2010 ? Optimisme ou pessimisme ?

Les pages qui suivent donnent à voir une série de réussites clé pour CIVICUS
en 2010. Je suis heureuse et même un peu surprise que tout cela ait été rendu
possible, malgré les contraintes financières et les défis grandissants. CIVICUS,
tout comme la plupart des organisations de la société civile, traverse une
tempête : coupes du financement, principalement dans les domaines qui ne
sont pas aisément quantifiables ; développement des menaces et des défis
auxquels nous devons répondre ; vague grandissante d’actions hostiles à la
société civile et ce même dans ces pays que l’on qualifiait de progressistes et
enfin un statu quo dans la gouvernance mondiale qui limite les progrès réels
dans les  enjeux essentiels auxquels l’humanité et la planète sont confrontées.

Les espoirs créés par deux événements majeurs de l’année – la revue
décennale des Objectifs du Millénaire pour le développement à New York et la
16ème Conférence des Parties de l’UNFCC (COP 16) à Cancun - ont été déçus
par la fragilité du soi-disant rétablissement économique, les crises dans la zone
Euro, la crise financière des économies développées et l’expérience de la COP 15 à Copenhague en 2009.
Dans ce contexte, il a été facile de qualifier ces deux sommets de succès. Chacun a, de fait, encore pavé
la route de promesses et d’engagements et les États ont également manifesté leur volonté de continuer
à discuter dans un contexte multilatéral. Moins évidents cependant sont les mécanismes mis en place
pour s’assurer que ces promesses ne rejoignent le triste destin de toutes les promesses non tenues
depuis les 40 dernières années.

Peu d’optimisme s’est également dégagé des réunions du G20 au Canada et en Corée du Sud ; le
premier assombri par un coup de force sécuritaire sur les manifestants ; le second embourbé dans les
tensions liées aux taux de change. Les deux événements ont été marqués par leur étanchéité à toute
participation significative de la société civile et une intolérance croissante à toute dissension au sein des
démocraties établies autant qu’émergentes. Tout comme les réunions annuelles de la Banque mondiale
et du FMI, les sommets du G20 ont renvoyé à 2011 plusieurs questions importantes, telles que la Taxe
sur les Transactions Financières.

Au même moment, pour les citoyens ordinaires sur tous les continents, le fossé existant entre les États
et les Peuples s’accroit à mesure que les électeurs, les contribuables, les étudiants, les travailleurs, les
minorités et les femmes se trouvent au mieux ignorés et au pire violemment réduits au silence. La colère
provenant de l’injustice manifeste de la privatisation des profits, des reculs sociaux, du développement
des disparités et un manque flagrant de reddition démocratique des comptes trouve son expression
dans les protestations contre les lois sur les retraites, les augmentations de cotisations, la corruption, la
montée des prix, les résultats des élections ou encore les déplacements. Plus grave et perturbant est
lorsque ces protestations prennent la forme de tribalismes ravivés visant les minorités ethniques,
religieuses et sexuelles, les immigrants et les peuples indigènes.

Si le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a réaffirmé le droit à la liberté d’association – une
initiative pour laquelle CIVICUS est fière d’avoir joué un rôle significatif - des dizaines de gouvernements
sur tous les continents ont imposé de nouvelles contraintes législatives et financières à la société civile.
De plus, des journalistes et des activistes des droits humains, de la démocratie, de la liberté, de la
transparence et de la responsabilisation ont fait l’objet de mesures extrajudiciaires telles qu’agressions
physiques, intimidations, détentions illégales, rapts, disparitions et assassinats. Tous les rapports
mondiaux sur la liberté, la gouvernance et la démocratie, dont la Réponse au Crises (« Crisis Response »)
et le Système d’Alerte Précoce de CIVICUS témoignent d’un déclin continu des libertés. Aucun sujet n’a
reçu plus d’attention et de soutien lors de l’Assemblée Mondiale de CIVICUS l’année dernière.

La joie qui a accompagné la libération de Aung San Suu Kyi a été vite noyée par la persécution dont sont
l’objet Wikileaks et son fondateur Julien Assange et par l’absence de Lu Xiaobo et de sa famille lors de la
cérémonie de remise du Prix Nobel de la Paix. Les contradictions entre les discours et les pratiques de
ceux qui prêchent la liberté d’expression n’auraient pas pu être plus flagrantes. Nous avions été témoins
de cas de torture, de déni de justice, d’atteintes illégales à la vie privée et d’autres violations des libertés
civiles qui ont marqué la soi-disant guerre contre le terrorisme. Et avec la dilution de positions éthiques
commandées par les exigences de pragmatisme économique de l’ordre géopolitique émergent, ces
nouvelles érosions de la liberté par ceux qui s’affirment être défenseurs de la liberté offrent de fait
encouragement et impunité aux régimes répressifs.

Aussi évidents ont été le pouvoir des nouveaux médias de rendre transparentes les machinations
opaques de ceux qui détiennent le pouvoir et l’utilisation de ces technologies par les entreprises pour
infléchir la pression de leurs gouvernements respectifs. La déclaration de Warren Buffet selon laquelle
la récession économique avait révélé la fragilité de nombre d’entreprises pourrait être maintenant
appliquée aux gouvernements et à leurs engagements en faveur des valeurs de la liberté et des droits
humains.

Il aura été difficile, tout au long de 2010, de résister au pessimisme et de s’attacher aux victoires et aux
gains collectifs. Morosité et crise, après tout, ne conduisent qu’à l’apathie et au scepticisme. Mais les
choses auraient pu être bien pires sans le courage, la détermination, la conviction, l’engagement et la
solidarité dont a fait preuve la société civile sous toutes ses formes. Elle a résisté aux assauts dont elle a
fait l’objet et elle a défendu la justice et de réelles réformes, notamment dans le domaine de la
gouvernance – politique autant que entrepreneuriale-au niveau national comme au niveau
international.

Si notre objectif commun est de promouvoir les droits des gens à vivre dans la dignité, à l’abri du besoin
et de la peur, et à déterminer leur propre futur, et ceci pour tous nos semblables, habitants de cette
planète que nous appelons notre maison, deux succès significatifs de l’année dernière auront
probablement été la conversion des experts à des solutions qu’ils auraient qualifié d’utopiques et écarté
il y a quelques années seulement, et la participation de citoyens qui avaient jusqu’à présent été absents
du débat.

Il me semble que la reconnaissance de la gravité des menaces qui pèsent sur nous dans tous les
domaines – justice économique, liberté politique, cohésion sociale et durabilité environnementale -,
contribuera à une prise de décision et à la volonté de redéfinir radicalement les stratégies pour les
affronter collectivement. Le nombre croissant de citoyens dans tous les pays qui reconnaissent
l’injustice de l’ordre politique et économique, les petites et grandes victoires de 2010 et les opportunités
qu’elles représentent pour une action commune en 2011 et au-delà, constituent un excellent point de
départ.

La détermination, au-delà de l’optimisme et du pessimisme, aura sans doute été le trait marquant
de l’année 2010.


Avec gratitude pour votre soutien en 2010 et avec la promesse d’un courage, d’une résolution et d’un
engagement continus de tous à CIVICUS en 2011,

En toute solidarité
Ingrid Srinath
Accueil   |   Message de la Secretaire Generale   |   Message du Prsident du Conseil d'Administration   |   CIVICUS : Les fondamentaux   |   En pratique : les objectifs stratgiques de CIVICUS
La societe civile et le dveloppement des connaissances
  |  La societe civile et son espace   |   La societe civile et l'obligation de rendre des comptes   |   La societe civile et son efficacite
Rassembler la societe civile   |   L'Assemblee mondiale de CIVICUS   |   Les membres de CIVICUS   |   Le Groupe d'Affinite des Associations Nationales  |  Le developpement organisationnel
CIVICUS et l'obligation de rendre des comptes
   |   Etats financier   |   Merci!   |   L'equipe de CIVICUS en 2010   |   Le Conseil des Directeurs de CIVICUS   |   Rejoignez CIVICUS

Website by
O'Brien Design