Togo

 

  • 5 countries on CIVICUS Monitor watchlist presented to UN Human Rights Council

    Statement at the 46th Session of the UN Human Rights Council

    This Council has identified restrictions on fundamental freedoms as a warning sign of an impending human rights crisis. Five countries were highlighted in the latest CIVICUS Monitor Watchlist, which puts a spotlight on a group of countries where there has been a rapid decline in respect for civic space. 

    These include Myanmar, where a military coup has led to deaths of at least 50 protesters, and the arbitrary detention of more than a thousand activists, protesters and politicians, while journalists are targeted daily. 

    In Nicaragua, there has been systematic repression of demonstrations. Human rights defenders, journalists and perceived political opponents face criminalisation and harassment, and a recent onslaught of repressive laws hinders civic space still further.

    In Poland, months of ongoing protests sparked by a near-total ban on abortion have been met with excessive force by authorities and far-right groups. Laws and reforms which undermine judicial independence and the rule of law have been passed since 2015 and media freedom is under threat. 

    In Russia, there have been large scale attacks on peaceful assembly and journalists during the massive nationwide peaceful protests. Over 10,000 protesters have been detained.

    In Togo, where civic space has been backsliding since 2017, the detention of a journalist and trade unionists and the suspension of a newspaper are recent examples highlighting the deterioration in the respect of civic freedoms.

    The Council cannot fulfill its protection or prevention mandates unless it is prepared to take meaningful action in situations which show such warning signs. We call for stronger scrutiny on Myanmar and Nicaragua to be brought by the Council this session, and for due attention on Poland, Russia and Togo to prevent deteriorating situations on the ground. 

    Civic space ratings by CIVICUS Monitor
    Open Narrowed Obstructed  Repressed Closed

     

     

  • 5 países de la lista de vigilancia de CIVICUS se presentan al Consejo de Derechos Humanos de la ONU

     

    Declaración en el 46º período de sesiones del Consejo de Derechos Humanos de la ONU

    Este Consejo ha identificado las restricciones a las libertades fundamentales como una señal de alarma de una inminente crisis de derechos humanos. Cinco países han sido destacados en la última lista de vigilancia de CIVICUS Monitor, la cual pone el punto de mira un grupo de países en los que se ha producido un rápido declive del respeto al espacio cívico.

    Entre ellos se encuentra Myanmar, donde un golpe militar ha provocado la muerte de al menos 50 manifestantes y la detención arbitraria de más de mil activistas, manifestantes y políticos, mientras que los periodistas son objeto de ataques diarios.

    En Nicaragua se ha producido una represión sistemática de las manifestaciones. Los defensores de derechos humanos, los periodistas y los presuntos opositores políticos sufren criminalización y acoso. Además, una reciente oleada de leyes represivas obstaculiza aún más el espacio cívico.

    En Polonia, las autoridades y los grupos de extrema derecha han respondido con una fuerza excesiva a los meses de protestas desencadenadas por la prohibición casi total del aborto. Desde 2015 se han aprobado leyes y reformas que socavan la independencia judicial y el Estado de derecho. Asimismo, la libertad de los medios de comunicación está amenazada.

    En Rusia se han producido agresiones a gran escala contra las reuniones pacíficas y los periodistas durante las masivas protestas pacíficas a nivel nacional. Más de 10.000 manifestantes han sido detenidos.

    En Togo, donde el espacio cívico se ha visto limitado desde 2017, la detención de un periodista y de sindicalistas y la suspensión de un periódico son ejemplos recientes que ponen de manifiesto el deterioro del respeto a las libertades cívicas.

    El Consejo no puede cumplir sus mandatos de protección o prevención a menos que esté preparado para tomar medidas significativas en situaciones que muestren tales señales de alerta. Pedimos que el Consejo lleve a cabo un examen más riguroso de Myanmar y Nicaragua en este periodo de sesiones, y que preste la debida atención a Polonia, Rusia y Togo para evitar el deterioro de la situación sobre el terreno.

    Calificaciónes de espacio cívico - CIVICUS Monitor
    Abierto Estrecho Obstruido  Represivo Cerrado

     

     

  • Cinq pays sur la liste de surveillance de CIVICUS présentés au Nations Unies

     

    Déclaration lue au cours de la 46ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies

    Le Conseil a identifié des cas d’entraves aux libertés fondamentales comme le signe avant-coureur d’une crise imminente des droits humains. Cinq pays ont été mis en évidence dans la dernière liste de surveillance de CIVICUS, qui attire l’attention sur un groupe de pays où l’on constate un recul rapide dans le respect de l’espace civique.

    Il s’agit notamment du Myanmar, où un coup d’État militaire a entraîné la mort d’au moins 50 manifestants et l’arrestation arbitraire de plus d’un millier de militants, de manifestants et de responsables politiques, tandis que des journalistes sont pris pour cible quotidiennement.

    Au Nicaragua, les manifestations ont systématiquement été réprimées. Les défenseurs des droits humains, les journalistes et les opposants politiques présumés sont victimes de répression pénale et de harcèlement, et une série de lois répressives adoptées récemment entrave encore davantage l’espace civique.

    En Polania, les autorités et les groupes d’extrême droite ont fait un usage excessif de la force lors des mois de manifestations déclenchées par l’interdiction presque totale de l’avortement. Des lois et des réformes qui compromettent l’indépendance de la justice et l’État de droit ont été adoptées depuis 2015, et la liberté des médias est menacée.

    En Russie, des attaques de grande ampleur ont eu lieu contre les rassemblements pacifiques et les journalistes lors des grandes manifestations pacifiques dans tout le pays. Plus de 10 000 manifestants ont été arrêtés.

    Au Togo, où l’espace civique recule depuis 2017, l’arrestation d’une journaliste et de syndicalistes et la fermeture d’un journal sont des exemples récents qui illustrent la dégradation des libertés civiques.

    Le Conseil ne peut pas remplir ses mandats de protection ou de prévention s’il n’est pas prêt à prendre des mesures concrètes face à des situations qui présentent de tels signes avant-coureurs. Nous demandons au Conseil de procéder à un examen plus approfondi de la situation au Myanmar et au Nicaragua au cours de cette session, et d’accorder toute l’attention nécessaire à la Pologne, à la Russie et au Togo afin d’éviter que la situation sur le terrain de ces pays ne se détériore encore davantage. 

    Evaluation de l'espace civique - CIVICUS Monitor
    Ouvert Rétréci Obstrué Réprimé Fermé
     

     

     

  • Joint Universal Periodic Review Submissions on Human Rights

    CIVICUS makes joint UN Universal Periodic Review (UPR) submissions on civil society space in Timor-Leste, Togo, Uganda, and Venezuela

    The United Nations Human Rights Council's Universal Periodic Review is a unique process which involves a review of the human rights records of all 193 UN Member States once every 4.5 years


    CIVICUS and its partners have submitted joint UN Universal Periodic Review (UPR) submissions on four countries in advance of the 40th UPR session in February 2022. The submissions examine the state of civil society in each country, including the promotion and protection of the rights to freedom of association, assembly and expression and the environment for human rights defenders. We further provide an assessment of the States’ domestic implementation of civic space recommendations received during the 2nd UPR cycle over 4 years ago and provide a number of targeted follow-up recommendations. 

    Timor-Leste - This submission by CIVICUS, The Asian Forum for Human Rights and Development (FORUM-ASIA), Judicial System Monitoring Program (JSMP) and Timor-Leste Institute for Development Monitoring and Analysis (La'o Hamutuk) highlights our concerns around attempts by the government to introduce draft laws related to criminal defamation and the failure to bring the Media Law in line with international law and standards. It also documents reports of restrictions on the right to peaceful assembly and the arbitrary arrests of protesters.

    Togo FR/EN- In its joint submission, CIVICUS, Coalition Togolaise des Défenseurs des Droits Humains (CTDDH) and Réseau Ouest Africain des Défenseurs des Droits Humains (WAHRDN/ROADDH) highlight civic space violations in Togo since its previous UPR examination, which include the killing of protesters, the arrest and prosecution of HRDs, journalists and pro-democracy activists, the banning of civil society and opposition protests, the suspension of media outlets, regular disruption of access to the internet and social media and the adoption of restrictive legislation.

    Uganda-CIVICUS and the Foundation for Human Rights Initiative (FHRI), Justice Access Point (JAP) and African Institute for Investigative Journalism (AIIJ) highlight the promulgation of restrictive laws that severely constrain the freedom of expression and impede the work of independent media houses. We further examine the harassment, judicial persecution and intimidation of HRDs because of the work they do. We discuss acts of intimidation and attacks on citizens, HRDs, CSOs and journalists in the period leading up to, during and after the presidential and parliamentary elections on 14 January 2021.

    Venezuela SP/EN - CIVICUS, Espacio Público and REDLAD examine Venezuela’s use of legal and extra-legal measures to restrict the exercise of fundamental freedoms which has led to worsening working conditions for civil society. Human rights defenders face judicial persecution, stigmatisation and threats to their lives and integrity. In this joint submission, we assess the systematic repression of the right to peaceful assembly, including through mass arbitrary detention of protesters and excessive use of force.


    Civic space in Timor-Leste is rated as Obstructed and Togo, Uganda and Venezuela are rated Repressed by the CIVICUS Monitor.

     

  • Les manifestants se transforment en milliers de personnes qui battent la fermeture d'Internet

    Read the interview in English 

    CIVICUS parle avec KEPOMEY Koffi Dela Franck de l'organisation non gouvernementale Concertation Nationale de la Société Civile au Togo des récentes manifestations dans le pays sur les limites du mandat présidentiel.

    Q : L’accès à l’internet et aux réseaux sociaux était restreint au Togo entre le 5 et 12 Septembre. Est-ce que vous pourriez donner plus d’information sur les raisons de cette action ?

    Effectivement l'accès à internet et aux réseaux sociaux a été restreint au Togo à cette période. La raison évoquée par le parti au pouvoir est une panne technique. Ce qui n'est pas vrai. La restriction est faite juste pour que l'opposition et les citoyens ne puissent pas utiliser les réseaux sociaux pour informer l'opinion internationale de la situation au Togo (grande manifestation de l'opposition et répression des forces de sécurité à partir de 22 heures). Sources proches du parti au pouvoir indiquent qu’ils l’ont fait pour prévenir que les gens diffusent des images qui incitent à la violence.

    Cette décision viole l'article10 de la résolution NA/HCR/RES/32/13 du 1 juillet 2016 adopté par le conseil des droits humains des nations unies sur la promotion, la protection et l'exercice des droits humains sur internet.

    Q. Quel était l’impact de cette restriction ?

    Cette restriction n'a pas été sans impacts négatifs sur l'économie et la vie sociale du pays. Les activités de plusieurs opérateurs économiques sont restreintes et aussi la population est privée d'information.

    Q. Le samedi 19 août 2017 des manifestants ont été tuées lors d’une manifestation menée par l’opposition. Est-ce que vous pourriez donner plus d’information de ce qui s’est passé ce jour?

    Le samedi 19 août 2017, le Parti National Panafricain, PNP, a organisé à Lome et dans certaines localités du pays (Anié, Sokodé, Bafilo, Kara) une marche pour dénoncer le retour à la constitution de 1992 et réclamer le droit de vote de la population de la diaspora.

    Au cours de cette manifestation il y’a eu plusieurs morts (2 selon des sources officielles et 7 selon les organisateurs) et de nombreux blessés. En même temps 66 personnes ont été arrêtées.

    Q. Savez-vous pourquoi la police a réagi avec cette violence contre les manifestants?

    Les organisateurs et le pouvoir n’ont pas pu s’entendre sur les itinéraires de la manifestation. Le jeudi 17 août 2017, les ministres de l’administration territoriale et de la sécurité ont déclaré, dans une conférence de presse, qu’aucun rassemblement ne sera toléré le 19 aout 2017 sur toute l’étendue du territoire et que les manifestations seront dispersées à leur point de départ.

    Il s’agit d’une manifestation pacifique qui aurait dû être fait sous la direction des forces de police (gendarmerie et police) selon la loi n° 2011-010 du 16 mai relative aux conditions de manifestations publiques.

    Malheureusement on a retrouvé sur les lieux de manifestation des militaires qui dispersaient les protestations. Ce qui peut expliquer l’agressivité des manifestants.

    Q.Comment la société civile togolaise a-t-elle réagi à la brutalité de la police et aux meurtres?

    La Concertation Nationale de la Société Civile au Togo (CNSC-Togo) a publié une déclaration publique de condamnation de la violence sous toutes ses formes au lendemain des tueries et a appelé le gouvernement à prendre d'urgence des mesures pour apaiser le climat social, y compris la libération des détenus. En outre, CNSC-Togo a appelé les partis politiques à améliorer le mentorat de leurs activistes/membres, entre d’autres.

    Les Collectifs des associations contre l'impunité au Togo (CACIT) ont également condamné la répression de l'assemblée. Le 24 août 2017, un groupe de 32 associations et réseaux a publié une déclaration appelant le gouvernement et les autres acteurs publics à assurer l'exercice de la liberté de réunion afin d'assurer le professionnalisme des forces de sécurité dans le cadre des réunions et appelle les membres/partis politiques à respecter les biens publics et les infrastructures.

    Q. Comment décririez-vous l’état de la liberté de réunion pacifique au Togo?
    La liberté de réunion et d’association pacifique au Togo dépend de la tendance politique de ceux qui organisent la manifestation. Les militants et sympathisants du parti au pouvoir organisent des manifestations en toute quiétude même les jours ouvrables. Ce qui n’est toujours pas le cas des partis de l’opposition. Ils font souvent face à des restrictions sur les itinéraires et les points de départ des manifestations. Cela signifie que les réunions pacifiques peuvent facilement dégénérer en raison des exigences des forces de sécurité.

    Q. Comment décririez-vous l’état de la démocratie au Togo?

    La démocratie au Togo a traversé des moments difficiles depuis que les partis d'opposition sont revenus sur la mise en œuvre de réformes institutionnelles et constitutionnelles suite aux recommandations de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) que le gouvernement prend du temps pour compléter. Les partis d'opposition soupçonnent que le gouvernement retarde la prise de décision pour éviter de traduire les réformes en réalité.

    Le lundi 30 juin 2014, le projet de réforme constitutionnelle présenté par le gouvernement au Parlement après le dialogue connu sous le nom de Togotélécom II de mai 2014 a été rejeté, car les membres du parlement du parti au pouvoir ont voté contre le projet de loi.

    Depuis, des voix discordantes se sont multipliées et la pression s'est accrue, même au sein des organisations de la société civile œuvrant dans le domaine de la promotion de la démocratie et de l'état de droit. Il y a souvent des pressions sur les partenaires financiers pour priver les organisations de ressources qui leur permettent d'être autonomes dans leurs actions.

    Q. Quel type de soutien peuvent offrir les groupes régionaux et internationaux à la CNSC-Togo et aux autres organisations de la société civile du pays dans la situation actuelle?

    En effet, le CCSN-Togo a des difficultés à réunir des fonds et est satisfait de certains microprojets et de l'allocation de fonds provenants des donateurs/partenaires gouvernementaux traditionnels, en particulier de l'Union européenne, et du PNUD à l’approche des élections. Ces partenaires reçoivent d'abord une autorisation gouvernementale avant d'accorder les ressources. Ce qui conduit souvent à l'autocensure dans nos déclarations et réunions publiques.

    Nous devons entrer en contact avec d'autres partenaires / donateurs qui peuvent nous fournir un soutien financier durable.

    • L'espace civique au Togo est considéré comme «obstrué» par leCIVICUS Monitor, un outil en direct qui retrace l'espace civique autour du monde.

    • Suivez la Concertation Nationale de la Société Civile au Togo à:http://www.cnsctogo.org/

     

  • Togo: Rapport du Dialogue sur la Démocratie: 8 Juillet 2018

    Dialogue sur la Démocratie organisé par Amis des Étrangers au Togo, Lomé, 8 Juillet 2018

     

  • Togo’s violations of the press are out of step with democratic norms

    French

    CIVICUS speaks toKoffi Déla Frack Kepomey, the executive director of Concertation Nationale de la Société Civile du Togo (CNSC-Togo) concerning the recent closure of a television and radio station by the regulatory authority as well as the torture of a journalist.

    1. Two independent media outlets, LCF television station and radio City FM, were closed by the media regulatory authority High Authority for Audio-Visual and Communication  (HAAC) on 6 February 2017. Can you detail these closures?

    The High Authority for Audio-Visual and Communication (HAAC) issued a communiqué on 19 September and 26 December 2016 respectively saying that it had informed media outlets LCF and City FM which are under the media group Sud Média, of irregularities and invited them to comply with the rules before 5 February 2017. A failure to comply would lead to the withdrawal of their licenses the HAAC said.

    During a press conference convened by the president of the HAAC, Pitang Tchalla, on 3 February 2017, he declared that he was not aware of the existence of documents constituting a file of the Sud Média group and announced they will be closed after 5 February 2017.

    The director of the Sud Média group, Luc Abaki, confirmed that the Sud Média group complied with the rules and that all documents had been provided to the then HAAC president Philippe Evegno.

    Some questions remain to be clarified after the closure such as what exactly is the Sud Média group being blamed for? What are the underlying and unsaid reasons for this case?

    Although it is the HAAC that attributes frequencies to radio and television stations, and gives authorisation to the written press, the HAAC also does not have the authority to cancel frequencies from those with legal existence. This power belongs to the justice arm of the state. Article 130, title IX of the Constitution states, among others that “… the HAAC has the competence to grant authorisations to new installations of private television and radio stations”. Additionally, article 24 of the Organic Law establishing the HAAC specifies that the HAAC has the competence to grant authorisations for the installation and operation of television and radio stations. Analysing these two situations shows clearly that the powers that be have decided to muzzle the press.

    CNSC remains particularly concerned about the increasing restrictions for the freedom of expression and freedom of the press in Togo.

    2. Journalist Robert Avotor was violently attacked on 7 February 2017 and tortured for two hours by security forces when reporting on a land dispute in Akato-Viépé. What happened?

    The journalist Robert Avotor was carrying out his reporting work when he was arrested, handcuffed and tortured. This happened in Akato-Viépé, a suburb of Lomé, where he was reporting on a land dispute.

    According to the journalist there is a land dispute in Akato-Viépé following a decision of the Supreme Court ruled that some buildings had to be demolished. Gendarmes came to force people from the area. There were about one hundred men in combat uniforms. Robert went there to do a report. He had his press vest and his press card. He descended from his motorcycle and approached the gendarmes and presented himself and requested to speak with the chief of the gendarmes.

    Here are the facts as described by the journalist in his own words: “One of them asked me who I am and I repeated to him that I am a journalist. They responded that there was no chief among them, that they were all chiefs. After this, they asked me to show my press card, which I did. Afterwards they said: ‘We don’t eat cards here’. One of them ordered me to leave the premises. He had hardly finished saying that when he started to beat me. I ran but other gendarmes caught me and started clubbing me. They then handcuffed me, put me in a corner and walked away. Some minutes later, they came back and asked me for which press organisation I work for. I told them I came from L’Alternative. They asked me who the director was. I said it was Ferdinand Ayité. They responded, ‘This time, we have you. We always come across this name. We will make you feel what we are capable of. When you are in the crowd, you make noise. Today, it’s you alone.’ They left me in the corner. They handcuffed my hands behind my back. From time to time they came back to tighten my handcuffs. This hurt my wrists.

    At a certain point, I felt the need to relieve myself. I asked them if they would permit me to urinate. They categorically refused. I then urinated in my pants and this amused them. They also brought in another person that they had discovered filming the eviction. I was there, handcuffed, for more than two hours. They then handcuffed us together (with the other person that had also been arrested), and we got into their vehicle. Once we arrived at the Gendarmerie of Sagbado, they erased all the images in our phones and on our devices. They gave us back our phones and asked us to leave. They took note of our identity numbers and we left around 14.30.”

    According to Ferdinand Ayité, director of L’Alternative, journalist Robert Avotor has been subject to anonymous calls and harassment since the attack on 7 February. On the night of 19 February, while going home by motorcycle, he was followed by a car that sped up and hit the rear of his motorcycle, leading him to fall.

    The Minister of Security, Yak Damehame, has received the journalist a couple of days later, together with the director of l’Alternativenewspaper and other media actors, in which he reassured to take the necessary sanctions to those responsible.

    3. How would you describe the situation of freedom of expression in Togo?

    The closure of these two independent media described above and the attack on and torture of journalist Robert Avotor by security forces are incidents that bear a heavy cost for freedom of expression in Togo.

    The mission of the High Authority for Audio-Visual and Communication (HAAC) is “to guarantee and ensure the freedom and protection of the press and other ways of mass communication” and the first article of Organic Law 2004-021/PR of 15 December 2004 regulating the HAAC, modified  by Organic Law  2009-029 of 22 December 2009 and Organic Law 2013-016 of 8 July 2013 says the HAAC is an “independent institution, independent of the administrative authorities, of all political power, of all associations and pressure groups”. The HAAC does not have the calling/ vocation to close media.

    Togo has ratified international agreements, and in particular, it has ratified the Convention against Torture and Other Cruel, Inhumane or Degrading Treatment or Punishment and also its Constitution does not permit torture.

    These incidents constitute an obstacle to the exercise of the freedom of press and the freedom of expression, also protected by the Togolese Constitution and are an attack on human rights. They risk to annul all the efforts the government has implemented in that sense, and above all eligibility for different programmes of the Millenium Challenge Corporation.

    4. How has Togolese civil society reacted to these developments?

    Confronted with these events, civil society in Togo has mobilised to express their indignation through press statements, open letters and public marches. A public march was organised on 25 February in Lomé by CSOs and press organisations, joint by certain political parties, to condemn the closure of LCF and City FM. Although the march was authorised by municipal authorities, the crowd was dispersed by security forces using teargas grenades and batons, and chased protestors into the compound of the University of Lomé. CSOs and press organisations condemned strongly this violation of peaceful assembly.

    Joint press statements were organised to denounce the violations of the freedom of expression, and open letters were written to government structures to use their influence to guarantee the freedom of expression. For example, CNSC has written to the MCA Cell, a structure put in place by the government to assist Togo to benefit from the Treshold and Compact of the Millenium Challenge Corporation.

    5. Can you tell us some more about the environment for civil society in Togo?

    At the moment we can say that there is a beginning of awareness within Togolese civil society in terms of mobilisation that needs to be encouraged. However, civic space is still under threat and there is need for more sensitisation and capacity enhancement to preserve civil society.

    6. What support can international and regional groups offer to CNSC-Togo and other civil society organisations in the country?

    Togolese CSOs not only need capacity enhancement for the effective preservation of civic space but also institutional support. There is a need to strengthen CSOs and activists on the preservation of civic space by accentuating the use of technology and including them in regional and international networks in order to share experiences and information.

    Institutional support is a big need of CSOs in Togo, for them to achieve increased effectiveness and sustainability. Additionally regional and international groups must advocate, to the international community and the partners for Togo to respect regional and international instruments in practice.

    Confronted with this situations, CNSC-Togo has addressed a communication to the Coordinator of the Cell MCA – Togo, a cell that was set up by the state to improve the indexes of development, freedom, corruption in order for Togo to benefit from the Millenium Challenge Corporation. We have asked the cell to use its influence to bring the president of the HAAC to reconsider its decision to withdraw the authorisation to close the LCF and City FM stations of the Sud Média group.

    • For more information on CNSC-Togo and their activities, visit their website,www.cnsctogo.org
    • Please describe in one paragraph what CNSC-Togo does.CNSC (Concertation de la Société Civile du Togo) is a Togolese civil society network with 72 member organisations, working mainly on the themes of democracy, good governance, and the promotion and protection of individual and collective rights of Togolese citizens.

    Togo is ranked as obstructed by the CIVICUSMonitor.

     

  • Un nouveau rapport montre que les libertés civiles et politiques sont en recul en Afrique de l’Ouest à l’approche des élections présidentielles.

    Les libertés civiles et les normes démocratiques enregistrent un net recul en Afrique de l’Ouest francophone avec des présidents au pouvoir contournant les limites de mandat et muselant les militants pro-démocratie et les opposants, a déclaré CIVICUS, à l’approche les élections présidentielles en Guinée (18 octobre) et en Côte d’Ivoire (31 octobre).

    Au cours des six prochains mois, une série d’élections se tiendra dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest francophone.  Les élections débuteront en Guinée et en Côte d’Ivoire en octobre, puis au Burkina Faso (novembre), au Niger (décembre-janvier) et au Bénin (avril).  Le Togo a déjà organisé une élection présidentielle contestée en février 2020.

    Au Togo, en Guinée et en Côte d’Ivoire, la violence et les tensions politiques sont alimentées par le refus des présidents de ne pas se retirer à la fin de leur mandat. Au Bénin, des changements récents dans les conditions d’éligibilité signifient que les membres de l’opposition pourraient ne pas être en mesure de se présenter à la prochaine présidentielle, tandis que la Côte d’Ivoire, le Niger et le Burkina Faso sont actuellement confrontés ou sont en train de sortir  de conflits armés violents qui sont utilisés pour justifier des lois  et politiques répressives. En outre, les restrictions introduites en réponse à la pandémie COVID-19 ainsi que l'avancée de groupes armés du Sahel vers le golfe de Guinée rendent la situation plus instable.

    Dans ce climat politique tendu, le nouveau rapport «L’espace civique en recul à l’approche des élections en Afrique de l’Ouest francophone» examine les outils de répression utilisés pour affaiblir les groupes d’opposition, saper le travail des défenseurs des droits humains, des militants et des journalistes, avec un accent sur le Bénin, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Niger et le Togo.

    Ce rapport documente les récentes perturbations d’Internet, l’arrestation de centaines de journalistes et d’activistes pro-démocratie ainsi que les homicides de dizaines de manifestants pacifiques lors des manifestations organisées au cours des trois dernières années. Les gouvernements utilisent des lois restrictives, des processus d’enregistrement trop complexes, le harcèlement judiciaire et un recours excessif à la force pour réprimer la société civile, en particulier lorsque la divergence d’opinion est exprimée en ligne ou lors de manifestations.

    «Plutôt que de travailler avec la société civile pour créer un environnement propice à des élections libres et équitables en Afrique de l'Ouest, les autorités répriment les défenseurs des droits humains et les militants pro-démocratie. Dans l’espoir d’éradiquer toute opposition, elles ont créé un climat de peur qui alimente la violence politique, érode l’état de droit et mine la stabilité régionale », a déclaré François Patuel, chercheur principal sur l’Afrique de l’Ouest et auteur du rapport.

    En Guinée, où le président Alpha Condé se présentera pour un troisième mandat le 18 octobre 2020, plus de cinquante personnes ont été tuées depuis octobre 2019 lors de manifestations organisées par l’opposition politique et le groupe pro-démocratie Front National de Défense de la Constitution (FNDC).  En mars 2020, le référendum constitutionnel qui a ouvert la voie à la candidature d’Alpha Condé pour un troisième mandat a été marqué par la fermeture des réseaux sociaux ainsi que par des affrontements intercommunautaires en Guinée forestière qui ont fait plus de 30 morts.  Des dizaines de sympathisants du FNDC et de journalistes ont été arrêtés depuis la création du mouvement en avril 2019.

    En Côte d’Ivoire, au moins 12 personnes ont été tuées lors de manifestations et d’affrontements entre militants politiques à la suite de la décision du président Alassane Ouattara de se présenter pour un troisième mandat à l’élection présidentielle prévue le 31 octobre 2020. Les manifestations publiques sont interdites depuis août 2020. Les autorités ont adopté des lois criminalisant les fausses nouvelles et les ont utilisées pour cibler des journalistes, des blogueurs et des politiciens exprimant leur divergence d’opinion, y compris des parlementaires comme Alain Lobognon qui est en détention depuis décembre 2019. Au mépris des institutions régionales, la Côte d’Ivoire a ignoré  les ordonnances de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples exigeant la libération des sympatisants de Guillaume Soro et demandant aux autorités  de permettre à Guillaume Soro et Laurent Gbagbo de se présenter à la présidentielle.

    «Les groupes locaux de défense des droits humains ne prennent pas en charge les affaires politiques sensibles par peur de représailles.  Même les avocats ont peur. »  –Une femme défenseure des droits humains, Abidjan, 15 mai 2020.

    «Sur le papier, le droit à la liberté d’expression est censé être protégé. Mais dans la pratique, les journalistes sont intimidés lorsqu’ils écrivent sur des sujets sensibles tels que les droits fonciers, la brutalité policière et la corruption. »  - Entretien avec un défenseur des droits humains, Lomé, 14 mai 2020.
        
    Avec le recul des libertés civiques dans toute l’Afrique de l’Ouest francophone, les organisations de la société civile ont besoin du soutien des partenaires régionaux et internationaux pour rester en sécurité, pour s’assurer que leur voix est entendue dans les forums internationaux et régionaux et pour augmenter la pression sur les autorités nationales pour un changement positif en matière de droits humains.  La CEDEAO et l’Union africaine, en particulier, doivent affermir leur réponse face au mépris des autorités pour les normes et instruments régionaux, y compris les efforts de ces dernières visant à affaiblir la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.


    ENTREVUES
    Pour organiser des entretiens, veuillez contacter:
    François Patuel, consultant et chercheur senior sur l’Afrique de l’Ouest pour CIVICUS, , +221 77693 78 46