Lettre ouverte : Les donateurs et les partisans doivent agir pour assurer la résilience de la société civile face à la pandémie du COVID-19

Chers donateurs et sympathisants de la société civile,

Alors que la réponse mondiale à la pandémie COVID-19 se déploie, les organisations de la société civile du monde entier prennent des mesures proactives pour protéger la santé et le bien-être de leur personnel et de leurs partenaires. Ces mesures comprennent les changements de stratégie nécessaires, la redéfinition des priorités et les ajustements de la programmation et de la sensibilisation. Dans le même temps, les infrastructures de la société civile sont soumises à une pression financière visible et immense. Les projets ont été reportés, les résultats attendus ont été retardés et l'énergie a été détournée vers l'élaboration de plans alternatifs. Des événements majeurs ont été annulés, entraînant des pertes financières considérables. Des fonds ont été (à juste titre) redirigés des activités prévues vers les réponses COVID-19.  Les réserves - lorsqu'elles existent - sont limitées et seront bientôt épuisées.

Pour relever ces défis extraordinaires, nous devons faire preuve de souplesse dans l'utilisation de nos subventions. Nous sommes renforcés et inspirés par les messages des donateurs et des sympathisants qui n'ont pas tardé à renforcer leur soutien durable et leur engagement à permettre une flexibilité maximale pour le travail de leurs partenaires. C'est un signe important de confiance et de reconnaissance du rôle crucial de la société civile et de l'action civique dans nos sociétés, aujourd'hui plus que jamais. 

Nous appelons tous les donateurs et intermédiaires qui apportent un soutien essentiel à la société civile à adopter des approches similaires en offrant autant de flexibilité, de certitude et de stabilité que possible aux bénéficiaires et aux partenaires. 

Voici cinq moyens spécifiques pour y parvenir :

  1. Ecouter les partenaires bénéficiaires de subventions et explorer ensemble la meilleure façon de les aider à faire face à la crise, en sachant qu'ils savent mieux que quiconque ce qui est nécessaire dans leur propre contexte.
  2. Encourager la reconception et la reprogrammation des activités et des résultats prévus et donnez des conseils clairs sur la manière de faire approuver ces changements.
  3. Soutenir des moyens nouveaux et créatifs de créer une culture de solidarité et d'interaction tout en respectant l'éloignement physique et les autres mesures de précaution. 
  4. Offrir une plus grande flexibilité en reconsidérant les versements en fonction des besoins réels, en convertissant les subventions de projet existantes en fonds non affectés ou en ajoutant des fonds supplémentaires pour aider à constituer des réserves ou à couvrir des coûts imprévus.
  5. Simplifier les procédures et les délais d'établissement des rapports et des demandes afin que les groupes de la société civile puissent mieux concentrer leur temps, leur énergie et leurs ressources sur le soutien aux plus vulnérables plutôt que sur le respect de lourdes exigences en matière de rapports et de diligence raisonnable.

CIVICUS continuera à plaider en faveur d'un espace civique solide, y compris des mesures permettant à la société civile de se mobiliser avec et pour les groupes les plus touchés par la pandémie de coronavirus. En ces temps critiques, nous devons nourrir l'espace civique et ses acteurs ingénieux en augmentant la pertinence et la résilience, et non en la réduisant. Nous devons également être conscients que le moment présent pourrait également être utilisé par certains acteurs pour restreindre davantage l'espace civique. 

Imaginez ce qui pourrait se produire si les groupes et les mouvements de la société civile arrêtaient ou réduisaient soudainement leurs efforts pour nous faire évoluer vers un monde plus juste, plus inclusif et plus durable. Imaginez maintenant une communauté mondiale de citoyens informés, inspirés et engagés, collectivement engagés à relever les défis auxquels l'humanité est confrontée - y compris la pandémie actuelle.  Nous devons faire tout ce qu'il faut pour que la société civile reste vivante, dynamique et résistante.  

 

La manière dont nous ferons face à cette pandémie aura des implications profondes et durables sur la façon dont nous construirons l'avenir de notre monde. 

 

Cette crise peut être gérée avec succès grâce à une culture mondiale de solidarité et d'action civique, étayée par une coopération intense, la confiance et le partage des charges. Et votre rôle, en tant que bailleurs de fonds et partisans de la société civile, est fondamental pour parvenir à ce résultat.