Lors de la Journée internationale Mandela, environ 200 organisations de défense des droits demandent la libération des militants dans le cadre de la campagne #StandAsMyWitness

  • 197 organisations de défense des droits de l'homme signent une lettre appelant les États à mettre fin à l'emprisonnement et au harcèlement des défenseurs des droits de l'homme
  • Les États sont priés de mettre fin aux nouvelles arrestations et détentions de défenseurs, notant un risque accru lors du COVID-19
  • Lancement de la campagne #StandAsMyWitness le 18 juillet, lors de la journée Nelson Mandela, avec des défenseurs des droits de l'homme du monde entier

Près de 200 organisations de défense des droits de l'homme, dont CIVICUS, ont signé une lettre adressée aux dirigeants du monde entier pour les exhorter à libérer les défenseurs des droits de l'homme et les prisonniers d'opinion en l'honneur de la Journée Nelson Mandela du 18 juillet. 

La lettre demande aux États de donner la priorité à la libération des militants des droits de l'homme qui sont en détention préventive ou qui n'ont pas été inculpés, et de cesser de procéder à de nouvelles arrestations et détentions de journalistes et de défenseurs. La lettre note également le risque accru pour les défenseurs des droits de l'homme injustement détenus pendant la pandémie COVID-19.

La lettre s'inscrit dans le cadre d'une grande campagne mondiale de CIVICUS qui débute le jour de la Journée Mandela et qui s'appelle #StandAsMyWitness. Elle appelle les gouvernements à mettre fin à l'emprisonnement et au harcèlement des défenseurs des droits de l'homme. 

Cela fait 30 ans que Nelson Mandela a été libéré de prison, mais les défenseurs des droits de l'homme et les prisonniers d’opinion sont toujours enfermés, persécutés ou tués pour avoir défendu les droits des personnes exclues, promu les valeurs démocratiques, participé à des manifestations pacifiques et dénoncé les gouvernements et les entreprises multinationales corrompus. 

Ils ont risqué leur vie et leur liberté en recherchant la justice sociale, politique, économique, de genre et environnementale:

"Lors de la Journée internationale Nelson Mandela, nous célébrons l'héritage de M. Mandela, le premier président démocratique d'Afrique du Sud, un esprit résistant et un défenseur passionné des droits de l'homme. Pourtant, aujourd'hui encore, dans le monde entier, des défenseurs des droits de l'homme sont emprisonnés, persécutés et harcelés pour avoir promu la liberté et la démocratie", a déclaré David Kode, responsable du plaidoyer et des campagnes de CIVICUS.

Comme M. Mandela, qui a passé 27 ans en prison, des milliers de ces défenseurs des droits de l'homme sont en prison après avoir été condamnés lors de procès inéquitables, sur la base d'accusations forgées de toutes pièces. Beaucoup sont actuellement en détention préventive et risquent de longues peines de prison pour leurs activités de défense des droits de l'homme.

Des défenseurs des droits de l'homme du monde entier figurent dans la campagne #StandAsMyWitness. Les visages de la campagne seront ces défenseurs résistants qui sont actuellement derrière les barreaux : 

  • En Inde : Sudha Bharadwaj - une avocate des droits de l'homme qui défend les droits des peuples indigènes
  • Aux Philippines : Teresita Naul - un défenseur des droits des personnes pauvres et marginalisées
  • Au Kazakhstan : Asja Tulesova - une défenseure des droits de l'homme et activiste du climat
  • Au Niger : Moudi Moussa, Halidou Mounkaila & Maikoul Zodi - des militants qui ont mis en lumière la corruption au sein du gouvernement
  • Au Nicaragua : María Esperanza Sánchez García - ciblée pour son activisme civique
  • En Arabie Saoudite : Loujain al-Hathloul - s'est battue pour le droit des femmes à conduire
  • Hondurus : Défenseurs de l'eau de Guapinol

Nombre de ces défenseurs des droits de l'homme en prison se sont vu refuser le droit de voir leur famille et leurs avocats. Certains sont fragiles et souffrent de problèmes de santé chroniques. On craint que leur santé ne se détériore dans des prisons exiguës et insalubres. Les appels à leur libération se font de plus en plus pressants à mesure que la pandémie COVID-19 se propage dans le monde. Les prisonniers sont particulièrement vulnérables au virus car les taux d'infection sont plus élevés dans les établissements surpeuplés où la distanciation sociale est difficilement possible.

La campagne #StandAsMyWitness encourage les gens à écrire des lettres au nom des défenseurs, à signer une pétition pour leur liberté et à partager les histoires individuelles des défenseurs sur les réseaux sociaux en utilisant le hashtag #StandAsMyWitness :

"La campagne #StandAsMyWitness appelle les gens à partager les histoires des défenseurs des droits de l'homme en prison ou menacés de persécution, à s'assurer qu'ils ne sont pas oubliés et à se tenir à leurs côtés pour qu'ils ne soient pas seuls", a déclaré David Kode.

ENTRETIENS

Pour des entretiens avec CIVICUS, les familles des défenseurs des droits de l'homme et les militants dans chaque pays, veuillez contacter

et Téléphone/whatsapp : +27(0)785013500