Les femmes défenseures des droits humains font face à des risques accrus en raison de leur sexe

Par Masana Ndinga-Kanga

Masana Ndinga-Kanga est responsable du Fonds d'Intervention en Cas de Crise pour CIVICUS, l'alliance mondiale de la société civile.

 

JOHANNESBURG, 16 mai 2019 (IPS) - Le nom Ihsan Al Fagiri vous dit quelque chose ? Et Heba Omer ou Adeela Al Zaebaq ?

Il est probable que ces noms, parmi d'innombrables autres, ne soient pas connus du lecteur moyen. Mais leur travail infatigable et dangereux a cependant fait la une des journaux alors que les protestations ont conduit à un changement politique historique au Soudan.

Pour les communautés de femmes protestataires au Soudan, ces noms représentent les vaillants efforts déployés pour défier l'autoritarisme du régime d'Omar Al Bashir.

Les efforts soutenus de ces femmes incluent une mobilisation de masse, appelant les gens à descendre dans les rues du Soudan via le "Zagrouda" (le chant des femmes) en réponse à l'augmentation du coût de la vie dans le contexte de la pire crise économique que le pays ait connue.

Ces appels de ralliement de #SudanUprising, ont été lancés par des femmes soudanaises enseignantes, mères au foyer, médecins, étudiantes et avocates. Pourtant, lorsque le président Al Bashir a démissionné le 11 avril, les noms des femmes qui ont été à l'origine de ce changement politique faisaient largement défaut dans les journaux.

Cet oubli n'est pas rare. Les femmes défenseures des droits humains (WHRDs) sont souvent oubliées ou calomniées dans le but de les intimider, pour qu'elles cessent de travailler dans le domaine des droits humains. En Égypte, au Guatemala, en Arabie saoudite, en Ouganda ou aux Philippines, on les appelle souvent des agents au service d’intérêts internationaux.

Au Kenya, aux États-Unis et en Afrique du Sud, leur sexualité est remise en question et elles sont harcelées en ligne. En Chine et aux Émirats Arabes Unis, elles sont détenues pour avoir signalé ou souligné des niveaux endémiques de harcèlement. Et pourtant, elles refusent d'être réduites au silence.

Ces femmes ne sont pas les seules à être à l'interface du maintien de la justice dans les domaines de la santé sexuelle et reproductive, des droits environnementaux, de la responsabilité économique et des conflits.

Malgré les restrictions qui leur sont imposées, les défenseures des droits humains ont fait campagne avec audace face à une opposition croissante : #MeToo #MenAreTrash, #FreeSaudiWomen, #NiUnaMenos, #NotYourAsianSideKick, #SudanUprising et #AbortoLegalYa ne sont que quelques campagnes sociales qui représentent d'innombrables femmes face au changement systémique pour l'égalité et la justice. De plus en plus de défenseures des droits humains dans le monde travaillent ensemble pour combattre les injustices structurelles et promouvoir la réalisation des droits humains et des libertés fondamentales.

Mais il y a une absence flagrante de connaissances sur leur travail. Les reportages des médias sur le travail courageux des femmes défenseures ont tendance à se concentrer davantage sur les défis auxquels elles sont confrontées. La prise de conscience de leurs restrictions est essentielle pour faire pression en faveur de la justice, mais il est tout aussi important de connaître le travail qu'elles accomplissent pour défendre les droits des femmes dans le monde entier.

Les défenseures des droits humains défient les risques d'ostracisme et d'agression de la part de leurs proches, des membres de la communauté et de l'État, afin de faire prévaloir la justice sociale. Le fait de ne les reconnaître que pour ces restrictions contribue encore davantage à l'effacement qu'elles subissent quotidiennement de la part de l'État et des autres.

Une façon dont le discours sur les défenseures des droits humains peut changer est de se concentrer sur le rôle crucial qu'elles jouent pour faire avancer un programme progressif de changement pour tous.

En Irlande, l'année dernière, des militants travaillant dans le domaine de la santé et des droits sexuels et génésiques ont remporté une victoire écrasante lors d'un référendum où deux tiers des électeurs ont choisi de légaliser l'avortement, après de nombreuses années de campagne pro-choix.

Dans le royaume d'Afrique australe d'eSwatini, anciennement connu sous le nom de Swaziland, la toute première marche de la Fierté a eu lieu l'année dernière pour défendre les droits des LGBTQI. Les groupes LGBTQI aux Fidji ont également obtenu le même résultat cette année-là - l'événement inaugural de la Pride, une victoire de la liberté de réunion pour les militants LGBTQI à travers le monde.

Le pouvoir de l'action collective s'est également manifesté en janvier lorsque cinq millions de femmes ont formé une chaîne humaine à travers l'État du Kerala, au sud de l'Inde. Cette manifestation massive a été organisée en réponse aux violences faites aux femmes qui tentaient d'entrer dans le temple Sabarimala du Kerala, un important lieu de pèlerinage hindou.

En Iran, un petit mouvement de femmes contestant la règle obligatoire qui oblige les femmes à couvrir entièrement leurs cheveux s'est développé. Pendant son séjour en Colombie, la militante Francia Marquez a organisé une marche de 10 jours de quelque 80 femmes pour protester contre l'exploitation minière illégale sur leurs terres ancestrales dans l'est du pays.

Cet activisme est souvent un travail ingrat et dangereux. En effet, 2017 a été l'année la plus meurtrière jamais enregistrée pour les femmes défenseures des droits de l'environnement, avec 200 militantes de l'environnement assassinées.

Les défenseures des droits humains risquent de plus en plus d'être harcelées non seulement par les acteurs étatiques, mais aussi par les entreprises multinationales, leurs communautés et, dans certains cas, leurs propres familles. Les cadres politiques internationaux ont essayé de faire face à la dure répression des Etats sur les défenseures des droits humains en matière d'environnement.

En septembre dernier, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a lancé la Coalition pour tous afin d'intégrer les droits humains et l'égalité des sexes dans tous les principaux accords multilatéraux sur l'environnement, y compris l'Accord de Paris en vertu de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

La Coalition est une étape importante dans la mise en évidence de la manière dont le changement climatique affecte de manière disproportionnée les défenseures des droits humains, et reconnaît également le rôle des communautés locales et indigènes de femmes dans la réalisation de la protection environnementale.

Ces avancées politiques sont la première étape dans la création d'un environnement favorable pour les défenseures des droits humains qui travaillent dans des zones reculées sur les terres, les droits des indigènes et la justice climatique. On les qualifie souvent d'"anti-développement" pour appeler à un changement responsable et transparent.

En Afrique du Sud et au Honduras, les progrès des militantes pour l'environnement ont été une certaine reconnaissance internationale de leur travail, mais à un coût élevé : pour certaines, ces coûts incluent parfois le prix de leur vie. Depuis 2001, 47 défenseures des droits humains ont été tuées aux Philippines pour avoir tenté de documenter des violations de l'environnement.

Afin de prendre au sérieux le travail des femmes défenseures des droits humains, les mécanismes de protection doivent commencer à s'adapter pour répondre à leurs besoins spécifiques en tant que femmes. Ils doivent être sensibles à d'autres dimensions qui affectent les défenseures des droits humains telles que l'orientation sexuelle, le sexe, la race, la classe sociale et le statut autochtone. Un soutien institutionnel et politique adéquat doit s'appuyer sur un féminisme intersectoriel, consultatif et adapté.

Qu'est-ce qui créera un environnement politique plus favorable pour les militantes ? Cette réponse devrait inclure la dépénalisation des droits sexuels et reproductifs, par exemple, et la suppression des restrictions sur l'enregistrement des associations soutenant les défenseures des droits humains.

Les gouvernements devraient également mener des programmes de formation et de sensibilisation à l'intention des forces de l'ordre, des membres de l'appareil judiciaire et du personnel des institutions nationales de défense des droits humains sur les défis auxquels sont confrontées les défenseures des droits humains, et élaborer un plan d'action national pour la protection de ces dernières.

A ce jour, les ressources n'atteignent pas les défenseures des droits humains dans les zones reculées et en première ligne, et non pas parce qu'elles n'en font pas la demande ! Il est essentiel de disposer de ressources tenant compte des spécificités du sexe pour combler cette lacune.

Ces suggestions s'inscrivent dans le cadre d'un besoin plus large de changement systémique, mais soulignent la nécessité d'un activisme mondial cohérent pour soutenir les femmes défenseures des droits humains à tout moment – si possible avant l'apparition des crises.

La victoire des femmes soudanaises et la fin de la dictature qui s'en est suivie cette année devraient nous faire réfléchir en particulier sur les femmes qui traversent des épreuves de répression et s'exposent à tous les risques dans le simple but de revendiquer des droits fondamentaux.