Les États doivent s'associer à la société civile tandis que la deuxième vague de COVID-19 affecte les pays

Arabe | Portugais

Lorsque la pandémie COVID-19 a balayé la planète, les organisations de la société civile ont réagi avec souplesse et efficacité, apportant une aide de première ligne et défendant les droits des personnes dans le monde entier. Un rapport publié aujourd'hui par l'alliance mondiale de la société civile, CIVICUS, "La solidarité au temps du COVID-19", souligne le rôle irremplaçable des activistes, des ONG et des organisations de base pendant la pandémie et appelle les États à travailler avec la société civile pour atténuer l'impact de la COVID-19 et créer un monde post-pandémique meilleur.

S'appuyant sur des entretiens avec des activistes et des dirigeants de la société civile, le nouveau rapport de CIVICUS décrit les nombreuses façons dont la société civile a réagi à la crise. La société civile a assumé le rôle crucial de fournir des services essentiels lorsqu'il y avait des lacunes dans la fourniture de soins de santé et de soutien psychologique ; les organisations de la société civile (OSC) ont fourni de la nourriture, des équipements de protection individuelle (EPI) et des articles sanitaires essentiels, comblant souvent le vide lorsque les États étaient lents à réagir.

La société civile est également intervenue lorsque les canaux de communication officiels n'ont pas donné aux gens des informations précises sur la manière de se protéger et de protéger leur famille contre la COVID-19. En utilisant des méthodes créatives telles que les arts de la rue et en travaillant dans diverses langues, les OSC ont pu diffuser des informations importantes aux différentes communautés.

"Souvent, la société civile a réagi lorsque d'autres n'ont pas agi, s'efforçant de combler les lacunes laissées par les États et les entreprises. Dans chaque pays, un large éventail de groupes de la société civile se sont efforcés de répondre aux besoins des communautés les plus touchées par la crise", a déclaré Mandeep Tiwana, responsable des programmes de CIVICUS.

"Face à ces défis, la société civile a adopté un état d'esprit volontariste, en mettant en place une réponse positive caractérisée par la flexibilité, la créativité et l'innovation. Même les OSC qui donnaient normalement la priorité à la défense des droits se sont rapidement réorientées vers la fourniture de produits et de services essentiels, y compris la nourriture, les soins de santé, l'information et l'aide financière, pour aider à soutenir les communautés. Dans le même temps, leur rôle dans la lutte contre la corruption et la surveillance de l'utilisation des ressources publiques est resté crucial", a poursuivi M. Tiwana.

La société civile a consacré une grande partie de sa réponse à l'aide aux groupes à risque et aux groupes exclus qui subissent les effets néfastes des mesures de confinement et des politiques mises en place par les gouvernements pour freiner la propagation de COVID-19. Enfermées à l'intérieur, les femmes étaient plus exposées à la violence sexiste, tandis que les personnes LGBTQI+, les migrants et d'autres groupes minoritaires étaient stigmatisés comme sources d'infection. La société civile a relevé le défi, en faisant campagne pour des politiques de protection des groupes exclus et en créant des services à distance pour aider les communautés vulnérables.

Au Mexique, par exemple, le Réseau national des foyers d'accueil a renforcé les effectifs de sa ligne d'assistance téléphonique 24 heures sur 24 et a fourni une aide supplémentaire par le biais des réseaux sociaux. Au Liban, le Centre de ressources pour l'égalité des sexes a secrètement intégré un numéro d'assistance téléphonique dans des vidéos en ligne afin d'atteindre davantage de femmes menacées par la violence domestique. 

Lorsque les États ont établi des partenariats avec la société civile ou lorsque les gouvernements ont créé un environnement favorable au travail des OSC, la réponse à la propagation du COVID-19 a été beaucoup plus efficace. C'est ce qui s'est produit en Somalie, où Action contre la faim s'est associée avec succès au ministère de la santé pour sensibiliser les gens au COVID-19, en utilisant les réseaux sociaux et d'autres canaux de communication pour atteindre les groupes vulnérables et exclus. Social Good Brasil, un groupe brésilien de défense des droits humains qui se concentre sur la technologie, a renforcé les données statistiques sur la COVID-19 en mettant en relation des spécialistes des données avec des fonctionnaires.

"Il faut tirer les leçons de la façon dont les gouvernements ont géré la première vague de COVID-19. Alors que de nombreux pays se préparent à la deuxième vague, une chose est claire : dans toutes les réponses futures, les États devraient reconnaître la valeur de la société civile, et s'efforcer de lui donner les moyens d'agir et d'établir des partenariats avec elle. Cela permettra d'apporter des réponses plus concertées et plus efficaces, dans le respect des droits", a déclaré M. Tiwana.

"Les dures leçons doivent être tirées des erreurs commises dans le cadre de la pandémie COVID-19 afin de préparer le monde à la prochaine série de défis à venir. Nous ne pouvons pas revenir au statu quo", a-t-il poursuivi.

Les organisations de la société civile ont fourni des feuilles de route pour créer des sociétés plus justes, plus égales et plus durables. Elles ont notamment appelé à la responsabilisation par le respect des valeurs et des institutions démocratiques, à la responsabilité de l'État pour la fourniture de services de base de qualité tels que la santé, à la redistribution des ressources et à la taxation progressive pour assurer la protection sociale des personnes vulnérables, et à une plus grande attention à la protection de l'environnement plutôt qu'au militarisme. La société civile a également appelé à la coopération internationale et au respect d'un multilatéralisme centré sur les personnes.

Les réponses mutuelles, menées par les populations, ont été essentielles pendant la pandémie. L'action communautaire s'est développée dans le monde entier, les voisins, les écoles et les individus travaillant ensemble pour répondre aux besoins des personnes vulnérables et des personnes les plus exposées au risque d'infection, en partageant les ressources communautaires. De nombreuses manifestations ont eu lieu sur Internet et les gens ont trouvé des moyens alternatifs et créatifs de se faire entendre, tout en respectant la distance physique. Les OSC ont également joué le rôle de défenseurs des droits dans les pays où les dirigeants autoritaires ont utilisé la COVID-19 comme prétexte pour restreindre les libertés civiques.

Tout au long de la pandémie de COVID-19, la société civile a fait preuve de résilience, de créativité et d'adaptabilité ; les OSC ont persisté à aider les gens à faire entendre leur voix à une époque où de nombreux gouvernements répriment la dissidence et privent les citoyens de leurs libertés fondamentales.


INTERVIEWS

Pour des interviews avec CIVICUS ou les voix de la société civile mentionnées, veuillez contacter

et

Whatsapp : +27(0)785013500

À PROPOS DE CIVICUS

CIVICUS est une alliance mondiale d'organisations de la société civile qui se consacre au renforcement de l'action citoyenne et de la société civile dans le monde entier. CIVICUS compte plus de 10 000 membres dans le monde entier.