Né réfugié, je rêve d'un endroit qui s'appelle chez moi

A l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, réflexions personnelles d'un jeune Palestinien de la bande de Gaza.

Par Mohammed Eid

Je suis un réfugié, né dans une famille de réfugiés. Ce statut m'a été accordé le jour où je suis venu au monde. Je n'étais pas au courant de ce qui s'était passé avant. Je n'ai mené aucune bataille, je n'ai menacé personne. Je n'ai même pas choisi ma propre race ou ethnie. Je suis venu dans ce monde et ai découvert que j'étais une personne déplacée.

Être un réfugié signifie que je suis un étranger partout sur cette planète. Certains me voient comme un fardeau pour les habitants du pays d'accueil. Je bois leur eau, je mange leur nourriture et je respire leur air. Jour après jour, leurs ressources sont de moins en moins importantes à cause de moi, l'étranger venu de l'extérieur. Cela explique peut-être pourquoi je n'ai jamais eu accès à l'éducation ou aux soins de santé, et pourquoi je n'aurai jamais accès au travail dans l'avenir.

N'étant pas accueillie à un endroit, ma famille a décidé de se rendre ailleurs. Une expulsion après l'autre, une déportation après l'autre, nous avons parcouru la planète à la recherche d'un endroit à revendiquer. Nous n'en avons trouvé aucun. Très souvent, j'avais l'impression que nous étions sur la mauvaise planète, mais c'est la seule. Nous avons décidé de retourner à l'endroit que nous appelions autrefois notre maison, nous avons été arrêtés devant un mur construit par l'homme appelé frontière et envoyés dans un camp de réfugiés. On nous a dit que c'était une solution temporaire, mais nous avons appris que les solutions temporaires peuvent souvent durer éternellement.

L'endroit était bondé. Les gens avaient été obligés à ne prendre qu'un cinquième de ce qui leur appartenait autrefois. Nous étions constamment menacés, bombardés, déplacés et même tués. Nous nous sentions anxieux et effrayés, mais nous ne pouvions aller nulle part. J'ai été reclassé de réfugié à personne déplacée à l'intérieur du pays. Peu de changement - juste des mots différents pour décrire la même souffrance et la même douleur. En tant que personnes déplacées à l'intérieur de notre propre pays, nous avons reçu un colis alimentaire mensuel d'un organisme des Nations Unies. Cela nous a permis de survivre, grâce aux donateurs qui ont partagé leur argent et leur nourriture avec nous. Mes souvenirs d'enfance ? Rester debout pendant des heures dans les files d'attente pour le ravitaillement, se déplacer d'un refuge à l'autre, enterrer des êtres chers et lutter contre la maladie et les problèmes de santé.

Pour moi, la vie n'a jamais été stable. Pourtant, j'ai toujours rêvé d'un endroit qui s'appelle chez moi. J'ai souvent été près des murs qui nous gardent à l'intérieur des camps et j'ai jeté un coup d'œil à travers les trous qui s'y trouvaient. Ce que mes yeux ont vu, c'est un autre monde. J'ai vu des espaces ouverts et des champs, j'ai senti la brise fraîche sur mon visage. Je m'imaginais à la maison - dans un endroit où j'appartenais à la terre, au ciel, aux rochers, au sable, aux arbres, aux collines et à la brise. Un endroit où je serais accueilli en tant qu'être humain. Pour moi, la maison n'est rien d'autre.

Aujourd'hui, le monde célèbre la Journée mondiale des réfugiés. En ce jour, nous ne célébrons pas. On nous rappelle qu'il n'y a pas de place pour nous dans ce monde. Nous nous souvenons juste de l'échec moral de notre race humaine. En cette Journée mondiale des réfugiés, je ne ferai qu'un seul vœu : que tous ceux qui, dans le monde entier, ont été chassés de chez eux et aspirent à rentrer chez eux, ne soient plus des réfugiés.