Argentine

 

  • ARGENTINA: ‘Change is inevitable. It is just a matter of time’

     

    Twitter: Edurne Cárdenas

    In 2018, after years of civil society efforts, Argentina’s congress discussed an initiative to legalise abortion for the first time. While the ban on abortion in most cases remains, those campaigning for reform believe the debate has progressed. CIVICUS speaks about the campaign to Edurne Cárdenas, a lawyer with the international team of the Centre for Legal and Social Studies (CELS),an Argentine human rights organisation. CELS was founded in 1979, during Argentina’s military dictatorship, to promote human rights, justice and social inclusion. In its early years, CELS fought for truth and justice for the crimes committed under state terrorism, before expanding its agenda to include human rights violations committed under democracy, their structural causes and their relationship to social inequality. CELS advances its agenda through research, campaigning, alliances with others in civil society, public policy advocacy and strategic litigation in both national and international forums.

    When did CELS, a classic human rights organisation, start working on sexual and reproductive rights, and why?

    CELS has had great capacity to work in tune with the times and therefore to enrich its agenda progressively, always in alliance with social movements and other organisations. The idea of women’s rights as human rights was explicitly articulated at the 1993 Vienna Conference on Human Rights. In the mid-1990s, and more precisely in 1996 I believe, the CELS annual report included contributions by women’s rights activists on reproductive rights. Over the following years, often in partnership with other organisations, CELS took part in submissions to human rights bodies: for instance, in 2004 we contributed to a shadow report submitted to the United Nations’ Committee on the Elimination of Discrimination against Women (CEDAW). The National Campaign for the Right to Legal, Safe and Free Abortion was formed in 2005 and CELS joined in 2012. Shortly after those first articles were published in our annual report, our concerns about human rights violations gradually widened to encompass access to non-punishable abortions, as they are referred to in the Criminal Code - abortions that can be performed legally when the woman’s life or health are in danger or if the pregnancy in question is the product of rape. The issue was also incorporated as a result of the sustained work of feminist activists within our organisation.

    In sum, CELS works on this issue because we understand that the criminalisation of abortion has a negative impact on the enjoyment of human rights by women. CELS’ key contribution was to place the abortion debate within the human rights sphere and to put into circulation human rights arguments to feed debate around the issue. CELS does not specialise in health issues, but we work in partnership with other organisations that examine the problem from that angle. From our point of view, this is an issue in which freedom and equality are at stake, and that is cross-cut by another theme - institutional violence - that was historically central to our work.

    In 2018 the debate over legal abortion progressed in Argentina more than ever before, but not far enough for legal change to happen. What lessons do you draw from this experience?

    In 2018, for the first time ever, an initiative to legalise abortion was debated in Congress. It was the seventh time that an initiative of this nature was introduced, and it was drafted and promoted by the National Campaign for the Right to Legal, Safe and Free Abortion. This is a network bringing together more than 500 organisations that form the women’s movement; it is well coordinated, horizontal and has 13 years of experience in this struggle. Before 2018, initiatives had not progressed, even within the congressional committees that had to issue an opinion to allow for debate to proceed to the full house. Argentina has a tradition of highly mobilised feminism and, since 2015, the campaign has had a lot of street presence and has made a clear demand for legal abortion. 2018 began with a novelty: in his opening speech of that year’s legislative session, the president raised the issue, which alongside feminist pressure enabled parliamentary debate. This was absolutely unprecedented. Regrettably, after being passed by the House of Representatives - the lower house - in June 2018, the initiative to legalise abortion was rejected by the Senate in August.

    The whole process was led by the women's movement. All other movements and organisations aligned behind their leadership. In the House, the initiative succeeded because the strategy was multi-partisan and diverse, there was strong social movement participation and street pressure made itself heard. In the Senate, a more conservative chamber, additional work was required. Our alliances failed us, as we couldn’t make them as cross-cutting as they were in the House. A question that remains on the table, then, is how to reach out to the most conservative chamber of Congress with a demand that must necessarily be processed through it.

    In addition, the defeat in the Senate made it clear that we need to work more to understand and counter the ‘post-truth’ discourse of our opponents. We are seeing conservative advances that put institutional quality, and ultimately democratic institutions, at risk. What was interesting in the process was that all citizens were able to find out and take note of what their representatives think and how they vote.

    The results of this particular struggle could be called bittersweet. How much of a defeat, and how much of a victory were they, and why?

    The pictures of disappointment on 9 August 2018, when the Senate rejected the initiative, do not tell the whole story. When we take stock, the list of what we won is much longer than the list of what we lost. Losses of course include a missed opportunity - but we only missed one opportunity, that of 2018, because I really believe that change is inevitable, and it is just a matter of time. I do not know if it will happen in 2019, but it will eventually. But one thing does need to happen in 2019: with elections due, all the issues that were put on the table during this process have to be part of the presidential campaign agenda.

    We undoubtedly gained in terms of mass participation and public presence - both in the streets and in public opinion. In 2018 abortion was discussed like never before, so silences and taboos broke. But the process also had a negative side effect: because the issue that was placed on the agenda was so divisive, and mobilisation became so massive and acquired such centrality on the political scene, a strong reaction from the most conservative sectors ensued. These sectors gained a level of organisation and visibility that they did not have in the past.

    As these conservative voices emerged, the debate on abortion rights also brought back into the discussion some things that we thought were long settled and part of a basic, untouchable consensus. These sectors began to say out loud certain things that they wouldn’t have dared say only a few years ago. Such was the case with the campaign ‘Do not mess with my children’ (Con mis hijos no te metas), against the implementation of the law mandating comprehensive sex education, which called into question the role of the state in education.

    What role did CELS play in the legalisation campaign?

    Throughout the process, the women’s movement’s leadership, and that of the National Campaign for the Right to Legal, Safe and Free Abortion, was undisputable. As a member of the Campaign, and alongside other human rights organisations, CELS made an important contribution in terms of organisation, coordination and argumentation.

    Our history and experience give CELS much legitimacy. The fact that CELS speaks about abortion can make a difference when it comes to reaching broader audiences. Starting in 2014, when it seemed likely that the legalisation initiative would eventually be discussed in congressional committees, CELS began putting together input for the legislative debate, by revising jurisprudence and current standards and providing a justification as to why the debate on abortion had to be carried out from a human rights perspective.

    At the same time, CELS participated as amicus curiae - friend of the court - in various court cases. Although we think that our ultimate goal, and the only one compatible with the recognition of women’s autonomy as full subjects of rights, is the legalisation of abortion, we have deemed it necessary to ensure in the meantime that the abortions that are already legal can be performed effectively, along the lines established for non-punishable abortions. In 2012, in its ruling in the F.A.L. case, the Supreme Court made very clear the conditions under which legal abortions can be performed and the obligations that this confers on the state. This ruling reflected the great work done by women’s rights and human rights movements on the streets, in hospitals, in academia and in the courts. But nonetheless, access remains very uneven, and even in more ‘advanced’ provinces barriers to legal abortions still exist. To a large extent, this reflects the structural limitations of a system that establishes a restrictive set of grounds allowing abortions, which inevitably fails because it depends on someone certifying the presence of those grounds. In addition, the current system ignores the most important among all possible grounds for abortion: the pregnant person’s will. This is precisely what the bill that was passed by the House put in the spotlight.

    During the 2018 debate, CELS made several presentations in support of the initiative at public hearings in both houses of Congress. Our executive director and I presented at the House of Representatives - significantly, both at the opening and the closing of the debate - and our litigation director spoke at the Senate. At the beginning of the debate, we issued a publication that was endorsed by a large part of the women’s movement, feminists and organisations alike, with arguments, legislation and jurisprudence, to bring clear information to legislators.

    We were also present on the streets, not only sharing the vigils that were held during the voting sessions, but also in organising, providing support and coordinating with the women's movement, with the other organisations within the Campaign for Legal Abortion and with high school students, health professionals and other mobilised groups. This coordination and the sustained presence of the movement on the streets were what made the difference during 2018. Finally, we defended the freedom of expression and the right to peaceful assembly, since throughout this process the groups mobilised against legal abortion perpetrated various acts of violence against legalisation activists.

    You have repeatedly mentioned the existence of anti-rights groups. Do you think these groups are on the rise? If so, what can progressive civil society do to protect the rights already conquered and keep moving forward?

    Anti-rights groups have indeed grown and are organised under a common umbrella, against what they call ‘gender ideology’. They saw this debate as an opportunity to organise like never before. Now they are more numerous: there used to be groups linked to the Catholic Church, but now there are also numerous groups with links to evangelical churches, well-organised and well-funded, alongside other groups that are not necessarily faith-based. Their presence demands our attention because their goals run against the rights of a large part of the population, as they seek to limit access to rights by children, women, lesbians, gays, transvestites and trans people. They are appearing throughout Latin America and their existence also raises questions about their alliances and goals: how and when did they arrive in Argentina? What are their demands? How far are they willing to go? We have seen that behind their ‘no to abortion’ they bring along a broader agenda that is linked to their rejection of so-called ‘gender ideology’, sexual education in schools, even vaccination, and who knows what else.

    The progressive movement needs to think of a strategy to face them. The strength of the human rights movement is our use of creativity and the strategy of reason. On the other hand, what anti-rights movements do is mirror the strategies of the human rights movement. Now, although creativity and innovation give us an advantage, the anti-rights movement is making us waste our time discussing things we thought were long settled. To top it all, what we get into is not even an honest discussion, since the statements they make and even the data they use do not withstand the slightest fact check. The result is not actual debate - that is, a genuine exchange of arguments and reasons. Still, we have no alternative but to respond. So, when we engage in such ‘debate’, we do not really discuss with them or try to convince them, but we share our reasoning before an audience, in order to try and convince that audience. We take advantage of that simulation of a debate to make our point before public opinion. For this task, social media are key, although they have clearly been a double-edged sword. In fact, it was during this debate that we were able to see first-hand the way so-called ‘fake news’ operates, particularly when they find an echo in influential voices outside social media, who disseminate them elsewhere. It so happened, for instance, that totally fake data found on social media were quoted by legislators during the congressional debate. In that area, there is a lot of work for us to do.

    Leading the debate agenda is one of the challenges that our movements face. To do this, we need to always be a step ahead in the discussion. We should not ‘debate’ with the anti-rights groups but speak to larger audiences and engage in discussion with elected representatives, whose obligation it is to pass laws for our common good and to ensure the state’s compliance with its obligation to enforce human rights. The debate over the legalisation of abortion was a spearhead to think about other issues. The system of limited grounds for legal abortion, similar to the one that has just been adopted in Chile, has been in place in Argentina since 1921. The transition from a system of grounds to a system of deadlines requires a simple legislative decision to amend the Criminal Code. Why such big fuss then? Because this debate puts other discussions on the table, including what we think the role of women is, what the role of the state should be, to what extent and regarding what issues the state should get involved - and this is where conservative sectors exhibit their contradictions: they want the state to get inside your bed to criminalise your behaviour, but when it comes to education or vaccination, they want it not to interfere.

    We cannot stay on the defensive. We need to go on the offensive and place secularism and the role of the state on the agenda. And we are forced to do so in a very regressive sub-regional context. Brazil, our biggest neighbour and partner, has just elected a president who is committed to advancing the agenda of its powerful evangelical caucus and who has just appointed to lead the Ministry of Human Rights an evangelic minister who says that women are born to be mothers.

    Civic space in Argentina is rated as ‘narrowed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with CELS through theirwebsite andFacebook page, or follow@CELS_Argentina and@EdurneC on Twitter.

     

  • ARGENTINE : « Le changement culturel a permis le changement juridique et le changement juridique a approfondi le changement culturel »

    Dix ans après l’approbation en Argentine de la loi sur le mariage pour tous, qui a marqué un jalon pour l’Amérique latine, CIVICUS s’entretient avec la dirigeante LGBTQI+ María Rachid sur les stratégies utilisées et les tactiques qui ont le mieux fonctionné pour faire avancer l’agenda de l’égalité, et qui peuvent encore être utiles aujourd’hui. María dirige actuellement l’Institut contre la Discrimination du Défenseur des peuples de la ville de Buenos Aires et fait partie de la Commission Directive de la Fédération Argentine de Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Trans (Fédération Argentine LGBT). En 1996, elle a fondé l’organisation féministe lesbienne La Fulana et en 2006, elle a cofondé la Fédération argentine LGBT, qui rassemble des organisations de diversité sexuelle et a joué un rôle central dans l’approbation de la loi sur le mariage pour tous.

    maria rachid

    Quelle était la situation de la diversité sexuelle en Argentine lorsque la campagne pour le mariage pour tous a commencé ?

    Nous venions d'une situation où la relation des organisations de diversité sexuelle avec l'État était de confrontation. C'était de l'État que provenaient la plupart des discriminations, violences et harcèlement envers la communauté LGBT+, et en particulier envers les personnes trans, à travers les forces de sécurité et les institutions en général. La discrimination était permanente et l’incapacité d’accéder aux droits était constante. C'est pour cela que dans les années 80 et 90, nous faisions des escraches, c’est-à-dire, des manifestations de répudiation par honte publique, devant les commissariats de police, afin de dénoncer la police et les outils qu'elle employait, tels que les codes d'infraction et la loi sur le casier judiciaire, et nous avons rencontré d'autres organisations de défense des droits humains qui se battaient pour la même cause. Les outils de discrimination de l'État étaient utilisés contre divers groupes ; nous étions l'un d'entre eux, mais il y en avait d'autres qui étaient également harcelés et persécutés avec les mêmes outils qui alimentaient la petite caisse de la police.

    Après l'énorme crise économique, sociale et politique de 2001, il y a eu un affaiblissement des institutions et un renforcement de la mobilisation sociale. Très opportunément, à ce stade, la Communauté Homosexuelle Argentine (CHA), l'une des plus anciennes organisations de diversité sexuelle dans le pays, a présenté un projet d'union civile à l'Assemblée législative de la ville de Buenos Aires, la capitale. La loi qui a fini par être approuvée était très courte, de moins d'une page, et établissait fondamentalement que dans la ville de Buenos Aires, les couples de personnes du même sexe devraient être traités d'une manière « similaire » aux mariages hétérosexuels. Bien sûr, le projet original ne disait pas « similaire », mais l'expression a été introduite pour garantir son approbation. Aujourd’hui, cela serait perçu comme humiliant, mais dans ce contexte, c’était une énorme réussite. Parallèlement à cette loi, d'autres projets ont également été approuvés, reflétant également des revendications de la citoyenneté mobilisée, tel que l'expropriation d'une entreprise récupérée par ses travailleurs et l'établissement de normes pour permettre le travail des cartonniers.

    Après l'approbation de la loi sur l'union civile à Buenos Aires, nous avons commencé à réfléchir à la prochaine étape. Certaines organisations ont proposé d'étendre l'union civile à d'autres districts, comme cela s'est produit plus tard dans la province de Río Negro et dans la ville de Córdoba, et d'essayer de l'étendre au niveau national. Mais d'autres organisations ont commencé à réfléchir à l'idée du mariage, même si à cette époque-là cela semblait fou, car seuls deux pays dans le monde le reconnaissaient - la Belgique et les Pays-Bas – et il s’agissait deux pays culturellement très différents de l’Argentine, sans une Église catholique politiquement influente, qui constitue l’obstacle principal à la reconnaissance de nos droits.

    Comment l’impossible est-il devenu réalisable ?

    Dans ce contexte de violence institutionnelle, où il n'y avait eu qu'une petite avancée grâce à laquelle nos couples seraient traités de manière « similaire » aux couples hétérosexuels dans certains parties du pays, certaines choses ont commencé à changer, tant au niveau national qu’international, qui ont placé l'aspiration à l'égalité sur le terrain du possible.

    L'une de ces choses était qu'en 2003, le gouvernement récemment inauguré de Néstor Kirchner a abrogé les soi-disant « lois sur l'impunité », qui empêchaient la poursuite ou l'exécution de peines contre les auteurs de crimes contre l'humanité commis pendant la dernière dictature. C'était un changement du paradigme des droits humains en Argentine, et au début nous nous sommes demandé si cette fois cela nous inclurait. Depuis le retour à la démocratie on avait parlé des droits humains dans notre pays, mais ils ne nous avaient jamais inclus. Les personnes trans continuaient d'être persécutées, détenues et torturées dans les commissariats de police. Mais avec l'abrogation des lois sur l'impunité, nous pensions que les choses pouvaient changer.

    Peu de temps après, en 2004, nous avons été convoqués à élaborer un plan national contre la discrimination. C'était la première fois que l'État convoquait les organisations de la diversité à développer un plan de politique publique qui allait comporter un chapitre spécifique sur la diversité. Nous y sommes allés avec méfiance, pensant que nos propositions allaient rester dans le tiroir d'un fonctionnaire. Nous avons fait notre diagnostic et nos propositions, nous avons participé à beaucoup de rencontres dans différentes provinces et nous avons pensé que tout n'aboutirait à rien. Mais avant longtemps, on nous a appelés et demandés si nous pouvions revoir le plan avant sa publication, car on voulait s'assurer que nous étions d'accord avec le contenu. Nous avons commencé à le regarder en pensant qu'ils auraient sûrement effacer tout ce que nous avions écrit, mais tout était là, rien ne manquait. Il y avait l'égalité des droits, il y avait la reconnaissance de l'identité de genre des personnes trans, il y avait tout sauf le mariage pour tous, car en 2004, même les organisations de la diversité ne parlaient pas du mariage pour tous en Argentine. Nous ne l'avons jamais mentionné dans les réunions et pour cette raison, même s'il incluait l'objectif « d'assimiler les droits des couples de même sexe à ceux des familles hétérosexuelles », il ne mentionnait pas expressément le mariage pour tous. Le Plan National contre la Discrimination est sorti par décret présidentiel : ainsi, nos revendications historiques ont été traduites en un plan de politique publique et c'est le président lui-même qui a dit à ses fonctionnaires ce qu'ils avaient à faire en matière de diversité sexuelle, ce qui était exactement ce que nous avions réclamé.

    Au milieu de ce changement de paradigme des droits humains qui pour la première fois semblait inclure la diversité sexuelle, il y a eu un énorme changement au niveau international : en 2005 le mariage pour tous a été approuvé en Espagne, un pays culturellement similaire au nôtre et avec une forte présence de l'Église catholique. En effet, l'Église avait rallié un million et demi de personnes dans les rues contre l'égalité du mariage en Espagne, et la loi avait été adoptée tout de même. Dans un contexte aussi favorable tant au niveau national qu'international, un groupe d'organisations de la diversité sexuelle s'est réuni pour lutter pour le mariage pour tous en Argentine.

    Quel était le rôle de la Fédération Argentine LGBT dans la promotion du mariage pour tous ?

    La Fédération Argentine LGBT a été créée précisément à cette époque, à partir de la convergence d'un certain nombre d'organisations avec une grande expérience non seulement dans la ville de Buenos Aires mais aussi dans plusieurs provinces, pour plaider en faveur d'un agenda qui avait initialement cinq points. Premièrement, le mariage pour tous avec la possibilité d'adoption d’enfants ; nous avons spécifiquement demandé la reconnaissance du droit d'adoption car nous avons vu que dans certains pays, on a dû renoncer à l'adoption pour obtenir l’approbation du mariage pour tous. Deuxièmement, une loi sur la reconnaissance de l'identité de genre. Troisièmement, une loi anti-discrimination au niveau national. Quatrièmement, l'inclusion de la diversité dans un programme d’éducation sexuelle. Et cinquièmement, l'abrogation des articles des codes d'infraction qui, dans 16 provinces, criminalisaient toujours « l'homosexualité » et le « travestissement », en ces termes.

    La Fédération a réuni presque toutes les organisations importantes de la diversité sexuelle ; seules deux anciennes organisations ont été laissées de côté, la CHA et la SIGLA (Société d’Intégration des Gays et Lesbiennes), très en désaccord l’une avec l’autre et dirigées presque entièrement par des hommes, avec très peu de participation des femmes. Cependant, la SIGLA a soutenu la Fédération sur tout le chemin vers le mariage pour tous, tandis que la CHA était en désaccord avec cette proposition car elle pensait qu'en Amérique latine, étant donné la forte présence de l'Église catholique, ce ne serait pas possible, et donc elle a continué à parier sur l'union civile.

    Quelles ont été les principales stratégies et tactiques utilisées ?

    La première chose que nous avons faite a été de convoquer des activistes de différentes professions et de différentes disciplines. Nous avons constitué une équipe d'avocats et une équipe de communicateurs, nous avons convoqué une table de journalistes et nous avons constitué des équipes qui pourraient apporter différentes contributions à la campagne.

    Nous pensions que nous devions emprunter toutes les voies possibles en même temps. Nous avons d'abord examiné les différentes voies par lesquelles ces lois avaient été adoptées ailleurs. Par exemple, au moment où nous avons déposé le premier appel judiciaire, le mariage pour tous avait déjà été prononcé en Afrique du Sud par la Cour suprême. Nous avons également étudié les débats qui avaient eu lieu dans différents pays du monde, non seulement sur le mariage pour tous, mais aussi sur d'autres questions telles que le vote des femmes, le mariage civil, le divorce et les droits sexuels et reproductifs. Les arguments utilisés pour nier les droits étaient toujours identiques, et ils s’appuyaient sur le fondamentalisme religieux.

    La conclusion de notre analyse était qu'il fallait emprunter simultanément les voies du pouvoir exécutif, du pouvoir législatif et du pouvoir judiciaire. En même temps, il fallait s'adresser aux médias et installer la question dans la société. Cela nous a semblé d’autant plus clair après une rencontre avec le ministre de l'Intérieur de l'époque, qui nous a dit que nous avions l'accord du pouvoir exécutif, mais que nous devions créer les conditions pour ne pas perdre le vote au Congrès. Depuis lors, on a travaillé pendant des années pour atteindre l'opinion publique et créer ainsi les conditions pour faire basculer la balance en notre faveur au Congrès.

    En 2007, nous avons présenté le premier appel à la protection pour le mariage pour tous ; nous présenterions plus d'une centaine. À la suite d'une injonction, en 2009, un couple homosexuel a réussi à se marier avec une autorisation judiciaire à Ushuaia, et en 2010 huit autres couples ont pu se marier, dont une de lesbiennes, dans la ville et dans la province de Buenos Aires. À ce moment-là, nous avions changé de stratégie : au début, nous avions plaidé dans la juridiction civile de la famille, où la présence de l'Opus Dei et de son catholicisme pur et dur était très forte. De nombreux juges civiles de famille étaient des militants de l'Église catholique et en particulier de l'Opus Dei, il était donc très difficile d'obtenir une décision favorable dans cette juridiction. Le changement s'est produit lorsque nous nous sommes rendu compte que, comme nous introduisions une action judiciaire contre le Registre civil, dépendant du gouvernement de la ville de Buenos Aires, nous pouvions recourir au tribunal contentieux administratif et fiscal dès lors que l’Etat était partie au conflit. Comme il s'agit d'une juridiction qui traite principalement de questions liées à la fiscalité, et qu'en Argentine l'Église catholique est exonérée de payer des impôts, nous n'y allions pas trouver des juges militants de l'Église catholique ou de l'Opus Dei, car c'est une juridiction qui n’a pas d'intérêt politique pour eux. Dès ce changement de stratégie, toutes les décisions dans la ville et la province de Buenos Aires ont été en notre faveur.

    Bien qu'au début nous pensions aux amparos (procédure de protection des droits fondamentaux) de manière littérale, comme une recherche du soutien de la justice envers nos revendications, ils ont fini par être avant tout une excellente stratégie de communication, car chacun de ces litiges était en fait une histoire que nous racontions à la société sur les raisons pour lesquelles il était juste, nécessaire et opportun d'approuver le mariage pour tous. Pour cela faire, nous avons beaucoup préparé les couples qui présentaient leurs amparos, en particulier les premiers, dont nous savions qu'ils auraient une belle exposition médiatique. Cela a donc fini par être une stratégie de communication plus qu'une stratégie judiciaire.

    Comment avez-vous conquis l'opinion publique ?

    Nous avons beaucoup travaillé avec les médias. Nous organisions des petits déjeuners avec des journalistes, dans un premier temps seulement avec quelques alliés, mais plus tard, ces rencontres ont été élargies. Tant était le travail en ce sens que dans les derniers mois, il n'y avait plus d’articles de presse signées contre le mariage pour tous, y compris dans le journal traditionnel La Nación, qui ne s'y est opposé que par ses éditoriaux, puisque les notes signées par ses journalistes étaient également favorables. En d'autres termes, même dans les médias hostiles, les journalistes ont fini par être nos alliés. Nous avons fait un livret pour les communicateurs expliquant en quoi consistait le projet, pourquoi il était important, quels étaient les arguments. Nous avons également fait des spots publicitaires, mais comme nous n'avions pas d'argent pour les transmettre, nous avons demandé aux journalistes et aux responsables des médias de les diffuser en tant que contenu des émissions, et de fait ils les ont beaucoup diffusés. C'était des spots amusants qui attiraient l'attention.

    Pour gagner du soutien, nous devions montrer à la société le soutien que nous recevions déjà dans certains secteurs et de la part de personnes respectées. Nous avons donc commencé par publier une liste de supporters, qui au début était très courte, mais qui a fini par devenir une énorme newsletter contenant les noms de toutes les centrales syndicales, les différents syndicats, des référents politiques de presque tous les partis, des références de l'art, des médias, des religions.

    À l'approche du débat parlementaire, nous avons commencé à organiser des événements, généralement au Sénat, pour montrer le soutien que nous recevions dans différents secteurs, et qui ont eu de grandes répercussions dans les médias. L'événement « La culture dit oui au mariage pour tous » a réuni des musiciens et des artistes ; l'événement « La science dit oui au mariage pour tous » a réuni des académiques et des scientifiques, et nous avons recueilli 600 signatures d'universités, de chercheurs et d'associations professionnelles de psychologie et de pédiatrie, entre autres. Contrairement aux précédents, nous avons organisé l'événement « La religion dit oui au mariage pour tous » dans une église évangélique au quartier de Flores, auquel ont participé des prêtres catholiques, des rabbins et des rabbines, et des pasteurs évangéliques et d'autres églises protestantes. Au-delà de ce que nous pensions individuellement des religions et de la séparation de l'Église et de l'État, nous voulions montrer aux gens qu'ils n'avaient pas besoin de choisir entre leur religion et le mariage pour tous, car ils pouvaient être en faveur du mariage pour tous quelle que soit leur orientation religieuse. À cause de leur participation à l'événement, le lendemain, quelques prêtres catholiques ont été expulsés de l'église.

    Comment ces manifestations de soutien ont-elles aidé à modifier des positions de législateurs ?

    Dès le départ, nous avons utilisé la stratégie du lobbying en affichant ce soutien, ainsi que ceux qui émergeaient des sondages d'opinion. La première enquête que nous avons eue a été réalisée par le journal Página/12 et montrait que dans la ville de Buenos Aires, le taux d'approbation dépassait le 60 %. Peu de temps après, le gouvernement a commandé une enquête très importante, qui était même basée sur des groupes de discussion dans les provinces, ce qui nous a permis non seulement de savoir si les gens étaient pour ou contre, mais aussi quels arguments étaient les plus efficaces. Dans les groupes de discussion, nous avons présenté différents arguments en faveur du mariage pour tous et nous avons observé les réactions des gens ; ainsi nous avons identifié les arguments qui fonctionnaient le mieux.

    Bien sûr, nous avons toujours montré la partie de l'enquête qui nous convenait le mieux, parce que les réponses dépendaient beaucoup de la manière dont la question était posée. Par exemple, lorsque nous avons demandé aux gens s'ils croyaient que les personnes homosexuelles et hétérosexuelles avaient les mêmes droits, environ 90 % ont répondu oui ; mais si nous leur demandions s'ils acceptaient qu’elles puissent se marier, le pourcentage tombait à 60% ; et si nous leur posions la question sur les droits d'adoption, l'approbation tombait à 40 %. Mais si nous les informions qu'en réalité les personnes homosexuelles en Argentine étaient déjà légalement autorisées à adopter de manière individuelle, et nous leur demandions ensuite s'ils accepteraient de retirer ce droit, la majorité disait non. Si seulement un 40 % était en principe favorable à l'adoption par des couples de personnes du même sexe, plus du 50 % refusait de l'interdire si elle était déjà autorisée. Une partie de la discussion consistait donc à informer les gens et à expliquer que les enfants adoptés par des personnes homosexuelles avaient la moitié de leurs droits, car puisque leurs parents ne pouvaient pas se marier, l'un d'eux ne pouvait pas, par exemple, leur laisser une pension. Quand nous leur avons demandé s'ils ne pensaient pas que ces personnes devraient pouvoir se marier pour que leurs enfants puissent obtenir la garantie de tous leurs droits, plus du 80 % ont répondu oui.

    A partir du travail avec ces arguments, le soutien a grandi tout au long de la campagne, au point que des adhésions inattendues ont commencé à arriver, par exemple, du Centre étudiant d'une université catholique qui nous a appelés pour nous rejoindre. À la fin je dirais que tous les référents de l'art, de la culture, du monde syndical et du journalisme nous ont soutenus. Tous ceux qui continuaient d'être contre représentaient une religion, mais parmi nos partisans, il y avait aussi de nombreux référents religieux. Avec les chiffres de l'opinion publique et les listes de partisans en main, nous avons fait le tour des commissions parlementaires et les chambres législatives, et nous avons opéré politiquement pendant les débats jusqu'au moment même où la loi a été approuvée.

    Je pense que la stratégie consistant à parcourir toutes les voies possibles, à avoir une grande capacité de dialogue et d'articulation, et à rechercher tous les alliés possibles, a été très réussie. Même à une époque de forte polarisation politique, nous avons parlé avec tous les partis, avec les jeunes et les groupes féministes des partis, avec certains alliés LGBT+ des partis, et plus tard, au fur et à mesure qu'ils sont apparus, avec les divisions de diversité des partis. C'était très difficile, mais dans la lutte pour le mariage pour tous, nous avons réussi à prendre la « photo impossible », dans laquelle des politiciens du gouvernement et de l'opposition se sont alignés derrière la même cause.

    Pour changer la loi, il fallait d'abord générer un changement des attitudes sociales. Pensez-vous que l'adoption de la loi a entraîné d'autres changements sociaux et culturels plus profonds ?

    L'approbation de la loi a généré un certain climat dans la société, je dirais même de fierté d'être le dixième pays au monde à avoir consacré le mariage pour tous. Le secteur politique qui avait voté contre la loi se sentait exclu et ne voulait pas que cela se reproduise, ce qui s'est reflété dans l'approbation, en 2012, de la loi sur l'identité de genre, bien plus révolutionnaire que celle du mariage pour tous, pratiquement à l'unanimité. Il s'agit d'une loi à la pointe dans le monde entier, et même les plus grands opposants au mariage pour tous l'ont défendue et ont voté pour elle au Sénat.

    Ces lois ont eu de grands impacts institutionnels et l'action institutionnelle a approfondi le changement culturel. Après son approbation, tous les ministères, de nombreuses municipalités et de nombreuses provinces ont mis en place des espaces de diversité sexuelle. En conséquence, il s'est avéré qu'il y avait de nombreuses agences publiques à différents niveaux générant des politiques publiques sur la diversité, qui ont eu un impact dans de nombreux domaines, y compris les écoles. Cela a généré un changement culturel important, car il a modifié la perception de nos familles. Bien sûr, il existe des poches de résistance et des actes de discrimination continuent à se produire, mais maintenant ces actes de discrimination sont signalés et répudiés par la société et la condamnation sociale est amplifiée par le journalisme et les médias. La discrimination, qui dans le passé était légitimée par l'État, manque désormais de légitimité. L'État non seulement ne la légitime plus mais génère également des politiques publiques en faveur de la diversité. La loi n'a jamais été notre objectif ultime et ce n'est pas non plus une solution miracle pour mettre fin à la discrimination, mais c'est un outil sans lequel il est impossible de mettre fin à la discrimination.

    L'espace civique en Argentine est classé « étroit » par leCIVICUS MonitorContactez María via sonsiteweb ou sa pageFacebook, et suivez@Defensorialgbt sur Twitter. Contactez la Federation Argentine LGBT via son siteweb ou sa pageFacebook, et suivez @FALGBT sur Twitter. 

     

  • COVID-19 : « Nous avons besoin de politiques publiques qui réduisent et redistribuent le travail de soins non rémunéré »

    CIVICUS s’entretient des impacts de la pandémie de COVID-19 sur les inégalités de genre et des réponses formulées par la société civile avec Gala Díaz Langou, directrice du programme de protection sociale du Centre pour la mise en œuvre des politiques publiques d’équité et de croissance (Centro de Implementación de Políticas Públicas para la Equidad y el Crecimiento, CIPPEC). CIPPEC est une organisation de la société civile argentine qui se consacre à la production de connaissances et de recommandations pour l’élaboration de politiques publiques visant le développement, l’équité, l’inclusion, l’égalité des chances, l’efficacité et la force des institutions.