Amérique latine

 

  • ‘Threats to women’s and LGBTI rights are threats to democracy; any retrogression is unacceptable’

    Recent years have seen an apparently growing tendency for anti-rights groups to seek to claim the space for civil society, including at the intergovernmental level. CIVICUS speaks about it with Gillian Kane,asenior policy advisor for Ipas, a global women’s reproductive health and rights organisation.Founded in 1973, Ipas is dedicated to ending preventable deaths and disabilities from unsafe abortion. Through local, national and international partnerships, Ipas works to ensure that women can obtain safe, respectful and comprehensive abortion care, including counselling and contraception to prevent future unintended pregnancies.

    1. Do you observe any progress on sexual and reproductive rights in the Americas? What are the main challenges looking ahead?

    Ipas has robust programmes in Latin America, and we have definitely seen progress on legislation that increases women’s and girls’ access to safe and legal abortions, including in Argentina, Bolivia, Chile, Colombia, Uruguay and Mexico City. Still, according to the Guttmacher Institute, a research and policy organisation, more than 97 per cent of women of childbearing age in the region live in countries where abortion is restricted or completely banned. A woman who lives in restrictive settings and wants an abortion will have to do so under illegal conditions and at great risk to not just her health, but also her security. Women who have abortions are vulnerable to harassment, intimidation, arrest, prosecution and even jail time.

    We also see that restrictive abortion laws are damaging the provider-patient confidentiality relationship. A study by Ipas and the Georgetown Law School’s O’Neill Institute found that an alarming number of medical staff across Latin America are reporting women and girls to the police for having abortions. Many countries now require, protect or encourage medical providers to breach their confidentiality duties when they treat women seeking post-abortion care.

    1. Are we facing a democratic regression at the global level? Do you think women are being targeted?

    We are indeed facing a democratic regression, and I do think women are being targeted, both which are incredibly alarming. With the United States leading, we’re seeing the rapid degradation of the political and legal infrastructure that is designed to promote and protect the interests of citizens. For example, you see this in attacks against the Istanbul Convention, which is intended combat violence against women. You would think this would be uncontroversial. Yet, there are right-wing groups like the Alliance Defending Freedom (ADF) objecting to the Convention, claiming that it takes away parental rights and that it promotes gender as social construct, and not as a binary biological truth, as they see it. This is also happening in international spaces. This year at the United Nations’ Commission on the Status of Women, the US State Departmentappointed two extremists to represent it. One was an executive leader of a known LGBTI-hate group, and the other was from an organisation that has advocated for the repeal of legislation that prevents violence against women. And at the country level, for example in Brazil, conservative leaders are downgrading the power of ministries that promote equal rights for women and black communities.

    But it’s not all doom and gloom. Women are responding forcefully. Poland provides an amazing example of women organising and effecting change. In late 2016 thousands of women and men crowded the major cities of Warsaw and Gdansk to join the ‘Black Monday’ march, to protest against a proposed law banning abortions. The full ban wasn’t enacted, which was a huge victory. And of course, the women’s marches and the #MeToo movement are incredible, and global.

    1. Not many people in Latin America have ever heard of the Alliance Defending Freedom. How is this organisation surreptitiously changing the political conversation in the region?

    ADF is a legal organisation. It was founded in 1994 by a group of white, male, hard-right conservative evangelical Christians. It was designed to be the conservative counterpoint to the American Civil Liberties Union (ACLU), which they saw as out to squash their religious liberties. They are huge, and have a global reach, which they say is dedicated to transforming the legal system through Christian witness. To that end they litigate and legislate on issues linked to the freedoms of expression and religion.

    I wouldn’t say that their actions are surreptitious; they’re not deliberately trying to fly under the radar. They are intervening in spaces that don’t necessarily get a lot of news coverage, such as the Organization of American States (OAS). But in recent years they have definitely increased their activism both at the regional and country level in Latin America. In terms of the conversation, what they are doing is reframing rights issues to use religion as a sword, rather than a shield. Right now they are litigating, in the United States Supreme Court, the case of a baker who refused to make a wedding cake for a gay couple. As my colleague Cole Parke has explained, they are corrupting religious freedom. They are claiming it is legal to discriminate against a gay couple because of religious beliefs: that religion trumps all other rights. They are doing the same with conscientious objection: they have supported a midwife in Sweden who has refused to provide abortion as required by law. The list goes on.

    1. What strategies have anti-rights groups used, and what accounts for their success in international forums?

    As I have explained in a recent op-ed, in international forums these groups express concern for the wellbeing of children, who they claim are being indoctrinated by permissive governments in the immoral principles of ‘gender ideology’. Of course there is no such thing as a gender ideology, and much less governments forcing children to learn inappropriate material. The wellbeing of children is being used as a cover to disable efforts to enforce rights and protections for girls, women and LGBTI people.

    The 2013 General Assembly of the OAS, held in Guatemala, witnessed the first coordinated movement agitating against reproductive and LGBTI rights. This was, not coincidentally, also the year when the OAS approved the Inter-American Convention against all forms of discrimination and intolerance, which included protections for LGBTI people.

    At the 2014 OAS General Assembly in Paraguay, these groups advanced further and instead of only being reactive, began proposing human rights resolutions in an attempt to create new policies that they claimed were rights-based, but were in fact an attempt to take rights away from specific groups. For instance, they proposed a ‘family policy’ that would protect life from conception, in order to prevent access to abortion.

    From then on, their profile increased with each subsequent assembly, in the same measure that their civility declined. At the 2016 General Assembly in the Dominican Republic, they even harassed and intimidated trans women attending the event as they entered women’s restrooms. As a result, the annual assembly of the OAS, the regional body responsible for promoting and protecting human rights and democracy in the western hemisphere, turned into a vulgar display of transphobic hate.

    1. Should progressive civil society be concerned with the advances made by these groups in global and regional forums? What should we be doing about it?

    Progressive civil society should definitely be concerned. Constant vigilance is needed. There are many ways to respond, but being informed, sharing information and building coalitions is key. I would also recommend that progressive movements think broadly about their issues. Consider how groups like ADF have managed to attack several rights, including abortion, LGBTI and youth rights, using one frame, religion. We need to be equally broad, but anchored, I would argue, in secularism, science and human rights. We started the conversation talking about democracy, and this is where we should end. We need to show how threats to specific rights for women and LGBTI people are threats to democracy. Any retrogression is unacceptable.

    Get in touch with Ipas through theirwebsite or theirFacebook page, or follow @IpasLatina and @IpasOrg on Twitter.

     

  • Advocating for women’s sexual and reproductive rights in Peru, a risky fight against powerful enemies

    Spanish

    CIVICUS speaks to María Ysabel Cedano, Director of DEMUS –Study for the Defense of Women’s Rights, a Peruvian feminist organisation that since 1987 defends human rights, and particularly women’s sexual and reproductive rights, by promoting their free exercise and questioning the hegemonic cultural paradigm on women and their sexuality. DEMUS carries out public opinion campaigns and advocacy work with the three branches of government; it conducts strategic litigation and promotes mobilisation on issues related to the promotion of equality and non-discrimination, a life free from gender-based violence, access to justice, and sexual and reproductive rights.

    1. How would you describe the context for the exercise of feminist activism in Peru?
    Generally speaking, conditions for activism greatly depend on the ideology, programme and nature of the organisation and movement in question - on its stance regarding the state and the incumbent government, and on its relationship with political forces and the powers that be.

    Due to our agenda, we feminists are antagonists of Fujimorism, the political movement founded by Alberto Fujimori, who ruled Peru between 1990 and 2000. Our organisation has criticised and opposed them since the 1990s, as we have fought for justice and reparations for the thousands of victims of the Fujimori administration’s policy of systematic forced sterilisation. Its victims were mostly peasant, indigenous and poor women who underwent irreversible surgical contraception without being able to give their free and informed consent, in a context of widespread violence.

    On this issue, in 2003 we reached a Friendly Settlement Agreement (FSA) in the Mamérita Mestanza case. As a result, the Peruvian state acknowledged its responsibility for human rights violations in the context of the forced sterilisation policy and committed to providing justice and reparation to victims. We also obtained favourable statements by the Inter-American Commission on Human Rights that have boosted our work to defend the right to access justice and to promote a policy of integral reparations. That made us a target of Fujimorist attacks, in the form of defamation in the national media as well as in social media. We have in fact sued former congressman Alejandro Aguinaga, under investigation in the preliminary examination of forced sterilisations as a crime against humanity and other serious violations of human rights, which the Public Ministry opened in 2004 in compliance with the already mentioned FSA. The case still remains in its preliminary stages due to political interference, which we have publically denounced. For more than fourteen years, the Public Ministry has failed to accuse former President Fujimori and his former Health Ministers, including Aguinaga, and no prosecution has taken place. In the meantime, Fujimorism has not undergone any renovation whatsoever: it still does not believe in human rights and cannot fathom the right of women to decide on their own. In fact they all remain very convinced that it is the state that has to decide for them.

    The other antagonists we have as a result of our feminist agenda are the Catholic and Evangelical ecclesial hierarchies, as well as other conservative and fundamentalist religious groups such as Opus Dei, Sodalitium and Bethel. These are the leaders of an anti- sexual and reproductive rights agenda and seek to legislate and implement public policies to strengthen the institutions that guarantee their political, economic, social and cultural dominance, thereby ignoring the secular character of the state that the authorities in turn fail to enforce. For decades they have run a strong campaign against what they call “gender ideology”, not just in Peru but throughout Latin America and the Caribbean, and beyond. These are multimillion-dollar campaigns that maintain that “gender ideology” attacks life, marriage and family. The funding they poured into the fear campaign against the peace accords in Colombia is a good example of this. They have also promoted a campaign called "Don't mess with my children" in several countries in the region.

    While these actors have questioned the scientific and legal validity of the gender perspective, the concept of gender has been adopted in the Beijing Platform for Action (1995) and in standards such as CEDAW, the Rome Statute of the International Criminal Court and the Convention of Belém do Pará. In Peru it was included into several laws, public policies and institutions, as a result of which conservative sectors are currently trying, for instance, to eliminate the gender perspective from the school curriculum, including all allusions to sexual orientation and gender identity. They have done so by means of both street actions and lawsuits. These however have not yielded the desired results: the overwhelming response from the Ministry of Justice’s Attorney General even covered them in ridicule. As a result, they had no alternative left other than using their power in Congress, where there are currently two bills that have been submitted by Fujimorism towards that aim.

    Lastly, in addition to harassing us through their press, as they have always done, these sectors now also attack us for our funding sources. They say we are the instruments of great powers seeking to impose Western models of family and sexuality in our country.

    Thanks to a journalistic investigation that then became a criminal investigation, we currently know of child sexual abuse perpetrated by members of the Sodalitium, one of the most conservative and powerful groups within the Catholic Church. The scandal contributed to weakening the attacks coming from the ecclesial hierarchy. We are also beginning to know about the unholy business the Church does with education, health and even cemeteries within the framework of the Concordat between the Peruvian state and the Vatican. The very same priests who have spent years fighting us on the decriminalisation of abortion for rape cases, and who have said the worst things about us because they consider themselves to be the “defenders of life”, have allegedly covered for rapists of children and adolescents in their congregations and communities. This has helped people overcome their fear of denouncing the Catholic Church’s hypocrisy and double standards, and has limited the church’s ability to demand the government implement specific policies. For instance, the government has recently obeyed a court order to resume the distribution of emergency oral contraception despite pressures from Cardinal Cipriani.

    Given that our struggles for transitional justice have led us to seek justice and integral reparations for the victims of sexual violence during the internal armed conflict (1980-2000), we face not only Fujimorism but also APRA, a traditional party that ruled during a part of this period. They both seek to divide Peruvians between terrorists and non-terrorists and associate the left and human rights with terrorism. They never get tired of asserting that those who attack the military are terrorists - or ungrateful to say the least, for persecuting those who freed us from terrorism. If we strive for the legalisation of abortion we are abortionists, and if we defend human rights we are terrorists.

    2. How does DEMUS work to overcome these obstacles?
    We combine organisational and mobilisation strategies to strengthen the feminist and women’s diversity movement, public and political advocacy for legislation, public policies and access to justice measures, and strategic litigation. Among the latter were for instance the Manta y Vilca trial on rape during the internal armed conflict, which established that this was a crime against humanity; the case of forced sterilisations during the Fujimori administration; and other cases that have allowed us to move forward in terms of the recognition and guarantee of the human right to therapeutic abortion, among other sexual and reproductive rights.

    Ours is not just a lawyers’ struggle: we work in multidisciplinary teams and in alliances and within networks including other feminist, women’s, LGBTIQ and human rights NGOs, groups and platforms. Experience has taught us that it is not enough to obtain jurisprudence, standards, laws and public policies if there are no social movements and citizens defending them, that is, if there is no social base accompanying and empathising with the victims. Strategic litigation, legal defence and psycho-legal and therapeutic help are therefore always to be accompanied with mobilisation and campaigning.

    3. Is the Peruvian women’s movement integrated into regional or global networks, so as to face an adversary that is?
    There are indeed very important global and regional networks. In Latin America, the level of articulation reached by indigenous, peasant and environmental women human rights defenders is astonishing in contrast with the weakening of some feminist networks. New technologies have revolutionised communications, and we now have various alternative means to organise ourselves in networks.

    We must think about how to strengthen our thematic networks, for instance in the field of sexual and reproductive rights, in order to resist together. This is facilitated by a number of conceptual convergences, but complicated by the scarcity of resources reaching Latin America, competition around which affects alliances and articulations. Neoliberalism has also had an impact on inter-subjective relations: conflicts and rivalries arise due to scarce funding. It is impossible to understand the degree of difficulties we face without analysing the changes in and the new rules of international cooperation and funding mechanisms.
    On the other hand, we must not forget that Peru’s is a post-conflict society, with open wounds and an abundance of distrust, which has not yet learned to resolve differences without violence. We need to be aware of these limitations, so as not to reproduce what we criticise. But we are certainly still very strong: with much greater organisation and resources than we have, Catholics and evangelicals have not yet managed to create enough pressure in the streets and on public opinion to remove sex education from the school curriculum. Their only hope is now placed on authoritarian conservative forces in Congress.

    4. What progress or setbacks do you perceive in the struggle for women’s rights in Peru?
    Taking stock of the forty years of contemporary feminism in Peru, there has been net progress in terms of the legal-institutional framework. Advances have been the result of constant struggle and permanent dispute, and are neither ideal nor stable: they need to be continuously defended and perfected.

    For instance, in late 2015 a substantial amendment to Law No. 26260 (1993) on domestic violence was finally passed. The new legislation, Law No. 30394, is a law against gender-based violence. Shortly after, in July 2016, the Third National Plan against Gender Violence (2016-2021) was passed. In both cases there was a dispute over the diversity of the women to be protected. There was much resistance against the possibility that legislation would also protect lesbian, bisexual and transgender women. In fact, recognition of the variety of forms that gender violence can take was not as resisted as the extension and recognition of the objects of protection. The women’s movement succeeded in getting some previously unacknowledged forms of gender violence recognised as such, including gender-based violence in the context of social conflicts. We wanted the new law to protect women human rights defenders of land, the environment, and natural resources, that is, indigenous and peasant women who are currently criminalised and on whom conflicts have a differential impact on the basis of gender. This we achieved. We had also proposed that the violation of sexual and reproductive rights be recognised as gender violence. And while we achieved recognition of forced sterilisation, rape in the context of internal armed conflict, violence due to sexual orientation, and obstetric violence as forms of gender-based violence, such recognition was not expressed in the language of sexual and reproductive rights. In additional, sexual orientation-based violence was recognised but gender identity-based violence was not.

    Fifteen years after the First National Plan was launched, and more than twenty after the first law against then-called “domestic” or “intra-family” violence was passed, tension between women’s rights and family protection persists. Although Law No. 30364 has in many respects aligned legislation with the Belém do Pará Convention, violence based on gender identity discrimination has not yet been recognised. Public debate continues to focus on nature as a determinant of sexuality, reproduction and family.

    Why is it that feminists and LGBT people perceive “family protection” as contrary to our rights? First, because not all families are protected. Family rights of the LGBT population are not recognised. Secondly, because why protect the existing family – a traditional, hierarchical, violent family based on sexual division of labour and the exclusive recognition of heterosexual sexuality? A family organisation free of discrimination and gender-based violence should be promoted instead. In other words, measures should be taken to dismantle the patriarchal family, which functions as the very first place of normalisation and control, particularly for women and LGBT persons. The family has become a space in which physical, psychological and sexual violence remain unpunished: in fact, Peru has the second highest rate of denunciation of sexual offences against girls and adolescents in the region, and these are in many cases perpetrated by family members. Finally, a person’s (and in this case a woman’s) rights can never be subordinated, conditioned or reduced to a by-product of family welfare, in the same way as the rights of an actual person cannot be subordinated to the rights of being yet to be born.

    In sum, in historical perspective there has been progress in the recognition and guarantee of rights, but these have been the product of constant struggle. We face strong resistance, and if we had not permanently defended our conquests, we would certainly have seen them retreat long ago.

    5. In this context, how has DEMUS’ agenda changed since its beginnings in 1987?
    DEMUS is an organisation well known for its work for the right to a life free of gender-based violence. We specialise in prevention, care, denunciation, therapeutic and psycho-legal accompaniment, litigation, advocacy with legislative, policymaking and justice administration bodies, and campaigning and mobilisation on gender-based violence. For instance, we developed the “Not one more death” campaign, which placed femicide on the public agenda, and the “A man doesn't rape” campaign, which contributed to call attention on the problem of sexual violence, impunity and the culture of rape.

    In the beginning we had to dispute about the very concept of what was then called “intra-family violence”, which we designated as “violence against women” and today we call “gender-based violence”. We saw violence against women as a problem of power inequality, sexual discrimination and impunity, so we advocated for equality and access to justice. However, as years passed and the first laws and policies on the issue were passed, we realised that we were not obtaining the results we expected.

    The fight against violence against women had gained consensus as part of the state agenda and had occupied a space in the institutional structure of the state (commissions, ministries, etc.), and even ultraconservatives had begun to accept equal opportunities between men and women (which was enshrined in Law No. 28983 of 2007) all the while resisting the recognition of other sexual orientations and gender identities. So we began a conceptual revision and concluded that if we wanted to combat gender-based violence, our central strategic battle had to revolve around women’s autonomy and self-determination in the field of sexuality and reproduction, the recognition of and the provision of guarantees for sexual and reproductive rights understood as fundamental human rights, and access to justice in cases where these were violated. The perspective of sexual and reproductive rights came to enrich the equality and non-discrimination approach in addressing the problems of gender-based violence and impunity.

    Thus, although the defence of LGBT rights and the legalisation of abortion were already in DEMUS’ agenda, they have since become more central to it. And our strategies became richer in the process, because besides strategic litigation and therapeutic and psycho-legal accompaniment we started to focus as well on organisation and mobilisation, public advocacy and communication. We have used the whole toolbox in our search for justice and reparations for the victims of forced sterilisations, and also in our campaigns for emergency oral contraception and the legalisation of abortion (first of all for reasons of rape, foetal malformations incompatible with extra-uterine life, and unconsented artificial insemination and egg transfers, and eventually on the basis of women’s dignity and right to decide).

    Most recently, in our work to defend victims of sexual violence and impunity, we have learned from the indigenous and peasant women defenders of land and water that women human rights defenders are being differently affected by the extractivist economy due to their gender, and are being specifically criminalised by corporations such as the Yanacocha mining company and by the state itself. In their struggle to defend lakes and resist mining projects such as Conga, women are having a hard time, since gender-based violence is being used against them. In the actions of the police and the Armed Forces we are currently seeing a criminalisation of social protest, threats and violations of women’s rights echoing those that took place during armed conflict. In order to avoid the repetition of serious violations of human rights and crimes against humanity, we are using the new legislation, which now enables it, to denounce Yanacocha and make it clear that there is gender-based violence behind situations of harassment like that suffered by women human rights defenders such as Máxima Acuña.

    The other agenda that we increasingly adopted as central is the defence against discrimination based on sexual orientation and gender identity, in order to achieve recognition of and guarantees for the right to gender identity and lesbians’ right to maternity. We choose the issues we fight for on the basis of several criteria. One of them is that of revolutionising whatever the system resists the most, so that if we win, we will not only have obtained a law, public policy or jurisprudence, but we will also have conquered people’s common sense. And what the system most resists today is transgender identity and the right of LGBT persons to love and family. The system condemns us to civil death, poverty, marginalisation, murder, harassment and rape.

    6. In Peru, there have recently been major mobilisations with the motto #NiUnaMenos. How was the issue placed on the public agenda in such a way that mobilisation turned out to be so massive? What roles did regional networks play in the process?

    The marches in Argentina, Mexico and other countries inspired many of us: we wanted to do something similarly massive in our own country. But mobilisation did not occur in Peru as a response to a regional call, or as a result of prior coordination within a regional network.

    A year prior to this mobilisation there was a high profile case in Peru, in which a woman was savagely attacked in a hotel in Ayacucho, dragged by the hair and almost raped and murdered. The episode had been recorded on video, and everyone followed the case in the media and expected the attacker to be convicted. The ruling came out a few months before the demonstration, and it acquitted the accused. It denied that an attempted rape and femicide had taken place, and it even ruled that the injuries on the victim had been minor. This generated a social phenomenon of indignation that spread throughout the national territory and in social media. Women who were in the ideological and social antipodes from one another agreed that something had to be done, and feminists started talking about a mobilisation meant to make it clear that “if they touch one of us, they are touching us all”. The #NiUnaMenos (#NotOneLess) slogan was adopted out of the belief that the time had finally come and that this would be a mobilisation of a magnitude similar to those that had taken place in other countries.

    In Peru, the idea persists that if you do not obtain justice it is because you cannot prove what has happened to you. You only have your word and that is not enough for justice administrators. Now, if even in a case where there is a video like that, the aggressor is eventually absolved, what kind of security and justice is left for the rest of us? This created an unprecedented feeling of helplessness. Fear quickly turned into indignation, and this in turn into mobilisation. I was invited to join a Facebook chat a few hours after the video was made public. There were ten of us to start with, and a little while later we were over sixty, and the next day we were meeting at a comrade’s place. Within a few hours, the closed group formed in Facebook went from a few women testifying to the various forms of violence in their daily lives to 20 thousand, 40 thousand women reporting on their own stories of violence: at home, in the streets, at work, in school. Terrible stories, and everybody was telling them and keeping each other company.

    Thus, in Peru citizens went out into the streets to reject impunity and defend the right to justice. People began to wonder why violence against women persists despite all the laws and policies to combat it. The media started talking about patriarchy and machismo as its causes. There was some recognition of the importance of the feminist struggle, at least in that particular context. Much of the leadership and organisational work towards mobilisation was done by various organised and unorganised female citizens, leaders of feminist groups in neighbourhoods, universities, trade unions, NGOs. Women of a wide diversity of movements, colours, desires, education, professions and talents, in alliance and dialogue with the survivors whose emblematic cases united diverse sectors of society. Conservative sectors have still not managed to obtain similar success in defence of their agenda.

    7. Did the mobilisation have any positive effect in terms of public policy?
    The mobilisation resulted in some concrete measures, although these were too narrowly focused and involved little public investment. A Circle of Protection program was created, thereby extending attention to 24/7 in five out of over 200 Emergency Women’s Centres (EWC). Coverage of the emergency line Línea 600 was extended to all days of the week. This contributed to an increase in addressed complaints. Also, cases of femicide and rape were subsequently included into the rewards programme to stop offenders.

    Additionally, there were announcements regarding the expansion of temporary shelters, the provision of gender training to justice operators, and in particular to the National Police, and the creation of at least 50 new EWCs in various police stations across the country. The Public Ministry adapted its guidelines to Law No. 30364 and announced the creation of prosecution offices specialised in femicide. The Judiciary established a National Gender Commission.

    Nonetheless, femicidal violence persists as a savage daily occurrence; there is in fact a patriarchal and male chauvinist counteroffensive underway. They continue to kill us and rape us, and the femicide and rape culture keeps blaming us for it. And the measures adopted by the state in defence of the gender approach and gender equality fall short: they are basically reactions and responses to public pressure. We women do the reporting and monitoring job that the state should be doing. The state and the government always give in when it comes to the sexual and reproductive rights of women and LGBTIQ people. Which makes it clear that unless it becomes feminist, public policy will yield no results. If public policy priorities do not change, women will continue to die.

    The most important changes have occurred in the realms of common sense. #NiUnaMenos has shown that there is widespread rejection of violence against women, and that women have become empowered to talk about sexual violence in the same way that we first learned to talk about partner and domestic violence. There is no longer shame in having been a victim: it is clear that the other party is the one at fault. Women now know that there are things that are not right, and that if they happen to them it is not their fault, or God’s will, or the work of nature: it is a violation of rights and a matter of justice, and those responsible have to be punished.

    Civic space in Peru is rated as ‘obstructed’ in the CIVICUS Monitor.
    Get in touch with DEMUS through their website, visit their Facebook page, or follow ‪@DEMUS_f‬ and ‪@MYCfeminista‬ on Twitter.‬‬‬‬

    Image ©Peru21

     

  • ANTI-RIGHTS GROUPS: ‘Their true objective is to eliminate all government policies related to gender’

    Diana CariboniAs part of our 2019thematic report, we are interviewing civil society activists, leaders and experts about their experiences of backlash from anti-rights groups and their strategies to strengthen progressive narratives and civil society responses. CIVICUS speaks to Diana Cariboni, an Argentine journalist and writer based in Uruguay, winner of the 2018 National Written Press Award and author of several pieces of investigative journalism on anti-rights groups in Latin America. 

     

    Would you tell us about your experience at the Ibero-American Congress for Life and Family?

    In 2018 I covered the conference of this regional group – actually an Ibero-American one, since it has members throughout Latin America and also in Spain. It is a large group that seeks to become a movement. It is one of many, because there are several others, which also overlap, since members of the Ibero-American Congress are also part of other movements, interact with each other within these movements and serve on the boards of various organisations.

    I started investigating this group because it was going to meet here in Punta del Este, Uruguay, in late 2018, and its arrival was preceded by some incidents that caught my attention. The most important actors that I managed to identify within this movement were, in the first place, a huge number of representatives of evangelical churches and, within evangelism, of neo-Pentecostalism, although there were Baptist churches and non-Pentecostal evangelical churches as well.

    In addition to these churches, the Don’t Mess with My Kids platform was also represented. This network emerged in Peru in 2016 and includes a series of evangelical Christian personalities. Some of them are church preachers and some are also political actors; for example, there are a large number of representatives with seats in the Peruvian Congress. In fact, legislators make up an important segment of the Ibero-American Congress. In many countries, there are congresspeople who are church pastors or members of religious congregations: that is the case in Argentina, Bolivia, Brazil, Colombia, Costa Rica, Guatemala, Paraguay, Peru and Uruguay. These people are trying to coordinate a regional legislative movement. The Ibero-American Congress has been active in the legislative arena and has coordinated and issued statements on certain issues for some time now.

    Mexico is an important focus because the founder of the Ibero-American Congress, Aaron Lara Sánchez, is Mexican. The movement has established communications media such as Evangélico Digital, which is part of a group of digital media that originated in Spain. It has also created or seeks to create some sort of think tank, because they want to coat all of it with a scientific varnish, so doctors, lawyers and biology and genetics experts take part in their conferences. They all promote the religious perspective that a family can only be made up of a man and a woman, that only two sexes, male and female, exist, and that the human person emerges at the time of conception; hence their opposition to abortion. They are putting together a pseudo-scientific discourse to substantiate these arguments despite the fact that scientific research indicates otherwise. Their objective is to put forward a discourse that is not viewed as belonging to the Middle Ages; that is why they seek some convergence with the common sense of the 21st century and speak of science and the secular state, even if only as a very superficial varnish. On the other hand, the Don’t Mess with My Kids discourse fits well with prevailing common sense, because it contains a very strong appeal to families and tells parents that they have the right to decide what education their children receive in school.

    Would you characterise these groups as anti-rights?

    Indeed, because their true objective is to eliminate all government policies related to gender. In fact, I interviewed the founder of the Don’t Mess with My Kids platform, Cristian Rosas, who told me: “We started with sex education because it was what mobilised people the most, because it refers to their children, but what we really want is to eliminate gender, the word ‘gender’, altogether, in Peru and all over the world.” The thing is, behind that word, gender, is the crucial issue of the recognition of identities and the search for equality: women’s struggles to end discrimination and subordination, and the struggles of LGBTQI communities to enjoy the same rights and guarantees accorded to the rest of the population. They say that these struggles are unnecessary because our constitutions already state that we are all equal before the law, so why establish special laws or statutes for LGBTQI people? What they are overlooking is that LGBTQI people, and particularly people such as trans individuals, cannot effectively access those rights or even the conditions for a dignified existence. They insist on ignoring this, and instead argue that what LGBTQI people are striving for is for the state to fund their lifestyles.

    Uruguay offers a recent example of an anti-rights policy promoted by these sectors. Three Uruguayan members of the Ibero-American Congress for Life and Family – an alternate Catholic legislator of the National Party, an evangelical neo-Pentecostal representative, also of the National Party, and the leader of the biggest evangelical church in Uruguay, which is also neo-Pentecostal – carried forward a campaign to repeal the Integral Law for Trans People. The signature collection campaign was announced during the congress in Punta del Este that I attended.

    Who were the participants in that conference? From your description, it sounds more a reunion of movement leaders than a mass meeting.

    It was not the parishioners at large who gathered on this occasion, but rather pastors, preachers, politicians, opinion leaders and influencers seeking to take advantage of the language and codes used by a large section of the population, and especially by young people, to communicate. But still, it was a meeting of about 400 people.

    This event was closed; the press was not allowed in. So I signed up as a participant, paid the US$150 registration fee and went in without letting the organisers know that I was covering the event as a journalist. In addition to paying the fee, I had to remain in Punta del Este for three days, stay in a hotel and be in the company of these people all day long. At times it became a bit suffocating because the way they carry out their activities is not the same as in a regular congress or conference, where you listen to panel presentations, take notes and sit in an auditorium next to other people who are doing more or less the same things. In this case, every session, including panels, integrated religious prayers – evangelical-style. This is nothing like Catholic mass, which is highly choreographed, and where the priest takes the lead, everyone knows more or less what he is going to say and parishioners respond with certain phrases at pre-established times, sit, stand and little else. The evangelical experience is very different: people talk, scream, raise their arms, move, touch. The pastor gives them instructions, but still, it is all way more participatory. I found it difficult to remain unnoticed, but I made it through.

    I also managed to get a good record of what was happening, which was not really allowed. There was a lot of surveillance and I would have been thrown out had I been noticed. They realised close to the end: at the last minute they decided to organise a press conference and there was practically no media other than their own. I didn't know whether I should attend, but in the end I decided to, because I had already attended all the sessions after all. There was also a journalist from the weekly Búsqueda who attended the press conference. I was allowed to conduct interviews and was told that I could only publish anything related to the press conference, but not anything I had heard during the congress. Of course, there was nothing they could do to stop me from publishing anything, and my article ‘Gender is the new demon’ (‘El género es el nuevo demonio’) was published in Noticias shortly thereafter.

    Being there helped me understand a few things. There are certainly very powerful religious and political interests behind anti-rights campaigns. But there are also genuine religious expressions, different approaches to life: some ultraconservative sectors genuinely reject 21st century life. What I observed during this congress is the extreme estrangement that some people experience regarding our contemporary world, a reality that can hardly be reversed, but that they experience as completely alien to them: the reality of equal marriage, diverse interpersonal and sexual relationships, sexual education, pleasure and drugs, free choice and abortion. We need to recognise this: there are segments of our societies that do not feel part of this 21st century world and thus react to these advances, which they interpret as degradation and corruption.

    These groups have a nationalist discourse identifying nation-states and peoples as subject to foreign dictates that are considered to be evil – and are even seen as messages from the devil. Evil is embodied in a series of institutions that they describe as imperialistic: the United Nations, the Organization of American States, the inter-American human rights system, international financial organisations, the World Health Organization.

    Isn't it strange for these groups to appeal to nationalism when they organise themselves in transnational networks and are active in the international arena?

    Within the framework of this cultural battle that is being fought at the international level, what these groups do not see is that they themselves are actors in the international arena, even if only to weaken the scope of international law. They aim at the bodies that oversee treaties and conventions, such as the American Convention on Human Rights or the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination against Women. They say that these are just expert committees whose recommendations do not need to be taken into account by states when they contravene domestic laws.

    A recent discussion about this arose around the opinion issued by the Inter-American Court of Human Rights in response to a consultation from Costa Rica regarding gender identity and equal marriage. Costa Rica asked the Court if it was obliged under the American Convention on Human Rights to recognise the gender identity of individuals and the economic rights of same-sex couples. In response, the Inter-American Court told Costa Rica, and therefore the entire continent, that these rights are protected by the Convention. A very strong discussion ensued, because for anti-rights groups this was a case of an international body acting above states, constitutions and national laws.

    You mentioned that many politicians from different countries participated in the Ibero-American Congress. Do you think that these groups want to rule and are they getting ready to get to power? If so, what is their strategy to achieve it?

    Above all, I do believe that they have the will to rule, which has a lot to do with the way the neo-Pentecostal movement that emerged in the USA and then expanded throughout the continent eventually evolved. The argument is simple: if they are the light of the world and the salt of the earth, they are being called to have an impact, so they have to seek power because they are the ones chosen to exercise it.

    As for strategies, they vary. Pragmatism prevails, so the strategy depends a lot on context. In some cases, they create their own parties – religious, evangelical or ultraconservative – by which they feel represented. In other cases, they prefer to insert their candidates into various party tickets. Currently in Argentina, for example, there are candidates of this sort in practically all parties, except for the most radical left. They are present in both the ruling party and the main opposition coalition. In addition, there is a recently formed small party, the NOS Front, founded on the explicit rejection of ‘gender ideology’ in the context of the legislative debate over legal abortion – but it didn’t get many votes in the recent primaries, and I don’t think it will achieve too much in the upcoming elections. On the other hand, many candidates that are running on various lists will be successful, both at the federal and provincial levels.

    Another complementary strategy is to enter governments at lower levels, especially in countries with federal structures, where they can access management positions in the areas of health, education or justice; hence their strategy of training experts – lawyers, jurists, bioethics experts – who can take positions in various areas of public administration. I am seeing that a lot in Argentina.

    In the case of Uruguay, these sectors are quite concentrated within a segment of the National Party, which already has some evangelical and neo-Pentecostal legislators; it is highly likely that there will be more after the next elections. I think an evangelical caucus will very likely emerge out of the October 2019 elections in Uruguay. There are some similar candidates in the other parties, although they are much less visible.

    Additionally, a new phenomenon has emerged in Uruguay, in the form of the Cabildo Abierto party, led by a former army chief, which is the first to declare itself an anti-gender ideology party. This is a new phenomenon because the leaders and main figures of the National Party, the one that has so far given space to most of these candidates, do not support these positions. Although it is a new and small party, polls are forecasting that Cabildo Abierto will get between seven and 10 per cent of vote, which means it will possibly get some legislators elected, who will go on to vote as a block.

    Do you find these developments worrying in a country such as Uruguay, often described as the most secular in Latin America?

    What happens is that confessional vote is not automatic. In Argentina, evangelical parishioners are an important percentage of the population, which is also growing, but for the time being there is hardly any evangelical legislator in the National Congress. Something similar could be said about most countries: people who declare they belong to a certain religious group do not necessarily vote for candidates of the same religion. In other words, the faith-based vote, which is what these sectors intend to promote, is not necessarily succeeding in every country. It has made substantial progress in Brazil, but this progress has taken decades, in addition to being related to peculiarities in the Brazilian open-list electoral system, which allows for such candidacies to spread among various parties, including the Workers’ Party when it was in power. This growth was reflected in the substantial support provided by evangelical sectors to President Jair Bolsonaro’s candidacy, whose victory also nurtured the evangelical caucus.

    A number of factors affect how people vote at any given time; when voting, people are not necessarily guided by candidates’ religious creed. But this could change in the upcoming elections. Both Argentina and Uruguay hold elections in October, on the same day; in Bolivia elections will be held a week earlier; and also in October there will be regional elections in Colombia, with many such candidates in various parties. We will soon get a better idea of how the faith-based vote evolves in each country. We need to watch it closely in order to find out if it is a linear phenomenon on the rise, a process including progress and reversals, or a phenomenon that is finding its limits.

    Get in touch with Diana Cariboni through herFacebook page and follow@diana_cariboni on Twitter.  

     

  • ARGENTINA: ‘Change is inevitable. It is just a matter of time’

     

    Twitter: Edurne Cárdenas

    In 2018, after years of civil society efforts, Argentina’s congress discussed an initiative to legalise abortion for the first time. While the ban on abortion in most cases remains, those campaigning for reform believe the debate has progressed. CIVICUS speaks about the campaign to Edurne Cárdenas, a lawyer with the international team of the Centre for Legal and Social Studies (CELS),an Argentine human rights organisation. CELS was founded in 1979, during Argentina’s military dictatorship, to promote human rights, justice and social inclusion. In its early years, CELS fought for truth and justice for the crimes committed under state terrorism, before expanding its agenda to include human rights violations committed under democracy, their structural causes and their relationship to social inequality. CELS advances its agenda through research, campaigning, alliances with others in civil society, public policy advocacy and strategic litigation in both national and international forums.

    When did CELS, a classic human rights organisation, start working on sexual and reproductive rights, and why?

    CELS has had great capacity to work in tune with the times and therefore to enrich its agenda progressively, always in alliance with social movements and other organisations. The idea of women’s rights as human rights was explicitly articulated at the 1993 Vienna Conference on Human Rights. In the mid-1990s, and more precisely in 1996 I believe, the CELS annual report included contributions by women’s rights activists on reproductive rights. Over the following years, often in partnership with other organisations, CELS took part in submissions to human rights bodies: for instance, in 2004 we contributed to a shadow report submitted to the United Nations’ Committee on the Elimination of Discrimination against Women (CEDAW). The National Campaign for the Right to Legal, Safe and Free Abortion was formed in 2005 and CELS joined in 2012. Shortly after those first articles were published in our annual report, our concerns about human rights violations gradually widened to encompass access to non-punishable abortions, as they are referred to in the Criminal Code - abortions that can be performed legally when the woman’s life or health are in danger or if the pregnancy in question is the product of rape. The issue was also incorporated as a result of the sustained work of feminist activists within our organisation.

    In sum, CELS works on this issue because we understand that the criminalisation of abortion has a negative impact on the enjoyment of human rights by women. CELS’ key contribution was to place the abortion debate within the human rights sphere and to put into circulation human rights arguments to feed debate around the issue. CELS does not specialise in health issues, but we work in partnership with other organisations that examine the problem from that angle. From our point of view, this is an issue in which freedom and equality are at stake, and that is cross-cut by another theme - institutional violence - that was historically central to our work.

    In 2018 the debate over legal abortion progressed in Argentina more than ever before, but not far enough for legal change to happen. What lessons do you draw from this experience?

    In 2018, for the first time ever, an initiative to legalise abortion was debated in Congress. It was the seventh time that an initiative of this nature was introduced, and it was drafted and promoted by the National Campaign for the Right to Legal, Safe and Free Abortion. This is a network bringing together more than 500 organisations that form the women’s movement; it is well coordinated, horizontal and has 13 years of experience in this struggle. Before 2018, initiatives had not progressed, even within the congressional committees that had to issue an opinion to allow for debate to proceed to the full house. Argentina has a tradition of highly mobilised feminism and, since 2015, the campaign has had a lot of street presence and has made a clear demand for legal abortion. 2018 began with a novelty: in his opening speech of that year’s legislative session, the president raised the issue, which alongside feminist pressure enabled parliamentary debate. This was absolutely unprecedented. Regrettably, after being passed by the House of Representatives - the lower house - in June 2018, the initiative to legalise abortion was rejected by the Senate in August.

    The whole process was led by the women's movement. All other movements and organisations aligned behind their leadership. In the House, the initiative succeeded because the strategy was multi-partisan and diverse, there was strong social movement participation and street pressure made itself heard. In the Senate, a more conservative chamber, additional work was required. Our alliances failed us, as we couldn’t make them as cross-cutting as they were in the House. A question that remains on the table, then, is how to reach out to the most conservative chamber of Congress with a demand that must necessarily be processed through it.

    In addition, the defeat in the Senate made it clear that we need to work more to understand and counter the ‘post-truth’ discourse of our opponents. We are seeing conservative advances that put institutional quality, and ultimately democratic institutions, at risk. What was interesting in the process was that all citizens were able to find out and take note of what their representatives think and how they vote.

    The results of this particular struggle could be called bittersweet. How much of a defeat, and how much of a victory were they, and why?

    The pictures of disappointment on 9 August 2018, when the Senate rejected the initiative, do not tell the whole story. When we take stock, the list of what we won is much longer than the list of what we lost. Losses of course include a missed opportunity - but we only missed one opportunity, that of 2018, because I really believe that change is inevitable, and it is just a matter of time. I do not know if it will happen in 2019, but it will eventually. But one thing does need to happen in 2019: with elections due, all the issues that were put on the table during this process have to be part of the presidential campaign agenda.

    We undoubtedly gained in terms of mass participation and public presence - both in the streets and in public opinion. In 2018 abortion was discussed like never before, so silences and taboos broke. But the process also had a negative side effect: because the issue that was placed on the agenda was so divisive, and mobilisation became so massive and acquired such centrality on the political scene, a strong reaction from the most conservative sectors ensued. These sectors gained a level of organisation and visibility that they did not have in the past.

    As these conservative voices emerged, the debate on abortion rights also brought back into the discussion some things that we thought were long settled and part of a basic, untouchable consensus. These sectors began to say out loud certain things that they wouldn’t have dared say only a few years ago. Such was the case with the campaign ‘Do not mess with my children’ (Con mis hijos no te metas), against the implementation of the law mandating comprehensive sex education, which called into question the role of the state in education.

    What role did CELS play in the legalisation campaign?

    Throughout the process, the women’s movement’s leadership, and that of the National Campaign for the Right to Legal, Safe and Free Abortion, was undisputable. As a member of the Campaign, and alongside other human rights organisations, CELS made an important contribution in terms of organisation, coordination and argumentation.

    Our history and experience give CELS much legitimacy. The fact that CELS speaks about abortion can make a difference when it comes to reaching broader audiences. Starting in 2014, when it seemed likely that the legalisation initiative would eventually be discussed in congressional committees, CELS began putting together input for the legislative debate, by revising jurisprudence and current standards and providing a justification as to why the debate on abortion had to be carried out from a human rights perspective.

    At the same time, CELS participated as amicus curiae - friend of the court - in various court cases. Although we think that our ultimate goal, and the only one compatible with the recognition of women’s autonomy as full subjects of rights, is the legalisation of abortion, we have deemed it necessary to ensure in the meantime that the abortions that are already legal can be performed effectively, along the lines established for non-punishable abortions. In 2012, in its ruling in the F.A.L. case, the Supreme Court made very clear the conditions under which legal abortions can be performed and the obligations that this confers on the state. This ruling reflected the great work done by women’s rights and human rights movements on the streets, in hospitals, in academia and in the courts. But nonetheless, access remains very uneven, and even in more ‘advanced’ provinces barriers to legal abortions still exist. To a large extent, this reflects the structural limitations of a system that establishes a restrictive set of grounds allowing abortions, which inevitably fails because it depends on someone certifying the presence of those grounds. In addition, the current system ignores the most important among all possible grounds for abortion: the pregnant person’s will. This is precisely what the bill that was passed by the House put in the spotlight.

    During the 2018 debate, CELS made several presentations in support of the initiative at public hearings in both houses of Congress. Our executive director and I presented at the House of Representatives - significantly, both at the opening and the closing of the debate - and our litigation director spoke at the Senate. At the beginning of the debate, we issued a publication that was endorsed by a large part of the women’s movement, feminists and organisations alike, with arguments, legislation and jurisprudence, to bring clear information to legislators.

    We were also present on the streets, not only sharing the vigils that were held during the voting sessions, but also in organising, providing support and coordinating with the women's movement, with the other organisations within the Campaign for Legal Abortion and with high school students, health professionals and other mobilised groups. This coordination and the sustained presence of the movement on the streets were what made the difference during 2018. Finally, we defended the freedom of expression and the right to peaceful assembly, since throughout this process the groups mobilised against legal abortion perpetrated various acts of violence against legalisation activists.

    You have repeatedly mentioned the existence of anti-rights groups. Do you think these groups are on the rise? If so, what can progressive civil society do to protect the rights already conquered and keep moving forward?

    Anti-rights groups have indeed grown and are organised under a common umbrella, against what they call ‘gender ideology’. They saw this debate as an opportunity to organise like never before. Now they are more numerous: there used to be groups linked to the Catholic Church, but now there are also numerous groups with links to evangelical churches, well-organised and well-funded, alongside other groups that are not necessarily faith-based. Their presence demands our attention because their goals run against the rights of a large part of the population, as they seek to limit access to rights by children, women, lesbians, gays, transvestites and trans people. They are appearing throughout Latin America and their existence also raises questions about their alliances and goals: how and when did they arrive in Argentina? What are their demands? How far are they willing to go? We have seen that behind their ‘no to abortion’ they bring along a broader agenda that is linked to their rejection of so-called ‘gender ideology’, sexual education in schools, even vaccination, and who knows what else.

    The progressive movement needs to think of a strategy to face them. The strength of the human rights movement is our use of creativity and the strategy of reason. On the other hand, what anti-rights movements do is mirror the strategies of the human rights movement. Now, although creativity and innovation give us an advantage, the anti-rights movement is making us waste our time discussing things we thought were long settled. To top it all, what we get into is not even an honest discussion, since the statements they make and even the data they use do not withstand the slightest fact check. The result is not actual debate - that is, a genuine exchange of arguments and reasons. Still, we have no alternative but to respond. So, when we engage in such ‘debate’, we do not really discuss with them or try to convince them, but we share our reasoning before an audience, in order to try and convince that audience. We take advantage of that simulation of a debate to make our point before public opinion. For this task, social media are key, although they have clearly been a double-edged sword. In fact, it was during this debate that we were able to see first-hand the way so-called ‘fake news’ operates, particularly when they find an echo in influential voices outside social media, who disseminate them elsewhere. It so happened, for instance, that totally fake data found on social media were quoted by legislators during the congressional debate. In that area, there is a lot of work for us to do.

    Leading the debate agenda is one of the challenges that our movements face. To do this, we need to always be a step ahead in the discussion. We should not ‘debate’ with the anti-rights groups but speak to larger audiences and engage in discussion with elected representatives, whose obligation it is to pass laws for our common good and to ensure the state’s compliance with its obligation to enforce human rights. The debate over the legalisation of abortion was a spearhead to think about other issues. The system of limited grounds for legal abortion, similar to the one that has just been adopted in Chile, has been in place in Argentina since 1921. The transition from a system of grounds to a system of deadlines requires a simple legislative decision to amend the Criminal Code. Why such big fuss then? Because this debate puts other discussions on the table, including what we think the role of women is, what the role of the state should be, to what extent and regarding what issues the state should get involved - and this is where conservative sectors exhibit their contradictions: they want the state to get inside your bed to criminalise your behaviour, but when it comes to education or vaccination, they want it not to interfere.

    We cannot stay on the defensive. We need to go on the offensive and place secularism and the role of the state on the agenda. And we are forced to do so in a very regressive sub-regional context. Brazil, our biggest neighbour and partner, has just elected a president who is committed to advancing the agenda of its powerful evangelical caucus and who has just appointed to lead the Ministry of Human Rights an evangelic minister who says that women are born to be mothers.

    Civic space in Argentina is rated as ‘narrowed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with CELS through theirwebsite andFacebook page, or follow@CELS_Argentina and@EdurneC on Twitter.

     

  • ARGENTINE : ‘Nous devons mettre fin à la tentative de retour aux injustices de l’époque pré-pandémique

    Sebastien ArgentinaCIVICUS discute de la crise du COVID-19 et des réponses de la société civile avec Sebastián Pilo, co-directeur de l’Asociación Civil por la Igualdad y la Justicia (ACIJ), une organisation de la société civile (OSC) dédiée à la défense des droits des groupes les plus défavorisés et au renforcement de la démocratie en Argentine. Fondée en 2002, l’ACIJ a pour objectif de défendre l’application effective de la Constitution nationale et des principes de l’État de droit, de promouvoir l’application des lois qui protègent les groupes défavorisés et l’éradication de toutes les pratiques discriminatoires, et de contribuer au développement de pratiques démocratiques participatives et délibératives.

    Quel impact la pandémie de COVID-19 a-t-elle eu sur les droits des Argentins ?

    Sans préjuger des bons résultats des mesures d’isolement sur le plan sanitaire, la pandémie a touché de plein fouet les populations les plus vulnérables. Pour ne citer que quelques exemples, les habitants des quartiers informels ont subi l’impact de la contagion dans une proportion bien plus élevée. Les personnes âgées placées en institution ont aussi souffert de la pandémie d’une manière particulièrement cruelle, et il y a également une augmentation présumée des cas de violence domestique associés à l’enfermement.

    Le fait que les personnes dont le droit à un logement adéquat n’est pas satisfait soient priées de « rester chez elles » est un exemple clair du fossé entre les promesses constitutionnelles et la réalité, ainsi que de l’interrelation entre le droit à la santé et d’autres droits fondamentaux. Sur ce point précis, à la mi-mars, alors que la quarantaine obligatoire venait de commencer, nous avons présenté, en collaboration avec d’autres OSC, une note au gouvernement de la ville de Buenos Aires mettant en garde contre l’absence de politiques publiques adéquates pour les personnes vivant dans la rue, un groupe particulièrement vulnérable face à la pandémie. Bien que le gouvernement de la ville de Buenos Aires ait annoncé des mesures pour atténuer la propagation du COVID-19, les actions sont principalement orientées vers le contrôle des déplacements de cette population, mais aucune ne garantit son accès à des conditions d’hygiène et de santé adéquates. Les causes qui conduisent les personnes à devenir sans-abri sont structurelles et sont liées à l’absence de politiques publiques qui garantissent à tous l’accès à un logement décent. Les mesures prises dans cette situation d’urgence doivent être un point de départ pour construire une politique à long terme visant à inverser la précarité dans laquelle vivent des milliers de personnes dans la ville.

    Plus généralement, dans le contexte de la pandémie, l’initiative multisectorielle Habitar Argentina a exigé la mise en œuvre d’une politique nationale d’urgence en matière d’habitat qui vise non seulement à améliorer les conditions des personnes qui vivent déjà dans la rue, mais qui prévoit également la suspension - pendant six mois ou jusqu’à ce que la pandémie soit surmontée - de toutes les expulsions et exécutions judiciaires susceptibles d’accroître le nombre de personnes vivant dans la rue ou de détériorer leurs conditions sanitaires, ainsi que des politiques spécifiques pour les familles qui louent, ont des hypothèques ou vivent dans des logements précaires. Elle demande également la mise en œuvre de mécanismes de protection pour les femmes, les enfants, les adolescents et les minorités sexuelles ou les personnes non-conformes au genre qui se trouvent dans une situation de violence quel que soit le type de logement ou de territoire qu'ils habitent.

     

    Quels obstacles l’ACIJ a-t-il rencontrés pour continuer à fonctionner dans ce contexte, et comment les a-t-il surmontés ?

    Le plus grand obstacle est lié aux mesures de confinement et à l’impossibilité conséquente de maintenir, dans les mêmes conditions, notre présence territoriale dans les communautés avec lesquelles nous travaillons. Cela nous a amenés à redoubler d’efforts pour rester en contact -virtuellement ou par des présences autorisées sporadiques - avec les leaders de la communauté, et pour promouvoir des actions visant à fournir la protection spéciale requise par le contexte.

    Ainsi, par exemple, avec la Fundación Huésped et TECHO, nous avons organisé une série de formations pour les leaders populaires, qui ont historiquement joué un rôle clé dans les réseaux de solidarité dans leurs quartiers. À partir du 5 juin, nous avons organisé cinq réunions pour leur fournir des informations sur les mesures de prévention contre la COVID-19 et d’autres maladies présentes dans les quartiers, des informations juridiques dans le cadre de l’isolement social obligatoire, des conseils en cas de violence institutionnelle et/ou de genre et des mesures de prévention pour les cuisines communautaires et les soupes populaires, et pour les informer des programmes d’assistance de l’État qui ont vu le jour dans le contexte de la pandémie. Plus de 90 représentants des provinces de Buenos Aires, Chaco, Córdoba et Tucumán ont participé aux réunions.

    Ils ont également mis au point un assistant virtuel contenant des informations spécifiques pour répondre aux questions des habitants des quartiers populaires, ainsi qu’une série d’outils de communication distribués via les groupes WhatsApp et Facebook des communautés.

     

    Quelles autres actions avez-vous entreprises pour défendre les droits affectés par la pandémie, et quels ont été vos résultats ?

    Parmi les actions les plus pertinentes que nous avons menées au cours de ces mois, les suivantes méritent d’être mentionnées.

    Tout d’abord, en ce qui concerne les habitants des bidonvilles et des campements, nous avons promu un protocole spécial d’action contre la COVID-19, la création d’une plateforme web qui géo-référence les ressources et permet de détecter les urgences de cette population, ainsi qu’une mesure judiciaire visant à fournir un accès gratuit à Internet par l’État pendant la durée des mesures de confinement.

    Ce progrès en termes d’accès à l’internet répondait à une demande que nous avons initiée avec d’autres OSC, afin de permettre la continuité de l’enseignement pour tous les étudiants dans le cadre des mesures d’enseignement à distance ordonnées pendant l’urgence. L’injonction émise au début du mois de juin oblige le gouvernement de la ville de Buenos Aires à fournir à tous les élèves fréquentant des établissements d’enseignement publics ou privés sans frais d’inscription et se trouvant en situation de vulnérabilité sociale (bénéficiaires de plans, de bourses, de subventions ou de programmes sociaux de la ville ou du gouvernement national, ou résidents de bidonvilles), un appareil informatique adapté (ordinateur portable ou tablette) pour accéder à Internet et effectuer des travaux scolaires afin d’assurer leur continuité éducative. De même, le gouvernement est tenu d’installer dans tous les bidonvilles de la ville des équipements technologiques pour la transmission de l’Internet sans fil, semblables à ceux qui existent actuellement sur les places et dans les espaces publics, en quantité et en emplacement suffisants pour fournir un standard minimum de connectivité sans fil gratuite. En cas d’obstacles techniques, le gouvernement local doit fournir un dispositif mobile permettant l’accès à Internet à chaque groupe familial composé d’enfants et/ou d’adolescents fréquentant les écoles primaires.

    Cette mesure est fondamentale car elle vise non seulement à inverser l’inégalité existante en termes d’accès aux équipements éducatifs, mais aussi à reconnaître l’accès à Internet comme un droit fondamental qui est un instrument - et dans ce contexte essentiel - pour l’exercice d’autres droits tels que l’éducation, la santé, l’information ou l’accès à la justice.

    Deuxièmement, en ce qui concerne les personnes handicapées, nous avons, entre autres, dénoncé la réduction de la couverture des aides, nous avons mené une campagne pour montrer les effets de l’enfermement sur les personnes dans les résidences, et nous avons lancé une plateforme web pour faciliter l’accès aux droits.

    La plateforme discapacidadyderechos.org.ar a été lancée début juillet et vise à aider les personnes handicapées à exiger le respect de leurs droits à la santé, à l’éducation, au travail, à une vie indépendante et à la protection sociale. La plateforme centralise les informations sur les droits, les avantages et les services reconnus par la réglementation en vigueur ; les moyens existants pour réclamer en cas de non-respect par la sécurité sociale, les entreprises de médicaments prépayés et l’État ; et les endroits où vous pouvez vous rendre pour recevoir des conseils juridiques et un parrainage gratuits. La page comporte un total de 120 modèles de documents tels que des notes administratives et des lettres que chacun peut adapter à sa situation. Il comporte également une section spécifique fournissant des informations sur les droits des personnes handicapées dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

    Il convient de souligner que le processus de développement du site a fait appel à la participation de personnes handicapées et de leurs familles, qui ont testé la plateforme et fait des suggestions d’amélioration. Il s’est également appuyé sur les conseils de spécialistes de l’accessibilité et de la facilité d’utilisation numériques.

    Troisièmement, pour les groupes vulnérables en général, avec un groupe d’institutions universitaires et de la société civile, nous avons créé une initiative visant à diffuser des informations juridiques afin de clarifier la portée et l’impact des règlements d’urgence, et de contribuer à l’autonomisation juridique de divers groupes défavorisés, et nous avons lancé un appel régional pour alerter sur le rôle de la justice face à la crise. Nous avons également préparé un document contenant des informations clés pour renverser les injustices fiscales et contribuer à une politique fiscale qui respecte les droits économiques, sociaux et culturels dans le contexte de la pandémie.

     

    Quel a été, selon vous, le facteur déterminant de ces réalisations ?

    Je crois que les résultats obtenus dans ce contexte s’expliquent fondamentalement par l’articulation de trois variables : premièrement, toute l’équipe de l’ACIJ a été particulièrement mobilisée par la nécessité d’apporter une contribution significative de la suite de notre rôle institutionnel, et a adopté la flexibilité nécessaire pour réagir à la crise de manière appropriée. Deuxièmement, notre proximité historique avec les communautés et les groupes concernés autour des questions sur lesquelles nous travaillons a été essentielle pour acquérir une connaissance de première main des obstacles auxquels les personnes vulnérables sont confrontées dans l’accès à leurs droits. Enfin, la combinaison des stratégies de plaidoyer relatif aux politiques publiques, d’action judiciaire en cas de conflits collectifs et d’autonomisation des communautés a permis d’obtenir des impacts plus importants que ceux qui auraient été obtenus en l’absence de cette articulation de stratégies.

     

    Quel rôle la société civile doit-elle jouer dans la sortie de la pandémie et dans la construction d’une meilleure « nouvelle normalité » post-pandémie ?

    La première chose que la société civile doit faire dans ce contexte est de montrer très clairement les injustices du monde que nous avions avant la pandémie : l’inégalité politique comme facteur structurant des démocraties de faible qualité ; l’inégalité économique comme facteur structurant de la violation des droits économiques, sociaux et culturels ; et un modèle de production de biens et d’organisation des territoires non durable du point de vue environnemental.

    Étant donné que la pandémie a creusé les inégalités préexistantes et a eu un impact plus important sur les personnes aux revenus les plus faibles, la priorité actuelle doit être de renforcer les systèmes publics de protection et de promotion des droits humains des groupes les plus touchés par la pandémie. Dans ce contexte, il est essentiel de garantir des ressources pour financer des politiques de santé et de protection sociale adéquates. C’est pourquoi, avec d’autres OSC de la région, nous avons produit une déclaration pour exhorter les États à mettre en œuvre des mécanismes permettant de parvenir à un système fiscal globalement progressif ; à évaluer les exonérations fiscales existantes pour déterminer celles qui doivent être éliminées car injustifiées et inéquitables ; accepter de ne pas approuver de nouveaux privilèges fiscaux, sauf dans des cas urgents d’efficacité prouvée et de préférence au profit des populations vulnérables et des petites entreprises ; et réformer et rationaliser le processus d’approbation et de révision des dépenses fiscales, en augmentant la transparence, en identifiant les bénéficiaires, en incluant des évaluations d’impact, et en les soumettant à un examen indépendant.

    Il est essentiel que la société civile contribue à imaginer de nouvelles orientations : le moment de la crise est aussi un contexte d’opportunité pour stimuler notre capacité à concevoir des modes de relation différents en tant que communauté politique, et de nouvelles valeurs pour la reconstruction de sociétés plus justes.

    Enfin, nous devrons accompagner ceux qui auront le plus de mal à trouver des stratégies de survie et à satisfaire leurs besoins fondamentaux, en même temps que nous chercherons des espaces de participation pour faire entendre nos voix dans les décisions publiques et faire face aux tentatives prévisibles de renouer, dans la phase post-pandémique, avec les injustices et les privilèges de l’époque précédente.

    L’espace civique en Argentine est classé comme « rétréci » par leCIVICUS Monitor.

    Contactez ACIJ via sonsite web ou sur son profilFacebook, et suivez@ACIJargentina et@piloofkors sur Twitter.

     

  • ARGENTINE : « Le changement culturel a permis le changement juridique et le changement juridique a approfondi le changement culturel »

    Dix ans après l’approbation en Argentine de la loi sur le mariage pour tous, qui a marqué un jalon pour l’Amérique latine, CIVICUS s’entretient avec la dirigeante LGBTQI+ María Rachid sur les stratégies utilisées et les tactiques qui ont le mieux fonctionné pour faire avancer l’agenda de l’égalité, et qui peuvent encore être utiles aujourd’hui. María dirige actuellement l’Institut contre la Discrimination du Défenseur des peuples de la ville de Buenos Aires et fait partie de la Commission Directive de la Fédération Argentine de Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Trans (Fédération Argentine LGBT). En 1996, elle a fondé l’organisation féministe lesbienne La Fulana et en 2006, elle a cofondé la Fédération argentine LGBT, qui rassemble des organisations de diversité sexuelle et a joué un rôle central dans l’approbation de la loi sur le mariage pour tous.

    maria rachid

    Quelle était la situation de la diversité sexuelle en Argentine lorsque la campagne pour le mariage pour tous a commencé ?

    Nous venions d'une situation où la relation des organisations de diversité sexuelle avec l'État était de confrontation. C'était de l'État que provenaient la plupart des discriminations, violences et harcèlement envers la communauté LGBT+, et en particulier envers les personnes trans, à travers les forces de sécurité et les institutions en général. La discrimination était permanente et l’incapacité d’accéder aux droits était constante. C'est pour cela que dans les années 80 et 90, nous faisions des escraches, c’est-à-dire, des manifestations de répudiation par honte publique, devant les commissariats de police, afin de dénoncer la police et les outils qu'elle employait, tels que les codes d'infraction et la loi sur le casier judiciaire, et nous avons rencontré d'autres organisations de défense des droits humains qui se battaient pour la même cause. Les outils de discrimination de l'État étaient utilisés contre divers groupes ; nous étions l'un d'entre eux, mais il y en avait d'autres qui étaient également harcelés et persécutés avec les mêmes outils qui alimentaient la petite caisse de la police.

    Après l'énorme crise économique, sociale et politique de 2001, il y a eu un affaiblissement des institutions et un renforcement de la mobilisation sociale. Très opportunément, à ce stade, la Communauté Homosexuelle Argentine (CHA), l'une des plus anciennes organisations de diversité sexuelle dans le pays, a présenté un projet d'union civile à l'Assemblée législative de la ville de Buenos Aires, la capitale. La loi qui a fini par être approuvée était très courte, de moins d'une page, et établissait fondamentalement que dans la ville de Buenos Aires, les couples de personnes du même sexe devraient être traités d'une manière « similaire » aux mariages hétérosexuels. Bien sûr, le projet original ne disait pas « similaire », mais l'expression a été introduite pour garantir son approbation. Aujourd’hui, cela serait perçu comme humiliant, mais dans ce contexte, c’était une énorme réussite. Parallèlement à cette loi, d'autres projets ont également été approuvés, reflétant également des revendications de la citoyenneté mobilisée, tel que l'expropriation d'une entreprise récupérée par ses travailleurs et l'établissement de normes pour permettre le travail des cartonniers.

    Après l'approbation de la loi sur l'union civile à Buenos Aires, nous avons commencé à réfléchir à la prochaine étape. Certaines organisations ont proposé d'étendre l'union civile à d'autres districts, comme cela s'est produit plus tard dans la province de Río Negro et dans la ville de Córdoba, et d'essayer de l'étendre au niveau national. Mais d'autres organisations ont commencé à réfléchir à l'idée du mariage, même si à cette époque-là cela semblait fou, car seuls deux pays dans le monde le reconnaissaient - la Belgique et les Pays-Bas – et il s’agissait deux pays culturellement très différents de l’Argentine, sans une Église catholique politiquement influente, qui constitue l’obstacle principal à la reconnaissance de nos droits.

    Comment l’impossible est-il devenu réalisable ?

    Dans ce contexte de violence institutionnelle, où il n'y avait eu qu'une petite avancée grâce à laquelle nos couples seraient traités de manière « similaire » aux couples hétérosexuels dans certains parties du pays, certaines choses ont commencé à changer, tant au niveau national qu’international, qui ont placé l'aspiration à l'égalité sur le terrain du possible.

    L'une de ces choses était qu'en 2003, le gouvernement récemment inauguré de Néstor Kirchner a abrogé les soi-disant « lois sur l'impunité », qui empêchaient la poursuite ou l'exécution de peines contre les auteurs de crimes contre l'humanité commis pendant la dernière dictature. C'était un changement du paradigme des droits humains en Argentine, et au début nous nous sommes demandé si cette fois cela nous inclurait. Depuis le retour à la démocratie on avait parlé des droits humains dans notre pays, mais ils ne nous avaient jamais inclus. Les personnes trans continuaient d'être persécutées, détenues et torturées dans les commissariats de police. Mais avec l'abrogation des lois sur l'impunité, nous pensions que les choses pouvaient changer.

    Peu de temps après, en 2004, nous avons été convoqués à élaborer un plan national contre la discrimination. C'était la première fois que l'État convoquait les organisations de la diversité à développer un plan de politique publique qui allait comporter un chapitre spécifique sur la diversité. Nous y sommes allés avec méfiance, pensant que nos propositions allaient rester dans le tiroir d'un fonctionnaire. Nous avons fait notre diagnostic et nos propositions, nous avons participé à beaucoup de rencontres dans différentes provinces et nous avons pensé que tout n'aboutirait à rien. Mais avant longtemps, on nous a appelés et demandés si nous pouvions revoir le plan avant sa publication, car on voulait s'assurer que nous étions d'accord avec le contenu. Nous avons commencé à le regarder en pensant qu'ils auraient sûrement effacer tout ce que nous avions écrit, mais tout était là, rien ne manquait. Il y avait l'égalité des droits, il y avait la reconnaissance de l'identité de genre des personnes trans, il y avait tout sauf le mariage pour tous, car en 2004, même les organisations de la diversité ne parlaient pas du mariage pour tous en Argentine. Nous ne l'avons jamais mentionné dans les réunions et pour cette raison, même s'il incluait l'objectif « d'assimiler les droits des couples de même sexe à ceux des familles hétérosexuelles », il ne mentionnait pas expressément le mariage pour tous. Le Plan National contre la Discrimination est sorti par décret présidentiel : ainsi, nos revendications historiques ont été traduites en un plan de politique publique et c'est le président lui-même qui a dit à ses fonctionnaires ce qu'ils avaient à faire en matière de diversité sexuelle, ce qui était exactement ce que nous avions réclamé.

    Au milieu de ce changement de paradigme des droits humains qui pour la première fois semblait inclure la diversité sexuelle, il y a eu un énorme changement au niveau international : en 2005 le mariage pour tous a été approuvé en Espagne, un pays culturellement similaire au nôtre et avec une forte présence de l'Église catholique. En effet, l'Église avait rallié un million et demi de personnes dans les rues contre l'égalité du mariage en Espagne, et la loi avait été adoptée tout de même. Dans un contexte aussi favorable tant au niveau national qu'international, un groupe d'organisations de la diversité sexuelle s'est réuni pour lutter pour le mariage pour tous en Argentine.

    Quel était le rôle de la Fédération Argentine LGBT dans la promotion du mariage pour tous ?

    La Fédération Argentine LGBT a été créée précisément à cette époque, à partir de la convergence d'un certain nombre d'organisations avec une grande expérience non seulement dans la ville de Buenos Aires mais aussi dans plusieurs provinces, pour plaider en faveur d'un agenda qui avait initialement cinq points. Premièrement, le mariage pour tous avec la possibilité d’adoption d’enfants ; nous avons spécifiquement demandé la reconnaissance du droit d’adoption car nous avons vu que dans certains pays, il a fallu renoncer à l’adoption pour obtenir l’approbation du mariage pour tous. Deuxièmement, une loi sur la reconnaissance de l’identité de genre. Troisièmement, une loi anti-discrimination au niveau national. Quatrièmement, l’inclusion de la diversité dans un programme d’éducation sexuelle. Et cinquièmement, l’abrogation des articles des codes d’infraction qui, dans 16 provinces, criminalisaient toujours « l’homosexualité » et le « travestissement », en ces termes.

    La Fédération a réuni presque toutes les organisations importantes travaillant autour de la diversité sexuelle ; seules deux anciennes organisations ont été laissées de côté, la CHA et la SIGLA (Société d’Intégration des Gays et Lesbiennes), très en désaccord l’une avec l’autre et dirigées presque entièrement par des hommes, avec très peu de participation des femmes. Cependant, la SIGLA a soutenu la Fédération sur tout le chemin vers le mariage pour tous, tandis que la CHA était en désaccord avec cette proposition car elle pensait qu'en Amérique latine, étant donné la forte présence de l'Église catholique, ce ne serait pas possible, et donc elle a continué à parier sur l'union civile.

    Quelles ont été les principales stratégies et tactiques utilisées ?

    La première chose que nous avons faite a été de convoquer des activistes de différentes professions et de différentes disciplines. Nous avons constitué une équipe d'avocats et une équipe de communicateurs, nous avons convoqué une table de journalistes et nous avons constitué des équipes qui pourraient apporter différentes contributions à la campagne.

    Nous pensions que nous devions emprunter toutes les voies possibles en même temps. Nous avons d'abord examiné les différentes voies par lesquelles ces lois avaient été adoptées ailleurs. Par exemple, au moment où nous avons déposé le premier appel judiciaire, le mariage pour tous avait déjà été prononcé en Afrique du Sud par la Cour suprême. Nous avons également étudié les débats qui avaient eu lieu dans différents pays du monde, non seulement sur le mariage pour tous, mais aussi sur d'autres questions telles que le vote des femmes, le mariage civil, le divorce et les droits sexuels et reproductifs. Les arguments utilisés pour nier les droits étaient toujours identiques, et ils s’appuyaient sur le fondamentalisme religieux.

    La conclusion de notre analyse était qu’il fallait emprunter simultanément les voies du pouvoir exécutif, du pouvoir législatif et du pouvoir judiciaire. Dans le même temps, nous devions nous adresser aux médias et porter la question à l'attention du public. Cela nous est apparu clairement après une rencontre avec le ministre de l’Intérieur de l’époque, qui nous a dit que nous avions l’accord du pouvoir exécutif, mais que nous devions créer les conditions pour ne pas perdre le vote au Congrès. Depuis lors, nous avons travaillé pendant des années pour atteindre l’opinion publique et créer ainsi les conditions pour faire pencher la balance en notre faveur au Congrès.

    En 2007, nous avons présenté le premier appel à la protection pour le mariage pour tous ; nous en présenterions plus d’une centaine. À la suite d’une injonction, en 2009, un couple homosexuel a réussi à se marier avec une autorisation judiciaire à Ushuaia, et en 2010 huit autres couples ont pu se marier, dont un couple de lesbiennes, dans la ville et dans la province de Buenos Aires. À ce moment-là, nous avions changé de stratégie : au début, nous avions plaidé dans la juridiction civile de la famille, où la présence de l’Opus Dei et de son catholicisme pur et dur était très forte. De nombreux juges civils de famille étaient des militants de l’Église catholique et en particulier de l’Opus Dei, il était donc très difficile d’obtenir une décision favorable dans cette juridiction. Le changement s’est produit lorsque nous nous sommes rendu compte que, comme nous introduisions une action judiciaire contre le Registre civil, dépendant du gouvernement de la ville de Buenos Aires, nous pouvions recourir au tribunal contentieux administratif et fiscal dès lors que l’Etat était partie au conflit. Comme il s’agit d’une juridiction qui traite principalement de questions liées à la fiscalité, et qu’en Argentine l’Église catholique est exonérée d’impôts, nous n’allions pas y trouver des juges militants de l’Église catholique ou de l’Opus Dei, car c’est une juridiction qui n’a pas d’intérêt politique pour eux. Dès ce changement de stratégie, toutes les décisions dans la ville et la province de Buenos Aires ont été prises en notre faveur.

    Bien qu'au départ nous ayons pensé aux amparos (procédure de protection des droits fondamentaux) de manière assez littérale, comme un moyen d'obtenir un soutien judiciaire pour nos revendications, ceux-ci ont fini par être avant tout une excellente stratégie de communication, car chacun de ces litiges est devenu une histoire que nous racontions au public sur les raisons pour lesquelles le mariage pour tous était juste, nécessaire et opportun. A cette fin, nous avons beaucoup encadré les couples qui déposaient leurs pétitions d’amparos, en particulier les premiers, dont nous savions qu’ils bénéficieraient d’une grande exposition médiatique. Cela a donc fini par être une stratégie de communication plus qu’une stratégie judiciaire.

    Comment avez-vous conquis l'opinion publique ?

    Nous avons beaucoup travaillé avec les médias. Nous organisions des petits-déjeuners avec des journalistes, dans un premier temps seulement avec quelques-uns qui étaient nos alliés, mais par la suite, ces réunions se sont élargies. Nous avons tellement travaillé dans ce domaine que, les derniers mois du débat, on ne trouvait plus de tribunes contre le mariage pour tous, pas même dans le journal traditionnel La Nación, qui ne s’y est opposé qu’à travers ses éditoriaux, puisque les articles signés par ses journalistes lui étaient favorables. En d’autres termes, même dans les médias hostiles, les journalistes ont fini par être nos alliés. Nous avons préparé une brochure pour les communicants expliquant en quoi consistait le projet de loi, pourquoi il était important, quels étaient nos arguments. Nous avons également préparé des spots publicitaires, mais comme nous n’avions pas les moyens de le diffuser, nous avons demandé aux journalistes et aux responsables des médias de les transmettre comme un composant de leur programme, ce qu'ils ont fait en grand nombre. Ces spots étaient amusants et attiraient beaucoup l'attention.

    Pour gagner du soutien, nous devions montrer à la société le soutien que nous recevions déjà dans certains secteurs, et de la part de personnes bien connues. Nous avons donc commencé par publier une liste de supporters, qui au début était très courte, mais qui a fini par devenir une énorme newsletter contenant les noms de toutes les fédérations syndicales, de nombreuses organisations, des référents politiques de presque tous les partis, de personnalités du monde de l’art, des médias, de la religion.

    À l’approche du débat parlementaire, nous avons commencé à organiser des événements, généralement au Sénat, pour montrer le soutien que nous recevions dans différents secteurs. Ces évènements ont reçu une large couverture par les médias. L’événement « La culture dit oui au mariage pour tous » a réuni des musiciens et des artistes ; l’événement « La science dit oui au mariage pour tous » a réuni des académiques et des scientifiques, et nous avons recueilli 600 signatures d’universités, de chercheurs et d’associations professionnelles de psychologie et de pédiatrie, entre autres. Contrairement aux précédents, nous avons organisé l’événement « La religion dit oui au mariage pour tous » dans une église évangélique au quartier de Flores, auquel ont participé des prêtres catholiques, des rabbins et des rabbines,  des pasteurs évangéliques et d’autres églises protestantes. Au-delà de ce que nous pensions individuellement des religions et de la séparation de l’Église et de l’État, nous voulions montrer aux gens qu’ils n’avaient pas besoin de choisir entre leur religion et le mariage pour tous, car ils pouvaient être en faveur du mariage pour tous quelle que soit leur orientation religieuse. À cause de leur participation à l'événement, le lendemain, quelques prêtres catholiques ont été expulsés de l'église.

    Comment ces manifestations de soutien ont-elles aidé à modifier des positions de législateurs ?

    Dès le départ, nous avons utilisé la stratégie du lobbying en affichant ce soutien, ainsi que ceux qui émergeaient des sondages d'opinion. La première enquête que nous avons eue a été réalisée par le journal Página/12 et montrait que dans la ville de Buenos Aires, le taux d'approbation dépassait le 60 %. Peu de temps après, le gouvernement a commandé une enquête très importante, qui était même basée sur des groupes de discussion dans les provinces, ce qui nous a permis non seulement de savoir si les gens étaient pour ou contre, mais aussi quels arguments étaient les plus efficaces. Dans les groupes de discussion, nous avons présenté différents arguments en faveur du mariage pour tous et nous avons observé les réactions des gens ; nous avons ainsi identifié les arguments qui fonctionnaient le mieux.

    Bien sûr, nous avons toujours montré la partie de l'enquête qui nous convenait le mieux, parce que les réponses dépendaient beaucoup de la manière dont la question était posée. Par exemple, lorsque nous avons demandé aux gens s'ils croyaient que les personnes homosexuelles et hétérosexuelles avaient les mêmes droits, environ 90 % ont répondu oui ; mais si nous leur demandions s'ils acceptaient qu’elles puissent se marier, le pourcentage tombait à 60% ; et si nous leur posions la question sur les droits d'adoption, l'approbation tombait à 40 %. Mais si nous les informions qu'en réalité les personnes homosexuelles en Argentine étaient déjà légalement autorisées à adopter de manière individuelle, et nous leur demandions ensuite s'ils accepteraient de retirer ce droit, la majorité disait non. Si seulement 40 % était en principe favorable à l’autorisation de l’adoption par des couples de personnes du même sexe, plus de 50 % refusaient de l’interdire si elle était déjà autorisée. Une partie de la discussion a donc consisté à informer les gens et à expliquer que les enfants adoptés par des personnes homosexuelles ne bénéficieraient que de la moitié de leurs droits, car, leurs parents ne pouvant se marier, l’un d’eux ne pourrait pas, par exemple, leur laisser une pension. Quand nous leur avons demandé s’ils pensaient que ces personnes devraient pouvoir se marier pour que leurs enfants bénéficient de tous leurs droits, plus du 80 % ont répondu par l’affirmative.

    Grâce à notre travail d'argumentation, le soutien n'a cessé de croître tout au long de la campagne, à tel point que nous avons commencé à recevoir des marques de soutien inattendues, comme celle du centre étudiant d'une université catholique qui nous a appelés pour nous rejoindre. Au final, je dirais que toutes les personnalités du monde de l'art, de la culture, des syndicats et du journalisme nous ont soutenus. Ceux qui continuaient à s'opposer représentaient certaines religions, mais parmi nos partisans, il y avait également de nombreuses personnalités religieuses. Avec les chiffres de l'opinion publique et les listes de partisans en main, nous avons fait le tour des commissions parlementaires et des chambres législatives, et nous avons opéré politiquement pendant les débats jusqu'au moment même où la loi a été approuvée.

    Je pense que la stratégie consistant à parcourir toutes les voies possibles, à avoir une grande capacité de dialogue et d'articulation, et à rechercher tous les alliés possibles, a été très réussie. Même à une époque de forte polarisation politique, nous avons parlé avec tous les partis, avec les jeunes et les groupes féministes des partis, avec certains alliés LGBT+ des partis, et plus tard, au fur et à mesure qu'ils sont apparus, avec les divisions de diversité des partis. C'était très difficile, mais dans la lutte pour le mariage pour tous, nous avons réussi à prendre la « photo impossible », dans laquelle des politiciens du gouvernement et de l'opposition se sont alignés derrière la même cause.

    Pour changer la loi, il fallait d'abord générer un changement des attitudes sociales. Pensez-vous que l'adoption de la loi a entraîné d'autres changements sociaux et culturels plus profonds ?

    L'approbation de la loi a généré un certain climat dans la société, je dirais même de fierté d'être le dixième pays au monde à avoir consacré le mariage pour tous. Le secteur politique qui avait voté contre la loi se sentait exclu et ne voulait pas que cela se reproduise, ce qui s'est reflété dans l'approbation, en 2012, de la loi sur l'identité de genre, bien plus révolutionnaire que celle du mariage pour tous, pratiquement à l'unanimité. Il s'agit d'une loi à la pointe dans le monde entier, et même les plus grands opposants au mariage pour tous l'ont défendue et ont voté pour elle au Sénat.

    Ces lois ont eu de grands impacts institutionnels et l'action institutionnelle a approfondi le changement culturel. Après son approbation, tous les ministères, de nombreuses municipalités et de nombreuses provinces ont mis en place des espaces de diversité sexuelle. En conséquence, il s'est avéré qu'il y avait de nombreuses agences publiques à différents niveaux générant des politiques publiques sur la diversité, qui ont eu un impact dans de nombreux domaines, y compris les écoles. Cela a généré un changement culturel important, car il a modifié la perception de nos familles. Bien sûr, il existe des poches de résistance et des actes de discrimination continuent à se produire, mais maintenant ces actes de discrimination sont signalés et répudiés par la société et la condamnation sociale est amplifiée par le journalisme et les médias. La discrimination, qui dans le passé était légitimée par l'État, manque désormais de légitimité. L'État non seulement ne la légitime plus mais génère également des politiques publiques en faveur de la diversité. La loi n'a jamais été notre objectif ultime et ce n'est pas non plus une solution miracle pour mettre fin à la discrimination, mais c'est un outil sans lequel il est impossible de mettre fin à la discrimination.

    L'espace civique en Argentine est classé « étroit » par leCIVICUS MonitorContactez María via sonsiteweb ou sa pageFacebook, et suivez@Defensorialgbt sur Twitter. Contactez la Federation Argentine LGBT via son siteweb ou sa pageFacebook, et suivez @FALGBT sur Twitter. 

     

  • BOLIVIE : « La pandémie est devenue une justification pour le renforcement du contrôle de l’information »

    CIVICUS s’entretien sur la situation politique bolivienne et le calendrier électoral dans le cadre de la pandémie de COVID-19 avec Cristian León, directeur des programmes d’Asuntos del Sur et coordinateur de Public Innovation 360, un projet qui poursuit le renforcement démocratique des gouvernements infranationaux et qui est mis en œuvre dans trois pays d’Amérique latine. Asuntos del Sur est une organisation régionale de la société civile basée en Argentine qui conçoit et met en œuvre des innovations politiques pour développer des démocraties paritaires, inclusives et participatives. Cristian León est également l’un des fondateurs, et actuellement un contributeur, d’InternetBolivia.org, qui défend les droits numériques en Bolivie.

     

  • BRAZIL: ‘Discrimination and hate speech are becoming normalised’

    Dariele SantosAs part of our 2019thematic report, we are interviewing civil society activists, leaders and experts about their experiences of backlash from anti-rights groups and their strategies to strengthen progressive narratives and civil society responses. CIVICUS speaks about migrant workers’ rights with Dariele Santos, the young founder of Instituto Alinha, a social enterprise focused on improving the work and life conditions of migrant workers employed in the fashion industry.

     

    When and why did you decide to create the Alinha Institute?

    When I was in college I had several jobs with which I supplemented my scholarship, and one of those jobs involved research on immigration issues, and more specifically about Latin American immigrants employed in the clothing industry in São Paulo. That’s when I began to speak with migrants and I learned about their precarious life and work conditions, that is, about the reality of the production chain in Brazil’s fashion industry.

    Brazil encompasses all steps in the production chain of this industry, from cotton production to garment manufacturing. The fashion industry is spread throughout the country, but its final link, the manufacturing of clothing, is highly concentrated in São Paulo, employing mostly migrant workers. Production is highly outsourced; clothing brands subcontract with sewing workshops that are involved in the various phases of the manufacturing process. The more workshops that are involved in the process, the more difficult it is to exercise some control and the more labour protections are lost. Many of these workshops are small and family-run, and function in the family's home, with all members of the family working, and getting paid by the piece. People work up to 90 hours per week because they get paid very little for each piece that they produce.

    When I learned the stories of these migrant workers, I began to realise the huge dimensions of the problem, and I also realised how little I had known about it, and how little we know in general about the fashion industry chain: we don't care the least about how the clothes that we wear are made. The problem of the huge inequality and injustice in the fashion industry chain is completely invisible. It is a super-luxury industry that generates a lot of money, but to the same extent, it is a chain of enormous exploitation.

    Along with a friend, I started thinking about starting a social enterprise that would apply technology to solve this problem, and we launched Alinha in 2014.

    What does Alinha do to improve the working conditions of migrant workers?

    The idea is simple: Alinha provides advice to sewing workshop entrepreneurs so that they regularise their businesses and guarantee adequate security and reasonable deadlines and pay, and connects them with clothing manufacturers and designers interested in hiring a workshop, thus ensuring fair conditions for all parties involved.

    More specifically, we begin by visiting the sewing workshops that sign up to receive advice, and we assess their deficits in order to recommend what they should do to get out of informality. We look at areas such as their forms of contracting, their health and safety conditions and their equipment. In our second visit we bring a work safety specialist. These workshops have a lot of fire hazards, because they store large quantities of cloth and tend to have precarious electrical installations; to make things worse, usually many children live in the houses in which the workshops operate. Once the safety assessment has been done, we prepare an action plan aimed at regularising the workshops or aligning them with labour and safety standards - hence our name of Alinha. We do it in plain language and translate the laws for workers. We provide the basics of accounting and help workshop owners calculate the required investment and how it would impact on product prices. Once the improvements have been made and we consider that a workshop has reached a minimum security and formalisation threshold, we upload its details to the Alinha platform so that it can get it in touch with brands and designers. Brands and designers come on our platform because they seek to change the way they produce and are willing to guarantee fair payment terms and deadlines. So we connect them.

    The prices of these products are surely higher than those of products made under conditions of extreme exploitation. Have you managed to convince consumers that it is worth paying more for them?

    We're on it. We know that it is important to connect consumers because they have enormous power in their hands: when choosing the brand they are going to buy, they can make the decision to support one that guarantees fair working conditions. But consumers can't really choose if they don't know which brands have contracts with our aligned workshops. That is why we have a platform where the aligned brands place data that users can check - for example, that they are making a certain number of pieces with such and such workshop, so that after the information has been added to the Alinha platform, the workshop can confirm on the phone that they are indeed making these pieces, earning a certain amount per hour, and working with such and such deadlines. When all the links in the production chain confirm the information, an identification code for the piece is generated to be placed on the garment’s label, so that the final user can track the garment’s history. All information and confirmations are stored in Blockchain, so that there is more security and trust in the information.

    We are also in the process of making a short film that tells the story behind the clothes, based on the story of a Bolivian migrant seamstress. The presentation of an individual’s story seeks to generate connection and empathy: we want the consumer to see a woman who has dreams and hopes similar to their own. We seek to ask the consumer a question: which story would you rather choose, one about exploitation or one about decent work?

    Do you think that the situation of migrants in Brazil has recently worsened?

    The problem of migrants is not recent; it comes from long ago. There are many migrants who have lived here, and worked in terrible conditions, for decades. Migrants who work in sewing workshops in São Paulo are mostly Bolivian, although there are many from countries such as Paraguay and Peru as well. Many of them first emigrated from their countries to Argentina, but when the 2008 financial crisis hit they moved to Brazil. The political and economic conditions back then - the Lula government and a period of strong economic growth - made Brazil a better destination.

    But it is difficult to be a migrant in Brazil. It is the only non-Spanish speaking country in the region, so difficulties in communication and access to information abound. Migrants without legal documentation or formal employment are afraid all the time. The psychological pressure is very strong: people refuse to leave the sewing workshops because they are afraid of being caught and forced to leave. Migrants fear the consequences of demanding their rights.

    While the migrant workers’ exploitation is not a new problem, and migrants’ fear isn’t new either, the situation has recently worsened. The new president, Jair Bolsonaro, represents the far right, and his discourse is extremely xenophobic. He places himself above the laws and above all democratic guarantees. His message to migrant workers is: ‘be thankful for all the good things you have here, and if there is something you don't like, you’d better leave’. The fact that hate speech is coming from so high up is emboldening people who always thought these things, but in the past would not say them and now feel it is legitimate to do so. In this sense, discrimination and hate speech are becoming normalised.

    This situation is replicated in various spheres. It is a dangerous time for activists working on human rights, environmental rights, women's rights, LGBTQI rights, black and indigenous peoples’ rights and migrants’ rights. There is a lot of fear because going against the government poses high risks. This has been clearly seen in the cases of Marielle Franco, the LGBTQI activist and councilwoman from Rio de Janeiro who was murdered in March 2018, and the LGBTQI congressperson and activist Jean Wyllys, who recently left Brazil because of threats against his life.

    Fortunately, not all Brazilians are receptive to Bolsonaro's discourse. We live a situation of high polarisation. While many have indeed moved towards the far right and have adopted nationalist positions, many people are also increasingly convinced that what needs to be done is to guarantee more rights to more people.

    In this context, what can rights-oriented civil society do?

    Civil society moves within narrow margins. Our strategy is to generate a discourse that creates empathy among public opinion rather than a confrontational discourse permanently criticising the president because this would create trouble with a broad sector of society that would immediately reject it as leftist. We are going through tough times: it is not advisable to announce that you fight for human rights because human rights are associated with the left rather than viewed as things that belong to everyone. That is why we find it more productive to focus on real people and their stories, to show the photo of a flesh-and-blood person and ask our audience, 'don’t you think this woman is a hardworking person, who is struggling just like you, and who deserves better working conditions, who deserves to get ahead?'

    It is really quite tragic to have to hide the struggle for human rights because it is not seen as a legitimate cause. Since President Bolsonaro was elected, a lot of activists have had to leave Brazil. Those who have stayed are being forced to choose: if they want to continue doing a direct, head-first kind of activism, they need to be willing to take risks. Nowadays, mine is a sort of diplomatic activism: I sit down to speak with businesspeople and I need to be open to chat with people who don't necessarily think like me or do things the way I think they should be done, but with whom I can achieve some progress.

    What international support does Brazilian civil society need to continue working?

    Although it may not seem obvious at times, because Brazil is considered a medium-high-income country, Brazilian civil society needs all kinds of support to continue working in this hostile environment. In my particular case, I was very fortunate to receive support from the Goalkeepers Youth Action Accelerator programme, which seeks to accelerate progress towards achieving the Sustainable Development Goals (SDGs). This programme supports a group of young activists who are using data in innovative ways to address SDGs 1 to 6, that is, to seek solutions to local development challenges related to poverty, hunger, health and well-being, education, gender equality and water and sanitation.

    This support has been super strategic, since it included funding, technical support and connections, and allowed me to acquire new tools. Many more initiatives like this are needed, because Brazilian civil society is shrinking, and not only because of the political climate but also because of the economic crisis that has been going on for several years. According to a recent study, more than 38,000 civil society organisations closed their doors in Brazil between 2013 and 2016, and many of them used to provide basic services to vulnerable populations. The segment of civil society that has suffered the most is the one working on development and human rights advocacy: more than 10,000 organisations that closed down used to work in favour of minorities, such as black people, women, indigenous people and LGBTQI people, and the rights of communities.

    Civic space in Brazil is rated as ‘obstructed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with Instituto Alinha through itswebsite or itsFacebook andInstagram pages.

     

  • CHILE: ‘Anti-rights groups become stronger when their narrative emanates from the government’

    hector pujols

    As part of our 2019thematic report, we are interviewing civil society activists, leaders and experts about their experiences and actions in the face of backlash from anti-rights groups and their strategies to strengthen progressive narratives and civil society responses. CIVICUS speaks to Héctor Pujols, spokesperson for Chile’s National Immigrant Coordination. The Coordination is a network that brings together activists and organisations that work for the defence of the human rights of Chile’s migrant population and advocates for legislative advances and the implementation of inclusive public policies towards migrant communities. 

    Can you tell us what kind of work the National Immigrant Coordination does?

    The Coordination is a network of organisations, migrants’ groups and movements; we think that migrants need their own organisations. The Coordination has existed since 2014, but many organisations that are part of it, especially those of Peruvian immigrants, have been around for 20 to 25 years. Our membership is diverse and includes cultural organisations; thematic ones, dedicated for instance to labour or housing issues; sectoral ones, such as the Secretariat of Immigrant Women; those that are territorial in nature, linked to particular communes; and others that are organised by nationality, and seek to provide spaces and opportunities to Argentine, Ecuadorian, or Peruvian communities.

    One of the Coordination’s main tasks, although not the only one, is political advocacy at the national level to improve the inclusion of the migrant population. We do it by organising ourselves as migrants, and coordinating with other organisations, including unions and civil society organisations of other kinds. 

    What does the Coordination think about the draft Aliens Law currently under debate in the Chilean Senate?

    Historically, at least in contemporary times, Chile has not had a flow of immigration of comparable dimensions to other Latin American countries. The phenomenon increased in the 1990s, with Bolivian and Peruvian immigration flows, but it has been over the past 10 years that it has become more significant, with an increase in the number of immigrants coming from other countries in the region, mainly Colombia, the Dominican Republic, Haiti and, more recently, Venezuela.

    In this context, about five or six years ago talk began about the need to update the 1975 Aliens Act, which had been established in the context of the dictatorship and had a national security focus. This law views the migrant as a foreign agent, an ideological agitator, someone who seeks to import the revolution. When this law was made during the dictatorship, the migrant that lawmakers had in mind was the typical one of times of the Popular Unity, Chile’s former leftist ruling party – Argentinians, Cubans and Uruguayans who came to support the leftist government or were seeking safe haven after fleeing other governments that persecuted them.

    The new migratory context is quite different, and there has been broad consensus that the 1975 law does not conform to the current reality. For years the Coordination and other organisations have been demanding a new legal framework that enables the inclusion of the migrant population.

    However, the debate has been complex and over the past year, after President Sebastián Piñera‘s inauguration, the government introduced a very similar bill to the one they had already submitted to Congress in 2013: one that shifts the focus from the foreigner viewed as an external agitator towards the foreigner as an economic asset, whose value depends on how much money they bring in their pockets. A complex debate ensued in which Chile has tried to position itself in the world by adopting a visa system similar to those of countries such as Australia or Canada, without the understanding that the migratory context and the characteristics of immigration in Chile are not the same as in those countries. This bill has already been passed by the House and is now in the Senate.

    We think that, if passed, this law would greatly encourage irregular migration, which is already a big problem in Chile. It would encourage people to arrive as tourists and overstay their visas, with no prospect of regularising their situation even if they get a job. An irregular migratory status negatively affects access to all rights – to health, education and even to decent work. A person who cannot sign an employment contract will work anyway, because they have to make a living, but they will do so in much more precarious conditions. In sum, on the surface the bill adopts civil society discourse on the need to renew the legal framework, but it is fundamentally an anti-rights initiative.

    The exercise of civic freedoms by migrants seems to have intensified. How do migrants view themselves in relationship to their citizenship status?

    I think we do not see the exercise of our rights to organise, mobilise and claim our rights as tied to any citizenship status because the Chilean Constitution equates citizenship with nationality, as a result of which foreigners cannot be citizens. However, the Constitution also establishes that after five years of residence foreigners are allowed to vote. And regardless of length of residence or the rights assigned to us by the Constitution and the laws, in practice we exercise other rights that are related to being a citizen - we organise, mobilise and do political advocacy, even though this is banned by the Aliens Act.

    The Aliens Act lists attacks against the interests of the state and interference with political situations of the state as reasons for expulsion. The ways it is interpreted and enforced are very arbitrary: it always results in the expulsion of people with progressive or critical views, rather that people with far-right political leanings. Not long ago, in 2017, some young Peruvians were expelled for having books on Marxism. The Coordination submitted an amparo petition – an appeal for the protection of basic rights – and won, but the expulsion order had already been executed and they were already out of the country.

    This was not an isolated case; there have been several others. An Italian journalist was expelled because he did visual communications for the mobilisation process of a very important union. A Basque colleague was also expelled because of his involvement with the indigenous Mapuche communities; he was accused of having links with ETA, the Basque terrorist organisation. This was proven false but he was expelled anyway. All this happened under the administration of former President Michelle Bachelet, that is, independently of the incumbent government’s leanings.

    You were in the middle of the discussion of the bill when calls for an anti-migrant mobilisation began. Who were the groups behind this mobilisation?

    These groups were not new. They had already made another call before but it had not resonated as it did this time. These are groups linked to a long-existing far right, the kind of far right that never dies in any country. Although perhaps its presence declines at times, it always remains latent, waiting for the opportunity to resurface. These are groups that defend the dictatorship but know that if they go out to the streets to shout ‘Viva Pinochet’ many people will reject them. So they find different themes that allow them to further their narrative. For instance, they took advantage of the salience of the rejection of so-called gender ideology and joined anti-abortion marches, and now they are working around the issue of immigration.

    Far-right groups are characterised by an extremely simple and exclusionary discourse: the other, the one that’s different, the one coming from outside, the stranger who is not Chilean – they are the enemy, because they are the cause of all the country's ills. These groups come from various places, but they all find protection under the current government’s institutional discourse, which blames everything on immigration. Weeks ago, President Piñera said that the increase in unemployment in Chile was caused by the arrival of migrants, even against his own Minister of Labour’s denials. His former Minister of Health said that the increase in HIV/AIDS in Chile was the migrant population’s fault. This institutional discourse, based on falsehoods, is taking root and is being taken advantage of by far-right groups.

    What explains the fact that this time around they have had more of an appeal than in the past?

    These groups become stronger when their narrative emanates from the government. The proposals put forward by the far right are the same as the government’s: for example, to deny healthcare to people with under two years of residence and to eliminate access to education. The government says, ‘let’s take rights away from immigrants’ and these groups move just one step further and say, ‘let’s kick immigrants out’. The underlying diagnosis is the same in both cases: we are being invaded, they are coming to take our jobs, they are coming to take our social benefits, Chile First.

    Additionally, in this case social media is playing an amplification role. These groups have learned how to use social media. They learned a lot from Brazil’s experience; some actually travelled there to support then-candidate Bolsonaro. The skilful use of Facebook, Instagram and Twitter allows them to reach a wide audience –­ the Chilean who is going through hard times – to whom they offer a simple explanation and a solution: you can't find work; the fault lies with immigrants; the solution is to throw them out.

    You mentioned a curious phenomenon: ultra-nationalist far-right groups that become internationalists, by networking, collaborating and learning from their peers in other countries.

    Yes, there is an ongoing international process in which the Chilean far right learns from what the Argentine far right does, and the Argentinian far right learns from that of Brazil, and so on. The narratives we have heard in Chile are an exact copy of those used by the extreme right in Spain, where the phenomenon of the far-right Vox party emerged almost a year ago. They are an exact copy, even though the Chilean reality is very different. In Spain, the claim that migrants take up all social support was very intense, and in Chile the same discourse was attempted, since it is an international tactic, but not surprisingly it had less of an impact because social support in Chile is very limited. So it is not always working for them; it is a matter of trial and error. But these groups do form a network that is becoming stronger internationally, which is very worrying.

    These groups summoned a mobilisation against immigrants that was scheduled for 12 August 2019, but in the end the march did not materialise. Can you explain what happened?

    The call to the march was spread through social media, and a far-right influencer, a member of one of the organising groups, called on protesters to bear arms to defend themselves against the anti-fascist groups that had summoned a counter-demonstration.

    In Chile it is necessary to request an authorisation to hold a street mobilisation, and in the capital, Santiago, the Municipality is in charge of giving the authorisation. After several conversations, and under pressure from socialorganisations and the Bar Association, which requested that the permit be denied, the Municipality did not authorise the march. There were some isolated incidents caused by about 20 people who attended notwithstanding, but not much else happened.

    The Coordination convened another event on the same day, given that it was complicated for us to support the counter-demonstration held by anti-fascist groups in light of the limitations placed on immigrants’ rights to political participation. On that very same Sunday morning we held an event at the Museum of Memory, a space dedicated to the victims of the dictatorship. The focus of our call was the rejection of hate speech, which today happens to be targeted against immigrants but at other times has been targeted against women or against those who thought differently, and which leads to the practices we experienced under the dictatorship. When you dehumanise a person then you can then torture her, drop her body into the sea or make her disappear. That was our response. Around 150 people attended, which is not that many, but it should be enough to show that we are also part of this country and that we have memory.

    What strategy should adopt the civil society that advocates for the human rights of migrants in the face of anti-rights groups?

    These groups are here to stay, and they have already planned a new demonstration for 7 September 2019. The prevalent narrative focuses on an alleged migrant invasion, so ours is a dispute for common sense, a long-term struggle. We work in a strategic partnership with progressive and democratic movements, but these need to put aside their paternalistic attitude towards the migrant population. We do not want to be treated as helpless people in need of assistance; that is why we are an organisation of migrant persons, not an organisation that defends the rights of migrants. We do not want paternalistic aids; we want equal rights.

    Civic space in Chile is rated as ‘narrowed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with the National Migrants’ Coordination through itswebsite, read Héctor Pujols’blog or follow@HectorPumo and@MigrantesChile on Twitter.

     

  • CHILI : « Ce moment historique est un accomplissement de la part des citoyens »

    CIVICUS s’entretient avec Marcela Guillibrand De la Jara, directrice exécutive du Réseau chilien de volontaires et coordinatrice générale de Ahora Nos Toca Participar. Le Réseau de volontaires est une plateforme nationale qui rassemble des organisations de la société civile (OSC) chilienne promouvant le volontariat. Ahora Nos Toca Participar est une initiative d’organisations sociales regroupées dans le Nouveau Pacte Social (NPS-Chili) qui cherche à contribuer au renforcement de la démocratie et de la cohésion sociale en promouvant la participation des citoyens au référendum sur la réforme constitutionnelle prévu pour octobre 2020 et au processus constituant qui devrait commencer avec lui. La campagne se concentre sur l’éducation des citoyens, la création d’espaces de dialogue et la génération de propositions pour alimenter le processus constituant.

     

  • COSTA RICA : « Les mobilisations ont révélé des problèmes structurels non résolus »

    CIVICUS parle des récentes manifestations au Costa Rica avec Carlos Berríos Solórzano, co-fondateur de l’Asociación Agentes de Cambio-Nicaragua et membre deRed Previos (Réseau de la jeunesse d’Amérique centrale). Avec d’autres activistes d’Amérique centrale, Carlos a récemment fondé le Centre pour une culture de la paix en Amérique centrale. Originaire du Nicaragua, Carlos est un jeune activiste et défenseur des droits humains. Il a participé à des recherches sur les migrations, la participation politique des jeunes, l’intégration régionale et les droits humains, et est actuellement étudiant en Master de Sciences Politiques à l’Université de Costa Rica.

    Carlos Berrios

    Quelles sont les causes qui ont déclenché la vague de manifestations de fin septembre 2020 ?

    Les principales causes des manifestations qui ont commencé le 30 septembre 2020 étaient liées à l’annonce du gouvernement du président Carlos Alvarado, rendue publique le 17 septembre, qu’il demanderait un financement au Fonds monétaire international (FMI) de 1,75 milliard de dollars pour faire face à la reprise économique post-COVID-19 et investir dans le secteur public. Le Costa Rica n’avait pas demandé de financement au FMI depuis près de 20 ans. La proposition impliquait une éventuelle augmentation des impôts dans un pays où le coût de la vie est déjà élevé. D’ailleurs, une législation récente portant sur les finances publiques avait déjà augmenté les impôts, qui étaient déjà élevés.

    En plus de l’augmentation des impôts sur le revenu et sur la propriété, l’accord avec le FMI proposé par le gouvernement comprenait de nouvelles taxes sur les transactions bancaires et le revenu mondial. Il a également proposé de fusionner certaines institutions publiques et d’en vendre d’autres, comme la Banque internationale du Costa Rica et la Fábrica Nacional de Licores (FANAL).

    Le gouvernement a annoncé sa proposition unilatéralement, de manière totalement incohérente, alors qu’une négociation de cette ampleur et avec de telles implications dépasse largement le cadre économique et devrait faire l’objet de négociations politiques et de la participation des principales forces sociales. Les conséquences d’un accord ou d’un désaccord avec le FMI devraient faire l’objet d’un débat public qui, dans ce cas, n’a pas eu lieu.

    Qui est venu protester, et qu’ont-ils demandé ?

    Ce sont surtout les syndicats, la classe ouvrière et les fonctionnaires, ainsi que les mouvements sociaux et étudiants qui sont venus protester. La principale demande était que le gouvernement suspende la proposition de demander un financement au FMI et abandonne l’idée de privatiser les entreprises publiques et d’augmenter la charge fiscale.

    Bien que les manifestations aient eu une composante citoyenne, tant dans la rue que dans l’agenda publique, leur composante sectorielle a été mise en avant. Les organisations syndicales ont été plus rapides que les autres à identifier l’impact des accords de financement du FMI sur leurs programmes et leurs luttes.

    La société civile a également dénoncé les intentions de l’exécutif, mis en garde contre les conséquences d’un potentiel accord, et s’est concentrée sur l’éducation de la population et l’ouverture du débat, tout en soutenant la mobilisation.

    Comment le gouvernement a-t-il répondu aux mobilisations ?

    Le gouvernement a réagi dans une certaine mesure dans le cadre des normes internationales pour la dispersion des manifestations de masse ; en effet, de nombreux policiers ont été blessés à la suite d’agressions de manifestants qui avaient fermé des points importants de certaines rues, y compris les principaux postes-frontières avec le Panama. Au fil des jours, les tensions se sont intensifiées et il y a eu des brûlures de véhicules et des affrontements avec des bâtons et du gaz lacrymogène entre les manifestants et la police. Les forces de sécurité ont répondu de manière assez proportionnée aux manifestations violentes, il n’était donc pas question d’un usage disproportionné de la force par les autorités.

    Pour neutraliser la situation face aux manifestations incessantes, le gouvernement a d’abord annoncé le 4 octobre qu’il reviendrait sur sa proposition, mais a exigé que les manifestants cessent les blocages comme condition de dialogue avec eux. Les manifestants, pour leur part, ont fixé des conditions pour la levée des blocus - en particulier, que le gouvernement s’engage par écrit à ne pas s’adresser au FMI pour le reste de son mandat et qu’il exclue de vendre les actifs de l’État et d’augmenter les impôts. Les manifestations se sont poursuivies, et en réponse, le gouvernement a rendu publique sa stratégie de négociation avec le FMI et s’est ouvert aux commentaires de tous les secteurs. Le 11 octobre, le gouvernement a annoncé un « dialogue social » national et territorial dans le cadre duquel vingt-cinq représentants de divers secteurs - entreprises, syndicats, femmes, églises, étudiants universitaires et agriculteurs, entre autres - présenteraient leurs propres propositions pour résoudre la crise économique aggravée par la pandémie de COVID-19. La question posée était très précise : « comment parvenir à une amélioration permanente d’au moins 2,5 points de pourcentage du PIB du déficit primaire de l’administration centrale et à une diminution à court terme du montant de la dette publique (d’environ 8 points de pourcentage du PIB), grâce à une combinaison de mesures de gestion des recettes, des dépenses et de la dette publique, pour éviter que l’État ne se trouve en situation de défaut de paiement ? »

    Les manifestants ont-ils obtenu que certaines de leurs demandes soient satisfaites ?

    Malgré l’intense processus de dialogue avec les différents secteurs et les précieuses contributions apportées à ce processus, les demandes fondamentales n’ont pas été satisfaites, bien que, selon le gouvernement, elles soient examinées dans le cadre institutionnel afin de leur accorder l’attention qu’elles méritent.

    Les manifestations ont repris précisément parce que le processus de dialogue n’a donné aucun résultat et que les autorités ont fait preuve de peu de volonté politique en termes de respect des engagements. Cela s’est traduit par l’annonce selon laquelle le gouvernement allait poursuivre la demande de financement.

    En effet, à l’issue du processus de dialogue, l’exécutif est resté ferme dans sa proposition de demander un financement au FMI. Rétrospectivement, au vu de ces résultats, la société civile a estimé que l’appel au dialogue social n’avait été rien d’autre qu’une stratégie de démobilisation.

    Le Costa Rica est souvent présenté comme un cas modèle de stabilité, d’ordre, d’équité sociale et de culture démocratique. Est-ce seulement un mirage ?

    S’il est vrai que le Costa Rica bénéficie d’un cadre institutionnel solide par rapport à ses voisins d’Amérique centrale, qui a permis d’instaurer une stabilité économique et sociale, il n’en reste pas moins qu’il ne parvient toujours pas à remédier aux profondes inégalités sociales dans les zones les plus vulnérables du pays. Les problèmes sociaux sont négligés en raison d’un manque de volonté politique et de l’existence de niveaux de corruption qui, bien que non "scandaleux" selon les normes internationales, imprègnent les structures politiques et économiques du pays, et permettent à la classe politique et à l’élite économique de s’entendre afin de se partager le butin de l’État.

    Les manifestations ont mis en évidence des problèmes structurels non résolus au Costa Rica. Elles ont rassemblé des demandes immédiates insatisfaites et des problèmes structurels liés à la distribution des richesses, à l’évasion fiscale du grand capital et au contrôle des élites économiques sur le système étatique, qui se matérialise par l’inégalité sociale dont sont victimes les migrants, les peuples autochtones, les personnes d’origine africaine et les ruraux.

    L’espace civique au Costa Rica est classé « rétréci » par leCIVICUS Monitor.
    Suivez@CBerrios26 sur Twitter. 

     

  • COSTA RICA : « Une fois le changement juridique obtenu, la politique publique doit se concentrer sur l’exclusion structurelle »

    Le 26 mai 2020, le Costa Rica est devenu le premier pays d’Amérique centrale à reconnaître le mariage entre personnes de même sexe. CIVICUS s’entretient avec Herman Duarte, avocat exerçant au Costa Rica et au Salvador et directeur de Simple Legal Consulting, ainsi qu’agent de liaison pour l’Amérique latine du International Bar Association’s Human Rights Committee et fondateur et président de la Fondation Igualitxs. La Fondation Igualitxs est un groupe de réflexion de premier plan en Amérique centrale, axé sur la promotion du droit au mariage civil pour tous dans la région. Elle poursuit cet objectif en menant des actions en justice stratégiques aux niveaux national et interaméricain, en promouvant ses idées dans les milieux universitaires et en travaillant avec des partenaires internationaux de haut niveau.

    Herman Duarte

    Quels rôles la société civile et le gouvernement ont-ils joués dans le processus ayant mené à la légalisation du mariage homosexuel au Costa Rica ?

    Le Costa Rica est une démocratie constitutionnelle structurée comme un État unitaire doté de trois pouvoirs en principe indépendants - législatif, exécutif et judiciaire. En théorie du moins, les principes de l’État de droit et de l’égalité de traitement juridique de tous ses habitants sont respectés. Mais le Costa Rica est aussi un État confessionnel : sa Constitution reconnaît expressément le catholicisme comme religion officielle. Au cours des dernières décennies, le nombre de congrégations évangéliques a augmenté pour atteindre environ 3 800. En 2017, plus de 80 % de la population se déclarait de confession catholique ou évangélique ; de toute évidence, le Costa Rica est un pays culturellement conservateur.

    Dans le cadre d’une lutte menée depuis des décennies par le mouvement pour les droits LGBTQI+, le gouvernement costaricien a donné le coup d’envoi du processus en mai 2016 par sa demande d’un avis consultatif à la Cour interaméricaine des droits de l’homme (Cour IDH) concernant les droits patrimoniaux des couples de même sexe. Cette consultation a offert la possibilité à toutes les parties intéressées de présenter leurs arguments, ce qu’ont fait plus de 90 acteurs de nature variée, dont des États, des organisations internationales, des organisations de la société civile (OSC), des universités et des particuliers. Des audiences ont eu lieu les 16 et 17 mai 2017 et nous y avons participé.

    L’élan suscité par cet événement s’est traduit par l’organisation du premier congrès sur le droit égal au mariage, qui s’est tenu à San José en novembre 2017 et a rassemblé plus de 54 intervenants de toute la région. En janvier 2018, la Cour interaméricaine a publié sa décision, selon laquelle les États parties doivent réglementer le statut des familles non hétérosexuelles, ce qui ouvre la voie au mariage civil (non religieux) aux couples de même sexe. Un groupe de 60 organisations LGBTQI+ de la région a célébré cette décision comme la plus importante dans l’histoire des droits LGBTQI+ à ce jour.

    À l'époque, une grande discussion s'est engagée pour savoir si l'avis de la Cour interaméricaine était contraignant pour le Costa Rica. La Chambre constitutionnelle de la Cour suprême de justice du Costa Rica a réglé ce débat en août 2018, lorsqu’elle a soutenu que les articles du Code de la famille qui limitaient le mariage civil (non religieux) aux couples hétérosexuels étaient inconstitutionnels. La décision a accordé 18 mois à l’Assemblée législative pour modifier la législation, faute de quoi les restrictions seraient automatiquement levées et, à compter du 26 mai 2020, tout couple pourrait se marier sans entrave au Costa Rica. Et c'est ce qui s'est passé, puisqu'il n'y avait pas de consensus pour créer une nouvelle législation. 

    Au cours de la période précédant l’entrée en vigueur de l’arrêt de la Cour, d’importantes campagnes de la société civile ont été déployées pour susciter l’acceptation sociale du changement juridique.

    Avez-vous été confrontés à des réactions hostiles de la part des groupes anti-droits ?

    La réaction des milieux conservateurs a été brutale. Il est nécessaire de comprendre que la communauté LGBTQI+ a articulé ses luttes autour de la demande de reconnaissance de la dignité humaine de ses membres et de leur valeur égale en tant qu’être humain. Les groupes religieux se sont quant à eux mobilisés en tant que groupes identitaires - des groupes dont l'identité est définie de manière étroite, non universaliste, en opposition à un ennemi. Ces groupes ont canalisé les ressentiments provoqués par les changements juridiques visant à faire progresser l’égalité, et ont donné de l’espoir à ceux qui s’étaient sentis évincés par ces changements, ce qui a conduit à l’émergence de partis politiques religieux.

    Dans un tel contexte, l’élection présidentielle de 2018 est devenue une sorte de référendum sur les droits des personnes LGBTQI+, et plus précisément sur l’égalité du droit au mariage. Un pasteur évangélique, Fabricio Alvarado, alors seul membre du Congrès issu d’un parti évangélique, s’est présenté à la présidence, en jouant sur les sentiments d’indignation et de crainte des citoyens conservateurs face à l’arrêt de la Cour suprême. Le candidat s’est fait remarquer par ses déclarations incendiaires, affirmant notamment que l’homosexualité était « causée par le diable ». Il s’est hissé à la première place dans les sondages préélectoraux : en un mois seulement, il est passé de 3 % à 17 % des préférences de vote, et a remporté le premier tour des élections présidentielles. Il a également remporté 14 des 54 sièges législatifs, ce qui a représenté une augmentation de 1 300 % de la présence législative de son parti politique.

    Le second tour de l’élection présidentielle a porté sur les droits des personnes LGBTQI+. Le deuxième finaliste, Carlos Alvarado, était le candidat du parti au pouvoir et avait une position en faveur des droits des personnes LGBTQI+. Cette position a finalement prévalu, mais l’élection nous a obligés à nous confronter à la puissance considérable des églises évangéliques. La victoire de Carlos Alvarado s’explique par plusieurs facteurs, l’un d’entre eux étant la grande mobilisation de la société civile. Parmi les campagnes de la société civile qui ont eu un impact, citons celle du groupe Coalición por Costa Rica, qui a cherché à susciter un débat informé et inclusif, en diffusant les propositions des candidats afin que les citoyens puissent y réfléchir avant de voter ; et celle d’Igualitxs, « Por todas las familias », lancée une semaine avant les élections pour diffuser un message inclusif et appeler à l’égalité de traitement de la population LGBTQI+.

    La profonde division générée autour de l’élection a laissé des séquelles. Les politiciens qui utilisent la religion pour polariser la société continuent d'abonder. Ils protestent parce qu'ils pensent que le gouvernement a pris le parti de s'attaquer aux problèmes de la population LGBTQI+. La tension s’est intensifiée avec l’entrée en vigueur de l’égalité du droit au mariage et les propositions de lois visant à censurer les discours de haine et discriminatoires.

    Pensez-vous que les changements juridiques se sont accompagnés d’une évolution des mentalités ? Que fait la société civile pour promouvoir l’acceptation des personnes LGBTQI+ ?

    Le changement juridique est une chose, le changement culturel en est une autre. L’évolution juridique a représenté un progrès pour les droits humains et un moyen de concrétiser l’application universelle du droit. Elle est le résultat d’un combat de plusieurs décennies mené par la communauté LGBTQI+. Mais l’homophobie, la discrimination et la violence à l’encontre des personnes LGBTQI+ demeurent. Une fois le changement juridique réalisé, la politique publique doit continuer à se concentrer sur l’exclusion structurelle. Car le changement juridique en soi ne produit pas nécessairement un sentiment d’appartenance à une communauté. Comme l’explique le théoricien politique Bikku Parekh, alors que la citoyenneté est une question de statut et de droits, l’appartenance est atteinte lorsque l’on est accepté et que l’on se sent bienvenu. Et il y a encore beaucoup à faire pour que cela se produise. Les attitudes des gens ne changent pas automatiquement à la suite de la mise en œuvre d’une loi. La loi fixe un paramètre objectif de ce qui est autorisé, mais il reste beaucoup à faire pour modifier les paramètres de ce qui est considéré comme normal ou moralement acceptable.

    Par conséquent, afin de préparer le terrain pour le changement juridique, dans les 18 mois entre la publication de l’arrêt de la Cour suprême et l’entrée en vigueur de la décision, plus de 35 OSC locales ont développé la campagne « Sí acepto », appelant à la reconnaissance de l’égale dignité de tous les êtres humains. Cette campagne a également été relayée par les médias, des entreprises du secteur de la publicité, des associations telles que le Business Development Association, les Nations unies et des ambassades comme celles du Canada et des Pays-Bas.

    La campagne présentait des témoignages de personnes, de couples et de familles LGBTQI+, ainsi que de membres de leur famille, de leurs voisins et de leurs amis, dans le but de promouvoir l’acceptation, et de changer les perceptions de ce que signifie être une personne LBGTQI+ dans la société costaricienne. Elle a été activée à l’échelle nationale, et ses vidéos ont été diffusées non seulement sur les médias sociaux, mais aussi à la télévision nationale pendant des mois. C’est la meilleure campagne jamais conçue sur le sujet, et nous le devons à Mme Nisa Sanz, présidente de l’OSC Familias Homoparentales, et à Gia Miranda, porte-parole officielle de la campagne.

    Les vidéos suscitent des émotions et génèrent de l’empathie. Elles ont amené des milliers de personnes qui n’étaient pas engagées politiquement à renoncer à leur droit sacré à la vie privée et à montrer leur visage, à cesser d’être une abstraction pour devenir une réalité. Elles ont donné un visage humain à l’idée abstraite des « gays » telle que présentée par les journaux. En expliquant aux personnes qu'elles ne seraient pas rejetées, la campagne a participé à les libérer de leurs craintes, car la plupart des personnes LGBTQI+ subissent un certain type de rejet dans leur vie quotidienne, quel que soit leur statut social. En conséquence, une population active a pris part à la campagne, faisant savoir qu'avec ou sans pandémie, elle ne reculerait en rien par rapport aux acquis. Cela a été décisif pour faire comprendre aux législateurs qui tentaient de saboter le mariage civil pour les personnes de même sexe, qu’ils n’y parviendraient pas.

    Ce fut l'une des plus importantes campagnes de défense des droits civils de l'histoire, et elle restera dans les mémoires comme une lueur qui a brillé au milieu des ténèbres de la pandémie. La veille du jour où le mariage civil est devenu légal pour tous les adultes au Costa Rica, l’évêque de l’Église catholique d’Alajuela a délivré un message dans lequel il déclarait : « Nous sommes heureux qu’il existe différents types de relations humaines, différentes formes de famille, et je crois que là où il y a une démonstration d’affection et d’amour familial, d’une certaine manière, Dieu se manifeste, et nous devons favoriser cela ». Bien qu’ils ne reflètent pas nécessairement la position de l’ensemble de l’institution, les propos de ce représentant religieux sont le fruit de l’excellent travail réalisé par les activistes visant à provoquer le changement culturel nécessaire à l’acceptation des personnes LGBTQI+.

    Il est remarquable de voir comment le Costa Rica est passé de la criminalisation de l’homosexualité dans les années 70, la fermeture des bars gays jugés « pervers », la persécution des gays par des descentes de police sous le prétexte de santé publique dans les années 1980, à la demande d’un avis consultatif à la Cour interaméricaine en 2016 et, après une élection présidentielle centrée sur la question, à la nomination d’un commissaire aux affaires LGBTQI+ en 2018 et à la consécration du mariage pour les personnes de même sexe deux ans plus tard.

    Nous venons de laisser derrière nous une autre loi injuste. Et de nombreuses personnes ont fini par comprendre que le fait que l'union et les projets de vie de deux adultes de même sexe bénéficient d'une protection juridique ne les affecte en rien - tout au plus, cela valide l’institution du mariage dont ils font également partie - et qu’il n’y a rien de mal à être gay, et qu’en tout état de cause, personne ne « devient gay » à la suite de cette normalisation.

    Quelle est l’importance régionale des progrès réalisés au Costa Rica ?

    L’Amérique centrale est l’une des régions les plus hostiles d’Amérique latine pour les personnes LGBTQI+. Les meurtres de personnes homosexuelles et transgenres sont fréquents au Salvador, au Guatemala et au Honduras. Le Costa Rica, en tant que premier pays d’Amérique centrale à approuver le mariage pour les personnes de même sexe, devrait être un modèle pour toute la région. L’avis consultatif de la Cour IDH est valable pour la vingtaine de pays des Amériques qui reconnaissent sa compétence. Le Panama pourrait bientôt suivre le chemin du Costa Rica : un avertissement d’inconstitutionnalité basé sur la décision de la Cour IDH a été déposé, et la Fondation Iguales Panamá coordonne la participation de la société civile nationale et internationale dans le processus qui se déroule à la Cour suprême du Panama.

    La Fondation Igualitxs travaille dans le même sens depuis longtemps dans mon pays d’origine, le Salvador. La société civile salvadorienne a fait d’immenses progrès. Compte tenu des tendances régressives de l’Assemblée législative sur la question du mariage civil entre les personnes de même sexe, pendant une décennie et demie, nos efforts se sont concentrés sur le dépôt de plaintes pour contester l’inconstitutionnalité du Code de la famille. J’ai déposé une de ces actions en justice, intitulée Equality Lawsuit, le 11 novembre 2016. Peu après, plusieurs OSC, dont l´Association Entre Amigos, Comcavis et Hombres Trans El Salvador, ainsi que de nombreux activistes indépendants, ont intenté une action en justice similaire.

    Tout comme au Costa Rica, les secteurs conservateurs ont vivement réagi. À l’Assemblée législative, ils se sont empressés d’entamer le processus de ratification d’une réforme constitutionnelle excluante, bloquée depuis des années, qui donnerait un statut constitutionnel à la définition restrictive du mariage que nous avons remise en question dans le Code de la famille, interdisant effectivement le mariage homosexuel. En réponse, nous avons déposé une mesure conservatoire contre le processus de réforme constitutionnelle et obtenu de la Cour suprême qu’elle le suspende. C’est à la suite de ce procès qu’est né le mouvement Igualitos, qui est devenu par la suite la Fondation Igualitxs.

    Les deux demandes d’inconstitutionnalité de 2016 ont finalement été admises en août 2019, et en janvier 2020, un magistrat de la Chambre constitutionnelle de la Cour suprême a annoncé que la Cour se prononcerait bientôt, et a admis qu’il s’agissait de l’une de ses grandes décisions en suspens, attendues depuis longtemps. Nous sommes donc peut-être sur le point d'atteindre notre objectif. 

    De quel soutien la société civile qui défend les droits des personnes LGBTQI+ a-t-elle besoin de la part de la société civile internationale ?

    Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, la situation devient de plus en plus difficile. Les États ont engagé leurs ressources dans la lutte contre la pandémie ; les OSC sont confrontées à des difficultés budgétaires et la crise affecte tout le monde. En outre, de nombreuses personnes se tournent vers la foi pour faire face à la crise et certains groupes religieux profitent de la crise pour mener des campagnes contre les personnes LGBTQI+. Cependant, il est encore possible de prendre des mesures et des actions concrètes, comme, par exemple, au Salvador, l’adoption d’un projet de loi que des dizaines d’organisations réclament pour reconnaître les défenseurs des droits humains.

    En ce qui concerne plus particulièrement notre organisation, qui n’est pas financée et fonctionne entièrement sur la base du volontariat, nous essayons de prendre les choses au jour le jour, de reprendre le contrôle que nous avons perdu à cause de la pandémie. Je pense qu’il est temps de se demander non seulement ce que nous voulons et pouvons obtenir de la vie, mais aussi ce que nous pouvons donner en retour. De cette façon, nous entrons dans une zone de pouvoir, où nous conservons notre pouvoir d’action malgré nos limites. Nous quittons ainsi notre zone de confort et entrons dans une zone de croissance. À partir de l’acceptation de la réalité qui nous touche, nous devons faire une profonde introspection pour nous réinventer. C’est le moment de croire à nouveau que nous avons tous le potentiel de faire de grandes choses et de laisser une trace, si nous agissons non pas pour obtenir des louanges et gagner en popularité, mais pour la satisfaction de faire ce qui est correct et juste, en ayant un impact positif dans le monde.

    L’espace civique au Costa Rica est classé comme « ouvert » par leCIVICUS Monitor.
    Contactez la Fundación Igualitxs via sonsite web et son profilFacebook. 

     

  • COVID-19 : « Nous avons besoin de politiques publiques qui réduisent et redistribuent le travail de soins non rémunéré »

    CIVICUS s’entretient des impacts de la pandémie de COVID-19 sur les inégalités de genre et des réponses formulées par la société civile avec Gala Díaz Langou, directrice du programme de protection sociale du Centre pour la mise en œuvre des politiques publiques d’équité et de croissance (Centro de Implementación de Políticas Públicas para la Equidad y el Crecimiento, CIPPEC). CIPPEC est une organisation de la société civile argentine qui se consacre à la production de connaissances et de recommandations pour l’élaboration de politiques publiques visant le développement, l’équité, l’inclusion, l’égalité des chances, l’efficacité et la force des institutions.

     

  • El Salvador es uno de los pocos países que aún no han decidido que la vida de las mujeres importa

    English

    CIVICUS conversa con Sara García Gross, Coordinadora Ejecutiva de la Agrupación Ciudadana por la Despenalización del Aborto Terapéutico, Ético y Eugenésico de El Salvador e integrante de la Red Salvadoreña de Defensoras de Derechos Humanos. Fundada en 2009, Agrupación Ciudadana es una organización de la sociedad civil multidisciplinaria que busca generar conciencia para cambiar la legislación sobre la interrupción del embarazo en el país; defender legalmente a las mujeres que han sido acusadas o condenadas o por abortos o delitos relacionados; y promover la educación en materia de salud sexual y reproductiva.

     

  • GUATEMALA : « Les manifestations reflètent à la fois l’organisation sociale et l’autonomie des citoyens »

    Sandra MoraenCIVICUS parle des récentes manifestations au Guatemala avec l’activiste pour les droits des femmes et des personnes LGBTQI+ Sandra Morán Reyes. Avec une longue histoire d’expérience dans les mouvements sociaux, Sandra a été l’une des co-fondatrices du premier groupe de lesbiennes guatémaltèques et l’organisatrice de la première Marche des fiertés du Guatemala, qui s’est tenue en 1998 à Guatemala City. En 2015, elle a été élue députée nationale et est devenue la première députée et politicienne homosexuelle à être élue à une fonction d’élection populaire dans l'histoire de son pays, d’où elle a promu diverses initiatives en faveur des droits des femmes et des minorités sexuelles.

    Dans quel contexte les manifestations de novembre 2020 ont-elles eu lieu, et comment ont-elles commencé ?

    Un nouveau gouvernement a été inauguré en janvier 2020, et peu après, nous nous sommes retrouvés confinés en raison de la pandémie. Mais en mai ou juin, certains de nos camarades ont recommencé à descendre dans la rue, en partie pour critiquer l’attitude du gouvernement face aux besoins de la population, alors que les effets de la crise générée par la pandémie commençaient à se faire sentir. Soudain, des drapeaux blancs sont apparus, dans les rues, sur les portes des maisons, et entre les mains des personnes et des familles dans les rues ou sur les seuils des portes. Au moyen de ce drapeau blanc, les gens indiquaient qu'ils n'avaient pas assez à manger, et des actions de solidarité ont commencé à se mettre en place, notamment sous la forme de soupes populaires, inexistantes auparavant au Guatemala. Il y a eu un grand mouvement de solidarité entre les gens. Alors que les organisations se consacraient à servir leurs membres, les citoyens ont fait de grands efforts pour apporter un soutien individuel. Il est devenu habituel pour chacun de sortir dans la rue afin de faire profiter les plus démunis de ce dont il disposait. Cela s'est ensuite répété à l'égard de ceux qui ont été touchés par les ouragans et se sont retrouvés sans rien.

    Au niveau de l'État, de nombreuses ressources ont été allouées pour atténuer les effets de la pandémie, mais ces ressources n’ont pas été distribuées à la population dont les besoins sont restés insatisfaits, de sorte que la question que les gens ont commencé à se poser était de savoir « où était l'argent ».

    Depuis 2017, nous dénonçons ce que nous avons appelé le « pacte de corruption », qui liait des fonctionnaires, des hommes d’affaires et même des représentants de l’église, unis pour la défense de leurs propres intérêts. En 2015, après six mois de manifestations de masse soutenues, le président et la vice-présidente se sont retrouvés en prison, mais les gouvernements qui leur ont succédé ont fini par réaffirmer le même système. Le gouvernement du président Jimmy Morales a unilatéralement mis fin à l’accord avec la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala, et le gouvernement actuel du président Alejandro Giammattei, dans la foulée du précédent, a davantage développé son contrôle de la justice, du Congrès et de toutes les institutions de l’État afin de pérenniser la corruption comme forme de gouvernement.

    Les effets du manque d'attention portée aux conséquences de la pandémie et des ouragans Eta et Iota, qui ont frappé en octobre et novembre, ont été aggravés par les attaques contre les fonctionnaires du ministère public qui luttent sans relâche contre la corruption. Le mécontentement s'est accru progressivement jusqu'en novembre, date à laquelle le Congrès a approuvé le budget national pour 2021. Il s’agissait d’un budget très conséquent - le plus élevé dans l’histoire du pays - qui comportait des traces évidentes de corruption, notamment dans le domaine des contrats d’infrastructure, où se concentre l’essentiel de la corruption, mais sans aucune attention pour la santé et l'éducation dans le contexte de la pandémie. Les coupes budgétaires ont même affecté le programme national de nutrition, dans un pays qui connaît un énorme problème de malnutrition infantile. Cela a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Des personnes qui ne sont normalement pas enclines à protester- un chef cuisinier professionnel, un artiste, de nombreuses personnes reconnues dans divers domaines - ont commencé à écrire sur les réseaux sociaux et à s’exprimer contre cette décision. C’est ainsi qu’a été convoquée la première manifestation, et soudain, nous étions 25 000 personnes dans la rue, en pleine pandémie. 

    À cette époque, toutes les restrictions pour les déplacements et les réunions avaient été levées, mais la pandémie se poursuivait et le risque de contagion était toujours présent. Personne n’avait prévu une manifestation aussi massive, et pourtant elle a eu lieu. Les manifestations étaient initialement pacifiques, mais dès la seconde, on a constaté des actes de violence et de répression. Un petit groupe a mis le feu au siège du Congrès, un événement qui fait toujours l'objet d'une enquête. Cet événement a été utilisé pour justifier la répression : gaz lacrymogènes, passages à tabac, arrestations et détentions. Lors d’une autre manifestation, un bus a été brûlé. De notre point de vue, ces actes de violence ont été instigués pour justifier la nécessité d’un contrôle policier accru et d’une éventuelle répression des manifestations.

    L’appel à la mobilisation a-t-il été lancé exclusivement par le biais des réseaux sociaux ? Qui s’est mobilisé ?

    Des appels ont été lancés par le biais des médias sociaux, en direction des classes moyennes principalement, mais les mouvements sociaux et les autorités indigènes ont également fait entendre leur voix. Ces derniers ont joué un rôle de plus en plus important ces dernières années et, dans le contexte de cette crise, ils ont publié une déclaration proposant un conseil gouvernemental réunissant les quatre principaux peuples qui composent le Guatemala - Maya, Xinka, Garífuna et Mestizo - pour ouvrir la voie à une assemblée constituante. Ils ont visité des territoires et travaillé à la formation d’alliances, mais c’est la première fois qu’ils entreprenaient des démarches auprès du gouvernement national, car jusqu’alors ils n’avaient d’autorité que sur leurs territoires. Le rôle qu'ils ont joué est important car l’oligarchie a toujours redouté un soulèvement indigène. Tout comme ils ont été émus par le fait qu’en 2019, la candidate à la présidence du Mouvement populaire de libération, un parti fondé par le Comité pour le développement paysan (CODECA), est arrivée en quatrième position. Une femme maya, une paysanne, peu scolarisée, est arrivée en quatrième position, et cela les a secoués.

    Quatre acteurs ont été mobilisés : les peuples indigènes, les femmes, les jeunes et ce que l’on appelle les «  communautés en résistance » - des communautés locales, généralement dirigées par des femmes, qui résistent aux méga-projets d’extraction sur leurs territoires. Les dernières manifestations ont également mis en évidence les résultats de l'unité nouvellement atteinte du mouvement étudiant universitaire : à partir de 2015, les étudiants de l’Université San Carlos de Guatemala, l’université publique, ont défilé aux côtés de ceux des deux universités privées, Rafael Landívar, l’université de la classe moyenne, et l’Universidad del Valle, l’université de la classe plus riche. Le slogan avec lequel l’université publique défilait, « USAC, c’est le peuple » s’est donc transformé en « Le peuple, c’est nous » à partir de cette convergence. Il s’agissait d’un événement historique qui marquait le retour des étudiants universitaires organisés au sein des luttes populaires.

    Le rôle de la jeunesse est également visible dans le mouvement féministe, car il y a beaucoup de mouvements de jeunes féministes. En particulier, le collectif Mujeres en Movimiento se distingue comme une initiative influente des féministes universitaires. Les organisations travaillant sur le thème de la diversité sexuelle ont également été présentes, et très actives en ce qui concerne la dénonciation des féminicides et des meurtres de personnes LGBTQI+.

    Ces groupes ont été rejoints par une classe moyenne appauvrie par les graves conséquences de la pandémie. Il y avait beaucoup de personnes issues de la classe moyenne dans les manifestations, et de nombreux « cols blancs ». De nombreuses personnes qui n'appartenaient à aucune organisation ou collectif autochtone, d’étudiants ou de femmes sont sortis de leur propre chef, mues par un sentiment de ras-le-bol. Ainsi, les manifestations de novembre 2020 reflétaient à la fois l’organisation sociale et l’autonomie des citoyens.

    Que demandaient les citoyens mobilisés ?

    Malgré le fait que de nombreux secteurs se soient mobilisés et que les revendications se soient multipliées, la liste des réclamations a été classée par ordre de priorité. Bien que chaque secteur ait présenté ses propres revendications, ils se sont tous ralliés autour de quelques revendications majeures. La principale demande consistait à demander au président d'opposer son veto au budget. En effet, ce qui a déclenché la mobilisation, c'est l'impudence d'un Congrès qui a élaboré un budget qui ne profite manifestement pas aux citoyens du Guatemala mais à son propre intérêt, celui d'alimenter la corruption. Les manifestations ont remporté un succès immédiat, puisque quelques jours après l’incendie du bâtiment du Congrès, celui-ci a fait marche arrière en annulant le budget qu’il avait approuvé. Parallèlement à l’annulation du budget, la demande d’un budget répondant aux besoins de la population a été formulée, mais elle est toujours en suspens.

    Suite à la répression des protestations, la démission du ministre de l'intérieur est devenue une réclamation majeure, mais celle-ci n'a pas eu lieu, et ce haut fonctionnaire reste en fonction. La démission du président a également été exigée mais n'a pas eu lieu non plus.

    Enfin, la proposition d'une nouvelle Constitution, qui est à l'ordre du jour des mouvements sociaux depuis plusieurs années, a été soulevée à nouveau. En 2015, lors des grandes manifestations qui ont conduit à la démission de l’ensemble du gouvernement, les mouvements sociaux ont constaté que la corruption n’était pas seulement le fait de quelques individus, mais que le système entier était corrompu, et qu’un changement systémique était par conséquent nécessaire. Les organisations des peuples autochtones et paysannes ont élaboré une proposition de changement constitutionnel, basée sur leur demande de reconnaissance des peuples autochtones et la création d'un État plurinational qui leur donnerait de l’autonomie et un pouvoir de décision.

    D’autres groupes ont des propositions moins abouties. J’ai été membre du Congrès jusqu’en janvier 2020, et à l’époque, j’ai travaillé avec des organisations de femmes, considérant que cette situation pourrait se produire et que nous devions être prêtes. Nous avons lancé le « Movimiento de Mujeres con Poder Constituyente » afin de formuler une proposition de Constitution nouvelle  selon la perspective des femmes dans toute leur diversité.

    Quels sont les principaux changements que vous proposez ?

    Notre Constitution a été rédigée en 1985 et comporte une importante section relative aux droits humains; elle inclut la figure de l’Ombudsman, qui était une innovation à l’époque. Mais les droits humains y sont abordés selon une perspective individuelle ; les droits collectifs et les droits des peuples sont absents, tout comme les droits des femmes et des personnes LGBTQI+. Et les innovations les plus avancées en matière constitutionnelle, comme les droits de la nature, sont également absentes. Notre proposition est une proposition politique pour l’émancipation des peuples, des femmes et de la diversité sexuelle. Elle repose sur l’idée d'une économie de la vie, qui place la communauté au centre, et sur une économie féministe qui réorganise le travail et les activités liées aux soins.

    Pensez-vous que les protestations vont continuer ?

    Oui, les protestations vont se poursuivre. Avec les célébrations de fin d’année, il y a eu une démobilisation, mais ces jours-ci, on a su que le CODECA va de nouveau descendre dans la rue. Le CODECA est une organisation qui travaille normalement seule, elle ne se coordonne pas avec d’autres mouvements sociaux, mais elle a une grande capacité de mobilisation. S’ils retournent dans les rues, ils ouvriront une nouvelle étape de manifestations.

    En ce moment, le ministre des Finances élabore un nouveau budget. Il reste à savoir quel montant sera investi dans la santé, l’éducation et la relance de l’économie, mais aussi ce que l’on entend par la « relance de l’économie ». Jusqu’à présent, l’accent a toujours été mis sur les investissements privés internationaux, qui ne font que générer des opportunités pour une intensification de l’exploitation et des méga-projets. Les revendications des populations rurales, paysannes et des peuples autochtones, vont donc continuer à se faire entendre dans la rue.

    Pour l’instant, il s’agit d'un appel sectoriel, et pas d’un appel général aux citoyens. Mais iI n’en faudra pas beaucoup pour relancer la protestation citoyenne, car suite aux manifestations de novembre, le président a fait un ensemble de promesses qu’il n’a pas tenues. Le premier anniversaire de son gouvernement a eu lieu le 14 janvier 2021 et les niveaux de soutien qu'il reçoit sont extrêmement faibles. Le Congrès a lui aussi une faible légitimité, étant donné le nombre de députés qui composent le « pacte de corruption », un nombre suffisant pour détenir une majorité ordinaire permettant de faire passer des lois.

    Cependant, les gens peuvent avoir peur de se mobiliser parce que nous avons un pic d’infections de COVID-19. Ainis, un autre obstacle à la continuité des mobilisations est l’absence d’un leadership unifié et le fait que la coordination soit limitée.

    L’espace civique au Guatemala est classé « obstrué » par leCIVICUS Monitor.
    Suivez@sandramorangt sur Twitter.

     

  • NATIONS UNIES : « Le système existant des droits humains doit être critiqué, mais sans cesser d'être défendu »

    CIVICUS s'entretient avec Brian Schapira, directeur des relations institutionnelles du Centre pour l'ouverture et le développement de l'Amérique latine (Centro para la Apertura y el Desarrollo de América Latina, CADAL), une fondation basée en Argentine qui travaille à la défense et à la promotion des droits humains. En mettant l'accent sur le soutien à ceux qui souffrent de graves restrictions de leurs libertés civiles et politiques, CADAL promeut la solidarité démocratique internationale en collaboration avec des activistes et des organisations de la société civile (OSC) du monde entier.

     

  • PÉROU : « Le débat constitutionnel a pris une nouvelle importance depuis les manifestations »

    Rafael BarrioCIVICUS parle des récentes manifestations au Pérou avec Rafael Barrio de Mendoza, chercheur sur les processus de transformation territoriale du Grupo Propuesta Ciudadana, un consortium de dix organisations de la société civile présentes dans 16 régions du Pérou. Propuesta Ciudadana cherche à contribuer à la formulation de propositions politiques pour un État inclusif et la gestion adéquate des ressources publiques. L´organisation promeut une vision de la gouvernance territoriale qui commence par l'identification et le respect des diversités et se concentre sur le développement démocratique.

    Quel a été le déclencheur des protestations qui ont éclaté au Pérou en novembre 2020 ?

    La cause immédiate a été la décision d'une majorité parlementaire de destituer le président Martín Vizcarra, en utilisant un mécanisme rarement utilisé dans le passé et dont le contenu et le processus disposent d'une large marge d'appréciation. La publication des accusations contre Vizcarra s'est déroulée selon une séquence qui s’est révélée planifiée, et la sensation de son instrumentalisation par la soi-disant « coalition d'expulsion » a prédominé. Si la qualité des preuves des crimes qui auraient été commis contre Vizcarra pendant son mandat de gouverneur de la région de Moquegua il y a cinq ans suscite une certaine controverse, l'opinion publique s'accorde à dire que ces allégations auraient pu être poursuivies de manière crédible à la fin de son mandat présidentiel, d'autant plus que des élections générales étaient déjà prévues pour avril 2021.

    Mais d'un point de vue plus structurel, la crise politique a été l'expression de la maturation d'une crise de la représentation politique, avec peu de liens organiques entre l'offre politique et les sensibilités citoyennes et un système de représentation politique précaire et cartellisé, dans lequel maintes intérêts illégaux, informels et oligopolistiques ont résisté aux générations successives de réformes - éducatives, judiciaires, fiscales et politiques, entre autres - qui cherchent à les réguler. Les révélations d'affaires de corruption impliquant une grande partie de l'establishment politique, comme l'affaire Lava Jato/Odebrecht et l'affaire des Cols blancs, qui ont mis au jour un vaste réseau de corruption dans le système judiciaire, ont servi à installer le consensus d'une détérioration générale de la gestion du public. Au même temps, l'efficacité relative des mesures fiscales à l'encontre des dirigeants politiques impliqués a nourri la perspective d'un nettoyage de la classe politique et la possibilité de cultiver une transition vers un meilleur système de représentation. Dans une certaine mesure, le lien populiste établi par Vizcarra avec cette sensibilité - scellé avec la dissolution constitutionnelle du précédent Congrès, dans lequel le parti de l'ancien président Alberto Fujimori était majoritaire - a été le facteur qui a soutenu son gouvernement, manquant de soutien parlementaire, commercial, médiatique ou syndical. La vacance de Vizcarra a été vécue comme la restitution de la constellation d'intérêts qui jusqu'alors avait régressé avec le travail fiscal et les réformes éducatives, politiques et judiciaires.

    Comment décririez-vous le conflit institutionnel qui a conduit à la destitution et au remplacement du président ?

    Le conflit institutionnel est né de la précarité d'un système politique caractérisé par un nouveau Congrès avec de multiples bancs mais aucun officiel et un président populaire mais sans soutien institutionnel, dont la légitimité a été soutenue dans la gestion polyvalente du débat public par une combinaison de gestes politiques, le recrutement de techniciens compétents à des postes clés et un exercice calculé d'antagonisme avec le Congrès sur des questions clés telles que les réformes éducatives, politiques et judiciaires.

    La coalition majoritaire au Congrès a largement repris l'agenda des intérêts de la précédente majorité « Fujiapriste » - ainsi désignée par l'alliance tacite entre le parti Aprista et le courant politique fondé par l'ancien président Fujimori - à laquelle elle a ajouté de nouvelles revendications populistes qui mettent en péril la gestion budgétaire et macroéconomique autour de laquelle il y avait un consensus technocratique. Dans ce cadre, les acteurs qui ont survécu à la dissolution du précédent Congrès ont réussi à se réinstaller dans le nouveau et à mener, avec certains médias, une campagne qui visait à détériorer la popularité de Biscaye en lançant des accusations de corruption dans des affaires peu claires. Telles sont les dynamiques qui ont nourri le conflit institutionnel.

    Pour sa part, la société civile a eu une réponse unifiée à la vacance de poste et au nouveau régime qui a été mis en place. Leur réponse allait de l'expression d'inquiétudes et de l'exigence de responsabilité à la condamnation ouverte de la mise en place de la nouvelle administration. Les manifestations et la répression massives auxquelles ils ont été confrontés ont alimenté cette transition dans une grande partie de la société civile. De nombreuses organisations de la société civile ont joué un rôle actif dans l'encadrement du conflit, la production d'un récit destiné à un public international et la pression exercée sur les acteurs publics avec lesquels elles interagissent.

    Qui s'est mobilisé, et qu'ont-ils réclamé ?

    Au début, les manifestants contestaient la vacance du poste de président Vizcarra et la prise de fonction du président du Congrès, Manuel Merino, comme nouveau président. Un sondage ultérieur réalisé par Ipsos a montré qu'un peu plus des trois quarts de la population était d'accord avec la manifestation contre la destitution du président Vizcarra, et qu'au moins deux millions de personnes se sont mobilisées d'une manière ou d'une autre ou ont pris une part active aux manifestations.

    Les manifestations ont été principalement menées par des jeunes de 16 à 30 ans, qui ont constitué l'épine dorsale de l'organisation et ont généré les répertoires et les tactiques de manifestation. Le sentiment général de lassitude a été mobilisé par la génération dite « du bicentenaire », née après la fin du fujimorisme, originaire du numérique et, pour la plupart, mécontente de la politique conventionnelle. C'est aussi une génération mésocratique - tant dans les segments traditionnels de la classe moyenne que dans les secteurs populaires – qui participe à des communautés virtuelles médiatisées par des plateformes numériques. Cela explique en partie la rapidité avec laquelle apparaissent des architectures organisationnelles suffisamment efficaces pour produire des répertoires, coordonner des actions, documenter des manifestations et générer des mouvements d'opinion publique. La médiation des réseaux sociaux et l'utilisation des applications de microtransferts monétaires ont favorisé une organisation décentralisée de la contestation, avec de multiples manifestations dans différents lieux, des appels convergents différents, une diversité de répertoires et des canaux pour le transfert rapide de ressources.

    La mobilisation menée par les jeunes a été alimentée par une classe moyenne prête à assumer le coût de la manifestation. Autour de ce noyau, d'autres secteurs de la population, plus ou moins habitués aux stratégies de manifestation conventionnelles, ou simplement éloignés de toute expression publique, se sont articulés sociologiquement et territorialement.

    Les manifestations ont commencé le 9 novembre, se sont succédées de jour en jour et ont atteint leur apogée le 14 novembre, date de la deuxième marche nationale. La mobilisation massive de ce qu'on appelle le 14N a été alimentée par l'expression soudaine d'un sentiment de ras-le-bol qui a traversé la société et a été particulièrement intense chez les jeunes. D'où son caractère exceptionnel dû à son ampleur, sa portée et son organisation, ainsi qu'à la mise en place rapide d'une identité citoyenne non partisane, qui ne s'explique que partiellement par le soutien apporté à Vizcarra, puisqu'elle l'a dépassé.

    Le 14N a culminé avec la mort de deux jeunes manifestants sous une grenaille de plomb. Merino avait pris le pouvoir le 10 novembre et avait formé un gouvernement radicalement conservateur. Le vrai visage de son cabinet a été rapidement révélé dans l'autorisation de la répression sévère de la manifestation, surtout à Lima, la capitale. Après les premiers jours de violence policière, le président du Conseil des ministres a félicité les brigades de police impliquées et leur a garanti une protection. La mort du 14N a déclenché une cascade de désaffection chez les quelques partisans politiques qui ont soutenu le régime en réponse à la pression écrasante des citoyens, et à midi le 15 novembre, Merino avait démissionné.

    L'espace généré par la mobilisation a été peuplé d'un certain nombre de revendications hétérogènes, allant du rétablissement de Biscarrosse à la demande d'un changement constitutionnel qui cimenterait la sortie du néolibéralisme, en passant par des propositions plus clairement citoyennes axées sur la défense de la démocratie, la continuité des réformes, l'injustice de la répression et l'insensibilité de la classe politique à l'urgence sanitaire de la pandémie. Ces revendications demeurent ferventes, et il reste à voir comment elles finiront par prendre forme dans le scénario électoral de 2021.

    En quoi ces manifestations diffèrent-elles des autres qui ont eu lieu dans le passé ? Y a-t-il eu des changements liés au contexte de la pandémie ?

    Les mécanismes de coordination fournis par les réseaux sociaux avaient déjà été testés lors de précédentes mobilisations urbaines, mais ces manifestations avaient été menées par des acteurs conventionnels, tels que des mouvements sociaux, des partis politiques et des syndicats. À cette occasion, de nouveaux groupes d'activistes ont été formés, tels que les brigades de gaz lacrymogènes et de secours médical, à l'instar des techniques de mobilisation testées dans d'autres contextes, comme les manifestations de Hong Kong et les manifestations du Black Lives Matter aux États-Unis. Cela témoigne de l'émergence d'espaces d'apprentissage de la manifestation au niveau mondial.

    C'est en partie l'urgence sanitaire qui a conditionné la composition des manifestations, majoritairement composées de jeunes, tout en favorisant, chez les plus réticents à sortir à la rue, la diffusion de nouveaux répertoires, tels que les « cacerolazos » (casserolades), « bocinazos » (klaxons) et l'activisme numérique. En même temps, la nature massive des protestations peut s'expliquer par le fait que les indicateurs de santé de l'époque suggéraient l'arrêt de la première vague de COVID-19, et par le fait que les manifestations de Black Lives Matter n'avaient été liées à aucun cluster épidémique constatable, ce qui a encouragé un sentiment de sécurité pour les marches.

    Pourquoi les manifestants ont-ils fini par exiger une réforme constitutionnelle ? Quel type de réforme constitutionnelle demandent-ils ?

    Les propositions de modifications constitutionnelles faisaient partie des revendications de la mobilisation, mais elles n'ont pas fini par en être les principaux protagonistes. En tout état de cause, ils ont pris un nouvel élan dans le débat public. La généalogie de ces demandes peut être pensée de deux manières. Le changement constitutionnel par le biais d'une assemblée constituante est l'une des principales revendications de la gauche depuis la fin du fujimorisme. Immédiatement après la chute du régime de Fujimori (1990-2001), un Congrès a été convoqué avec un mandat constitutif incapable de produire un nouveau texte constitutionnel, et depuis lors, cette aspiration a fini par habiter le champ du progressisme, perdant du terrain parmi les autres acteurs centristes et de droite. La gauche revendique souvent la mythique Constitution de 1979 comme une alternative, propose un nouveau texte inspiré des processus bolivien et équatorien, et pointe le caractère illégitime de la Constitution actuelle, née après un coup d'État. La croissance économique soutenue des décennies post-Fujimori et les réformes spécifiques de certains mécanismes constitutionnels ont donné une légitimité à la Constitution, mais nombre des institutions et des principes qu'elle consacre ont été épuisés par les changements sociologiques et économiques qu'ils ont contribué à provoquer.

    Le deuxième aspect provient d'une demande plus organique suite à la prise de conscience des limites du modèle de marché, évidente surtout dans la persistance de l'absence de protection sociale, du travail précaire et informel et des abus des oligopoles dans la prestation de services, ainsi que dans la crise du système de représentation politique. Vizcarra a inauguré une étape réformiste dans les domaines judiciaire et politique, ainsi que dans les cadres juridiques régissant les secteurs extractifs et le système de retraite. Elle a également donné une continuité à la réforme de l'éducation. L'esprit réformiste - considéré par les secteurs modérés comme la voie d'une transition « responsable » - a été attaqué par la lutte politique alimentée par les secteurs concernés, créant un espace pour que les aspirations à la réforme commencent à être prêchées dans le langage du changement constitutionnel.

    Cependant, ce débat a pris une nouvelle importance depuis les protestations du 14 novembre, et les termes de la conversation, le contenu des changements les plus significatifs et, surtout, l'offre d'acteurs politiques mûrs capables de les interpréter et de les mettre en œuvre, ne sont toujours pas clairs. Le danger réside dans le fait que, dans un contexte de forte indétermination, le processus finit par être défini par des acteurs dont les motivations ne participent pas à l'esprit du changement.

    L'espace civique au Pérou est décrit comme « obstrué » par leCIVICUS Monitor.
    Contactez Propuesta Ciudadana via sonsite web ou son profilFacebook, et suivez@prop_ciudadana et@BarrioZevallos sur Twitter.

     

  • PERU: ‘The ultra-conservative tide is affecting democratic life and fundamental rights’

    Eliana CanoAs part of our 2019 thematic report, we are interviewing civil society activists and leaders about their experiences of backlash from anti-rights groups and their strategies to strengthen progressive narratives and civil society responses. CIVICUS speaks toEliana Cano, founder of Católicas por el Derecho a Decidir – Peru (Catholics for the Right to Decide – CDD-Peru), a Catholic and feminist movement committed to the pursuit of social justice and the change of cultural patterns that limit women's autonomy and their sexual and reproductive rights. CCD-Peru has recently been sued by the Tomás Moro Legal Centre, which wants to strip it of its legal status on the basis that, within the framework of an agreement between the Vatican State and Peru, it should not be using the term ‘Catholics’.

    CDD-Peru is being sued to have its legal personality withdrawn and prevented from calling itself 'Catholic'. Who is suing you, what do they have against you, and what are they trying to achieve?

    About a month and a half ago we were notified that the Santo Tomás Moro Legal Centre, which is a self-appointed representative of the Catholic Church, had brought a lawsuit against us. According to the lawyers who are advising us, this group began to look into the work done by our organisation about a year ago. They decided to sue us in the civil courts because they want to make this a long, tedious, tiring process, one of permanent appeal. The whole thing can take up to three or four years. Basically, their strategy is to drain us of energy in the process.

    They want us to cease to exist as a registered organisation, recognised by the National Superintendency of Public Registries. In other words, they want us to lose our legal status and not be able to continue operating in Peru. They argue that, by calling ourselves what we do, we are disrespecting the Catholic Church and its parishioners. They say that, in light of the existing agreement between the Vatican State and Peru – which recognises the role of the Catholic Church – we are using the term 'Catholic', which represents an institution and a historical identity, in bad faith. They do not accept the interpretation we make of biblical texts on the basis of feminist theology in order to question dogma, imposed conscience and control of people in the name of God. It is important to note that our organisation is not registered with the Catholic Church as a faith group, and therefore is not subject to the internal mandate of the Church.

    You have been around for a few years. Is this the first time you have faced such reaction?

    Indeed, the project of Catholics for the Right to Decide is quite old in Latin America. It began in Uruguay and then spread to the USA, and from there it passed on to Mexico and other countries of Latin America. In Peru the organisation has had a legal existence since 2009. We organised ourselves because we identify as feminists with a Catholic identity. We see ourselves as Catholic women of faith, but we have a critical view of dogma, of static and closed thought, especially where issues related to sexual and reproductive rights are concerned, as body and sexuality are a terrain where political battles are fought. In Peru there has always been a very homogenous public voice around the Gospels and the right to command over the bodies and lives of women, and we, by questioning this from the position of our Catholic identity, have received a rather aggressive response by the hierarchy of the local Catholic Church and groups linked to it.

    The first public attack happened on the occasion of the debate around the definition of a protocol for therapeutic abortion: abortion that is justified for medical reasons, when there are serious risks to the woman’s health or life. It was an attack tinged with the same resources these groups always use, based on defamation, vilification and lies. But in this case attacks basically took the form of verbal and written attacks on social media.

    Conservative groups know how to manage social media and constantly attack us publicly for everything we do that deviates from dogma or homogeneous discourse. However, this is the first time we have faced a lawsuit, and we were not expecting an attack so direct and of such magnitude. Maybe we should have foreseen it, since in Latin America, and in Peru specifically, ultra-conservative groups have penetrated deeply into the political structure of the country and are affecting democratic life.

    It would seem that these ultra-conservative groups are now larger and more emboldened than they used to be. Why is that?

    When looking back you realise that for several decades a global and regional response has developed to discourage and weaken the liberation theology discourse, which put the emphasis mostly on poverty. With a questioning discourse within the Church that extended to other areas of life, liberation theology made the most hardcore conservative elements of the Church very uncomfortable. The reaction against it has been sustained. It has made a lot of progress, to the point that today a highly organic network has become visible, which has bases in various Latin American countries and its own publications, conferences and considerable economic resources. Its presence began to make itself felt strongly in 2005, when the Center for Family Promotion and Regulation of Birth (Ceprofarena) organised the Second International Pro-Life Congress in the capital, Lima. This congress produced a document known as the Lima Declaration, an expression of the agreement reached by conservative groups.

    Ceprofarena has existed since the early eighties. It maintains close links to Human Life International, a powerful international conservative organisation, and among its members are renowned physicians and senior state officials, including former health ministers. The organisation acts within numerous medical and health organisations, both public and private. These actors put conservative ‘scientific’ discourse at the service of abuses such as the denial of emergency oral contraception, an issue on which they successfully took on the Ministry of Health. They sued the Ministry, bringing to court the right to information and choice of thousands of women, and succeeded in achieving the prohibition of the distribution of emergency contraception by all health services nationwide. Now they are campaigning to dismantle the therapeutic abortion protocol established during the 2011 to2016 period.

    The network of conservative organisations in Peru also includes the Office for Latin America of the Population Research Institute, based in Lima; the Peruvian headquarters of the Latin American Alliance for the Family, which promotes classic family formats and produces and disseminates school books; of course older organisations such as Opus Dei, which does local development and support work and is deeply embedded in educational spaces, as well as within the bureaucracy of the Church; and the Sodalicio de la Vida Cristiana, an organisation of lay people.

    These groups have a lot of money that comes from the conservative business sector and have appropriated effective strategies and discourses. This lawsuit is a practical strategy that denotes a change in their way of organising. They no longer speak the language of the divine and the clerical because they know that it attracts fewer and fewer people; instead they have appropriated the discourse of democracy and human rights.

    Are you thinking of new strategies to face this growing challenge?

    In the present scenario we view ourselves as in need of strengthening our communication strategies. We also need to strengthen our resourcing, since we do not have funds to face a lawsuit of this magnitude. International funders do not necessarily provide support that can be used to develop institutional defence plans. But at present, this is a profound need of human rights organisations. In our case, fortunately the Legal Defence Institute, which had already taken on similar cases affecting journalists, became interested and decided to sponsor the case as part of its institutional priorities. They consider that this is an "ideological fight" and that questioning our name is a "pretext" to make us disappear as influential actors. Theirs has been a gesture that we are infinitely thankful for.

    As far as discourse is concerned, however, we should not move from our positions, but rather show that the appropriation of the discourse of human rights and democracy by ultra-conservative groups is as superficial as disrespectful of democratic principles. As happened recently with the ‘Do not mess with my children’ campaign – against education about gender equality and respect for sexual identities – their discourse tends to become very aggressive every time they feel cornered. They seem to be desperate, because deep down they do nothing but react in the face of newly acquired rights.

    And the situation has indeed progressed, because this is not just us – new generations are mobilised and lots of people who are respectful of freedom and diversity and who uphold guarantees for rights are gaining ground. It is not just three or four old-time feminist organisations that are active in Lima; there are also the voices and faces of young people organised in universities, people in communities in various regions of Peru who think critically, do not accept dogmas, even react in a sarcastic tone to that type of discourse and perspective.

    Of course there is always a Catholic youth following that responds to the Pope and has decided to stay within the ultra-conservative field, but there is also youth social mobilisation around many issues, and with their help many aspects of the sexual and reproductive rights agenda are permeating the public debate. I think this is causing ultra-conservative groups to despair, and that is why they are reacting with such anger, frustration and, I would even dare say, hate. That is, they react with attitudes that are nowhere close to mercy, kindness, humility, understanding and non-judgement.

    Why does the fact that you define yourselves as both Catholics and feminists cause this type of reaction?

    We are women of faith and religion is part of our identity. We have been raised Catholic, and in that context the message that was instilled in us was one of obedience, prohibition and oppression. As we grew up, we rebelled against this and other aspects related to the control of our lives and their sexual dimension. We identify ourselves as Catholic on the basis of a renewed interpretation, but we do not renounce our faith. We are aware that Catholicism is not only a matter of faith, but it also operates within or materialises in an institution, and as such it includes both positive and negative practices that have an impact on the lives of many people, and specifically on its members.

    At the same time, we all come from organisations with a feminist identity. We are feminists and we question patriarchy as a system of asymmetric power relations, but we do not renounce our faith. We always ask ourselves these questions: why should our religion have to have one single voice, uniform and unquestionable? Why obey in silence and validate sacrifice and suffering in our own lives and bodies? We find a foothold in feminist theology, which offers a deconstruction and reconstruction of the Gospel. These conceptual and political tools strengthen our conviction and our public struggle for sexual and reproductive rights.

    High Church officials tell us: ‘you are not Catholic, who are you to speak in the name of Catholicism?’ We respond: ‘what makes you a Catholic, what allows you to trample rights in the name of God?’ We have claimed ownership of the language of the Gospel that focuses on the right of people to deliberate in conscience, to discern and to decide, and this bothers them. I am a Catholic, I was baptised and I am guided by feminist theology. You cannot question my faith, just as I cannot question yours. This is a very hard fight, because it is easy to fall in the face of a mass telling you that you are not one of them. From the beginning we knew that we would face disqualification, defamation and lies; we did not, however, think that the attacks would become as violent as those we are currently experiencing on social media, as well as in the form of a lawsuit.

    Given that the experience of faith cannot be taken away from us, what they are trying to do is take away our legal status, make us disappear. We represent a danger because we are not just a few. In fact, more and more people are increasingly getting to know us and identify with us. We represent the position of many people who do not necessarily have the opportunity to articulate this strand of thought publicly, but who feel it and live by it. There is a wide and diverse congregation that does not think the same way as the Church hierarchy and considers that the ultra-conservative response to public policy is more suitable to Inquisition times than today. According to polls, most Catholics disagree with the Church hierarchy on many important issues, such as homosexuality, which they do not consider to be an illness or a divine punishment, or same-sex marriage. Choosing an abortion in specific life circumstances is a highly ethical and responsible decision, and it does not make you a bad woman, a lesser Catholic, or a bad mother. Using contraceptives to regulate motherhood and fatherhood or enjoying a sexual relationship without procreating is not prohibited by the Gospels. The state of virginity is losing its divine quality and this is freeing women from feelings of guilt, even in societies such as Latin America’s, where governments and the Catholic Church have always worked in concert to regulate people’s lives. Still today they support one another every time one of them loses credibility.

    How else are you trying to encourage a distinction between private faith and public policy?

    Ours is also a struggle for a secular state, a state that is separated from all churches. This is very difficult to achieve in practice, since the Catholic Church and the Peruvian state maintain strong institutional ties. However, short of achieving constitutional and legal separation between Church and state, there is another fight to be had in the sphere of collective attitudes. Many people – politicians, public officials, civil servants – reach the public sphere without giving a thought to the importance of separating religious beliefs from public function. As a result, many lawmakers and public officials make decisions based on their religious beliefs. It is very common to find crucifixes, chapels and religious images in ministry buildings. In our everyday lives religion surrounds us and limits us; there are no clear boundaries between religious practice and public functions.

    Ultra-conservative groups set themselves on this ground and seek to further expand the dictates of a religion that presents itself as homogeneous, with the intention of forcing all citizens to live according to their own beliefs and mandates. The problem is not religion in itself; the difficulty lies with the political use of religion within the political-public sphere, where there is a duty to guarantee human rights.

     

    Civic space in Peru is rated as ‘obstructed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with Católicas por el Derecho a Decidir-Perú through their webpage and Facebook

     

  • RÉPUBLIQUE DOMINICAINE : « Nous avons peut-être une période de changement positif devant nous »

    DominicanRepublic FlagCIVICUS discute des élections qui ont eu lieu récemment en République dominicaine, dans le contexte de la pandémie de COVID-19, avec Hamilk Chahin, coordinateur du Manifeste citoyen pour la transparence électorale, et Addys Then Marte, directrice exécutive d’Alianza ONG. Le Manifeste citoyen, une initiative multipartite menée par la société civile, a été lancé en décembre 2019 pour suivre les élections municipales, législatives et présidentielles de 2020 et pousser à la consolidation des institutions démocratiques. Alianza ONG est un réseau comprenant 40 organisations de la société civile (OSC) de la République dominicaine. Fondé en 1995, il se consacre à la promotion du développement durable par des initiatives visant à renforcer la société civile, le dialogue intersectoriel, la formation et le partage d’informations, le plaidoyer politique et la promotion de la solidarité et du volontariat.

    Avant même l’apparition de la pandémie de COVID-19, le paysage électoral était déjà compliqué. Quelle était la situation vers mars 2020 ?

    Ces dernières années, le parti au pouvoir, le Parti de la libération dominicaine (PLD), a accumulé beaucoup de pouvoir dans toutes les institutions de l’État, affectant la qualité de la démocratie. Le même parti a été réélu pour plusieurs mandats et les élites politiques se sont bien établies dans leurs positions et ont pris l’habitude d’exercer le pouvoir pour leur propre bénéfice et au détriment des intérêts de la collectivité. Petit à petit et sans s’en rendre compte, la société a également commencé à accepter cette situation. La gestion exceptionnellement efficace des mécanismes de communication par les gouvernements successifs y a beaucoup contribué. Avec les bonnes alliances internationales et la bonne fortune dans la gestion économique, les structures de publicité et de propagande ont facilité la perpétuation du gouvernement.

    Heureusement, il existe dans chaque société une graine pratiquement impossible à déraciner : la société civile. Elle peut parfois être en état de sommeil ou en hibernation, mais à un moment donné, quelque chose se produit qui la met en mouvement. Dans notre cas, c’est l’extrême confiance de nos gouvernants dans l’assurance de leur pouvoir qui les a conduits à des pratiques de plus en plus effrontées, au point que les citoyens, qui pour la plupart les avaient longtemps tolérés, ont un jour dit que ça suffisait et sont entrés en effervescence. La première grande manifestation de cette lassitude a été le mouvement de la Marche verte, lancé en janvier 2017.

    Née de l’indignation populaire suscitée par le scandale Odebrecht, qui impliquait des hauts fonctionnaires de trois gouvernements dominicains successifs, la Marche Verte a rassemblé un large éventail d’OSC et s’est concentrée sur la mobilisation de rue. Tout a commencé par une modeste marche de protestation que nous avons organisée par l’intermédiaire d’une OSC appelée Foro Ciudadano, qui a déclenché un grand phénomène de mobilisation dont la principale réussite a été de briser l’indifférence des citoyens, de faire sortir la classe moyenne de cette zone de confort où elle critiquait sans agir. Les partis d’opposition ont commencé à profiter de cette dynamique, mais le gouvernement, certain de disposer de tous les leviers du pouvoir, lui a d’abord accordé peu d’importance. Cependant, le phénomène est allé bien au-delà des marches : des signatures ont été recueillies, des réunions communautaires ont été organisées et de nombreuses formes de mobilisation ont été encouragées. C’était un état d’éveil motivé par la dignité. Les citoyens ont perdu leur peur de s’exprimer et cela a déconcerté le gouvernement.

    Comment le processus électoral 2020 a-t-il commencé, et comment le Manifeste citoyen a-t-il été formé ?

    Le début du processus électoral a également marqué le début de la fin du gouvernement actuel. En octobre 2019, les primaires des partis politiques ont eu lieu ; il s’agissait des premières primaires à être organisées dans le cadre de la nouvelle législation sur les élections et les partis politiques, et elles ont été gérées par le Conseil électoral central (JCE). Alors que le PLD a opté pour des primaires ouvertes, permettant la participation de tous les électeurs éligibles, le principal parti d’opposition, le Partido Revolucionario Moderno (PRM), a organisé des primaires fermées, permettant la participation de ses seuls affiliés. Les primaires du PRM ont clairement fait ressortir la candidature de Luis Abinader, qui sera finalement élu président. En revanche, à l’issu des primaires du PLD, Gonzalo Castillo n'est devenu le candidat officiel que de justesse par rapport au président triomphant à trois reprises Leonel Fernández.

    Les élections primaires du parti au pouvoir étaient bien plus qu’un processus de sélection de candidats : ce qui était réellement en jeu dans ces élections était le pouvoir du président, Danilo Medina. Au pouvoir depuis 2012, Medina avait été réélu en 2016, et avait tenté en vain de réformer la Constitution pour se faire réélire. En tant que président du parti, Leonel Fernandez s’était opposé à ces manœuvres, si bien que Medina ne l'a pas soutenu lorsqu'il a décidé de se présenter aux primaires. Il est devenu évident que le gouvernement recourait aux ressources de l'État pour soutenir l'héritier désigné de Medina ; en conséquence, le PLD s’est divisé et Fernandez a rejoint le bloc d’opposition. Ces élections ont été très contestées, et ont donné lieu à de nombreuses manipulations. Elles ont laissé un goût amer parmi les citoyens : étant donné la possibilité que la fraude ait été utilisée dans une élection primaire, beaucoup se sont demandés ce qu’il adviendrait de l’élection nationale.

    À ce moment-là, de nombreuses OSC ont commencé à réfléchir à ce qu’il fallait faire : nous avons établi des liens entre nous et avec les acteurs politiques, nous avons partagé des informations et nos évaluations de la situation. Nous avons décidé d’exprimer notre préoccupation et d’exiger des mesures correctives de la part des institutions et entités responsables de l’organisation des élections, à commencer par la JCE et en nous tournant vers le Tribunal Supérieur Electoral et le Bureau du Procureur Général de la République, qui sont chargés de poursuivre les crimes et les irrégularités. C’est ainsi qu’est née l’initiative du Manifeste Citoyen (Manifiesto Ciudadano), qui regroupe des acteurs du monde de l’entreprise, de la religion, du travail, des syndicats et du monde paysan. Nous avons fait campagne pour attirer l’attention de la société sur la nécessité de défendre et de surveiller le processus d’institutionnalisation démocratique à l’approche des élections. Et surtout, nous avons fait du plaidoyer auprès des acteurs politiques. Nous avons organisé des réunions avec les représentants des partis, afin que le manifeste bénéficie du soutien de tous les secteurs. Cela a également fait de nous un interlocuteur direct de la JCE.

    Quand les élections étaient-elles prévues ?

    Le cycle électoral comprenait une série d’élections : les élections municipales, prévues en février, et les élections nationales, tant présidentielles que législatives, initialement prévues en mai. Les élections municipales ont inauguré un nouveau système de vote double, entièrement électronique pour les zones urbaines à forte densité de population et manuel pour les zones rurales. Suite aux demandes du Manifiesto Ciudadano d’apporter certaines garanties et certitudes au processus, le système de vote électronique comportait également une composante manuelle dans la phase de dépouillement des bulletins déposés ; nous avons également réussi à faire enregistrer les décomptes et avons ajouté un système de capture des empreintes digitales et des codes QR.

    Bien que les mesures de sécurité aient été renforcées, la mise en œuvre du nouveau logiciel a posé de sérieux problèmes. Le 16 février, plusieurs heures après le début du vote, la JCE a découvert qu’il y avait un problème avec environ 60% des machines à voter électroniques, et a décidé de suspendre les élections municipales dans tout le pays.

    Cela a provoqué une crise de confiance et des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour protester presque quotidiennement. Le 17 février, une manifestation devant le siège de la JCE a exigé la démission de tous ses membres. Le mécontentement a également touché le gouvernement, car de nombreux manifestants ont estimé qu’il avait tenté de tirer profit du mauvais fonctionnement des machines. Le 27 février, jour de l’indépendance, une manifestation massive a eu lieu pour demander une enquête sur ce qui s’était passé et une plus grande transparence dans le processus électoral. La diaspora dominicaine dans différents pays du monde a organisé des manifestations de solidarité pour soutenir la démocratie dans leur pays. 

    Les élections municipales ont été reprogrammées pour le 16 mars et se sont déroulées sans vote électronique. A cette époque, la pandémie de COVID-19 avait déjà commencé, mais suspendre les élections une seconde fois aurait été un coup dur. C’est pourquoi la République dominicaine a déclaré tardivement l’état d’urgence : le gouvernement a attendu que les élections aient lieu pour décréter trois jours plus tard l’état d’urgence et le couvre-feu.

    En avril, face à cette situation prolongée, le corps électoral a décidé de reporter les élections nationales au 5 juillet, après consultation des partis et de la société civile. Il n’y avait pas beaucoup de marge car il fallait prévoir l’éventualité d’un second tour des élections qui devrait avoir lieu avant le 16 août, date à laquelle le changement de gouvernement devait avoir lieu. Bien sûr, il a même été question de la possibilité d’un amendement constitutionnel pour reporter le jour de l’investiture ; la société civile a dû jouer un rôle important pour désamorcer ces alternatives et organiser un calendrier électoral comprenant toutes les mesures sanitaires nécessaires. Heureusement, les médias ont fourni les espaces nécessaires aux OSC ; nous disposions d’une bonne tribune de communication.

    Étant donné que les élections ont eu lieu pendant la pandémie, des mesures ont-elles été prises pour limiter le risque de contagion ?

    Du côté de la société civile, nous avons essayé de faire en sorte que des mesures sanitaires adéquates soient imposées. Nous avons exhorté la JCE à suivre les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Organisation des États américains afin d’avoir la certitude que les mesures nécessaires seraient prises pour que les élections puissent avoir lieu. Ce fut un effort titanesque, car en République dominicaine, nous n’avions pas encore de politique efficace de prévention et de dépistage rapide, mais nous avons pu imposer des protocoles sanitaires comprenant la désinfection et l’assainissement, la distribution de matériel de protection et des mesures de distanciation physique.

    La vérité est que l’importante épidémie de COVID-19 que nous connaissons aujourd’hui n’est pas exclusivement due au jour des élections, mais surtout aux deux mois et demi de campagne désorganisée et irresponsable menée principalement par le parti au pouvoir. Le gouvernement a tenté de tirer profit de la pandémie et des limites imposées par l’état d’urgence. Cependant, cela a pu jouer en sa défaveur. Il y a eu un tel gaspillage de ressources en faveur de la candidature du parti au pouvoir que les gens l’ont mal supporté. C’était grotesque : par exemple, tout comme en Chine, on a adopté la mesure consistant à asperger les rues de désinfectant ; mais alors qu’en Chine un robot ou un véhicule parcourait les rues la nuit et passait dans tous les quartiers, ici nous avons eu droit à un défilé d’une caravane de véhicules officiels à 20 heures, avec sirènes, drapeaux, musique, tout un spectacle de campagne. Les gens n’ont pas apprécié, car cela a été interprété comme un gaspillage de ressources à des fins de propagande qui auraient pu être utilisées pour contrôler efficacement la pandémie.

    Quelles possibilités l’opposition avait-elle de faire campagne dans le contexte de l’urgence sanitaire ?

    Les conditions de la campagne étaient très inégales, car les fonctionnaires jouissaient d’une liberté de mouvement au-delà des heures fixées de couvre-feu, et les partis d’opposition se sont plaints que le parti au pouvoir pouvait poursuivre sa campagne sans restriction alors qu’ils étaient limités aux heures autorisées. L’accès aux médias était également inégal : la propagande en faveur du candidat au pouvoir était omniprésente, car elle était confondue avec la propagande du gouvernement. Dans ce sens, il y a eu une publicité qui a généré beaucoup de malaise, qui disait quelque chose comme « restez chez vous, nous nous occupons de l’aide sociale », et comportait les images des candidats officiels à la présidence et à la vice-présidence.

    La pandémie a été utilisée politiquement de nombreuses manières. À un moment donné, la peur de la contagion a été utilisée pour promouvoir l’abstention : il y a même eu une campagne qui présentait le dessin d’une tête de mort avec le slogan « sortir tue ». Alors que nous menions une campagne avec le message « protégez-vous et allez voter », le gouvernement pariait sur l’instillation de la peur dans la classe moyenne indépendante, tout en prévoyant de faire voter ses partisans en masse. La réaction négative a été si forte qu’ils ont été contraints de retirer cette publicité après quelques jours.

    De plus, l'État a été absent de la plupart des politiques mises en œuvre contre la pandémie, et a laissé la fourniture de l’aide sociale et la prévention entre les mains du candidat du parti au pouvoir. Ainsi, ce n’était souvent pas le gouvernement qui se chargeait de la fumigation, mais les entreprises du candidat. Ce sont les jets de la compagnie d’aviation du candidat, et non les avions d’État ou militaires, qui ont ramené les Dominicains bloqués à l’étranger. Les premiers kits de test ont été apportés de Chine par le candidat lui-même, bien sûr avec de grandes opérations de propagande.

    Avec tous les atouts en sa faveur, comment expliquer que le gouvernement ait perdu les élections ?

    En effet, le candidat du PRM, Luis Abinader, l’a emporté dès le premier tour, avec plus de 52% des voix, tandis que le candidat du gouvernement arrivait en deuxième position avec 37% et l’ancien président Fernandez n’a atteint que 9%. La division du parti au pouvoir à la suite des allégations de fraude lors des primaires a eu un effet, car si le parti avait été uni et non affecté par ce scandale, les résultats auraient pu être différents.

    Face au fait qu’un seul parti a gouverné pendant 20 des 25 dernières années, les citoyens en ont eu assez et ont cherché des alternatives. Les citoyens se sont exprimés non seulement par la mobilisation et la protestation, mais aussi par un processus de sensibilisation qui durait depuis plusieurs années. Des plateformes d’expression très intéressantes ont vu le jour, comme le média numérique Somos Pueblo (Nous sommes le peuple), qui a joué un rôle très important avec sa chaîne YouTube. Le gouvernement faisant campagne dans les rues et les citoyens étant isolés par la pandémie, des stratégies créatives ont également été mobilisées pour contourner les limitations et protester sans sortir de chez soi, comme les « cacerolazos ».

    Le désir de participer afin d’obtenir un changement s’est reflété dans le taux de participation aux élections, qui a dépassé 55%. Si ce chiffre est bien inférieur à la moyenne de 70% enregistrée lors des élections de la dernière décennie, il est remarquable dans le contexte de la pandémie. Face à la mauvaise gestion de la pandémie par le gouvernement actuel, les espoirs placés dans le nouveau gouvernement sont très élevés. Si nous parvenons à surmonter ce défi, nous aurons peut-être devant nous une ère de changements positifs en termes de renforcement des institutions et de consolidation de la démocratie.

    L’espace civique en République dominicaine est classé « rétréci » par leCIVICUS Monitor.

    Contactez Manifiesto Ciudadano via sonsite web ou son profilFacebook, et suivez@ManifiestoCiuRD sur Twitter. Contactez Alianza ONG via sonsite web ou son profilFacebook, et suivez@AlianzaONG et@AddysThen sur Twitter. 

     

  • RÉPUBLIQUE DOMINICAINE : « Nous faisons partie d’un mouvement antiraciste global »

    CIVICUS s’entretient avec Elena Lorac, coordinatrice de Reconoci.do, un réseau civique indépendant et pluraliste composé principalement de jeunes Dominicains d’origine haïtienne. Reconoci.do défend les droits humains et promeut l’intégration réelle, pleine et effective des Dominicains d’origine haïtienne dans la société dominicaine. Présent sur tout le territoire de la République dominicaine, Reconoci.do défend la vision d’un pays multiculturel où les personnes de toutes origines vivent ensemble avec dignité, sans stigmatisation ni discrimination, et où leurs droits fondamentaux sont respectés par la société et protégés par l’État.

     

Página 1 de 2