Afrique

 

  • ‘Civil society needs a compelling counter-narrative’

    Ahead of the publication of the 2018 State of Civil Society Report on the theme of ‘Reimagining Democracy’, we are interviewing civil society activists and leaders about their work to promote democratic practices and principles, the challenges they encounter and the victories they score in doing so. CIVICUS speaks to Lynnette Micheni from PAWA254, an organisation that fosters social accountability and active citizenship among young people, mainly through arts and media.

    1.Your organisation, PAWA254, defines itself as a movement of young, socially conscious artists and activists. How do you connect art and activism in your work?

    We use art, pop culture and media as an empowerment tool. We believe in artistic expression as a means for social change and the deepening of democracy, and we harness it to advocate for the rights and responsibilities of Kenyans, and against social and political vices, including corruption and abuse of power. As a result of our work, we have seen ‘artivists’ multiply, and a movement of active, freethinking youth emerge in our country.

    We work with a variety of arts and media, including photography, film, spoken word, poetry graffiti, cartoons, blogging and writivism, which has opened such great spaces for accountability in Kenya.

    Our programs are two pronged: some focus on the economic development of emerging creatives and activists and others on social accountability, all the while leveraging the arts, pop culture and media.

    The former entails developing the capacity of emerging artists and facilitating the integration of artistic expression for livelihoods development through the provision of a state-of-the-art co- working space consisting of creative suites, professional equipment, skills transfer and networking opportunities. PAWA convenes key annual events such as the PAWA Festival, an annual street festival that showcases East Africa’s visual and performing arts and disseminates the Kenya Photography Awards.

    Our social accountability programs entail using art and pop culture as a form of civic engagement through dance, poetry, graffiti, theatre, music, film and photography to spark civic participation by focusing attention on emerging social concerns in the country and to prompt action in the process. Key current interventions include Off-The-Record, a weekly space where participants can express their thoughts on issues affecting society strictly off the record, with no fear of censorship or repercussions; #JengaHustle, an initiative aimed at advancing policies regarding employment and decent jobs for youth; #EmergingVoices, an intergenerational leadership development project aimed at empowering emerging social justice organisers and #ARealManIs, a transformative masculinity project aimed at leveraging media in mobilising young men’s fight against gender-based violence.

    2. Does artivism, and activism in general, face any challenges in Kenya?

    Indeed. Civil society is currently fighting a battle for its legitimacy, and it’s not winning. From every podium, including national television, the government is pushing a narrative discrediting civil society. Last year, two prominent human rights civil society organisations (CSOs) were shut down over their alleged non-compliance with regulations, including tax and employment laws, and for operating without a licence. There have been attempts to de-register other organisations as well.

    The prevailing narrative is that activists and CSOs are donor-funded disrupters. The idea is also being disseminated that people do it for the money. If you mobilise, you are asked: ‘how much have you been paid?’ – like there is no other driver than money. Ideas or visions of change don’t count. They will say that critical civil society activists and organisations are ‘Soros people’ - implying they are being funded by the Open Society Foundations and are therefore puppets of foreign interests. It is very difficult to counter this narrative when it is constantly being propagated on national television.

    It is also a challenge that there is a growing apathy amongst young people who are very well aware of their constitutional rights, resulting in an overreliance on individual activists.

    3. What is being done in response to this?

    What needs to be done is put together and disseminate a compelling counter-narrative. We know this is difficult because the problem has deep roots. So, the first thing we need to do is understand why it is so easy for governments to target civil society, in Kenya and elsewhere.

    We first heard about ‘fake news’ a couple of years ago, and it was all happening far away, in the USA. But the trend has progressed very fast, and in the context of presidential elections last year we suffered an epidemic of fake news. It was all over social media, which is a major source of information for Kenyan citizens, and it distorted the political conversation, and maybe the outcomes of the elections as well. Young people, the group that most uses social media, were particularly misled by fake news stories aimed at stirring conflict and dividing civil society.

    The abundance of fake news can be very disconcerting for young people that have little experience with interpreting data and are ill-equipped to tell the difference between legitimate and fake information. How do you sustain online movements while avoiding the infiltration of narratives based on fake news? How do you manage to bring online movements offline and keep them going in a context in which the political discussion is distorted to such extent?

    Young people are also particularly vulnerable to empty electoral promises of jobs and other benefits. Lots of promises are made at election times but no policies are ever enacted to fulfil them afterward. And people keep believing every time. The problem is that we have a whole generation of people who form their opinions based on headlines, and also build their activism on the basis of headlines – and under the headlines, there is usually no real content.

    The government is aware that evidence-based activism is lacking, and they do have smart and better prepared people, so they sometimes invite civil society to the table and pair them with a government technician, even on live television. Civil society activists are not always in a position to prepare adequately to respond. So it is difficult to connect and sustain civil society struggles, and instead it is so easy for the government to co-opt civil society actors.

    This is why we work to empower people, and young people in particular, to seek facts, to interpret them and understand their implications, to make decisions based on them, and to use them to monitor the government, hold it accountable and ensure it responds to citizens’ needs. We believe that arts, pop culture and media remain a viable tool to engage with the youth and are keen to continue investing in them.

    Civic space in Kenya is rated as ‘obstructed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with PAWA254 through itswebsite orFacebook page, or follow@Pawa254 and@LynnetteMicheni on Twitter.

     

  • Algérie: Abdallah Benaoum, militant gravement malade, doit être immédiatement libéré

    Les autorités algériennes ont multiplié les détentions et les poursuites arbitraires contre des militant·e·s et des journalistes dans le contexte de la pandémie de COVID-19, rejetant tout récemment les demandes de libération provisoire et de soins médicaux adaptés déposées au nom du militant algérien Abdallah Benaoum, incarcéré uniquement pour avoir exprimé des opinions critiques quant à la répression menée par le pouvoir contre le mouvement Hirak, ont déclaré 10 organisations nationales, régionales et internationales aujourd’hui, à l’approche de son procès prévu le 27 octobre. Ses avocats et sa famille craignent pour sa vie.

    Abdallah Benaoum se trouve en détention provisoire depuis 11 mois pour avoir publié sur Facebook des opinions critiques à l’égard des autorités et s’opposant à la tenue d’élections présidentielles, alors qu’il a besoin de toute urgence d’une opération du cœur, dont il est privé du fait de son maintien en détention illégale et du refus des autorités de lui prodiguer l’accès aux soins médicaux dont il a besoin.

    Le 28 mai 2019, le défenseur des droits humains Kamel Eddine Fekhar est mort en détention à l’âge de 55 ans, après avoir observé une grève de la faim pendant 50 jours pour protester contre sa détention illégale, motivée par le fait qu’il avait critiqué le gouvernement et ses conditions carcérales. Le 11 décembre 2016, Mohamed Tamalt, journaliste indépendant algéro-britannique, 41 ans, est mort en détention dans un hôpital à Alger, à la suite d'une grève de la faim observée pour protester contre les mauvais traitements subis durant son incarcération, pour des publications sur Facebook relevant de l’« outrage » au président de l’époque Abdelaziz Bouteflika.

    Afin d’éviter qu’Abdallah Benaoum ne subisse le même sort, les organisations signataires demandent à l’Algérie de respecter ses engagements découlant du droit international relatif aux droits humains, de libérer Abdallah Benaoum immédiatement et sans condition, et de lui permettre de se faire opérer du cœur, dans le respect de ses souhaits.

    Le 9 décembre 2019, trois jours avant l’élection présidentielle contestée, la police d’Oued Rhiou, ville située dans la province de Relizane, a arrêté Abdallah Benaoum et un autre militant, Khaldi Ali. Le procureur du tribunal de première instance de Relizane a inculpé les deux hommes d'« outrage aux institutions de l'État », « atteinte à l'intégrité du territoire national », « atteinte à l'intérêt national », « démoralisation de l'armée », « tentative de faire pression sur les magistrats dans le cadre d'affaires en instance » et « provocation à un attroupement non armé », au titre des articles 146, 79, 97, 75, 147 et 100 du Code pénal.

    Aucun de ces chefs d’accusation ne constitue une infraction légitime au titre du droit international relatif aux droits humains car ils imposent des restrictions injustifiées au droit à la liberté d'expression. Le dossier indique que le procureur a présenté à titre de preuves des vidéos et des publications trouvées sur le compte personnel Facebook d’Abdallah Benaoum, dans lesquelles il appelait à boycotter les élections présidentielles, en écrivant « Non aux élections militaires » et « Les étudiants du Hirak dans tous les gouvernorats sont en butte à une répression très sévère ». Dans ses posts, il critiquait également la peine légère prononcée contre un policier pour le meurtre d’un jeune homme à Oued Rhiou. Le procureur a présenté ces éléments comme la preuve qu’Abdallah Benaoum incitait à la désobéissance et portait atteinte à la sûreté de l’État.

    Le jour de son procès, le 16 juillet, Abdallah Benaoum ne tenait pas debout et ne pouvait pas parler, selon son avocat. Le juge a finalement accepté d’appeler un médecin, trois heures après le début de l’audience. Celui-ci a conclu que l’accusé n'était pas en état d’assister à son procès. Néanmoins, le juge a rejeté la demande de libération provisoire déposée par son avocat. Le 2 septembre, il a rejeté une nouvelle demande. La prochaine audience a été fixée au 27 octobre.

    Abdallah Benaoum souffre d’une maladie cardiaque, l’artériosclérose, qui peut provoquer une crise cardiaque et nécessite une intervention chirurgicale urgente. En 2018, il a été opéré une première fois du cœur ; son état de santé a commencé à se dégrader lorsqu’il a été incarcéré un peu plus tard cette même année et s’est encore détérioré après son arrestation en décembre 2019. Les médecins ont conclu qu'il avait besoin d'une deuxième opération.

    Dans une lettre manuscrite remise à ses avocats le 4 septembre, Abdallah Benaoum s’est plaint du manque de soins médicaux et des mauvais traitements en détention.

    Les autorités ont refusé à plusieurs reprises de lui accorder une libération provisoire, invoquant la gravité des accusations portées contre lui. Elles l’ont transféré plusieurs fois d’une prison à Relizane, près de sa ville natale, vers deux prisons dans la province d’Oran, à 160 kilomètres de son lieu de résidence, ce qui a contribué à l’affaiblir encore. Il est actuellement incarcéré à la prison centrale d'Oran.

    Priver un prisonnier de soins médicaux essentiels piétine les droits à la santé et à la vie et peut constituer dans certains cas des actes de torture ou des mauvais traitements. L’Ensemble de règles minima des Nations unies pour le traitement des détenus, ou Règles Nelson Mandela, impose aux États de veiller à ce que les personnes privées de liberté puissent jouir des mêmes normes en matière de soins médicaux que l’ensemble de la population. Selon le Comité des droits de l’Homme de l’ONU, il incombe aux États de prodiguer des soins médicaux adéquats ou appropriés, en temps voulu, à tous les détenus. De même, selon le droit algérien, « [L]e droit à la prise en charge médicale est garanti pour toutes les catégories de détenus. Des prestations médicales sont assurées aux détenus, à l'infirmerie de l'établissement ou, en cas de nécessité, dans toutes autres structures sanitaires ».

    La détention provisoire doit rester une mesure exceptionnelle, décidée au cas par cas après avoir déterminé si elle est raisonnable et nécessaire. Elle doit être définie par la loi et ne pas s'appuyer sur des normes larges et vagues. Les autorités algériennes n’ont pas justifié la nécessité d’imposer cette mesure, notamment contre un prisonnier d’opinion dont la santé et la vie sont en danger. La décision de maintenir Abdallah Benaoum en détention provisoire malgré les circonstances va à l’encontre de l’article 123 du Code algérien de procédure pénale et des obligations de l’Algérie au titre du droit international relatif aux droits humains.

    Le Syndicat national des magistrats a dénoncé le recours abusif et généralisé à la détention provisoire, ainsi que le manque d’indépendance de la justice par rapport au pouvoir exécutif, dans un pays où les magistrats sont visés par des sanctions professionnelles lorsqu’ils travaillent de manière indépendante ou réclament l’indépendance de la justice.

    Le refus des autorités de libérer Abdallah Benaoum va également à l’encontre de la recommandation du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU en faveur de la libération de détenus dans le but de contenir la propagation du COVID-19, notamment les personnes qui souffrent d’affections préexistantes ou qui sont détenues simplement pour avoir exprimé des opinions dissidentes. Le récent décès de deux détenus et la contamination d’au moins huit autres illustrent le risque élevé de contracter le COVID-19 dans les prisons algériennes.

    Les avocats d’Abdallah Benaoum et sa mère n’ont pas pu lui rendre visite les 1er et 2 octobre 2020. Les autorités carcérales ont assuré à sa famille que c’est lui qui avait refusé les visites et qu’il refusait aussi les soins médicaux. Selon ses avocats toutefois, ces affirmations ne cadrent pas avec la demande de leur client de continuer de lui rendre visite, ce qu’il a écrit dans une lettre manuscrite datée du 4 septembre. En outre, le militant a demandé à ce que son médecin, qui l’a opéré une première fois en 2018, puisse superviser sa seconde opération. En juillet, dans une autre lettre, il s’était plaint de ses conditions de détention éprouvantes et d’être coupé du monde extérieur. Il n’avait pu recevoir aucunes visites de sa famille de mars à septembre 2020, en raison des restrictions liées au COVID-19.

    Abdallah Benaoum avait recouvré la liberté depuis cinq mois seulement lorsqu’il a de nouveau été arrêté en décembre 2019. Il avait été incarcéré entre avril 2018 et juin 2019 pour des accusations «d’outrage au président de la République » et pour avoir « instrumentalisé les blessures de la tragédie nationale », au titre de l’article 46 de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale de 2006, qui interdit les publications portant sur la guerre civile algérienne. Il a été remis en liberté conditionnelle à la faveur d’une demande déposée par ses avocats, 10 mois avant la fin de sa peine. En 2013, Abdallah Benaoum avait aussi fait l’objet de deux communications des procédures spéciales de l’ONU portant sur les arrestations arbitraires et l’usage excessif de la force.

    Signataires

    • Amnesty International
    • Article 19 
    • CGATA (confédération générale autonome des travailleurs en Algérie)
    • CIVICUS
    • Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH) dans le cadre de l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'homme
    • Institut du Caire pour les études des droits de l’homme (CIHRS)
    • Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT), dans le cadre de l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'homme
    • Riposte Internationale 
    • SNAPAP (syndicat autonome des personnelles d'administration publique)
    • SESS (syndicat des enseignants du supérieur solidaires)

     

  • BOTSWANA: ‘Anti-rights groups are emerging in reaction to progressive gains’

    Dumiso GatshaAs part of our 2019thematic report, we are interviewing civil society activists and leaders about their experiences of backlash from anti-rights groups and their strategies to strengthen progressive narratives and civil society responses. CIVICUS speaks to Dumiso Gatsha, a young LGBT rights activist and founder of Success Capital Organisation, a youth-led civil society organisation (CSO) that supports civic action and promotes the rights of LGBTQI people.

    How significant was the June 2019court decision that decriminalised homosexuality in Botswana?

    The High Court ruled that colonial-era laws criminalising same-sex relations are unconstitutional. The judges said penalising people for who they are is disrespectful, and the law should not regulate private acts between consenting adults. One of the contested sections of the penal code, Section 164, is about ‘unnatural offences’, defined as “carnal knowledge against the order of nature,” which essentially applied to gay sex, although it was up to the courts to define what unnatural acts meant, and it could theoretically also apply to heterosexual activities seen as ‘unnatural’.

    This ruling is very significant on two fronts. The first is that this decision eliminates the risk of persecution altogether. Although the prohibition was not necessarily implemented by law enforcement agencies, it could have been, as it added elements of uncertainty and arbitrary treatment. The second is that it essentially provides an avenue for building protections and safeguards in health, employment, business, governance, service delivery and, more importantly, eliminating systemic stigma and discrimination.

    Was civil society in Botswana instrumental in bringing about this decision?

    Yes. Civil society, and LGBT civil society more specifically, has been very active since the 1990s. But when I started out there were still few activists that were well known. I came to Botswana in 2012 and there were only one or two notable activists, while now, only seven years later, there are five new LGBT-led organisations. A lot of them work on HIV/AIDS response, because a lot of funding goes to this kind of work.

    Litigation for decriminalisation was led by civil society, on behalf of a young gay man. Procedurally, only an individual can bring such a challenge to the courts, not an organisation. The most progressive of recent court cases, in terms of gender marker changes, were led by people. Civil society partnerships helped ensure financial and technical assistance.

    However, it is very difficult to bring the rest of the community along with these advances: yes, you achieve decriminalisation, but decriminalisation does not mean protection or mean it will be any easier for people to navigate difficult conversations about sexual orientation and gender identity with family members or educators, or in the workplace.

    Has the court decision prompted any backlash against LGBT rights?

    I think society is divided, and attitudes may take longer than laws to change. In this context, a new opposition populist party has used this issue as a populist tool. The ruling political party initially said that it would abide by the court decision and it backed non-discrimination. The current president had previously released a statement commemorating 16 days against gender-based violence and spoke about discrimination experienced by people in same-sex relationships. This was the first time a sitting head of state publicly recognised and acknowledged the gay community affirmatively in an African country that criminalised same-sex intercourse. Previous administrations had maintained a position of not persecuting people. In that sense, the state was always perceived as being a bit more progressive than the social majority or the rest of Africa. I think the state has long resorted to silent diplomacy on issues considered ‘progressive’.

    What changed after the High Court ruling, and lead to the state deciding to appeal, was that the new opposition party saw an opportunity to use the ruling to seek votes. They blamed the current president for singlehandedly decriminalising same-sex intercourse. Given the intolerance in public opinion, it was an opportunity to appeal to the majority. This turned into a political issue rather than one of rights, particularly because this new political party is backed by a former president. This was the first time ever in Botswana’s living history that LGBT issues were used within an intentionally populist narrative.

    This did not happen in isolation. Since the court ruling, religious institutions, mostly evangelical groups, became more vocal in their intolerance of LGBT people. It was surprising to us. We didn’t quite expect this. Public statements were released, including some stating that they would be appealing against the court ruling. They perceived this court ruling as an avenue for same-sex marriage and adoption of children by LGBT people.

    Why did this take you by surprise? Weren’t anti-rights groups present in the public sphere before?

    Regarding the court case, which took almost two years, evangelical groups and other religious actors remained silent for the most part. They wouldn’t really talk about it. It didn’t seem to be an issue for them at all. They didn’t bother building a whole narrative around or against it. That is why it was surprising that when the court decision was made public, all this opposition materialised. Some churches that had never released public statements on anything are now doing so. It isn’t just evangelical churches, although they have been probably the ones taking the lead. Catholic and Methodist churches have become quite intolerant, and vocally intolerant, as well.

    While some civil society actors, including human rights groups, that we thought would be supportive, remained quite passive, anti-human rights groups have been increasingly active, using LGBT rights as a populist tool, by taking advantage of the dynamics regarding ‘immorality’ that prevail among the public – in other words, of the fact that many people are simply anti-LGBT by default, with no critical thinking.

    I think that populist anti-rights groups are emerging in reaction to progressive gains. This is the Trump era, with its atmosphere of nationalism and regressive thinking. Regarding women’s sexual and reproductive rights and LGBT rights, US right-wing organisations are exporting their ideas to other parts of the world, including Africa. Fortunately, however, Botswana has historically been a peaceful society where it has not been easy for populist discourse to grow, and we are not seeing the growth of the same political populist narrative that has gained ground in other African countries or, for instance, in Eastern Europe. Botswana’s political landscape does not include extremist parties, either on the left or right. Major parties are all in support of LGBT rights and their leaders are quite progressive. There was an assumption that the negative political use of LGBT issues would work, but it is not clear that it has. However, society itself isn’t very accepting, and religious institutions are indeed perpetuating homophobia and intolerance.

    What’s next for LGBT civil society in Botswana, after achieving decriminalisation?

    Even if the High Court ruling survives the appeals and any other further legal challenges, a gap will remain. There have been some fragments of civic action aimed at educating people on LGBT issues. There is an urgent need to work on changing the hearts and minds of people. More importantly, there is a lot of work needed in moving LGBT people from surviving to thriving, especially in issues of efficacy, agency and having an influence within their communities. We focus on the individual and their access to rights, because rights are not really effective if they cannot be exercised at key touch points of service delivery, such as in a police station or a clinic. The community needs healing, at individual and collective levels. There has been a lot of pain and harm, even within activism.

    What challenges do LGBT civil society face in doing this work, and what kind of support does it need?

    A lot of advocacy strategies and narratives are pre-determined and attached to funding. There is a lot of gatekeeping in terms of the narratives that are considered relevant and valid, and therefore granted access to funding and to policy-makers. The main narrative currently appears to be around public health, and it is very difficult for new organisations to establish new narratives and still gain access to funding. If you are not operating under the umbrella of a much larger body, it is difficult to scale up advocacy work. This structure of opportunities has a strong impact on how creative and collaborative civil society can be while remaining sustainable.

    I think this has to stop. We need to move towards a community-led narrative. This is how we will get the best results in terms of transforming people’s hearts and minds. In that regard, there is a need to strengthen the intellectual body of knowledge of LGBT communities and decolonise our institutions, because a lot of our conversations are in fact based on Western narratives. We also need to rethink the narratives used for campaigning. The narratives that have been used so far are based on the assumption that the human rights-based approach works, without any reflection on the need to adapt the language in a way that resonates with people and makes issues easier for people to digest.

    In sum, I would say it is very important to diversify both the forms of advocacy that are undertaken and the ways that they are being supported.

    Civic space in Botswana is rated as ‘narrowed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with Success Capital Organisation through theirwebpage andFacebook profile.

     

  • BURUNDI: «Élire de nouveaux dirigeants n’est pas synonyme de démocratie»

    CIVICUS parle des récentes élections au Burundi avec un activiste de la société civile qui, pour des raisons de sécurité, a préféré rester anonyme.

    Le 20 mai 2020, dans le cadre de la pandémie COVID-19, des élections présidentielles, parlementaires et municipales ont eu lieu au Burundi. En mars, deux mois avant les élections, la Commission d'Enquête des Nations Unies sur le Burundi a lancé un appel à la communauté internationale, y compris le Conseil de Sécurité des Nations Unies et les institutions régionales, pour qu'elle unisse ses forces pour encourager le gouvernement du Burundi à rouvrir les espaces démocratiques, civils et politiques. Le jour des élections, le président de la Commission d'Enquête a déclaré que les conditions n'étaient pas réunies pour organiser des élections libres et crédibles. Commel'a rapporté le CIVICUS Monitor, de nombreux politiciens de l'opposition ont reçu des menaces de mort et ont subi des agressions physiques, et les partis d'opposition se sont heurtés à des obstacles administratifs, car plusieurs demandes d’inscription des candidatures ont été rejetées. Le chef d'un parti d'opposition a été assassiné et d'autres candidats ont été arrêtés sur la base de fausses accusations. Le journalisme indépendant s'est heurté à des obstacles systématiques, tels que l'arrestation de journalistes et le blocage des plateformes de réseaux sociaux.

    Burundi Elections

    Photo by Spencer Platt/Getty Images

    La réponse du gouvernement du Burundi à la pandémie de COVID-19 a-t-il amplifié les restrictions croissantes sur l'espace civique?

    L'espace civique au Burundi est fermé depuis avril 2015, à la suite de troubles politiques déclenchés par la décision de l'ancien président burundais récemment décédé, Pierre Nkurunziza, d’obtenir un troisième mandat malgré les controverses. Cela a déclenché une violence généralisée qui a fait au moins 1 200 morts et contraint 400 000 personnes à fuir le pays. Étonnamment, en mars 2020, alors que la pandémie de COVID-19 se propageait dans presque tous les pays africains, les autorités burundaises ont ouvert un espace pour que des campagnes aient lieu pour les élections présidentielles, parlementaires et municipales de mai. Mais on peut conclure que l'espace civique continue d'être fermé en ce qui concerne les possibilités d'expression de toute critique ouverte de la façon dont le pays est géré politiquement, ce qui inclut la critique de la façon dont le gouvernement a géré la pandémie au cours de la période électorale.

    Quelle a été la position de la société civile concernant la décision de tenir des élections pendant la pandémie?

    La décision des autorités burundaises de permettre le déroulement des campagnes électorales à une époque où de nombreux autres pays africains prenaient des mesures de confinement pour arrêter la propagation du COVID-19 a été interprétée comme un déni de la réalité de la pandémie visant à sauver les intérêts politiques du parti au pouvoir, le CNDD-FDD (Conseil National pour la Défense de la Démocratie - Forces pour la Défense de la Démocratie), au détriment de la santé de la population.

    Malgré les craintes d'une propagation massive du COVID-19, l'une des raisons pour lesquelles le gouvernement s'est précipité pour organiser les élections a été l'opportunité de mener un processus électoral en l'absence d'un nombre important d'observateurs indépendants et internationaux qui pourraient signaler tout acte répréhensible. La Commission Électorale Nationale Indépendante étant principalement composée de membres du parti au pouvoir, cette décision a mis le gouvernement en mesure de manipuler les résultats des élections autant qu'il le voulait.

     

    Le résultat des élections a-t-il été accepté par la majorité des gens?

    Le 20 mai 2020, Évariste Ndayishimiye, le candidat du parti au pouvoir, le CNDD-FDD, a été élu président avec 71% des voix. Le CNDD-FDD a également remporté 72 des 100 sièges à l'Assemblée Nationale.

    Dès l'annonce de ces résultats par la commission électorale, des partis d'opposition comme le Congrès National pour la Liberté, placé comme lointain second, ont déclaré aux médias étrangers que les chiffres officiels n'étaient pas crédibles et qu’ils étaient le résultat de fraude massive. La vérité est que les élections se sont déroulées dans un contexte de répression permanente de l'opposition politique, des médias indépendants et de la société civile. Il n'y avait pas d'observateurs internationaux car le gouvernement les avait avertis qu'en raison de la pandémie, ceux qui venaient devraient rester en quarantaine pendant 14 jours à compter de leur arrivée.

    Il y a eu quelques critiques discrètes, notamment de la part de l'Église catholique, à propos des incidents qui ont marqué le processus électoral. D'autres ont chuchoté (car il n'est pas facile de faire une critique ouverte au Burundi) que les résultats des élections avaient été truqués. Mais ce fut tout. Des membres puissants de la communauté internationale, comme le gouvernement de la Belgique et des États-Unis, se sont précipités pour saluer le président élu, et la Communauté de l'Afrique de l'Est a félicité le Burundi pour avoir organisé des élections «pacifiques et réussies».

    À mon avis, le résultat des élections a finalement été accepté car beaucoup craignaient l'effusion de sang qui pourrait se produire si le rejet ouvert des résultats des élections par l'opposition était suivi de manifestations de rue.

    Quelles sont les chances que les résultats des élections conduisent à une amélioration de la démocratie et de l'espace civique?

    Il y a ceux qui disent croire qu’élire de nouveaux dirigeants est synonyme de démocratie. Le résultat des élections de mai 2020 a aidé le Burundi à changer le visage des hauts dirigeants et à montrer que le dictateur qui nous gouvernait depuis 15 ans ne dirige plus le pays. Cependant, les violations des droits humains qui ont eu lieu pendant la campagne électorale, la nomination de responsables sous sanctions économiques américaines ou européennes pour avoir commis des violations des droits humains et la rhétorique politique utilisée pour dépeindre certains pays et leurs dirigeants comme des colonialistes montrent que la démocratie au Burundi a encore un long chemin à parcourir.

    Cependant, certaines mesures de lutte contre la corruption et autres abus que le président Ndayishimiye a prises depuis son entrée en fonction laissent penser que l'impunité dont jouissaient certaines autorités locales sous le gouvernement Nkurunziza pourrait prendre fin.

    Beaucoup pensaient que le plan pour l'ancien président Nkurunziza était de continuer à détenir le pouvoir en coulisse. Les perspectives ont-elles changé à la suite de son décès?

    L'ancien président Nkurunziza est décédé subitement en juin, avant que son successeur ne prenne ses fonctions. Comme il y avait déjà un président élu, la Cour Constitutionnelle a décidé qu'il devait prêter serment deux mois à l'avance.

    Beaucoup pensaient que la mort de Nkurunziza permettrait au président Ndayishimiye de gouverner en toute indépendance, et il a semblé le confirmer dans son discours inaugural, où il a promis d'engager un large dialogue sur toutes les questions. Il est trop tôt pour s'assurer que le fait que Nkurunziza ait été exclu de l'équation permettra au nouveau gouvernement d'ouvrir l'espace civique et que le nouveau président saisira cette opportunité. Cependant, il est encourageant de voir que le nouveau président a déjà rencontré les dirigeants d'autres partis politiques, les anciens présidents du Burundi, les évêques catholiques et anglicans, et a promis de promouvoir le dialogue. Nous sommes impatients de voir si ses paroles se traduiront en action.

    Au même temps, cependant, le Ministre de l’intérieur a récemment publié une résolution visant à suspendre jusqu’à nouvel ordre l’enregistrement des nouvelles organisations de la société civile et des églises et la reconnaissance des nouvelles autorités des organisations existantes. Cette décision est incompatible avec le changement qu’on désire. Si elle est maintenue, elle empêchera la société civile de se développer et de devenir un interlocuteur légitime et publiquement reconnu.

    Que devrait faire la communauté internationale pour contribuer à améliorer l'espace civique au Burundi?

    Il est difficile de fixer des priorités, car il y a beaucoup de choses à mettre en place si le Burundi veut devenir une terre de liberté. Cependant, il serait vital d'impliquer le gouvernement du Burundi dans un dialogue multidimensionnel. La coopération internationale doit être relancée afin d’aider le gouvernement burundais à mettre fin à la pauvreté endémique. La communauté internationale doit plaider pour le rapatriement de tous les réfugiés, y compris ceux qui ont des ordres d'arrêt du gouvernement burundais, et assurer leur protection. Et elle doit également offrir sa médiation pour résoudre le conflit entre le Burundi et ses pays voisins, notamment le Rwanda, afin de faciliter la circulation des personnes et des biens et la restauration des relations diplomatiques.

    Si les priorités suggérées sont poursuivies, les autorités burundaises pourraient se rendre compte que le Burundi n’est pas isolé et que la communauté internationale n’agit pas pour saboter ses intérêts, mais plutôt pour renforcer les aspects positifs de la mondialisation dans tous les domaines.

    L'espace civique au Burundi est classé comme «fermé» par leCIVICUS Monitor.

     

  • ETHIOPIA: ‘Civil society can play a key role in overcoming divisions’

    Yared HailemariamCIVICUS speaks to Yared Hailemariam, Executive Director of theAssociation for Human Rights in Ethiopia, about recent political reforms in Ethiopia, the opening opportunities for civil society and the prospects for further change.

    Can you tell us about your background and how the political reforms introduced in Ethiopia since 2018 by Prime Minister Abiy Ahmed have impacted on you?

    I used to work for the Ethiopian Human Rights Council (EHRCO), a civil society organisation (CSO) established in 1991 by people concerned about the human rights situation in Ethiopia at that time. This was just after the removal of the military junta and its replacement by the current ruling coalition, the Ethiopian People’s Revolutionary Front (EPRDF). I joined EHRCO as an investigator in 1998, and then came the notorious 2005 elections, which the government rigged and which were followed by violence. There were mass killings in the capital, Addis Ababa, in June 2005, and then my colleagues and I were targeted by security forces and detained several times. One time we were detained for a couple of weeks. After we were released there were more clashes between government security forces and opposition members and supporters. Just before the second round of massacres in November 2005 I left the country to attend a conference in Uganda, and while I was there I found myself in the wanted list, so after that I was in exile.

    I returned home in January 2018 for the first time after 13 years in exile. Currently I’m leading the Europe-based Association for Human Rights in Ethiopia, which is an organisation that was working to fill the gap, because Ethiopian civil society was under threat and not able to do any advocacy activities outside the country. They were not able to conduct any research or reach the international community. So some of my colleagues who left the country and I established this association in 2013. We conducted undercover research in Ethiopia, but mostly we have focused on advocacy. I was working mostly at the United Nations (UN) Human Rights Council, the African Commission on Human and Peoples’ Rights and with European institutions. We were doing advocacy together with CIVICUS, the Committee to Protect Journalists, DefendDefenders, Front Line Defenders, Human Rights Watch and other partner organisations. But now we are allowed to go back home.

    What are the main differences the political reforms have made for Ethiopian civil society?

    In the last 10 years, civic space in Ethiopia was in a very horrible condition but now, following these reforms, it’s seen a really huge change. Civic space has opened widely.

    The previous law was very restrictive. It targeted civil society working on rights-based issues, but now CSOs are encouraged. The Civil Society Proclamation, a very draconian piece of legislation, has been reformed, and the process was very open and civil society was respected in it. The new draft accommodated all our concerns. The previous law established an agency that monitored the activities of civil society that was very authoritarian and limited the work of civil society, but that institution has also been reformed. In the new agency there’s a presence of civil society and independent representatives, as well as people from the government. I visited the agency. They are very friendly, very open and work really closely with civil society.

    Just a year and a half ago, international human rights organisations were not able to organise any meeting or training activity, or even visit Ethiopia. I’ve now been able to conduct capacity development workshops in Addis Ababa. So, the impression I have is one of huge progress that is very satisfactory for local civil society.

    The opening of civic space in Ethiopia can be also a good example for other countries that had followed the bad practices of Ethiopia.

    How has civil society responded to the changes?

    There is now a lot of activity, including training and workshops, and it’s open to international human rights organisations. They are providing capacity development training and financial and technical support to local civil society, which is also receiving support from donors, embassies and the international community. These opportunities are new. Local civil society can now recover and rehabilitate from its past limitations, and reach the international community, because people can also now travel.

    What are the major challenges that remain for civil society?

    Because of the impact of the previous laws and because CSOs were labelled as enemies of the state they were restricted in their development, and now they have challenge of getting back to attracting skilled professionals. CSOs have opportunities but they don’t have the capacity to explore and exploit all the opportunities that come to their door. That’s the big challenge. I interviewed some CSOs that don’t know how to prepare a proposal to attract donors and don’t know how to do advocacy. I met some donors who told me that they want to provide support to local civil society but there is shortage of skilled people who can prepare proposals and report back to them at the level they require. Now an election is coming in 2020 and many CSOs want to engage with this process, but even prominent CSOs have told me that they don’t know how to approach donors and how to submit good proposals to get grants.

    So there is a huge gap now, and that’s the area where we are trying to support local CSOs to develop skills. There is a need for people from outside. What I’m saying to the international community is that it’s not enough to go there and do training; if they send one or two experts for some months these experts could help strengthen and offer support for some prominent CSOs.

    Given that the reforms are emanating from the prime minister, what are the risks that could hinder further reforms?

    There are potential dangers. Reform is still at the top level. The prime minister promised to reform the country through a democratic transition and to open up the political space. You can feel that there is a change in the country and there is some political willingness at the top level, but at the same time the regime has huge and very complex bureaucratic structures.

    Most government structures, offices and institutions are full of political appointees from parties in the ruling coalition. That makes it really difficult to reform organisations. Even when the central government in Addis Ababa says something or a new law or regulation is adopted, it may not go very deep. Reforms may not go deep through to the bottom of bureaucracy, to the structures. People are starting to complain in public media that the government is saying the right things, reforming the law, appointing new faces to high-ranking positions, but the suffering still continues at the lower level. So, that’s one challenge, and there is still no clear roadmap that shows how the central administration can improve this mess

    People who were appointed because of their political affiliation rather than their talents now feel under threat. They fear they may be moved or replaced. So in some regions we have seen that some movements are trying to shift the direction of reform. Some people linked to the old regime are still in control of their regions and are trying to instigate conflicts. They have money and weapons, so they can manipulate regions to instigate ethnic conflicts.

    The EPRDF is a coalition of four major parties that are now not united like they were before and are publicly disagreeing. There are tensions between the Amhara and Tigray regional governments, and recently a conflict erupted in the border area between the Amhara and Oromia regions. In the past, these groups acted together because they were fully dominated by the Tigray People’s Liberation Front and the other parties were used as a tool. But now, each of the regional governments considers themselves as effectively a sovereign state so there is competition. Each regional state is recruiting and training militias, such that each region has thousands of fully armed forces.

    There is a fear that the administration in Addis Ababa has failed to control these dynamics of conflicts and tension within the ruling coalition that might affect the unity of the country. We don’t know in which direction it will lead us, but there are clear tensions. There is tension between the ruling party members and the different coalition parties, there is ethnic tension, and in each region there are extremist elements, groups that spread hate speech and advocate the removal of other targeted ethnic groups from their region. Ruling parties are also competing and fighting with the extremist groups in their regions. Because of this, the Addis Ababa administration is failing to reinforce the rule of law.

    In some regions, the instability is such that there are huge and serious debates about the dangers of holding the election. Some parties are requesting that the election be postponed for at least six months because of extreme elements, and the fear that people will be targeted and attacked and wouldn’t be moved from region to region to mobilise their supporters or open offices. Some parties are restricted from moving and are now only able to work in Addis Ababa, and maybe a few more cities where they are given full security. So, many parties have requested a delay. But on the other side, extreme and ethnic-based parties are requesting that the government conducts the election on its planned dates. They have already declared that if the election day changes, even by one day, they will call for a protest, and that might create more problems. So now the Addis Ababa administration faces a dilemma. If the election is conducted on its time, I’m sure that ethnic nationalist extremist parties that are instigating violence will win seats in parliament. These upcoming days, weeks and months will be a very difficult time for Ethiopia.

    What role is hate speech playing in stoking ethnic conflict?

    People are living together and still sharing values. In Addis Ababa you didn’t feel it. People are living their normal lives and going about business as usual. It is the elites and their activists who are using social media to spread hate speech instigating ethnic tension, violence and targeting of certain groups of people. They have followers, and when they call some kind of violent action you immediately see that there is a group on the ground that’s ready to act and attack people.

    In the last year and a half almost three million people were forced into internal displacement. Ethiopia is now in the 10 highest countries in the world for internal displacement. This has happened in the last year and a half because of ethnic conflicts. Hate speech is spreading easily and very quickly through phones and social media, especially Facebook. Some of the calls for ethnic conflicts are coming from outside Ethiopia, including Europe and the USA.

    Now the government is drafting a new law to regulate hate speech, but it’s really hard to tackle.

    How can further political reform be encouraged?

    We all, especially human rights activists and researchers, including from the international community, need to encourage this reform in many ways. We need to support the strengthening of national human rights institutions, including the Ethiopian Human Rights Commission, and strengthen the capacity of local civil society.

    Civil society could play a key role in overcoming divisions, given that political parties and some media are ethnically based. Because civil society is neutral, the international community should focus on strengthening its capacity to play a key role in shaping the behaviour of new generations, who are vulnerable to being used by political elites. Civil society could give broad-based civic education to nurture good citizens who understand their responsibilities.

    In short, we need to focus on how to strengthen the capacity of civil society to support the positive achievements and political reforms going on in Ethiopia.

    What are the most urgent support needs of civil society?

    There are many ways to support local civil society, and not only by providing money. As I said earlier, there is now the possibility to receive funding, but people still need skills to apply for and use these grants. So, in addition to financial support, local civil society needs skill training in various aspects, including in advocacy, research methodologies, monitoring and documenting human rights, and they also need to network, and not only at the national level. They need support to connect themselves to the outside world, to the UN Human Rights Council and other international and regional mechanisms. Local civil society is not able to use these processes well, and some don’t know how to engage with these international mechanisms at all. So, they need the guidance and support of the international community.

    Civic space in Ethiopia is rated as ‘repressed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with Association for Human Rights in Ethiopia through itswebsite orFacebook page.

     

     

  • Falta de recursos retrasa el impacto de líderes juveniles en África

    Este artículo es parte de la serie #HistoriasDeResiliencia, coordinada por CIVICUS para destacar los esfuerzos de grupos y activistas que promueven mejores prácticas de financiación y movilización de recursos valiosos para la sociedad civil.

    YALFNunca ha habido tantos jóvenes en el mundo. Según las Naciones Unidas, hay 1.800 millones de personas entre las edades de 10-24 en el planeta, quienes están cada vez más involucradas en impulsar el cambio, el desarrollo y la innovación para ellos y sus comunidades. Los jóvenes también están expresando fuertemente su descontento con los gobiernos, corporaciones y otros actores en el poder que no han atendido con eficacia sus necesidades y desafíos. Pero, aunque son numerosos y audaces, los jóvenes aún carecen de recursos, reconocimiento y espacios para alcanzar su máximo potencial como agentes de cambio.

    El Young African Leaders Forum (YALF; Foro de Jóvenes Líderes Africanos, en español) es un ejemplo. La idea de crear esta organización panafricana dirigida por jóvenes nació en 2010 cuando su fundador, el Prince Ifoh, estaba escribiendo su proyecto de investigación final de pregrado sobre el desarrollo africano. Él vio la necesidad de crear un espacio por y para jóvenes, donde se pudieran empoderar para participar y liderar los asuntos prioritarios para la juventud.

    Curiosamente, aunque África es hogar de la población más joven del mundo ya que el 60% de su gente es menor de 25 años, la edad promedio de los líderes en este continente es de 62 años.

    La idea de Ifoh era prometedora, pero como muchos otros activistas jóvenes, no tenía los recursos ni el apoyo para lanzarla. Fue hasta el 2014 que YALF arrancó como un humilde grupo de chat en WhatsApp. "En ese momento, pensar en cualquier otra cosa era un sueño", recordó Ifoh, quien trabajaba en una compañía editorial y se dedicaba al activismo luego de las horas de oficina.

    Impulsado por su pasión, más tarde renunció a su trabajo, se convirtió en un activista a tiempo completo (haciendo trabajos independientes para generar dinero) e invirtió sus ahorros en la iniciativa. Con tiempo y mucho esfuerzo, YALF se convirtió en una organización que cuenta con más de 500 miembros de 20 naciones africanas.

    La mayoría de los miembros de YALF son estudiantes de bajos ingresos, provenientes de áreas rurales y urbanas. Pocos miembros son profesionales y trabajan en instituciones públicas y privadas en África. La organización está gobernada por cinco funcionarios de nivel continental, incluido Ifoh como presidente, y tiene un coordinador nacional en cada país.

    El trabajo de YALF incluye organizar las Cumbres Panafricanas anuales (conocidas como #YALFPAS), que brindan capacitaciones para desarrollar habilidades y formar líderes juveniles en todas las regiones de África. También publican el Young African Leaders Journal of Development (YALJOD), la primer revista en África producida por jóvenes, en la que comparten desafíos del desarrollo e ideas para atenderlos, dirigida a jóvenes y líderes políticos. También dirigen varios proyectos para promover la educación, el emprendimiento, la tecnología, la salud y el medio ambiente, que son la base de su ambiciosa iniciativa ‘Impact 5000’, lanzada en el 2018 con el objetivo de mejorar la calidad de vida y las oportunidades para 5000 mujeres, niños y jóvenes de comunidades africanas en desventaja, hasta el 2020.

    Sobrevivir y crecer sin financiación estable

    YALF opera con recursos limitados que provienen principalmente de apoyos en especie o patrocinios de entidades como la Unión Africana, la (EE. UU.), Hausa Television (Ghana) y la organización Fahamu Networks for Social Justice (Kenia). En el 2018, comenzaron a recaudar contribuciones de los miembros (USD 5 por persona, cada dos meses) que, por lo general, suman si acaso UD 200 por bimestre. El principal activo de YALF son sus miembros, quienes invierten su tiempo, capacidad, experiencia y dinero en estas iniciativas.

    “Nos acercamos a empresas, organizaciones, al público e incluso solicitamos subvenciones de donantes más grandes, pero, cuando tenemos suerte, lo que recibimos es apoyo en especie o técnico. A menudo escuchamos que la organización es "demasiado nueva" para solicitar fondos, que deberíamos probar después de cumplir 5 años", dijo Ifoh.

    A pesar de las limitaciones financieras, YALF estima haber beneficiado directa e indirectamente a más de 2.000 personas a través de sus capacitaciones para jóvenes y mujeres en temas de emprendedurismo e informática, de los patrocinios escolares para niñas e incluso ayudando directamente a las mujeres a crear un medio de vida. Por ejemplo, han ayudado a mujeres a montar una pequeña granja avícola o una peluquería que les proporcionan ingresos para sus familias. Pero Ifoh enfatiza que algunos esfuerzos son intermitentes o no progresan como desean porque no cuentan con la financiación adecuada.

    Por ejemplo, tener copias impresas de las revistas YALJOD les permite llegar a los jóvenes en lugares donde el acceso a Internet es bajo (solo una sexta parte de los africanos son usuarios de Internet), así como a los estrategas políticos en los que quieren influir, quienes –resaltan Ifoh– son de mayor edad, utilizan poco la tecnología y prefieren leer publicaciones impresas. En 2016, YALF imprimió 1000 copias de la primera revista gracias a que fueron donadas por el antiguo empleador de Ifoh. Pero la edición de 2018 se publicó solo en línea porque no encontraron patrocinadores para la impresión. Ifoh imprimió solo 25 copias con sus propios ahorros.

    Su iniciativa Impact 5000 también ha enfrentado barreras. Comenzaron una campaña colectiva y pública de recaudación de fondos (crowdsourcing) en un par de plataformas globales en línea, como Gofundme.org, con la meta de recaudar USD 100.000, pero no han recibido donaciones. Ifoh cree que su falta de visibilidad en el extranjero los ha afectado. Tampoco han tenido suerte con donantes grandes.

    En el lado positivo, la Unión Africana los apoya para organizar un evento de lanzamiento para cada edición de YALJOD, en Adís Abeba, Etiopía, y encontraron aliados que promueven la publicación en línea incluso fuera de África, como Kennesaw States University, en Georgia, Estados Unidos. Además, YALF está convencido de lograr las metas de Impact 5000.

    Ifoh cree que las entidades donantes deberían adaptar los requisitos de apoyo para las organizaciones de la sociedad civil (OSC) juveniles y promover criterios de selección más claros y públicos. Además, resalta que es necesario crear fondos semilla para las OSC juveniles y nuevas, como los que están ampliamente disponibles para las “start-ups” o empresas emergentes.

    “Los donantes deben ver que muchos jóvenes y organizaciones juveniles están haciendo grandes cosas, generando un gran impacto a nivel de comunitario, en lugares donde los donantes no van o no pueden llegar, y que están aportando más de lo que tienen para lograrlo... Pero no tenemos el apoyo, los fondos, las redes y las conexiones para tener un mayor impacto ", destacó el activista. "Tienen que darle una oportunidad a los jóvenes".

    YALF es miembro de CIVICUS desde el 2017. Contáctelos a través de su sitio web, página de Facebook o siga a @YalfAfricaen Twitter.

    Conozca más sobre Impact 5000

    La iniciativa Impact 5000 de YALF busca empoderar a 5 000 niñas, jóvenes y mujeres en África al impulsar la educación de las niñas, el desarrollo de habilidades de las mujeres, capacitaciones vocacionales, seminarios de finanzas, simposios empresariales,programas de apoyo informático y el desarrollo de PYMEs para mujeres y  jóvenes, entre otros. Mire este video para aprender más y, si desea apoyarlos, comuníquese con .

     

  • NAMIBIE : « Les manifestations contre la violence de genre ont été alimentées par l’espoir collectif »

    CIVICUS s’entretien avec Bertha Tobias sur les récentes manifestations contre le féminicide et la violence basée sur le genre (VG) en Namibie. Bertha est une jeune activiste qui a reçu des prix internationaux pour sa participation à des concours de débat. Elle est diplômée du United World College à Changshu, en Chine, et poursuit actuellement des études supérieures au Claremont McKenna College en Californie. Elle a reçu le prix « Go Make A Difference », qui soutient la mise en œuvre de projets de développement communautaire, et a participé activement aux manifestations pour les droits des femmes en Namibie.

    Bertha Tobias

    Pourriez-vous raconter comment ont commencé les manifestations #ShutItAllDown contre la VG et comment vous y avez participé ?

    J’ai commencé à m’impliquer dans la lutte contre la VG après l’annonce de la découverte de restes humains dans une ville côtière de Namibie. Les restes étaient soupçonnés être ceux de Shannon Wasserfall, une jeune fille de 20 ans qui avait disparu en avril 2020. Cet incident spécifique a provoqué des réactions massives. La publication du titre de l’article sur le compte Twitter de l’un des principaux médias nationaux a galvanisé de nombreux jeunes à l’action, les a poussés à s’organiser et à descendre dans la rue pour manifester. Elle a donné un caractère d’urgence à la conversation sur la VG et le féminicide en Namibie.

    Le cas de Shannon n’est pas un cas isolé, car des jeunes femmes disparaissent tout le temps en Namibie. Mais lorsque cette affaire a été révélée, elle a relancé la conversation nationale sur la question. Quelqu’un sur Twitter a déclaré à juste titre que quelque chose devait se passer, que quelque chose devait changer, et j’ai répondu à leur commentaire et je me suis impliquée très tôt, car c’est une question qui me tient profondément à cœur, car je suis fermement convaincue que la vie des femmes a une valeur intrinsèque et elle vaut tout autant que celle des hommes.

    Avec d’autres jeunes, nous avons envoyé des courriels, obtenu le soutien nécessaire et nous nous sommes organisés en moins de 24 heures, principalement et surtout par le biais des réseaux sociaux. Nous avons fait un tract qui a été largement diffusé et de nombreuses personnes sont venues manifester. Nous, les jeunes, nous avons pris en main l’initiative et c’est ainsi que tout a commencé : c’était un exemple du pouvoir d’internet et du pouvoir des jeunes.

    Si je me souviens bien, le premier jour de manifestations, un journal a rapporté qu’un peu plus de 800 personnes s’étaient rassemblées, et lors de toutes les manifestations ultérieures, il y avait des centaines de personnes. Des jeunes femmes et des jeunes hommes y ont participé : les manifestations étaient principalement dirigées par des femmes, mais des jeunes hommes étaient présents en nombre considérable. Ce qu’il est important de noter à propos de la démographie des manifestations, c’est que les participants étaient pour la plupart des jeunes. Ce sont des jeunes qui ont participé à des réunions avec des fonctionnaires, rédigé des pétitions et parlé aux médias. Et ce sont les jeunes femmes qui étaient à l’avant-garde, tandis que les jeunes hommes leur ont apporté leur soutien.

    On pense que si les jeunes femmes en Namibie ne peuvent pas aller acheter un carton de lait sans craindre pour leurs vies, alors il y a quelque chose qui ne va pas du tout chez nous en tant que pays. La philosophie de #ShutItAllDown est assez radicale : elle consiste à tout arrêter jusqu’à ce qu’on comprenne ce qui ne fonctionne pas pour les femmes namibiennes en termes de sécurité. Tant qu’on n’aura pas de réponses à cette question, on ne pense pas que ce soit juste, sain ou dans l’intérêt de quiconque de continuer à faire comme si de rien n’était. On ne veut pas que l’activité économique continue comme si de rien n’était alors que les jeunes femmes ne se sentent pas en sécurité.

    En quoi pensez-vous que #ShutItAllDown est différent des manifestations précédentes pour les droits des femmes en Namibie ?

    D’autres manifestations en faveur des droits des femmes ont eu lieu dans le passé. En fait, au début de 2020, on a eu une manifestation pro-choix qui portait spécifiquement sur les droits des femmes en matière de santé sexuelle et reproductive et qui plaidait pour la légalisation de l’avortement et la reconnaissance de l’intégrité et de l’autonomie corporelle des femmes. Selon la loi sur l’avortement et la stérilisation de 1975, l’avortement est illégal en Namibie, sauf en cas d’inceste, de viol ou lorsque la vie de la mère ou de l’enfant est en danger.

    Il y a des mouvements féministes en Namibie qui sont actifs et qui travaillent de façon régulière ; cependant, un fait de la réalité que nous avons dû reconnaître est que de nombreux mouvements féministes sont dirigés par des jeunes qui ont également d’autres obligations, comme des emplois à temps plein. Les organisations de la société civile sont également confrontées à des défis, notamment en termes de ressources et de soutien institutionnel.

    La manifestation précédente, qui a eu lieu au début 2020, a été significative dans le sens où elle a ouvert la voie et posé des bases importantes pour que #ShutItAllDown puisse gagner la confiance collective nécessaire pour pouvoir avancer. Des organisatrices féministes étaient présentes et actives pour amplifier la voix de #ShutItAllDown. Elles ont été très actives dans la diffusion de l’information et ont joué un rôle crucial dans la mobilisation des gens pour venir aux manifestations et les rendre vivantes. Les organisatrices féministes de Namibie font un excellent travail en coulisses, mais leur travail est limité car elles manquent de ressources. Par conséquent, nombre de nos demandes s’adressent au gouvernement et à d'autres institutions qui disposent des ressources nécessaires pour mettre en place les changements que nous recherchons.

    La différence entre #ShutItAllDown et les manifestations précédentes c’est que les jeunes en Namibie participent maintenant de plus en plus aux affaires publiques et s’expriment pour que le gouvernement et d’autres institutions rendent compte de leurs actions et remplissent leurs mandats et obligations envers les citoyens.

    En outre, le mouvement a pu se développer plus ou moins organiquement car les médias sociaux sont de plus en plus utilisés comme un outil pour avoir des conversations et pousser à la responsabilisation. La Namibie a une population assez jeune avec d’énormes capacités numériques. La flexibilité et la capacité d’auto-organisation des jeunes ont fini par nous pousser tous à faire quelque chose.

    Quelles étaient les exigences de #ShutItAllDown, et quelle réponse avez-vous obtenue ?

    La principale demande que nous adressions au gouvernement namibien était la déclaration de l’état d'urgence en ce qui concerne le féminicide et la violence sexuelle et de genre (VSG), simplement parce que nous pensions que le problème auquel nous étions confrontés justifiait ce genre d’action. Nous voulions faire passer le message que le féminicide est une crise de dimension nationale et qu’au-delà de la pandémie de la COVID-19, les femmes toujours, chaque jour, craignent pour leur vie. Nous avons également exigé une consultation immédiate avec des experts en matière de violence sexuelle et que le ministère de la justice mette en place un registre des délinquants sexuels et des tribunaux pour les crimes sexuels.

    Plusieurs demandes portaient sur le renforcement des méthodes existantes pour mettre fin à la VSG. De nouvelles demandes ont également été adressées à divers ministères et d’autres parties prenantes, telles que la mise en place de patrouilles de voisinage 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, de services virtuels et à distance de lutte contre la violence sexuelle, et de programmes scolaires et universitaires visant à sensibiliser les jeunes à ce problème.

    Notre pétition reconnaît que la VSG existe à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du foyer. Mais nous comprenons qu’il est plus difficile de mettre fin à la violence au sein du foyer en raison des années ou des décennies de travail de base nécessaires pour inverser la normalisation de la VSG. Il se peut que nous ne soyons pas en vie pour voir les fruits de cet effort en raison du temps qu’il faut pour transformer une société et sa culture, pour interroger et briser collectivement les principes traditionnels dans lesquels les normes abusives sont ancrées.

    Malheureusement, on n’a pas obtenu la déclaration de l’état d’urgence qu’on demandait. Mais d’autres demandes, telles que le renforcement de la sécurité par des patrouilles, la modification du programme d’enseignement et la création de groupes de travail ou de comités pour intensifier les efforts visant à endiguer la VSG, ont reçu un accueil favorable. Une autre demande importante qui a reçu une réponse positive a été la formation des officiers de police pour qu’ils soient plus sympathiques et empathiques dans le traitement des cas et la réception des plaintes de VSG. On sait que l’accueil que les survivantes d’abus reçoivent dans les commissariats de police et le manque d’attention et d’urgence avec lequel leurs cas sont traités sont parmi les principales raisons pour lesquelles de nombreuses femmes ne dénoncent pas la VG.

    Le mouvement #ShutItAllDown a-t-il mis en lumière d’autres questions pertinentes ?

    Oui, les activistes LGBTQI+ et les membres de ce collectif ont joué un rôle de premier plan dans la mobilisation des gens pour protester et ont amplifié les voix du mouvement #ShutItAllDown. Pour moi, il a été important de voir des femmes queer et d’autres personnes LGBTQI+ qui luttent pour naviguer dans une société violemment homophobe et transphobe protester et souligner l’importance de l’intersectionnalité et de la défense collective. Out-Right Namibia, l’une des principales organisations de défense des droits humains LGBTQI+ de Namibie, a mis à profit sa position pour pousser #ShutItAllDown et créer un réseau solide et bien connecté pour défendre nos droits collectifs en tant que femmes noires et/ou queer.

    Les manifestations de #ShutItAllDown ont également mis en lumière l’illégalité de l’avortement en Namibie et plus généralement la précarité de notre droit à la santé reproductive. C’est dans ce contexte qu’on a intensifié nos conversations sur la question des droits des femmes en matière de santé reproductive. Celles-ci sont quelques-unes des questions essentielles que #ShutItAllDown a mises en lumière, soulignant combien de choses il reste à faire pour que les droits de toutes les femmes soient reconnus et respectés.

    Y a-t-il de l’espace pour l’activisme intergénérationnel au sein du mouvement #ShutItAllDown ?

    L’activisme intergénérationnel s’est révélé comme un terrain intéressant, notamment en raison de la nature ardente et passionnée de la jeunesse. L’impact de l’activisme incarné par les manifestations de #ShutItAllDown était en grande partie basé sur la création de perturbations et d’un malaise général pour inciter les gens, même les plus indifférents, à agir. Je crois que la perturbation engage des conversations importantes. Nous espérons que nos actions amèneront ceux qui ne sont pas familiers avec ce que nous faisons à se demander pourquoi nous nous soucions de la sécurité des femmes au point d’aller nous asseoir au milieu de la rue ou de bloquer et faire fermer un centre commercial, et à essayer de comprendre ce qui se passe et ce que nous faisons. Ces questions lanceraient une conversation et alimenteraient d’importants débats sur un mal national urgent qui coûte la vie à de nombreuses femmes.

    Mais beaucoup d’adultes ont tendance à remettre en question les tactiques perturbatrices utilisées par les jeunes. Une autre limite qu’on a rencontrée, c’est que les tactiques de perturbation impliquent une prise de risque personnelle. Les jeunes ont beaucoup moins d’enjeux en termes d’employabilité et de perte de respectabilité. De nombreuses personnes plus âgées sont d’accord avec les causes qui nous mobilisent, mais elles ne prennent généralement pas le risque de prendre notre parti, ou du moins elles ne le font pas explicitement. Il y a des facteurs politiques et pratiques qui limitent même la mesure dans laquelle elles peuvent exprimer publiquement leur soutien.

    Comment voyez-vous l’avenir de #ShutItAllDown ?

    L’avantage des mouvements organiques et spontanés, ainsi que des mouvements qui n’ont pas de leader, c’est que n’importe qui peut se réveiller un jour et décider de lancer #ShutItAllDown dans sa propre localité, parce que le mouvement n’a pas de leader unique ou de visage visible. Depuis octobre 2020, on n’a pas eu de nouvelles manifestations, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas d’autres dans l’avenir. La VS est un problème permanent et malheureusement, à tout moment et en tout lieu, un cas nouveau peut se présenter qui relance les manifestations.

    L’espace civique en Namibie est classé « rétréci » par leCIVICUS Monitor.
    Suivez@BerthaJTobias sur Twitter etbertha_tobias sur Instagram. 

     

  • OUGANDA : « Personne ne peut gagner les élections sans le vote des jeunes »

    CIVICUS s'entretient avec Mohammed Ndifuna, directeur exécutif de Justice Access Point-Uganda (JAP). Établi en 2018, le JAP cherche à faire avancer, encourager et renforcer la lutte pour la justice dans le contexte du processus de justice transitionnelle bloqué en Ouganda, des difficultés du pays à mettre en œuvre les recommandations de ses premier et deuxième examens périodiques universels au Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, et face à la réaction de certains États africains contre la Cour pénale internationale.

    Mohammed est un défenseur des droits humains et un travailleur de la paix expérimenté et passionné, avec plus de 15 ans d'activisme des droits humains et de prévention des atrocités aux niveaux local, national et international. En 2014, il a reçu le Prix des droits de l’Homme de l'Union européenne pour l'Ouganda ; Il a siégé au comité directeur de la Coalition for the Criminal Court (2007-2018) et au conseil consultatif du Human Rights House Network à Oslo (2007-2012). Il siège actuellement au comité de gestion du Comité national ougandais pour la prévention du génocide et des atrocités de masse.

    Mohammed Ndifuna

    Quel est l'état de l'espace civique en Ouganda à l'approche des élections tant attendues en 2021 ?

    L'espace civique en Ouganda peut être caractérisé comme un espace harcelé, étouffé et pillé. La société civile semble être sur une sorte de pente glissante alors que les choses tournent de mal en pis. Par exemple, les organisations de la société civile (OSC) ont subi une vague d'attaques effrontées contre leur espace physique qui ont pris la forme d'effractions dans leurs bureaux en plein jour. Pendant ce temps, les attaques contre les OSC en général, et en particulier celles qui défendent les droits humains et encouragent la responsabilité, se sont poursuivies. Ces dernières années, un certain nombre de mesures législatives et administratives ont été adoptées à l'encontre des OSC et d'autres secteurs, comme la loi sur la gestion de l'ordre public (2012) et la loi sur les ONG (2016).

    Face aux élections générales et présidentielles, qui se tiendront le 14 janvier 2021, le ministre de l'Intérieur a établi que toutes les OSC doivent passer par un processus obligatoire de validation et de vérification pour pouvoir fonctionner. De nombreuses OSC n'ont pas été en mesure d'achever le processus. De ce fait, au 19 octobre 2020, seulement 2 257 OSC avaient terminé avec succès le processus de vérification et de validation, et celles-ci ne comprenaient que quelques OSC qui plaident en faveur des questions de gouvernance.

    Les OSC ougandaises sont fortement dépendantes des donateurs et étaient déjà aux prises avec des ressources financières réduites, ce qui a fortement affecté la portée de leur travail. Cette situation a été exacerbée par l'épidémie de COVID-19 et les mesures de verrouillage prises en réponse, qui ont sapé les efforts de mobilisation des ressources des OSC. Ainsi, la combinaison de ces trois forces - harcèlement, restrictions et accès limité au financement - a affaibli les OSC, obligeant la plupart à concentrer leurs efforts sur leur propre survie.

    Il semblerait que les enjeux des élections de 2021 soient bien plus importants que les années précédentes. Qu'est ce qui a changé ?

    La situation a commencé à changer en juillet 2019, lorsque Robert Kyagulanyi, mieux connu sous son nom de scène, Bobi Wine, a annoncé qu'il se présenterait à la présidence en tant que candidat à la plate-forme de l'opposition nationale pour l'unité. Bobi Wine est un chanteur, acteur, activiste et politicien. En tant que leader du mouvement du Pouvoir Populaire, Notre Pouvoir, il a été élu législateur en 2017.

    L'attention que Bobi reçoit des jeunes est énorme et il faut tenir compte du fait que plus de 75% de la population ougandaise a moins de 30 ans. Cela fait des jeunes un groupe qu'il est essentiel d'attirer. Aucun candidat ne peut remporter les élections ougandaises s'il ne recueille pas la majorité des voix des jeunes. Lors de la prochaine course présidentielle, Bobi Wine semble être le candidat le plus capable d'attirer ces votes. Bien qu'il n'ait pas beaucoup d'expérience en tant que politicien, Bobi est une personnalité très charismatique et a réussi à attirer non seulement des jeunes mais aussi de nombreux politiciens des partis traditionnels dans son mouvement de masse.

    Longtemps connu comme le « président du ghetto », Bobi Wine a utilisé son appel en tant que star de la musique populaire pour produire des chansons politiques et mobiliser les gens. Ses racines dans le ghetto l'ont également rendu plus attractif dans les zones urbaines. On pense que cela a motivé de nombreux jeunes à s'inscrire pour voter, il est donc possible que l'apathie des jeunes électeurs diminue par rapport aux élections précédentes.

    Face à la lutte acharnée actuelle pour les votes des jeunes, il n'est pas étonnant que l'appareil de sécurité se soit violemment attaqué aux jeunes, dans une tentative évidente de contenir la pression qu'ils exercent. De nombreux activistes politiques liés au Pouvoir Populaire ont été harcelés et, dans certains cas, tués. Plusieurs dirigeants politiques du Pouvoir Populaire ont été détenus intermittemment et poursuivis devant les tribunaux, ou auraient été enlevés et torturés dans des lieux clandestins. Dans une tentative évidente d'attirer les jeunes du ghetto, le président Yoweri Museveni a nommé trois personnes du ghetto comme conseillers présidentiels. Cela ouvre la possibilité que les gangs du ghetto et la violence jouent un rôle dans les prochaines élections présidentielles. 

     

    Lors des élections précédentes, la liberté d'expression et l'utilisation d'Internet ont été restreintes. Peut-on s’attendre à voir des tendances similaires cette fois ?

    Nous les voyons déjà. La préoccupation concernant la restriction de la liberté d'expression et d'information est valable non seulement rétrospectivement, mais aussi en raison de plusieurs événements récents. Par exemple, le 7 septembre 2020, la Commission ougandaise des communications (CCU) a publié un avis public indiquant que toute personne souhaitant publier des informations sur Internet doit demander et obtenir une licence de la CCU avant le 5 octobre 2020. Cela affectera principalement les internautes, tels que les blogueurs, qui sont payés pour le contenu qu'ils publient. De toute évidence, cela tente de supprimer les activités politiques des jeunes sur Internet. Et c'est aussi particulièrement inquiétant car, étant donné que les réunions et assemblées publiques sont limitées en raison des mesures de prévention de la COVID-19, les médias numériques seront la seule méthode autorisée de campagne pour les élections de 2021.

    La surveillance électronique a également augmenté, et la possibilité d'un arrêt des plateformes de médias sociaux à la veille des élections n'est pas écartée.

    Comment la pandémie de COVID-19 a-t-elle affecté la société civile et sa capacité à répondre aux restrictions d'espace civique ?

    La pandémie de COVID-19 et les mesures prises en réponse ont exacerbé l'état déjà précaire des OSC. Par exemple, la capacité de la société civile d'organiser des rassemblements publics et des manifestations pacifiques en faveur des droits et libertés fondamentaux, ou de protester contre leur violation, a été limitée par la manière dont les procédures opérationnelles standard (POS) ont été appliquées pour faire face à la COVID-19. Cela a entraîné des violations et des attaques contre l'espace civique. Par exemple, le 17 octobre 2020, les forces de police ougandaises et les unités de défense locales ont effectué une effraction conjointe lors d'une réunion de prière de Thanksgiving qui se tenait dans le district de Mityana et ont gazé gratuitement la congrégation, qui comprenait des enfants, des femmes, des hommes, des personnes âgées et des chefs religieux ; la raison alléguée était que les personnes rassemblées avaient désobéi aux POS pour la COVID-19.

    Dès que la mise en œuvre des POS pour la COVID-19 entre en contact avec la pression électorale, il est possible que la répression des libertés de réunion pacifique et d'association s'aggrave. Malheureusement, les OSC sont déjà fortement restreintes.

    Comment la société civile internationale peut-elle aider la société civile ougandaise ?

    La situation de la société civile ougandaise est telle qu’elle nécessite l’appui et la réponse urgents de la communauté internationale. Vous devez prêter attention à ce qui se passe en Ouganda et vous exprimer d'une manière qui amplifie les voix d'une société civile locale de plus en plus étouffée. Plus spécifiquement, les OSC ougandaises devraient être soutenues afin qu'elles puissent mieux répondre aux violations flagrantes des libertés, atténuer les risques impliqués dans leur travail et améliorer leur résilience dans le contexte actuel.

    L'espace civique en Ouganda est classé comme « répressif » par leCIVICUS Monitor.
    Contactez Justice Access Point via leursite Web ou leur pageFacebook, et suivez@JusticessP sur Twitter.