeunes Américains de tout le pays se sont rendus dans le sud à l’occasion du Freedom Summer pour inscrire des électeurs noirs et abolir le système de ségrégation de Jim Crow. Trois jeunes activistes des droits civiques ont été tués par le Ku Klux Klan avec le soutien du bureau du shérif du comté : Andy Goodman et Mickey Schwerner, deux hommes juifs de New York, ayant tout juste 20 et 24 ans, et James Chaney, un homme noir du Mississippi, de seulement 21 ans. Leurs histoires ont touché une corde sensible qui a contribué à galvaniser le soutien à l'adoption de la loi sur les droits civils de 1964 et de la loi sur les droits de vote de 1965. C'est une histoire sur le pouvoir de jeunes visionnaires qui luttent pour leur avenir, sur la solidarité et le pouvoir qui peuvent être construits à partir de la confluence et du travail conjoint d'Américains d'origines différentes.

    Les jeunes activistes ont dirigé divers mouvements de justice sociale des années 60, tout comme ils le font encore aujourd'hui. Lorsque ce pays a répondu en adoptant des réformes critiques, les jeunes ont utilisé leur propre droit de vote lorsqu'ils ont été envoyés à la mort au début de la guerre interminable du Vietnam. Aujourd'hui, les jeunes mènent l'appel pour la justice climatique, le contrôle des armes à feu, la dignité humaine pour nos communautés noires et immigrées et l'accès à l'enseignement supérieur. Ce sont eux qui ont le plus à gagner ou à perdre aux élections, car ce sont eux qui hériteront l’avenir. Ils reconnaissent, en particulier à la lumière des changements démographiques que le pays a connus, que la question du droit de vote des jeunes est une question de justice raciale. Dans la mesure où nous pouvons voir le vote des jeunes comme un facteur unificateur, puisque tous les électeurs ont autrefois été jeunes, nous espérons insuffler un peu de bon sens dans un système controversé et polarisé.

    L'espace civique aux États-Unis est classé « obstrué » par leCIVICUS Monitor.
    Entrez en contact avec la Fondation Andrew Goodman via sonsite Web ou sa pageFacebook, et suivez@AndrewGoodmanF et@YaelBromberg sur Twitter.

     

     

  • G20 : « La société civile est traitée comme un partenaire de seconde classe et n’est pas souvent écoutée »

    Emilia BerazateguiCIVICUS s’entretient avec María Emilia Berazategui, coordinatrice du plaidoyer mondial à Transparency International, sur le rôle de la société civile dans les forums internationaux et intergouvernementaux, et l’influence qu’elle peut exercer sur les processus décisionnels, ainsi que sur les succès obtenus et les défis à relever en 2019 par le C20, le forum de la société civile au sein du G20. Avant de rejoindre Transparency International, María Emilia a dirigé le département des institutions politiques et du gouvernement d’une organisation de la société civile (OSC) argentine Poder Ciudadano. En 2018, elle a été nommée « Sherpa » du C20 sous la présidence de l’Argentine. En 2017 et 2019, elle a été membre du comité directeur du C20, et en 2018 et 2019, elle a été la coprésidente du groupe de travail anti-corruption du C20.

     

     

    Qu’est-ce que le C20, et pourquoi est-il important ?

    Le C20 (Civil-20) est l’un des groupes d’engagement officiels du G20, et constitue l’espace privilégié permettant aux OSC de défendre leurs intérêts au niveau du G20.

    Les OSC peuvent participer aux processus du G20 de deux manières supplémentaires : en assistant aux réunions des groupes de travail du G20 en tant qu’invités pour présenter des recommandations thématiques, et par leur présence au sein du Centre international des médias du G20 (G20 International Media Center) lors des sommets, ce qui leur permet de s’engager directement avec les médias couvrant le sommet du G20 et de diffuser leurs messages relatifs aux thématiques clés.

    Le C20 est un espace de la société civile mondiale, sans structure permanente et avec une présidence tournante annuelle, en accord avec celle du G20, pour que les OSC du monde entier - des groupes locaux et de la base aux grandes OSC internationales - exercent une influence collective sur le G20. Selon les principes du C20récemment adoptés, son objectif est de veiller à ce que les dirigeants mondiaux écoutent non seulement les représentants des gouvernements et des entreprises, mais aussi les propositions et les revendications de la société civile, et qu’ils soient guidés par les valeurs fondamentales des droits humains, de l’inclusion et du développement durable.

    L’engagement de la société civile auprès du G20 est primordial car il ne reste que 10 ans avant l’échéance de 2030 pour la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), et l’écart entre les actions entreprises par les gouvernements et les mesures nécessaires pour les atteindre est immense. La plupart des défis auxquels nous sommes confrontés - la polarisation et l’extrémisme politiques, les violations des droits humains et les restrictions de l’espace civique, les inégalités extrêmes, la corruption systémique, les disparités entre les sexes et la violence fondée sur le genre, la discrimination intersectionnelle, le manque d’emplois décents, la crise sanitaire et l’impact négatif de la digitalisation et de la technologie sur nos vies - demeurent non seulement sans réponse mais ne cessent de se renforcer.

    Les gouvernements et les institutions multilatérales ont un rôle central à jouer dans la recherche de solutions communes à des défis communs. Les dirigeants du monde entier doivent se réunir de toute urgence pour trouver ces solutions et, en dépit de ses lacunes, le G20 est l’un des rares espaces qui leur en offre la possibilité.

    Malheureusement, au cours des dernières années, nous n'avons pas vu de réels progrès de la part des dirigeants du G20. Ils prennent des engagements en présence des médias du monde entier, mais les oublient rapidement et ne les concrétisent que rarement à leur retour dans leur propre pays. Un récent rapport de Transparency International exposant les problèmes de blanchiment d’argent et de propriété anonyme des entreprises a révélé des faiblesses profondément troublantes dans presque tous les pays du G20.

    Quelle peut être la contribution de la société civile ?

    L'engagement de la société civile auprès du G20 peut être utile car celle-ci apporte un ensemble de compétences uniques.

    Premièrement, en essayant de s'assurer que les résultats des politiques servent le bien commun, nous demandons des comptes aux gouvernements. Ainsi, lorsque les gouvernements s'engagent sur un sujet, nous leur demandons de tenir leurs promesses. Parfois ils résistent, mais d’autre fois nous parvenons à soutenir des représentants au sein des gouvernements qui sont réellement déterminés à faire avancer les choses.

    Deuxièmement, nous mettons notre expérience à profit. Les groupes de la société civile ne sont pas seulement des agents de surveillance. Nous sommes des innovateurs, des spécialistes de la technologie, des chercheurs et des experts en politique publique, et nous pouvons contribuer à la mise en œuvre des politiques pour obtenir les meilleurs résultats possibles. La société civile peut également contribuer à une plus grande transparence et à une évaluation critique des résultats.

    Troisièmement, la société civile fait office de passerelle, en aidant à traduire le jargon technique dans un langage que les gens emploient en pratique, en expliquant en quoi consiste le changement souhaité et en faisant part du point de vue des citoyens aux décideurs. Les gouvernements doivent communiquer avec la société civile au sujet de leurs initiatives, afin que nous puissions fournir un retour d’information sur l’impact de ces initiatives sur la vie des gens.

    Enfin, et surtout, la société civile apporte un équilibre indispensable. L’une des plus grandes faiblesses du G20 est le manque d’ouverture à l'idée que la société civile soit représentée à la même table des négociations que les milieux d'affaires. Cela soulève la question de savoir si le G20 valorise davantage les intérêts des entreprises que ceux des citoyens. Cela ne favorise certainement pas la confiance, et permet de comprendre pourquoi les gens du monde entier pensent que les gouvernements sont trop proches des entreprises ou n'agissent qu'au profit de quelques intérêts privés.

    Quel espace les forums internationaux tels que le G20 offrent-ils réellement à la société civile pour exercer une influence sur l’élaboration des politiques ?

    Le G20 est souvent décrit comme élitiste, comme un groupe de puissances économiques - bien que les plus grandes économies n’y participent pas toutes - qui tente de réécrire les règles de la gouvernance économique mondiale, en opérant largement à huis clos et de manière opaque. Il n’est pas étonnant que de nombreux membres de la société civile estiment instinctivement que nous devrions nous opposer au G20 plutôt que de nous engager avec lui.

    Le G20 invite divers invités à participer à ses réunions, notamment des représentants de différents groupes régionaux, des États invités et des organisations internationales. Toutefois, son bilan en matière d’engagement avec les groupes de citoyens et la société civile est, au mieux, mitigé. Malgré tout ce que nous avons à offrir, nous ne sommes pas admis autour de la table des négociations ; nous sommes traités comme des partenaires de seconde zone et nos recommandations et idées sur des questions pourtant cruciales ne sont pas souvent prises en compte.

    Les expériences varient considérablement entre les différents groupes de travail qui composent le G20. Par exemple, malgré toutes les connaissances de la société civile en matière de problématiques financières, le groupe de travail sur l’architecture financière internationale du G20 a systématiquement fermé ses portes à la participation de la société civile. En revanche, nous avons la chance d'avoir un point permanent à l'ordre du jour du groupe de travail sur la lutte contre la corruption, au sein duquel les gouvernements s'adressent aux entreprises et à la société civile, les mettant sur un pied d'égalité. Bien que nous appréciions cette situation, nous pensons que ce groupe de travail et le G20 en général doivent améliorer de manière significative leur engagement envers la société civile.

    Malgré toutes ces limites et ces défis, au cours de l’année 2019, alors que la présidence du G20 était entre les mains du Japon, la société civile a réussi à influencer le G20 dans certains domaines, notamment la protection des lanceurs d’alerte, la transparence concernant les dépenses d’infrastructures, et sur les questions relatives au genre et à la corruption.

    En 2019, le groupe de travail du G20 sur la lutte contre la corruption a adopté deux documents majeurs : les principes directeurs du G20 pour la protection efficace des lanceurs d'alerte, qui correspondaient en grande partie aux recommandations de la société civile et comprenaient une reconnaissance sans précédent par le G20 des aspects sexo-spécifiques en matière de dénonciation. Le Compendium of Good Practices for Promoting Integrity and Transparency in Infrastructure Development (Compendium des bonnes pratiques pour la promotion de l'intégrité et de la transparence dans le développement des infrastructures) était également aligné sur les recommandations de la société civile.

    Par le biais du Compendium, le G20 a également reconnu que la transparence concernant l’identité des propriétaires des entreprises est essentielle à la lutte contre la corruption. Conformément aux suggestions de la société civile, il a préconisé la mise en place de registres de propriété effective des entreprises afin de réduire la possibilité que des fonds publics soient utilisés pour favoriser certains individus ou entreprises, et d’identifier les conflits d’intérêts.

    Globalement, quels ont été, selon vous, les principaux accomplissements réalisés grâce à l'engagement de la société civile auprès du G20 en 2019 ?

    En un mot, le principal succès de l'engagement de la société civile en 2019 a été son caractère continu. La société civile a pu maintenir un degré d’engagement similaire à celui de 2018, lorsque le G20 était présidé par l’Argentine. En 2018, et pendant une courte période, la société civile a obtenu l’accès à certaines réunions des groupes de travail du G20, mais malheureusement pas aux groupes de travail qui font partie de ce qu’on appelle le G20 Finance Track, ni au Centre des médias du G20. Cela a rendu possible l'accès de la société civile, pour la première fois, à certaines sessions qui se tenaient auparavant à huis clos.  En outre, nous avons réussi à faire en sorte que les représentants locaux du G20, y compris le Sherpa, assistent aux réunions du C20 en personne.

    L'appel lancé en 2018 par la société civile aux délégués du G20 afin de les inciter à passer des paroles aux actes est resté en vigueur depuis la présidence de l'Argentine jusqu'à celle du Japon. Elle a trouvé un écho dans les médias sociaux, à travers le hashtag #G20takeaction. Pour renforcer davantage l’engagement de la société civile et garantir un impact croissant au sein du G20, le C20 a convenu en 2019 d’un ensemble de principes qui consacrent la transparence, la collaboration, l’indépendance, l’internationalisme, l’inclusivité et le respect des droits humains et de l’égalité des sexes, comme des piliers centraux dans la pratique du groupe d'engagement. Il s’agit d’une étape très importante dans l’histoire du C20.

    Quels ont été les défis, et qu’est-ce qui doit être amélioré ?

    Malgré ces succès, il est urgent que le G20 change sa façon de s’engager avec la société civile. Au sein du G20, les gouvernements discutent de politiques qui ont un impact considérable sur nos vies. En tant que société civile, nous devons être autorisés à apporter les voix réelles et diverses des citoyens à la table. Ce sont eux qui seront affectées par les politiques publiques promues lors de ce forum.

    Les rares fois où nous avons réussi à obtenir l’accès aux réunions du G20, l’expérience n’a guère été positive. Nous faisons de gros efforts pour être présents. Après avoir réuni les ressources nécessaires et voyagé pendant de nombreuses heures, nous attendons - parfois pendant longtemps - à l’extérieur de la salle de réunion jusqu’à ce que nous soyons enfin autorisés à entrer. Une fois à l’intérieur, nous partageons nos idées et nos recommandations aussi rapidement que possible, afin de nous assurer qu’il nous reste du temps pour dialoguer avec les délégations, bien qu’il ne s’agisse pas souvent d’une conversation ouverte et honnête. Après un court moment, on nous fait sortir diplomatiquement de la salle pour que les négociations puissent se poursuivre, puisque la case "participation de la société civile" a été cochée.

    Le G20 a encore un long chemin à parcourir pour assurer une participation effective de la société civile. Les dirigeants du G20 doivent cesser de penser qu'en invitant des représentants de la société civile à quelques réunions, ils s'acquittent de leur obligation de procéder à de larges consultations et de s'ouvrir au contrôle. Ils doivent reconnaître les compétences uniques que peut offrir la société civile, et s’orienter vers un engagement plus significatif et soutenu avec elle.

    Ils peuvent le faire de plusieurs manières. Tout d’abord, ils peuvent - et doivent - inviter les représentants de la société civile ainsi que ceux des entreprises à des sessions complémentaires des diverses réunions du groupe de travail, afin de présenter leurs points de vue et conseils sur chaque sujet, et pas seulement au cours d’une seule et brève session consacrée à l’écoute de toutes nos préoccupations. Ils devraient également partager avec nous l’ordre du jour de ces réunions. Cela peut sembler fou, mais la plupart du temps, nous sommes invités et nous nous rendons à des réunions sans savoir ce qui va être discuté, de sorte que nous ne déléguons pas nécessairement la personne la plus appropriée ou ne préparons pas la contribution la plus pertinente ou la plus détaillée.

    Deuxièmement, les délégués du G20 doivent systématiquement rencontrer la société civile nationale tout au long de l’année, avant et après les réunions des groupes de travail du G20. C’est déjà le cas dans certains pays du G20, mais pas dans tous.

    Troisièmement, les représentants du G20 doivent être plus ouverts et honnêtes dans leurs échanges avec la société civile. Lorsque les délégués du G20 discutent avec la société civile, ils ne partagent le plus souvent que des informations limitées sur ce qu’ils font pour relever les principaux défis mondiaux, ce qui s’apparente à de la propagande. Et s’ils nous demandaient de quoi nous voulons parler et quelles informations nous aimerions recevoir ? Ou encore, pourquoi ne pas nous faire part d'un retour d'information honnête et direct sur les propositions et les recommandations que nous avons partagées avec eux ?

    Les dirigeants du G20 semblent ignorer qu’une bonne communication et l’accès à l’information sont essentiels. Il n’existe pas de site web permanent du G20. Au lieu de cela, chaque présidence crée le sien, qui devient ensuite obsolète. Le paysage numérique est jonché de sites web obsolètes du G20. Il est donc difficile pour la société civile, les médias et les chercheurs qui souhaitent s’informer sur les activités du G20 de trouver ce qu’ils veulent. En 2017, lorsque l’Allemagne a présidé le G20, le gouvernement allemand a pris une excellente initiative : il a compilé tous les engagements existants en matière de lutte contre la corruption en un seul endroit. Cela devrait être une pratique courante. Dans un souci de transparence et de responsabilité, tous les groupes de travail du G20 devraient publier les comptes rendus et les ordres du jour de leurs réunions. Et ils devraient systématiquement consulter la société civile afin que nous puissions apporter notre contribution aux projets de textes qu’ils prévoient d’adopter, et suggérer les sujets clés sur lesquels le G20 devrait se concentrer.

    Qu’est-ce qui a changé en termes de participation de la société civile lorsque la présidence du G20 est passée à l’Arabie saoudite ?

    Malgré ses limites et son faible engagement avec la société civile, le G20 a été un espace pertinent pour faire part de nos préoccupations directement aux gouvernements et plaider pour s’attaquer aux problèmes les plus critiques auxquels nous sommes confrontés. Malheureusement, en 2020, l’espace d’engagement de la société civile s’est considérablement réduit lorsque la présidence du G20 et de tous ses groupes d’engagement, y compris le C20, est passée à l’Arabie saoudite - une décision prise par les gouvernements du G20 en 2017 à Hambourg, en Allemagne.

    L’Arabie saoudite est un État qui n’offre pratiquement aucun espace à la société civile et où les voix indépendantes de la société civile ne sont pas tolérées. Il réprime systématiquement les critiques des médias, arrête et poursuit régulièrement les défenseurs des droits humains, censure la liberté d’expression, limite la liberté de circulation et torture et maltraite les journalistes et les activistes détenus. Cela rend la participation de la société civile problématique.

    En outre, les principes du C20 mettent l’accent sur une série d’éléments que la présidence saoudienne n’est pas en mesure de fournir, tels que l’inclusion d’une variété d’acteurs de la société civile véritablement indépendants, du niveau local au niveau mondial, la transparence des procédures de prise de décision et les valeurs directrices des droits humains, de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes. En participant à l’espace très limité que le gouvernement saoudien serait en mesure de fournir, nous ne ferions que contribuer à blanchir la réputation internationale de l’Arabie saoudite. Le gouvernement saoudien a déjà recruté de coûteux conseillers en relations publiques occidentauxet dépensé des millions de dollarspour polir son image ternie. 

    En réponse, un nombre impressionnant d’OSC du monde entier ont uni leurs voixet décidé de boycotter le C20 accueilli par l’Arabie saoudite cette année. Transparency International se réjouit d’être à nouveau pleinement engagée dans le processus du C20 l’année prochaine, lorsque la présidence sera transmise à l’Italie.

    L’espace civique de l’Arabie saoudite est classé « fermé » par leCIVICUS Monitor.
    Contactez Transparency International via sonsite web ou sa pageFacebook, et suivez@anticorruption et@meberazategui sur Twitter. 

     

  • ITALIE : « Le mouvement des Sardines cherche à susciter la confiance en soi dans le camp progressiste »

    CIVICUS s'entretient avec Andrea Garreffa, l'un des fondateurs du mouvement des Sardines (Movimento delle Sardine), un mouvement politique populaire qui a débuté en novembre 2019 à Bologne, en Italie, pour protester contre la rhétorique haineuse du leader populiste de droite Matteo Salvini.

    Andrea Garreffa

    Qu'est-ce qui vous a inspiré pour démarrer ce mouvement ?

    Le 26 janvier 2020, il y avait des élections régionales en Émilie-Romagne, notre région d'origine - et quand je dis la nôtre, je veux dire la mienne et celle des autres co-fondateurs du mouvement, Mattia Santori, Roberto Morotti et Giulia Trappoloni. À cette époque, il y avait une grande vague d’extrême droite, représentée par la Ligue et son leader, Matteo Salvini. Il y avait des signes très effrayants en rapport avec la situation politique générale en Italie, dont le manque de respect envers la survivante de l’Holocauste Liliana Segre, déportée à Auschwitz et seule survivante de toute sa famille. À partir des années 1990, Segre a commencé à parler publiquement de son expérience et en 2018, elle a été nommée sénatrice à vie. Elle a reçu tellement d’insultes et de menaces sur les réseaux sociaux qu’en novembre 2019, elle a été placée sous protection policière. La situation était terrifiante ; je n’ai pas honte d’admettre que je pleurais en lisant les nouvelles de ces épisodes dans le journal.

    Comment s'est organisée la première manifestation des Sardines ?

    À l’approche des élections, mes amis et moi avons commencé à réfléchir à un moyen de nous exprimer et d’avertir la Ligue que le match n’était pas encore terminé. Nous voulions que cela soit très clair, tant pour les partis d’extrême droite que pour tous les citoyens qui recherchaient un stimulant pour se responsabiliser. La Ligue venait de gagner en Ombrie et s’était également annoncée comme vainqueur en Émilie-Romagne ; elle comptait sur cette victoire pour déstabiliser le gouvernement de coalition et revenir au pouvoir. Nous voulions faire quelque chose pour freiner ce processus. Nous avons commencé à y réfléchir le 6 ou 7 novembre 2019, juste une semaine avant que Matteo Salvini, avec Lucia Borgonzoni, la candidate de la Ligue à la présidence du gouvernement régional, commencent leur campagne avec un événement au stade de Bologne. Nous étions très conscients que la dernière fois que Salvini était venu à Bologne, il avait dit que la Piazza Maggiore, la place principale de la ville, pouvait accueillir jusqu'à 100 000 personnes, en indiquant implicitement que c’était le nombre de personnes qui avaient assisté à son événement, ce qui est physiquement impossible, puisque la capacité maximale de la place est d’environ 30 000 personnes entassées. D’une certaine manière, nous voulions également attirer l’attention sur les informations diffusées par les médias et nous assurer qu’ils ne pouvaient pas tricher.

    Bref, notre idée était d’organiser une démonstration de type flashmob sur la Piazza Maggiore de Bologne, le jour même où Salvini faisait son acte. Nous l’avons appelé « 6 000 sardines contre Salvini » car notre objectif était de rassembler environ 6 000 personnes et notre tactique était de montrer que nous étions nombreux ; nous avons donc utilisé l’image de foules entassées comme des sardines sur un banc de sable. Dans les quelques jours que nous avons eus pour nous organiser, nous avons établi le récit principal et préparé des modèles personnalisables afin que chaque participant ait la liberté de s’exprimer et d’utiliser sa créativité. Le nôtre était un message que tout le monde pouvait comprendre, et les actions requises étaient des choses que n’importe qui pouvait faire. Nous voulions nous débarrasser de tous les sentiments négatifs liés aux partis politiques existants, donc l’initiative était inclusive dès le départ. Elle n’était liée à aucun parti, mais ouverte à quiconque partageait les valeurs fondamentales de l’antifascisme et de l’antiracisme.

    Nous avons envoyé une invitation, non seulement via Facebook, mais aussi, et surtout, en descendant dans la rue pour distribuer des dépliants et parler aux gens, afin que les gens puissent comprendre que l’événement était réel et que cela allait vraiment arriver. Nous avons été surpris de voir que deux jours seulement après le lancement de la campagne sur Facebook, nous distribuions des dépliants et les gens nous disaient qu’ils étaient déjà au courant de l’événement. Le bouche à oreille fonctionnait incroyablement bien ; à mon avis, cela reflétait un besoin très fort pour les gens de faire quelque chose pour que Matteo Salvini ne gagne pas à Bologne et en Émilie-Romagne. Les gens ont compris à quel point ce choix était important. Au cours de l'été, Salvini avait déstabilisé le gouvernement national en se « montrant » à Milano Marittima et en exigeant des pieni poteri - pleins pouvoirs, une expression que Mussolini utilisait d’habitude. Les citoyens ne pouvaient pas risquer qu’un tel spectacle se reproduise et ont vraiment ressenti l’appel à l’action lorsque la propagande d'extrême droite a commencé à diffuser des messages tels que « Liberiamo l’Emilia-Romagna » (Libérons l’Émilie-Romagne), comme si les gens avaient oublié leurs cours d’histoire : la région n’avait pas besoin d’être libérée car cela s’était déjà produit à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les gens ont estimé que leur intelligence n’était pas respectée et nous nous sommes levés pour la rendre visible et tangible. Les gens sont moins stupides que ce que les personnes au pouvoir ont tendance à penser.

    Comment saviez-vous que les gens y assisteraient ?

    Nous n’avions aucune idée. Dans la nuit du 14 novembre, nous nous sommes retrouvés entourés d’une foule incroyable - les médias ont rapporté qu’il y avait 15 000 personnes - et nous ne pouvions pas le croire.

    Nous nous attendions à ce que quelques personnes soient présentes ; nous avons commencé à croire au succès de l’initiative lorsque nous avons vu que dès le premier jour, nous atteignions chacun des objectifs que nous nous étions fixés. Par exemple, nous avons mis en place la page Facebook avec l’objectif initial d’atteindre un millier de personnes, et le lendemain il y en avait déjà plus de trois ou quatre mille. C’était principalement pour deux raisons : premièrement, parce que c'était le bon moment, car évidemment les gens étaient prêts pour une initiative comme celle-ci ; et deuxièmement, par le fait que nous vivons nous-mêmes à Bologne, nous connaissons beaucoup de monde et pouvions donc facilement diffuser le message.

    Mais le 14 novembre, personne ne savait ce qui allait se passer. Nous avions dit aux gens qu’il y aurait une surprise et nous l’avons gardée secrète jusqu'à ce que tout le monde se soit réuni, et à 20h30 nous avons joué une chanson de Lucio Dalla, Com'è profondo il mare, qui se traduit par « combien la mer est profonde ». Dans une partie de la chanson, les paroles disent que nous sommes nombreux, que nous descendons tous du poisson et que vous ne pouvez pas arrêter le poisson parce que vous ne pouvez pas bloquer l’océan, vous ne pouvez pas l’encercler. Cela a généré beaucoup d’émotion et les gens ont même pleuré parce que c’était un sentiment très puissant ; beaucoup de gens ne pouvaient pas croire que cela se produisait vraiment. Les personnes âgées se sentaient à nouveau jeunes, éprouvant des émotions qu’elles croyaient perdues à jamais dans les années 70. Les jeunes enfants ont eu l’occasion de participer à une fête massive et joyeuse, ce qui les a amenés à remettre en question l’idée que la politique est ennuyeuse et sans émotion. Je pense que toute la vague qui a suivi a été générée cette première nuit ; elle est née de cette émotion initiale. Nous n’étions pas 6 000 mais bien plus, et nous avons envoyé le message que le match était loin d'être terminé et que, par conséquent, Salvini ne pouvait pas encore être considéré comme le vainqueur. C’est la clé : quel que soit le sport que vous pratiquez, si vous entrez sur le court en pensant que vous allez perdre, vous perdrez. C’était l’ambiance qui prévalait parmi les partis de gauche et les citoyens progressistes. Nous avons fait ce que nous avons pu pour faire croire à « notre équipe » en elle-même et en ses chances de victoire. On pourrait dire que ce que cherche le mouvement des Sardines, c’est de susciter la confiance en soi dans le camp progressiste.

    Qui a organisé toutes les manifestations suivantes ?

    L’excitation de la première manifestation s’est propagée grâce à une impressionnante photographie prise du toit du bâtiment municipal, montrant une fourgonnette rouge entourée de milliers de personnes. L’image s’est répandue sur internet et les réseaux sociaux. Elle a aidé à concentrer l’attention sur les élections régionales. Tous les médias internationaux étaient là, alors on leur a offert l’image et ainsi tout a commencé. L’image reflétait le fait que quelque chose d’important se passait, alors quand des gens dans d’autres villes et même d’autres pays ont commencé à nous contacter, nous avons créé une adresse e-mail pour que n’importe qui puisse nous contacter.

    Nous avons partagé notre expérience et expliqué à ceux qui nous ont contactés comment nous avions tout mis en place en seulement six jours : comment nous avions demandé des permis pour la manifestation et pour jouer de la musique, comment nous prenions soin des gens, ce genre de choses. Nous avons ensuite organisé toutes les informations afin qu’elles puissent être partagées avec toute personne souhaitant faire quelque chose de similaire ailleurs. Nous avons également enregistré le nom de l’initiative, non pas parce que nous voulions la posséder, mais pour empêcher son utilisation abusive et protéger ses valeurs sous-jacentes. Nous avons passé des heures et des jours à parler au téléphone avec des gens de toute l’Émilie-Romagne, puis d’autres régions, jusqu’à ce que le mouvement soit devenu si grand que nous avons été en mesure d’annoncer une manifestation massive qui se tiendrait à Rome en décembre.

    Pour l’événement de Rome, nous n’avons même pas eu grand-chose à faire, car il y avait déjà des gens à Rome qui organisaient eux-mêmes la manifestation et ils nous ont invités comme orateurs. C’était en effet un aspect positif, car il ne s’agissait plus de gens de Bologne qui organisaient un événement pour Rome, mais de gens de Rome s’organisant, mobilisant leurs amis et voisins et invitant les gens à se joindre à eux.

    Juste avant les élections, le 19 janvier, nous avons organisé un grand concert à Bologne, dans le but d’encourager la participation électorale. Nous ne voulions pas faire pression sur les gens pour qu’ils votent pour tel ou tel parti, mais pour encourager leur participation. Lors des précédentes élections régionales, l’indifférence avait prévalu : seuls 37 % des électeurs ont exercé leur droit. Le taux de participation le plus élevé que nous avons atteint cette fois, lorsque 69 % ont voté, était en soi une victoire pour la démocratie.

    Vous avez mentionné que le mouvement s’est répandu à l’échelle nationale et internationale. Avez-vous également établi des liens avec d’autres mouvements pour la justice dans d’autres pays ?

    Le mouvement s’est développé à l’échelle internationale depuis le début, grâce aux Italiens vivant à l’étranger qui ont lu l’actualité, compris ce qui se passait et nous ont contactés. Nous communiquons avec des personnes dans des dizaines de grandes villes de nombreux pays du monde entier, notamment en Australie, aux États-Unis et aux Pays-Bas.

    Ce fut le premier pas vers le niveau international, et aussi la raison pour laquelle nous avons ensuite été invités à participer au Forum Culturel Européen, qui a eu lieu à Amsterdam en septembre 2020. Nous avons assisté au festival et là nous avons eu l’occasion de rencontrer des représentants d’Extinction Rebellion du Royaume-Uni, des gilets jaunes français, d’Un Million de Moments pour la Démocratie, une organisation de protestation de la République tchèque, Demosisto de Hong Kong et Queer & Trans Black Resistance, une organisation LGBTQI+ des Pays-Bas. Nous nous sommes connectés à d’autres réalités et avons rencontré d’autres mouvements. Nous avons commencé à parler et à rêver d’un événement qui rassemblerait une grande variété de mouvements de protestation dans les mois ou années à venir, suite à la fin de la pandémie du COVID-19. Maintenant, nous sommes ouverts et curieux de savoir ce que font les autres, tout en restant indépendants. Nous avons notre projet, ils ont le leur et nous collaborons lorsque nous en avons l’occasion.

    La page Facebook « 6 000 Sardines » contient de nombreuses expressions de solidarité avec le mouvement pro-démocratie au Bélarus, #EndSARS au Nigéria et Black Lives Matter aux États-Unis. Travaillez-vous en solidarité avec eux ?

    Ce que nous avons fait, c’est entrer en contact avec ces mouvements, si possible, et leur faire savoir que nous allons envoyer une communication de solidarité, mais c’est tout. Nous sommes trop occupés à essayer de créer notre propre organisation pour investir de l’énergie en essayant de suivre et de comprendre tout ce que les autres font pour construire leurs propres mouvements.

    Nous partageons également l’idée que le mouvement est bien plus que la page Facebook. Pour nous, Facebook est un canal de communication et un moyen utile de diffuser des messages, mais ce n’est pas le cœur du mouvement. Parfois, cela fonctionne plus comme un panneau d'affichage où les gens partagent des informations et échangent des messages, et tout ce qui y apparaît n’est pas le résultat d’une décision commune au niveau de l’organisation. Pour être honnête, parfois j’ouvre notre page Facebook et je ne suis pas forcément d’accord avec tout ce que j’y trouve. Cela se produit en raison de la délégation des tâches et de l’ouverture à la participation.

    Quels sont les objectifs actuels du mouvement et comment ont-ils évolué ?

    Nous y avons beaucoup réfléchi car tout a commencé très spontanément et avec un événement fortement lié aux élections, mais ensuite il a continué à se développer. Par conséquent, nous nous sentons responsables de gérer toute cette énergie que nous avons générée. Nous avons fait de notre mieux pour diffuser les bons messages sans alimenter l’illusion. Nous sommes toujours les mêmes que nous étions l’année dernière, quelles que soient les expériences que nous avons vécues ; cependant, nous n’étions pas préparés à tout cela. Jour après jour, nous apprenons à gérer l’attention, les médias et tout ce qui va avec. Nous nous concentrons sur la nécessité de fixer des objectifs et une vision.

    Nous y étions lorsque la pandémie de COVID-19 nous a frappés. D'une part, cela nous a affectés négativement parce que nous n’avons pas pu continuer à nous mobiliser ; d’un autre côté, cependant, il s’est avéré avoir un effet étrangement positif, car il nous a obligés à ralentir. Nous avons profité du confinement pour faire la seule chose que nous pouvions faire : s’asseoir et réfléchir. Nous avons ainsi réussi à construire notre manifeste, qui a été le résultat de multiples débats au sein de notre cercle intime.

    Le manifeste a marqué un jalon, et nos prochaines étapes ont consisté à travailler pour rendre chacun de ses composants visible et tangible dans la vie réelle. C’est ce sur quoi nous nous concentrons actuellement. Suivant la métaphore de la mer, après la marée haute est venue la marée basse, qui est plus gérable, et nous essayons de nourrir le mouvement pour qu’il pousse à partir des racines, plus lent mais moins chaotique et instable. Nous essayons d’être un point de référence pour quiconque recherche des idées progressistes, sans être un parti mais en montrant le chemin.

    Je voudrais souligner le fait que nous avons lancé ce mouvement avec l’idée que nous ne devrions pas simplement blâmer les politiciens ou les partis, mais plutôt nous demander ce que nous faisons nous-mêmes pour apporter au monde le changement que nous voulons voir. Cela signifie que nous n’excluons pas les approches centrées sur de petites choses, comme prendre soin de son quartier. Nous incluons ce type d’approche, ainsi que d’autres plus ambitieuses, telles que la mise en place d’un cap pour les partis progressistes de gauche. Nous considérons que les deux approches sont également valides.

    Nous n’excluons pas non plus un discours qui converge avec le nôtre et défend nos valeurs fondamentales. Par exemple, en ce moment, on parle beaucoup de la progressivité du pape ; nous avons donc invité certaines personnes à en parler, non pas parce que nous sommes un mouvement religieux, mais pour diffuser le genre de message positif qui est actuellement assez difficile à trouver dans l’arène politique.

    Il y a quelques mois, nous avons organisé notre première École de Politique, Justice et Paix. Nous l’avons fait dans une petite ville, Supino, parce que cela correspond mieux au modèle d’auto-organisation locale que nous voulons promouvoir. Nous avons invité des acteurs politiques à interagir avec des militants d’une vingtaine d’années. L’idée était de fusionner ces mondes pour créer ce type de communication qui est si rare sur les plateformes de réseaux sociaux. Nous voulons créer des opportunités pour que les personnes d’idées progressistes puissent se rencontrer et discuter, pas nécessairement pour trouver la solution à un problème spécifique, mais pour établir un lien entre des personnes ayant un pouvoir de décision et des personnes intéressées à participer et à changer les choses mais qui ne savent pas vraiment comment le faire.

    Comment le mouvement est-il resté en vie pendant le confinement lié à la pandémie du COVID-19 ?

    Nous avons invité des gens de toute l’Italie à se concentrer sur le niveau local, car c’était la seule chose qu’ils pouvaient faire de toute façon. Et pour être crédibles, nous avons donné l’exemple. À Bologne, de nombreuses personnes ont mis leur énergie au service des autres, par exemple en faisant les courses pour ceux qui ne pouvaient pas quitter leur maison et en s’impliquant dans d’innombrables initiatives, mouvements et associations locaux. Nous avons encouragé cette implication car nous n’avons jamais eu l’intention de remplacer les organisations existantes, mais plutôt de revitaliser l’activisme et la participation aux affaires publiques.

    Mais nous avons demandé aux gens de rester en contact, et nous organisions régulièrement des conversations et des événements spécifiques. Par exemple, pour le 25 avril, Jour de la Libération, nous avons lancé une initiative à travers laquelle nous avons partagé des clips vidéo illustrant la résistance au fascisme et au nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale et nous avons invité les gens à les projeter de ses fenêtres sur les murs des bâtiments voisins, et à filmer l’événement. Nous avons récolté les enregistrements et les avons rassemblés dans une vidéo que nous avons diffusée sur les réseaux sociaux. Notre message central était que nous pouvions tous être présents même lorsque nous ne pouvions pas sortir physiquement.

    Début mai, nous avons également organisé un flashmob symbolique sur la Piazza Maggiore à Bologne : au lieu de personnes, nous avons mis en place environ 6 000 plantes, que nous avons ensuite vendues en ligne. Nos bénévoles les ont livrés à vélo, et tous les fonds que nous avons collectés sont allés à la municipalité locale, qui s’était engagée à les doubler avec une contribution de ses propres fonds et à investir le montant total pour soutenir des événements culturels pendant l’été. Avant de remettre les plantes, nous avons réalisé une performance artistique sur la place ; puis nous avons déplacé les plantes pour tracer avec elles la silhouette d’un vélo au sol. À la suite de cette initiative, nous avons non seulement marqué notre présence dans l’espace public, mais nous avons également canalisé environ 60 000 euros (environ 69 800 dollars) vers des événements culturels. Plus tard, de nombreuses personnes dans d’autres régions d’Italie ont reproduit l’initiative ou nous ont fait part de leur intérêt à le faire ; cependant, certains n’ont pas pu le faire car elle présentait des complexités logistiques.

    Et puis un jour, la municipalité nous a dit qu’elle avait des parcelles de terrain inutilisées qui pourraient être transformées en jardins urbains et elle nous les a offertes. Nous avons organisé des volontaires qui voulaient y travailler, de sorte qu’ils sont maintenant devenus des espaces avec des jardins où l’on cultive des légumes. Ceux qui décident d’investir leur temps et leurs efforts dans ces jardins conservent la moitié des produits qu’ils cultivent et livrent l’autre moitié aux cuisines communautaires qui aident ceux qui n’ont pas assez de ressources pour acheter de la nourriture.

    Même pendant le confinement nous avons pensé à Bologne comme un laboratoire où nous pourrions mettre en œuvre et tester nos idées et encourager d’autres personnes à faire de même, soit en reproduisant nos initiatives, soit en essayant quelque chose de différent pour voir ce qui se passe. Si vous testez des initiatives potentiellement reproductibles et faciles à mettre en œuvre, et que de nombreuses personnes emboîtent le pas, vous pouvez réaliser des changements à une échelle considérable.

    L’espace civique en Italie est classé comme « limité » par leCIVICUS Monitor.
    Entrez en contact avec le mouvement des Sardines via leursite internet ou leur pageFacebook.

     

  • ITALY: ‘The Sardines movement is all about building self-confidence in the progressive side of politics’

    CIVICUS speaks to Andrea Garreffa, one of the founders of the Sardines movement (Movimento delle Sardine), a grassroots political movement that began in November 2019 in Bologna, Italy, in protest against the hateful rhetoric of right-wing populist leader Matteo Salvini.

    Andrea Garreffa

    What inspired you to begin this movement?

    Regional elections were scheduled for 26 January 2020 in Emilia-Romagna, our home region – and when I say our, I refer to me and the other co-founders of the movement, Mattia Santori, Roberto Morotti and Giulia Trappoloni. On that moment there was a big wave towards the far right, represented by the League party and its leader, Matteo Salvini. There were very scary signs about the general political situation in Italy, one of which was the lack of respect shown to Holocaust survivor Liliana Segre, who was deported to Auschwitz and was the only survivor in her family. From the 1990s she started to speak to the public about her experience and in 2018 she was named senator for life. Segre received so many insults and threats on social media that in November 2019 she was assigned police protection. The situation was very scary; I am not ashamed to admit that I would often cry when I read the newspaper reporting such episodes.

    How was the first Sardines demonstration organised?

    As the election approached, my friends and I started thinking of a way to speak up and warn the League that the game was not over yet. We wanted to make this extremely clear, both to the far-right parties and to all citizens looking for a stimulus to empowerment. The League party had just won in Umbria and was announcing itself as the winner in Emilia-Romagna as well; they counted on this victory to destabilise the coalition government and return to power. We wanted to do something to stop that narrative. We started to think about this on 6 or 7 November 2019, just a week before Matteo Salvini, along with Lucia Borgonzoni, the League’s candidate to lead the regional government, kicked off their campaign with a rally at Bologna’s sports arena. We had in mind that the last time Salvini had come to Bologna he said that Piazza Maggiore, the main town square, could host up to 100,000 people, in an attempt to claim that was the number of people who attended his rally – something that is physically impossible, as only up to 30,000 very tightly packed people could actually fit into the square. In a way, we also wanted to draw attention to the information on the news and make sure he wouldn’t be able to cheat.

    In short, our idea was to organise a flash mob-style demonstration on Bologna’s Piazza Maggiore, on the same day as Salvini’s rally, and we named it ‘6,000 sardines against Salvini’ because our aim was to gather around 6,000 people and our tactic was to show we were many – so we used the image of crowds of people squeezed together like sardines in a shoal. In the few days we had to organise it, we set the main narrative and prepared some templates that could be customised so each person was free to express themselves and be creative. Ours was a message that anybody could understand, and the actions required were something that anybody could do. We wanted to get rid of all the negative feelings linked to existing political parties, so the initiative was inclusive from the very beginning. It wasn’t linked to any party but rather open to anybody who shared its core values of anti-fascism and anti-racism.

    We sent out an invitation, not just through Facebook, which of course we did, but more importantly, we went out to the streets to distribute flyers and talk to people, so people could understand that the event was real and it was actually going to happen. It was surprising that just two days after we had launched the Facebook campaign, we were handing out flyers and people would say that they already knew about the event. Word of mouth worked incredibly well; in my opinion, this reflected a very strong need among people to do something to ensure Matteo Salvini did not win in Bologna and in Emilia-Romagna. People understood and felt the importance of this election. During the summer Salvini had destabilised the national government by ‘showing off’ in Milano Marittima, claiming pieni poteri – ‘full powers’, an expression used by Mussolini back in the day. Citizens could not stand the risk of such a poor show taking place again and really felt the call to action when the far-right propaganda started spreading messages such as ‘Liberiamo l’Emilia-Romagna’ (Let’s free Emilia-Romagna), as if people had forgotten their history lessons: the region had no need to be freed because that had already happened, at the end of the Second World War. People felt disrespected in their intelligence, and we stood up to make that visible and tangible. People are less stupid than what people in power tend to think.

    How did you know people would come?

    We had no clue. On the night of 14 November we found ourselves surrounded by this incredible crowd – the media reported there were 15,000 people – and we couldn’t quite believe it.

    We had expected a number of people to attend; we started to believe in the success of the initiative when we saw that from day one we were achieving every goal we set for ourselves. For example, we set up the Facebook page with the initial goal of reaching a thousand people, and the next day we were already more than three or four thousand. That was mostly for two reasons: firstly timing, as people were ready for an initiative like this, and secondly, the fact that we live in Bologna, so we know a lot of people and could easily spread the message.

    But on 14 November nobody knew what was going to happen. We told people there would be a surprise and managed to keep it secret until everybody had gathered, and at 8:30 pm we played a song by Lucio Dalla, Com'è profondo il mare, which translates as ‘how deep is the sea’. In one part of the song, the lyrics say that we are many, and we all descend from fish, and you cannot stop fish because you cannot block the ocean, you cannot fence it. This built up a lot of emotion, and people even cried because it was very powerful and could not believe it was happening for real. Older people felt young again, living emotions they thought lost forever in the 1970s. Young kids had the opportunity to participate in a massive and joyful party, which made them question the fact that politics is all boring and unemotional. I think the whole wave that came afterwards was born that first night. It built up from that initial emotion. We were not 6,000 but many more, and we sent out the message that the game was far from over and Salvini could not yet claim victory. This was key: whatever sport you play, if you enter the field thinking you are going to lose, you’ll lose. This was the general mood among left-wing parties and progressive citizens. We did what we could to make ‘our team’ believe in itself and its chances of victory. We may say that the Sardines movement is all about building self-confidence in the progressive side of politics.

    Who organised all the demonstrations that followed?

    The emotion of the first demonstration spread thanks to an impressive picture taken from the municipality building, which shows a red minivan surrounded by thousands of people. The picture spread all over the internet and social media. It helped focus a lot of attention on the regional election. All the international media was there so we offered them the image and that was the start of everything. The picture reflected the fact that something big was going on, so when people from other cities and even from other countries started trying to contact us, we set up an email address so anybody could reach out to us.

    We shared our experience and explained to anyone who contacted us how we set everything up in just six days: how we requested the permits for the gathering and for playing the music, how we took care of people, those things. We then organised all the information to share with whoever wanted to do something similar somewhere else. We also registered the name of the initiative, not because we wanted to own it, but to prevent its misuse and protect its underlying values. We spent hours and days on the phone with people from all around Emilia-Romagna, and then from other regions, until the movement was so big that we were able to announce a massive demonstration to be held in Rome in December.

    For the Rome event we didn’t even have to do much, because there were people in Rome organising the demonstration by themselves, and we were invited to attend as guest speakers. That was actually a strength, because this wasn’t people from Bologna organising an event for Rome, but people from Rome organising themselves, mobilising their friends and neighbours and inviting people to join.

    Right before the elections, on 19 January, we organised a big concert in Bologna, aimed at encouraging electoral participation. We didn’t want to pressure people to vote for this or that party, but rather encourage participation. Indifference had prevailed in the previous regional elections, and only 37 per cent of potential voters made use of their right. The higher turnout we achieved this time around, when 69 per cent of people voted, was by itself a victory of democracy.

    You mentioned that the movement spread both nationally and internationally. Did it also establish connections with other justice movements around the world?

    The movement reached an international scale in the very beginning, thanks to Italians living abroad who were reading the news, understood what was going on and got in touch with us. We reached out to people in dozens of major cities in countries around the world, including Australia, The Netherlands and the USA.

    That was the first step towards reaching international scale, and also the reason why the four of us were then invited to participate in the Forum on European Culture, held in Amsterdam in September 2020. We attended the festival and had the opportunity to meet representatives from Extinction Rebellion in the UK, the French Yellow Vests, Million Moments for Democracy, a protest organisation in the Czech Republic, Hong Kong’s Demosisto and Black Queer & Trans Resistance, an LGBTQI+ organisation in The Netherlands. We connected with other realities and learned about other movements. We started talking and dreaming about an event to bring together a wide variety of protest movements in the coming months or years, after the COVID-19 pandemic is over. We are now open and curious to find out what others are doing, but we remain independent. We do our thing, they do their own, and we collaborate when we get the chance.

    The 6000 Sardine Facebook page displays various expressions of solidarity with movements such as the pro-democracy movement in Belarus, #EndSARS in Nigeria and Black Lives Matter in the USA. Do you organise in solidarity with them?

    What we have done is get in touch with those movements, if possible, and let them know that we are going to send out a communication of solidarity, but that’s about it. We are busy enough trying to set up an organisation of our own to invest energy in trying to follow and understand what others are doing to build their own.

    We also have a common agreement that the movement is not the Facebook page, but a lot more. To us, Facebook is a communication channel and a useful way to spread messages, but it’s not the core of the movement. Sometimes it functions rather as a billboard where people share and exchange things, and not everything there is the result of a joint, organisation-level decision. To be honest, sometimes I open our Facebook page and I do not necessarily agree with everything that I see there. And this happens because of delegation of tasks and openness to participation.

    What are the goals of the movement now, and how have they evolved?

    We have given this a lot of thought because it all started as a spontaneous thing that was specifically related to the elections but then continued to grow. So we felt responsible for handling all this energy. We did our best to spread the right messages while not feeding illusion. We are still the same people we were last year, regardless of the experiences we went through, but we were not prepared for all of this. Day after day we learned how to deal with the attention, the media and everything that came with it. We focused on the need to set goals and a vision.

    We were at it when then the COVID-19 pandemic struck. On one hand it was very negative for us, as we couldn’t keep mobilising, but on the other hand it turned out to be a strange kind of positive, because it forced us to slow down. We took advantage of the lockdown to do the only thing that we could do: sit down and think. We managed to put together our manifesto, which was the result of multiple debates within our inner circle.

    The manifesto was a milestone, and our next steps were to try and make each of its articles visible and tangible in real life, which is what we are focusing on now. Following the metaphor of the sea, after the high tide came the low tide, which is more manageable, and we are trying to nurture the movement so it grows from the roots, more slowly but less chaotic and unstable. We try to be a point of reference to anyone who is looking for progressive ideas, without being a party but pointing out the direction.

    I would like to stress the fact that we started this movement with the idea that we should not point fingers at politicians or parties but ask ourselves what we are doing to bring into the world the change that we want. This means we don’t exclude approaches focused on little things such as taking care of your own neighbourhood. We include this kind of approach as well as more ambitious ones such us setting up the direction for progressive left-wing parties. We consider both approaches to be valid.

    We don’t exclude any discourse that converges with ours and upholds our core values. For instance, right now there is a lot of talk about how progressive the Pope is, so we are inviting people to talk about that, not because we are a religious movement but to spread the kind of positive messaging that is currently quite difficult to find in the political arena.

    A few months ago, we organised our first School of Politics, Justice and Peace. We held it in a small town, Supino, because it better fitted the model of local self-organisation that we want to promote. We invited people who are involved in the political arena to interact with activists in their 20s. The idea was to merge those worlds to create the kind of communication that social media platforms lack. We want to create opportunities for progressive people to meet with others and talk, not necessarily to find the solution to a specific problem but to make sure that there is a connection between people with decision-making power and people who are interested in participating and changing things, but don’t really know how.

    How did you keep the movement alive while in COVID-19 lockdown?

    We invited people all over Italy to focus on the local level because it was the only thing they could do. And we set the example to be credible to others. Many people in Bologna put their energy at the service of others, for instance by going grocery shopping for those who couldn’t leave their homes and getting involved in countless local initiatives, movements and associations. We encouraged this, because it was never our goal to replace existing organisations, but rather to revitalise activism and involvement in public affairs.

    But we did ask people to stay in touch, so we would have calls and organise specific events. For example, for 25 April, Liberation Day, we launched an initiative in which we shared clips from movies showing resistance to fascism and Nazism during the Second World War and invited people to project them out of their windows and onto neighbouring buildings, and film the event. We collected the recordings and put them together into a video that we disseminated on social media. Our core message was that we could all be present even if we could not physically get out. 

    In early May we also organised a symbolic flash mob in Bologna’s Piazza Maggiore: instead of people we lined up around 6,000 plants, which we went on to sell online. Our volunteers delivered them by bike, and all the funds we collected went to the local municipality, which had committed to invest the full amount, matched one to one with their own funds, to support cultural events over the summer. Before delivering the plants, we staged an artistic performance on the square; then we moved the plants around to draw the shape of a bicycle on the floor. As a result of this initiative, we not only marked our presence in a public space but also channelled about €60,000 (approx. US$69,800) towards cultural events. Later on, people from all over Italy either replicated the initiative or told us they were interested in doing so; however, some couldn’t because it involved some complex logistics.

    And then one day the municipality told us that they had some unused plots of land that could potentially be turned into garden blocks and offered them to us. We organised volunteers who wanted to work on them so now these have become garden blocks in which vegetables are grown. People who invest their time and effort to work in these gardens keep half the produce for themselves and give the other half to communal kitchens that help people who cannot afford to buy food.

    Even under lockdown, we thought of Bologna as a lab where we could implement and test our ideas and encourage other people to do the same, by either replicating our initiatives or trying something different to see what happens. If you try things that are potentially replicable and easy for others to implement, and many people follow through, then you can achieve change on a considerable scale.

    Civic space in Italy is rated as ‘narrowed’ by theCIVICUS Monitor.
    Get in touch with the Sardines movement through itswebsite orFacebook page.

     

     

  • UNITED STATES: ‘The 2020 election is a political and moral mandate against fascism’

    CIVICUS speaks about voter suppression and its implications for US democracy with Yael Bromberg, Chief Counsel for Voting Rights at The Andrew Goodman Foundation, an organisation thatworks to make the voices of young people – one of the most underrepresented voter groups in the USA – a powerful force for democracy. The Foundation was set up in 1966 to carry on the spirit and the purpose of Andy Goodman, who in 1964 joined Freedom Summer, a project aimed at registering Black Americans to vote to dismantle segregation and oppression, and who was murdered by the Ku Klux Klan on his first day in Mississippi. The Foundation supports youth leadership development, voting accessibility and social justice initiatives in almost a hundred higher learning institutions across the country.

    Yael Bromberg

    It is confusing for outside observers to see a country that promotes itself as the paragon of democracy put barriers that limit the right to vote of millions of its citizens. Can you tell us more about voter suppression in the USA?

    It's true that the USA has promoted itself as a beacon of democracy. As an immigrant and naturalised citizen whose grandparents survived the Holocaust and Soviet gulags, I appreciate some of the unique freedoms that are afforded in this country. For example, while our judicial system is currently under serious threat due to the politicisation and polarisation of the bench, it has generally withstood the type of corruption that is embedded in other countries. While our legal system is fraught and certain norms like extremist police impunity need to be tackled, our congressional system is able, if willing, to fill the gaps left by the judiciary. While big money, including dark money, has radically swamped our politics, serious advocates who have withstood far worse teach us that democracy is a long persistent journey and not a destination. Yes, we have systemic issues in this country that need serious repair, and real lives suffer due to the dysfunction of the tyranny of a minority. But we also have the founding American principles of freedom, liberty, and equality, and the possibility of fulfilling our ideal.

    At this nation’s founding, only property-owning white men had the right to vote. Through the constitutional ratification process, slavery was abolished and freed men were enfranchised. Unjust laws persisted, such as literacy tests and poll taxes for racial minorities to prevent them from voting. This was coupled with other Jim Crow laws that created arbitrary reasons to imprison freed slaves and force them back into labour camps, and to disenfranchise them upon release. Popular resistance grew as the physical and political violence of Jim Crow segregation was laid bare in the 1960s, leading to stronger laws and new constitutional amendments.

    Voter suppression today is the equivalent of the fox guarding the henhouse. Those who are privileged enough to define the laws determine who is in and who is out. For example, strict voter identification laws that go above and beyond standard proof of identification swept the nation after the election of President Obama. Alabama enacted strict voter identification, and then shut down driver licence offices where one could obtain such IDs throughout large rural sections of the state where Black people reside. Politicians draw district lines in efforts to secure their own party’s future, and their personal future bids for office. Polling places are not readily available on college campuses where young people are concentrated. Even during a global pandemic, vote-by-mail is not a universal right for all. While one state, New Jersey, offers at least 10 droboxes per town to collect vote-by-mail ballots, another, Texas, litigated the matter successfully to limit droboxes to only one per county. To make matters worse, when these laws are litigated, the courts do not always rule on behalf of the voters.

    This 2020 election season has been particularly startling. The federal judiciary seems obsessed with the idea that last-minute changes to election rules lead to voter suppression, even where the law expands access to the ballot. This defies logic. If the law limits access, that is one thing. However, if the law simply expands access, the harm to voters is unclear.

    The natural question that emerges from our paradigm is: if America truly is a beacon for democracy, then why are we so afraid to embrace the first three words in our Constitution – “We the People”?

    Was voter suppression a crucial issue in the context of the 2020 presidential election?

    Absolutely. The 2020 presidential election reveals at least five significant takeaways: 1) Our state governments are readily able to safely expand access to the ballot, including by extending early voting periods and vote by mail opportunities; 2) Voters across partisan lines take advantage of these mechanisms, and benefit from them, as demonstrated by the record-breaking voter turnout this year; 3) Expansion and election modernisation do not lead to voter fraud; 4) Voters were motivated to vote this year despite the discriminatory and arbitrary obstacles that were put in their way; 5) The myth of voter fraud, rather than actual systemic evidence of it, has emerged as a significant threat both to protecting access to the ballot and public confidence in our election systems.

    In 2013, the Supreme Court eviscerated a key sunshine provision of the 1965 Voting Rights Act. That safeguard mandated that states with a demonstrated history of voter suppression must get approval before changing their election laws. With the safeguard eliminated, the floodgates to voter suppression were open. The number of polling places shrank: 1,700 polling places were shut down between 2012 and 2018, including over 1,100 between the 2014 and 2018 midterm elections. Strict voter identification laws were passed, making it harder for poor people, people of colour and young people to vote. Other measures like the purging of state voter rolls and the rezoning of election districts further diluted voting power. It’s important to note that all of this happens on the back of the taxpayers – they foot the bill for the backlogged judiciary and the prevailing party’s litigation fees, and on the back of voters – they are forced to accept the results of a rigged election system even though the voter suppression law might be overturned in the future.

    The thin, fake trumpet of voter fraud has caused a clamping down on rights across the board. There was no reason why, especially amid a pandemic, access to vote-by-mail should not be universal. Yet, eight states only allowed voters over a certain age to vote by mail, but not younger voters. The pandemic does not discriminate, and neither should our electoral system. Similarly, the United States Postal Service was suddenly politicised as it became increasingly obvious that voters would be voting by mail at unprecedented rates. Discussions were renewed about its privatisation, and expensive mail sorting machines were ordered to be dismantled for no reason other than to suppress the vote. In the wake of the election, the Trump campaign has done much harm to delegitimise the results, even though not one shred of evidence of voter fraud was revealed in the over 50 lawsuits challenging the outcome of the election. This has been an extraordinary disservice to the country, as it has convinced a substantial base within one political party to question the outcome of an election that the Cybersecurity and Infrastructure Security Agency has declared “the most secure in American history.”

    As all of this has taken place, the pandemic has also driven an expansion of access in key respects. Even some Republican-led states demonstrated leadership in expanding the early voting period and access to vote-by-mail systems. We must use this as a learning opportunity to push for common sense election modernisation, so it is not a pandemic-related, one-off thing. COVID-19 has normalised election modernisation from a fringe progressive issue to a mainstream one that empowers voters across the political spectrum. Moreover, while the Trump campaign’s endless unsubstantiated lawsuits may play to a certain base of voters, one wonders if they will cause the judiciary to be finally convinced that voter fraud is not pervasive. This is important because invariably, we will see voter suppression state laws introduced in the wake of this election, just as we saw following the 2008 Obama election, and they will certainly lead to legal challenges. Perhaps the courts will respond to such challenges differently this time around in light of the audit of the 2020 race.

    As much as voter suppression was present this cycle, the response was to overwhelm the system with voter engagement. As expected, election turnout was unprecedentedly high. Initial estimates indicate that youth turnout was even higher this cycle than when the voting age was lowered to 18 in 1971 and the base of newly eligible voters suddenly expanded. We simply cannot afford the voter apathy that we have seen in years past. In 2016, there were wins by razor-thin margins in three key states: Michigan, by 0.2 per cent, Pennsylvania, by 0.7 per cent and Wisconsin, by 0.8 per cent. Voter suppression can certainly be called into question with these types of slim margins. However, we cannot forget the power of voting: about 43 per cent of the eligible voter population did not vote in 2016. Current estimates indicate that approximately 34 per cent of the eligible voter population – about one in three voters – did not participate in 2020. How do we maintain this new record-setting voting rate, and even improve upon it, once fascism is no longer on the ballot?

    Can you tell us about the work done by The Andrew Goodman Foundation on the intersection of the two major issues of voting rights and systemic racism?

    The Andrew Goodman Foundation’s mission is to make young voices and votes a powerful force in democracy. Our Vote Everywhere programme is a national nonpartisan civic engagement and social justice movement led by young people on campuses across the country. The programme provides extensive training, resources and a peer network, while our Andrew Goodman Ambassadors register young voters, break down voting barriers and tackle important social justice issues. We are on nearly 100 campuses across the nation, and maintain a diverse docket of campuses, including People of Color Serving Institutions such as Historically Black Colleges and Universities.

    What is powerful about youth organising and voting is that it crosses all lines – sex, race, national origin and even partisanship. This was born out of the history of the expansion of the youth vote in 1971, when the 26th Amendment to the Constitution was ratified, thereby lowering the voting age to 18 and outlawing age discrimination in access to the franchise. It was the quickest amendment to be ratified in US history, in large part due to its nearly unanimous support across partisan lines. There was a recognition that young voters help safeguard the moral compass of the country, as recognised by then-President Richard Nixon during the ceremonial signing of the amendment.

    Andrew Goodman’s legacy is directly tied to solidarity struggles among and between communities for the betterment of the whole. Throughout the 1960s, Black college students in the south courageously sat at white-owned lunch counters in political protest for integration and equality. In May 1964, young Americans from across the country migrated south during Freedom Summer to register Black voters and overturn Jim Crow segregation. Three young civil rights workers were murdered by the Ku Klux Klan with the help of the county sheriff’s office: Andy Goodman and Mickey Schwerner, both Jewish men from New York who were only 20 and 24 years old, and James Chaney, a Black man from Mississippi who was only 21 years old. Their stories struck a public chord that helped galvanise support for the passage of the Civil Rights Act of 1964 and the Voting Rights Act of 1965. It is a story about the power of young visionaries fighting for their futures, allyship, and about the power of what can be accomplished when Americans from different backgrounds come together in unity.

    Young activists led various social justice movements of the 1960s, just as they do today. When this country responded and enacted critical reforms, young people finally turned to their own enfranchisement as they were being sent to their graves early in endless war in Vietnam. Today, young people are leading the call for climate justice, for gun control, for human dignity for our Black and immigrant communities, and for affordable higher education. They have the most to gain and lose in our elections, because it is they who inherit the future. They recognise, particularly in light of the nation’s changing demographics, that the issue of youth voting rights is a racial justice issue. The more that we can look to the youth vote as a unifier – because all voters were young once – the more we can hope to inject some common sense into a contested and polarised system.

    Civic space in the USA is rated as ‘obstructed’ by theCIVICUS Monitor.
    Get in touch with the Andrew Goodman Foundation through itswebsite orFacebook page, and follow@AndrewGoodmanF and@YaelBromberg on Twitter.