Démocratie au Niger : il reste beaucoup à faire

par David Kode, Responsable du plaidoyer et des campagnes pour Civicus et Samira Sabou, Journaliste et consultante nigérienne

Si le président Mahamadou Issoufou a franchi un grand pas en renonçant à se représenter au terme de son mandat, cela ne suffit pas à faire du Niger une démocratie exemplaire.

 

La pandémie de COVID-19 ne donne aucune raison d’entraver la démocratie

Par Andrew Firmin, éditeur en chef de CIVICUS

À l’occasion de la Journée internationale de la démocratie, il est temps de dire que des élections peuvent effectivement se tenir en temps de pandémie. Les élections ne sont, bien entendu, pas la seule composante de la démocratie, qui doit également inclure la capacité d’exprimer ses désaccords, de prendre part à l’opposition et de demander des comptes aux personnes au pouvoir ; mais les élections sont une pierre angulaire vitale de la démocratie, et les pays qui ne tiennent pas des élections libres et régulières ne peuvent être considérés comme démocratiques.

Lire l'article complete sur Equal Times

 

Né réfugié, je rêve d'un endroit qui s'appelle chez moi

A l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, réflexions personnelles d'un jeune Palestinien de la bande de Gaza.

Par Mohammed Eid

Je suis un réfugié, né dans une famille de réfugiés. Ce statut m'a été accordé le jour où je suis venu au monde. Je n'étais pas au courant de ce qui s'était passé avant. Je n'ai mené aucune bataille, je n'ai menacé personne. Je n'ai même pas choisi ma propre race ou ethnie. Je suis venu dans ce monde et ai découvert que j'étais une personne déplacée.

Être un réfugié signifie que je suis un étranger partout sur cette planète. Certains me voient comme un fardeau pour les habitants du pays d'accueil. Je bois leur eau, je mange leur nourriture et je respire leur air. Jour après jour, leurs ressources sont de moins en moins importantes à cause de moi, l'étranger venu de l'extérieur. Cela explique peut-être pourquoi je n'ai jamais eu accès à l'éducation ou aux soins de santé, et pourquoi je n'aurai jamais accès au travail dans l'avenir.

N'étant pas accueillie à un endroit, ma famille a décidé de se rendre ailleurs. Une expulsion après l'autre, une déportation après l'autre, nous avons parcouru la planète à la recherche d'un endroit à revendiquer. Nous n'en avons trouvé aucun. Très souvent, j'avais l'impression que nous étions sur la mauvaise planète, mais c'est la seule. Nous avons décidé de retourner à l'endroit que nous appelions autrefois notre maison, nous avons été arrêtés devant un mur construit par l'homme appelé frontière et envoyés dans un camp de réfugiés. On nous a dit que c'était une solution temporaire, mais nous avons appris que les solutions temporaires peuvent souvent durer éternellement.

L'endroit était bondé. Les gens avaient été obligés à ne prendre qu'un cinquième de ce qui leur appartenait autrefois. Nous étions constamment menacés, bombardés, déplacés et même tués. Nous nous sentions anxieux et effrayés, mais nous ne pouvions aller nulle part. J'ai été reclassé de réfugié à personne déplacée à l'intérieur du pays. Peu de changement - juste des mots différents pour décrire la même souffrance et la même douleur. En tant que personnes déplacées à l'intérieur de notre propre pays, nous avons reçu un colis alimentaire mensuel d'un organisme des Nations Unies. Cela nous a permis de survivre, grâce aux donateurs qui ont partagé leur argent et leur nourriture avec nous. Mes souvenirs d'enfance ? Rester debout pendant des heures dans les files d'attente pour le ravitaillement, se déplacer d'un refuge à l'autre, enterrer des êtres chers et lutter contre la maladie et les problèmes de santé.

Pour moi, la vie n'a jamais été stable. Pourtant, j'ai toujours rêvé d'un endroit qui s'appelle chez moi. J'ai souvent été près des murs qui nous gardent à l'intérieur des camps et j'ai jeté un coup d'œil à travers les trous qui s'y trouvaient. Ce que mes yeux ont vu, c'est un autre monde. J'ai vu des espaces ouverts et des champs, j'ai senti la brise fraîche sur mon visage. Je m'imaginais à la maison - dans un endroit où j'appartenais à la terre, au ciel, aux rochers, au sable, aux arbres, aux collines et à la brise. Un endroit où je serais accueilli en tant qu'être humain. Pour moi, la maison n'est rien d'autre.

Aujourd'hui, le monde célèbre la Journée mondiale des réfugiés. En ce jour, nous ne célébrons pas. On nous rappelle qu'il n'y a pas de place pour nous dans ce monde. Nous nous souvenons juste de l'échec moral de notre race humaine. En cette Journée mondiale des réfugiés, je ne ferai qu'un seul vœu : que tous ceux qui, dans le monde entier, ont été chassés de chez eux et aspirent à rentrer chez eux, ne soient plus des réfugiés.

 

 

Les femmes défenseures des droits humains font face à des risques accrus en raison de leur sexe

Par Masana Ndinga-Kanga

Masana Ndinga-Kanga est responsable du Fonds d'Intervention en Cas de Crise pour CIVICUS, l'alliance mondiale de la société civile.

 

JOHANNESBURG, 16 mai 2019 (IPS) - Le nom Ihsan Al Fagiri vous dit quelque chose ? Et Heba Omer ou Adeela Al Zaebaq ?

Il est probable que ces noms, parmi d'innombrables autres, ne soient pas connus du lecteur moyen. Mais leur travail infatigable et dangereux a cependant fait la une des journaux alors que les protestations ont conduit à un changement politique historique au Soudan.

Pour les communautés de femmes protestataires au Soudan, ces noms représentent les vaillants efforts déployés pour défier l'autoritarisme du régime d'Omar Al Bashir.

Les efforts soutenus de ces femmes incluent une mobilisation de masse, appelant les gens à descendre dans les rues du Soudan via le "Zagrouda" (le chant des femmes) en réponse à l'augmentation du coût de la vie dans le contexte de la pire crise économique que le pays ait connue.

Ces appels de ralliement de #SudanUprising, ont été lancés par des femmes soudanaises enseignantes, mères au foyer, médecins, étudiantes et avocates. Pourtant, lorsque le président Al Bashir a démissionné le 11 avril, les noms des femmes qui ont été à l'origine de ce changement politique faisaient largement défaut dans les journaux.

Cet oubli n'est pas rare. Les femmes défenseures des droits humains (WHRDs) sont souvent oubliées ou calomniées dans le but de les intimider, pour qu'elles cessent de travailler dans le domaine des droits humains. En Égypte, au Guatemala, en Arabie saoudite, en Ouganda ou aux Philippines, on les appelle souvent des agents au service d’intérêts internationaux.

Au Kenya, aux États-Unis et en Afrique du Sud, leur sexualité est remise en question et elles sont harcelées en ligne. En Chine et aux Émirats Arabes Unis, elles sont détenues pour avoir signalé ou souligné des niveaux endémiques de harcèlement. Et pourtant, elles refusent d'être réduites au silence.

Ces femmes ne sont pas les seules à être à l'interface du maintien de la justice dans les domaines de la santé sexuelle et reproductive, des droits environnementaux, de la responsabilité économique et des conflits.

Malgré les restrictions qui leur sont imposées, les défenseures des droits humains ont fait campagne avec audace face à une opposition croissante : #MeToo #MenAreTrash, #FreeSaudiWomen, #NiUnaMenos, #NotYourAsianSideKick, #SudanUprising et #AbortoLegalYa ne sont que quelques campagnes sociales qui représentent d'innombrables femmes face au changement systémique pour l'égalité et la justice. De plus en plus de défenseures des droits humains dans le monde travaillent ensemble pour combattre les injustices structurelles et promouvoir la réalisation des droits humains et des libertés fondamentales.

Mais il y a une absence flagrante de connaissances sur leur travail. Les reportages des médias sur le travail courageux des femmes défenseures ont tendance à se concentrer davantage sur les défis auxquels elles sont confrontées. La prise de conscience de leurs restrictions est essentielle pour faire pression en faveur de la justice, mais il est tout aussi important de connaître le travail qu'elles accomplissent pour défendre les droits des femmes dans le monde entier.

Les défenseures des droits humains défient les risques d'ostracisme et d'agression de la part de leurs proches, des membres de la communauté et de l'État, afin de faire prévaloir la justice sociale. Le fait de ne les reconnaître que pour ces restrictions contribue encore davantage à l'effacement qu'elles subissent quotidiennement de la part de l'État et des autres.

Une façon dont le discours sur les défenseures des droits humains peut changer est de se concentrer sur le rôle crucial qu'elles jouent pour faire avancer un programme progressif de changement pour tous.

En Irlande, l'année dernière, des militants travaillant dans le domaine de la santé et des droits sexuels et génésiques ont remporté une victoire écrasante lors d'un référendum où deux tiers des électeurs ont choisi de légaliser l'avortement, après de nombreuses années de campagne pro-choix.

Dans le royaume d'Afrique australe d'eSwatini, anciennement connu sous le nom de Swaziland, la toute première marche de la Fierté a eu lieu l'année dernière pour défendre les droits des LGBTQI. Les groupes LGBTQI aux Fidji ont également obtenu le même résultat cette année-là - l'événement inaugural de la Pride, une victoire de la liberté de réunion pour les militants LGBTQI à travers le monde.

Le pouvoir de l'action collective s'est également manifesté en janvier lorsque cinq millions de femmes ont formé une chaîne humaine à travers l'État du Kerala, au sud de l'Inde. Cette manifestation massive a été organisée en réponse aux violences faites aux femmes qui tentaient d'entrer dans le temple Sabarimala du Kerala, un important lieu de pèlerinage hindou.

En Iran, un petit mouvement de femmes contestant la règle obligatoire qui oblige les femmes à couvrir entièrement leurs cheveux s'est développé. Pendant son séjour en Colombie, la militante Francia Marquez a organisé une marche de 10 jours de quelque 80 femmes pour protester contre l'exploitation minière illégale sur leurs terres ancestrales dans l'est du pays.

Cet activisme est souvent un travail ingrat et dangereux. En effet, 2017 a été l'année la plus meurtrière jamais enregistrée pour les femmes défenseures des droits de l'environnement, avec 200 militantes de l'environnement assassinées.

Les défenseures des droits humains risquent de plus en plus d'être harcelées non seulement par les acteurs étatiques, mais aussi par les entreprises multinationales, leurs communautés et, dans certains cas, leurs propres familles. Les cadres politiques internationaux ont essayé de faire face à la dure répression des Etats sur les défenseures des droits humains en matière d'environnement.

En septembre dernier, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a lancé la Coalition pour tous afin d'intégrer les droits humains et l'égalité des sexes dans tous les principaux accords multilatéraux sur l'environnement, y compris l'Accord de Paris en vertu de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

La Coalition est une étape importante dans la mise en évidence de la manière dont le changement climatique affecte de manière disproportionnée les défenseures des droits humains, et reconnaît également le rôle des communautés locales et indigènes de femmes dans la réalisation de la protection environnementale.

Ces avancées politiques sont la première étape dans la création d'un environnement favorable pour les défenseures des droits humains qui travaillent dans des zones reculées sur les terres, les droits des indigènes et la justice climatique. On les qualifie souvent d'"anti-développement" pour appeler à un changement responsable et transparent.

En Afrique du Sud et au Honduras, les progrès des militantes pour l'environnement ont été une certaine reconnaissance internationale de leur travail, mais à un coût élevé : pour certaines, ces coûts incluent parfois le prix de leur vie. Depuis 2001, 47 défenseures des droits humains ont été tuées aux Philippines pour avoir tenté de documenter des violations de l'environnement.

Afin de prendre au sérieux le travail des femmes défenseures des droits humains, les mécanismes de protection doivent commencer à s'adapter pour répondre à leurs besoins spécifiques en tant que femmes. Ils doivent être sensibles à d'autres dimensions qui affectent les défenseures des droits humains telles que l'orientation sexuelle, le sexe, la race, la classe sociale et le statut autochtone. Un soutien institutionnel et politique adéquat doit s'appuyer sur un féminisme intersectoriel, consultatif et adapté.

Qu'est-ce qui créera un environnement politique plus favorable pour les militantes ? Cette réponse devrait inclure la dépénalisation des droits sexuels et reproductifs, par exemple, et la suppression des restrictions sur l'enregistrement des associations soutenant les défenseures des droits humains.

Les gouvernements devraient également mener des programmes de formation et de sensibilisation à l'intention des forces de l'ordre, des membres de l'appareil judiciaire et du personnel des institutions nationales de défense des droits humains sur les défis auxquels sont confrontées les défenseures des droits humains, et élaborer un plan d'action national pour la protection de ces dernières.

A ce jour, les ressources n'atteignent pas les défenseures des droits humains dans les zones reculées et en première ligne, et non pas parce qu'elles n'en font pas la demande ! Il est essentiel de disposer de ressources tenant compte des spécificités du sexe pour combler cette lacune.

Ces suggestions s'inscrivent dans le cadre d'un besoin plus large de changement systémique, mais soulignent la nécessité d'un activisme mondial cohérent pour soutenir les femmes défenseures des droits humains à tout moment – si possible avant l'apparition des crises.

La victoire des femmes soudanaises et la fin de la dictature qui s'en est suivie cette année devraient nous faire réfléchir en particulier sur les femmes qui traversent des épreuves de répression et s'exposent à tous les risques dans le simple but de revendiquer des droits fondamentaux.

 

Présentation du Rapport sur l'Etat de la Société Civile - Lysa John

Le rapport indique que les travailleurs de la santé Ebola en RDC - et les organisations humanitaires dans le monde - subissent de plus en plus d'attaques pour leur travail.

Par Lysa John

 

Pour les travailleurs humanitaires et de la santé qui répondent à la crise causée par l'épidémie Ebola en République démocratique du Congo (RDC), la vie devient de plus en plus dangereuse.

Et ce n'est pas seulement à cause de la menace du virus de la fièvre hémorragique mortelle hautement contagieuse ou de la zone de guerre civile meurtrière dans laquelle ils doivent travailler. Ils font l'objet d'attaques directes et croissantes en raison des efforts qu'ils déploient pour aider les Congolais touchés et déplacés par l'épidémie.

 Un an après le début de l'épidémie dans l'est de la RDC - la toute première dans une zone de conflit - les travailleurs humanitaires affirment qu'en dépit d'une réponse internationale, la situation ne s'améliore pas, elle empire. Au moins 1 500 personnes sont mortes des suites d'Ebola, et la guerre et la méfiance alimentée par les échecs du gouvernement central rendent les défis d'autant plus grands.

Jusqu'à présent, en 2019, 174 attaques ont été perpétrées contre des établissements ou des travailleurs de la santé, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) des Nations Unies. C'est trois fois plus que le nombre d'attaques qui ont eu lieu au cours des cinq mois précédents, soit d'août à décembre 2018.

Mais si le cumul des circonstances qui alimentent les tensions de la crise d'Ebola en RDC est assez particulier à cette partie du pays et à son histoire conflictuelle, les attaques croissantes contre les personnes et les organisations travaillant à fournir une aide humanitaire face à la crise ne le sont pas.

En effet, un rapport de CIVICUS, alliance mondiale d'organisations de la société civile, a constaté que les organisations humanitaires à travers le monde sont de plus en plus ciblées par les gouvernements et autres, dans leurs efforts pour fournir aux réfugiés, migrants et autres groupes exclus une aide urgente et salvatrice.

Le Rapport sur l'Etat de la Société Civile 2019 cite d'autres exemples choquants de cette tendance qui, malheureusement, s'inscrit dans le cadre d'un nombre croissant d'atteintes aux droits des personnes vulnérables qui exercent leur droit légitime de chercher refuge contre les conflits et la répression.

Médecins Sans Frontières, une organisation humanitaire internationale respectée, a été condamnée à une amende considérable, a vu ses avoirs gelés, son bateau de sauvetage saisi et son personnel mis en examen pour trafic d'êtres humains par le gouvernement italien. Son crime : sauver les réfugiés de la noyade en Méditerranée. Un groupe de volontaires humanitaires est inculpé, jugé et condamné aux États-Unis. Leur crime : laisser de l'eau pour les demandeurs d'asile et les migrants traversant le désert mortel à la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Les valeurs fondamentales qui sous-tendent l'action humanitaire sont attaquées d'une manière sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. La société civile, agissant sur des impulsions humanitaires, est confrontée à une marée montante de mesquinerie mondiale, à un déficit de compassion publique.

Le rapport, qui explore les tendances qui ont eu un impact sur la société civile, brosse un tableau terrifiant : l'espace civique - l'espace pour la société civile - est sérieusement attaqué dans 111 pays du monde - bien plus de la moitié d'entre eux. Un maigre 4 % de la population mondiale vit dans des pays où nos libertés civiques fondamentales - d'association, de réunion pacifique et d'expression - sont respectées.

Il y a maintenant de sérieuses restrictions dans l'espace civique sur tous les continents, mais même s'ils s'emparent de plus de pouvoir, nous constatons que les dirigeants du monde sont apparemment incapables de relever les grands défis du moment. Ils ne parviennent pas à lutter contre les inégalités écrasantes, restent silencieux sur les violations des droits humains dans des États comme l'Arabie saoudite et le Soudan, et laissent tomber le peuple syrien et la communauté Rohingya du Myanmar, parmi tant d'autres.

Du Brésil à l'Inde, des programmes politiques visant à créer des divisions ont pris de l'importance à l'échelle nationale en exploitant la colère du public face aux échecs économiques et de gouvernance fondamentaux. La promesse d'un changement anti-establishment a aidé les dirigeants autoritaires à remporter les élections en réunissant des groupes de personnes sur la base de ce à quoi ils s'opposent, mais sans preuve tangible d'un changement qui se préoccupe des échecs à l'origine de la colère du peuple. L'émergence de groupes extrémistes qui s'emploient activement à attaquer, intimider et réduire au silence les défenseurs des droits humains - souvent avec un soutien politique explicite - a accru le défi pour la société civile. Ces groupes sont de plus en plus confiants, agressifs et organisés et évincent activement les voix légitimes de la société civile.

Les frontières et les murs sont renforcés, et la souveraineté nationale - entendue au sens étroit de souveraineté présidentielle, plutôt que des notions inclusives et démocratiques de souveraineté - est réaffirmée et utilisée comme excuse pour passer outre les accords internationaux. Le système international et les méthodes de travail multilatérales sont réécrits par des États puissants comme la Chine, la Russie et les États-Unis, qui refusent de respecter les règles. 

Pourtant, malgré ces défis de taille, les droits ont été revendiqués au cours de l'année écoulée par des défenseurs des droits humains qui se sont constamment engagés à obtenir des victoires significatives à travers le monde - des changements historiques sur les droits à l'avortement en Irlande et les droits LGBTQI en Inde aux efforts régionaux courageux et coordonnés pour aider les migrants déracinés du Venezuela. Dans un pays après l'autre, les gens étaient poussés par l'augmentation des coûts de la vie quotidienne, le manque d'emplois décents, la médiocrité des services publics et des logements, la corruption et les inégalités auxquelles ils sont quotidiennement confrontés, à s'élever et à combattre leur exclusion. Du mouvement mondial pour les droits des femmes #MeToo au mouvement de réforme des armes à feu March for Our Lives, dirigé par des lycéens aux États-Unis, en passant par le mouvement grandissant de lutte contre le changement climatique dans les écoles, le pouvoir de l'action collective a été démontré.

C'est dans ce contexte que le Rapport sur l'Etat de la Société Civile 2019 offre des possibilités d'espoir et d'améliorations. Il nous montre qu'il est urgent d'adopter de nouvelles approches pour analyser et combattre le pouvoir croissant des groupes anti-droits humains. Il appelle à une démocratie locale plus étendue et de meilleure qualité pour offrir des espaces où les gens peuvent raconter leurs propres histoires, poser leurs propres questions et participer à la formation de nouveaux mouvements sociaux.

Nous avons besoin de mécanismes plus solides pour améliorer l'état de la démocratie, y compris des normes internationales pour éviter la désinformation et les ingérences illicites en période électorale. Les gouvernements nouvellement élus doivent être incités à respecter des normes plus élevées en matière d'espace civique et de libertés démocratiques - et être interpellés pour la suppression de l'engagement civique.

Sur le plan international, alors que nos institutions internationales sont attaquées, nous devons plaider à nouveau en faveur du multilatéralisme comme seule réponse crédible aux grands problèmes transnationaux du moment. Cela exige une forte adhésion à l'esprit internationaliste et un nouvel appel à réaffirmer et à protéger le droit à l'action humanitaire.

Tout simplement, la qualité de la citoyenneté dont les générations futures pourront jouir demain dépend de notre capacité à transformer aujourd'hui la société civile en une arène progressiste et fondée sur les droits. Alors que la montée rapide de l'extrême droite est devenue l'un des grands défis de l'histoire moderne de la société civile, le dynamisme de notre époque nous offre l'occasion de présenter de nouveaux arguments qui transforment les coalitions négatives en coalitions positives et contribuent à transformer nos sociétés. En effet, les réussites et les percées de 2018 donnent à penser que nous sommes peut-être déjà en train de franchir le pas.

 

Lysa John est secrétaire générale de CIVICUS, une alliance mondiale d'organisations de la société civile.

 

 

Transférer le pouvoir aux mouvements de base

Transférer le pouvoir aux mouvements de base

La question de savoir comment les groupes de base et les militants basés dans les pays du Sud peuvent mobiliser un soutien adéquat pour surmonter les défis écologiques, sociaux, politiques et économiques croissants auxquels ils sont confrontés, et obtenir des changements positifs, est une question importante et qui exige notre attention. Ces groupes font face à d'importants défis en ce qui concerne l'accès aux ressources clés (financières et autres) pour soutenir leur travail.

CIVICUS s'est lancé dans un processus de consultation pour identifier, de manière participative, les mécanismes possibles qui permettraient d'augmenter l'échelle et la qualité des ressources, tant internationales que nationales, pour les groupes et mouvements. Au cours des cinq derniers mois, nous avons eu le privilège d'apprendre de militants, d'organisateurs, de jeunes leaders et de bailleurs de fonds progressistes du monde entier à propos des défis en matière de ressources, de vérifier les solutions et de co-créer des scénarios basés sur des expériences vécues, des idées audacieuses et une compréhension approfondie des problèmes sociaux.

Cette consultation est une tentative de faire avancer les discussions à un niveau pratique, en explorant des options qui, réunies, pourraient aider à amorcer une transformation radicale de l'éventail et de la qualité des ressources accessibles aux groupes de la base. En plus de vérifier la pertinence, l'attrait et la faisabilité des concepts émergents, le processus lui-même a été important. Ces premières explorations ont directement impliqué les groupes dont nous cherchons à améliorer les ressources, y compris un échantillon représentatif d'activistes de la base, des bras financiers de mouvements sociaux et d'autres partenaires stratégiques.

Le présent document est une synthèse de nos constatations et de nos apprentissages.

Télécharger

 

COMMUNIQUEZ AVEC NOUS

Canaux numériques

Siège social
25  Owl Street, 6th Floor
Johannesbourg,
Afrique du Sud,
2092
Tél: +27 (0)11 833 5959
Fax: +27 (0)11 833 7997

Bureau pour l’onu: New-York
205 East 42nd Street, 17th Floor
New-York, New-York
Etats-Unis
10017

Bureau pour l’onu : Geneve
11 Avenue de la Paix
Genève
Suisse
CH-1202
Tél: +41 (0)22 733 3435