Caraïbes

 

  • ‘The government is in fact listening to civil society, just not to the progressive side of it’

    CIVICUS speaks to Horace Levy, the director of Jamaicans for Justice, a non-profit, non-partisan, non-violent citizens’ rights action organisation that advocates for good governance and improvements in state accountability and transparency.

    1. What led to the formation of Jamaicans for Justice, and what does the organisation do?

    In April 1999, the government announced new taxes, including a special fuel tax and a 30% hike in the cost of licensing vehicles. This prompted widespread protests, both peaceful and violent, including roadblocks and barricades, which lasted for several days. There was one group, in the St. Andrew’s section of Kingston, that included some lower class people, but was mostly middle class, and had gathered to block a road in protest. The poorer people were on one side of the road and the middle class people were on the other, but after a couple of days they came together. Some people from that middle-class group met afterwards to discuss the causes of the protests – the general state of injustice, the oppression of poor people. Out of a series of meetings, held along with a Roman Catholic priest, Monsignor Richard Albert, who offered his church as a venue, was born Jamaicans for Justice (JFJ). By July the group had formed, in August it registered as a limited liability company, and on 15 October 1999, six months after the riots, it officially became a registered NGO.

    The very first case JFJ took on involved the ill treatment of inner city poor youth by the police. The police had detained 52 poor youths, put them behind bars — then they released some but they kept others. From the beginning, then, ill treatment by police became a major issue for JFJ. As a result of several presentations we made before the Inter-American Commission on Human Rights (IACHR), the government eventually set up a Special Coroners’ Court, because the Coroner’s Court was totally inadequate to deal with this. The Special Coroners’ Court deals specifically with police abuse, and killings in particular.

    Another broad area of our work involves children in the care of the state. JFJ monitors the situation of wards of the state in children’s homes, places of safety, police lock-ups, remand and correctional facilities. We gather data, provide reports and lobby for the protection of this particularly vulnerable group.

    We are also involved in a wide range of other things: we deliver human rights education in schools, we provide human rights training to police recruits, we bring legal advice to inner-city communities through legal advice sessions and workshops, we give testimony in front of parliamentary committees, we promote citizen awareness of the right to access public information, and we develop media campaigns, among other things. Right now some of us are working very hard on an identification process the government is putting in place, which involves elements of respect for privacy and other rights. But we keep focusing on one of our core issues: the conditions of detention.

    One achievement we contributed to was the establishment by the government of an independent Commission of Enquiry to clarify the events that took place during the State of Emergency declared in May 2010, which left almost 70 civilians dead. A lot of progress was done in prosecuting the police for extra-judicial killings, which helped reduce the number of killings. In order to prevent this from happening again, we keep pushing for radical change in the way the security forces operate.

    2. Organisations defending basic civil rights against actions by the security forces are often accused of “protecting criminals”. How do you get public opinion to take your side on divisive issues such as police brutality?

    I don’t think we have entirely escaped that accusation. But we try in various ways: for instance, when a police officer is killed in the line of duty we issue a press release offering our sympathy to his family and condemning the act. Most of the times the papers don’t print that, but we issue it anyway. Secondly, we work on other issues as well, such as the welfare of children, which shows we are not fixated on police abuses. There was a period when we also did a lot of work on socio-economic rights: education, housing, employment and the development of rural communities. And of course, we also try to explain that the reason why we are concerned with police brutality is that the police are supposed to be protecting human rights. So a criminal killing somebody and a police officer killing somebody are two completely different things. But people seem to overlook that. Criminals are what they are, and they are not going to be moved by our condemning them. But by addressing actions by the state that should not happen, we have a chance to change them.

    3. How would you describe the environment for civil society in Jamaica? Are civic freedoms enjoyed by all Jamaicans equally, or are there restrictions that affect specific groups disproportionately?

    Civic space is quite good in Jamaica. The freedom of the press is perhaps the most unrestricted in the hemisphere. The freedoms of expression, association and peaceful assembly are respected and protected. The state does not attack these freedoms; to the contrary, for instance, the state has facilitated the freedom of expression by passing laws governing the establishment of fresh media outlets.

    About four years ago, we were stigmatised in public comments by the previous government’s Minister of Youth, who accused us of grooming children in state-run homes to be homosexuals, while we were in fact delivering a sexual education programme in about seven children’s homes. But this was an exception rather than a rule, and it was just an individual reaction from a public official that we had criticised. We had only had another situation like that in the past, when we had just started as an organisation and were perceived as hostile to the party that was in power at the time. But as time passed, and both parties spent some time in power, it became apparent that we criticised them both, that we were not partisan in any way, and that we were constructive rather than over-critical, so our position became accepted.

    Along with a quite healthy civic space, we have had free elections since 1945, and elections have been overall free and fair ever since. We never had a party in power that was not legally and legitimately elected. At the same time, slightly more than half the population is currently not voting, which means that each party has the support of about 23% or 24% of the electorate. Although democracy is firmly rooted not just in the political sphere but also among business, civil society and religious groups, recent polls have witnessed an increase in the number of citizens that would favour a military takeover (which is highly unlikely to happen) in reaction to the perceived corruption of politics.

    There are also lot of structural but subtle ways in which democracy is hurt. As a legacy of slavery and colonialism, our country has a hierarchical social structure that has stayed in place even after independence. It is a pyramid on top of which are white people, followed by brown people in the middle, and black people (who account for 85% of the population) at the bottom. Of course it’s not clear-cut: we have black politicians and top public officials, for example. But there is a sharp distinction between the brown and the black. The middle class is largely brown, although there are blacks among them as well. This distinction reflects in education: we have a two-tier education system, with the brown and upper class in private, proprietary and secondary schools, and the large mass of the mostly black population receiving and inferior education. Fortunately, this is changing, and formerly weak schools are now beginning to compete with privileged schools thanks to state funding. As for police abuses, they are directed against the black majority in poor communities: you don’t see upper class and white people being beaten by the police.

    In other words, democracy is in many ways corrupted by overlapping race and class injustices. The system is not corrupt in the sense that officials massively take bribes, but it is indeed damaged by this racial and class hierarchy that, according to public opinion polls, is unfortunately accepted by the vast majority of the people. Interestingly, this is not reflected in the way Jamaicans individually behave: we don’t see ourselves as less than anybody else, and when overseas we are often regarded as aggressive. We have a strong sense of our rights, but at the same time there is a broad segment of black people bleaching their skin in an attempt to climb up the social ladder.

    4. Do you think representative democracy in Jamaica is participatory enough? Do regular citizens and organised civil society have a say in how public affairs are run?

    Our democracy is not participatory enough, which is part of our struggle. Recent events have enhanced the prospects for civil society participation, however. In the latest election, in early 2016, the government won by a very tight majority, which made it more open to civil society. So as to gather as much support as they could, they gave continuity to an institution called Partnership for a Prosperous Jamaica (PPJ, formerly known as Partnership for Jamaica).

    The PPJ includes representatives of the state (both from the government and the opposition), the private sector, trade unions and civil society organisations. It was in fact as a result of civil society efforts that we got representation for five distinct civil society groups: a faith-based group, a rights advocacy group, a youth group, a women’s group and an environmental CSO. The Prime Minister, who chairs the Partnership, agreed to our proposal to have three sub-committees: on women and children; on violence and the rule of law; and on the environment. The chairpersons of all three sub-committees are civil society people.

    The chairwoman of the environment sub-committee, in particular, is a civil society representative who is highly respected by both major political parties and who had resigned to her position in the previous Partnership because she was disgusted by the fact that there was all talk and no real action. She just led a petition to the Prime Minister to protect Jamaica’s Cockpit Country against bauxite mining. According to a recently established mechanism, if you gather 15 000 signatures in 40 days, the government will review the petition, and if it complies with certain standards the Office of the Prime Minister will issue an official response. This petition surpassed the target by far, so we are now waiting to see whether we won this battle or not.

    So, there is an element of participation, but making it count is a permanent struggle. Additionally, there is a section of civil society that is mobilised around conservative or even reactionary causes, which means that not all forms of participation are helping advance a progressive agenda. For instance, an area in which we are struggling very strongly is LGBTQ rights. We have long been pushing for the revocation of buggery or sodomy laws, old pieces of legislation that criminalise male same-sex sexual activity. Under these statutes, loosely defined “unnatural offences” and “outrages on decency” can be punished with up to ten years of imprisonment and hard labour. But there is a wide section of society, led by conservative churches such as evangelists and Seventh-Day Adventists, which strongly oppose the repeal of these laws. The majority of the population belong to these churches, while more liberal churches are a small minority.

    Politicians are afraid of conservative religious people, so the government has proposed to submit the issue to a referendum. So the government is in fact listening to civil society, just not to the progressive side of it. Now, why would the majority go against itself, its own social norms and its own privilege? We just had an international conference with leading Anglicans and human rights activists, including Anthony Gifford, explaining why this is not the kind of issue to be decided by a popular vote. It doesn't make any sense to ask the majority whether they would like to respect the rights of a minority they are oppressing. Sodomy laws were repealed in Britain 50 years ago, but in Jamaica we are not likely to have them revoked anytime soon. On this issue, a section of civil society is fighting another section of civil society.

    5. What support, including from international actors, does progressive Jamaican civil society need to play a full role in building a fairer society and a more participatory democracy?

    We get international support, for example in the form of the conference I just mentioned, with highly-respected figures putting forward a cogent argument that will hopefully help shape public debate. UNDP has also collaborated in a similar way.

    Financial support, on the other hand, is not that good. That’s where organisations like JFJ are struggling. We get some funding locally, but it is very little. For instance, we have one donor who gives us nearly 2.5 million Jamaicans, but that’s just a few hundred US dollars. We have an annual fundraising art auction, which is quite unusual for an organisation like ours, but that’s because we have some middle- to upper-class donors, and this brings in a couple million Jamaican dollars a year. And it takes months of efforts.

    So most of our funding comes from international sources. We had funding from the UN Democracy Fund (UNDEF), but it expired last December. We just got UNICEF funding for our work with children, which is set to last for at least two years. We also have some funding from the European Union, but it ends in about five months, and we are finding it hard to replace it. We have been trying to get funding from the Open Society Foundations but have not yet succeeded. We are approaching the Inter-American Development Bank, and we might get something from them.

    In short, we are struggling with funding. Until 2013 we had a Legal Department but we had to close it. We still employ one of the lawyers from our former Legal Department, but we need more lawyers because a lot of our work with pre-trial detainees is of a legal nature. For instance, we have a case now going to the Privy Council and we are struggling to get the money to send people there. Even though we have some pro bono lawyers in England, it still costs us money: we need to send them 3 000 pounds that we can ill afford.

    When we get our Legal Department going, we will be able to use it to earn some money. In the past, we stupidly thought that, as a charity, we shouldn’t. But in fact, even as a charity we can earn some money by imposing retainer fees to those who can pay them, while working for free for those who cannot afford them. We are set to do that, but we have made that decision quite recently, so we won’t be earning any money from it for a few months yet.

    • Jamaicans for Justice (JFJ) was founded in 1999 and primarily works with victims whose rights have been breached by members of the security forces. In the upcoming period of sessions of the Inter-American Commission on Human Rights) in Montevideo, Uruguay, JFJ will take part in a hearing on extrajudicial executions and the excessive use of preventive detention against Afro-descendants in Jamaica.
    • Civic space in Jamaica is rated as “narrowed” by theCIVICUS Monitor.
    • Get in touch with Jamaicans for Justice through theirwebsite or Facebook page, or follow@JAForJustice on Twitter.

     

  • HAÏTI : « Il est possible de passer de l’ingérence étrangère à un véritable leadership du peuple haïtien »

    Ellie Happel

    CIVICUS s’entretient avec Ellie Happel, professeur de la Global Justice Clinic et directrice du Haiti Project à la New York University School of Law. Ellie a vécu et travaillé en Haïti pendant plusieurs années, et son travail se concentre sur la solidarité avec les mouvements sociaux en Haïti et la justice raciale et environnementale

    Quels ont été les principaux développements politiques depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021 ?

    En tant qu’Américaine, je voudrais commencer par souligner le rôle que le gouvernement américain a joué dans la création de la situation actuelle. L’histoire des interventions étrangères improductives et oppressives est longue.

    Pour comprendre le contexte de la présidence de Moïse, il faut toutefois remonter au moins à 2010. Après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti en janvier 2010, les États-Unis et d’autres acteurs extérieurs ont appelé à la tenue d’élections. Les gens n’avaient pas leur carte de vote ; plus de deux millions de personnes avaient perdu leur maison. Mais les élections ont eu lieu. Le gouvernement américain est intervenu au second tour des élections présidentielles haïtiennes, en appelant le candidat et fondateur du parti PHTK, Michel Martelly, à se présenter au second tour. Martelly a été élu par la suite.

    Pendant la présidence de Martelly, nous avons assisté à un déclin des conditions politiques, économiques et sociales. La corruption était bien documentée et endémique. Martelly n’a pas organisé d’élections et a fini par gouverner par décret. Il a choisi lui-même Moïse pour successeur. Le gouvernement américain a fortement soutenu les administrations de Martelly et de Moïse malgré l’augmentation de la violence, la destruction des institutions gouvernementales haïtiennes, la corruption et l’impunité qui ont eu lieu sous leur règne.

    La mort de Moïse n’est pas le plus gros problème auquel Haïti est confronté. Pendant son mandat, Moïse a effectivement détruit les institutions haïtiennes. Le peuple haïtien s’est soulevé contre le régime du PHTK en signe de protestation, et il a été accueilli par la violence et la répression. Il existe des preuves de l’implication du gouvernement dans des massacres de masse de personnes dans des régions connues pour leur opposition au PHTK.

    Deux semaines avant l’assassinat de Moïse, un militant de premier plan et une journaliste très connue ont été assassinés en Haïti. Diego Charles et Antoinette Duclair demandaient des comptes. Ils étaient actifs dans le mouvement visant à construire un Haïti meilleur. Ils ont été tués en toute impunité.

    Il est clair que la crise actuelle n’a pas pour origine l’assassinat de Moïse. Elle est le résultat de l’échec des politiques étrangères et de la façon dont le gouvernement haïtien a réprimé et stoppé les manifestations de l’opposition qui demandait des comptes pour la corruption et la violence, et qui exigeait le changement.

    Ce qui me donne actuellement de l’espoir, c’est le travail de la Commission pour une solution haïtienne à la crise, qui a été créée avant l’assassinat de Moïse. La Commission est un large groupe de partis politiques et d’organisations de la société civile (OSC) qui se sont réunis pour travailler collectivement à la reconstruction du gouvernement. C’est l’occasion de passer de l’ingérence étrangère à un véritable leadership du peuple haïtien.

    Quel est votre point de vue sur le report des élections et du référendum constitutionnel, et quelles sont les chances que des votes démocratiques aient lieu ?

    Dans le climat actuel, les élections ne sont pas la prochaine étape pour résoudre la crise politique d’Haïti. Les élections ne devraient pas avoir lieu tant que les conditions d’un vote équitable, libre et légitime ne sont pas réunies. Les élections de ces 11 dernières années démontrent qu’elles ne sont pas un moyen automatique de parvenir à une démocratie représentative.

    Aujourd’hui, la tenue d’élections se heurte à de nombreux obstacles. Le premier est celui de la gouvernance : les élections doivent être supervisées par un organe de gouvernance légitime et respecté par le peuple haïtien. Il serait impossible pour le gouvernement de facto d’organiser des élections. Le deuxième problème est la violence des gangs. On estime que plus de la moitié de Port-au-Prince est sous le contrôle des gangs. Lorsque le conseil électoral provisoire a préparé les élections il y a quelques mois, son personnel n’a pas pu accéder à un certain nombre de centres de vote en raison du contrôle exercé par les gangs. Troisièmement, les électeurs haïtiens éligibles devraient avoir des cartes d’identité d’électeur.

    Le gouvernement américain et d’autres acteurs doivent affirmer le droit du peuple haïtien à l’autodétermination. Les États-Unis ne devraient ni insister ni soutenir des élections sans preuve de mesures concrètes pour garantir qu’elles soient libres, équitables, inclusives et perçues comme légitimes. Les OSC haïtiennes et la Commission indiqueront quand les conditions sont réunies pour des élections libres, équitables et légitimes.

    Y a-t-il une crise migratoire causée par la situation en Haïti ? Comment peut-on relever les défis auxquels sont confrontés les migrants haïtiens ?

    Ce que nous appelons la « crise migratoire » est un exemple frappant de la manière dont la politique étrangère et la politique d’immigration des États-Unis à l’égard d’Haïti ont longtemps été affectées par le racisme anti-Noir.

    De nombreux Haïtiens qui ont quitté le pays après le tremblement de terre de 2010 se sont d’abord installés en Amérique du Sud. Beaucoup sont repartis par la suite. Les économies du Brésil et du Chili se sont détériorées, et les migrants haïtiens se sont heurtés au racisme et au manque d’opportunités économiques. Des familles et des individus ont voyagé vers le nord, à pied, en bateau et en bus, en direction de la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

    Depuis de nombreuses années, le gouvernement américain ne permet pas aux migrants haïtiens et aux autres migrants d’entrer aux États-Unis. Il expulse des personnes sans entretien de demande d’asile - un entretien de « crainte fondée », qui est requis par le droit international - vers Haïti.

    Le gouvernement américain doit cesser d’utiliser le titre 42, une disposition de santé publique, comme prétexte pour expulser des migrants. Le gouvernement américain doit au contraire offrir une aide humanitaire et soutenir le regroupement familial et la relocalisation des Haïtiens aux États-Unis.

    Il est impossible de justifier une expulsion vers Haïti à l’heure actuelle, pour les mêmes raisons que le gouvernement américain a déconseillé aux citoyens américains de s’y rendre. On estime à près de 1 000 le nombre de cas documentés d’enlèvement en 2021. Des amis expliquent que tout le monde est en danger. Les enlèvements ne sont plus ciblés, mais des écoliers, des marchands de rue et des piétons sont pris en otage pour exiger de l’argent. Le gouvernement américain a non seulement déclaré qu’Haïti n’était pas un pays sûr pour les voyages, mais en mai 2021, le ministère américain de la sécurité intérieure a désigné Haïti comme bénéficiaire du statut de protection temporaire, permettant aux ressortissants haïtiens admissibles résidant aux États-Unis de demander à y rester parce qu’Haïti ne peut pas rapatrier ses ressortissants en toute sécurité.

    Les États-Unis doivent mettre fin aux déportations vers Haïti. Les États-Unis et d’autres pays d’Amérique doivent commencer à reconnaître, traiter et réparer la discrimination anti-Noir qui caractérise leurs politiques d’immigration.

    Que devrait faire la communauté internationale, et en particulier les États-Unis, pour améliorer la situation ?

    Premièrement, la communauté internationale devrait suivre l’exemple des OSC haïtiennes et s’engager de manière sérieuse et solidaire avec la Commission pour une solution haïtienne à la crise. Daniel Foote, l’envoyé spécial des États-Unis pour Haïti, a démissionné en signe de protestation huit semaines après son entrée en fonction ; il a déclaré que ses collègues du département d’État n’étaient pas intéressés par le soutien de solutions dirigées par les Haïtiens. Les États-Unis devraient jouer le rôle d’encourager la recherche d’un consensus et de faciliter les conversations pour faire avancer les choses sans interférer.

    Deuxièmement, toutes les déportations vers Haïti doivent cesser. Elles ne sont pas seulement des violations du droit international. Elles sont aussi hautement immorales et injustes.

    Les étrangers, y compris moi-même, ne sont pas les mieux placés pour prescrire des solutions en Haïti : nous devons plutôt soutenir celles créées par le peuple haïtien et les organisations haïtiennes. Il est temps pour le peuple haïtien de décider de la voie à suivre, et nous devons le soutenir activement, et le suivre.

    L’espace civique en Haïti est classé « réprimé » par leCIVICUS Monitor.

    Suivez@elliehappelsur Twitter.

     

  • HAÏTI : « La communauté internationale ne s’est jamais attaquée aux causes profondes de la crise »

    NixonBoumbaCIVICUS s’entretient avec Nixon Boumba, militant des droits humains et membre du Kolektif Jistis Min nan Ayiti (Collectif pour la justice minière en Haïti), sur la situation politique en Haïti après l’assassinat du président Jovenel Moïse. Formé en 2012, le Collectif pour la justice minière en Haïti est un mouvement d’organisations, d’individus et de partenaires de la société civile haïtienne qui font pression pour la transparence et la justice sociale et environnementale face à l’intérêt international croissant pour le secteur minier haïtien. Il sensibilise les communautés touchées aux conséquences de l’exploitation minière dans cinq domaines : l’environnement, l’eau, le travail, l’agriculture et la terre.

     

  • JAMAÏQUE : « Après 20 ans de plaidoyer, les droits des LGBTQI+ sont désormais abordés publiquement »

    Karen LloydCIVICUS s’entretient avec Karen Lloyd, directrice associée de J-FLAG, sur la situation des personnes LGBTQI+ en Jamaïque et sur la signification d’un récent rapport de la Commission interaméricaine des droits de l´homme (CIDH) qui tient le gouvernement jamaïcain responsable des violations des droits. J-FLAG est une organisation de défense des droits humains et de justice sociale qui défend les droits, la vie et le bien-être des personnes LGBTQI+ en Jamaïque.

    Quelle est la situation des personnes LGBTQI+ en Jamaïque ?

    La discrimination fondée sur le genre et la sexualité reste préoccupante et affecte les personnes de nombreuses façons, entravant leurs droits au travail, à l’éducation et à la santé, et même les droits à la vie et à l’égalité devant la loi. La loi ne protège pas les personnes contre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, et les relations intimes entre personnes de même sexe sont criminalisées.

    En avril 2011, le gouvernement jamaïcain a adopté la Charte des droits et libertés fondamentaux, mais les appels à y inclure des garanties de non-discrimination sur la base de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre sont restés lettre morte. L’enquête nationale de 2012 sur les attitudes et les perceptions à l’égard des relations entre personnes de même sexe, commandée par J-FLAG, a révélé qu’une personne sur cinq en Jamaïque respectait les personnes LGBTQI+ et soutenait l’inclusion de l’orientation sexuelle comme motif de non-discrimination. En outre, environ un tiers de la population pensait que le gouvernement ne faisait pas assez pour protéger les personnes LGBTQI+ de la violence et de la discrimination.

    Les membres de la communauté LGBTQI+ jamaïcaine sont systématiquement privés de leurs droits fondamentaux et sont victimes de discrimination, d’exclusion, d’agressions violentes, d’abus policiers, de difficulté d’accès à l’emploi et d’un manque évident de protection juridique, entre autres problèmes répandus. De nombreuses personnes LGBTQI+ vivent dans la peur en raison de politiques, de lois et d’attitudes discriminatoires et d’un manque de volonté politique de protéger leurs droits fondamentaux. Depuis 2009, J-FLAG a reçu plus de 600 signalements d’abus et de violences, et l’enquête nationale de 2015 a révélé que seulement 12 % du public exprimait sa tolérance envers les personnes LGBTQI+.

    Un rapport de 2016 a révélé que sur 316 Jamaïcains LGBTQI+, 32 % ont déclaré avoir été menacés de violence physique au cours des cinq années précédentes et 12 % ont déclaré avoir été agressés ; 23,7 % ont déclaré avoir été menacés de violence sexuelle et 19 % avoir été agressés sexuellement. Cependant, 41 % n’ont pas signalé ces incidents, parce qu’ils pensaient que la police ne ferait rien, et 30 % estimaient que l’affaire était trop mineure pour être traitée. Un sur quatre craignait une réaction homophobe de la part de la police et un sur cinq se sentait trop honteux et préférait ne rien dire à personne.

    Cette réalité est aggravée par l’homophobie et la transphobie, ainsi que par des lois criminalisant l’intimité entre personnes de même sexe, une législation anti-discrimination faible et largement inaccessible, une faible protection contre la violence sexuelle et domestique, et l’absence de reconnaissance légale des relations entre personnes de même sexe.

    En février 2021, la CIDH a publié un rapport sur les droits des LGBTQI+ en Jamaïque. Quelle est sa pertinence ?

    Plusieurs articles de la loi sur les infractions contre la personne (OAPA), qui remonte à 1864, interdisent les activités sexuelles entre hommes. L’article 76 criminalise la sodomie, l’article 77 criminalise toute tentative de sodomie et l’article 79 criminalise les actes de grossière indécence, qui peuvent inclure le fait de s’embrasser, de se tenir la main et d’autres actes d’intimité entre hommes. Les hommes reconnus coupables de sodomie risquent jusqu’à 10 ans de travaux forcés. Cette loi et d’autres lois relatives aux infractions sexuelles antérieures à la Charte des droits et libertés fondamentaux sont protégées contre les contestations juridiques fondées sur les droits.

    Dans les affaires examinées par la CIDH, les requérants - M. Gareth Henry, qui est homosexuel, et Mme Simone Edwards, qui est lesbienne - ont allégué qu’en continuant à criminaliser l’activité sexuelle privée entre hommes adultes consentants et en protégeant ces lois de toute contestation, la Jamaïque a manqué à ses obligations au titre de la Convention américaine relative aux droits humains. Ils ont fait valoir que cela contribuait à perpétuer la culture jamaïcaine d’homophobie violente, et encourageait l’État et la population en général à persécuter non seulement les homosexuels, mais aussi la communauté LGBTQI+ dans son ensemble. Tous deux ont affirmé avoir été victimes d’attaques homophobes. 

    Le rapport de la CIDH a conclu que le gouvernement jamaïcain était responsable de ces violations de leurs droits. Aux dernières nouvelles, le département du procureur général avait pris acte de la décision et préparait une réponse. Pour la société civile, le rapport a renforcé les appels continus en faveur d’une modification de l’OAPA et s'est inscrit dans le cadre de l'engagement existant auprès des décideurs politiques pour qu'elle soit modifiée. Cependant, les efforts de plaidoyer auprès des législateurs sont restés laborieux, car ceux-ci ne veulent pas être associés publiquement à un appel à l’abrogation de l’OAPA, en raison de la réaction potentielle de la part des groupes extrémistes religieux et de certains segments du public.

    Comment J-FLAG travaille-t-elle pour essayer d’améliorer la situation ?

    J-FLAG est la principale organisation jamaïcaine de défense des droits humains et de la justice sociale qui défend les droits, les moyens de subsistance et le bien-être des personnes LGBTQI+ en Jamaïque. Notre travail vise à construire une société qui respecte et protège les droits de toutes les personnes. Nos dirigeants et notre personnel s’engagent à promouvoir le changement social, à donner des moyens d’action à la communauté LGBTQI+ et à encourager la tolérance et l’acceptation des personnes LGBTQI+. Nous promouvons les valeurs d’inclusion, de diversité, d’égalité, d’équité et d’amour. Ces valeurs sont au cœur de tout ce que nous faisons, car nous cherchons à devenir des agents efficaces du changement social.

    Pour atteindre nos objectifs, nous travaillons dans quatre domaines principaux. Tout d’abord, nous cherchons à améliorer l’offre de services de santé non discriminatoires, à impliquer les principales parties prenantes dans la lutte contre la discrimination liée à l’emploi et à fournir aux jeunes LGBTQI+ une organisation axée sur les questions qui affectent directement leurs perspectives de vie.

    Deuxièmement, nous cherchons à accroître la participation aux processus d’élaboration et de révision des politiques, en donnant des moyens d’action aux jeunes LGBTQI+ et aux responsables de la jeunesse, et en renforçant la collaboration entre les jeunes LGBTQI+ impliqués dans les organisations de jeunesse traditionnelles.

    Troisièmement, nous avons créé des ensembles de services pour les Jamaïcains LGBTQI+ afin d’améliorer leur accès à l’information et aux conseils, de réduire le nombre de sans-abri, d’augmenter l’accès à des services sociaux non discriminatoires, de permettre l’accès à des loisirs et une mise en réseau sûrs.

    Quatrièmement, nous défendons les droits humains des personnes LGBTQI+ en légitimant les besoins de la communauté, en sensibilisant le public et les parlementaires aux droits humains, à la stigmatisation et à la discrimination, en renforçant la capacité des dirigeants LGBTQI+, des organisations de la société civile (OSC) et des autres parties prenantes et responsables à être mieux équipés pour répondre aux besoins des personnes LGBTQI+, et en augmentant la visibilité des expériences et des problèmes qui les affectent. 

    Quelles ont été vos principales réalisations et leçons apprises jusqu’à présent ?

    Parmi nos réalisations de ces dix dernières années, citons la formation de plus de 700 professionnels de la santé, en collaboration avec le ministère de la Santé et des Affaires sociales, sur la manière de traiter les patients LGBTQI+ ; des campagnes médiatiques réussies, telles que We Are Jamaicans, #IChooseLove et #OutLoudJA, qui visaient à sensibiliser le public au statut et aux droits des personnes LGBTQI+ ; nos célébrations publiques de la Fierté ; quatre enquêtes nationales sur les attitudes et les perceptions du public à l’égard des personnes et des questions LGBTQI+ ; la fourniture d’un soutien au renforcement des capacités des OSC et des jeunes leaders ; et la production de nombreuses recherches et publications sur les questions LGBTQI+.

    Depuis notre événement inaugural de la Fierté en 2015, chaque année, la Jamaïque organise des célébrations pendant la période d’ « Emancipendence », qui comprend des célébrations commémorant à la fois la fin de l’esclavage et l’indépendance de la domination coloniale britannique. La première chose à noter est que la Fierté jamaïcaine a été conceptualisée et mise en œuvre d’une manière culturellement appropriée ; par exemple, elle ne comprend pas de défilé et prend plutôt la forme d’un ensemble diversifié d’événements et d’activités pertinents pour les Jamaïcains, notamment une journée sportive, un service religieux, une foire commerciale, un concert, des événements festifs et une journée de service. Lors de notre Fierté inaugurale en 2015, l’orateur principal de la cérémonie d’ouverture était la mairesse de Kingston, la Dr Angela Brown-Burke, ce qui était un signe que la communauté avait des alliés au niveau politique et parlementaire.

    Un autre succès a été la participation d’artistes de renom tels que Tanya Stephens, D’Angel, Jada Kingdom, Tifa, Ishawna, Yanique Curvy Diva et Stacious aux événements de la Fierté. Cela a attiré l’attention nationale sur nos célébrations et a constitué un changement positif par rapport aux espaces culturels qui avaient été fortement contestés.

    Pour la première fois cette année, J-FLAG n’a pas pris la tête de l’organisation de tous les événements de la Fierté, mais a fourni un soutien financier et logistique aux membres de la communauté pour qu’ils puissent organiser leurs propres événements. Baptisée #PrideShare, l’initiative proposait des événements dirigés par la communauté, notamment des manifestations artistiques et un battle de synchronisation labiale (lip sync), dont le succès a montré que nos efforts allaient dans le bon sens.

    Après 20 ans de plaidoyer, les droits des personnes LGBTQI+ font désormais l’objet d’un débat public. On constate une augmentation de la tolérance publique et une volonté croissante des représentants parlementaires, des dirigeants politiques et des décideurs de s’engager auprès de la communauté LGBTQI+ locale, ce qui a permis de progresser dans la collaboration avec les organisations de défense des droits et les défenseurs des personnes LGBTQI+, afin d’améliorer la vie de ces dernières. En particulier, J-FLAG a établi et maintenu un partenariat important avec le ministère de la santé, qui a permis de former et de sensibiliser plus de 500 agents de santé pour lutter contre la stigmatisation et la discrimination dans le secteur de la santé.

    En dépit de ces avancées, le mouvement a été affecté par la lenteur des réformes législatives et politiques, la disponibilité limitée d’espaces pour la mobilisation et la participation communautaires, le soutien financier limité pour lutter contre le problème des sans-abri et le déplacement, et l’engagement limité des personnes LGBTQI+ vivant dans les zones rurales. J-FLAG, en particulier, a souligné la nécessité d’un soutien accru pour renforcer les systèmes communautaires comme moyen d’intensifier les efforts de plaidoyer et d’assurer une plus grande portée et un plus grand impact.

    Comment la société civile internationale peut-elle soutenir au mieux la lutte des personnes LGBQTI+ en Jamaïque, et dans les Caraïbes en général ?

    La société civile internationale peut soutenir le mouvement local et régional de plusieurs manières. Par exemple, en nous donnant un siège à la table des conversations mondiales et en comprenant que nous sommes les experts de ce qui se passe dans nos sociétés. Dans la mesure du possible, elle devrait également soutenir nos efforts de financement auprès des donateurs internationaux. Elle peut également nous aider en partageant les bonnes pratiques et les recherches pertinentes et en sensibilisant le grand public aux problèmes auxquels nous sommes confrontés en Jamaïque et dans les Caraïbes.

    L’espace civique en Jamaïque est classé « rétréci » par leCIVICUS Monitor.
    Contactez J-FLAG via sonsite web ou son profilFacebook,et suivez@EqualityJa sur Twitter.