Amériques

 

  • ‘The government is in fact listening to civil society, just not to the progressive side of it’

    CIVICUS speaks to Horace Levy, the director of Jamaicans for Justice, a non-profit, non-partisan, non-violent citizens’ rights action organisation that advocates for good governance and improvements in state accountability and transparency.

    1. What led to the formation of Jamaicans for Justice, and what does the organisation do?

    In April 1999, the government announced new taxes, including a special fuel tax and a 30% hike in the cost of licensing vehicles. This prompted widespread protests, both peaceful and violent, including roadblocks and barricades, which lasted for several days. There was one group, in the St. Andrew’s section of Kingston, that included some lower class people, but was mostly middle class, and had gathered to block a road in protest. The poorer people were on one side of the road and the middle class people were on the other, but after a couple of days they came together. Some people from that middle-class group met afterwards to discuss the causes of the protests – the general state of injustice, the oppression of poor people. Out of a series of meetings, held along with a Roman Catholic priest, Monsignor Richard Albert, who offered his church as a venue, was born Jamaicans for Justice (JFJ). By July the group had formed, in August it registered as a limited liability company, and on 15 October 1999, six months after the riots, it officially became a registered NGO.

    The very first case JFJ took on involved the ill treatment of inner city poor youth by the police. The police had detained 52 poor youths, put them behind bars — then they released some but they kept others. From the beginning, then, ill treatment by police became a major issue for JFJ. As a result of several presentations we made before the Inter-American Commission on Human Rights (IACHR), the government eventually set up a Special Coroners’ Court, because the Coroner’s Court was totally inadequate to deal with this. The Special Coroners’ Court deals specifically with police abuse, and killings in particular.

    Another broad area of our work involves children in the care of the state. JFJ monitors the situation of wards of the state in children’s homes, places of safety, police lock-ups, remand and correctional facilities. We gather data, provide reports and lobby for the protection of this particularly vulnerable group.

    We are also involved in a wide range of other things: we deliver human rights education in schools, we provide human rights training to police recruits, we bring legal advice to inner-city communities through legal advice sessions and workshops, we give testimony in front of parliamentary committees, we promote citizen awareness of the right to access public information, and we develop media campaigns, among other things. Right now some of us are working very hard on an identification process the government is putting in place, which involves elements of respect for privacy and other rights. But we keep focusing on one of our core issues: the conditions of detention.

    One achievement we contributed to was the establishment by the government of an independent Commission of Enquiry to clarify the events that took place during the State of Emergency declared in May 2010, which left almost 70 civilians dead. A lot of progress was done in prosecuting the police for extra-judicial killings, which helped reduce the number of killings. In order to prevent this from happening again, we keep pushing for radical change in the way the security forces operate.

    2. Organisations defending basic civil rights against actions by the security forces are often accused of “protecting criminals”. How do you get public opinion to take your side on divisive issues such as police brutality?

    I don’t think we have entirely escaped that accusation. But we try in various ways: for instance, when a police officer is killed in the line of duty we issue a press release offering our sympathy to his family and condemning the act. Most of the times the papers don’t print that, but we issue it anyway. Secondly, we work on other issues as well, such as the welfare of children, which shows we are not fixated on police abuses. There was a period when we also did a lot of work on socio-economic rights: education, housing, employment and the development of rural communities. And of course, we also try to explain that the reason why we are concerned with police brutality is that the police are supposed to be protecting human rights. So a criminal killing somebody and a police officer killing somebody are two completely different things. But people seem to overlook that. Criminals are what they are, and they are not going to be moved by our condemning them. But by addressing actions by the state that should not happen, we have a chance to change them.

    3. How would you describe the environment for civil society in Jamaica? Are civic freedoms enjoyed by all Jamaicans equally, or are there restrictions that affect specific groups disproportionately?

    Civic space is quite good in Jamaica. The freedom of the press is perhaps the most unrestricted in the hemisphere. The freedoms of expression, association and peaceful assembly are respected and protected. The state does not attack these freedoms; to the contrary, for instance, the state has facilitated the freedom of expression by passing laws governing the establishment of fresh media outlets.

    About four years ago, we were stigmatised in public comments by the previous government’s Minister of Youth, who accused us of grooming children in state-run homes to be homosexuals, while we were in fact delivering a sexual education programme in about seven children’s homes. But this was an exception rather than a rule, and it was just an individual reaction from a public official that we had criticised. We had only had another situation like that in the past, when we had just started as an organisation and were perceived as hostile to the party that was in power at the time. But as time passed, and both parties spent some time in power, it became apparent that we criticised them both, that we were not partisan in any way, and that we were constructive rather than over-critical, so our position became accepted.

    Along with a quite healthy civic space, we have had free elections since 1945, and elections have been overall free and fair ever since. We never had a party in power that was not legally and legitimately elected. At the same time, slightly more than half the population is currently not voting, which means that each party has the support of about 23% or 24% of the electorate. Although democracy is firmly rooted not just in the political sphere but also among business, civil society and religious groups, recent polls have witnessed an increase in the number of citizens that would favour a military takeover (which is highly unlikely to happen) in reaction to the perceived corruption of politics.

    There are also lot of structural but subtle ways in which democracy is hurt. As a legacy of slavery and colonialism, our country has a hierarchical social structure that has stayed in place even after independence. It is a pyramid on top of which are white people, followed by brown people in the middle, and black people (who account for 85% of the population) at the bottom. Of course it’s not clear-cut: we have black politicians and top public officials, for example. But there is a sharp distinction between the brown and the black. The middle class is largely brown, although there are blacks among them as well. This distinction reflects in education: we have a two-tier education system, with the brown and upper class in private, proprietary and secondary schools, and the large mass of the mostly black population receiving and inferior education. Fortunately, this is changing, and formerly weak schools are now beginning to compete with privileged schools thanks to state funding. As for police abuses, they are directed against the black majority in poor communities: you don’t see upper class and white people being beaten by the police.

    In other words, democracy is in many ways corrupted by overlapping race and class injustices. The system is not corrupt in the sense that officials massively take bribes, but it is indeed damaged by this racial and class hierarchy that, according to public opinion polls, is unfortunately accepted by the vast majority of the people. Interestingly, this is not reflected in the way Jamaicans individually behave: we don’t see ourselves as less than anybody else, and when overseas we are often regarded as aggressive. We have a strong sense of our rights, but at the same time there is a broad segment of black people bleaching their skin in an attempt to climb up the social ladder.

    4. Do you think representative democracy in Jamaica is participatory enough? Do regular citizens and organised civil society have a say in how public affairs are run?

    Our democracy is not participatory enough, which is part of our struggle. Recent events have enhanced the prospects for civil society participation, however. In the latest election, in early 2016, the government won by a very tight majority, which made it more open to civil society. So as to gather as much support as they could, they gave continuity to an institution called Partnership for a Prosperous Jamaica (PPJ, formerly known as Partnership for Jamaica).

    The PPJ includes representatives of the state (both from the government and the opposition), the private sector, trade unions and civil society organisations. It was in fact as a result of civil society efforts that we got representation for five distinct civil society groups: a faith-based group, a rights advocacy group, a youth group, a women’s group and an environmental CSO. The Prime Minister, who chairs the Partnership, agreed to our proposal to have three sub-committees: on women and children; on violence and the rule of law; and on the environment. The chairpersons of all three sub-committees are civil society people.

    The chairwoman of the environment sub-committee, in particular, is a civil society representative who is highly respected by both major political parties and who had resigned to her position in the previous Partnership because she was disgusted by the fact that there was all talk and no real action. She just led a petition to the Prime Minister to protect Jamaica’s Cockpit Country against bauxite mining. According to a recently established mechanism, if you gather 15 000 signatures in 40 days, the government will review the petition, and if it complies with certain standards the Office of the Prime Minister will issue an official response. This petition surpassed the target by far, so we are now waiting to see whether we won this battle or not.

    So, there is an element of participation, but making it count is a permanent struggle. Additionally, there is a section of civil society that is mobilised around conservative or even reactionary causes, which means that not all forms of participation are helping advance a progressive agenda. For instance, an area in which we are struggling very strongly is LGBTQ rights. We have long been pushing for the revocation of buggery or sodomy laws, old pieces of legislation that criminalise male same-sex sexual activity. Under these statutes, loosely defined “unnatural offences” and “outrages on decency” can be punished with up to ten years of imprisonment and hard labour. But there is a wide section of society, led by conservative churches such as evangelists and Seventh-Day Adventists, which strongly oppose the repeal of these laws. The majority of the population belong to these churches, while more liberal churches are a small minority.

    Politicians are afraid of conservative religious people, so the government has proposed to submit the issue to a referendum. So the government is in fact listening to civil society, just not to the progressive side of it. Now, why would the majority go against itself, its own social norms and its own privilege? We just had an international conference with leading Anglicans and human rights activists, including Anthony Gifford, explaining why this is not the kind of issue to be decided by a popular vote. It doesn't make any sense to ask the majority whether they would like to respect the rights of a minority they are oppressing. Sodomy laws were repealed in Britain 50 years ago, but in Jamaica we are not likely to have them revoked anytime soon. On this issue, a section of civil society is fighting another section of civil society.

    5. What support, including from international actors, does progressive Jamaican civil society need to play a full role in building a fairer society and a more participatory democracy?

    We get international support, for example in the form of the conference I just mentioned, with highly-respected figures putting forward a cogent argument that will hopefully help shape public debate. UNDP has also collaborated in a similar way.

    Financial support, on the other hand, is not that good. That’s where organisations like JFJ are struggling. We get some funding locally, but it is very little. For instance, we have one donor who gives us nearly 2.5 million Jamaicans, but that’s just a few hundred US dollars. We have an annual fundraising art auction, which is quite unusual for an organisation like ours, but that’s because we have some middle- to upper-class donors, and this brings in a couple million Jamaican dollars a year. And it takes months of efforts.

    So most of our funding comes from international sources. We had funding from the UN Democracy Fund (UNDEF), but it expired last December. We just got UNICEF funding for our work with children, which is set to last for at least two years. We also have some funding from the European Union, but it ends in about five months, and we are finding it hard to replace it. We have been trying to get funding from the Open Society Foundations but have not yet succeeded. We are approaching the Inter-American Development Bank, and we might get something from them.

    In short, we are struggling with funding. Until 2013 we had a Legal Department but we had to close it. We still employ one of the lawyers from our former Legal Department, but we need more lawyers because a lot of our work with pre-trial detainees is of a legal nature. For instance, we have a case now going to the Privy Council and we are struggling to get the money to send people there. Even though we have some pro bono lawyers in England, it still costs us money: we need to send them 3 000 pounds that we can ill afford.

    When we get our Legal Department going, we will be able to use it to earn some money. In the past, we stupidly thought that, as a charity, we shouldn’t. But in fact, even as a charity we can earn some money by imposing retainer fees to those who can pay them, while working for free for those who cannot afford them. We are set to do that, but we have made that decision quite recently, so we won’t be earning any money from it for a few months yet.

    • Jamaicans for Justice (JFJ) was founded in 1999 and primarily works with victims whose rights have been breached by members of the security forces. In the upcoming period of sessions of the Inter-American Commission on Human Rights) in Montevideo, Uruguay, JFJ will take part in a hearing on extrajudicial executions and the excessive use of preventive detention against Afro-descendants in Jamaica.
    • Civic space in Jamaica is rated as “narrowed” by theCIVICUS Monitor.
    • Get in touch with Jamaicans for Justice through theirwebsite or Facebook page, or follow@JAForJustice on Twitter.

     

  • " Les gens ne peuvent pas rester sur la touche lorsque leurs droits leur sont retirés "

    Uma Mishra Newbery1Dans le cadre de notre rapport thématique de 2019, nous interrogeons des militants et des dirigeants de la société civile sur la manière dont ils sont confrontés aux réactions hostiles de la part des groupes anti-droits et sur leurs stratégies pour renforcer les approches progressistes et réponses de la société civile. CIVICUS s'entretient avec Uma Mishra-Newbery, directrice exécutive par intérim de Women's March Global, un réseau de sections et de membres qui se mobilisent pour promouvoir les droits des femmes dans le monde. Womens' March Global a été créée pour donner une continuité à la dynamique des mobilisations dejanvier 2017, lorsque des millions de femmes et de militants aux Etats-Unis et dans le monde sont descendus dans la rue pour se faire voir et entendre. Sa vision est celle d'une communauté mondiale au sein de laquelle toutes les femmes - y compris les femmes noires, les femmes autochtones, les femmes pauvres, les femmes migrantes, les femmes handicapées, les lesbiennes, les transgenres et les femmes de toutes religions, et non religieuses - sont libres et peuvent exercer leurs droits et réaliser pleinement leur potentiel.

    Vous avez récemment été témoin de groupes anti-droits en action à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies. Sommes-nous en train de voir apparaître une nouvelle génération de groupes anti-droits plus agressifs et actifs au niveau mondial ?

    Je ne pense pas que cela soit nouveau. Ces groupes ont toujours été là, toujours en toile de fond. Mais il y a une résurgence massive de groupes anti-droits en cours. À la suite de changements dans la direction politique de certains pays, dont les États-Unis, ils se sont fait entendre et se sont impliqués plus profondément. Et ils sont devenus beaucoup plus stratégiques et mieux coordonnés. Si nous regardons le financement de ces groupes, nous constatons qu'il provient de fondations familiales très bien établies qui travaillent délibérément à bafouer les droits des femmes. Mais ils le font sous couvert de l'égalité des sexes.

    Lors de la 63ème session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (ONU), tenue en mars 2019, le Saint-Siège a organisé une manifestation parallèle (en anglais) intitulée " Égalité des sexes et idéologie du genre " : Protéger les femmes et les filles ". À première vue, cela pourrait sembler très progressiste - ils essaient de donner l'impression qu'ils font la promotion des droits des femmes. Mais vous entrez dans l'événement et c'est extrêmement transphobe, car ils rejettent catégoriquement le concept d'identité sexuelle et insistent sur le sexe biologique, refusant ainsi de considérer les femmes transgenres comme des femmes. Ces personnes prétendent mieux savoir ce que signifie être une femme et ce que toutes les femmes ressentent et dont elles ont besoin, ce qui les amène à tolérer la violence contre les transgenres et à rejeter les droits sexuels et reproductifs.

    La façon dont ces groupes se sont transformés et ont évolué, je pense qu'ils sont devenus mieux préparés dans la façon dont ils se montrent en public. Ils sont également devenus plus sophistiqués et utilisent les technologies de l'information et de la communication, comme les mouvements de résistance l'ont toujours fait, afin d'organiser et de diffuser leurs opinions.

    Pourquoi pensez-vous qu'ils essaient de paraître progressistes et qui tentent-ils de tromper ?

    On pourrait espérer qu'ils essayaient de tromper l'ONU, qui devrait filtrer les groupes haineux, mais en vérité, l'ONU laisse toujours la National Rifle Association (en anglais) (NRA) conserver son statut ECOSOC (Conseil économique et social des Nations Unies), et la NRA fait activement pression (en anglais) contre tout traité commercial régissant les armes - des armes qui tuent les gens aux États-Unis à un rythme étonnant. L'ONU devrait comprendre que ces groupes existent pour miner la démocratie et les droits humains - mais plus que jamais, l'ONU est devenue partiale sur cette question. Dans le même temps, un nombre sans précédent d'organisations de base se voient refuser l'accréditation - et ce sont toutes des organisations qui travaillent sur des questions que les États puissants ne veulent pas voir mises au premier plan.

    Je ne pense donc pas qu'ils essaient de tromper qui que ce soit - à ce stade, ils n'en ont pas vraiment besoin.

    Vous avez mentionné les fondations qui soutiennent ces groupes anti-droits. Pourquoi toutes ces fondations apportent-elles du financement ? Qu'est-ce qu'elles y gagnent ?

    Nous devons examiner les réseaux d'intérêts qui maintiennent ces groupes actifs dans ces espaces, car il y a beaucoup d'intérêts politiques et financiers qui les maintiennent à l'ONU et au sein de la Commission de la condition de la femme (CSW).

    Si nous regardons, par exemple, la Heritage Foundation dans un espace comme la CSW, qui s'élève contre ce qu'elle appelle l'idéologie du genre, à quoi sert-elle ? En creusant davantage, nous constatons que la Heritage Foundation a été financée par la Dick and Betsy DeVos Family Foundation. Et Betsy DeVos est actuellement la secrétaire à l'éducation de l'administration Trump. Elle et sa famille sont très profondément attachées au gouvernement américain, et elles ont leurs propres intérêts politiques au Michigan, d'où elles sont originaires. Ce que Betsy DeVos a fait au Michigan, détruisant pour ainsi dire le cadre de l'éducation publique, est profondément troublant. Nous devons examiner toutes ces couches pour comprendre pourquoi ces groupes existent, à quel point ils sont sophistiqués et pourquoi il est si difficile de les éliminer.

    Comment ces groupes influent-ils sur la société civile progressiste, en général, et plus particulièrement dans des forums comme la CSW ? Comment provoquent-ils des perturbations ?

    Nous assistons actuellement au phénomène de la collaboration des gouvernements pour nier les droits des femmes, alors qu'il y a quelques décennies, la collaboration entre divers acteurs du développement, y compris les États et leurs agences d'aide, les organisations de la société civile (OSC) et les groupes de base, a conduit à un élargissement de ces droits.

    Ces nouveaux partenariats régressifs sont très clairs à l'ONU. Alors que certains États continuent de s'opposer à la violence sexuelle dans les conflits, par exemple, d'autres États membres - y compris le gouvernement américain - ont changé et menacent maintenant de rejeter les mesures anti viol parce que le libellé des documents contient des termes et des considérations relatifs à la santé sexuelle et reproductive. Ces États travaillent ensemble pour priver les femmes - et pas seulement les femmes - de leurs droits.

    Dans ce contexte, les OSC progressistes sont désignées comme étant celles qui s'élèvent contre les gouvernements régressifs et sont dépeintes comme étant celles qui essaient de saper la démocratie. Ces attaques délégitimisantes contre les OSC ouvrent la voie à d'autres attaques. Elles sont un signal pour les groupes anti-droits, qui sont de plus en plus enhardis par ce que font leurs gouvernements. Quand votre gouvernement dit littéralement " nous nous moquons des droits sexuels et reproductifs des femmes, nous nous moquons de ce que les femmes vivent à la suite des conflits - des conflits que nous finançons ", les groupes anti-droits qui entendent cela savent qu'on leur donne carte blanche pour exister et agir librement dans ces espaces. C'est exactement la même chose avec les partisans de la suprématie blanche, aux États-Unis et dans d'autres pays du monde. Ces groupes sont encouragés par un discours public qui donne le feu vert aux fascistes, aux racistes et aux partisans de la suprématie blanche pour avancer. Et c'est exactement ce qu'ils font en entrant dans l'espace de la société civile.

    En plus d'être encouragés par les gouvernements qui font la promotion de leurs idées, pensez-vous que les groupes anti-droits le sont aussi parce qu'ils sont de plus en plus populaires auprès du public ? Si c'est le cas, pourquoi pensez-vous que leurs récits font écho auprès des citoyens ?

    Il est possible qu'ils deviennent aussi plus populaires - ce qui paraissait autrefois des idées marginales, ou des positions trop politiquement incorrectes pour être exprimées à haute voix, sont maintenant en train de devenir un courant dominant.

    Quant à savoir pourquoi cela se produit, au risque de dire un cliché ridicule, je pense que c'est parce qu'il est plus facile pour les gens de haïr que d'aimer. Lorsque nous parlons des droits de la personne, ce que nous disons, c'est que, à un niveau très fondamental, chaque personne sur cette planète devrait avoir les mêmes droits. C'est un message que tout le monde devrait pouvoir suivre. Mais, bien sûr, beaucoup de ceux qui détiennent le pouvoir depuis des centaines d'années et qui ont bénéficié du patriarcat et de la suprématie blanche vont essayer de défendre ce qu'ils considèrent comme leur droit de continuer à exercer ce pouvoir. Cela inclut les gouvernements ainsi que les groupes anti-droits non étatiques.

    C'est ce qui est ressorti du panel organisé par le Saint-Siège à la CSW. Le Saint-Siège est un État actif et très actif à l'ONU. Nous avons fait un reportage en direct sur leur événement sur Twitter, et vous ne pouvez pas imaginer la façon dont nous avons été traqués en ligne. Les groupes anti-droits nous ont accusés de promouvoir les droits des transgenres plutôt que les droits des femmes. Mais nous sommes une organisation intersectionnelle : nous comprenons que les formes d'oppression sont interconnectées et qu'en luttant pour les droits des femmes trans, nous luttons pour tous les droits des femmes, tout comme nous luttons pour les droits des femmes et pour les droits des personnes en général. Parce que la lutte pour les plus marginalisés est une lutte pour nous tous. Mais comment pouvez-vous expliquer cela à des gens qui ont vu leurs droits si protégés, qui ont vécu dans un tel privilège pendant si longtemps ?

    Y a-t-il quelque chose que la société civile progressiste pourrait apprendre de la façon dont les groupes anti-droits promeuvent leurs positions ?

    Nous devons absolument être capables de travailler ensemble vers un but commun, comme ils le font, et d'utiliser les réseaux sociaux à des fins progressistes aussi intelligemment qu'ils les utilisent pour bafouer les droits humains. Dans de nombreux pays, Facebook fragilise la démocratie. Au Myanmar, le génocide du peuple Rohingya a été incité sur Facebook (en anglais), et combien de temps a-t-il fallu à Facebook pour interdire les militaires du Myanmar ? En Nouvelle-Zélande, le tireur de Christchurch a essayé de diffuser des images de la fusillade en direct sur Facebook, et combien de temps cela a-t-il pris pour que Facebook le retire ?

    En tant que société civile, nous savons que si nous n'utilisons pas activement les outils utilisés par d'autres groupes et gouvernements pour faire reculer les droits humains, nous sommes sur la voie de l'échec. Nous devons travailler de manière coordonnée, en coalitions. Par le passé, les OSC ont eu tendance à se faire concurrence pour obtenir du financement - nous devons vraiment nous améliorer dans le partage des ressources, la collaboration et la mise à profit de nos forces.

    Nous essayons d'aller dans cette direction. Récemment, nous avons travaillé au Cameroun avec l'un de nos partenaires stratégiques, la Women’s International League for Peace and Freedom, sur la formation aux réseaux sociaux pour la paix. Dans ce cas, nous nous sommes concentrés sur l'organisation de campagnes sur les réseaux sociaux pour promouvoir le vote pour les politiciens qui soutiennent les droits des femmes et les droits humains.

    Pour notre campagne Free Saudi Women, nous avons des partenariats avec six autres OSC, dont CIVICUS, et nous travaillons activement en tant que coalition. Les victoires que nous avons obtenues sont le résultat d'un travail d'équipe. Par exemple, à la mi-2018, le gouvernement islandais (en anglais) a obtenu, pour la toute première fois, un siège au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies et a dirigé une initiative conjointe (en anglais) qui appelait publiquement l'Arabie saoudite à améliorer sa situation en matière de droits humains. La déclaration commune que l'Islande a faite au nom de 36 États est le résultat direct du plaidoyer mené en coulisse par une coalition de la société civile.

    Selon vous, de quoi la société civile progressiste a-t-elle besoin pour poursuivre la lutte ?

    Je pense que les gens doivent comprendre que les OSC ont toujours été sur le terrain, qu'elles ont toujours travaillé au niveau local pour demander des comptes aux gouvernements et faire avancer les programmes des droits humains. Les gens doivent savoir que 90 pour cent du temps, il y a un haut niveau de coordination qui se fait en coulisse et que les OSC travaillent d'arrache-pied pour faire avancer les choses. Mais beaucoup de gens ne voient pas tout le travail en coulisses. Et dans beaucoup d'endroits, nous ne pouvons pas être très explicites et fournir trop de détails sur notre travail de plaidoyer, parce que pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons pas révéler les noms des activistes ou des journalistes.

    Les gens doivent comprendre que, dans la lutte pour les droits humains, les militants et les organisations de base, ainsi que les plus grandes OSC, font un travail vraiment important et nécessaire et ont plus que jamais besoin d'un soutien réel de leur part. Nous avons besoin que les gens s'investissent à la base. Les gens ne peuvent pas rester sur la touche lorsque leurs droits leur sont retirés. Si votre gouvernement vous prive de vos droits, vous devez intervenir avant qu'il ne soit trop tard. Si vous vivez dans une démocratie libre et stable, vous avez le devoir de faire entendre votre voix et de dénoncer les violations des droits de la personne dans le monde. Ce travail a besoin de la présence de chacun de nous.

    Contactez Womens' March Global par le biais de son site web et de sa page Facebook, ou suivez @WM_Global et @umajmishra sur Twitter.

     

  • #BEIJING25 : « Plus de femmes dans la fonction publique signifie un meilleur gouvernement et une démocratie plus forte »

    À l'occasion du 25e anniversaire duProgramme d'Action de Beijing, CIVICUS s'entretient avec des activistes, des dirigeants et des experts de la société civile pour évaluer les progrès accomplis et les défis qui restent à surmonter. Adopté en 1995 lors de la quatrièmeConférence mondiale des Nations Unies (ONU) sur les femmes, le Programme d'Action de Beijing poursuit les objectifs d'éliminer la violence contre les femmes, de garantir l'accès au planning familial et à la santé reproductive, d'éliminer les obstacles à la participation des femmes à la prise de décision et de fournir un emploi décent et un salaire égal pour un travail égal. Vingt-cinq ans plus tard, des progrès importants mais inégaux ont été faits, en grande partie grâce aux efforts incessants de la société civile, mais aucun pays n'a encore atteint l'égalité des genres.

    CIVICUS s'entretient avec Pakou Hang, directrice des programmes pour Vote Run Lead (Vote Candidate Dirige), une organisation dédiée à la formation de femmes afin qu’elles puissent se présenter aux élections et les remporter, augmentant ainsi la représentation des femmes à tous les niveaux de gouvernement. Créée en 2014, elle a déjà touché plus de 36 000 femmes aux États-Unis, dont près de 60% sont des femmes noires et 20% proviennent de zones rurales. De nombreuses formées à Vote Run Lead siègent désormais dans des conseils municipaux, des conseils de comté, des chambres d'État, des cours suprêmes et au Congrès des États-Unis.

    Pakou Hang

    Un quart de siècle plus tard, dans quelle mesure la promesse contenue dans le Programme d’Action de Beijing s’est traduite par des changements concrets ?

    Beaucoup de progrès ont été réalisés depuis 1995, mais il reste encore beaucoup à faire et nous sommes encore loin de l’égalité. En termes de représentation politique, il y a eu des progrès, mais cela a aussi été lent : globalement, au début de 2019, 24,3% des membres des parlements nationaux étaient des femmes, contre 11,3% seulement en 1995. Seuls trois pays dans le monde ont atteint ou dépassé la parité dans leurs chambres basses ou législatures monocamérales, mais beaucoup d'autres ont atteint ou dépassé le seuil de 30%. Jusqu'à l'année dernière, il y avait également 11 femmes chefs d'État et 12 chefs de gouvernement ; et les femmes occupaient près de 21% des postes ministériels, souvent dans les domaines les plus associés aux problématiques des femmes, tels que l'action sociale et les portefeuilles liés à la famille, à l'enfance, à la jeunesse, et aux personnes âgées et handicapées. Les résultats sont donc mitigés - beaucoup de progrès ont été accomplis, mais les progrès ont été lents et sont loin d'être suffisants.

    Il y a également eu de grandes variations entre les régions et les pays, d'environ 16% de femmes parlementaires dans la région du Pacifique à plus de 40% dans les pays nordiques. La moyenne pour les Amériques est de 30%, mais les États-Unis sont en dessous de la moyenne. Le Congrès reste dominé de manière disproportionnée par les hommes. Bien que les femmes représentent plus de la moitié de la population, elles n'occupent que 24% des sièges. Le Congrès est également moins diversifié sur le plan racial que la population dans son ensemble, 78% de ses membres s'identifiant comme blancs, une proportion nettement supérieure au 60% de la population américaine composée de personnes blanches.

    Selon le Centre pour les Femmes et la Politique Américaine (Center for American Women and Politics), la situation n'est pas très différente au niveau des états : 29,2% des sièges législatifs des états et 18% des postes des gouvernants sont occupés par des femmes. Il y a moins de données sur les pouvoirs exécutifs locaux et l'essentiel des informations disponibles se réfère aux plus grandes villes, dont 60% des maires sont des hommes blancs, alors que les hommes blancs ne représentent que 20% de la population de ces villes. Bien que davantage de femmes aient accédé à la fonction publique locale en 2018, les conseils municipaux et les commissions de comté ont continué à n'inclure qu'une seule femme ou pas de femmes.

    D’autre part, malgré le nombre relativement restreint de femmes parlementaires, et en particulier de femmes noires, le Congrès actuel est le plus diversifié de l'histoire. Ainsi, le bassin de candidats pour des mandats législatifs en 2020 était également le plus diversifié de l’histoire. Bien entendu, ces candidats ont reçu de violentes attaques de la part des médias et de l'opposition politique. Mais je pense que nous devons changer notre perspective pour comprendre l'ampleur du changement qui s'est produit. J’ai certainement été déçue de voir que nous nous retrouvions avec deux hommes blancs d’un certain âge à la tête des deux principaux sièges présidentiels - mais désormais, nous comptons également une femme noire d’origine indienne comme vice-présidente élue, ce qui constitue sans aucun doute un progrès.

    Je me souviens que lorsque le triomphe de Joe Biden et Kamala Harris à l'élection présidentielle de 2020 a été annoncé, j'ai appelé ma nièce de neuf ans pour lui annoncer la nouvelle. Elle était extatique. Cela m'a rappelé qu'elle appartient à une nouvelle génération d'Américains née sous la présidence de Barack Hussein Obama. Quand elle grandira elle saura que Donald Trump a été président, mais elle saura également que Trump a été vaincu par une femme noire d'origine indienne. Pendant que nous parlions, ma nièce m'a dit : "Nous avons presque réussi, ma tante." Et j'ai pris conscience qu'elle avait raison : oui, nous y sommes presque.

    Pourquoi est-il important d'atteindre la parité homme-femme dans la représentation politique ? S'agit-il uniquement des droits des femmes et de l'égalité des chances, ou aura-t-elle également des effets positifs sur les institutions démocratiques et les politiques publiques ?

    L'une des principales raisons pour lesquelles nous avons besoin d'un plus grand nombre de femmes aux postes gouvernementaux est qu'elles ne gouvernent pas comme les hommes. Les femmes au gouvernement sont plus collaboratives, plus civiles, plus communicatives. Elles sont plus susceptibles de travailler avec des membres d'autres partis pour résoudre des problèmes. Elles obtiennent plus d'argent pour leurs localités, elles votent plus de lois et leurs projets sont davantage axés sur les populations les plus vulnérables telles que les enfants, les personnes âgées et les malades. Les femmes élargissent l'agenda politique, au-delà des questions qui concernent traditionnellement les femmes. Et cela produit de meilleures politiques pour tous, c'est-à-dire non seulement pour les femmes et les filles, mais aussi pour les hommes et les garçons. Enfin, dans la mesure où elles apportent un nouvel ensemble de perspectives et d'expériences de vie au processus d'élaboration des politiques, leur présence garantit que les perspectives des femmes ne soient pas négligées et que des questions telles que la violence sexiste ou les soins aux enfants ne soient pas ignorées. En bref, les femmes occupant des postes gouvernementaux ont tendance à être plus efficaces que les hommes. Et étant donnée la situation actuelle de stagnation politique et d'hyper-partisanerie, nous devons changer la façon de faire. Plus de femmes dans la fonction publique signifie un meilleur gouvernement et une démocratie plus forte.

    De plus, la nécessité de femmes au pouvoir et en politique est devenue d’autant plus essentielle dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Lors du dernier cycle électoral, les bailleurs de fonds voulaient plus que jamais contribuer aux campagnes électorales des femmes candidates, étant donné que la pandémie les a sensibilisés non seulement aux nombreuses inégalités qui affectent notre société et le système de santé, mais aussi au travail remarquable que les femmes, et en particulier les femmes noires, entreprennent dans leurs communautés pour répondre aux besoins urgents, combler les lacunes des politiques inadéquates du gouvernement et résoudre les problèmes des communautés exclues qui ont été affectées de manière disproportionnée par la COVID-19 et la crise économique. Au cours de cette crise, les femmes ont joué un rôle essentiel en soutenant la connexion des communautés, en collectant et en distribuant de la nourriture et d'autres produits de base aux familles en difficulté, en trouvant des moyens de soutenir l'activité économique locale et en fournissant des services communautaires ad hoc, entre autres.

    Les recherches sur la manière dont divers pays ont répondu à la pandémie suggèrent que les pays avec des femmes au pouvoir ont tendance à avoir moins de cas et moins de décès dus à la COVID-19. Il semble que les femmes au pouvoir ont adopté un style de leadership transformateur qui peut être plus approprié pour la gestion des crises. Ce type de leadership se concentre sur les relations humaines profondes, l'investissement dans l'équipe de travail et l'échange de connaissances, l'action exemplaire et la motivation des autres. Cela représente des qualités très utiles dans notre contexte actuel.

    Pourquoi pensez-vous que la représentation politique des femmes aux États-Unis est encore si faible ?

    Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles nous n'avons pas de parité entre les sexes dans la représentation politique. Tout d'abord, il y a encore trop de raisons structurelles pour lesquelles les femmes ne se présentent pas et ne sont pas élues. Les femmes effectuent encore une quantité disproportionnée de travaux ménagers et l'éducation des enfants, et la couverture médiatique reste sexiste, se concentrant sur les apparences et les personnalités des femmes plutôt que sur leurs positions politiques. En outre, les personnes qui occupent les structures des partis et qui ont des connaissances politiques, des réseaux et de l’argent sont encore des hommes, et ce sont souvent eux qui déterminent qui est politiquement viable. Par exemple, un jeune homme qui a étudié le développement communautaire à Harvard est considéré comme plus viable qu'une femme d'âge moyen qui travaille dans l'organisation communautaire depuis 20 ans.

    Paradoxalement, les femmes candidates remportent les élections dans les mêmes proportions que leurs homologues masculins et, selon les sondages, les électeurs sont enthousiastes face à la possibilité d'élire des femmes. Mais la deuxième raison pour laquelle les femmes ne sont pas élues est tout simplement qu'elles ne se portent pas candidates autant que les hommes, et évidemment, dès lors que vous ne concourez pas, vous ne pourrez pas gagner.

    Pourquoi les femmes ne présentent-elles pas leurs candidatures à des fonctions publiques ? La raison peut-être la plus répandue est que les femmes doutent d'elles-mêmes. Elles ne sont pas considérées comme qualifiées. Elles ne voient pas d'autres femmes qui leur ressemblent ou qui pensent comme elles dans ces positions de pouvoir, et c'est donc un cercle vicieux. Et non seulement les femmes doutent d'elles-mêmes, mais les observateurs extérieurs aussi. De ce fait, si une position de pouvoir particulière n'a jamais été occupée par une femme, la question qui se pose encore de façon répétée dans les médias, sur un ton de doute, est : une femme pourrait-elle être élue ? C'est une question que l'on entend beaucoup dans le cadre des primaires présidentielles démocrates de 2020.

    Il y a aussi le fait que certaines qualités considérées comme positives chez les hommes, comme l'assurance ou l'ambition, prennent une connotation négative lorsqu'elles sont appliquées aux femmes. Alors qu'il y a sans aucun doute eu des hommes en colère et vengeurs qui ont été élus président, les femmes qui sont perçues comme « en colère » ou « vengeresses » sont considérées comme désagréables et donc disqualifiées. Les femmes candidates sont soumises à des attentes beaucoup plus élevées, parfois de leur propre fait, mais plus souvent par les autres, et par conséquent nous manquons de parité entre les sexes dans notre représentation politique.

    Quand avez-vous réalisé que, contrairement aux hommes, les femmes avaient besoin d'une formation pour se présenter à des fonctions publiques ?

    Bien que j'aie étudié les sciences politiques à l'université, je sentais que la politique américaine était sale et corrompue et je ne me suis jamais impliquée dans la politique électorale. Mais en 2001 ma cousine aînée, Mee Moua, a décidé de se porter candidate pour un siège au Sénat pour le district de East Saint Paul lors d'une élection spéciale. Le district oriental de Saint-Paul devenait rapidement un district où les minorités étaient majoritaires, mais tous ses élus, de l'état au comté et au niveau de la ville, étaient des hommes blancs conservateurs. Ma cousine était diplômée d'une université prestigieuse, avait exercé la profession d'avocate, avait été présidente de la Chambre de Commerce Hmong, et avait décidé de se présenter après avoir fait du bénévolat pendant des années dans de nombreuses campagnes politiques. Cependant, comme c'est souvent le cas pour les femmes candidates, on lui a dit qu'elle devait attendre son tour. Et bien, elle a décidé de ne pas le faire, et comme aucun acteur politique pertinent ne l'a aidée, elle a rassemblé nos 71 cousins germains pour devenir son armée de volontaires et m'a recrutée comme directrice de campagne, car j'étais la seule à avoir étudié les sciences politiques. Contre toute attente, sans expérience politique et au milieu de l'hiver du Minnesota, nous avons frappé aux portes, passé des appels téléphoniques, mobilisé les électeurs à l'aide des radios communautaires, amené les gens aux urnes, et gagné. Nous avons marqué l'histoire en élisant le premier législateur d'état Hmong de l'histoire américaine et de l'histoire des Hmong.

    Rétrospectivement, je me rends compte que j'ai mené la campagne uniquement par instinct, alimentée par l'expérience de mon enfance d'aider mes parents non anglophones à se déplacer dans le monde extérieur. Et même si nous avons gagné, on aurait pu affronter un adversaire mieux organisé et perdu. Ce n'est que des années plus tard, après avoir suivi une formation politique au Camp Wellstone, que j'ai constaté que les femmes candidates avions besoin de quelque chose conçu spécialement pour nous, quelque chose qui nous interpellerait directement et nous préparerait aux vrais défis auxquels nous serions confrontées en tant que femmes candidates.

    Quel type de formation propose Vote Run Lead et comment contribue-t-elle à briser les barrières qui empêchent les femmes d'accéder au pouvoir ?

    Vote Run Lead est le programme de leadership des femmes le plus vaste et le plus diversifié aux États-Unis. Nous avons formé plus de 38 000 femmes pour se présenter à des fonctions publiques, y compris des femmes rurales, des femmes transgenre, des jeunes femmes et des femmes noires, autochtones et de couleur. Plus de 55% de nos diplômées qui ont participé à l'élection générale de 2020 ont gagné, et 71% de nos diplômées qui sont des femmes de couleur ont également été élues.

    Les femmes que nous formons décident généralement de se présenter aux fonctions publiques parce qu'elles identifient quelque chose de négatif dans leurs communautés et veulent y remédier. Mais elles ne voient pas beaucoup de personnes comme elles dans des positions de pouvoir. Vote Run Lead propose plusieurs modules de formation qui apprennent aux femmes tout ce qu'elles doivent savoir sur la campagne électorale, qu'il s'agisse de prononcer un discours, de constituer une équipe de campagne ou de rédiger un message, de collecter des fonds ou de motiver les gens à voter. Mais ce qui distingue notre programme de formation, c'est que nous formons les femmes pour qu’elles postulent telles qu'elles sont. Les femmes ont souvent besoin de soutien pour se considérer comme étant des candidates qualifiées, capables et dignes. Nous leur montrons qu'elles n'ont pas besoin de rechercher une autre promotion ou d'obtenir un autre titre puisque, en fait, leur histoire personnelle est leur plus grand atout. Notre programme de formation, Run As You Are, rappelle aux femmes qu'elles suffisent et qu'elles sont le genre de leaders que nous devons élire pour bâtir la démocratie juste que nous méritons.

    Quel est le profil « typique » de la femme que vous aidez à postuler ? Soutenez-vous une femme qui souhaite concourir quelle que soit son orientation politique ?

    Il n'y a pas de formée typique de Vote Run Lead. Nous sommes une organisation non partisane, nous formons donc des femmes des milieux les plus divers, de toutes les professions, de tous les partis politiques et quel que soit leur niveau de développement politique. Nos valeurs sont profondément liées à la promotion de femmes intersectionnelles et antiracistes engagées à construire une démocratie plus juste et équitable.

    Compte tenu du phénomène généralisé de suppression des électeurs aux États-Unis, le programme vise-t-il également à motiver la participation électorale ?

    Traditionnellement, Vote Run Lead n'utilise pas son propre programme pour motiver la participation électorale (GOTV, pour son acronyme en anglais) étant donné que la plupart de nos diplômées dirigent une élection ou travaillent sur une campagne. Mais en 2020, lorsque les niveaux déjà élevés de suppression des électeurs ont été alimentés par des campagnes de désinformation et des préoccupations en matière de sécurité sanitaire, Vote Run Lead a lancé un solide programme GOTV qui a mobilisé les femmes formées chez nous. Ce programme GOTV comprenait huit modules de formation spécifiques pour motiver la participation électorale, allant de la manière de répondre à l'apathie et au cynisme autour de l'élection, aux plateformes numériques et aux outils de communication à utiliser pour promouvoir la participation. Nous avons également contacté plus de 200 bénévoles, eu 3 000 conversations, effectué 30 000 appels téléphoniques et envoyé plus de 33 000 messages texte pour que nos diplômés et leurs réseaux votent.

    Avant l'été, nous avons également lancé une série intitulée « Votre armoire de cuisine », avec laquelle nous formons les femmes à la collecte de fonds, au contact direct avec les électeurs et même au lancement d'un plan numérique tout en maintenant une distanciation sociale. Ces guides et webinaires sont disponibles sur notre site Web et sur notre chaîne YouTube et offrent des conseils en temps réel et des informations factuelles.

    L'espace civique aux États-Unis est classé « obstrué » par leCIVICUS Monitor.
    Entrez en contact avec Vote Run Lead via sonsite Web ou sa pageFacebook, et suivez @VoteRunLead sur Twitter.

     

  • CONSPIRACY THEORIES: ‘When social trust has been eroded, people don’t know what to believe’

    Chip BerletAs part of our 2019thematic report, we are interviewing civil society activists, leaders and experts about their experience of facing backlash by anti-rights groups and how they are responding. CIVICUS speaks about the role that conspiracy theories are playing with Chip Berlet,an investigative journalist and activist who specialises in the study of extreme right-wing movements in the USA.

     

    You have done a lot of work around social and political speech that demonises specific groups in society. You call this the rhetoric of scripted violence. What is scripted violence, and how is it operating in the USA?

    Scripted violence is part of a dynamic process in a society under lots and lots of stress. It starts with stories circulating in a nation that warn of subversion and conspiracies. These stories are called ‘narratives of insecurity’ by Professor Abdelwahab El-Affendi, and he warns that these stories can lead to mass violence and other forms of terrorism. The process continues with ‘scripted violence’, which is when a high-status political or religious leader publicly identifies and demonises a specific group of people alleged to be conspiring to ruin the ideal nation. The result is called ‘stochastic terrorism’. That’s an awkward term, but it just means that the specific terrorist act is unpredictable. Yet the violence has been generated by this three-step process that starts with conspiracy theories.

    Conspiracy theories are nothing new, but now they seem to be more widespread than ever. What role has the internet played in spreading them?

    Conspiracy theories have always been around. Conspiracy theories are improbable explanations alleging a vast conspiracy by evil powerful people and their cronies. Stories circulate that make allegations posing as facts. During moments of societal stress and political change it is often harder for folks to separate what is reality-based, what is political propaganda and what is pure fantasy.

    The internet has been fertile ground for planting misinformation and conspiracy theories because it’s a new medium, and all new forms of mass media go through a phase in which they are easily misinterpreted, and there are as yet not enough safeguards in place, so it’s hard for folks to tell reliable and unreliable content apart. We live in a time in which too many people think stories are real if they are on the internet. When you go to a library, there is the fiction section, and then there’s the rest of the library, where you can find history, science and other material based on facts. But content has not yet been separated that way in the internet age.

    We are going through an adjustment period. We are still learning how to use the medium. In the past, misunderstandings arose when people were using a new medium that they didn’t truly understand. In the USA, the best example of this happened in 1938, when a fictional story about a Martian invasion, The War of the Worlds, was broadcast during a radio programme, and people didn’t realise it was not real news, so some people called the police and went running out into the streets in a panic. Similarly, it is really difficult for the average person to differentiate between what’s a reliable piece of information and what’s just a conspiracy theory recirculated by someone with no training or understanding of the subject they post on. Much worse is when sinister propaganda is spread for political gain. There currently is no mechanism to separate what’s true and what’s fake on the internet, although I hope someday there will be.

    Conspiracy theories abound on both right and left, but these days largely seem to be fuelling far-right movements. Do you see any affinity between conspiracy theories and the extreme right?

    I don’t think it has as much to do with the left or right side of the political spectrum, but rather with fear and instability in a specific society at a specific moment. What would cause relatively normal and average people, wherever they are on the political spectrum, to act out against a claimed enemy? It’s because they believe their society is under attack, and then act accordingly.

    In any healthy society there always are conspiracy theories circulating, but when you hear them from somebody pushing a shopping cart down the street with all their belongings and shouting about an imminent Martian invasion, almost nobody pays any attention. These conspiracy theories are dismissed because they are being circulated by marginal or low-status folks. Most rational people simply reject them.

    In an unhealthy and unstable society, in contrast, people don’t know what to believe, and may latch onto normally farfetched theories to explain why they feel so powerless. When social trust has been eroded and there is so much anger, increasingly less legitimacy is assigned to people who have actual knowledge. Instead, it is transferred to those who will name the evildoers. And some people lack the kind of restraints that most of us luckily have and prevent us from attacking others who are not like us and might seem threatening or dangerous.

    Let’s say I’m an average middle-aged, middle-class white male in the USA, and I’m stressed and anxious because I fear that my status in society is being diminished. And then someone comes and tells me it’s okay to feel that way because there are evil forces at play that are causing this and tells me who is to blame for what is happening to me. According to this narrative, I would be still seated near the top of the social ladder if it weren’t for those people.

    Of course, people who have privilege see it as normal. We are not aware of it. So, when the status quo that has folks like them near the top changes – because previously marginalised groups successfully claim rights for themselves – the privileged don’t see this as the loss of unfair privileges, but as undermining the natural order, the traditional community or the nation itself. They talk about themselves as real ‘producers’ in the society being dragged down by lazy, sinful, or subversive ‘parasites’.

    In other words, conspiracy theories are a reflection of a society that is under stress, and they cause people who would normally be ignored suddenly to have an audience to speak to because they appear to have the answer that everybody else is lacking. People are disoriented: they do not feel connected to a common narrative of a healthy nation. Folks feel that their society, ‘our’ society, is under attack by ‘the others’, whoever they might be. So, if someone comes and tells them the name of the group of ‘others’ who are destroying our idealised community or nation, then common sense will tell us to stop them. Perhaps we need to eliminate them before they attack us – and that’s the narrative storyline of every genocide in history.

    Isn’t it strange that so many ‘others’ in today’s conspiracy theories do not really have the power that they are attributed: they are usually already vulnerable groups whose rights are being attacked?

    There is an interesting dynamic storyline in many conspiracy theories about the sinister people below working with certain traitorous powerful people above. Conspiracy theories, especially in the middle class, tend to identify a group of evil people down below on the socio-economic spectrum when defining who belongs and who doesn’t belong to the nation. So, a lot of the problems are blamed on these people down below in the ‘lower’ class who are portrayed as lazy and ‘picking the pockets’ of the middle class by draining tax dollars. Barbara Ehrenreich, for example, wrote a book about this called Fear of Falling: The Inner Life of the Middle Class.

    But the middle-class conspiracy theorists generally also blame a sector of the ruling elites who are portrayed as traitors. So if you look, let’s say, at the US political scene today, the narrative during the Trump administration blames some people who are down below and who are portrayed as lazy, sinful, or subversive. These folks are breaking the rules or taking advantage. But some people listed as conspirators are high-status: such as those rich, Democratic Party bureaucrats who are depicted as the ones pulling the strings, as in a puppet show. Sometimes those spreading the conspiracy theories use a graphic of a huge mechanical vice squeezing the middle class from above and below.

    Is there anything that progressive civil society could do to counter these regressive trends?

    There sure is. Democratic civil society has historically developed mechanisms to face these challenges. Historically, religious leaders and journalists have played a very important role in making these kinds of claims become judged unacceptable. But the influence of both of these actors has now collapsed. Religious figures have been losing their status everywhere except in religious authoritarian countries. The internet is undermining the influence of major news organisations, and the cost of producing good journalism has become very high relative to the cost of posting a rumour on the internet. So, democracies need to develop new safeguards and mechanisms to counter these trends.

    In the age of the internet, these mechanisms have not yet been developed. But although we are going through a very unstable and stressful period, the situation is not hopeless. The history of democracy is a sort of cycle in which at some point things stabilise only to fall apart again eventually until resistance builds up and safeguards are put back in place.

    Leaders with some status and legitimacy within democratic civil society need to admit that we are in a really bad place and we’ve got to fix it together, so that the answer comes not from the demagogic and authoritarian political space, but from the democratic one – the demos – and that’s all of us. People need to start talking to their neighbours about the things that are not going well and about how to fix them, because these problems can only be solved collectively. When doing activist training sessions, I tell people to go sit at a bus stop and talk to the first person who sits down next to them. If you can get up the courage to do that, then you certainly can talk to your neighbours and co-workers. Regular people need to start doing just that.

    In the USA, there is a kind of smug, liberal treatment of people who feel that they are being pushed down the ladder. These folks are not ‘deplorables’; they are basically scared people. These are people who had a union job and worked in a machine shop or at building automobiles. They worked for 30 years and now have nothing: their whole world has been shot down while others have become billionaires. They cannot be dismissed as ‘deplorables’. That word slip may have actually cost Democrat presidential candidate Hillary Clinton the election. We need to engage these people who are so angry and disoriented in face-to-face conversations. We need to care about them.

    How can these conversations take place when social media, increasingly the means of communication of choice, often operates as an echo chamber that solidifies beliefs and fuels polarisation?

    I know, I’m so old-fashioned. My solution is actually quite low-tech. You know, my wife and I have been political activists for many years, and as students in the 1960s we were involved in the anti-racist civil rights movement. At one point black organisers said: if white people really want to challenge racism against black people they should move into white communities where there is racism and try to turn it around. So in 1977, my wife and I picked up our household and moved to Chicago, Illinois. We lived in an overwhelmingly white Southwest side neighbourhood where there was white racism, but also Nazis, literally guys in Nazi uniforms, kicking black people out of the neighbourhood. A house on our street was firebombed.

    Eventually we became part of a community group, and for the first three years we were out-organised by neo-Nazis. Few things could be more mortifying for a leftist activist in 1970s USA. But in the Southwest side of Chicago there was also a multi-racial group, which we joined. One day some of us who were strategists were invited over to a house for a meeting with a group of black ministers. They sat us down and gave us coffee and tea, cakes and cookies, and then one of them asked, “Do you know why black parents take turns sleeping in your neighbourhood?” We looked at each other; we had no idea. They said, “That’s because when the firebomb explodes one of the adults has to be awake to get the kids out of the house.” It had never occurred to us that black parents had to take turns to stay up all night in their own homes so they could just stay alive. Then another of the ministers said, “Do you think all those white Catholic women want babies to get killed by firebombs?” We said no, and he replied, “Well, there’s your strategy.”

    Our strategy was to start talking to people: first to Catholic women who were horrified to learn what was going on, then getting them to talk to their neighbours and members of their congregations. Eventually some white Catholic priests started talking about what was happening. Five years later, the neighbourhood had become safe for black people to live in.

    It seems we still have a lot to learn from the civil rights movement and their organising tactics. Nowadays it’s so tempting to organise and mobilise online, because it’s so fast, but it’s also so much more difficult to create sustained commitment, isn’t it?

    Yes. I think face-to-face organising is still how you change neighbourhoods, and how neighbourhoods change societies. But of course, you cannot ask young people who are using technology to organise and protest to let go of the internet. You can’t tell people to ignore the technologies that exist. We do have a technology that enables instantaneity. I post constantly on the internet, I have a Facebook page and so on. I think it’s great to use the internet to organise people to confront racism online as well as to organise counter-demonstrations when white supremacists gather. But that’s not enough, in the same way as in the 1960s it wasn’t enough for writers to just write about the evils of racism. Those kinds of articles were published all along, but nothing really changed until people started organising – that is, talking to their neighbours to challenge the status quo.

    Take civil rights legend Rosa Parks, who sat down in the white section of a bus in Alabama. There is the misconception that her act was spontaneous, but it was nothing like that: it was a tactic created by a training centre that had been set up in the south by religious leaders and trade unions. Behind one black woman who refused to give up her seat in the front rows of a bus were 10 years of training and organising at the Highland Center.

    In a way, that’s also what the young climate activists and the members of the new democracy movements are doing. Look at Hong Kong: it is people rising up and saying ‘enough,’ often organising online while also organising and mobilising locally, staying in their neighbourhood, talking to their neighbours, building networks. And internationally we see young people demanding a right to stay alive – just stay alive.

    You need organisation, you need training in strategies and tactics, you need support groups, and you need to talk to your neighbours. That’s how it works; there is no magic formula.

    Civic space in the USA is rated as ‘narrowed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with Chip Berlet through hisFacebook profile andAcademia page, follow@cberlet on Twitter, and visit Chip’sonline resources page on these topics.